Navigation – Plan du site

Le burnout sportif comparé au syndrome de surentraînement : une entité clinique à part entière ?

Sabine Afflelou

Résumé

Notre pratique au sein du CAPS nous amène à rencontrer des sportifs en situation de difficultés psychologiques. Dans ce cadre, nous avons été confrontés à des tableaux cliniques singuliers, dont certains ne se superposent pas exactement aux descriptions nosographiques classiques du champ de la psychiatrie et par conséquent nous questionnent sur la notion de spécificité sportive.
Dans le contexte des pratiques sportives compétitives, l'entité clinique associant chute prolongée des performances, fatigue chronique et éléments dépressifs est consensuellement appelée syndrome de surentraînement. Dans la littérature, il est souvent mal délimité, et confondu notamment avec le concept de burnout sportif, parfois traduit par le terme d’ « épuisement » ou « grillage ».
En s'appuyant sur notre travail de terrain, nous tentons ici de préciser la notion de « burnout sportif » sur le plan clinique et d'impact sur la vie des sportifs.
Avant d'aborder sa description, nous reviendrons sur la définition de l'état de surentraînement, issue des données récentes émanant d'experts. Pour éclairer notre propos, et tenter de différentier plus clairement le burnout du surentraînement nous nous appuierons ensuite sur la description de deux cas de sportifs rencontrés au CAPS. Le but est de favoriser la reconnaissance de ce concept clinique afin d’optimiser la réactivité et l’efficacité de la prise en charge tout en tenant compte de l’identité sportive.

Haut de page

Texte intégral

Le surentraînement

1Classiquement décrit, l'état de surentraînement résulterait d'une balance inadéquate entre charges d'entraînement et périodes de récupération, nécessitant un arrêt plus ou moins durable de l’activité physique. Au-delà d’un volume d’entraînement trop intense, certains auteurs (Kottan, 2002) rapportent un déséquilibre entre la charge de stress total (physiologique, psychique et social), la récupération totale et la tolérance individuelle au stress. Ainsi le stress n’aurait pas qu’une composante sportive mais quotidienne, tenant compte des événements de vie et des facteurs personnels.

2Le processus menant d'un effet positif sur l'organisme de la pratique sportive, à l’effet délétère du surentraînement est actuellement méconnu. Bien que déjà décrit comme un désordre neuroendocrinien, l’absence de marqueur biologique rend capital l'interrogatoire médical pour établir le diagnostic de surentraînement (Meeusen et al., 2006).

3Il recherche une baisse prolongée et persistante du niveau de performance malgré le maintien ou l'augmentation des charges d’entraînement.

4Pour évoquer un diagnostic de surentraînement, il faut qu'elle soit durable, c'est à dire qu’elle persiste malgré un repos relatif de plusieurs semaines à plusieurs mois. Cela permet de distinguer un syndrome de surentraînement d’un « over-reaching » ou « dépassement », correspondant à une fatigue aiguë réversible (en quelques jours ou semaines), liée à une augmentation souvent délibérée de la charge d’entraînement (Meeusen et al., idem).

5Appliquée à l'activité physique, elle correspond à une impossibilité de monter les intensités d’exercice à l’entraînement, à une difficulté de récupération, à des douleurs musculaires, à des sensations de jambes lourdes et à une baisse de force.

6Cette fatigue n'est pas isolée.

7Les éléments associés sont importants à préciser bien qu’ils manquent de spécificité (toucheraient 33 à 60 % des sportifs professionnels) et font l’objet d’une variation individuelle importante.

8Ces éléments appartiennent à la lignée dépresssive. Plus spécifiquement que les signes classiquement décrits dans la dépression (insomnie, baisse de l’appétit, céphalées, nausées …) on observerait une perte de motivation, une appréhension de la compétition inhabituelle et une augmentation de la sensibilité au stress. Sur le plan cognitif et sensori-moteur, on observe des difficultés de concentration, une diminution de la capacité d’intégration de nombreuses informations (sports acrobatiques…) et une baisse de l’habileté motrice.

9Une fois le diagnostic de surentraînement évoqué, la conduite à tenir est le repos physique prolongé. Il existe donc une notion de réversibilité. La durée du repos est variable, pouvant aller de quelques semaines à plusieurs mois voir une année. Dans le cas d’arrêt prolongé, il se peut que la carrière sportive soit compromise, mais sans que la volonté de reprise de l’athlète ne soit altérée.

10La persistance de la motivation à reprendre la pratique est rapportée par la plupart des auteurs comme un facteur déterminant dans le diagnostic de surentrainement par rapport au burnout (Goodger, 2007).

Conceptualisations du burnout

11Ce concept de burnout professionnel apparaît dans les années 7O, touchant des professions d’aide (par exemples des intervenants bénévoles auprès de toxicomanes puis plus tard de malades du sida)

12Décrit par Freudenberger (1974), le burnout serait un « état de fatigue ou de frustration lié à l'engagement pour une cause, un type de vie ou une relation qui n'a pas apporté la gratification attendue".

13Maslach (1981), qui a mis au point une échelle, précise que le burnout serait une réponse à un stress émotionnel chronique, ayant 3 composantes :

  • l’épuisement émotionnel, qui renvoie à la perte d’énergie et au sentiment de subir la tâche qui devient intolérable 

  • l’une des conséquences est la diminution de la productivité au travail assorti d’un fort sentiment de non accomplissement 

  • ce processus active un mécanisme de dépersonnalisation qui consiste à se distancier de l’environnement professionnel sur le plan humain et de ne plus en partager les codes.

14Smith (1984) fait mention d’un « athletic burnout » avec comme base de description le modèle de burnout professionnel observé chez les populations non sportive. Il s’agirait d’un retrait psychologique, et physique d’une activité en relation avec un stress excessif ou une insatisfaction. Son modèle de burnout athlétique met en relation les facteurs de la situation sportive, l'évaluation cognitive du sportif, ses réactions physiologiques et comportementales, chacune des composantes étant sous l'influence de la motivation et de la personnalité (Cf. tableau).

15« L’épuisement » devient émotionnel et physique (signes de la dépression avec perte du désir de jouer), la chute du sentiment d’accomplissement personnel devient celle du sentiment de réussite sportive, la dépersonnalisation (dissociation des autres) se traduisant par le désengagement sportif et le retrait social.

16Hall 2001 tente d'expliquer le processus de burnout tel qu'il est expérimenté par un groupe d'athlètes d'élite. Les résultats de cette étude rétrospective montrent que les sportifs n'identifient pas le burnout comme étant lié aux conditions sportives en elles-mêmes mais comme une faiblesse individuelle. Ce serait donc un phénomène individuel complexe et multifactoriel, médié par un stress "intolérable".

17Une méta analyse de 58 études concernant le phénomène de burnout sportif réalisée en 2007 (Goodger, idem) relève les facteurs les plus communément décrits : épuisement, désengagement, sentiment d’inefficacité, chute des performances, de la motivation, et perte de confiance en soi. La fatigue persiste après récupération. Des facteurs de risque sont dégagés : une spécialisation précoce, des pressions externes importantes, des attentes excessives parents et entraineurs, perfectionnisme, espoir irréaliste de succès, non écoute des signaux corporels…

18Enfin, le burnout a pu être étudié chez les encadrants sportifs (les thérapeutes, les arbitres, les entraîneurs, etc.) Il en ressort que le style de personnalité, la confrontation aux conflits et aux tâches multiples, l'exposition à une évaluation négative, l'âge, le sexe sont autant de facteurs présentés comme potentiellement inducteurs d'épuisement.

19Pour finir, lors de la réunion de consensus de la SFMS (2005), les experts ont considéré le burnout sportif comme « un épuisement transitoire des mécanismes d'adaptation au stress de l'entraînement ». Mais cela reste très insuffisant cliniquement pour une description psychopathologique précise et une individualisation claire vis-à-vis du syndrome de surentraînement.

Eclairage clinique

Le cas n° 1

20Il s'agit d'une jeune femme de 17 ans, pratiquant un sport d'équipe au niveau international.

Son parcours est sans particularité, pas de blessure grave, maintien des études parallèlement à sa pratique sportive.
Elle se présente comme habituellement dynamique, sans problème particulier. La plupart de son temps est consacré à sa pratique, non qu'elle l'ait vraiment décidé mais parce qu'elle est considérée comme douée et très sollicitée par l'entourage sportif (sport étude, matchs de club et en équipe de France, stages d'été et pendant chaque période de vacances…). On ne note pas de pression ni de la part de ses parents ni de celle de son entraîneur. En revanche, elle reconnaît qu'elle ne pouvait ni ne savait dire "non" par manque de perception de ses propres limites.
Au cours d'un stage survient une urticaire géante. Cet événement est résolutif sous traitement bref à base de corticoïdes. Il a marqué l'émergence d'une diminution progressive de la motivation à s'entraîner, associé à une sensation de fatigue physique et psychique intense. Elle rapporte alors des efforts considérables pour maintenir son niveau habituel d'activité physique, qu’elle cache à son entourage sportif et familial, animée par un objectif de continuer à tout prix. Elle résiste jusqu'à ce qu'elle se sente "au bout du rouleau", hantée par des cauchemars récurrents très anxiogènes (elle se voyait arriver au match sans ses chaussures de sport).
Un autre événement a marqué cette période : le décès brutal d'un entraîneur en cours de match, d'un infarctus du myocarde. Elle ressent ce drame comme un choc, avec émergence d'une angoisse massive étendue à la peur d'avoir elle aussi une maladie létale. Ces symptômes apparaissent après un délai d'une semaine sans pour autant répondre aux critères du syndrome de stress post-traumatique, et contribuent à l’évitement systématique de tout ce qui a attrait à sa discipline : "je ne me sentais plus capable".
Cette situation a perduré jusqu'à la survenue d'une sensation de "blocage" avec arrêt net de la pratique sportive dans un contexte qui s'apparente à un épisode dépressif majeur.
En effet, on note alors une perte de l'élan vital avec anorexie (perte de poids d'environ 2 à 3 kg), une asthénie physique et psychique importante dès le matin, un état de tension interne permanent associé, au moins à deux reprises, à des attaques de panique ; une irritabilité et une émotivité inhabituelles, de la tristesse, un repli à domicile avec évitement relationnel notamment vis à vis de tout ce qui concerne son milieu sportif. Il n'existe pas d'idées suicidaires a proprement parler mais des phobies d'impulsions (se jeter des ponts d'autoroute, utiliser les couteaux de cuisine contre elle).
Il se développe une aversion marquée pour ce qui rappelle son ancienne vie allant jusqu'à l'impossibilité d'emprunter le chemin de sa salle d'entraînement, de fréquenter les "bars sportifs", de toucher à son sac de sport (qui est resté en l'état depuis le dernier entraînement).
La patiente trouve une écoute auprès de sa mère qui a elle-même connu un antécédent dépressif par surmenage professionnel. En reconnaissant cette problématique, elle fait les premiers liens avec sa pratique sportive intensive.
La consultation d'un homéopathe a entraîné un traitement à base de magnésium et celle d'un médecin généraliste, une prescription d'antidépresseurs, non pris par la patiente par crainte des effets secondaires.
Parallèlement elle poursuit ses cours de journalisme et on ne note, dans cette période de grande perturbation, que peu d'absentéisme. Malgré ses difficultés d'intégration dans ce milieu estudiantin, elle affirme alors la priorité des études sur le sport.
La personnalité pré morbide apparaît dénuée d'élément pathologique.
Sur le plan esthétique et des préoccupations corporelles, on ne relève pas de problème particulier. Elle rapporte un poids stable et une stature longiligne sans pour autant faire d'effort sur le plan de l'alimentation. Elle ne présente pas, à ce sujet, d'inquiétude consécutive à l'arrêt de sa pratique sportive intensive.
Au total, le tableau clinique est compatible avec un syndrome de burnout sportif. La patiente a mis en place des ressources opérantes notamment sur les éléments dépressifs. Nous lui proposons un accompagnement psychologique, réalisable à sa demande dans le cadre d'entretiens spécialisés.

Evolution thérapeutique du cas n° 1

21On note une régression de la symptomatologie dépressive et anxieuse.
Sur le plan sportif, elle oscille entre désir de reprendre et impossibilité de se projeter dans un avenir semblable à son passé.
Petit à petit, on note un apprentissage du plaisir dans une sphère différente de celle du sport, et un développement affectif et intellectuel, source de gratification.
La reprise de l'activité sportive se fait à travers un WE au ski, 2 ans après l'arrêt de sa pratique.
Il s'en suit un dépassement de l'impossibilité de se confronter à son ancien milieu : elle parvient à aller voir jouer ses anciennes co-équipières : "j'étais contente mais je ne me sentais plus concernée, je ne faisais plus partie du truc…"
Elle prend la décision d'un abandon définitif de sa carrière, assumée personnellement et vis à vis des entraîneurs : "j'ai été victime de mes capacités…"
Elle amène sa réflexion sur le sens de sa dépression, comme un moyen extérieur d'arrêter quelque chose qui pouvait menacer son avenir : "je réussissais il n'y avait jamais aucun problème, il fallait bien que quelque chose arrive…" Elle fait une analogie avec une blessure qui aurait pu jouer ce rôle de « stop ».
Il apparaît un questionnement existentiel qui n'était pas présent auparavant, et des éléments d'affirmation de soi. La patiente évoque l'idée que son identification au groupe des joueuses ne lui permettait pas la constitution d'une personnalité individualisée.
On observe l'émergence d'une nouvelle identité avec notamment mise en valeur de sa féminité, jusque là déniée.
La patiente se lance dans l'écriture d'un livre sur son histoire, par souci de "se rappeler de tout ce qu'il y a eu avant et de mettre un trait dessus".
Elle fait une nette distinction entre un avant et un après l'interruption de sa carrière.
Elle pratique de temps en temps du sport en loisir (tennis, piscine, jogging), pour son plaisir et le maintien de sa forme physique.
Elle obtient le succès dans ses études.
A posteriori, elle développe une capacité d'élaboration psychique, et notamment l’idée que ces événements lui ont permis de "passer de l'enfance à l'âge adulte" en comparant sa dépression à une crise d'adolescence. Finalement elle valorise l'arrêt, positive son expérience. Elle réalise et confirme l'absence de motivation propre pour le statut de championne et ne s'être jamais projetée dans une carrière professionnelle : "ça aurait été différent si cela avait été ma passion… ce n'était pas vraiment un choix, je suivais…"
Il n'existe aucun regret concernant l'abandon de sa carrière internationale et son style de vie actuel.

Le cas n° 2

22Jeune homme de 18 ans rapatrié chez ses parents du centre d'entraînement intensif où il se trouve depuis quelques mois pour décompensation psychique mal étiquetée (on parle de dépression comme d'un délire de persécution…). Il lui a été prescrit un neuroleptique sédatif.
Lors de la consultation programmée en urgence, on observe un jeune homme complètement perdu, avec des troubles cognitifs majeurs entraînant une grande difficulté d'élocution et l'impossibilité de tenir une conversation normale, une angoisse majeure face à cette impossibilité de rassembler ses idées, une indécision permanente "je vis avec un brouillard dans la tête où tout est mélangé". Il pleure souvent sans raison consciente.
Sa présentation est figée, empreinte de tristesse ; il existe un ralentissement idéomoteur net. Il rapporte l'émergence d'idées suicidaires sans scénario précis. Il n'existe pas d'antécédents de passage à l'acte. Amaigrissement de 3 kg en 3 semaines, insomnie, arrêt de la pratique sportive.
Le discours est décousu mais cohérent, il arrive à dire qu'il « en a marre », et qu'il ne sait plus où il en est. Il relate un vif ressentiment envers son père et les entraîneurs.
On retrouve un contexte de surmenage depuis quelques mois, où tout s'est précipité après son succès au BAC et un choix d'études délocalisées par rapport au milieu de vie habituel, choix conditionné par un changement de club, dans une visée professionnelle. "J’ai tout donné, tout focalisé sur ma pratique, ça occupe toute la place"
Lors des premiers entraînements, il ne s’est pas senti à la hauteur, et ressent depuis une "lassitude impressionnante" quoique dans l’impossibilité de renoncer.
A honte de prendre des médicaments (NRL), fait référence à une représentation des sportifs comme « des surhommes », comme on le lui a toujours enseigné.
Nous arrêtons les NRL au profit d’un traitement par ATD et anxiolytiques
Apres discussion, décision de surseoir à une hospitalisation, en association avec les parents comme auxiliaires thérapeutiques.
Anamnèse : il s'agirait d'une histoire récurrente démarrée à l'adolescence mais non identifiée ni traitée. Premiers symptômes suite à une rupture sentimentale à 13 ans puis à l’entrée au pôle espoir et à la survenue d’une blessure.
A noter un antécédent familial dépressif du côté de la mère

Parcours sportif du cas n° 2

23A son arrivée dans le pôle espoir, il a une année très difficile, il décrit un entraîneur extrêmement dur, ce qui l'a aidé à être performant sur le plan sportif "mais pas humainement", selon lui. Il décrit notamment une diminution de l'estime de soi importante, liée aux critiques permanentes et pressions de surpassement lié au haut niveau.
Il atteint les différents buts sportifs (intègre l’équipe de France dans les différentes catégories d’âge). Néanmoins, il dit avoir "toujours été sensible", et destabilisable dans les situations de rivalité.
Il décrit la pression de l'entraîneur du pôle espoir ainsi que celle de son père comme quelque chose d'insupportable "pour que je fasse toujours plus".
Par ailleurs, il reconnaît accorder trop d'importance à sa discipline. Il dit "c'est presque toute ma vie". Il en reconnaît des bienfaits, notamment le fait d'avoir passé de « super moments » et comme moyen de valorisation aux yeux des autres, mais des inconvénients également "j'aurais pu être plus épanoui si j'avais eu d'autres dérivatifs…".
Depuis quelques mois, il décrit ainsi une "dégringolade progressive" alors qu'il va de réussite en réussite sur le plan scolaire et sportif. Il évoque la pression du baccalauréat en fin d'année. Il reconnaît l'avoir passé dans un état de fatigue physique et psychique importante.
En revanche, son niveau sportif a toujours été très bon, mais il rapporte "avoir fourni trop d'efforts pour cela".
Au fur et à mesure des entretiens avec le cas n° 2
Espacement progressif des moments anxieux et des idées noires
Réinvestissement du corps par la pratique d'une activité sportive de loisirs et du yoga
Naissance d'un insight, avec prise de conscience d'un manque de repères du à sa trop forte centration sportive.
Aborde les contradictions liées à sa pratique " j'aimerais tant être professionnel… je vois tous les sacrifices que j'ai fait…je voudrais revenir"
Progressivement amorce l’idée de l’éventualité d'un non-retour à sa pratique antérieure.
Repasse le film des événements de vie, traversés sans implication affective. Reconnaît sa difficulté à aborder ce qui fait référence à la mort depuis qu'il est petit. Formule l'hypothèse que ses angoisses remontent parce qu'elles n'ont pas été traitées jusqu'alors : "avant, je fonçais, je ne cherchais pas à comprendre…j'étais dans un tourbillon…ça occupait toutes mes pensées, je ne jouais que pour gagner…j'avais perdu mes valeurs morales, le goût de la solidarité et de retrouver une bande de copains…"
Tout ce qui le ramène à cette période déclenche des manifestations anxieuses (assister à un match, parler à ses coéquipiers…)
Apprend à se détendre "depuis que je suis dedans (-cette pratique intensive-) je ne sais plus du tout m'arrêter de penser, d'agir ou de projeter sur le prochain match. Je dois réapprendre à profiter du moment présent"
Apres deux mois d'évolution, est confronté à prendre une décision concernant le retour ou non à sa pratique antérieure, qui risque de déterminer son avenir.
Volontairement, nous ne posons pas de contre-indication d'ordre médical, afin qu'il puisse totalement s'approprier sa décision et ainsi l’aider à devenir acteur de sa vie.
Il se questionne "quand je me sens bien, je relativise et je mets à distance la reprise, quand je me sens mal, à cause de la culpabilité et la peur de rater quelque chose de très important pour moi, je suis tenté de reprendre"
Parallèlement, apprend à reconnaître ses émotions ; nous faisons un travail de type cognitif pour la prise de décision et d'affirmation de soi.
Il va en quelques jours annoncer sa détermination de renoncer à la coupe du monde et à son retour en centre de formation. Suit une période de rechute symptomatique que nous abordons comme le nécessaire travail de deuil de sa carrière professionnelle.
"trois ans de galères pour finalement renoncer, en moi, il y a quelque chose qui meurt…"
Par la suite le travail thérapeutique se centre sur la diversification des intérêts, le réaménagement du vide laissé par la pratique et l'ambition, le réinvestissement des domaines du plaisir .
Est évoquée la recherche de sensations fortes, toujours poussée plus loin quand il pratiquait et jamais satisfaite. Il constate le hiatus avec la vie quotidienne et les difficultés d'adaptation que cela entraîne.
Il aborde de lui-même l'épisode dépressif comme un événement maturatif : "je ne vais pas jusqu'à affirmer que la maladie c'est une chance… mais au fond je le pense."
De façon concomitante avec la rémission symptomatique, on observe l'émergence de sa construction identitaire.

En quoi le burnout sportif se différencie-t-il de l'état de surentraînement ?

24Nous proposons une conceptualisation du burnout sportif comme un état d’épuisement extrême et généralisé, s’apparentant à une dépression sévère, ayant un impact sur le devenir et la vie des sportifs.

25Cliniquement il prend la forme d'un état dépressif majeur, associé à une aversion pour la pratique, imposant son arrêt. Cet état, qui pourrait en apparence se confondre avec un état de surentraînement, s'en distingue par plusieurs aspects.

26En effet, il se traduit par des difficultés d'exécution physique avec plus ou moins contre performance, dans un contexte d’épuisement général intense. L'image associée au tableau clinique pourrait être celle d'une "explosion en plein vol". Les sportifs « touchés » sont fréquemment en pleine ascension de leur carrière, et pas toujours capables de percevoir les signes d’alerte pouvant annoncer une problématique à venir. Néanmoins, a l’instar d’auteurs ayant décrit des facteurs prédisposants ref il semble légitime de s’interroger sur une vulnérabilité individuelle préexistante (anxiété, tendance à l’évitement, troubles de l’humeur…).

27Le tableau psychopathologique est celui de la dépression, avec des symptômes de sévérité (intensité de la souffrance, péjoration de l’avenir voir idéation suicidaire) et parfois présence de symptômes psychotiques. L’évitement de la situation sportive (et de tout ce qui y fait référence) apparaît comme un paramètre discriminant, contrairement au surentraînement où le sportif a tendance à augmenter ses charges d’entraînement pour compenser la baisse des performances.

28Enfin, si l’on prend en compte l’évolution clinique, cet état pourrait être annonciateur d'une interruption définitive de la carrière, et plus encore être sensible à cet arrêt. En d'autres termes, le sportif victime d'un burnout retrouve sa santé physique et psychique en stoppant sa carrière, alors qu'un sportif surentraîné vise la reprise de son activité physique après une période de repos.

Commentaire

29Nous pensons que dans le burnout sportif, il n'existe pas nécessairement une corrélation entre une surcharge d'activité sportive et l’intensité de la détresse psychologique, mais plutôt une inadéquation entre les exigences compétitives et les motivations propres du sujet à pratiquer, prises dans un contexte de vie particulier.

30A l'instar de la modélisation décrite par Desy et Ryan dans la "Self Determination Theory", nous posons l’hypothèse qu'un des facteurs déterminant pour le risque de survenue d'un burnout réside dans le type de motivation à la pratique et l’importance de la centration sportive. Les motivations intrinsèques liées au plaisir de pratiquer s'opposeraient aux motivations extrinsèques, elles-mêmes scindées en motivations externes (gain de la victoire ou éviction des conséquences négatives de la non participation), motivations introjectées (internalisation de la norme du groupe), motivations identifiées (conscience du bénéfice de la pratique sur la santé) et motivations intégrées (en totale cohérence avec l'individu). Ces deux dernières, comme les motivations propres seraient susceptibles d'induire des comportements positifs pour l'individu. À l'inverse, les motivations externes ou introjectées pourraient faire le lit de problématiques diverses (Hamer).

31Chez un sportif en activité, plaçant le sport au centre de son identité, et de surcroit porteur d’une vulnérabilité prédisposante, nous faisons l'hypothèse d'un écart grandissant entre la motivation et le niveau de compétition exigé, jusqu'à ce que s’impose à lui une impossibilité totale de pratique. Ce processus prend alors la forme d'une dépression associée à l’incapacité à maintenir son niveau de performance et consécutivement à un rejet de la pratique sportive compétitive.

32Nous insistons sur une particularité : le stress chronique induit par cette inadéquation n'est pas nécessairement identifié par l'athlète. Au-delà d’un aveuglement relatif à l'idéalisation des sportifs par la société, ce déficit perceptif peut être attribuable au jeune âge, et en particulier à une tendance à une immaturité affective majoré par la centration sportive. De plus, l'effet propre de la centration sportive et la prégnance de l'entraînement intensif engendrent un « court-circuit de la pensée » et un hiatus dans la construction de l'esprit critique qui fragilise encore face à la pression exercée dans ce domaine.

33Ce phénomène pourrait encore être encouragé par les aptitudes naturelles d'un individu dans un sport donné, la réussite, l’absence de préparation à la confrontation aux échecs, les difficultés d’adaptation individuelles et la culture propre à certains sports.

34Au delà du seul aspect motivationnel, il est utile de rappeler le rôle de l’environnement de l’athlète, et en particulier l'attitude de certains parents surinvestis dans la réussite sportive de leur enfant. Dans certains cas, celà peut avoir pour effet de pousser l'enfant à pratiquer au delà de son propre désir, ou d'être dans l'incapacité d'envisager les aspects négatifs de sa pratique. On décrit ainsi un « syndrome de réussite par procuration » en référence au syndrome de Münschhausen par procuration où les parents malades provoquent chez leurs enfants des troubles dits factices. Dans le cadre de la performance sportive (comme dans d’autres domaines artistiques par exemple) l’amour parental est alors conditionné par l’expérience du succès. Cela peut aller d’un « pseudo altruisme » où toute la vie familiale est subordonnée à la carrière de l’enfant (déménagement, changement de travail pour devenir coach…), à l’instrumentalisation (confusion entre les projections parentales et le devenir de l’enfant), jusqu’à la notion de maltraitance avec renforcement de conduites déviantes vis-à-vis de l’alimentation ou des excès de la pratique (ref Toffler).

35Comme les propos relatés des patients le laissent entendre, quand la perception et/ou l’expression des difficultés font défaut (l’alexithymie est un trait souvent retrouvée dans cette population), l’émergence de la pathologie psychiatrique peut être masquée par un événement intercurrent d'apparence aléatoire, comme la survenue d'une blessure grave, contre-indiquant la poursuite de l'activité. L’occurrence de cet événement de causalité « externe » imposant l’arrêt de la pratique protégerait l'athlète de la responsabilisation stigmatisante liée à l'abandon de sa carrière mais aussi des dommages potentiels de la poursuite de sa pratique.

Conduite à tenir

36Quand le diagnostic de burnout sportif est porté, il est essentiel d'accompagner par un suivi de type psychothérapeutique le sportif en difficulté, en prenant soin de le déculpabiliser par rapport à l'arrêt de sa pratique. Il est essentiel d’éviter de poser la reprise comme un enjeu du rétablissement psychique. Quand la sévérité du tableau dépressif est au premier plan, il est bien évidemment indiqué de prescrire un traitement de type antidépresseur. Il est intéressant de souligner que le syndrome de surentraînement ne répondrait classiquement pas à un traitement par anxiolytiques ou antidépresseurs (ref MDuclos). Il faudra s'attacher à étudier la centration sportive et le contexte environnemental, les motivations intrinsèques et extrinsèques, les capacités individuelles à faire face, le poids de la pression des intervenants (parents, entraîneur, pairs…). L'objectif est, au delà de la prise en charge stricto sensu du syndrome dépressif, de créer un étayage à la capacité d'élaboration en vue d'une (re)construction identitaire, sans le sport comme unique support.

Conclusion

37Ainsi, il semble pertinent d'individualiser une entité clinique à part entière, dénommée le syndrome de Burnout Sportif, qui correspond à une interruption imprévue de pratique chez un sportif présentant un syndrome dépressif intense et développant une aversion pour sa discipline dans le cadre du haut niveau.

38Les facteurs orientant vers ce diagnostic sont l’intensité de la symptomatologie dépressive et l’aversion pour la pratique. Dans ce contexte, un retour à la carrière sportive antérieure est peu probable et une prise en charge centrée sur le deuil de l'identité sportive compétitive et la naissance d'un nouveau Moi est à mener, en connaissance des particularités de ce milieu.

39Néanmoins, des recherches approfondies sont nécessaires pour définir plus précisément le trouble dans une perspective dimensionnelle. Il est en effet légitime de se demander si le burnout n’est pas en définitive qu’un syndrome de surentraînement passé inaperçu et aggravé. En poussant plus loin la réflexion, devant un tableau clinique a priori identifiable comme un épisode dépressif majeur chez un sportif, peut on situer clairement où commence et où finit le syndrome de surentraînement ? En d’autres termes, le concept même de surentraînement n’est-il pas à revoir comme une dépression « masquée » dans un univers qui a tendance à la dénier ? Le débat reste ouvert, en gardant à l’esprit que sa légitimité réside dans l’adoption d’une conduite thérapeutique différente selon le diagnostic que l’on porte.

Modèle de burnout athlétique de Smith

Modèle de burnout athlétique de Smith
Haut de page

Bibliographie

Freudenberger H. Staff burnout. Journal of social issues 1974;30:159-165.

Goodger K aa. Burnout in sport: a systematic review. The sport psychologist 2007;21:127-151.

Kottan G HP. Prévention du surentrainement ; évaluations et techniques de récupération. Paris: Masson; 2002.

Maslach. The measurement of experienced burnout. Journal of occupational behavior 1981;2:99-113.

Meeusen R, Duclos M, Gleeson M, Rietjens G, Steinacker J, Urhausen A. Prevention, diagnosis and treatment of the Overtraining Syndrome. Eur J Sport Science 2006 ;6(1) :1-14.

SFMS. Position de consensus : le surentrainement : place de l'interrogatoire dans le diagnostic. Sciences et sport 2005;20:314-316.

Smith R. The dynamics and prevention of stress-induced burnout in athletics. primary care 1984;11:115-127.degré », Revue française de sociologie, n° 8, 1967: 17-33.

Haut de page

Annexe

Questionnaire conçu par le groupe de consensus du surentraînement de la SFMS

- insomnie (considérée comme un marqueur précoce du surentraînement)
- baisse de l’appétit
- amaigrissement
- céphalées
- nausées ou autres troubles digestifs
- augmentation de l'occurrence des blessures (plutôt bénignes mais répétitives : tendinites, périostites, entorses, accidents musculaires)
- sensation de jambes lourdes
- épisodes infectieux récurrents (en particulier type virose, mycose –herpes ; sphère ORL, pulmonaire, urogénitale ou cutanée). A noter un manque de spécificité puisqu’une altération du système immunitaire évolue avec l’augmentation de la charge d’entraînement et peut être retrouvée chez des sujets qui ne présentent pas d’altération de la performance.
- augmentation de la sensibilité et de la sévérité des allergies.
- troubles menstruels : aménorrhée ou oligoménorrhée pour les femmes ou diminution de la libido chez les hommes. Néanmoins ces signes sont loin d’être spécifiques et leur apparition doit faire rechercher en premier lieu un déficit énergétique chronique (m. duclos) constitueraient des marqueurs précoces du surentraînement en rapport avec un déséquilibre de l’axe gonadotrope
- malaises (de type vasoplégique ou hypoglycémique).

Modèle de burnout athlétique de Smith

En pratique

Face à un tableau de dépression chez un sportif, responsable de l'arrêt impromptu de la pratique, quelle attitude adopter ?
Si l'on établit l'absence de lien entre l'état thymique et la pratique : on est dans le cadre d'un EDM semblable a ceux que l'on rencontre en population générale ; le sport peut être envisagé comme une activité ressource, complémentaire de la prise en charge spécifique (NIMH)
S'il est établi un lien, il faut rechercher un diagnostic de surentraînement ; le repos sera envisagé comme élément thérapeutique en vue d'une reprise dans des conditions optimales.
Enfin, nous insistons sur l’intérêt d’identifier un burnout sportif ; dans ce cas, le retour à l'activité antérieure est proscrite, le plus souvent inconcevable par le sportif lui-même ; l’aversion apparaît stable dans le temps (d'après le recul que nous en avons c’est à dire 5 ans pour le cas le plus ancien), et n'obère pas la possibilité d'investissement dans une autre forme de pratique (loisir par exemple) ou une autre discipline sportive.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Modèle de burnout athlétique de Smith
URL http://faceaface.revues.org/docannexe/image/587/img-1.png
Fichier image/png, 15k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabine Afflelou, « Le burnout sportif comparé au syndrome de surentraînement : une entité clinique à part entière ? », Face à face [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://faceaface.revues.org/587

Haut de page

Auteur

Sabine Afflelou

Centre d’Accompagnement et de Prévention pour les Sportifs, hôpital St André, CHU de Bordeaux.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page