Navigation – Plan du site

L’anthropologie de l’enfant, une histoire récente

Entretien avec Doris Bonnet et Suzanne Lallemand
Madina Querre et Claire Mestre

Texte intégral

1Face À Face (Madina Querre et Claire Mestre) : Suzanne Lallemand, pouvez vous nous raconter l'historique du séminaire que vous avez créé ?

2Suzanne Lallemand (SL) : au commencement, il s'agissait de ce qu'on appelle au CNRS une action de recherche : chaque laboratoire a un certain nombre de thématiques qui lui sont absolument propres. Nous avions des thèmes émergents qui pouvaient se transformer en thèmes dominants s'ils intéressaient plusieurs personnes à l'intérieur d'un labo. Pour nous (L, A, 221, Systèmes de pensée en Afrique) il s'agissait de la petite enfance.

  • 1  Vol 51, fasc 1-2, 1981.

3Ce thème, nous l'avions déjà traité sous la forme d'un gros numéro spécial du Journal des Africanistes1, dans lequel Doris avait notamment écrit sur le thème du « retour des ancêtres » chez les Mossi du Burkina Faso, procédure rituelle associée à la dation du nom de l'enfant. D'autres auteurs y avaient participé et nous les avons retrouvés par la suite :

4Danièle Jonckers (qui n'a pas participé à ce numéro spécial) avait par ailleurs écrit sur les pratiques maliennes des adultes, consistant à regarder les enfants en bas âge lorsqu'ils simulaient ou jouaient dans un contexte plus ou moins religieux. Ces enfants reprenaient les rituels des adultes en s'en inspirant pour en créer de nouveaux. Elle a repris ce travail des années plus tard. Il se trouvait que Guy Le Moal avait exactement la même expérience : il étudiait de très près une population, les Bobo du Burkina Faso, où il avait trouvé des enfants qui jouaient à imiter les rituels adultes lorsqu'ils rentraient en transe. Il les avait filmés et ce sont des rituels très impressionnants : on voit des enfants qui tombent, s'évanouissent par terre… et il avait pu savoir ce qu'en disaient aussi les adultes. Observant les enfants qui pouvaient avoir entre cinq et sept ans, ils disaient : « celui-là, il a une vraie transe mais celui-là il fait semblant… ». Participaient aussi deux nutritionnistes qui travaillaient au sud du Sénégal dont l'une s'appelait M-Th. de Lestrange et B. Passot-Guevara qui avaient écrit sur les nourritures de l'enfant. Il y avait aussi Monique Gessain et Alphonse Sara qui parlaient de l'enfance. Anne-Marie Schweeger-Hefel qui est autrichienne, historienne de l'art nous avait donné des dessins de jeunes enfants. Nous étions alors allées chercher Pierrette Arnaud à Poitiers, car elle est une experte psychologue sur le décryptage des dessins. Elle nous a ainsi fait un article tout à fait intéressant à propos de ces bonhommes représentés par des enfants illettrés âgés de huit à treize ans. Ces dessins lui posaient problème parce que d'un côté ils étaient maladroits (c'était souvent des premiers dessins d'enfants) et d'autre part ils étaient sexués, ce qui se fait paraît-il assez rarement dans les dessins habituels européens. Michèle Fellous revenait du pays bambara et s'était intéressée à la socialisation des enfants bambara ; Suzy Platiel travaillait sur les contes. Du côté des ethnolinguistes, certains nous ont donné des articles : un texte sur l'enfant sujet ou objet des contes en Afrique. Annie Dupuis avait fait un travail sur le sevrage des enfants Nzébi du Gabon, et Claude Rivière qui était à l'époque professeur à la Sorbonne, nous avait envoyé un article sur la naissance chez les Evé du Togo. D'autres auteurs avaient participé : Odile Journet, avec sa « quête de l'enfant », Oger Kaboré, ethnologue et musicien collecteur des berceuses mossi, Nicephore Ndimurukundo décrivant les espaces enfantins au Burundi.

5Une des caractéristiques de ce numéro, était que, si visiblement beaucoup de gens s'intéressaient à la petite enfance, peu en faisaient leur principal « objet de commerce » ; nous n'étions pas assez fous pour ne nous occuper que de la petite enfance ! Si on était ethnologue, on savait que ce n'était pas un sujet tenable à l'époque. Je ne sais d'ailleurs toujours pas si ça l'est…

6Toi, Doris, tu avais fait quelque chose sur les Mossi qui s'appelait « Le retour des ancêtres » qui explique ce phénomène qu'on retrouve effectivement beaucoup en Afrique de l'Ouest qui consistait à penser que tout enfant n'est pas un enfant né de rien, il est en fait un ancêtre revenu.

7En 1981, ce numéro spécial s'est bien vendu et a montré un intérêt certain.

  • 2  Lallemand S, Journet O, Ewombé-Moundo E, Ravololomanga B, Dupuis A, Cros M, Jonckers D Grossesse e (...)

8Au début des années 1988, un groupe du CNRS s'est constitué dans le cadre d'une action de recherche. Il regroupait plusieurs personnes : Odile Journet ethnologue, travaillait au Sénégal sur les Dioula. Elle était à la fois dans notre laboratoire de recherches et était déjà à l'université, à Lyon 2 ; elle est désormais à Ecole Pratique des Hautes Etudes. Elle travaillait sur un sujet tout à fait attachant : les rituels de stérilité et de deuil maternel. Elle avait découvert un cérémonial étrange sur lequel elle a écrit au moins trois articles : les circuits auxquels les femmes, qui avaient le malheur de ne pas arriver à avoir d'enfants ou qui en avaient perdu, ce qui est considéré par la population locale comme absolument identique, ont recours. Ces circuits différaient de ceux que nous pouvons trouver chez nous, ces circuits qu'entreprenaient les mamans de nos provinces pour aller demander aux différents saints de leur donner une progéniture. Là, c'étaient des femmes qui étaient sommées d'arrêter leur vie conjugale et professionnelle, elles devaient s'embarquer assez loin, errer et accomplir une série de rituels très choquants : manger sa nourriture à quatre pattes, se dénuder, dire des obscénités… C'était comme un circuit d'animalité. Ces femmes étaient l'équivalent de chiens en quelque sorte et récupéraient après un certain temps de souffrance leur humanité pleine et entière, qui était aussi en principe assortie d'une capacité renouvelée de porter et préserver leurs enfants. Ce rituel s'appelle le Kanyalen. Annie Dupuis a un mérite particulier puisqu'elle a identifié des couvades en Afrique alors que jusqu'à sa venue, on imaginait qu'il n'y en avait pas. Elle en a trouvé au moins chez une population, celle des Nzébi. Il y avait Bodo Ravalolomanga qui travaillait sur la grossesse, la petite enfance, les représentations de la maternité et la puériculture chez une population de Madagascar : les Tanala (elle a fait deux ouvrages sur ce sujet). Michèle Cros & seacute ; tait des nôtres de temps en temps. C'est avec ce groupe finalement qu'on a sorti un petit bouquin qui s'appelle Grossesse et Petite Enfance en Afrique Noire et à Madagascar2.

9Mais il y avait d'autres participantes… Nous avons complètement perdu de vue Elisabeth Ewombé-Moundo qui a travaillé sur le sida comme expert d'une organisation internationale. Elle nous avait fait un travail sur les interdits liés à la grossesse, qui était tout à fait intéressant.

10Le groupe de début s'est ensuite très vite élargi parce que beaucoup d'entre nous ont accepté les invitations au muséum d'histoire naturelle d'Alain Epelboin, ethnologue médecin au CNRS. Il nous a proposé de nous associer : il faisait un séminaire qui était à la fois un séminaire d'ethnomédecine et un séminaire d'analyse de films. Son propos était d'essayer de voir à plusieurs, des documents vidéo ethnologiques apportés par les uns et les autres pour analyser et décrypter des significations pas forcément verbalisées, plus riches et plus nombreuses que celles qui y figuraient explicitement. De plus, il avait fait et nous demandait de faire des documents vidéographiques sur la petite enfance, notamment des toilettes, conservés au Muséum.

11FAF : C'était en quelle année ?

12SL : C'était dans les années 1989-1990. Nous avons fait assez peu de séminaire à Ivry, car immédiatement nous avons trouvé l'idée d'Alain Epelboin très bonne : nous avons fait un séminaire ensemble, le matin c'était nous « petite enfance » et l'après midi c'était eux « anthropologie de la médecine et analyse de documents visuels ». Chacun étant plus ou moins censé participer au matin et à l'après midi. Pas mal d'entre nous bloquions une journée complète puisque cela avait lieu une journée par mois.

13Doris Bonnet DB : Je suis arrivée d'Afrique où j'étais en affectation pour l'IRD depuis sept ans ; à ce moment là et je me suis insérée à l'équipe en 1990. De 1983 à 1990, j'étais au Burkina Faso. A mon retour, j'ai rejoint cette équipe avec cette fameuse journée complète. Puis, si je ne trompe pas, progressivement, Odile n'a plus participé aux séminaires à cause de ses charges d'enseignement, et je me suis associée à Suzanne à la direction du séminaire « petite enfance ». Il représentait un moment inoubliable où différentes disciplines et générations discutaient.

14FAF : C'était un groupe qui réunissait combien de personnes ?

15SL : une trentaine de personnes.

16FAF : L'esprit du séminaire était très ouvert sur l'extérieur et incitait le dialogue entre professionnels ?

  • 3  L'enfant du lignage : du sevrage à la classe d'âge. Éditions Payot : Paris ; 1994.

17SL : En effet, des gens comme Jacqueline Rabain ne nous y ont rejoints que très tard avec le GDR. Jacqueline avait deux formations. Sur le plan strictement académique elle était ethnologue, mais elle était aussi psychologue. Elle a fait un premier livre de psycho-anthropologie3 important, qui traitait de la petite enfance au Sénégal. Puis elle nous a quittés, et a rejoint un laboratoire de psychologie.

  • 4  Une histoire de l'allaitement. Éditions La Martinière  : Paris ; 2006.

18Trois arrivées rapides se sont révélées très intéressantes : une historienne Marie-France Morel dont les documents visuels étaient, pour nous, insolites. Elle interrogeait la peinture pour connaître la vie quotidienne, l'habillement, les relations affectives des parents et des enfants sous l'ancien régime. C'était admirable. Ensuite s'est joint Didier Lette, historien du Moyen-Âge, avec qui elle a fait un ouvrage récent sur l'allaitement et sa représentation picturale4. D. Lette a fait trois ou quatre ouvrages sur la petite et moyenne enfance. Il estimait que les ethnologues étaient donneurs de thèmes. C'est vrai que, par exemple, sur le thème de la parenté, nous n'avons pas d'équivalent en matière historique. Nous nous sommes fait emprunter plein de thématiques : les morts d'enfants, les interprétations des morts… Et c'est très bien comme ça !

19FAF : Quand a eu lieu a création du GDR (Groupe de Recherche) ?

20SL : En Juillet 1997.

21DB : Au moment où Didier Lett est arrivé.

22SL : Un autre groupe « fricotait » avec la petite enfance : celui de Catherine Rollet, historienne des institutions de l'enfance du 19e et 20e et aussi démographe. Avec un collègue démographe, Alain Norvez, décédé depuis, ils ont commencé à faire un mini groupe à St Quentin en Yvelines. Je les ai retrouvés à la Sorbonne et j'ai planché chez eux. En effet, j'avais découvert en feuilletant un document de la Sorbonne qu'ils faisaient ce séminaire. Mais ils n'avaient jamais entendu parlé de nous et nous jamais d'eux ! Ils m'ont dit : « Venez, mais vous faites un exposé ». Alors j'ai fait un exposé sur l'adoption en Chine au début du 20e siècle. Ils m'ont très bien accueillie. Après nous nous sommes dit que nous pourrions collaborer. C'était très amusant parce qu'ils étaient exclusivement avec des jeunes qu'ils suivaient en thèse. J'ai fait mon exposé devant environ cinq personnes puis je suis allée plusieurs fois et on arrivait quelques fois à être huit ! Dans notre séminaire, nous faisions figure de riches !

23Enfin, Doris a créé une fusion.

24DB : Les historiens sont arrivés chez les anthropologues. Catherine Rollet avait, de part sa formation de démographe et d'historienne, une prédisposition à faire travailler les historiens.

  • 5  Alexandre Bidon D, Closson M. L'enfant à l'ombre des cathédrales. P.U. de Lyon : Lyon ; 1985.

25SL : Nous avions également une troisième historienne qui a co-écrit L'enfant à l'ombre des cathédrales : Danielle Alexandre-Bidon5. Au fond, ce qui est intéressant c'est de souligner le fait que les gens étaient de formations souvent différentes.

26DB : Il y avait aussi Blandine Bril, psychologue, et son étudiant Jean François Bouville qui travaillait sur la malnutrition en Côte d'Ivoire.

27SL : Elle avait un passé qui nous intéressait beaucoup, et notamment, elle a commencé à faire du document audio-visuel en s'associant avec quelqu'un qui savait faire des films… Elle a également une double formation : psychologue et ethnologue. Ils ont formé un duo, non pas Zig et Puce mais Bril et Zack ! Zack est une fille qui sait tenir une caméra, elle est caméra-woman ! Elles ont fait ensemble au moins une demi-douzaine de courts-métrages sur les contacts, manipulations, apprentissages mère-enfant dans des pays différents et leur comparaison : le portage, l'alimentation, les gymnastiques, les massages…

28DB : Tandis que nous étions davantage dans l'anthropologie, l'ethnopsychologie, et l'histoire, Catherine Rollet était plutôt sur la démographie, la sociologie et l'histoire aussi. Quand Suzanne a déposé la demande du GDR, groupement de recherche au CNRS en 1997, nous nous sommes tous rassemblés.

29SL : Oui, on a récupéré au passage des gens de Poitiers, des psychologues à part entière.

30DB : Le GDR créé, les activités de recherche étaient conduites par le GDR, et le séminaire restait quand même un pôle de rassemblement : il serait intéressant de voir à travers les interventions du séminaire comment ça a évolué après.

  • 6  Bonnet D, Legrand-Sebille C, Morel MF. Allaitement en marge. Ed. L'Harmattan : Paris ; 2002.

31FAF : Quels étaient les axes de recherches ? C'est bien à partir de là qu'il y a eu votre ouvrage Allaitement en marge6 ?

32DB : Oui, tout à fait. C'est un des produits du GDR. Nous organisions des journées sur l'allaitement et sur le désir d'enfant à l'hôpital Saint Vincent de Paul grâce à Sylvie Epelboin.

33Il n'y a pas eu de publication sur le désir d'enfant mais sur l'allaitement. Catherine Le Grand Sébille est arrivée à ce moment là.

34SL : Elle était un bon produit de l'histoire des institutions. Elle avait fait une thèse de troisième cycle sur une institution effroyable qui avait sévi entre les années trente et 50. On forçait des femmes à allaiter, puisqu'elles étaient soit des pauvresses, soit des prostituées, ou des femmes de conditions particulièrement misérables qui étaient récupérées dans une institution qui se trouvait dans un château normand, où elles étaient là pour accoucher. Les enfants y restaient souvent. Cette institution, absolument scandaleuse, a été d'ailleurs fermée lors d'une inspection dans les années cinquante, du jour au lendemain. Entre autre chose, on attachait les enfants, parce qu’évidemment comme il y avait très peu de surveillantes dans les dortoirs, il fallait qu'on soit sûr que les petits enfants y restent. C'est quelque chose d'assez épouvantable. Catherine Le Grand Sébille a enquêté avec les anciennes… comment dire, gardiennes, c'était quand même des gardiennes de prison… elle a retrouvé l'ancien personnel, on se serait cru au moment de l'inquisition, c'était effarant ! Ceci avait été payé par la République, et les années trente à 50, ce n'est quand même pas la préhistoire.

35DB : Je ne me souviens plus en quelle année, on a quitté le Muséum d'Histoire Naturelle (dans le Jardin des Plantes) pour aller à l'École des Hautes Etudes en Sciences sociales. Je pense que c'était en 2000. Mon souhait était qu'il y ait une inscription davantage institutionnelle de l'Anthropologie de la Petite Enfance et que des étudiants puissent s'inscrire en thèse sur la petite enfance. Donc nous sommes parties Suzanne et moi à l'Ecole des Hautes Etudes, en restant dans une discipline encore très anthropologique. Ensuite Catherine Rollet nous a rejointes. Après Suzy a pris sa retraite.

36SL : C'était fin 2003.

37DB : Quand Suzanne Lallemand est partie à la retraite, j'ai dirigé le séminaire avec Catherine Rollet, ça a modifié un petit peu les disciplines sollicitées.

38FAF : Pourquoi ?

39DB : C'était mon souhait d'être dans des questions de société contemporaines. Catherine amenait ses étudiants de St Quentin en Yveline qui étaient davantage en sociologie, en démographie, sur des enquêtes sur la France.

40SL : Exactement.

41DB : J'ai trouvé ça satisfaisant parce que ça permettait d'avoir une anthropologie qui rompait avec cette vision exotique. Il y avait une dimension comparative entre l'ici et l'ailleurs et même entre l'aujourd'hui et l'autrefois avec une volonté commune entre Catherine et moi de maintenir la discipline de l'histoire.

42Au début c'était intéressant, parce que je sentais que les étudiants démographes de Catherine Rollet avaient une représentation de l'anthropologie très exotisante. Ils ne voyaient pas forcément le bénéfice qu'ils pouvaient en tirer pour leur propre recherche. Pour eux c'était intéressant mais ça restait très exotique. Progressivement je les ai vus changer. Je dirais que depuis deux trois ans à peu près, j'ai senti une évolution dans l'approche que je nommerai épistémologique : avant ils n'osaient pas intervenir dans les débats des anthropologues, puis ils se sont autorisés à dire « Mais où est la dimension historique ? Est ce qu'il n'y a pas diffusion des pensées entre la médecine hippocratique et autre chose ?…». Les anthropologues n'étaient pas toujours d'accord mais au moins il y avait débat ; on n'était plus dans un non-dit où chacun restait sur ses positions et pensait que l'autre était dans une réflexion qui ne le concernait pas. On a réussi à casser ça et ainsi il y a pu avoir de vrais débats sur des sujets très contemporains.

43FAF : L'anthropologie de la petite enfance a surtout été une anthropologie d'ailleurs, celle de l'ici est toute récente.

44DB : Tout à fait.

45FAF : Finalement, beaucoup de psychologues et de sociologues travaillaient ici, n'est-ce pas ?

46DB : Au début, même pour ceux qui travaillaient dans l'ailleurs, l'interdisciplinarité n'était pas dans l'interpellation de l'autre. Chacun restait dans sa boutique et l'autre écoutait comme une belle histoire. Je pense que depuis deux trois ans, on n'est plus seulement dans la curiosité de l'autre ; d'emblée chacun voit l'intérêt du travail de l'autre et il réfléchit sur les méthodes de l'autre. Avant on n'osait pas aussi interpeller les anthropologues sur leurs méthodes. Maintenant les sociologues nous posent des questions : « Mais quelle est votre méthodologie là ? ». On a vraiment réussi. En tant qu'ethnologue, j'ai un peu le regret qu'il y ait moins d'ailleurs, mais en même temps, on est dans une phase spécifique dont on tire bénéfice. Mais ça change aussi les thèmes.

47FAF : Quels sont les thèmes qui émergent par exemple ?

48DB : Je pense que l'Anthropologie de la Petite Enfance intègre aussi l'Anthropologie de la Reproduction, on est par exemple dans la représentation de l'embryologie ou de l'engendrement de l'enfant, et ce sont des thèmes qui ont existé dès le départ, notamment dans le livre auquel faisait référence Suzanne sur la grossesse. C'est peut être un autre débat, mais je pense que l'Anthropologie de la Reproduction rentre dans le champ de l'Anthropologie de la Petite Enfance. On se demande souvent si elle est uniquement un sous produit de l'Anthropologie de la Parenté, et à la croisée des « gender studies ». Qu'en penses-tu, Suzanne ?

49SL : Dans le champs des « nouvelles reproductions » dont on parle beaucoup, il y a au moins deux groupes de gens qui en ont parlé chez toi. Je crois que tu peux complètement le revendiquer. Ces questions de nouvelles parentés sont posées par des gens qui demandent un enfant. C'est par rapport à l'enfant qu'on souhaite savoir comment deux individus se mettent dans ces situations assez remarquables de pluriparentalité dont on ne sait pas très bien comment elles sont représentables et représentées. Ces situations y sont étudiées.

50DB : Anne Cadoret est venue présenter son travail sur l'homoparentalité, le séminaire a été le lieu où on a été les premiers à parler de ça.

51SL : Par ailleurs elle est aussi la première ethnologue en France à avoir travaillé, à ma connaissance, sur l'homoparentalité.

52DB : Martine Gross est venue également présenter son travail chez nous. Nous avons été, il me semble, le premier séminaire à parler de ces nouvelles formes de parentalité ou de parenté.

53FAF : C'est vrai que ces parentalités et ces parentés soulèvent de nouvelles questions et ça ne m'étonne pas que ce sujet ai été abordé d'abord dans la Petite Enfance ; on s'interroge sur l'enfant et les parents, et du coup on est au milieu de ces nouvelles structures familiales où l'enfant est au centre. C'est passionnant d'être à la croisée des disciplines pour aborder ces sujets parce que la pluridisciplinarité nous oblige à changer de méthodes. Vous avez ouvert le terrain et fait tout ce travail de découverte, à partir duquel on a réfléchi. Et maintenant, sentez vous qu'il y a de nouveaux objets de recherches autour de l'enfance, au centre de la pluridisciplinarité, comme la parentalité ?

54SL : Au fond, nous sommes les moins dépaysés de toutes les sciences humaines pour répondre aux questions qui font que plusieurs individus sont dans des situations de paternité ou de maternité vis-à-vis de plusieurs enfants ; particulièrement nous, parce que nous nous sommes occupés effectivement de la procréation et des questions de ce genre… Le fait que ce ne sont pas strictement les mères ou les pères biologiques qui assument l'éducation des enfants qu'ils ont procréés ou engendrés, fait partie des choses qui ne nous dépaysent pas du tout. Dans le sens de les comprendre, ne serait ce que pour les nommer. Les sociologues d'ailleurs nous le demandent.

55DB : Nous travaillons aussi sur la vie contemporaine des sociétés du Sud : sur les recompositions des ménages, les grossesse des adolescentes, les jeunes femmes qui sont dans des conditions difficiles d'existence, le contexte du SIDA, donc des situations qui étaient associées strictement à la ville, mais qui sont en train de se répandre largement. Ce sont des sujets que les étudiants explorent. Des problématiques qui à la fois questionnent sur la parenté, et sur les nouvelles techniques de reproduction.

56SL : Nous pouvons revendiquer l'Anthropologie de la Parenté pour une raison très simple. La génération d'avant ou d'à côté, à en juger les meilleurs d'entre eux et notamment en France, s'intéressait à la parenté sur le plan de la conjugalité : qui peut ou ne peut pas se marier avec qui ? En fait la parenté n'était intéressante que pour voir s'il y avait des relations d'inceste ou de consanguinité. Nous, ce qui pouvait nous intéresser, c'était le contenu des relations, ce qui n'était pas envisagé par les personnes qui étudiaient les systèmes de parenté. Vis-à-vis de l'enfant nos interrogations étaient : qui a droit à quoi ? C'est vrai que dans les sociétés différentes les responsabilités ne sont pas du même type que dans les sociétés occidentales, elles le sont devenues que relativement récemment.

57DB : Notre but était de montrer que l'enfant est un acteur social alors que très souvent, dans l'étude de la parenté, il est perçu dans le schéma de parenté mais il n'est pas pris comme acteur social.

58SL : Un champs est assez peu exploré, qui est finalement assez rigolo, celui de la puériculture, on pourrait continuer à l'étudier car il y a plein de différences et pas des moindres…

59FAF : Personne ne continue à travailler sur ce thème ?

  • 7  Delaisi de Parceval G. Lallemand S. L'art d'accommoder les bébés. Paris : Editions Odile Jacob ; 1 (...)

60DB : On va bientôt sortir, fin octobre 2007, un ouvrage, Chez Erès, sur le soin et le rite dans l'enfance où on retrouvera toutes les personnes, qui sont, pour la plupart, du groupement de recherche du CNRS. Ce qui est intéressant, dans une perspective de santé également, c'est de voir les relations intra familiales, par exemple entre les belles-mères et les belles-filles, des relations de pouvoir où chacune veut imposer ses règles de puériculture ; des conflits peuvent exister entre les systèmes de santé actuels et les traditions. Par exemple une jeune femme peut vouloir s'ouvrir à d'autres modes de puériculture et se retrouver en conflit avec sa belle-mère à travers ça. Enfin, en général on s'aperçoit que les pratiques de puériculture sont des enjeux sociaux et sont éminemment politiques. D'ailleurs l'ouvrage qui avait été fait par Suzanne Lallemand et Geneviève Delaisi de Parceval7 pour l'Europe et la France, montrait bien déjà les enjeux politiques, et c'est pareil en Afrique et dans d'autres pays. Les pratiques de puériculture ne sont pas des pratiques traditionnelles qui se transmettraient de façon banale uniquement de mères à filles. Il y a aussi les enjeux politiques, les enjeux de relation que nos travaux ont permis de faire valoir. L'Anthropologie de l'Enfance n'est pas uniquement des histoires de bonnes femmes mais explore des enjeux sociaux et politiques qui sont aussi à analyser.

61FAF : Le GDR est terminé ?

62SL et DB : Oui, en 2003, il aura duré cinq ans.

63FAF : Des séminaires continuent avec vos étudiants et ceux de Catherine Rollet, mais il n'y a plus de groupement de recherche. C'était une dynamique…

64SL : Effectivement il y a eu plusieurs bouquins…

65DB : Mais il n'a pas été soutenu par le CNRS.

66FAF : Du coup les énergies sont reparties…

67SL : Ce qui est très dommage !

68DB : Quand une dynamique n'est pas soutenue par les institutions, elle retombe. Toute recherche doit être soutenue par une institution.

69FAF : On sait pourquoi ?

70SL : Quand on se remet dans l'optique un peu étroite de l'anthropologie, le recrutement universitaire et de recherche n'est pas énorme, il se partage sur trois ou quatre institutions maximum et encore : quelques universités, l'IRD, le CNRS, peut être ponctuellement l'UNESCO aussi. Enfin tout ça est absolument minuscule. Or les anthropologues quand ils choisissent une spécialité, ils n'ont pas forcément la folie de Madina Querre qui consiste à dire : « Tiens, je vais faire un truc sur l'enfant ». Ils flairent dans l'air, ce qui est sur le moment rentable.

71Au moment où je suis rentrée dans la discipline, il y avait deux sujets qui étaient reconnus dans l'anthropologie française relative à l'Afrique : les systèmes économiques archaïques, leur mode de production, leurs formes de redistribution ou d'accaparement… Et la reconstitution de pouvoirs politiques antérieurs à la colonisation, royaumes et empires, ainsi que leur fonctionnement. Quand tu y es arrivée…

72DB : Il y avait les travaux de Françoise Héritier…

73SL : Effectivement, il y avait le masculin/féminin, les thèmes de l'inceste, des thèmes proprement familiaux qui ont eu beaucoup plus d'échos. Toute cette partie un peu historique était un peu machiste d'ailleurs : le pouvoir, le pouvoir ! L'apologie du pouvoir, le terroir...

74Le laboratoire dans lequel je suis rentrée, la seule chose qui les intéressait vraiment, c'était les sacralités traditionnelles et religieuses, c'était ennuyeux, parce que les rituels, les funérailles, ce ne sont que des moments et il ne fallait ramener que ça, avec des mythes, et même des mythes d'origine ! Pour moi, c'était casse-tête ! En plus, je détestais la méthode qui consiste à passer des années à se choisir « the good informateur » et à ne rien écouter d'autre. Pour ma part, c'était le contraire, j'interrogeais les petites dames dans le coin, les jeunes filles, enfin n'importe qui, à propos de n'importe quel sujet aussi. Bref on avait à faire avec des thèmes dont on sentait qu'ils étaient, bien que présents, déjà passés. Malheureusement opter pour des sujets très nouveaux tels que les représentations de la stérilité, la puériculture… Ca ne passait pas. Désormais, on assiste vis-à-vis de l'ethnologie, à une demande qui a mis beaucoup de temps à se constituer : demande médicale, demande des psychologues, des psychanalystes, éducateurs, personnel hospitalier…

75DB : Je suis arrivée, au moment où je sortais de l'anthropologie linguistique avec Denise Paulme, et je me suis inscrite en thèse avec Marc Augé. C'était la grande époque de l'Anthropologie de la Maladie puis de la Santé. J 'ai été intégrée dans une équipe du CNRS dirigée par Anne Retel-Laurentin qui travaillait sur les problèmes de fécondité des femmes ; je menais des enquêtes avec des démographes et des médecins, donc j'ai été très vite plongée dans la pluridisciplinarité et dans l'Anthropologie de la Maladie. Dans ce contexte, je me suis dirigée vers l'Anthropologie de la Santé de l'Enfant, vers ce qui tourne autour de la procréation au sevrage. Je me rendais compte que c'était une période cohérente au niveau du discours mais on était encore dans une anthropologie des représentations même si on travaillait également sur les pratiques. C'était une anthropologie culturelle ; cette Anthropologie de la Maladie de l'Enfant a été reprise par exemple par Charles-Édouard de Suremain sur l'alimentation, et par d'autres qui ont travaillé sur l'anthropologie des soins mais dans une perspective des maladies infantiles, puisqu'on s'aperçoit que les maladies infantiles dans les populations où on travaillait, ce n'était pas les mêmes interprétations quand l'enfant avait six mois, deux ans ou quinze ans. C'était intéressant de voir que dans les systèmes de pensées, il y avait une différenciation des interprétations selon l'âge de l'enfant. L'enfant n'était pas un homme en miniature, il était vraiment dans une image. Ces travaux permettent de mieux comprendre l'idée qu'on se fait de l'enfant dans ces sociétés. Un petit peu comme les historiens des mentalités l'ont fait pour l'Europe. Nous avons pu montrer comment l'enfant était perçu, avec d'abord les travaux de Jacqueline Rabain : comment le développement de l'enfant est perçu dans les familles ? Quels sont les critères du développement de l'enfant ? Cela rejoint aussi les travaux de De Suremain. C'était les deux directions sur la santé de l'enfant et puis il y eu après l'arrivée des travaux sur le sida… Mais au début, la santé de l'enfant, on n'en parlait pas beaucoup d'un point de vue anthropologique.

76FAF : Finalement, c'est récent.

77DB : Ma thèse est sortie en 1983, je l'ai publiée en 1988 mais il y avait très peu de travaux sur la maladie de l'enfant au niveau de l'interprétation. J'avais peu de choses… Il y a eu après des travaux américains sur l'allaitement, des travaux comme ceux de Dettwiller qui travaillait au Mali, d'autres travaux dans d'autres coins autres que l'Afrique, comme l'Amérique Latine, je pense à Lestage. Mais pour rester dans le monde français, il y en avait très peu sur la maladie de l'enfant ; donc ça a été un autre axe de recherche qui se raccordait à l'Anthropologie de la Maladie. C’était un peu comme une mise en abîme thématique.

78FAF : Cela me paraît essentiel comme recherches et thématiques. D'autant plus maintenant en France où il y a tellement de questionnements : sur la parentalité, la prise en charge de la maladie... Il y a tellement de modifications, de nouveautés… Heureusement les séminaires sont là grâce à vous, mais l'institution pour l'instant, elle ne donne pas plus…

79DB : Alors qu'il y a une demande sociale par exemple avec les migrants. De plus en plus les migrants sont perçus par les Français au niveau du médical comme un problème : problème social mais aussi d'observance, de traitement… Donc on demande le recours à un anthropologue, qui peut être réticent à être pris comme un donneur de leçons et de recettes. C'est toujours le danger et la peur de l'anthropologue. Je pense qu'on a un rôle citoyen à jouer, pour éviter un « hyperculturalisme » du migrant. Il y a un danger, à mon avis qui est en partie imputable à une certaine tranche de l'ethnopsychiatrie « hyperculturaliste », qui a fait des migrants des gens qui ne sont que le produit de leur culture d'origine. Je pense que c'est dû aussi au fait que ces gens qui travaillent sur les migrants ne connaissent pas les populations d'origine.

80Quand on travaille, comme j'ai eu l'opportunité de la faire sur la drépanocytose, on s'aperçoit que les trajectoires de migrants en France sont à mettre en perspective avec des trajectoires d'Africains qui vont de la campagne à la ville ou même ailleurs. Il y a un cheminement dans l'individuation du sujet qui n'est pas propre à la migration internationale. Donc là l'anthropologue peut être à même d'éviter ces pièges, pour que les éducateurs, les médecins… n'enferment pas les migrants dans une représentation unifiée, figée du sujet. On a un rôle à jouer au niveau des soins aux enfants parce que sinon on se retrouve soit dans une vision rousseauiste : « ces pratiques de Bororo, c'est merveilleux ! » C'est une vision idéaliste… avec pour corollaire l'inverse : pour d'autres ce sont des pratiques de sauvages qu'il faut modifier et qui frôlent la maltraitance… Quand on idéalise d'un côté, on est souvent dans le stigmate de l'autre. Notre travail, c'est un peu de montrer qu'effectivement il y des pratiques malfaisantes comme l'excision, mais qu'il y a des gens qui sont demandeurs de soins, d'intégration sociale, de nouveaux modes de vie ou de compromis, que sais-je, et que les choses ne sont pas figées. Le meilleur exemple est la polygamie en Afrique, on disait que la polygamie était en voie d'extinction et après on disait non. Finalement ce sont plutôt les démographes qui ont montré qu'il y a des modes de mariage qui coexistent et que les choses ne sont pas caricaturales comme on peut bien le croire quand on ne connaît pas le sujet. Ainsi des nouvelles formes de mariage, des nouvelles formes de conjugalité interrogent ce qui se passe dans les relations à l'autre. La demande n'est plus la même envers l'autre quand les mariages ne sont plus arrangés et qu'il y a de plus en plus de gens qui choisissent leur conjoint. On a un rôle à jouer toujours aussi bien ici qu'ailleurs.

81SL : Oui, oui, c'est vrai !

Haut de page

Notes

1  Vol 51, fasc 1-2, 1981.

2  Lallemand S, Journet O, Ewombé-Moundo E, Ravololomanga B, Dupuis A, Cros M, Jonckers D Grossesse et petite enfance en Afrique noire et à Madagascar, Paris : L'Harmattan ; 1991.

3  L'enfant du lignage : du sevrage à la classe d'âge. Éditions Payot : Paris ; 1994.

4  Une histoire de l'allaitement. Éditions La Martinière  : Paris ; 2006.

5  Alexandre Bidon D, Closson M. L'enfant à l'ombre des cathédrales. P.U. de Lyon : Lyon ; 1985.

6  Bonnet D, Legrand-Sebille C, Morel MF. Allaitement en marge. Ed. L'Harmattan : Paris ; 2002.

7  Delaisi de Parceval G. Lallemand S. L'art d'accommoder les bébés. Paris : Editions Odile Jacob ; 1980.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madina Querre et Claire Mestre, « L’anthropologie de l’enfant, une histoire récente », Face à face [En ligne], 10 | 2007, mis en ligne le 01 octobre 2007, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://faceaface.revues.org/66

Haut de page

Auteurs

Madina Querre

Articles du même auteur

Claire Mestre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org