Navigation – Plan du site

Présentation d'une grille d'entretien pour l'évaluation psychologique du sportif. Le GEEMS : Grille d’Entretien pour une Evaluation Multidimensionnelle du Sportif

Sarah Brisseau-Gimenez

Texte intégral

Introduction

1Cet article présente les différentes étapes de la démarche dans l’élaboration et l'expérimentation de la Grille d’Entretien pour une Evaluation Multidimensionnelle du Sportif (GEEMS). Les auteurs de cet outil clinique sont des membres du Centre d’Accompagnement et de Prévention pour les Sportifs (CAPS), service du CHU de Bordeaux rattaché à l’hôpital Saint André. Le CAPS regroupe des intervenants de plusieurs disciplines : médecine générale, psychiatrie, sociologie, psychologie. Il se donne une mission de prise en charge des difficultés psychologiques chez les sportifs, mais aussi de prévention, d’information et de formation, d’étude et de recherche.

  • 1  Journal Officiel. Nature et périodicité des examens de la surveillance médicale, communs à toutes (...)

2A l’origine de la conception du GEEMS, nous souhaitions mettre en place une évaluation clinique pertinente, acceptable et adaptable, qui soit utile pour le soin et dont les données puissent être exploitables dans un objectif de recherche. Cette évaluation devait permettre une appréhension globale de première intention du patient : un sportif adolescent ou adulte présentant une demande d’aide pour des difficultés en lien avec les champs de la psychopathologie et/ou de l’addictologie. Mais aussi, elle devait répondre à la préoccupation du législateur concernant l’évaluation des problématiques auprès de sportifs tout venant, non demandeurs de soin, qui entre aujourd’hui dans le cadre du suivi médical auprès des sportifs défini depuis par l’arrêté du 11 février 20041. Elle devait être multidimensionnelle de façon à recueillir les informations essentielles dans différents domaines nécessaires à l’accueil initial et à l’orientation dans le soin. Pour cela, les axes principaux de la qualité de vie devaient être explorés afin d’effectuer un premier dépistage d’éventuels problèmes spécifiques et de questionner les demandes du patient. Enfin, cette évaluation devait être standardisée et codifiée de manière à avoir une utilité de recherche à des niveaux descriptif, évaluatif et épidémiologique. De fait, le GEEMS est un entretien semi-directif dont les données sont codifiées selon des conventions précises, ce qui permet leur informatisation. Il s’accompagne par conséquent d’un manuel et nécessite une formation pour une bonne utilisation.

La nécessité de créer un nouvel outil spécifiquement adapté à la population des sportifs

Nécessité liée au contexte clinique

3Différentes études ont pu montrer l'incidence positive d’un sport pratiqué régulièrement et modérément, notamment sur les éléments anxieux et dépressifs (Simon, 2003). Par contre, "… dans certaines circonstances inhérentes à la façon de pratiquer, aux capacités d'adaptation individuelles, à la nature de certains sports, et peut-être encore à d'autres facteurs à identifier, émergent des difficultés psychologiques, voire d'authentiques pathologies" (Guffens, 2001). En outre, dans la population des sportifs, les troubles seraient particulièrement difficiles à déceler et à exprimer (Simon, 2001), le statut de sportif éloignant à priori de tout problème d’ordre psychopathologique puisque « le champion est élevé au rang de modèle idéal d’équilibre et de santé » (Duclos, 2002). Or, la pratique d’une activité physique intensive est identifiée par certains auteurs comme un facteur de vulnérabilité qui en fait un sous-groupe à risque de développer des troubles spécifiques :

4La consommation de substances est plus élevée chez certains adolescents sportifs (Franques et al., 2001) ; en 1999, une enquête de l’INSERM conclut : « Ceux qui ont une pratique sportive intense ont une alcoolisation plus régulière, sont plus nombreux à avoir connu des ivresses répétées ou à avoir pris des drogues illicites » (Choquet et al., 1999). Dans le contexte de l’adolescence, la vulnérabilité est renforcée par la pratique intensive d’un sport et un contexte de vie favorisant la centration sportive (Michel, 2001).

5Les études montrent également une fréquence importante des troubles du comportement alimentaire chez les jeunes athlètes féminines (Johnson et al.,1999).

6Des éléments dépressifs peuvent se manifester suite à des blessures (Smith, 1996) ou dans un contexte de « burnout » (Hall et al., 2001). La gestion du stress inhérent aux situations de compétition est difficile pour certains individus, qui pourront développer un véritable trouble anxieux. Le rapport à la pratique peut rejoindre certains critères d’abus ou de dépendance (Mangon et al., 2003). L’après-carrière sportive peut également s’avérer problématique (Bauche, 1998).

7Le contexte justifie la nécessité d’un outil d’évaluation adapté. Selon nous, cet outil doit couvrir l’ensemble des secteurs de la vie pouvant être affectés par la pratique d’une activité sportive intensive, afin de déterminer les prises en charge qui répondent aux besoins spécifiques du sportif évalué. Il doit préférentiellement adopter une approche multidimensionnelle afin d’évaluer l’ensemble des facteurs médico-psycho-sociaux. En outre, son utilisation comme évaluation psychologique dans le cadre du suivi médical prévu par la Loi implique des fonctions de prévention et dépistage des difficultés.

Nécessité liée à l'absence d'un outil existant répondant à nos objectifs

8Un recensement des outils utilisés dans le champ spécifiquement sportif montre que :

  • Certains outils sont utilisés dans l’évaluation de la population sportive mais sans être au départ destinés à l’évaluation spécifique de cette population. De plus, la plupart se concentre sur l’évaluation d’un nombre réduit de problématiques, voire sur une seule problématique ou un trait de personnalité.

  • De la même façon, si on considère les outils spécifiquement destinés à l’évaluation de la population sportive, la plupart vise l’évaluation d’une seule problématique ou d’un seul trait de personnalité. En outre, tous n’ont pas été traduits et/ou validés en langue française.

  • Les outils spécifiquement conçus à l’intention de la population sportive et qui présentent un abord psychologique plus global ne répondent pas complètement à nos objectifs et nécessitent souvent des compétences spécialisées en psychologie du sport. Certains ont pour objectif principal de pronostiquer la réussite sportive future des sujets examinés, et leurs modalités d’investissement dans la tâche. D’autres ont davantage des objectifs sanitaires mais s’intègrent difficilement dans une démarche d’exploitation épidémiologique.

Elaboration de la grille d'entretien

Les grands objectifs du projet de construction de l’outil 

9Afin de répondre à des besoins concrets, issus du terrain, il s’agissait de :

  • développer un outil qui permette d’évaluer, chez les adolescents et adultes sportifs ou anciens sportifs, une éventuelle problématique médico-psycho-sociale ;

  • développer un outil qui permette de recueillir des données fiables sur la population visée tant à des fins cliniques (données partageables entre les divers intervenants, organisation du soin) que de recherche (profils des sous-groupes, évaluation du changement…).

10Le GEEMS est issu de la réflexion d’un comité d’experts dont la composition est la suivante : un médecin généraliste ancien sportif de haut niveau, deux psychiatres, un sociologue, une psychologue, qui l’ont élaboré sur la base de leur connaissance de la population des sportifs et en fonction de leurs attentes en tant que cliniciens et/ ou chercheurs.

11L’outil a été conçu sur le modèle de trois grilles d’entretien utilisées dans le champ de l’addictologie, et présente avec elles de grandes similitudes de présentation, de passation et de cotation, tout en étant adapté spécifiquement à la population sportive dans son contenu : l’Addiction Severity Index (ASI), l’Indice de Gravité d’une Toxicomanie (IGT) et l’Indice de Gravité d’une Toxicomanie pour Adolescents (IGT-Ado). L’ASI bénéficie de nombreuses études de validation qui ont établi ses qualités psychométriques. L’IGT est une version française de l’ASI traduite et validée au Québec (Bergeron et al., 1992). L’IGT-Ado est une version de l’IGT adaptée à l’adolescent et validée auprès de cette population (Landry et al., 2000).

Le choix de l’ASI/IGT comme modèle de construction de l’outil 

12L’Addiction Severity Index (ASI) est un entretien semi-structuré qui permet une évaluation multifactorielle détaillée des problèmes associés à l’usage ou à la dépendance aux substances, y compris l’alcool. Mis au point par McLellan en 1980 (McLellan et al., 1980), l’outil a été largement diffusé depuis sur le continent américain et en Europe. Ses qualités ont été démontrées par de nombreuses études de fidélité et de validité réalisées par l’équipe de McLellan mais aussi par d’autres chercheurs (Hendricks et al., 1989 ; Hodgins & El-Guebaly, 1992 ; Kosten et al., 1983), y compris dans des contextes francophones et notamment au Canada (Bergeron et al., 1998), où l’équipe du RISQ a mis au point une version adaptée au contexte culturel appelée IGT. La version française de l’ASI a été adoptée par de nombreux centres de soin et de recherche en addictologie, notamment par le Laboratoire de Psychiatrie de l’Université Victor Segalen Bordeaux 2, qui l’utilise comme outil d’évaluation principal et le diffuse au niveau national (Grabot et al., 1996).

13Selon nous, l’évaluation au cours d’un entretien est une forme pertinente car elle permet au clinicien de juger de la qualité de la relation et d’apprécier le comportement du patient. Elle favorise la compréhension et la relation interpersonnelle, permet de soutenir l’attention et la concentration, de clarifier le manque de cohérence éventuel des réponses. Sa souplesse rend possible son adaptation à l’individu.

14Les grandes modalités originales de l’ASI ont été reprises :

  • Intégration de données dites « objectives » (potentiellement vérifiables par ailleurs par des analyses biologiques, des examens physiques ou des entretiens psychologiques supplémentaires ou différents) et de données dites « subjectives » (issues du sentiment personnel du sujet). La confiance accordée aux données recueillies est favorisée par une information claire sur les motifs de l’entretien, ses conditions de confidentialité, et sur la non obligation de réponse. Elle est évaluée sur des critères de lisibilité et de cohérence des réponses, par des modalités de passation qui autorisent l’intervenant à enquêter pour clarifier les situations décrites, ainsi que par une vérification croisée des réponses au travers des différentes sections.

  • Séparation de l’entretien en grandes thématiques indépendantes les unes des autres. « Les aides et traitements proposés peuvent alors cibler les grands domaines de la qualité de vie affectés » (Brisseau et al., 1999), de s’orienter vers une prise en charge plus complète et donc potentiellement plus efficiente.

  • Evaluation de deux périodes : vie entière et trente derniers jours. Ces fenêtres temporelles constituent un élément clé de la mesure de l’amélioration ou de la détérioration des sphères de la vie. En outre, leur utilisation combinée permet de s’adapter à la fois aux populations adulte et adolescente : en effet, la situation passée (historique des problèmes) constitue la base de l’évaluation de la gravité des problèmes chez l’adulte, alors que l’évaluation de l’adolescent doit davantage s’appuyer sur la mesure des situations problématiques actuelles ou récentes (Landry et al., 2000), même si dans tous les cas il est important de connaître les antécédents.

  • Utilisation d’une échelle d’auto-évaluation de la demande d’aide pour chacun des domaines abordés. L’organisation d’une éventuelle prise en charge se fait dans un rapport collaboratif. En outre, « le fait de prendre en compte l’évaluation qu’il fait lui-même de son état contribue à impliquer le sujet dans la démarche de soin en lui donnant un rôle actif » (Brisseau et al., 1999).

  • Standardisation et codification des réponses régies par des règles précises. La standardisation, outre son utilité dans l’exploitation des données, permet d’investiguer certains champs parfois perçus comme difficilement abordables en première intention : en effet, les cliniciens s’accordent à penser que lors d’un premier entretien des points tels que les usages de substances, ou encore davantage les violences émotionnelles, physiques et sexuelles, sont difficilement accessibles à moins d’être évoqués spontanément.
    Les modalités de recueil permettent d’obtenir des informations basées sur les mêmes paramètres, quel que soit l’enquêteur ou le sujet, ce qui améliore la fiabilité et la lisibilité entre les intervenants.

  •  Durée de passation moyenne de quarante minutes. Ce laps de temps est sensiblement identique à celui d’un entretien clinique classique. Or il va permettre de relever une quantité d’informations plus importante et exploitable dans un projet de recherche.

15L’utilisation de ce mode d’évaluation soulève néanmoins certaines critiques, auxquelles les utilisateurs bordelais ont tenté de répondre (Brisseau et al., 1999). En particulier, la forme même de l’entretien, si elle ne permet pas de modifier les items de base, permet en revanche de les compléter par des questions adaptées aux besoins locaux. De même, d’autres instruments peuvent y être associés de manière à préciser un domaine d’intérêt particulier.

Adaptation à la population des sportifs 

16Les secteurs inventoriés par l’ASI (état médical, emploi et ressources, drogues et alcool, situation légale, relations familiales et sociales, état psychiatrique) ont été révisés dans une première version du GEEMS de façon à les adapter à la population des sportifs.

17Les modifications opérées ont été les suivantes :

  • L’échelle d’auto-évaluation en 5 points (de 0 pas du tout à 4 extrêmement) de l’ASI a été remplacée par une échelle en 4 points (de 0 pas du tout à 3 beaucoup). En effet, selon notre expérience de passateur et de formateur à l’ASI, les points 3 (considérablement) et 4 (extrêmement) de l’ASI étaient très souvent confondus par les sujets, qui ne les différenciaient pas suffisamment.

  • Une section « activités sportives » a été ajoutée. Elle va faire le point sur la nature et la quantité des pratiques actuelles et passées. Les objectifs et la place du sport dans la vie seront évalués, ainsi que d’éventuelles difficultés en termes de motivation ou de performance.

  • La section « emploi et ressources », renommée « activités scolaires, professionnelles et de loisir » a été complétée par des items de l’IGT pour adolescents. Des questions s’intéressant aux loisirs permettent d’apprécier la diversification des centres d’intérêt ou au contraire la centration sportive.

  • La section « consommation de drogues et d’alcool » a été complétée par un inventaire des produits utilisés dans le cadre de la pratique, substances interdites et autres, et simplifiée dans son inventaire des autres usages illicites.

  • La section « situation légale » a été supprimée, d’une part parce qu’elle ne se justifiait plus chez le sportif, d’autre part en raison des réticences de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) à son égard.

  • La section « relations familiales et sociales » a été simplifiée pour se centrer sur les conditions de vie et la nature des relations avec les principales catégories de proches : famille, amis, entourage sportif, entourage scolaire, entourage professionnel.

  • La section « état médical » est davantage orientée sur la blessure.

  • Une section « corps et comportements alimentaires » a été ajoutée afin d’inventorier les troubles de l’image du corps et les troubles du comportement alimentaire.

  • La section « état psychologique » inventorie une symptomatologie plus diversifiée, à l’image de l’IGT pour adolescents. En effet, une critique formulée à l’encontre de l’ASI portait sur la pauvreté de sa section psychologique. De ce fait, les équipes de soins utilisant l’ASI sont souvent amenées à compléter l’entretien par des questionnaires d’évaluation de la psychopathologie.

18Comme l’ASI, le GEEMS est une grille d’entretien et non un questionnaire. De ce fait, le libellé des items est davantage destiné à l’intervenant plutôt qu’au sujet. Dans les sections « Corps et comportements alimentaires » et « Santé psychologique » notamment, les questions devront être formulées de façon à les rendre compréhensibles au sujet, en fonction de son âge par exemple, et de manière à s’assurer que la cotation correspond bien aux critères décrits dans le manuel d’utilisation de l’outil (ex. « l’épisode dépressif : se rapporte à des problèmes importants de santé mentale ayant des retentissements dans la vie du sujet. Les symptômes devront s’être manifestés pendant au moins 2 semaines consécutives dans la période de référence « vie entière » pour être signalés. Il se présente par exemple par un fléchissement de l’humeur, une diminution de l’intérêt et du plaisir pour les choses qui étaient jusque là importantes, une réduction de l’énergie et une diminution de l’activité associée à une fatigabilité »).

Expérimentation auprès des sportifs

19Le CAPS a complété un dossier de demande d’avis auprès de la CNIL, qui a émis un avis favorable (n° 774111 en date du 10/03/2002). Après délibération du Conseil d’Administration le 15/05/2002, la gestion des données du GEEMS a été publiée au Courrier Français de Gironde du 9/08/2002.

20La version 1 (4 octobre 2001) a été testée auprès de 122 sportifs en CREPS (Centre Régional d’Education Populaire et Sportive) et de 43 patients du CAPS.

21Dans le premier cas, il s’agissait de 79 sportifs et 43 sportives âgés de 12 à 33 ans et issus des pôles rugby, pentathlon, escrime, handball, tennis de table, roller skating, et tir. L’évaluation était systématisée, auprès de sujets a priori non demandeurs de soin. Elle a été réalisée par des psychologues extérieurs à l’institution sportive, dans les locaux du service médical. La participation à l’évaluation était encouragée par les entraîneurs, cependant la non-obligation de répondre était précisée, conformément à la Loi. Le caractère confidentiel était explicité. Sous cette forme, l’entretien d’évaluation psychologique a été bien accueilli, toujours entièrement complété, jugé pertinent dans son approche globale et compréhensible malgré la spécificité des thèmes abordés et le jeune âge de certains sujets. Les commentaires des sportifs ont été encourageants. Pour eux, cette première version était bien adaptée à leur réalité et permettait d’obtenir une évaluation assez complète de la situation. Toutefois, il s’agit là d’éléments recueillis oralement ou issus de l’interprétation des intervenants. Un auto-questionnaire anonyme a donc été mis en place par la suite afin de sonder l’opinion des enquêtés, qui ne s’est pas révélée différente. La durée de passation moyenne a été de 40 minutes.

22Au CAPS, il s’agit d’un cadre de consultation spécialisée dans lequel l’entretien par le GEEMS, mené par la psychologue, complète les données d’évaluation de médecine générale et de psychiatrie. Lors des discussions ayant suivi la passation du GEEMS, les patients ont évoqué le fait de pouvoir faire un bilan complet de leur situation dans lequel le sport a sa place, l’impression d’avoir fait le tour des questions indispensables, le fait de pouvoir quantifier l’importance et la priorité des différentes raisons pour lesquelles ils ont besoin d’une aide, le souci de compréhension et de clarification qui transparaît. Dans tous les cas, la totalité des items a été renseignée. Une enquête anonyme réalisée auprès des patients ne fait pas ressortir d’éléments qui soient en désaccord avec ceux issus des échanges directs.

23La psychologue a jugé que les informations étaient fiables et cohérentes entre elles. Les psychiatres ont jugé les données recueillies par le GEEMS cohérentes et complémentaires avec celles qui étaient issues de leur propre entretien clinique. La durée de passation moyenne a été de 60 minutes.

Elaboration et utilisation de la seconde version (16 juin 2003)

24Bien que la version 1 ait été reçue positivement, plusieurs modifications ont été apportées dans une deuxième version, de façon à améliorer la pertinence de l’outil mais aussi de manière à faciliter son exploitation. Les deux principales modifications interviennent dans les sections « santé physique » et « consommation de substances » :

  • dans la section « santé physique », le thème de la blessure et de ses conséquences sur la pratique sportive (poursuite ou arrêt) a été développé.

  • dans la section « consommation de substances », la liste des produits inventoriés a été complétée et réorganisée sur un continuum de façon notamment à favoriser la fiabilité des réponses : les produits d’aide à la performance licites ; les produits d’aide à la performance illicites ; le tabac et l’alcool ; les autres substances psychoactives illicites ; les médicaments psychotropes.

25Le GEEMS version 2 s’associe à un manuel à l’intention des intervenants, qui inclue les consignes de présentation et de passation, ainsi qu’une définition de chacun des items afin d’assurer une bonne compréhension de l’outil et une passation équivalente entre les utilisateurs. Les items concernant la psychopathologie sont pour beaucoup définis selon des critères des classifications internationales (CIM10, DSMIV).

26Une version de suivi a été élaborée, qui permet de refaire le point à distance et d’apprécier les changements, sans redondance, à condition de respecter un intervalle de trente jours entre deux passations. De cette façon, on ne perd aucune information, on ne répertorie pas non plus plusieurs fois le même évènement.

27Le GEEMS dans sa version 2 est systématiquement appliqué comme évaluation clinique initiale des nouveaux patients du CAPS. Il est également l’outil utilisé en Aquitaine pour compléter les bilans psychologiques des sportifs concernés, en tant qu’examens du suivi médical prévu par la Loi.

28Dans ce cadre précis, l’exploitation statistique de 971 GEEMS nous a permis de faire évoluer l’outil dans une troisième version qui tient compte des nouvelles connaissances issues de ces résultats, mais aussi des expériences de terrain d’un nombre d’utilisateurs cliniciens devenu plus important au cours des dernières années.

Conclusion

29Disposer d’un outil spécifique s’est imposé pour le CAPS face aux particularités de la population concernée, en l’absence d’une échelle d’évaluation déjà existante qui intègre les connaissances générales en psychopathologie du sport, et qui ait ce double objectif clinique et de recherche. .

30Le GEEMS est une grille pour un entretien clinique structuré et standardisé, élaborée à partir de grilles déjà validées : l’Addiction Severity Index, l’Indice de Gravité d’une Toxicomanie, et l’Indice de Gravité d’un Toxicomanie pour adolescents. Il comprend une version de suivi qui permet de réévaluer la même personne sans redondance ni perte d’informations. Il s’associe à une formation et à un manuel d’utilisation et de cotation, de façon à assurer une meilleure cohérence entre les intervenants.

31Le GEEMS favorise une approche globale médico-psycho-sociale, tout en tenant compte de l’identité sportive du sujet, au travers d’une exploration de sept domaines importants dans la qualité de vie du sportif : ses activités sportives ; sa scolarité, sa profession et ses loisirs, ses relations familiales et sociales, sa santé physique ; son image corporelle et ses comportements alimentaires ; ses usages de substances, sa santé psychologique. Il a été conçu de manière à s’adapter tant aux adultes qu’aux adolescents et tient compte des antécédents tout en restant centré sur l’état actuel, en combinant des périodes de référence complémentaires.

32Le GEEMS est utilisé pour réaliser le bilan psychologique prévu par la Loi, mais aussi dans le cadre d’une consultation de psychopathologie du sport qui peut recevoir des sportifs autres, ou anciens sportifs, demandeurs de soins ou adressés dans d’autres conditions.

33Une troisième version est actuellement disponible, qui tient compte de l’expérimentation des cliniciens formés au GEEMS au cours des dernières années, mais aussi qui intègre les nouvelles connaissances issues de l’exploitation statistique de 971 sujets ayant complété l’outil dans le cadre du bilan psychologique prévu par la Loi dans le suivi médical des sportifs.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bauche, P., « Haut niveau : la dépression guette en bout de piste ». Libération: 24, 1998.

Bergeron J., Landry M., Ishak A. , Vaugeois P., Trepanier M. Validation d’un instrument d’évaluation de la gravité des problèmes reliés à la consommation de drogues et d’alcool : l’Indice de Gravité d’une Toxicomanie (IGT). Rapport de recherche du RISQ présenté au Ministère de la Santé et des Services Sociaux, Gouvernement du Québec. Novembre 1992.

Bergeron J., Landry M., Brochu S., Guyon L. Les études psychométriques autour de l’ASI/IGT (chapitre 2), L’évaluation des clientèles alcooliques et toxicomanes, 1998.

Brisseau S., Auriacombre M., Franques P., Daulouede JP., Tignol J. « L’addiction Severity Index ». Le Courrier des Addictions (1), n° 5, décembre 1999.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Brun JF. « Le surentraînement : à la recherche d’un outil d’évaluation standardisé utilisable en routine ». Science et Sports 18, 2003 : 282-286.
DOI : 10.1016/j.scispo.2003.10.001

Carrier C. De l’investissement sportif de haut niveau à l’adolescence. Adolescence, Monographie, ISAP, 2000: 419-434.

Chapman C.L., De Castro J.M. “Running addiction: measurement and associated psychological characteristics”. J Sports Med Phys Fitness, 1990, 30(3): 283-90.

Choquet M., Bourdessol H., Arvers P., Guilbert P., De Peretti C. Jeunes, sport, conduites à risque, INSERM,1999.

Coste O. « Evaluation psychologique des sportifs de haut niveau ». Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports de Montpellier. Janvier 2001.

Duclos K., « Le corps du sportif de haut niveau » . UFR STAPS, Université Nancy 1, Institut de Psychologie, 2002.

Eisenberg F. Approche sociologique du devenir et du vécu des anciens pensionnaires du CREPS d’Aquitaine. Rapport. Bordeaux DRDJS Aquitaine – CAPS, 2004.

Franques P., Auriacombe M., Tignol J. “Sports, use of performance enhancing drugs and addiction. A conceptual and epidemiological review”, Ann Med Interne (Paris) 2001, 152 Suppl 7: 37-49.

Grabot D., Brisseau S., Martin C., Franques P., Bertorelle V., Auriacombe M., Tignol J. « L’Addiction Severity Index : formation, informatisation, recherche ». Synapse, décembre 1996, n° 131.

Guffens J., Dans le secret des drogues et des virus. Grasse, Frison-Roche, 2001.

Hall A., Evans L., Hennings G.S. B. “A study of burnout in elite athletes”. J Sports Sciences 2001, 19(1): 75.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hendricks V.M., Kaplan C.D., Van Limbeek J., Geerlings P. “The Addiction Severity Index: reliability and validity in a Dutch addict population”. Journal of Substance Abuse Traitment 1989, 6:133-141
DOI : 10.1016/0740-5472(89)90041-X

Hodgins D.C., El-Guebaly G.N. “More data on the Addiction Severity Index: reliability and validity with the mentally ill substance abuser”. Journal of Nervous and Mental Disease 1992, 180, 197-201

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Johnson C., Powers P.S., Dick R. “Athletes and eating desorders: the National Collegiate Athletic Association study”, Int J Eat Desord 1999, 26(2): 179-88
DOI : 10.1002/(SICI)1098-108X(199909)26:2<179::AID-EAT7>3.0.CO;2-Z

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kosten T.R., Rounsaville B.J., Kleber H.D. “Concurrent validity of the Addiction Severity Index”. Journal of Nervous and Mental Disease 1983, 171 : 606-610
DOI : 10.1097/00005053-198310000-00003

Landry M., Bergeron J., Provost G., Germain M., Guyon L. Indice de Gravité d’une Toxicomanie (IGT) pour les adolescents et les adolescentes : étude des qualités psychométriques. Rapport présenté à la Direction de la Santé et des Services Sociaux. Mai 2000.

Mangon M., Simon S., Franques-Reneric P., Auriacombe M. « Mise au point de critères diagnostiques pour l’abus et la dépendance à l’activité physique. Etude qualitative”. Ann. Med. Interne, 2003. 154, Hors série II, pp 2S33-2S42

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

McLellan A.T., Luborsky L., Woody C.E., O’Brien C.P., “An improved diagnostic evaluation instrument for substance abuse patients. The Addiction Severity Index”. The Journal of Nervous and Mental Disease, 1980, 168 (1): 26-33.
DOI : 10.1097/00005053-198001000-00006

Michel G. « La prise de risque à l’adolescence. Pratiques sportives et usages de substances psychoactives », Masson, Paris, 2001.

Missoum G., Laforestrie F. Test Projectif pour Sportifs, les déterminants psychologiques de la réussite sportive. Editions Scientifiques et Psychologiques, Issy-les-Moulineaux, 1985.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Smith A.M. « Psychological Impact of injuries in athlètes ». Sports Medicine 1996 : 22(6) : 391-405
DOI : 10.2165/00007256-199622060-00006

Simon S. « Et la prévention ? » , Revue Toxibase 2001, n° 3 : 9-10

Simon S : « La psychologie des sportifs, in Activités physiques et sportives, santé publique, prévention des conduites dopantes ». Edited by Aeberhard P, Bréchat PH, Editions ENSP, 2003 : 148-156.

Haut de page

Notes

1  Journal Officiel. Nature et périodicité des examens de la surveillance médicale, communs à toutes les disciplines, pour les sportifs inscrits sur la liste des sportifs de haut niveau ou dans les filières d’accés au sport de haut niveau. 2004 : 3275-3276.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Brisseau-Gimenez, « Présentation d'une grille d'entretien pour l'évaluation psychologique du sportif. Le GEEMS : Grille d’Entretien pour une Evaluation Multidimensionnelle du Sportif », Face à face [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 23 septembre 2014. URL : http://faceaface.revues.org/626

Haut de page

Auteur

Sarah Brisseau-Gimenez

CAPS, Hôpital Saint André, CHU de Bordeaux

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page