Navigation – Plan du site

Éditorial (version française) La santé globale : notre point de vue

Celia ALMEIDA, Fred Eboko et Jean-Paul MOATTI
Cet article est une traduction de :
Editorial (English version) Global Health: What are we talking about?

Texte intégral

1En posant la question du contenu de l’expression « la santé globale » nous avons souhaité nous faire l’écho d’un monde qui change et qui pense différemment les questions de santé, suivant les périodes et les objectifs. Derrière cette expression polysémique et toute la complexité qu’elle recouvre, se dessinent des logiques qui structurent la pensée politique « globale », les réponses institutionnelles et les pratiques de santé. Ce sont donc des perspectives différentes qui induisent les significations diverses de la « Santé Globale" ; mais deux grands schémas peuvent être retenus, parmi les multiples définitions. Il peut être question d’envisager la santé comme le traitement des maladies, dans le sens strict de la réponse centrée sur certaines pandémies et épidémies. La seconde focale envisage le besoin de contrôler des problèmes de santé à l’échelle mondiale, au-delà des objectifs géopolitiques.

2La littérature contient des définitions divergentes de la santé mondiale. Cependant, ces définitions ne constituent pas des concepts, entendus ici comme des mots ou des termes qui opérent comme une théorie ou qui seraient mus par un arrière-plan théorique. Alors de quoi parlons-nous ?

3Dans l’orientation scientifique de ce numéro de Face A Face, la santé globale peut être entendue comme le résultat de l’influence permanente et réciproque entre les relations internationales et les problèmes de santé. Sur cette base, les déterminants nationaux et internationaux des questions de santé peuvent être étudiés par différentes disciplines qui nourrissent les démarches scientifiques dans l’optique d’influencer des politiques publiques et de peser sur des solutions à ces problèmes de santé (Almeida 2008 et 2010). Cette perspective ouvre le champ de connaissances et des problèmes qui ont un impact sur la santé des populations à un niveau global. Cela constitue une arène scientifique et politique au sein de laquelle s’affrontent des acteurs, des disciplines et des paradigmes variés (Almeida, 2011; Nunes, Marcondes & Cabral, 2010). En conséquence, ce dont il est question ici concerne les relations de pouvoir qui guident le « système-monde » et interagissent sur les questions de santé. Ce système global charrie des inégalités considérables qui s’observent dans les conditions de vie, les ressources, la production et l’accès aux médicaments ou encore le commerce international. De ce point de vue, ce regard plaide pour des actions transdisciplinaires entre les acteurs de la santé qui nourrissent les démarches scientifiques et conditionnent la qualité des connaissances nécessaires à l’innovation biomédicale et biosociale. Par exemple, c’est l’option retenue par Paul Farmer, Arthur Kleinman, Jim Yong Kim et Matthew Basilico dans leur récent ouvrage Reimaging Global Health (2013). Ils expliquent:

« Global health delivery begins with the question, "how can a health system efficiently provide health services to all who need them?" More efficient and equitable delivery of existing health interventions could save tens of millions of lives each year. But even the best models of global health delivery cannot alone raise the standard of health care available to people worldwide. The health of individuals and populations is influenced by complex social and structural forces; addressing the roots of ill health-including poverty, inequality, environmental degradation-requires a broad-based agenda of social change » (Farmer et.al, 2013).

4Au fond, ce que décrivent ces auteurs est une manière d’aborder les problèmes de santé publique qui traversent le monde, les frontières et les corps, en changeant de focale, pour aborder la santé au-delà de la biologie et ne pas oublier qu’il s’agit de questions et de réponses politiques (Fassin, 2010 ; Fassin & Lézé, 2013). Il est question d’envisager la santé globale à partir d’une « attitude ». Elle consiste également à regarder, à questionner et à agir avec et parfois contre une partie de la constellation inédite d’acteurs inter et transnationaux qui interviennent dans ce champ politique de la santé. Il est autant traversé par des inégalités et des violences structurelles (Farmer, 2001 ; Fassin, 1996) qu’il est désormais occupé par l’idée d’un combat collectif, tant du point de la recherche scientifique que de l’action politique pour la santé publique. Pour autant, ce corps à corps avec la biopolitique nécessite de na pas être naïf et de garder à l’esprit qu’il s’agit aussi de rapports de forces et de pouvoir auxquels il faut imposer, les priorités de santé. C’est dans ce sens que depuis la fin des années 1990 et le passage à l’échelle de l’accès aux antirétroviraux dans les pays du Sud (Possas et Larouzé, 2013), s’est produit une césure dans l’acceptation paresseuse du dogme libéral et de l’idiome de la rentabilité (Moatti, 2011, Moatti et al., 2001 ; Moatti & Eboko, 2010), soutenus par des normes juridiques incarnées par la violence légale (les brevets sur les médicaments par exemple). C’est un changement de paradigme qui guide la santé globale (Coriat, 2008) laquelle tire sa richesse de la porosité de ses frontières interdisciplinaires, de son absence de dogme et même de l’ambivalence de sa définition.

5C’est dans cet état d’esprit d’ouverture et de vigilance, de pragmatisme scientifique et d’ambition intellectuelle que ce numéro 12 de Face A Face. Regards sur la santé est présenté. La diversité des contributions réunie dans ce volume ne cède rien à l’unité de la réflexion qui le guide, autour d’une « attitude » : envisager la santé suivant ses diverses composantes, dans des contextes sociopolitiques et économiques donnés qui nous informent sur les chantiers et les combats à affronter.

6La santé globale constitue de ce point de vue une « matrice de l’action publique » (Eboko, 2013) qui montre la dynamique différentielle des relations qui lient, rassemblent ou opposent les acteurs en présence (internationaux, nationaux, locaux, publics, privés, associatifs, chercheurs, etc.) et portés par des agendas différents. La particularité de cette matrice est qu’elle est éclairée par la capacité de ses acteurs à former ou non, suivant les secteurs, les pathologies ou les programmes, des « communautés épistémiques » capables de changer le monde, suivant la célèbre définition de Peter M. Hass : « An epistemic community is a network of professionals with recognized expertise and competence in a particular domain and an authoritative claim to policy-relevant knowledge within that domain or issue area » (Haas, 1992 : 4). Il s’agit bien des « canaux par lesquels les nouvelles idées circulent des sociétés vers les gouvernements et d’un pays à l’autre » (Bossy et Evrard, 2010 : 140). En ce sens, la santé globale repose bien sur l’idée que toute action efficace propose un agenda du changement social (Farmer et al., op. cit).

7Ce volume comporte 9 contributions. La première de Juan Garay, Laura Harris et Julia Walsh montre l’évolution de la définition de la « santé globale » et décrit comment celle-ci se distingue de la « santé internationale ». Dans une approche critique de la santé globale José Roberto Ferreira, Claudia Hoirisch et Paulo M. Buss abordent la question de la gouvernance globale de la santé publique, en soulignant le rôle des différentes crises (financière, climatique, alimentaire, etc.) dans la structuration de la gouvernance globale de la santé. A partir du niveau national, Julie Castro montre comment la lutte contre le sida au Mali traduit une histoire nationale de la gouvernance globale de la santé publique. Elle discute des transformations locales du référentiel global avec en arrière-plan la crise du Fonds mondial. Maud Lemoine, Pierre-Marie Girard, Mark Thursz et Gilles Raguin envisage « les maladies oubliées », à l’ombre de la mobilisation exceptionnelle contre le VIH/sida et plaide avec de solides arguments fondés sur les données relatives aux maladies non transmissibles pour une approche « globale » de la santé publique voir pour un Fonds mondial de la santé publique. Frédéric Le Marcis, Sylvain L. Faye et leurs collègues abordent la question du paludisme dans la région de la Casamance au Sénégal. A partir de l’accélération des connaissances et le renouvellement des thérapies que représentent les ACT (Artemisinin-based Combination Treatment), les auteurs montrent les avancées et les apories de la prise en charge du paludisme en mettant l’accent sur la diversité des faciès épidémiologiques qui ne peuvent être soumis à des temporalités identiques. Clément Soriat montre comment les acteurs associatifs au Bénin se meuvent dans des configurations transnationales qui les relient aux acteurs et aux projets du Nord, de telle sorte que les leaders associatifs du Bénin deviennent des « courtiers » ayant accumulés des capitaux culturels et relationnels qui rendent possible leurs desseins et leur ascension sociale. Bouma Fernand Bationo explore pour sa part la question, initiée au niveau international, de l’implantation de l’assurance maladie universelle dans un des pays les plus pauvres du monde, le Burkina Faso. L’auteur analyse les difficultés économiques et sociales sur lesquels se heurtent l’ambition de la mise en œuvre d’une assurance maladie qui sépare le global de l’universel, les intentions des réalités. Jean-Pierre Unger et ses collègues de l’Institut de Médecine Tropicale d’Anvers (IMTA) mette en lumière une expérience originale, du transfert d’une expérience de santé publique menée en Amérique latine et en Afrique vers le système santé belge. Les auteurs montrent comment, à l’intérieur d’un système de santé, il est possible de réorganiser la coordination entre les acteurs de santé, à partir de petites unités de généralistes et de spécialistes travaillant de concert. Pour finir, Vincent Duclos propose de retracer la généalogie de la « cybersanté mondiale » portée par les nouvelles technologies de l’information pour le développement (ICT4D). L’auteur fournit à cette occasion une magistrale illustration de que pourrait être la santé globale en tant que « cercle vertueux pour atteindre, entre autres, les Objectifs du Millénaire pour le Développement – Millenium Development Goals (OMD/MDG).

8Lorsque l’illustre Jonathan Man a écrit que « l’atteinte aux droits de quelques-uns est une atteinte à nos droits à tous », il nous offrait sans doute une belle ambition pour penser ce qu’est « la santé globale ».

Haut de page

Bibliographie

ALMEIDA, C. Inserção Internacional do Brasil e Cooperação Sul-Sul em Saúde. Relatório Parcial de Pesquisa, Projeto “Relações Internacionais, Saúde e Cooperação Internacional : um diálogo necessário”, 2011 (Mimeo). 98p.

ALMEIDA, C. The Fiocruz experience in Global Health and Health Diplomacy capacity building: conceptual framework, curricular structure and first results. Revista Eletrônica de Comunicação, Informação e Inovação em Saúde, 14(1), 2010. Available at : <http://www.reciis.cict.fiocruz.br/index.php/reciis/article/view/355> Accessed in : 09/09/2013.

ALMEIDA, C., HAINES, A. F. & CAMPOS, R. P. C. Salud Global : Un nuevo objeto de estudio en salud colectiva ? Revista Palimpsestus, Bogotá, (6) : 49-68, 2007-2008.

BOSSY T. et EVRARD A., « Communauté épistémique », in Boussaguet L. et al, Dictionnaire des politiques publiques, Presses de Sciences Po : 140-147.

CORIAT B., The Political Economy of HIV/AIDS in Developing Countries. TRIPS, Public Health Systems and Free Access, Edward Elgar Publisher, London, 2008.

EBOKO F., « Déterminants socio-politiques de l’accès aux antirétroviraux en Afrique : une approche comparée de l’action publique contre le sida » In POSSAS C. et LAROUZE B., Eds, Propriété intellectuelle et politiques publiques pour l’accès aux antirétroviraux dans les pays du Sud, ANRS (collection Sciences sociales et sida), Paris, 2013 : 207-224.

FARMER P., KLEINMAN A. ,KIM J.K., BASILICO M., Eds, Reimaging Global Health: An Introduction, Berkeley- Los Angeles – London, University of California Press (California Series in Public Anthropology), 2013.

FARMER P., Infectious and Inequalities: The Modern Plagues, Berkeley- Los Angeles – London, University of California Press, 2001.

FASSIN D., La raison humanitaire : Une histoire morale du temps présent, Paris, Gallimard/Seuil (Hautes Etudes), 2010.

FASSIN D., L’espace politique de la santé. Essai de généalogie, Paris, Presses Universitaires de France (PUF), 1996.

FASSIN D. et LEZE S., Eds, La question morale. Une anthropologie critique, Paris, Presses Universitaires de France (PUF) 2013.

HAAS M. P., « Introduction: Epistemic communities and international policy coordination », International Organization, vol. 46, N° 1, Knowledge, Power and International Policy Coordination, Winter 1992: 1-35.

MOATTI J.-P., « Lutte contre le sida, mobilisations politiques et changements de paradigme : l’exemple de l’économie de la santé dans les pays en développement », in EBOKO F., BOURDIER F., BROQUA C., Eds, Les Suds face au sida. Quand la société civile se mobilise, Marseille, IRD Editions, 2011: 371-394.

MOATTI J.-P et EBOKO F., Economic research on HIV prevention, care and treatment: why it is more than ever needed? Current Opinion in HIV and AIDS, 5 (3), 2010: 201-203.

MOATTI J.-P. et al., Eds, Economics of AIDS and Access Care in Developing Countries. Issues and Challenges, Paris, ANRS, 2003.

NUNES E., MARCONDES W. & CABRAL C., A SaúdeColetiva como Prática Científica : A Institucionalizaçãodo Campo em Publicações, Teses e DissertaçõesIn HORTALE VA, MOREIRACOF, BODSTEIN RCA, RAMOS CL, Eds, Pesquisa em saude aùde coletiva : fronteiras, objetos e métodos, Rio de Janeiro : Editora Fiocruz, 2010.

POSSAS C. et LAROUZE B., Eds, Propriété intellectuelle et politiques publiques pour l’accès aux antirétroviraux dans les pays du Sud, ANRS (collection Sciences sociales et sida), Paris, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Celia ALMEIDA, Fred Eboko et Jean-Paul MOATTI, « Éditorial (version française) La santé globale : notre point de vue », Face à face [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 22 octobre 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://faceaface.revues.org/938

Haut de page

Auteurs

Celia ALMEIDA

MD, MPH, PhD. Pesquisadora Titular ENSP/Foicruz (Professeur de santé publique)

Fred Eboko

Sociologue et Politiste, chercheur à L'Institut de Recherche pour le Développement (IRD), HDR en science politique. UMR 912 SESSTIM (INSERM - IRD - AMU). Affectation Institut Africain de la Gouvernance (IAG) et IRD Dakar. Directeur de publication de Face A Face. Regards sur la santé.

Articles du même auteur

Jean-Paul MOATTI

Professeur d'Economie, Directeur de l'UMR 912 SESSTIM Aix Marseille Université (AMU). Directeur de l'institut de Santé Publique de l'INSERM.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org