Navigation – Plan du site

Vers une commune humanité ? Perspectives croisées sur l’émergence de la cybersanté mondiale

Vincent DUCLOS

Résumés

Les dernières années ont vu émerger de nombreuses initiatives ayant recours aux télé-technologies pour prendre en charge la santé à une échelle mondiale. Cet article retrace la généalogie d’un ensemble de discours et pratiques rassemblées sous le concept de cybersanté mondiale. D’une part, celle-ci émerge dans le contexte de la montée des technologies de l’information et de la communication pour le développement, qui visent à réduire la fracture numérique et favoriser le développement humain par l’accès aux circuits mondiaux d’info-capital. D’autre part, elle participe du plus large secteur de la santé mondiale, faisant de la santé/maladie un important enjeu de croissance et de performance économique. Connectivité, empowerment et aplanissement des iniquités médicales mondiales participeraient ainsi d’un cercle vertueux, vers l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement et la protection/production d’une « commune humanité ». Finalement, l’article discute de manière critique certaines prémisses ontologiques d’une telle entreprise d’humanisation, se déclinant autant en l’émergence de formations discursives originales qu’au niveau concret de la pratique clinique, des interventions médicales possibles.

Haut de page

Texte intégral

« Knowledge is like light. Weightless and intangible, it can easily travel the world, enlightening the lives of people everywhere. Yet billions of people still live in the darkness of poverty - unnecessarily. » World Bank (1999 : 1)

  • 1  La cybersanté est un concept générique – une revue de la littérature a identifiée 51 définitions d (...)
  • 2  Technologies de l’information et de la communication. L’anglais « Information and Communication Te (...)

1Messages texte rappelant à des patients de prendre leurs médicaments tout en promulguant des conseils médicaux. Service de communication entre soignants, intégré à des soins de première ligne au cœur de la jungle amazonienne ou de l’Himalaya indien. Transmission satellite de données médicales à partir d’une zone touchée par une catastrophe naturelle vers un hôpital situé à des kilomètres. Qu’elle soit classée dans des dossiers électroniques, transférée sous la forme d’expertise ou mobilisée dans la prise en charge de patients, l’information médicale circule plus que jamais. Les dernières années ont en effet vu émerger une série de pratiques offrant des services médicaux à distance et prenant en charge la santé d’individus à une échelle mondiale. Comme le suggère Vallancien (2009) : « Nous sommes entrés de plain-pied dans la globalisation médicale. On régule, on décide, on intervient à distance. » Que ce soit par la gestion des données médicales (informatique de la santé) ou encore via l’offre directe de soins (télémédecine), la cybersanté1 bouleverse les systèmes de santé, réorganise l’offre de services médicaux et re-spatialise par le fait même la question de l’accès au soin et à l’expertise médicale. Ce qui émerge avec force sous la dénomination générale de « cybersanté mondiale », c’est donc un agencement précaire mais effervescent d’interventions médicales - sous la forme de projets, de politiques, de recommandations - et de pratiques discursives, à la croisée des TIC2 pour le développement et de la santé mondiale.

2Les documents examinés dans le cadre de cet article le montrent bien : la croissance impressionnante du nombre d’initiatives de cybersanté mondiale prend vie dans l’expectative de devenirs vaguement esquissés, expérimentaux sinon prophétiques. Qu’il soit académique, institutionnel ou commercial, le discours sur la cybersanté mondiale affiche des airs optimistes, voire anticipateurs. Les versions euphoriques de la postérité cybermédicale imaginent un monde dans lequel les capacités numériques invalident les obstacles géographiques, où la connectivité permet d’atteindre des régions jusqu’alors inaccessibles, d’informer des populations en manque d’expertise médicale et d’offrir des soins médicaux à moindre coût. Plus largement, la cybersanté est à l’épicentre d’une rhétorique technologique inébranlable, dans laquelle la médecine et l’information s’assemblent en un destin sans heurts et sans fissures, tout en circulation, en transmission et en mobilité (Mort, Finch et al., 2009). Le champ discursif de la cybersanté, c’est celui de l’horizontalité, de l’accès indifférencié et de la performance. C’est en tant qu’elle doit augmenter l’efficacité des opérations et favoriser la fluidité des relations que la cybersanté est vouée à agir comme un important niveleur entre les plus fortunés et les démunis, les individus malades et ceux en santé (Rockefeller Foundation, 2010 : 51). À la lumière de telles promesses et de leur importance dans la mise en place de politiques et interventions, cet article essaie donc, d’une part, de réfléchir à la possibilité même et les modalités d’un discours sur la santé à l’ère de la connectivité totale. D’autre part, les formations discursives propres à la cybersanté sont intimement liées à l’émergence de formes de vie connectées, in-formées. Loin de se résumer à un quelconque artifice rhétorique, la connectivité affecte les pratiques médicales dans toute leur concrétude et leur positivité. Cet article essaie donc de tracer quelques pistes pour comprendre l’émergence de telles pratiques mais également les prémisses ontologiques et politiques sur lesquelles elles reposent.

3Il n’est pas rare que la cybersanté soit associée à une propension à l’expansion, à une prédisposition qu’elle aurait à tendre vers un avenir mondialisé (Eysenbach, 2001). Selon de telle prétentions téléologiques, l’expansion mondiale constituerait une forme d’achèvement naturel, de finitude de la cybersanté : « while health may be a domestic matter, the networked nature of eHealth creates a new paradigm for it, as a global matter. » (Rockefeller Foundation, 2010 : 42 ; je souligne). En dépit de cette récurrente apologie d’une disposition qui lui serait inhérente à se mondialiser (Scott et Lee, 2005), j’aimerais suggérer que l’activité principale de la cybersanté ne réside pas dans le contournement de la souveraineté nationale – en tant qu’opportunité géopolitique. Ce qui est le propre des interventions cybermédicales, c’est plutôt la prise en charge indifférenciée et à distance d’individus – en tant que défi technomédical. Si, comme le propose Andrew Lakoff (2010), l’impératif éthique des efforts de santé publique est passé d’un impératif de solidarité sociale à l’affirmation d’une « commune humanité » qui sous-tend la biomédecine humanitaire, alors la cybersanté fait de cette affirmation un processus continu de production de vie : la connexion d’une vie atteignable et l’optimisation d’une vie connectée. Elle est la coïncidence d’une volonté de connecter et d’« un engagement séculier envers la valeur de la vie humaine » (Redfield, 2008 : 132 ; traduction de l’auteur). C’est autour de ces deux dimensions complémentaires de l’activité cybermédicale que cet article propose de se développer. Y sont d’abord survolés les événements marquants de l’émergence d’un secteur en pleine expansion. Puis, un examen de certains discours et pratiques autant des TIC pour le développement que de la santé mondiale permettra d’entrer dans le vif de la question de la protection/production de l’« humanité dans l’homme », à l’ère de la mondialisation numérique.

Émergence de la cybersanté mondiale : un secteur en ébullition

4Bien qu’il convienne de souligner le travail précurseur d’initiatives telles que HINARI, SATELLIFE, le Swinfen Charitable Trust, ou encore le Réseau Afrique Francophone de Télémédecine (RAFT), c’est principalement au cours des cinq dernières années que la cybersanté est apparue comme un enjeu important à l’ordre du jour de la santé mondiale. L’intérêt croissant de l’OMS envers la cybersanté est révélateur à cet égard.

5Au mois de mai 2005, l’Assemblée mondiale de la Santé (AMS) adoptait la Résolution WHA 58.28, recommandant aux États membres de mettre en place une stratégie à long terme en matière de cybersanté. Le rapport publié à cette occasion par le Secrétariat de l’OMS insistait : le recours à la cybersanté doit contribuer à renforcer « les droits fondamentaux de la personne humaine en améliorant l’équité,la solidarité, la qualité de vie et la qualité des soins » (Organisation mondiale de la Santé, 2004) La même année, l’OMS mettait sur pied l’Observatoire mondial de la cybersanté, une initiative ayant pour mission de fournir aux États membres des orientations stratégiques sur les pratiques efficaces, les politiques et les normes en matière de cybersanté (Organisation mondiale de la Santé, 2005). L’Observatoire a depuis publié plusieurs rapports sur l’état de la cybersanté dans le monde, proposant des étapes à suivre pour en favoriser l’expansion. Un autre acteur important dans le champ de la santé mondiale, soit la Banque mondiale, montre également un intérêt grandissant envers les solutions télé-technologiques. Au cours des dernières années, celle-ci a subventionné plusieurs projet-pilotes avec un moins une composante cybermédicale. Une publication récente de la Banque consacrée au « Développement du capital humain en Afrique » fait en ce sens abondamment référence à la « vague des TIC » et à comment ceux-ci peuvent transformer l’offre de soins médicaux de manière à sortir du « cercle vicieux de la pauvreté, de la faim et de la maladie » (Banque mondiale, 2011 : 4).

6De nombreuses instances intergouvernementales, organisations non gouvernementales (ONG) et multisectorielles sont également de plus en plus promptes à investir dans la cybersanté, que ce soit sous la forme d’implantation de projets, de contribution à la recherche ou encore de promotion de politiques. Ainsi, lorsqu’en 2008 la Fondation Rockefeller a tenu une série de conférences sous le thème « Making the eHealth Connection : Global Partnerships, Local Solutions », ce sont plus de 200 organisations qui se sont rassemblées pour établir un plan d’action visant à accroître le recours aux télé-technologies dans les systèmes de santé. Des organisations telles que le Regenstrief Institute, le Global Healthcare Information Network et le World eHealth Collaborative Action Network (WE-CAN) font à ce titre figure de leaders. Dans un contexte où la santé est de plus en plus perçue non seulement comme un bénéficiaire mais aussi comme un vecteur pour l’expansion des TIC (WHO, 2005 : 2), la cybersanté attise également l’intérêt de nombreuses entreprises privées, principalement du secteur des télécommunications. Le marché mondial de la cybersanté est évalué à 96 milliards de dollars (Gerber, Olazabal et al., 2010). Un numéro de Health Affairs récemment consacré à la cybersanté témoigne d’ailleurs de la promesse portée par ce marché sur le plan commercial.

7Loin de se développer en vase clos, la cybersanté mondiale constitue un plate-forme ouverte, traversée de forces multiples, hétéroclites et potentiellement contradictoires. Les forces en présence sont économiques, politiques, commerciales ; s’il y a bien une originalité qui caractérise ce secteur en ébullition, c’est l’hétérogénéité de secteurs et d’intérêts qui s’y agencent tout et le débordant largement. Qu’elles prennent la forme du dictat de la bonne gestion sanitaire, d’une volonté insatiable de « connecter le monde » ou d’un désir de performance et de compétivité, l’espace de la cybersanté mondiale en est un à forte valeur affective, passionnelle, anticipatrice. Y est validée une image du monde, promise sa reconduction, son amélioration, sa retouche. Loin d’être le résultat d’un développement interne à la rationalité médicale, la cybersanté est avant tout affaire de connectivité, de technologies de l’information. En effet, lorsqu’on s’attarde à ses conditions d’émergence de même qu’à ses principales inclinations conceptuelles, force est de constater que la cybersanté mondiale se présente d’abord comme l’héritière légitime d’un autre secteur, par lequel un bref détour s’impose : les TIC pour le développement.

Les TIC pour le développement : connecter le monde

  • 3  L’expression « fracture numérique » est une traduction de « digital divide », une expression qui f (...)

8Depuis une dizaine d’années, une multitude d’ONG, organisations internationales et acteurs du secteur privé se sont rassemblés autour d’une mission à la fois large et précise : combler la « fracture numérique mondiale »3. D’une manière générale, il est possible d’associer la montée en force de cette mission à deux événements clés qui se sont tenus à l’aube du XXIe siècle. Le premier moment de grande importance est certainement l’adoption de la Charte d’Okinawa sur la société mondiale de l’information dans le cadre du sommet du G8 tenu au mois de juillet 2000, à Kyushu-Okinawa, au Japon. Dès le premier article de la Charte, on ne saurait être plus clair quant à l’« impact révolutionnaire » que les TIC sont appelées à avoir sur un ensemble de facteurs d’épanouissement individuel, de développement social et de croissance économique :

« Le XXIème siècle sera largement modelé par les technologies de l’information et de la communication. Leur impact révolutionnaire affecte notre manière de vivre, d’apprendre et de travailler et les rapports entre pouvoirs publics et société civile. Les technologies de l’information et de la communication sont en train de devenir un des principaux facteurs de la croissance de l’économie mondiale. Elles permettent à un grand nombre de personnes, de sociétés et de groupes sociaux dynamiques, partout dans le monde, de relever les défis économiques et sociaux avec plus d’efficacité et plus d’imagination. Des opportunités sans précédent s’offrent à tous, aussi bien individuellement que collectivement » (G8 Research Group, 2012).

9Ayant pour but d’étudier des mesures spécifiques pour combler la fracture numérique, la Charte d’Okinawa a mené à la création du Groupe de travail du G8 sur les opportunités numériques (Digital Opportunity Task Force). Puis, deux mois plus tard, les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) étaient adoptés à la suite du Sommet du Millénaire des Nations Unies. En conformité avec les recommandations de la Déclaration Ministérielleadoptée par l’ECOSOC quelques mois auparavant, les OMD accordaient une attention particulière au rôle des TIC pour combattre la pauvreté et améliorer « les moyens d’une vie productive » (United Nations Development Programme, 2012). Bien que les Nations Unies aient toujours été à l’avant-plan des efforts pour combler la fracture numérique – entre autres depuis la fin des années 1990 avec les travaux de l’Union internationale destélécommunications (UIT) – les OMDfaisaient de la réduction de la fracture numérique un élément central des plus larges efforts dédiés à l’éradication de la pauvreté et au renforcement des capacités (capacity-building). À titre indicatif, le huitième des OMD traite spécifiquement de la nécessité de « mettre en place un partenariat mondial pour le développement », visant à « faire en sorte que les avantages des nouvelles technologies, en particuliercelles de l’information et de la communication, soient accordés à tous » (Nations Unies 2012). En somme, la double adoption des OMD et de la Charte d’Okinawa représente un moment charnière dans la formation d’un discours consensuel sur la valeur des TIC, sur leur capacité à transformer « notre monde » (World Bank 2003). De ce moment découlera la création du Groupede travaildes Nations Unies sur les TIC en 2001 – lequel deviendra l’Alliance mondiale pour les TIC et le développement -, puis la tenue du Sommet mondial sur la société de l’information(SMSI) en 2003. La table était mise pour une mobilisation sans précédent, donnant lieu à plusieurs initiatives de même qu’à une littérature abondante.

Connectivité, inclusion économique et « commune humanité »

10Le discours de la fracture numérique mondiale présente les TIC comme des catalyseurs de performance et d’intégration socioéconomique. Elles auraient le potentiel de « sauter par-dessus » (leapfrog) les obstacles habituels - qu’ils soient institutionnel, politiques, ou géographiques - à l’ascension sociale et économique. Ce qui caractérise avant tout le discours des TIC pour le développement c’est donc cette notion voulant que les TIC soient front d’une guerre éthique contre l’exclusion économique. Augmentant la productivité, les TIC incarnent un « droit commun » à la compétitivité ; offrant de nouvelles possibilités, elles représentent une source intarissable d’innovations ; facilitant le commerce et la coopération, elles prennent la forme d’une métatechnologie permettant de contourner les obstacles traditionnels à la croissance économique (Wade 2002 : 462). Comme le formule un récent rapport du Forum économique mondial, les TIC constituent « notre système nerveux collectif – une plate-forme pour aider à résoudre certains des plus grands défis économiques, sociaux et environnementaux » (World Economic Forum, 2009 ; traduction de l’auteur). La connectivité devient alors une condition à la participation aux flux mondiaux d’informations et de capitaux, à l’accès à la productivité, la croissance et la prospérité (Friedman, 2011). Plus particulièrement, le discours des TIC pour le développement relie l’apprentissage individuel et le développement cognitif à la formation de capital humain, lequel promet de renforcer la contribution de la force de travail à l’atteinte de gains en efficacité et en productivité (Mansell, 2002). Se connecter, c’est capitaliser sur des forces sous-développées.

11Sous-tendant de telles expectatives, on retrouve une conception bien particulière de l’empowerment individuel et de la mobilité socioéconomique, qui relève d’une approche du développement humain omniprésente dans la littérature des TIC pour le développement, et dont la pensée des capabilités d’Amartya Sen constitue sans contredit le fondement philosophique (Avgerou, 2010 ; Oosterlaken et van den Hoven, 2011). Pour Sen, l’objet premier du développement se doit d’être la liberté individuelle. Celle-ci est intimement liée aux capabilités du sujet, c’est-à-dire à « un ensemble de vecteurs de fonctionnements, qui indique qu’un individu est libre de mener tel ou tel type de vie » (Sen 2000). La capabilité, ce n’est ni plus ni moins qu’un pouvoir d’être ou de faire, de choisir entre des modes de vie possibles. Suivant une conception libérale de la subjectivité individuelle, Sen pose l’individu comme étant à la fois la fin et le moyen de son propre développement. La capabilité, c’est avant tout une affaire de renforcement de la vie intérieure contre les menaces et pressions extérieures (Chandler 2011). La « liberté » du sujet repose ainsi sur un processus interne et continu d’empowerment, dont dépend ultimement le développement de l’« humanité en l’homme ». C’est ce processus que les TIC seraient particulièrement disposées à favoriser (Sen 2010), en faisant de la vie humaine l’objet d’une prise en charge à distance. Presque nulle part ailleurs, ce projet n’aura trouvé autant d’écho que dans le secteur de la santé.

12Une telle entreprise est clairement exprimée dans un document publié il y a quelques années par l’Alliance mondiale pour les TIC et le développement (Celik, 2007). Dès la préface de ce document pertinemment intitulé« Our Common Humanity of the Information Age », l’ancien président finlandais H.E. Martti Ahtisaari est clair : si les TIC peuvent contribuer à l’atteinte d’objectifs de développement, c’est en raison du rôle particulier qu’elles sont appelées à jouer dans « la protection de notre commune humanité ». Conformément avec le précepte de l’Alliance voulant qu’une « société de l’information axée sur la connaissance est essentielle pour atteindre une meilleure vie pour tous » (2007 : 3), la publication est truffée d’affirmations relatives au pouvoir exceptionnel des TIC pour combattre des menaces pour l’humanité aussi diversifiées que la pauvreté, les désastres naturels et d’origine humaine, le terrorisme, les conflits armés et, évidemment, la maladie. La transmission numérique de l’information et la rupture de l’isolement sont présentés comme deux facettes d’une même mission, visant à créer « des réseaux humains mondiaux pour le développement » (Khalifa, 2007 : 7) et a ainsi « libérer la race humaine du besoin » (Hachani, 2007 : 8). En somme, en tant que catalyseurs d’un accès amélioré aux circuits mondiaux d’information, les TIC forment la pierre angulaire d’un renforcement des aptitudes humaines, observées sous l’angle de la productivité économique, d’une capacité renouvelée à se connecter et "faire partie du monde". C’est en se revendiquant d’une telle éthique de la libération que la publication de l’Alliance voit dans les TIC « la fondation de notre commune humanité » (Blouin Mac Bain, 2007 : 11 ; traduction de l’auteur). Or, cette fondation ne doit pas ici être comprise sous l’angle de la simple préservation, de la sauvegarde. Au contraire, la mission se voit donner une tournure positive, génératrice. L’humanité se donne à penser à la fois comme objet d’intervention et comme projet anthropotechnique : « [B]uilding a common humanity. » (Hachani 2007 : 10)

  • 4  « Information, we now see, is care. People want knowledge, and the transfer of knowledge is caring (...)

13Cette propension à observer l’humanité sous la forme d’un objet stable et unifié est indissociable du postulat d’un espace de cohabitation bien particulier, sorte d’espace-conteneur prédisposant à une indifférence relative face à la matérialité du site et à ses aléas : un monde-réseau. En effet, l’entreprise d’une humanité à développer trouve dans la relation pure et immaculée de la connexion numérique un allié aussi inattendu qu’apparemment intuitif, naturel. De sa puissance rhétorique à l’originalité de ses interventions, la cybersanté mondiale est intimement liée à lafigure du réseau numérique. La connectivité y est, en soi, observée sous le signe du thérapeutique, de ce qui enveloppe pour mieux protéger4. Se connecter, c’est assurer une capacité à être « atteint par le lointain », c’est se donner la chance d’une intégration minimale à la globalité d’un monde à portée de main. Or, si elle se voit dotée d’une consistance particulière en raison d’une telle revendication de la figure de la connectivité, l’émergence de la cybersanté ne saurait être considérée comme le seul résultat de l’adoption, dans le domaine médical, d’un projet qui serait en quelque sorte « importé » des TIC pour le développement. Au contraire, la connectivité vient en quelque sorte renforcer un processus déjà à l’œuvre d’une manière similaire dans un autre secteur, soit la santé mondiale.

Santé mondiale et performance économique : le "cercle vertueux" de la cybersanté

14Au cours deux dernières décennies, l’idée voulant qu’un investissement en santé représente en soi un bon investissement économique n’a cessé de gagner du terrain au sein du secteur pour le moins hétérogène et généralement rassemblé sous la catégorie de santé mondiale. Déjà, en 1987, la Banque mondiale publiait un rapport dans lequel la santé était abordée comme un enjeu essentiellement économique (World Bank, 1987). Quelques années plus tard, un autre document de la Banque résumait comme suit la philosophie qui allait servir de trame de fond à l’établissement de politiques mondiales en santé : « spending on health can be justified purely on economic grounds » (World Bank, 1993). L’introduction à une publication clé de l’OMS résume l’enjeu : « extending the coverage of crucial health services, including a relatively small number of specific interventions, to the world’s poor could save millions of lives each year, reduce poverty, spur economic development, and promote global security. » (Sachs, 2001) Comme cette publication le souligne à grands traits, il est possible de sauver des millions de vies à chaque années, et ce, tout en favorisant le développementéconomique.

15Alors qu’il a déjà été courant de penser la santé/maladie comme le résultat de conditions socioéconomiques qui se doivent d’être améliorées, ces difficultés semblent maintenant être la conséquence de la prise bonne/mauvaise prise en charge des problèmes de santé. Le développement social cède le pas à la lutte mondiale à la maladie en tant que cadre général de l’inclusion économique, faisant des interventions sur la vie biologique des individus d’importants indices d’une croissance économique à venir. Les interventions en santé mondiale doivent donc être considérées comme un important locus de développement socioéconomique équitable et inclusif (Brown, Cuetos et al., 2006). Les interventions en santé mondiale sont ainsi évaluées à l’aide d’indices tels les « Années de vie ajustées sur l’incapacité » (AVAI), qui permet de quantifier le fardeau économique de la maladie et de prioriser l’allocation de ressources en fonction de la possibilité qu’a un projet à le réduire (Anand et Hanson, 1997 : 686 ; Mooney et Wiseman, 2000 ; Edejer, Baltussen et al., 2003).

  • 5  Les TIC sont perçus comme de précieux outils pour atteindre trois des OMD en lien avec la santé mo (...)

16C’est donc en tant qu’elle réduit la fracture numérique et combat le fardeau économique de la maladie quela cybersanté est considérée comme une composante importante dans l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) (Bordé, Fromm et al., 2010)5. Connectivité, empowerment et aplanissement des iniquités médicales mondiales participeraient ainsi d’un "cercle vertueux" dans lequel santé biologique et santé économique se renforcent mutuellement :

« Better physical and mental health increases labor productivity ; reduces days lost to illness ; decreases medical spending ; and fosters investment in education and capital as a result of longer expected life spans. Thus, a ‘virtuous cycle’ exists, with mutual reinforcement of economic and health progress. Mobile health – the use of wireless communication devices to support public health and clinical practice – has great potential to enhance this virtuous cycle. » (Kahn, Yang et al., 2010 : 254)

17C’est d’ailleurs pour de telles raisons que l’OMS juge que les individus les plus pauvres et marginalisés sont ceux ayant le plus à gagner de l’expansion cybermédicale (WHO, 2006 : 71). Parmi les bénéfices qu’elle attribue à la cybersanté, notons l’amélioration de la performance des systèmes de santé, une contribution à l’accroissement du capital humain en santé, un meilleur accès à la connaissance, un support dans la prise de décision médicale et des conséquences positives pour la santé des patients (Ibid.). Au cœur de l’expansion cybermédicale, il y a une volonté de réorganiser et gérer la disponibilité du savoir-expert en santé de manière novatrice (Bloom et Standing, 2008). Informer, c’est soigner : « Information, we now see, is care. (…) The transfer of knowledge is caring, itself. » (Berwick, 2002: 44). Ce qui est en jeu, c’est la réduction de la dépense économique et énergétique nécessaire pour qu’un corps accède aux circuits mondiaux de l’expertise médicale. C’est une invalidation à tout le moins partielle des difficultés liées à la distance, au déplacement, à la dépense.

18Dans le dernier Rapport sur la santé dans le monde portant spécifiquement sur le financement des services de santé, la directrice générale de l’OMS Dr Margaret Chan regrette qu’entre 20 % et 40 % de l’ensemble des dépenses de santé a été gaspillé en raison de l’inefficience dans la gestion des ressources (WHO, 2011 : 5). Cette situation est perçue comme un obstacle majeur à l’instauration d’une couverture universelle de santé. Il faut, nous dit Dr. Chan, apprendre à mieux rationaliser les dépenses, de sorte à ce que même les plus démunis aient accès à des soins de qualité, et ce, sans augmentation de l’investissement en santé. Ce n’est rien de bien nouveau. En fait, cela fait une dizaine d’années que l’OMS souligne la nécessité de mesurer les systèmes de santé et de les rationaliser dans le cadre d’une approche axée sur la rentabilité des services (OMS 2000).

19Encore ici, la cybersanté semble appelée à jouer un rôle de premier plan. En effet, le développement de cette dernière est en large partie porté par la conviction que la connectivité améliore l’efficacité de l’offre de soins, que ce soit en maximisant l’impact de ressources déjà allouées, en améliorant la collecte de données, en renforçant l’efficience des dépenses en santé et en facilitant la rentabilité de l’accès aux soins de santé. Tel que le résumait récemment un document traitant de l’impact potentiel des TIC sur les systèmes de santé en Afrique : « the objective of eHealth is to improve the economics (i.e., reduce speed and costs while increasing scale, availability and reliability) associated with delivering health services to underserved populations in developing countries » (Vital Wave Consulting, 2011 : 17).

20La cybersanté serait ainsi un outil permettant autant de sauver des vies (life-saving tool) que d’économiser dans les dépenses médicales (cost-cutting tool)(Ibid.). Or, bien que l’enthousiasme envers les solutions cybermédicales s’inscrive clairement dans un tel contexte de rationalisation des dépenses, l’efficacité de ces solutions demeure toutefois à démontrer (WHO, 2005 ; Dentzer, 2010). Il y a peu de preuves (evidence) que la cybersanté représente une solution technologique rentable (Roine, Ohinmaa et al., 2001 ; Whitten, Mair et al., 2002). À la lumière des résultats obtenus dans une large proportion de projets cybermédicaux, force est de constater que l’équation entre connectivité, efficacité et contrôle des dépenses ne va pas de soi et mérite d’être problématisée. Toutefois, il n’en demeure pas moins que l’idée voulant que l’informatisation des opérations médicales représente un gage ou une promesse d’efficacité économique joue un rôle central dans l’attrait de ce type de solutions et dans son expansion actuelle. Telle identification entre connectivité et efficience vient renforcer cette notion reconduite avec particulièrement de conviction dans le domaine cybermédical voulant que l’amélioration de la situation sanitaire mondiale passe par un investissement en capital humain dans le corps biologique – un corps connecté, davantage compétitif et efficace.

Conclusion

21La cybersanté pose la question du gouvernement du vivant à l’ère de la mondialisation numérique. Comme ce fut présenté dans cet article, l’une des prémisses sur lesquelles repose l’émergence de la cybersanté veut que les TIC constituent des techniques particulièrement efficaces de développement humain. Un tel développement prend pour objet la valorisation de l’intériorité propre à l’« humanité dans l’homme » à travers le renforcement des capabilités (ou agentivité) individuelles. Cette approche « centrée sur l’humain » (human-centered) partage une parenté philosophique avec un discours très répandu dans le milieu de la santé mondiale, voulant que le développement socioéconomique passe par un investissement dans le corps individuel, dans un capital humain duquel découleront croissance et mieux-être économique. Dans les deux cas, l’individu est conceptualisé comme objet préexistant des pratiques qui feraient office de moyens vers une fin prescrite à même son humanité qu’il ne lui suffirait que d’accomplir.

22Ce qui se présente comme un plaidoyer pour un accès indifférencié aux circuits mondiaux d’expertise médicale constitue surtout un engagement dans le vif de la production technique de formes de vie connectées, in-formées, agissant et sur lesquelles l’on agit à distance. Loin de se résumer à de vagues images de communion numérique, la connectivité affecte les pratiques de prise en charge de la santé dans toute leur concrétude et leur positivité. Elle reconfigure l’espace de la clinique et en modifie profondément l’expérience. Elle façonne des concepts, trace des modèles, informe des manières de voir le monde, de le penser, d’y intervenir, de l’habiter. Elle est à la fois discours et pratique. Ce qui est en jeu dans une telle re-spatisalisation de la prise en charge médicale à l’échelle mondiale, c’est autant la transformation de l’économie sensorielle (télé-présence, numérisation, etc) du soin, que l’émergence de conceptions nouvelles de l’individu, la santé, la maladie. Les enjeux sont à la fois topologiques et sanitaires, épistémologiques et politiques.

  • 6  Notons par exemple les pensées d’inspiration deleuzienne et foucaldienne, l’important travail de P (...)

23En ce sens, l’expérience médicale de la cybersanté – celle du patient ou du médecin qui se connectent – ne saurait se résumer à un seul moyen (technologique) mis au service d’une fin (une humanité) à protéger, à soigner. Contre un tel préjugé téléologique (et anthropocentrique), les travaux des philosophes et anthropologues de la technique6 ont clairement établi qu’il n’y a pas d’un côté l’humanité et de l’autre, le monde des choses (Braun et Whatmore, 2010 : xviii). De l’outil de pierre à la technologie spatiale, les humains viennent au monde avec ce monde, et ce, selon des procédés à haut niveau d’accidents qui n’obéissent à aucune règle de production, ne suivent aucune finalité essentielle. Il n’y a pas d’humanité vierge, berceau de vitalités pures et autonomes des rapports de force qui la génère et la font émerger en tant qu’objet de savoir : l’« humanité dans l’homme » ne préexiste pas l’intervention (médicale ou autre) en tant que telle. La « commune humanité » revendiquée par les promoteurs de la « connectivité pour tous » ne saurait donc être réduite, à la manière d’Amartya Sen et autres défenseurs de la subjectivité individuelle comme lieu de l’action politique, à la protection ou la production d’un « monde intérieur ». Au contraire, il est primordial de garder à l’esprit que la mise en forme d’une telle intériorité s’accomplit à même son rapport à des forces extérieures - qu’il s’agisse de capacités médicales, de calculs statistiques, de matériaux médiatiques (bande passante, etc.) ou de passions politiques – qui l’engendrent d’une manière dont nous ne pouvons encore dire ce qu’elle sera.

24Le travail d’une anthropologie équippée d’une telle sensibilité pour les liaisons entre technicité et humanité n’est alors pas tant de protéger quelque chose comme une pure présence au monde mais bien de problématiser les modes particuliers de présence, de mobilisation, de fascination stimulés par les pratiques cybermédicales. Loin de se résumer à la constatation d’un aplanissement des différences par la réalisation de l’« humanité dans l’homme », l’étude des devenirs cybermédicaux se présente plutôt sous le signe d’une plongée dans la production d’espaces hétérogènes, à la topologie encore incertaine et à forte portée (bio) politique.

Haut de page

Bibliographie

AL KHALIFA, S. H. R., 2007. « Millenium Development Goals and Partnerships », In A. P. Celik (dir.), Our Common Humanity in the Information Age : Principles and Values for Development. New York, The Global Alliance for ICT and Development : 7-8.

ANAND, S. et K. HANSON, 1997. « Disability-adjusted life-years : a critical review », Journal of Health Economics, 16 : 685-702.

AVGEROU, C., 2010. « Discourses on ICT and development », Information technologies and international development, 6(3) : 1-18.

BANQUE MONDIALE, 2011. Développement du capital humain en Afrique Washington, La Banque mondiale, http://www.worldbank.org/afr/hd (page consultée le 1/07/2012).

BERWICK, D. M., 2002. Escape Fire. Lessons for the Future of Health Care. New York, The Commonwealth Fund.

BLOOM, G. et H. STANDING, 2008. « Future health systems : Why future ? Why now ? », Social Science & Medicine, 66 : 2067-2075.

BLOUIN MAC BAIN, L. T., 2007. « Technology and Humanity », In A. P. Celik (dir.), Our Common Humanity in the Information Age : Principles and Values for Development. New York, The Global Alliance for ICT and Development : 10-11.

BORDÉ, A., C. FROMM, F., KAPADIA, D. S. MOLLA, E. SHERWOOD ET J. B. SORENSEN, 2010. Information & Communication Technologies for Development : Health. New York Global Alliance for ICT & Development (GAID), (page consultée le 1/07/2012).

BRAUN, B. ET S. J. WHATMORE, 2010. « The Stuff of Politics : An Introduction », In B. Braun and S. J. Whatmore (dir.), Political Matter : Technoscience, Democracy, and Public Life. Minneapolis, Minnesota University Press.

BROWN, T. M., M. CUETOS ET E. FEE, 2006. « The World Health Organization and the transition from ‘international’ to ‘global’ public health », American Journal of Public Health, 96(1) : 62-72.

CELIK, A. P. (dir.), 2007. Our Common Humanity in the Information Age : Principles and Values for Development. New York, The Global Alliance for ICT and Development.

CHANDLER, D. (2011). ’Where is the Human in Human-Centred approaches to Development ? : A Foucauldian Critique of Amartya Sen’s ‘Development as Freedom’ Reading Michel Foucault in the Postcolonial Present : A Symposium. University of Bologna, Italy.

DENTZER, S., 2010. « E-Health’s promise for the Developing World », Health Affairs, 29(2) : 229.

EDEJER, T. T.-T., R. BALTUSSEN, T. ADAM, R. HUTUBESSY, A. ACHARYA, D. B. EVANS ET C. J. L. MURRAY, 2003. Making Choices in Health : WHO Guide to Cost-Effectiveness Analysis. Geneva, World Health Organization, http://www.who.int/entity/choice/book/en/index.html (page consultée le 1/07/2012).

EYSENBACH, G., 2001. « What is e-health ? », Journal of Medical Internet Research, 3(2) : e20.

FRIEDMAN, T., 2011. « Something’s Happening Here », The New York Times : A23.

G8 RESEARCH GROUP, 2012. Charte d’Okinawa sur la société mondiale de l’information [en ligne], http://www.g7.utoronto.ca/francais/2000okinawa/charte.html (page consultée le 1/07/2012).

GERBER, T., V. OLAZABAL, K. BROWN ET A. PABLOS-MENDEZ, 2010. « An Agenda For Action On Global E-Health », Health Affairs, 29(2) : 235-238.

HACHANI, A., 2007. « Economic and Social Council’s Role in our Common Humanity in the Information Age », In A. P. Celik (dir.), Our Common Humanity in the Information Age : Principles and Values for Development. New York, The Global Alliance for ICT and Development : 8-10.

INTERNATIONAL TELECOMMUNICATION UNION, 2008. Implementing e-Health in Developing Countries : Guidance and Principles (DRAFT). Geneva, International Telecommunication Union, http://www.itu.int/ITU-D/cyb/app/docs/e-Health_prefinal_15092008.PDF (page consultée le 1/07/2012).

KAHN, J. G., J. S. YANG ET J. S. KAHN, 2010. « ‘Mobile’ Health Needs And Opportunities In Developing Countries », Health Affairs, 29(2) : 252-258.

LAKOFF, A., 2010. « Two Regimes of Global Health », Humanity, 1(1) : 59-79.

MANSELL, R., 2002. « From digital divides to digital entitlements in knowledge societies », Current sociology, 50(3) : 407-426.

MOONEY, G. ET V. WISEMAN, 2000. « Burden of Disease and Priority Setting », Health Economics, 9 : 369-372.

MORT, M., T. FINCH ET C. MAY, 2009. « Making and Unmaking Telepatients : Identity and Governance in New Health Technologies », Science Technology Human Values, 34 : 9-33.

NATIONS UNIES, 2012. Portail du système de l’ONU sur les objectifs du Millénaire pour le développement [en ligne], (page consultée le 1/07/2012).

OH, H., C. RIZO, M. ENKIN ET A. JADAD, 2005. « What Is eHealth (3) : A Systematic Review of Published Definitions », Journal of Medical Internet Research, 7(1) : e1.

OHASHI, I., 2009. Building the Global Information Society, Nomura Research Institute, http://www.nri.co.jp/english/opinion/papers/2009/pdf/np2009142.pdf (page consultée le 1/07/2012).

OOSTERLAKEN, I. ET J. VAN DEN HOVEN, 2011. « Editorial : ICT and the capability approach », Ethics and Information Technology, 13 : 65-67.

ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ, 2004. Cybersanté. Rapport du Secrétariat. Genève, Conseil Exécutif de l’OMS, http://www.who.int/healthacademy/news/fr/index.html (page consultée le 1/07/2012).

ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ, 2005. Enquête mondiale sur la cybersanté 2005. Genève, Observatoire mondial de la cybersanté, http://www.who.int/entity/goe/data/GlobaleHealthSurveyFrench.pdf (page consultée le 1/07/2012).

REDFIELD, P., 2008. « Doctors Without Borders and the Moral Economy of Pharmaceuticals », In A. Bullard (dir.), Human Rights in Crisis. Aldershot, UK, Ashgate Press : 122-144.

ROCKEFELLER FOUNDATION, 2010. From Silos to Systems : An Overview of eHealth’s Transformative Power. New York, The Rockefeller Foundation, http://www.rockefellerfoundation.org/news/publications/from-silos-systems-overview-ehealth (page consultée le 1/07/2012).

ROINE, R., A. OHINMAA ET D. HAILE, 2001. « Assessing telemedicine : a systematic review of the literature », Canadian Medical Association Journal, 165(6) : 765-771.

SACHS, J., 2001. Macroeconomics and Health : Investing in Health for Economic Development. Geneva, World Health Organization, http://whqlibdoc.who.int/publications/2001/924154550x.pdf (page consultée le 1/07/2012).

SCOTT, R. E. ET A. LEE, 2005. « E-health and Universitas 21 organization : 3. Global policy », Journal of Telemedicine and Telecare, 11(5) : 225-229.

SEN, A., 2000. Repenser l’inégalité. Paris, Éditions du Seuil.

SEN, A., 2010. « The Mobile and the World », Information Technologies & International Development, 6(SE) : 1-3.

UNITED NATIONS DEVELOPMENT PROGRAMME, 2012. What are the Millennium Development Goals (MDGs), and why are they important ? [en ligne], (page consultée le 1/07/2012).

VALLANCIEN, G., 2009. « La média-médecine », In D. Couturier, G. David, D. Lecourt, J.-D. Sraer and C. Sureau (dir.), La mort de la clinique ?Paris, Quadrige/PUF : 63-81.

VITAL WAVE CONSULTING, 2011. eTransform Africa : Health Sector Study. Sector Assessment and Opportunities for ICT, Vital Wave Consulting, http://etransformafrica.org/study/opportunities-and-challenges-health (page consultée le 17/02/2012).

WADE, R. H., 2002. « Bridging the Digital Divide : New Route to Development or New Form of Dependency ? », Global Governance, 8 : 443-466.

WHITTEN, P. S., F. S. MAIR, A. HAYCOX, C. R. MAY, T. L. WILLIAMS ET S. HELLMICH, 2002. « Systematic review of cost effectiveness studies of telemedicine interventions », British Medical Journal, 324 : 1434-1437.

WHO, 2005. Connecting for Health : Global Vision. Local Insight. Geneva, World Health Organization, http://www.who.int/entity/ehealth/resources/wsis_report/en/index.html (page consultée le 1/07/2012).

WHO, 2006. Building Foundations for eHealth. Progress of Member States. Geneva, World Health Organization, www.who.int/ehealth/resources/bf_full.pdf (page consultée le 1/07/2012).

WHO, 2011. The World Health Report : Health Systems Financing : the Path to Universal Coverage. Geneva, World Health Organization, http://www.who.int/whr/2010/en/index.html (page consultée le 17 February).

WORLD BANK, 1993. World Development Report 1993 : Investing in Health. New York, The World Bank, http://files.dcp2.org/pdf/WorldDevelopmentReport1993.pdf (page consultée le 1/07/2012).

WORLD BANK, 1999. World Development Report 1998/99 : Knowledge for Development. Oxford, England, http://web.worldbank.org (page consultée le 1/07/2012).

WORLD BANK, 2003. ICT and MDGs. A World Bank Group Perspective. Washington, World Bank, http://akgul.bilkent.edu.tr/infodev/mdg_Complete.pdf (page consultée le 1/07/2012).

WORLD BANK, 2009. About the ICT Sector Unit [en ligne], http://go.worldbank.org/VKHGDY6PY0 (page consultée le 11/02/2012).

WORLD ECONOMIC FORUM, 2009. ICT for Economic Growth : A Dynamic Ecosystem Driving The Global Recovery. Geneva, World Economic Forum, http://www.weforum.org/issues/ict-growth/ (page consultée le 1/07/2012).

Haut de page

Notes

1  La cybersanté est un concept générique – une revue de la littérature a identifiée 51 définitions de son équivalent anglais, « eHealth » (Oh, Rizo et al., 2005) – rassemblant l’informatique de la santé (collecte, analyse et circulation de données liées aux soins médicaux) et la télémédecine/télésanté (dispensation de soins médicaux).

2  Technologies de l’information et de la communication. L’anglais « Information and Communication Technology for Development » ou ICT4D est le plus souvent utilisé.

3  L’expression « fracture numérique » est une traduction de « digital divide », une expression qui fut utilisée pour la première fois en 1995 dans un rapport du Département du commerce des États-Unis, intitulé « Falling through the Net » (Ohashi, 2009). Elle désigne ni plus ni moins que la disparité d’accès aux technologies informatiques.

4  « Information, we now see, is care. People want knowledge, and the transfer of knowledge is caring, itself » écrit Donald Berwick (2002: 44) dans un ouvrage faisant l’apologie de la montée des solutions télétechnologiques en santé. En apparence banale, la suggestion de cet éminent spécialiste de la gestion des systèmes de santé me semble illustrer de manière particulièrement intéressante comment, selon une perspective cybermédicale, la connectivité est d’emblée à observer à l’horizon du thérapeutique.  

5  Les TIC sont perçus comme de précieux outils pour atteindre trois des OMD en lien avec la santé mondiale : réduire la mortalité infantile (#4), améliorer la santé maternelle (#5) et combattre le VIH/SIDA, le paludisme et d’autres maladies (#6) (World Bank, 2003 : 23). Certains ont même proposé d’annexer le concept de la “cybersanté pour tous avant 2015” aux OMD déjà établis (WHO, 2006; International Telecommunication Union, 2008).

6  Notons par exemple les pensées d’inspiration deleuzienne et foucaldienne, l’important travail de Peter Sloterdijk sur l’anthropotechnique ou encore Bruno Latour et certains collègues des études sociales des sciences (Isabelle Stengers, Donna Haraway, John Law, Annemarie Mol, etc.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent DUCLOS, « Vers une commune humanité ? Perspectives croisées sur l’émergence de la cybersanté mondiale », Face à face [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 21 octobre 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://faceaface.revues.org/813

Haut de page

Auteur

Vincent DUCLOS

Chercheur postdoctoralLaboratoire d’anthropologie socialeCNRS, Paris1395 Bélanger # 1, Montréal, Québec, Canada, H2G 1A3vincent.duclos@umontreal.ca, 001-514-795-3663

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org