Navigation – Plan du site

L’enfant et sa santé. Regards sur une prise en charge

Claire Mestre et Madina Querre

Texte intégral

  • 1  Un second colloque aura lieu en novembre 2007, organisé par « Pas de zéro de conduite pour les enf (...)
  • 2  Un premier colloque a été réalisé en juin 2006 par « Pas de zéro de conduite pour les enfants de t (...)

1L'interrogation sur la prise en charge des enfants, tant au niveau des procédures de prévention que du soin, est, aujourd'hui en France, une problématique centrale. C'est pourquoi nous avons souhaité réaliser un numéro sur le thème de la santé de l'enfant en réunissant des auteurs des sciences sociales qui travaillent sur ce thème à travers le monde. Au travers de ce champ spécifique de la santé c'est un éclairage sur l'état de nos sociétés qui émerge. Or ce qui est surprenant, c'est que les travaux de sciences sociales restent finalement bien rares au sein de la communauté des chercheurs français, au regard de l'urgence de la situation. Nous avons en mémoire la mobilisation, encore d'actualité1, autour de la proposition de plan de prévention de la délinquance qui prônait notamment une détection précoce des « troubles comportementaux » chez l'enfant, censés annoncer un parcours vers la délinquance2. Les chercheurs, cliniciens, acteurs sociaux se sont immédiatement mobilisés pour réagir. Cet évènement a soulevé la problématique de la prise en charge de l'enfant par sa famille et par la société. Nous sommes confrontés à une période où les parents s'en remettent, doivent faire avec les professionnels qui les entourent pour s'occuper de leurs enfants. Dès la grossesse, le parcours est rythmé par les visites médicales jusqu'à l'accouchement dont le déroulement dépendra des choix de l'obstétricien (position de l'accouchement, déclenchement ou pas, accompagnement sécurisant ou pas,…). Puis les conditions d'allaitement, de sevrage, de sommeil, de portage, tout ceci est entre les mains des professionnels de santé, de collectivités, qui entourent les parents, particulièrement jeunes parents. Ces derniers ont bien souvent peu d'expérience, voire aucune, préalable à l'arrivée de leur premier enfant. Il serait intéressant de s'interroger sur ce lien parents experts et les conséquences sur l'apprentissage et l'application de la fonction parentale. Un tel sujet implique une approche pluridisciplinaire.

  • 3  Conf. Ed. Syros, coll. Enfance et sociétés

2Ce sont finalement les psychologues et les psychiatres qui poursuivent majoritairement des recherches et une réflexion autour de ces sujets de la santé de l'enfant. Il serait fondamental que les sciences sociales réengagent une dynamique, telle qu'elle semblait exister au Centre International de l'Enfance3, désormais fermé. Quelques résistances dans les sciences sociales perdurent et c'est pourquoi nous avons décidé d'ouvrir ce numéro avec une interview de Doris Bonnet et de Suzanne Lallemand, anthropologues françaises, leaders de la recherche anthropologique sur la santé des enfants. Nombre des chercheurs et acteurs de santé autour de l'enfant qui ont voulu s'interroger sur la prise en charge des enfants ont participé au séminaire initié par Suzanne Lallemand et poursuivi avec Doris Bonnet. C'était et demeure un lieu unique sur ce sujet.

3Elles nous proposent un historique de ce séminaire. Elles nous montrent aussi la place difficile que peut avoir la recherche en sciences sociales autour des questions de la santé de l'enfant, et ce malgré l'importance de cette problématique dans l'actualité.

4De nombreux aspects relèvent de ce thème, par exemple la prise en charge de la maladie de l'enfant qui est liée à la nécessaire relation triangulaire : soignant-enfant-parents. Dans le cas d'une hospitalisation, l'entrée des parents dans les services de pédiatrie n'a été généralisée qu'à la fin des années quatre-vingt, et l'article de Sarra Mougel, doctorante en sociologie à Paris 5, nous en montre toute la complexité à travers un terrain qu'elle a effectué en région parisienne. Elle y a observé un certain nombre d'enfants qui étaient seuls face à leur prise en charge thérapeutique. Au travers de son analyse, elle montre que les enfants hospitalisés sont acteurs de leur hospitalisation, veillent - avec ou sans l'aide de leurs parents et dans la mesure de leur développement - sur leur santé et leur confort dans ce lieu, participent à « l'ordre du service » et contribuent à définir le développement de leur trajectoire hospitalière.

5Cet article donne à s'interroger sur la posture adoptée par le corps soignant confronté à la santé de l'enfant. Yvan Leanza, psychologue-maître assistant à l'Université de Genève et doctorant en anthropologie, propose une réflexion théorique et méthodologique permettant d'interroger la pratique des pédiatres confrontés à la réalité interculturelle de la Suisse.

6Si ses premiers résultats donnent une image de la pédiatrie similaire à ce que la recherche sur les relations médecins-patients met habituellement en évidence (le professionnel se positionne comme un expert dont l'activité consiste à dispenser un savoir universel sans tenir compte du point de vue de l'autre) par la suite il développe un certain nombre d'éléments qui permettent de les nuancer. Il décrit les lacunes et les contradictions qui existent dans l'encadrement des (futurs) professionnels et dans l'accompagnement des changements institutionnels nécessaires pour faire face à la diversification croissante de la population consultante.

7Cette question de la pratique pédiatrique, est interrogée par Charles-Edouard de Suremain, anthropologue à l'IRD, en Bolivie, à travers une analyse de l' « impossible alliance thérapeutique » qui entoure la santé de l'enfant. Tandis que le manque d'empathie et la médiocre communication entre les soignants et les soignés durant les consultations médicales sont régulièrement pointés et débattus dans les recherches anthropologiques, il oriente la réflexion autour des enjeux de pouvoir économique, social et symbolique entre les différents responsables (parents, entourage, personnels de santé), du processus devant permettre d'améliorer les activités de suivi de la croissance et du développement dans les structures de soins compte tenu de leurs contraintes propres ainsi que des perceptions et pratiques des soignants comme des soignés. Partant de cette notion d' « alliance thérapeutique » il s'interroge sur sa spécificité par rapport à la « relation thérapeutique », et en quoi elle peut permettre de mieux identifier et comprendre les logiques comme les rationalités des rapports inégalitaires qui se jouent au sein de la consultation pédiatrique.

8C'est dans les contextes particuliers d'urgence, de prise en charge de la santé de l'enfant qu'émergent de nouvelles structures au rôle fondamental. On trouve les associations qui agissent pour le mieux être des enfants ou des structures spécifiques comme celle présentée par Hortense Aka Dago-Akribi. A travers l'expérience tout à fait originale et novatrice du CEPREF Enfant (Centre de Prise en charge, de Recherche et de Formation pour les enfants infectés par le VIH) situé à la formation sanitaire de Yopougon (Abidjan), elle analyse le vécu de l'enfant infecté par le VIH/sida et les enjeux thérapeutique et psycho-sociaux qui interviennent. Un travail pluridisciplinaire permet d'accompagner ces enfants et l'auteur analyse l'intérêt de la démarche adoptée dans ce centre, tant pour les enfants que pour les adolescents. Le vécu de l'enfant infecté se construit autour de l'image du corps, de la souffrance, de la perception de sa maladie et de ses traitements. Il est aussi alimenté par la réalité de cette maladie, les soins que reçoivent ses parents et leur décès éventuel. La qualité de l'expérience permet d'illustrer à quel point une prise en charge pluridisciplinaire est organisée autour de l'écoute du vécu psychologique, du soutien aux parents et de la prise en compte de l'impact de l'environnement.

9Cette démarche place l'enfant au centre des enjeux de la prise en charge, renouant finalement avec les objectifs revendiqués par l'ensemble des discours politiques sur les droits de l'enfant.

10En préambule à notre « bouquet final », nous avons souhaité traiter de la prise en charge de la santé de l'enfant au sein de la société Peul dans le Séno du Burkina Faso, permettant d'apporter, de rappeler que chaque société élabore des représentations, des logiques et des démarches complexes, qui lui sont propres et qui doivent faire avec ou contre les logiques et comportements médicaux tels qu'abordés dans les articles précédents. C'est aussi un article de transition qui permet de « plonger » dans l'univers unique que nous rapporte Michèle Cros.

11Elle a accepté de nous offrir un texte tout à fait inédit, qui est un préambule à son prochain ouvrage. C'est la rencontre d'un enfant « blanc » au statut tout à fait particulier, avec le monde des représentations dans un village Lobi. C'est un voyage extraordinaire dans lequel nous embarque « l'enfant panda » sous le regard perplexe et curieux de sa Mère, dont l'écriture nous transporte au fil des évènements laissant le lecteur transporté, en suspend et dans l'attente de la suite du voyage.

12Ce numéro sur l'enfant et sa santé nous donne à lire la complexité des réflexions qui entourent la prise en charge de l'enfant, et met en valeur la nécessité d'introduire une démarche qualitative et pluridisciplinaire. Les expériences présentées dans la rubrique Face au terrain montrent combien l'implication des associations est nécessaire et contribue à faire progresser d'une part les résultats, mais aussi la réflexion. Souhaitons que la complexité des enjeux de société dans laquelle naissent nos enfants, donne lieu à nombre de recherches qui devront, vraisemblablement, de plus en plus être appliquées dans le but de contribuer à leur mieux être.

13De nombreux sujets n'ont pas été abordés ici : la prise en charge des victimes de violences par exemple, les activités « parallèles » au soin contribuant à améliorer la santé de l'enfant, le rapport à l'alimentation, aux addictions, etc. D'autres numéros pourront ainsi encore être consacrés à ce sujet.

Haut de page

Notes

1  Un second colloque aura lieu en novembre 2007, organisé par « Pas de zéro de conduite pour les enfants de trois ans »

2  Un premier colloque a été réalisé en juin 2006 par « Pas de zéro de conduite pour les enfants de trois ans » sur « Prévention, dépistage des troubles du comportement chez l'enfant », dont les actes ont été publiés dans la Collection Santé & Société, n° 11. Nov.2006

3  Conf. Ed. Syros, coll. Enfance et sociétés

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Mestre et Madina Querre, « L’enfant et sa santé. Regards sur une prise en charge », Face à face [En ligne], 10 | 2007, mis en ligne le 01 octobre 2007, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://faceaface.revues.org/63

Haut de page

Auteurs

Claire Mestre

Medecin Hospitalier et Anthropologue Laboratoire ADES/SSD
UMR 5185, Chargé d'enseignement Bordeaux 2.
Mail : Claire.mestre@yahoo.fr

Articles du même auteur

Madina Querre

Chercheur contractuelle en anthropologie. Membre de REVeSS (Recherches et Études sur les Vulnérabilités Sociales et de Santé publique) et du Laboratoire ADES/SSD UMR 5185 Université Bordeaux2. Mail : madinaquerre@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org