Navigation – Plan du site

Réflexion sur un dispositif de sensibilisation des entraîneurs par des psychologues

Estelle Chedhomme

Texte intégral

  • 1  Code de déontologie des psychologues. Article 3. Mars 1996

1Aujourd’hui nous pouvons observer l’existence d’un dispositif complet et contrôlé de la prise en charge médicale des sportifs faisant image d’élite dans notre pays. Ceux reconnus par les fédérations sportives sous l’appellation « sportifs de haut niveau », sont soumis à un certain nombre d’examens médicaux telles que prises de sang, tests à l’effort, électrocardiogrammes… Beaucoup plus récemment les bilans diététiques et psychologiques sont venus s’ajouter à cette batterie de tests. La diététique est un domaine reconnu comme contribuant à la bonne santé de l’athlète, notamment par l’équilibre alimentaire et les apports nutritionnels nécessaires à une pratique sportive de haut niveau et n’a pas eu de difficulté à gagner l’intérêt des personnalités (dirigeants, entraîneurs..) encadrant les athlètes. La pratique de psychologue clinicien prise comme telle c’est-à-dire « faire reconnaître et respecter la personne dans sa dimension psychique. L’activité porte sur la composante psychique des individus..1 », et non sous un versant de la santé psychologique définit comme préparation mentale, optimisation de performance a été confrontée à la réticence des acteurs de terrain.

2En tant que psychologues du CAPS, nous avons constaté, dans notre travail auprès de sportifs de haut niveau (réalisation des bilans psychologiques), la nécessité de réfléchir sur la mise en place d’un dispositif communiquant avec les entraîneurs et éducateurs sportifs. Cette réflexion a émané d’une demande de leur part qui est apparue en réaction à notre déontologie de psychologue.

3Ainsi, nous allons présenter l’ébauche d’une réflexion et d’un dispositif d’intervention de terrain mis en place par notre équipe auprès des entraîneurs encadrant les athlètes suivis au CAPS.

4En application des décrets ministériels datant de 2004 et 2006, les psychologues du CAPS réalisent le bilan psychologique auprès des sportifs inscrits sur liste de haut niveau et affiliés à des structures tels que les pôles espoir ou pôles France. En reprenant les directives ministérielles, l’objectif premier de cet examen clinique est la détection des difficultés psychologiques. Notre équipe de travail a mis au point une grille d’entretien pour la réalisation de ces évaluations, élargissant cet objectif majeur à un travail de prévention des comportements et conduites du sportif, explorant différents domaines, ne réduisant pas ce temps d’échange à la sphère sportive de la vie des individus.

  • 2  Code de déontologie des psychologues. Titre I : Les aspects généraux. Mars 1996.

5Ces bilans psychologiques sont réalisés sous forme d’un entretien clinique semi-directif, respectueux de la déontologie du métier de psychologue. Dans cette chartre apparaît la confidentialité des propos et de la parole déposée par l’individu lors de ces rencontres : « Le psychologue préserve la vie privée des personnes en garantissant le respect du secret professionnel…2 ».

6Dans le milieu sportif, cette dimension éthique fût difficilement audible par les adultes en charge de l’encadrement des jeunes athlètes, dans la mesure où ils se sont montrés fortement demandeurs d’un retour sur le contenu de ces bilans. En effet, la psychologie, notamment la psychopathologie du sportif reste un domaine méconnu, fait d’a priori, qu’il faut parfois démystifier.

7L’idée a alors émergé de leur proposer des temps d’échanges sur des problématiques de psychopathologie que nous pouvons rencontrer chez les adolescents sportifs, afin de les sensibiliser à cette nouvelle approche.

8La mise en place de ce travail fut proposée sous forme d’ateliers de réflexion, de groupes de parole définis par un cadre précis dont chaque participant s’engageait à respecter les règles.

9Le groupe de parole est une pratique favorisant la réflexion par l’échange verbal entre les membres du groupe. Le principe même de cette pratique est que la parole soit au centre du dispositif. Ce dispositif nécessite une confidentialité de la part du psychologue et des participants, l’écoute et le respect de celui qui parle, la libre parole et l’abstinence de l’acte dans le sens où tout se passe au niveau du dire.

10Il a donc été proposé aux entraîneurs de se retrouver autour d’un thème correspondant à une problématique rencontrée chez les sportifs évalués dans le cadre du bilan psychologique. Nous leur offrions donc un cadre de discussion sur leurs pratiques, connaissances, positionnements face à ce sujet (ex : la place des parents et leur investissement dans la pratique sportive de l’enfant). Ce dispositif d’intervention permettait à la fois aux entraîneurs d’être sensibilisés à la psychopathologie rencontrée chez des adolescents sportifs, et à la fois, d’apprivoiser ce nouvel axe de prise en charge médicale en ayant la sensation de ne pas être complètement écarté du travail accompli auprès de leurs jeunes « protégés ».

11Ces échanges ont eu lieu régulièrement au cours de la saison sportive et nous avons pu remarquer une évolution de ce dispositif. En effet, les participants en sont venus à proposer eux-mêmes des thèmes de discussion qu’ils estimaient pertinents au vu des difficultés rencontrées dans le cadre de leur profession.

12Nous avons alors noté que d’une position réticente à l’approche psychologique, ces professionnels ont évolué vers une position d’ouverture, d’intérêt personnel à la réflexion sur la psychopathologie du sportif. Cependant, il a aussi été remarqué une ambivalence entre leurs intérêts pour ce nouveau dispositif et leurs réticences dans la mesure où les groupes de parole les ont amenés à une implication personnelle dans leurs dires, parfois même jusqu’à un parallèle entre leurs pratiques actuelles et leur vécu d’ancien sportif. Par exemple, sur un thème tel que « le sport et les contraintes pondérales », en échangeant sur leurs pratiques et exigences à ce niveau envers leurs athlètes, certains ont été renvoyés aux attentes qu’on avait d’eux à l’époque où ils étaient eux-mêmes sportifs.

13Mélange d’affects et de reviviscence d’une pratique sportive passée, ces groupes de parole ont fait émerger des problématiques subjectives, des souffrances vécues. Ce fut alors à l’animateur garant du cadre, de ne pas basculer vers un travail thérapeutique puisqu’il s’agissait ici uniquement d’une réflexion sur la pratique.

14Ainsi, à travers ces temps d’échange, le psychologue pouvait apporter ses connaissances en psychopathologie et les sensibiliser aux différentes problématiques. Il semblait alors que la mission de sensibilisation voulue au départ était accomplie.

15Ceci reste une ébauche de dispositif auprès des éducateurs sportifs qui demande à être réfléchie, mûrie et renforcée par des politiques de formation auprès de ceux qui côtoient quotidiennement les jeunes athlètes. Il apparaîtrait pertinent d’outiller ces acteurs de terrain à la détection des vulnérabilités psychologiques chez l’enfant et l’adolescent sportif, afin qu’ils puissent l’orienter vers un spécialiste de ces troubles, comme l’orientation médicale type traumatologie peut-être faite actuellement.

16En effet, la relation privilégiée entraîneur-entraîné et la proximité existante entre ces deux individus, ne permet pas aux intervenants sanitaires de faire fi de cela. Ainsi, il incombe au corps médical (médecins, psychologues, diététiciens..) de réfléchir à des méthodes de travail permettant d’allier la confidentialité et la communication auprès des entraîneurs.

  • 3  Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives

17Aussi, le développement de formations en psychopathologie du sport dans certaines universités STAPS3, pourrait être pensé par la généralisation de ce même type de formations aux brevets d’état, DU médecine du sport…afin d’offrir aux futurs intervenants sportifs, quelques bribes de connaissances et d’ouverture au domaine de la psychopathologie qui reste peu étoffée dans notre société actuelle.

Haut de page

Notes

1  Code de déontologie des psychologues. Article 3. Mars 1996

2  Code de déontologie des psychologues. Titre I : Les aspects généraux. Mars 1996.

3  Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Chedhomme, « Réflexion sur un dispositif de sensibilisation des entraîneurs par des psychologues », Face à face [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 21 septembre 2014. URL : http://faceaface.revues.org/615

Haut de page

Auteur

Estelle Chedhomme

Psychologue clinicienne au centre d'accompagnement et de prévention des sportifs (CAPS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page