Navigation – Plan du site
Dossier

L'importance de la prise en compte du contexte interculturel dans l'acceptation d'un message pour la santé : l'exemple du projet PAAN1 d'éducation nutritionnelle

Jean-François Bouville

Texte intégral

  • 1  "Projet d'Appui aux Activités de Nutrition" : projet d'éducation nutritionnelle et de transfert de (...)

1La visée générale de ce travail est d'envisager les conditions d'acceptation d'un message d'éducation pour la santé en situation interculturelle. Comment le savoir transmis est-il perçu et interprété par la population ciblée ? Pourquoi certaines personnes sont-elles plus à même d'appliquer les recommandations que d'autres ? Notre étude s'efforce de répondre à ces questions en considérant l'influence de facteurs socioculturels et relationnels dans la mise en pratique de trois recommandations du projet PAAN d'éducation nutritionnelle visant à modifier l'alimentation de sevrage du jeune enfant. Ces recommandations consistent à différer la prise d'eau, ainsi que l'introduction de la bouillie, en prolongeant l'allaitement maternel exclusif jusqu'à quatre mois au lieu des un ou deux mois pratiqués habituellement sur le plateau kukuya, et à inciter également les mères à préparer une bouillie améliorée d'un point de vue énergétique à partir des productions locales.

Approche méthodologique

2Notre démarche s'inscrit dans une perspective interculturelle, avec l'objectif d'appréhender le comportement d'individus en contexte par l'analyse de situations faisant intervenir à la fois les motivations personnelles et les logiques de pensée culturelles des acteurs concernés. Il s'agit de »penser la diversité, la différence, la contingence (c'est à dire ce qui est incertain). La prise de décision renvoie autant à des motivations, des valeurs, une histoire personnelle qui sont de l'ordre de l' « irrationnel qu'à des raisons calculées et conscientes » (Desjeux, 1987 : 15). Cet « effet d'acteur » est insuffisamment pris en compte, à notre avis, par l'approche anthropologique classique (primat du culturel), ainsi que par les méthodes RAP par focus group (primat « groupal » où les dissensions individuelles ont souvent du mal à apparaître). La perspective interculturelle se distingue également par l'intérêt porté à la dynamique de rencontre entre individus de différentes cultures.

3Les données de l'étude proviennent d'observations et d'entretiens menés auprès de douze mères d'enfants de deux à quatre mois, une partie préparant la bouillie améliorée (groupe BA) et l'autre non (groupe BT). Seule la mise en pratique de cette recommandation à été évalué étant donné que les incitations à retarder la prise d'eau et l'introduction de la bouillie ne rencontraient que peu de partisans au moment de l'étude (six mois après la mise en place du projet de santé). Les deux groupes de six femmes ainsi constitués se sont avérés relativement homogènes quant à l'âge de la mère, son nombre d'enfants, l'âge de son dernier enfant, et son statut matrimonial. Ces femmes ont été informées qu'il s'agissait d'une étude sur les pratiques de maternage pour éviter qu'elles modifient leurs habitudes alimentaires et qu'elles conservent également une certaine liberté d'expression vis à vis des recommandations du projet.

4Les catégories suivantes ont été retenues pour le recueil des données : les conceptions de santé (origine de la maladie, recours thérapeutiques et « protections » éventuelles) et d'alimentation (rôle de l'eau, du sein et de la bouillie, effet de la nourriture sur la croissance de l'enfant) ; le vécu maternel en termes de scolarité et de contacts urbains (séjours prolongés à Brazzaville), ainsi que d'éventuels antécédents graves de santé (maladies, malnutrition sévère, enfants morts en bas âge) ; et l'influence de l'entourage de la mère sur ses pratiques alimentaires en vertu, essentiellement, de liens de parenté, y compris avec les animatrices du projet.

5Les réponses apportées aux catégories d'entretien seront mises en rapport avec les pratiques effectives (observées) des femmes étudiées en vue de cerner l'influence respective des représentations, du vécu maternel, et de l'entourage sur l'acceptation des messages du projet (retarder la prise d'eau, prolonger l'allaitement exclusif, préparer la nouvelle bouillie). Nous nous efforcerons ainsi de retracer, à chaque étape de l'investigation, les logiques de pensée et les motivations personnelles sous-jacentes au comportement individuel de suivi ou non des recommandations.

Conceptions de santé et d'alimentation

6Les conceptions de santé des mères interrogées sont de deux ordres relativement homogènes selon qu'elles fréquentent ou non l'« église » (confessions chrétiennes et syncrétiques). Pour celles qui « ne prient pas » (5 femmes) ; la maladie vient du sorcier ; on la soigne par le féticheur qui peut la guérir (lutte contre la cause du mal) et par l'hôpital qui aide à « freiner » la douleur (lutte contre les manifestations du mal) ; l'enfant est protégé contre le « mauvais oeil » (des bracelets l'aident à lutter contre les regards sorciers de la convoitise qui pourraient le faire dépérir), et la fontanelle fait l'objet d'un traitement traditionnel qui consiste à donner une concoction pour « évacuer la saleté du ventre ». Cette pratique est liée au bunkira bu mu mui : on dit que le nouveau-né est insuffisamment séparé du monde d'où il vient (Bonnafé, 1971). Le ngankuka (malnutrition) est une autre de ces maladies du nkira : la maigreur de l'enfant constitue, dans ce cas, un signe manifeste de la contrariété des ancêtres (ils seront apaisés par des rites assortis d'interdits alimentaires qui auraient plutôt tendance, dans l'ensemble, à aggraver l'état nutritionnel de l'enfant) (Massamba, Gami, Trèche, Cornu, 1993).

7Les réponses des sept autres femmes de l'étude sont dérivées, en quelque sorte, des précédentes. Le fait que ces femmes « prient » tend, en effet, à substituer ou à associer « Satan » au « sorcier » des mères qui « ne prient pas » comme cause de maladie, ainsi que la « prière » au « féticheur » comme mode de guérison, tout en attribuant parfois à l'hôpital ce même pouvoir de soigner efficacement. Cette diversification des recours est renforcée par l'utilisation de protections contre le « mauvais œil » et le traitement de la fontanelle pour certaines des femmes du groupe BA, tandis qu'aucune de celles du groupe BT n'a jugé bon de conserver ces pratiques pour leurs enfants. En résumé, et sauf exceptions, nous sommes en présence de trois types de conceptions de la santé : la plus « traditionnelle » des femmes des deux groupes (BT et BA) qui « ne prient pas » (sorcier, féticheur, protections/fontanelle et hôpital « en aide ») ; celle de « substitution » Satan/sorcier et prière/féticheur des femmes du groupe BT qui « prient » (sans protections ou traitement de la fontanelle) ; et la plus « diversifiée », enfin, des femmes du groupe BA qui utilisent l'ensemble des recours thérapeutiques (considérant même parfois que l'hôpital peut lutter contre la cause du mal au même titre que la prière et le féticheur).

8Les réponses des mères au sujet de l'alimentation de l'enfant font apparaître un fond commun de représentations et de pratiques entre les deux groupes à propos du rôle de l'eau - elle rafraîchit l'enfant lorsque sa bouche chauffe après la tétée ou son exposition au soleil -, ainsi que pour l'allaitement maternel et l'introduction de la bouillie - qui calment les pleurs (surtout la bouillie, qui est introduite lorsque le sein ne parvient pas à apaiser l'enfant). Eau, lait et bouillie sont des moyens complémentaires, ainsi, d'apaiser le jeune enfant dont l'échauffement et les pleurs représentent le signal extérieur (visible) d'un état interne (invisible) à référence multiple dont la soif et la faim ne sauraient seuls rendre compte (seules quatre femmes, d'ailleurs, ont associé la soif à la prise d'eau de l'enfant). La chaleur et les pleurs de l'enfant ont notamment valeur, dans ce contexte, de signes provenant d'un univers de forces surnaturelles pouvant nuire de façon décisive. Le jeune enfant est principalement perçu, en effet, comme une puissance à contenter ; il s'agit avant tout de le traiter comme doit l'être ce qu'il représente en tant qu'« émissaire de l'invisible » (tant qu'il ne parle pas on pense qu'il communique avec les génies et les ancêtres) et d'éviter toute manifestation du nkira.

9La bouillie contribue à protéger de ces dangers en rendant l'enfant « plus lourd », soit à la fois plus calme de jour comme de nuit (il dormira presque sans interruption) et « plus fort » (moins « pleurnichard ») que ne le permet le lait maternel, tandis que l'eau préserve l'enfant des méfaits d'une chaleur qui peut être « maléfique », comme dans le cas du sanga (maladie qui provoque diarrhée et malnutrition due à la reprise des relations sexuelles lors de l'allaitement) (Massamba, 1993). Tous les enfants observés pleurent, par ailleurs, lorsqu'ils ingèrent la bouillie, mais les mères ne l'attribuent pas à ce fait : certaines ne savent pas pourquoi, tandis que d'autres citent la fatigue ou que l'enfant a faim et que les pleurs sont signe qu'il mange bien, qu'ils l'aident à avaler (les pleurs sont également attribués au fait que l'enfant soit « inquiété » - lorsqu'il se réveille seul, par exemple - ou qu'il souffre physiquement). L'eau apparaît aussi, quant à elle, comme une source de vie indispensable et un bienfait indiscutable pour l'enfant dès les premiers jours après sa naissance pour l'ensemble des femmes interrogées, ainsi que nombre d'animatrices du projet qui s'entendent régulièrement répliquer : « tu laisses tes enfants asséchés, toi ? » Cette conviction est si forte qu'elles se trouvent contraintes, le plus souvent, à conseiller de l'eau bouillie et/ou minérale aux mères plutôt que d'insister pour en différer la date d'introduction.

10Notons enfin que ces recours essentiels contre la chaleur (eau) et les pleurs de l'enfant (bouillie) sont aussi primordiaux, d'après de nombreux témoignages, pour permettre le bon déroulement du travail aux champs. Ce labeur est considéré comme une priorité absolue autant par la ressource principale qu'il représente, le plus souvent, pour la famille entière, que par le devoir d'une participation sans faille auprès du groupe d'entraide qui cultive le champ de chacun en alternance. Aucune femme ne peut risquer de se soustraire à ces exigences par carence de sommeil ou pour cause de maladie de l'enfant ; d'autant que tout isolement, même passager, peut susciter la méfiance et le soupçon propices aux attaques de sorcellerie. C'est pourquoi les mères s'assurent, en général, que leur enfant soit en mesure de prendre la bouillie dès la fin de l'ussuomi (temps de repos de deux mois environ après l'accouchement). La durée de cette période correspond bien, d'ailleurs, au temps d'introduction de la bouillie pour de nombreuses mères des deux groupes (écarts allant de 4 à 12 semaines).

11Nous avons vu en quoi le fond commun, très prégnant, des conceptions culturelles de la santé et de l'alimentation pouvait aider à comprendre les réticences des mères enquêtées pour différer la prise d'eau et l'introduction de la bouillie de leurs enfants, tandis que les différences constatées dans les conceptions de santé entre certaines femmes des deux groupes seront utiles pour envisager leur tendance à accepter ou non la nouvelle bouillie du projet. Celle-ci est aussi fonction des caractéristiques du vécu maternel et du lien établi entre l'alimentation et la croissance de l'enfant.

Vécu maternel et évolution des pratiques alimentaires

  • 2  L'acculturation se réfère ici à un degré de familiarisation, pensé et/ou vécu, avec les concepts c (...)

12Comme nous l'avons constaté, le mode de préparation de la bouillie varie davantage, sous l'influence du projet, que les comportements alimentaires précités. L'acceptation de cette recommandation est apparue étroitement liée avec la perception du lien établi entre l'alimentation et la croissance de l'enfant ; lien qui varie quelque peu parmi les femmes de l'étude en fonction, notamment, de leur niveau d'acculturation2 que reflètent leurs conceptions de santé et certains indicateurs de « vécu maternel » (séjours urbains et scolarité). C'est ainsi que les femmes les moins acculturées font partie de celles qui pensent que seules la quantité (le fait d'ingérer assez d'aliments) et/ou la qualité (ingérer des aliments non avariés) de la nourriture donnée à l'enfant peuvent parvenir à le sustenter. Des conceptions surnaturelles de l'alimentation telles que la « nourriture des rêves » (le sorcier donne à manger quelque chose en rêve qu'il faut ingérer ou régurgiter au réveil sous peine de tomber malade) et « des esprits » (une partie du plat est laissée dans la case pour apaiser les esprits) sont aussi souvent évoquées, de même que les causes non-alimentaires du ngankuka (malnutrition) qui provient du sorcier, de l'effet de la lune, ou encore du fait de manger de la terre.

13Mis à part deux femmes -les plus acculturées- qui voient un avantage « quantitatif » à préparer la bouillie du projet, aucune des mères précitées ne semble percevoir l'intérêt du nouveau sur l'ancien. Lorsque le type de nourriture (en terme d'ingrédients) donné à l'enfant est déclaré pouvoir influencer faiblement sa croissance, en revanche, la bouillie du projet est jugée meilleure - elle « passe mieux », « remplit bien » et « tient mieux » - que l'ancienne. Cette évolution des préférences alimentaires (déclarées, à défaut d'être toujours mis en pratique...) concerne les cinq autres femmes les plus acculturées d'après les indices, surtout, de « vécu maternel ». Il est probable que l'introduction de la bouillie - dite « traditionnelle » ! - par des prêtres de Brazzaville dans les années cinquante en substitution des boulettes de chikwangue permette cette marge structurale d'adaptation pour les femmes les plus engagées dans le processus d'acculturation. Le fait que toutes les mères du groupe BA aient été confrontées à de sérieuses difficulté de santé chez leurs enfants (morts en bas âge, ngankuka, épilepsie, etc...) comparé à la moitié seulement de celles du groupe BT, les a peut-être aussi rendu plus réceptives à d'autres recours - dont la bouillie du projet - dans l'espoir d'éviter une répétition de ces malheurs ? Nous allons envisager, à présent, pourquoi les préférences affichées de certaines femmes se trouvent en contradiction avec leurs pratiques de préparation de la bouillie de l'enfant (le niveau d'acculturation ne suffit pas à rendre compte, en effet, de la répartition en groupe BT et BA).

Influence de l'entourage familial et des animatrices du projet

14Dans le groupe BT, une démarcation assez nette apparaît sur les plans du vécu maternel et des conceptions de santé et d'alimentation parmi les femmes enquêtées. Certaines d'entre elles, en effet, sont parmi les plus « traditionnelles » en matière de santé ; elles n'ont jamais séjourné à Brazzaville et ne constatent pas non plus de différences entre les deux types de bouillies dont l'effet « quantitatif » sur l'enfant est jugé identique. Leur comportement alimentaire envers l'enfant est directement en phase, ainsi, avec leurs convictions personnelles, dans le sens où elles suffiraient pour rendre compte de leur préparation « traditionnelle » de la bouillie. Cette hypothèse est renforcée par le fait que l'entourage familial n'intervient pas sur le sujet et qu'aucune des animatrices n'a de lien de parenté avec ces femmes.

15Les autres femmes du groupe BT se disent convaincues, paradoxalement, de la supériorité de la bouillie améliorée en raison de l'action positive de ses ingrédients sur la croissance de l'enfant (pour deux d'entre elles, cette conviction est sans doute liée au fait d'avoir vécu 6 et 10 ans à Brazzaville). Ces indications suggèrent plutôt l'appartenance au groupe BA, mais il semblerait que l'entourage familial influence directement leur pratique alimentaire auprès de l'enfant. Les belles-mères de deux femmes ont introduit elles-mêmes, en effet, la bouillie « traditionnelle » et ont continué à donner de la bouillie à l'enfant à l'occasion, tandis que c'est le mari d'une autre qui s'oppose, apparemment, à ce que sa femme adopte de nouveaux comportements (sa réticence était patente pendant l'entretien). Il est difficile de savoir, bien entendu, quel comportement ces femmes auraient adopté d'elles-mêmes si elles n'avaient pas été contrées dans leur tendance favorable à la mise en pratique de cette recommandation.

16Dans le groupe BA, l'influence de l'animatrice du projet pèse d'un poids important, sinon décisif, sur la pratique de cinq d'entre elles. Son ascendance est directe pour deux d'entre elles en vertu de liens de parenté qui font qu'elle s'occupe parfois elle-même, d'ailleurs, de l'enfant en question, y compris de son alimentation. L'impact de l'animatrice est clairement perceptible, aussi, pour trois autres femmes : par l'intermédiaire despropres enfants, adultes, de l'une d'entre elles qui sont au fait des recommandations ; par les très nombreux témoignages de confiance d'une autre au cours de l'entretien ; et pour une troisième femme, également, mais d'une manière quelque peu litigieuse pour la validité de l'observation. Nous avons appris, en effet, que cette mère avait fait l'objet, quelques jours seulement avant notre investigation, d'une « démonstration intensive » sur la préparation de la bouillie du projet, alors qu'elle donnait jusque là l'ancienne bouillie à son enfant. Une seule femme, en définitive, semble ne pas agir en rapport étroit avec l'influence exercée par l'animatrice. Elle est aussi la plus scolarisée de toutes (3ème) donc peut-être, de ce fait, celle qui requiert le moins de « suivi » pour adopter les recommandations.

17Ici encore, nous pouvons nous demander si cette influence extérieure vient corroborer, ou plutôt se substituer, à l'inclinaison personnelle des mères concernées ; leurs pratiques sont-elles « en phase », autrement dit, avec leurs représentations ? Trois d'entre elles auraient sans doute eu tendance à préparer la nouvelle bouillie d'elles-mêmes (comme la seule femme du groupe BA à ne pas avoir de liens privilégiés avec l'animatrice) étant donné qu'elles sont parmi les plus acculturées de l'échantillon (elles ont toutes séjourné à Brazzaville) tant au niveau des conceptions de santé -elles forment l'essentiel du sous-groupe aux recours les plus « diversifiés »- que des représentations alimentaires -la nouvelle bouillie est meilleure pour l'enfant grâce à ses ingrédients ou en rapport avec sa consistance « quantitative ». Les conceptions de santé et d'alimentation des autres femmes du groupe BA étant, en revanche, parmi les plus « traditionnelles » de l'échantillon, il semblerait qu'elles aient été fortement influencées (et même contrainte, comme nous l'avons constaté, pour l'une d'entre elles !) à préparer la bouillie du projet.

Les limites de la mise en pratique des recommandations du projet

18Tandis qu'un fond commun de conceptions africaines traditionnelles préside aux conduites maternelles relatives à la prise d'eau et à l'introduction de la bouillie, le choix de préparation de la bouillie nous est apparu à peu près autant lié à l'acculturation préalable de certaines conceptions de santé et d'alimentation, qu'à l'impact « direct » des influences relationnelles que suscitent le projet. Un rapprochement entre les niveaux de culture intervenant dans la transmission du savoir et les influences précitées peut aider à mieux comprendre le sens de cet impact différencié sur les pratiques alimentaires ciblées par le projet. E.T.Hall (1984) distingue, à un niveau de culture fondamental, le savoir formel (corporel) des interactions précoces de la dyade mère-enfant, des connaissances informelles apprises ultérieurement (à l'insu de l'individu). Au niveau de culture manifeste, le savoir technique transmis de façon intentionnelle et verbale s'accompagne, selon Dominique Desjeux (1991), d'une dimension affective - phorique - qui est centrée sur la dépendance et l'autonomie au sein de la relation. Pour que ces connaissances techniques, telles que les recommandations d'un projet, soient reconnues et mises en pratique par les interlocuteurs de manière durable, elles doivent s'intégrer, ou « entrer en résonance », avec le niveau de culture fondamental où les règles sont vécues et respectées de tous de manière implicite.

19Les résultats de l'étude indiquent que les préoccupations maternelles relatives à la prise d'eau et l'introduction de la bouillie relèvent d'un savoir traditionnel de type formel, tandis que la modification des modes de préparation de la bouillie est davantage liée à une marge d'adaptation culturelle de type informelle plus « en phase » avec le contenu technique des préoccupations nutritionnelles - occidentales - du projet. La transmission des connaissances que permet cette résonance entre le niveau de culture manifeste (des messages) et fondamental (des femmes acculturées) est aisément supplantée, cependant, par l'influence -phorique- de l'entourage familial et aussi, parfois, des animatrices du projet. Ce type d'influence peut contribuer au fait que la mise en pratique des recommandations ne soit pas toujours « en phase » avec les conceptions et les convictions personnelles des femmes concernées. Étant donné le caractère contraignant des rapports de hiérarchie pesant sur la vie d'une villageoise (elle habite chez sa belle-mère, et son enfant est considéré comme l'enfant de tous), tout projet court le risque, ainsi, d'être aveuglé par une situation où la contrainte extérieure prédomine sur la compréhension personnelle des actes effectués.

20Un certain décalage entre la pratique et les représentations de la mère par l'intermédiaire de l'animatrice est sans doute inévitable et peut-être même souhaitable, dans un premier temps, compte tenu de la teneur « traditionnelle » des conceptions même les plus « diversifiées ». Elle doit céder progressivement le pas, cependant, à une appropriation plus individuelle pour éviter, notamment, que le comportement instauré ne perde de sa raison d'être en fin de projet... et que la pérennité des « transferts » effectués soit remise en question sitôt partie l'équipe d'encadrement ! La prise en compte effective de la trajectoire socio-symbolique et relationnelle de chacun constitue un bon indicateur de ce risque potentiel grâce à l'éclairage essentiel qu'elle apporte à l'analyse des éléments d'acceptation ou non de recommandations en situation interculturelle. Cette démarche contribue, en définitive, à rejoindre l'autre au delà de temporalités culturelles fort différentes, dans un présent qui a une valeur associative lorsque l'on se sent reconnu.

Haut de page

Bibliographie

Bonnafe P., « Un aspect relationnel de l'idéologie lignagière - le nkira des Kukuya du Congo-Brazzaville », Document de travail n° 1, Laboratoire de sociologie et de géographie africaines, Paris, 1971.

Desjeux D., Stratégies paysannes en Afrique noire - Le Congo (essai sur la gestion de l'incertitude), Éditions L'Harmattan, Paris, 1987.

Desjeux D., Le sens de l'autre (stratégies, réseaux et cultures en situation interculturelle), Presses de l'UNESCO, Paris, 1991.

Hall E.T., La danse de la vie - temps culturel, temps vécu, Éditions du Seuil, 1984 (1983).

Massamba J.P., Gami N., Treche S., Cornu A., Croyances et perceptions de la malnutrition chez les Teke Kukuya des plateaux du Congo, Communication au colloque « Anthropologie alimentaire et développement en Afrique intertropicale », Yaoundé, Cameroun, 27-30 avril 1993.

Haut de page

Notes

1  "Projet d'Appui aux Activités de Nutrition" : projet d'éducation nutritionnelle et de transfert de technologie alimentaire mené au Congo, en milieu rural (sur le plateau kukuya, à 400 km au nord de Brazzaville) de 1992 à 1995. Projet financé par l'UNICEF, les ministères français de la Coopération et de la Recherche, et l'IRD.

2  L'acculturation se réfère ici à un degré de familiarisation, pensé et/ou vécu, avec les concepts culturels occidentaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Bouville, « L'importance de la prise en compte du contexte interculturel dans l'acceptation d'un message pour la santé : l'exemple du projet PAAN d'éducation nutritionnelle », Face à face [En ligne], 3 | 2001, mis en ligne le 01 mars 2001, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://faceaface.revues.org/580

Haut de page

Auteur

Jean-François Bouville

Psychologue, Université de Paris VIII, Saint-Denis

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org