Navigation – Plan du site

Le sport nous rend-il addictifs à des normes de santé ?

André Rauch

Texte intégral

1Les soins de santé, la prévoyance de la maladie, le contrôle régulier des équilibres biopsychologiques, le respect de certains styles de vie se sont imposés de nos jours comme une culture de masse. Elle s’harmonise avec la montée de l’individualisme dans les sociétés industrialisées (Lipovetsky, 1983). Nos contemporains devraient être sportifs et ne pas boire d’alcool, suivre des régimes diététiques et ne pas consommer d’aliments issus d’OGM, vivre « cool » et ne pas fumer, être dynamiques et vigilants mais avoir un sommeil régulier. Quant aux modèles qu’illustrent les sportifs, si certains sont des héros du civisme, de la santé et du progrès, d’autres apparaissent comme des personnalités addictives, soit aux produits chimiques de l’entraînement, soit à l’entraînement lui-même, soit à un entraîneur ou un président de club, de fédération etc.. Autant d’exigences, plus ou moins contradictoires, qui incitent à repenser ce qu’est une vie saine, autrement dit la vie d’un homme ou d’une femme qui se portent bien, qui sont en forme, qui se sentent bien dans leur peau, qui ont une image positive de leur personne et se sentent libres de leurs choix. Bref, beaucoup d’exigences qui normalisent une existence.

2Question : représentations et imaginaires de la santé, c’est-à-dire du souci que chaque citoyen doit avoir de son corps, n’ont-ils pas évolué sous l’effet de ces exigences et plus particulièrement de notre foi dans les vertus d’une vie saine ? Un président ne s’impose aujourd’hui que s’il pratique un sport ou s’exerce physiquement (Mongin & Vigarello, 2008). Un président court tous les jours pour maintenir sa nation en bonne santé. Surtout en présence des caméras de télévision. Il se lève tôt, fait son jogging, se jette au bain en mer devant les photographes ou derrière la vie publique. Que valent ces images télévisuelles qui passent en boucle sur nos écrans et ces flashs qui font la une des périodiques de la presse ?

Santé et normes de vie

3En s'imposant dans les sociétés industrielles ou postindustrielles comme des pratiques culturelles, l'entraînement physique, la pratique sportive, les loisirs de plein air et de pleine nature incitent à repenser ce qu’on désigne par la formule : » c’est bon pour la santé ». L’exercice physique est réputé favoriser la résistance du corps à l’effort et au travail, le préserver contre la maladie, la fatigue, le surmenage, le stress, la vieillesse. La mort même. Car la santé ne s'inscrit ni dans l'absolu ni dans la conjoncture d'une époque ni même dans les acquis d’une vie entière. Elle porte les traces d'un temps. En un mot, elle a une histoire. Quelle est son histoire d’aujourd’hui ?

4De nos jours, les causes de l'augmentation de la morbidité se cherchent de plus en plus dans le mode de vie. Elles imposent des normes : silhouette, emploi du temps, consommations, interdictions en tous genres. Suralimentation, stress nerveux, tabagisme, alcoolisme, accidents de la route, accidents du travail, etc... sont pour ce type d’inquisition d’authentiques viviers de causalités. Pour tous ceux et toutes celles qui se soumettent à ces normes de santé, la pratique régulière d’exercices physiques est supposée éviter, sans dépense médicale, la détérioration de l'état de santé. Elle devrait prévenir diverses affections obésité – aujourd’hui génératrice d’une véritable « lipophobie » (Csergo & Rauch, 2009) –, maladies cardio-vasculaires, affections rhumatologiques, cholestérol..., alors que la sédentarité, au contraire, constitue un facteur de risque majeur. Le mal des sociétés sédentaires, c’est la sédentarité. Pratiquer régulièrement du sport constitue ainsi un des facteurs favorables à la santé physique mais aussi mentale. Et cette culture de soi a des effets indirects sur la médicalisation des sujets sains.

Le progrès vers l’indéfini

51. La pratique introduit chez le sportif, quel qu'il soit, un rapport nouveau avec lui-même, qui dépasse largement le simple fait de pouvoir disposer de son corps, de prévenir la maladie ou de ne pas être exposé au mal de vivre. Le plaisir, la dynamique de la mise en valeur de soi, son histoire personnelle en sont transformés. En conséquence, il devient difficile de s'affirmer « non-sportif », sans passer pour maladif, souffreteux voire malsain. En un mot, anormal, tant il paraît vrai que le sport moderne n'est pas isolable d'une idéologie du progrès qui inclut l’utopie moderne de la réalisation indéfinie de soi-même. On n’en finit pas de courir après la forme… et la santé.

62. Car l'idée de compétition a vite fait de se prolonger en une idéologie du perpétuel dépassement. La gymnastique des Grecs était inséparable d'une métaphysique de la finitude. Le sport moderne se rattache à une théorie du progrès qui lance l'homme dans un processus indéfini de dépassement : dépasser les performances établies, mais aussi se dépasser soi-même (Queval, 2004). On oublie cette perfection qui, pour les Anciens, était déterminable et finie. Marcel Gauchet (1985) montre du doigt le profond changement qui nous affecte : « Nous sommes voués à vivre désormais à nu dans l’angoisse ce qui nous fut plus ou moins épargné depuis le début de l’aventure humaine par la grâce des dieux ».Il appartient aux générations nouvelles d'aller en tous domaines plus loin que les anciennes, de courir plus vite, de sauter plus haut, etc. Les records ne représentent pas des limites ; ils constituent des jalons et indiquent une optimisation des capacités du corps humain.

7En résumé, comme en économie la norme de la santé, c’est ici de toujours se dépasser. Et l’image de soi inclut cette représentation du corps jeune et dynamique. Parallèlement aux imageries et aux évaluations que développent la médecine et la pharmacologie, le sport produit ses propres unités de mesures qui se développent indéfiniment sur les échelles des performances. Selon la formule de Georges Vigarello (2006), « ce corps technique est un corps mesuré. Ses progrès, comme ses entraînements sont « machinés ».

83. Même si, de fait, le garçon qui veut faire du football, la jeune fille qui pratique régulièrement le judo ou la natation ne pensent pas à leur santé ou à leur apparence ; car ce qu’ils veulent, c’est entrer en compétition, donc gagner. D'où l’idée qu’ils ont de leur santé, qui peut se résumer ainsi : se dépasser, se battre, l’emporter sur soi ou sur les autres, voilà selon eux le signe qu’ils « se portent bien » et l'objectif « normalisé » de leurs motivations. L’accroissement des effectifs de pratiquants, qui permet à Serge Fauché (1993) de comparer l’orientation sportive des jeunes à une orientation professionnel, la valorisation spectaculaire du héros sportif et de son corps, la confusion des représentations et des mythologies servent ici de support.

94. La santé fait aussi une incursion dans le civisme : elle renouvelle les cultures de soi. Tout d'abord et de façon commune, se bien porter passe pour un « atout » ; posséder une bonne santé revient à disposer d'un capital. Quand on se porte bien, on peut tout entreprendre, et surtout réussir dans la vie (et donc devenir légitimement président de la république). Cette valorisation ne signifie pas que la santé soit un but en soi, mais plutôt qu'elle est conçue comme le pilier indispensable de la réussite sociale et professionnelle. Préoccupations et pratiques se polarisent sur ce fonds de santé à investir dès l'enfance.

105. L'habitude de s’entraîner enseigne de plus aux plus convaincus que pour bien se porter, il faut « tenir la forme » : non pas réaliser un jour un exploit ou un record, mais réunir les conditions qui permettent de le renouveler et, surtout, de l'améliorer. Autrement dit, l'entraînement sportif en général (qu'il s'agisse du jogging, d'un parcours santé intensif ou de toute forme d’exercices intensifs, etc....) devient un facteur de progrès lorsqu'il favorise et améliore ce qu’on appelle « la forme ». Être en forme, c'est alors se cultiver régulièrement pour que la performance ne soit pas le bonheur aléatoire d'un jour, mais devienne une constante renouvelable, en un mot une norme de vie. Et dont Alain Ehrenberg (1991) nous parle en la désignant comme « le culte de la performance », allant même jusqu’à titrer : « l’individu sous perfusion ».

11Le souci du corps, réalité psychologique envahissante, s'interprète dès lors comme l'une des traces laissées par l'histoire du sujet sur son corps. Elles permettent d’associer la santé et l'image de la personne. Car, au-delà des performances concrètes, existe le désir de se « sentir » en forme. Autrement dit, la sensation que le sujet a de son propre corps relève aussi de sa bonne forme. « Ne pas se sentir dans son assiette », « pas bien dans sa peau », avoir perdu le goût de s’exercer régulièrement, cesser de pratiquer son sport favori, voilà de quoi craindre pour sa personne. En un mot, un travail sur le corps vise aujourd'hui à en réduire les tensions, parmi lesquelles le stress sert de référence primordiale (Queval, 2008).

12Un homme ou une femme en bonne forme devient ainsi un individu qui n'a pas cessé d'être habité par la passion de réaliser ses désirs. Pas obligatoirement par nostalgie de rester jeune sans savoir assumer l’entrée dans l’âge adulte, mais par désir d'entretenir et de renouveler son plaisir de vivre, c’est-à-dire sa rage de vaincre. Pratiquer des sports parce qu'on y trouve une réalisation plus complète de soi-même, s'entraîner pour son loisir, en salle ou en plein air, c'est être animé par des passions qui agrémentent la vie, voire en renouvellent les valeurs.

136. Voilà qui évoque le rapport entre corps et loisir. Dans les sociétés industrialisées, où les besoins alimentaires, vestimentaires, de logement sont satisfaits, manquer de loisirs devient un handicap, n’est pas normal. Le haut fonctionnaire borné, le chef de cabinet – ancien « fort-en-thème » - qui ne plaisante jamais, le subordonné atteint de gravité chronique, demeurent privés de toute passion. D'un certain point de vue, ils ne se portent pas bien, pire, sont insupportables. Ils en souffrent et en font pâtir leur entourage. Comment passer un week-end ou une semaine de loisirs avec quelqu’un qui ne connaît aucun sport, qui n’aime pas jouer et a constamment peur de se blesser ou de se perdre en perdant une partie ? Il manque, dit-on, de « tonus », n’est pas comme les autres, bref pas vraiment normal : norme et savoir-vivre se confondent ici. Ces vies, ces existences ne retiennent pas une minute l’attention d’un téléspectateur. Le spectacle aussi doit être bon pour la santé.

147. De nouveaux besoins se sont créés, sans doute référés à une évolution des classes sociales dans la société européenne, où l'agrément paraît relever, non plus d'une capacité de produire un effort aux performances mesurables, mais d'une relation neuve avec la nature. Les loisirs sportifs se sont diversifiés, certains restant centrés sur les sports de compétition, d’autres se portant sur des rapports nouveaux avec la nature. Grimper en respirant mieux, respirer directement non seulement de l'air, mais de la lumière, goûter l’ivresse des tempêtes, ce sont là des impressions et des images qui s'inspirent l'une l'autre dans la pratique des sports de pleine nature.

15Partir au loin, gagner les rivages marins, c'est aller dans un univers qui se porte bien. L'élément naturel, organe du monde, devient une sorte de médiateur entre une existence normale et la plénitude de vie. Plus que des rythmes biologiques c'est d'une ambiance, d'une atmosphère saturée d'aventure qu'il s'agit. Aux effets bienfaisants de l'air pur, ces pratiques associent une sensibilisation à la puissance des aquilons et à la douceur des zéphyrs, aux vertiges de l'altitude, au rayonnement du soleil, au contact des surfaces glacées ou des cimes enneigées, à la plongée dans l'élément marin, tous éléments qui se complètent. Ce besoin de tirer de leur contact une essentielle liberté traduit un destin psychique qui apparaît comme la fonction même des loisirs sains. Le temps passé en plein air se veut un temps fort, marqué de sa revendication émancipatrice, dimension non du mieux-être, mais de l’aventure. Un président doit montrer du courage et donc chercher l’aventure.

16L'élément naturel, la pleine nature, cette nouvelle Arche de Noé, devient une sorte de médiateur entre le simple bien-être et la plénitude de vie. Durant ses loisirs, rester au calme, garder son calme, comme on garde la chambre, ne jamais prendre de l’air de la mer en vacances, ou de la province en politique, n’est plus normal. La pratique des loisirs a sonné le glas de la peur des courants d’air, de la crainte de se baigner sans avoir respecté les trois heures obligatoires après le repas, l’angoisse de sortir de la piscine en hiver avec de l’eau dans les oreilles etc... Le cauchemar d’oublier son cache-nez est devenu celui de ne pas en avoir trouvé un suffisamment « in » avant de dévaler les pistes de ski en tenue « new-look ».

17De sports de pleine nature, on est passé au sport d’aventure et de l’aventure aux sports extrêmes (Yonnet, 1998). A l’opposé des civilisations qui faisaient du repos, de l’immobilité, de la sérénité, l’idéal d’une vie heureuse, les pratiques sportives sont aspirées par le mouvement, son accélération, le besoin, voire la nécessité, de son passage à la limite.

Vous avez dit normal ?

181. Le sport génère cependant une pathologie pour ainsi dire spécifique. Beaucoup de sportifs souffrent de blessures articulaires ou musculaires auxquelles n’étaient pas exposées les générations antérieures. Un sportif ne se reconnaît-il pas aujourd’hui à ses nombreuses blessures, comme se reconnaissait un romantique au XIXe siècle à ses nombreuses balafres ? D’où la question : est-ce bien normal ?

192. Si la fréquence et la durée des arrêts de travail constituent un indice de santé considéré comme assez fiable, le lien de causalité avec la pratique sportive est à considérer avec prudence, d'autant que les populations sportives et non-sportives peuvent être différentes pour bien d'autres caractéristiques que la pratique.

20Les sportifs sont avantagés après 35 ans : par contre, ils comptent plus d'absences au poste de travail avant 30 ans. Les traumatismes sportifs expliquent l'absentéisme chez les jeunes. Les arrêts prolongés (supérieurs à 21 jours) dus à ces traumatismes sont fréquents. Cette exposition au danger est plus importante lorsque le sujet veut se dépasser ou dépasser les autres. La culture de la performance a des effets indirects sur la médicalisation des sujets sains. Considèrera-t-on qu’il s’agit là d’une courbe normale ?

213. La troisième contradiction surgit lorsque les sportifs de compétition, après avoir interrompu leur carrière sportive et avoir laissé passer quelques années pour se « reconvertir », reviennent dans une organisation de loisirs. Ce deuil de la performance et, par conséquent de la jeunesse, et de la sociabilité sportive qu’a bien analysée Jean-Paul Callède (1987) occasionne une véritable blessure narcissique dont ils ne savent pas tous se guérir et certains même se remettre. Faute de marquer des buts, ils comptent alors les verres ou les plats….

22Au-delà, on ne peut oublier que les sportifs et surtout les sportifs de haut-niveau, comme les politiques de même calibre, connaissent des difficultés profondes à se resocialiser et à vivre ensuite « comme les autres », bref à vivre normalement lorsque leur carrière a pris fin ou que leur mandat est épuisé. Exister dès lors sans le stress de la compétition, sans la présence ou le harcèlement d’un entraîneur ou d’un électeur-admirateur, sans la valorisation médiatique, enfin sans cette préoccupation permanente et justifiée de son moi, tout cela laisse un vide psychologique. En un mot, l’indépendance (l’absence d’addiction) devient leur vrai problème. Etait-ce la bonne norme ?

234. Plus tard, lorsque ces « anciens » sportifs viennent à des loisirs comme le ski ou le tennis, ils restent attachés à leur image idéale d’athlète confirmé. Ces adeptes prétendent transgresser les normes de l’âge et les codes de la pratique. Ils vont se lancer gaiement sur la piste de ski ou faire un jogging intensif le long de la route nationale. Mais courent-ils vraiment à la santé ? Rien de moins sûr. Premièrement, ils font du ski pendant une semaine l'hiver, alors que toute l'année ils ne pratiquent aucun exercice intensif. Autrement dit, ils développent à ce moment-là, pour se prouver qu’ils sont encore jeunes, une énergie qui suppose une prise de risque considérable. Ils s'activent démesurément sans avoir consulté un médecin (puisqu'ils n'ont pas besoin de licence sportive), sans savoir si c'est vraiment de leur âge, si c'est vraiment bon pour eux, et, bien entendu, sans préparation physique.

  • 1  On relira avec intérêt l’analyse du « champion magnifié », dans : Pascal Duret, L’héroïsme sportif (...)

24Ces anciens compétiteurs vivent toujours sur leur souvenir de dix-huit ans. À cinquante ans ou plus, ils se mettent en quatre pour battre un adversaire au tennis et se montrent complètement sourds aux recommandations de sécurité qui leur sont prodiguées par un moniteur de ski. Les voilà qui s'évertuent à faire ce que précisément ils ne peuvent pas « normalement » espérer pouvoir faire. En revanche les gens ordinaires, qui ne sont jamais entrés dans la peau d'un champion, et qui n'ont rien à prouver dans ce domaine-là, ont vraisemblablement de meilleures dispositions pour se rendre attentifs aux conseils et aux recommandations qui lui sont prodigués1.

255. Revenons à des populations dites normales. En joggant sur le bord de la chaussée, nos sportifs disent qu’ils respirent, mais c’est l'air que des pots d'échappement eux expirent. Quant à ces mers profondes et à ces plages édéniques, il est bien connu que nos plages sont largement polluées en été. De plus, depuis quelques années les biologistes Américains ou Français mettent en garde contre les effets du bronzage qui développe un certain nombre de pathologies de la peau, parmi lesquelles celle qui crée chez nous la terreur. Bref, la mer et le soleil ne sont pas les paradis de la norme.

26En d'autres termes, les contextes de l'environnement ont évolué. Dans la nostalgie de la nature, les sportifs cherchent à s’échapper du réel. Mais la route aujourd’hui n'est pas un chemin de campagne. La montagne réelle n’est pas à l’image de l’écran de télévision. Constamment centrés sur cette idée, sur ce fantasme qu'en « sortant de chez soi, on respire mieux », ils entretiennent cette illusion qu'en se fatiguant (dans une société sédentaire, où le confort devient une exigence de vie prioritaire), on redevient un être normal.

Conclusion 

27« Faire du sport, c'est bon pour la santé » est aujourd'hui un slogan. Une affirmation plus ou moins gratuite, parfois coûteuse cependant. D'où l'intérêt, au-delà des images, d'une réflexion critique. Le propos n'est pas d'élaborer un système idéal, mais de mettre à nu une connexion d'histoires différentes (les prescriptions de santé, les doctrines éducatives, l'ordre de la société, l'aménagement des espaces et l'organisation du temps, le souci de soi etc.). Isolément, aucun de ces éléments ne suffit, mais la mise en relation de leurs différents registres éclaire la « normalité » des pratiques dont on trouvera une fine analyse chez Pascal Duret (2001). C’est leur confusion qui les rend idéologiquement crédibles lorsqu’ils filent sur les écrans des télévisions.

28Il est peu probable que toutes les représentations de la norme aient un retentissement comparable dans toutes les populations qui composent une communauté nationale. Celle-ci est complexe ; des classes peuvent s'y opposer et la société elle-même se diviser. Mais chacun des sens ici relevés devrait avoir un retentissement sur l'une ou l'autre partie de cette population. C'est leur enracinement dans le tissu social qui fait l'objet de cette réflexion. La norme y apparaît comme un concept multiforme qui renvoie au système de soins, mais implique aussi de prendre en compte l'environnement (c’est-à-dire l'ensemble des facteurs extérieurs au corps et qui échappent à la maîtrise de chacun) selon les conditions et les habitudes de vie d’une population définie. Leur mise en scène peut ainsi déclencher dans une population de téléspectateurs un processus identificatoire qui réduit l’écart entre l’homme politique et son électeur.

29Dans ces contradictions s'inscrit aujourd’hui le rapport du sport à la culture de masse. Elle en fait un objet historique : un révélateur du rapport qui s'est établi entre les hommes et leurs corps, mais aussi un souci de soi qui active l'histoire culturelle de nos contemporains. Mais la simple contradiction ne permet pas d'affirmer que la norme soit aisément conceptualisable. Tout au plus, contraint-elle à y penser dans la dialectique d’une histoire sociale. En un mot la considérer autrement qu’un concept biologique ou un signe d’intégration incontestable. Bref, voilà qui invite à démystifier les images de tous les soirs.

Haut de page

Bibliographie

Callède J.P., L’esprit sportif. Essai sur le développement associatif de la culture sportive, PUB, 1987.

Csergo J., Rauch A., (dir.), Le gros et le gras, édit. Autrement, coll. Mutations, mars 2009.

Duret P., L’héroïsme sportif, P.U.F., 1993.

Duret P., Sociologie du sport , Colin, 2001.

Ehrenberg A., Le culte de la performance, Calmann-Lévy, 1991.

Fauché S., Du corps au psychisme. Histoire et épistémologie de la psychomotricité, PUF, 1993.

Gauchet, M., Le désenchantement du monde. Une histoire politique de la religion, Gallimard, 1985.

Lipovetsky G., L’ère du vide. Essai sur l’individualisme contemporain, Gallimard, 1983.

Mongin O., Vigarello G. Sarkozy. Corps et âme d'un président, Perrin, 2008.

Queval I., S’accomplir ou se dépasser, Gallimard, 2004.

Queval I., Le corps aujourd’hui, Gallimard, 2008.

Vigarello G., « S’entraîner » dans Corbin A., Courtine J.-J. & Vigarello G. (éds.), Histoire du corps. Les Mutations du regard – Le XXe siècle, Paris, Seuil, t. 3, 2006.

Yonnet P., Systèmes des sports, Gallimard, 1998.

Haut de page

Notes

1  On relira avec intérêt l’analyse du « champion magnifié », dans : Pascal Duret, L’héroïsme sportif, P.U.F., 1993, pp. 13-30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Rauch, « Le sport nous rend-il addictifs à des normes de santé ? », Face à face [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 21 avril 2014. URL : http://faceaface.revues.org/617

Haut de page

Auteur

André Rauch

Professeur émérite à l’Université Marc Bloch de Strasbourg. Auteur de : Vacances en France de 1830 à nos jours, Hachette, 2001 et de Histoire du Premier sexe de la Révolution à nos jours, Hachette 2006. Il vient de publier Pères d’hier, pères d’aujourd’hui. Du paterfamilias au père ADN, Nathan, 2007.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page