Navigation – Plan du site
Chroniques

De l'actualité de "la vache folle" au principe de précaution

Fred Eboko

La veille de l'ouverture de ces journées, la France décidait de maintenir l'embargo sur les importations de viande bovine britannique. Sur la base de l'avis de l'AFSSA (Agence française de sécurité sanitaire des aliments), les autorités françaises ont choisi de ne prendre aucun risque. Pour autant, l'avis de l'agence sur lequel s'appuient Matignon et l'Elysée contraste avec le caractère radical de la décision unanime des deux têtes de pont de la politique française. En effet, l'AFSSA a souligné "des éléments de risques plausibles mais non quantifiables".

La gestion du dossier de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB ou maladie de la "vache folle") illustre une évolution nette des attitudes politiques françaises qui sont moins en rapport avec la connaissance scientifique stricto sensu, qu'avec un contexte interne qui impose avec force le principe de précaution depuis le traumatisme de l'affaire du "sang contaminé". La France a ainsi choisi de violer ouvertement le droit communautaire européen pour se préserver du moindre risque. Les débats ont surtout porté sur le principe de précaution exercé par les instances étatiques et les risques qui incombent à la liberté individuelle. Il existe et il restera toujours un minimum de responsabilité collective à assumer par l'Etat. "Ce n'est pas parce qu'on dit les risques qu'on est exempt de responsabilité. Ici on dépasse le cadre de la science pour celui de la politique" (Lucien Abenhaim).

De manière générale, ces "Journées NSS" ont donc consacré un triptyque majeur entre le savant, le politique et le citoyen dans les reformulations incessantes de la santé publique. Il montre aussi la place qui doit être assignée au contrôle citoyen de ce que Foucault nommait la "bio-politique". Pour que la science se fasse "en conscience", l'exercice de la citoyenneté se doit d'être le plus appuyé possible, puisque cet engagement civil, on l'a vu au cours des interventions, est aussi susceptible d'infléchir ou de nourrir des politiques publiques en matière de santé. Il est question ici du sens même de l'intérêt général, sans lequel aucun "intérêt" n'est valable. L'association NSS ne pouvait pas être mieux placée pour nourrir ce type d'ambition collective.

  • Revues.org