Navigation – Plan du site
Dossier

La mangue c'est la vue

Projet de prise en charge d'un problème de santé publique par une communauté villageoise au Burkina Faso
France Denis-Vanlerberghe, Rosemary Fleury-Téchoueyres et Isabelle Téchoueyres

Texte intégral

1A la suite de plusieurs séjours dans différents villages du Burkina Faso, Afrique de l'Ouest, nous avons retenu l'un d'entre eux pour tenter de mettre en exergue une question de santé publique corrélée à des pratiques alimentaires. En effet, le village de Petit Samba (province de Passoré), au Nord-Ouest du pays, sera le lieu d'une étude approfondie de situations concrètes, pour poser le problème du déficit en vitamine A et des réponses possibles que l'on peut y apporter en termes alimentaires. Notre projet s'articule à la question de la prise en charge par la communauté villageoise de ce problème de santé publique dont la mangue est, à notre sens, le symbole d'une réponse possible et le type de recours qui semble poser le moins de contraintes.

Prévalence de la carence en vitamine A et morbi-mortalité

  • 1  Carence en vitamine A ou VAD (vitamin A defiency)
  • 2  Héméralopie : cécité de la pénombre
  • 3  Xérophtalmie : atteinte des épithéliums de la cornée et de la conjonctive
  • 4  Epithélium : tissu vivant formant une membrane protectrice à la surface de la peau et des muqueuse

2Le problème de la carence en vitamine A affecte plus de 100 millions d'enfants dans le monde et est responsable d'une mort infantile sur 4 dans les régions où ce problème existe. La carence en vitamine A1 est responsable, outre l'héméralopie2, de cécité définitive par xérophtalmie3 ; elle affecte les épithéliums4 des voies respiratoires et digestives et également le système immunitaire, accroissant ainsi d'environ 20 % le risque de mortalité au cours de l'enfance. Outre qu'elles constituent un problème de santé publique, la cécité et la déficience visuelle ont d'importantes répercussions socio-économiques notamment pour les pays en voie de développement où vivent 9 aveugles sur 10. Le coût de la réadaptation et des soins apparaît le plus clairement, mais les coûts indirects résultant de la perte de productivité sont également importants. Le fardeau économique de la cécité et de la déficience visuelle grave n'est cependant que l'un des aspects du problème. La personne aveugle et sa famille sont confrontées à des problèmes sociaux non négligeables.

3Selon l'UNICEF, au Burkina-Faso en 1995, les derniers chiffres officiels de prévalence du déficit en vitamine A chez les enfants de 0 à 60 mois sont : 1,6 % de déficit clinique (céciténocturne reconnue) et 26,8 de déficit infraclinique. Au Mali, le déficit clinique est de 2,8 % et le déficit infraclinique de 36 %. La vitamine A existe dans la nature sous deux formes : une d'origine animale, le rétinol que l'on trouve dans le foie, les oufs, le beurre et une forme végétale, le bêta-carotène dans les fruits de couleur jaune-orangé (abricots, mangues, etc.), ainsi que l'huile de palme rouge. Notre réflexion porte sur des modalités d'action à mener en collaboration avec la population villageoise, en fonction des ressources disponibles sur place.

L'enquête préliminaire

  • 5  Tivoli Sans Frontières (Etablissement scolaire privé bordelais)
  • 6  L'équivalent rétinol est l'unité de mesure de l'activité vitaminique du rétinol et des caroténoïde

4Nous avons d'abord cherché à savoir comment était perçue et comprise l'héméralopie par la population de cette région. Dans le prolongement de l'action humanitaire5 commencée au cours des années précédentes et dans laquelle nous nous étions impliquées, au mois de février 2000, six groupes de jeunes français sont partis dans six villages de trois provinces du Burkina-Faso. Ils étaient accompagnés d'autres médecins à qui nous avons demandé de rencontrer des femmes (puisque ce sont elles qui font les démarches en matière de santé infantile) de plusieurs concessions dans chaque village, après accord du chef, pour aborder les sujets suivants : diététique et composition des plats afin de déterminer si la ration en équivalent-rétinol (ER)6 est suffisante chez les enfants ; connaissance d'un mot signifiant la baisse de la vision crépusculaire dans la langue locale ; reconnaissance du symptôme chez l'adulte. Dans le cas où il y avait un infirmier au village, nous lui avons demandé si l'héméralopie était un motif de consultation, s'il existait une campagne de prévention et s'il connaissait la prévalence de l'héméralopie chez les enfants de 6 mois à 6 ans.

5Plutôt qu'une enquête épidémiologique, nous avons choisi de proposer des entretiens semi-directifs ayant pour objectif de favoriser la production d'un discours sur le thème de la baisse de vision crépusculaire. Ces entretiens ont bien sûr des limites, ils n'ont pu s'effectuer qu'auprès de personnes parlant le français ou par l'intermédiaire d'un traducteur. A la suite de ces entretiens, nous avons résumé les éléments retenus dans chaque village.

6Dans la province du Passoré, la population est essentiellement Mossi avec quelques Peuls. Le terme de « Youuzondo », signifiant « aveugles de la pénombre » en moré, a été retrtouvé dans tous les villages mossi, ce qui indique bien la reconnaissance de ce phénomène. Cependant, ce problème n'est pas un motif de consultation médicale ou infirmière. Les patients consultent et donc manifestent de l'inquiétude essentiellement pour la fièvre, « le corps est chaud », la toux, la diarrhée persistante, et la rougeole.

7Cette enquête préliminaire nous a permis de connaître ce que pensent et vivent les membres de la communauté villageoise : toutes les mères interrogées sont préoccupées par ce signe, mais très peu ont consulté l'infirmier ; aucune ne connaît la relation entre ce symptôme, le Youzondo, et l'alimentation. Toutes les femmes ayant participées à ces entretiens ont été intéressées et souhaitent continuer à en parler. Il ressort que les infirmiers sont surchargés de travail, de problèmes urgents et vitaux et donc, bien qu'intéressés par la carence en vitamine A, ils n'ont pas le temps de s'en occuper ; de plus, le fait qu'il existe une campagne nationale de distribution de capsules de vitamine A au cours du Programme Elargi de Vaccinations (PEV), les amènent à penser que le problème leur échappe.

8Cette démarche nous a également permis d'instaurer une dynamique dans les villages. Par exemple, une femme a, sur sa propre initiative, organisé des causeries avec les femmes de toute sa concession. Nous allons pour notre sujet nous centrer sur un seul des villages : Petit-Samba, dans un premier temps, afin d'étudier plus en profondeur les moyens de sensibiliser la population bénéficiaire.

Petit-Samba

9Le village de Petit-Samba est situé dans la province de Passoré à environ 10 km de Yako, au Nord-Ouest de Ouagadougou. Il n'y a pas d'infirmier ni de sage-femme. Le Centre de Soins et de Promotion Sociale est en construction. Le Passoré est situé sur le plateau Mossi, à l'altitude de 300 m, dans la zone soudano-sahélienne. D'octobre à mai s'étend la saison sèche durant laquelle souffle l'harmattan, vent chaud et sec originaire du Sahara. Elle se caractérise par une grande amplitude thermique entre le jour et la nuit. La fin de cette saison sèche est la période de soudure. C'est une période de risque nutritionnel accru. De mai à septembre, durant l'hivernage, règne chaleur et humidité. La végétation, de type soudanien, est une savane arbustive. Les principaux arbres autour du village sont le kade, le caïlcédrat, le baobab, le karité, le manguier.

10La population de Petit-Samba est répartie en neuf quartiers représentés par un chef de quartier. A la tête du village un chef traditionnel en est le garant moral. Bien que les décisions se prennent par voie administrative, l'avis du chef du village est incontournable car dépositaire de la tradition et de la sagesse. La langue utilisée est le moré mais la langue officielle est le français.

11Le maintien de l'équilibre alimentaire au travers des aléas climatiques constitue un des grands problèmes du pays. Dans cette région du Nord la culture vivrière principale est le mil (sorgho blanc) sur champs de brousse, seul ou associé au petit mil et au niébé (haricot). La culture secondaire est l'arachide. La production de fruits porte essentiellement sur la mangue. Les feuilles de ces espèces herbacées et leurs graines constituent les composantes essentielles des sauces accompagnant les plats de base. Il faut savoir que les aliments contenant suffisamment d'ER disponibles dans ces régions sont les feuilles vertes (baobab, oseille, amaranthe.) et les mangues. Le plat quotidien est le Tô, (composé de bouillie épaisse de mil et de sauce). La sauce d'accompagnement peut varier selon la saison, la région et les habitudes de la famille. Elle est composée de feuilles ; les plus couramment consommées à Petit-Samba sont celles du baobab (toêga), du kapokier rouge (Vaoka) pour les arbres ; et comme légumes, le haricot ou niébé (bêgedo), l'oseille (bito), l'aubergine (kumba). D'autre part, il faut tenir compte de bon nombre de plantes qui contribuent soit par leur fleur, soit par leurs fruits et/ou graines à l'élaboration des mets traditionnels.

L'aliment de l'enfant

12Notre travail devait concerner les enfants de 6 mois à 6 ans, mais à la suite de nos enquêtes, il concernera d'une part toutes les femmes en âge de procréer et les enfants jusqu'à l'âge du langage et d'autre part les enfants de trois à six ans. Puisque nous n'avons pas encore pu recueillir nous même de données précises sur les habitudes alimentaires des enfants à Petit-Samba, nous avons utilisé le travail de Myriam Roger-Petitjean (1999). Le soir on mange le tô. Le matin les enfants mangent les restes de la veille. Les adultes ne mangent pas. On mange quelque chose à 10 heures en service ou au marché. Dans les familles élargies, comme à Petit-Samba, les femmes préparent à tour de rôle le plat familial. Elles mangent entre elles. Les grands-mères peuvent manger avec leurs petits-enfants. C'est vers l'âge de 4 à 5 ans que l'enfant rejoint le groupe de son sexe, celui des grands enfants. Un jeune garçon peut ainsi se trouver très tôt en compétition avec les hommes de la famille. Néanmoins, chez les femmes jeunes une tendance se dessine à distribuer elles-mêmes la nourriture aux jeunes enfants dans des bols individuels. La mise au sein est souvent faite au 2ème ou 3ème jour de vie pour ne pas donner le colostrum au bébé ; l'enfant reçoit alors des tisanes essentiellement à base de plantes pour le « renforcer ». Le lait maternel, lorsqu'il est débarrassé des impuretés liées à l'accouchement, est considéré comme le meilleur aliment pour le bébé. Le sevrage intervient généralement tard (18 mois à trois ans), les enfants ne recevant quasiment pas de nourriture semi-solide ou solide jusqu'au sevrage. Très peu de femmes préparent une nourriture spéciale pour les petits enfants. Lorsque c'est le cas, il s'agit toujours de femmes jeunes ayant été scolarisées, d'un milieu aisé, assumant d'ailleurs un conflit sur ce sujet avec leur mère ou belle-mère. « Ma maman critique ma façon, elle dit que préparer les soupes c'est comme jeter l'argent dehors. Le père de l'enfant est d'accord avec moi, alors je continue à préparer les bonnes petites nourritures à ma fille ». (Monique S.) L'introduction de l'alimentation adulte est souvent très tardive. A ce moment-là, l'enfant se trouve comme l'adulte confronté aux interdits alimentaires qui sont le plus souvent liés à l'histoire symbolique du village ou de la famille. (Totem ou tana). « Les vielles disent que c'est pas bon de donner tôt à manger, car l'enfant va avoir un gros ventre et il ne va pas marcher tôt. »

13L'enfant ne commence à recevoir autre chose que le lait maternel que lorsqu'il est capable d'en exprimer et d'en assumer le désir. D'après le travail de M. Roger-Petitjean cité plus haut, le pourcentage d'enfants bien nourris augmente avec la durée de la scolarisation de la mère jusqu'au baccalauréat pour baisser ensuite chez les femmes ayant suivi une formation supérieure. L'auteur conclut que si les mères connaissent certaines règles nutritionnelles, elles ne les appliquent que très rarement puisqu'elles ne les mettent pas en relation avec les manifestations de la malnutrition. Elle note beaucoup d'émotion et d'énergie autour des soins donnés à l'enfant, mais la composition de sa ration alimentaire ne semble pas être perçue comme ayant un lien avec sa santé.

La représentation de la malnutrition

  • 7  L'auteur recense les 15 symptômes-pathologies les plus fréquents au sein desquels l'héméralopie n' (...)

14Le but de M. Roger-Petitjean7 était de comprendre les représentations des maladies infantiles telles que les décrivaient les mères pour améliorer la prise en charge des enfants malades. Elle montre comment les femmes cherchent à tout concilier : le respect vis à vis de leur mère et de leur belle-mère qui ne prodiguent pas toujours les mêmes conseils que ceux donnés au dispensaire, et leur volonté de se rendre dans les centres de santé moderne pour obtenir ce qui fera tomber la fièvre de leur enfant ou lui donnera le goût de manger. Elle remarque (1999 : 174-181) également que maigreur et amaigrissement se situent dans la normalité si l'enfant a un comportement normal diurne et nocturne, et s'il ne présente pas d'autres signes : diarrhée, vomissements, éruption cutanée, toux, fièvre. Les représentations traditionnelles ne font que rarement place aux connaissances positives de la science ; dans le meilleur cas, elles se juxtaposent. Nous nous situons donc dans un domaine étiologique ouvert qui ne fonctionne pas sur le mode de la rupture mais qui évolue dans un environnement où les confrontations « tradition / modernité » s'opèrent par juxtaposition en raison d'une multiplicité de sources d'informations, dont les formations sanitaires ne constituent qu'un volet.

L'ouf, source de vitamine A

15100 g de jaune d'ouf cru apportent 3400 UI soit 1020 ER. Un jaune d'ouf moyen de 17 g fournit 580 UI soit 174 ER. Or les propos des femmes concernant les oufs sont très ambigus. La consommation de ce produit, valorisé par le discours d'éducation nutritionnelle, reste suspecte.

« Les gens disent que les oufs c'est pas bon pour l'enfant, mais si j'ai un ouf, je le lui donne. Les autres pensent que l'ouf rend l'enfant voleur. Ce n'est pas vrai, mais si l'enfant voit l'ouf, il pleure et je dois lui donner ». (Abibata D.)

« Non, ça ne rend pas voleur, tu ne peux pas dire ça, mais si l'enfant goûte, peut-être après, s'il voit un ouf qui ne t'appartient pas, il essaiera de le prendre ». (Rokia D.)

16Il semble bien, selon M. Roger-Petitjean et ces entretiens, que l'ouf devienne irrésistible pour les enfants qui y ont goûté. Doris Bonnet (1988) rapporte que la femme enceinte doit éviter de manger tout aliment symboliquement associé aux génies : le sucré (miel, sésame) et tout ce qui est associé au processus de la reproduction, c'est à dire poulet, poule, poussin et ouf. Ceci équivaudrait à tuer par ingestion l'embryon de vie qu'elle porte en elle-même. Egalement le fait de casser un ouf est considéré comme fortement pathogène. A Petit-Samba les réponses concernant la consommation des oufs par les enfants sont incertaines et ne permettent pas de savoir si l'interdit est très fort ou bien s'il s'agit d'un problème économique. Cependant il y a de nombreuses volailles : poulets, pintades. Sur le marché, les oufs sont des produits chers : 50 CFA l'unité.

La mangue, source de vitamine A

  • 8  Chiffre fourni par le centre national de recherches fruitières de Bamako

17Les manguiers d'Afrique de l'Ouest ont été plantés aux abords des villages, puis par les administrations européennes comme arbres d'avenue, d'ombrages. Ils signent par leur présence la place d'un ancien village où on peut les voir vivre sans soin particulier, les fruits étant consommé sur place. Quatre manguiers de la classe Amélia âgés de huit ans peuvent fournir une moyenne annuelle de 67 kilos de mangues. A neuf ans, ces quatre manguiers peuvent donner 113 kilos8. Sa culture nécessite une irrigation. A Petit-Samba nous avons vu seulement des manguiers non exploités ; les mangues (maangi) sont consommées par les enfants qui jouent dans les arbres ; les adultes en prennent occasionnellement en passant pour se rafraîchir. Dans le contexte de notre travail, nous nous sommes assurés que l'utilisation de mangues et de feuilles vertes ne sont pas interdites chez l'enfant, ou réservées à des fins particulières. Il semble que les feuilles vertes n'aient pas une image socialement valorisante. Les renseignements nécessaires pour engager une éducation à la santé sur la consommation de mangues et de feuilles vertes doit commencer par une conversation sur les habitudes culturelles autour de la mangue. Nous nous sommes renseignées auprès de Dominique K. notre correspondant, agronome vivant à Ouagadougou et natif de Petit-Samba, au sujet de la perception de ce fruit. Voici les réponses qu’ils nous ont fait parvenir :

18A Petit-Samba, la population consomme des mangues chaque fois que la mangue est disponible, le pic se trouvant pendant la saison chaude de l'année (février à mai). La mangue est consommée à tout âge, les enfants en étant très friands. Considérée comme un fruit agréable au goût, elle est mangée crue, cueillie directement de l'arbre ou en provenance d'autres localités productrices, toujours à l'état frais. La mangue séchée n'est pas encore vulgarisée à Petit-Samba. Elle n'est pas considérée comme un fruit difficile à manipuler et il n'y a pas d'obstacle à sa consommation. Pour les bébés, on presse le jus pour leur donner. Elle ne présente aucun risque pour la santé sauf en cas d'exagération pouvant provoquer des maux gastriques. Il n'existe aucun interdit concernant la mangue ; elle a au contraire un image bénéfique« .

19Néanmoins, il est important de noter que les enfants ont tendance à consommer des mangues vertes qui sont pauvres en carotène et provoquent des diarrhées ; de plus l'arrivée des mangues à la fin de la saison sèche a poussé la population a les assimiler à la méningite qui apparaît à la même époque.

Projet d'action

20L'utilisation régulière d'aliments d'origine animale ne peut pas pour des raisons essentiellement économiques être envisagée dans ce village. Le jaune d'ouf qui serait d'un intérêt nutritionnel majeur ne peut actuellement, pour des raisons culturelles, être un élément fiable de notre stratégie. Par contre, nous avons noté la présence de manguiers non exploités autour de chaque village visité et, à la saison des mangues, nous avons constaté une déperdition de la production alors que les enfants continuent de souffrir d'héméralopie. Ce fruit étant une bonne source de béta-carotène (500ER / 100 g), il nous est apparu comme l'aliment type pouvant être ajouté à la nourriture habituelle des enfants afin d'améliorer le statut en vitamine A de la population de Petit-Samba.

21La réussite du projet étant lié à l'adhésion de toute la communauté, l'accord et l'engagement du chef traditionnel est indispensable. Le comité de pilotage (l'Association pour le Développement de Petit-Samba) présentera lui-même au chef, dans sa langue, le problème de la carence en vitamine A chez les enfants, les conséquences sur la vitalité du village, et les stratégies à mettre en place par les différents membres de la communauté villageoise.

22Les occasions de consultations au dispensaire ou à la maternité constitueront pour les soignants un moment privilégié pour faire la promotion d'une alimentation plus riche en vitamine A ainsi que pour la détection des cas d'héméralopie afin de traiter tous les enfants et les femmes de la concession. Quant à la sage-femme, elle pourra également prendre en charge la carence en vitamine A chez la femme enceinte au niveau alimentaire et médicamenteux.

23Les instituteurs que nous avons rencontrés étaient motivés pour nous accompagner dans un projet d'éducation sanitaire, bien que les programmes scolaires soient déjà très chargés. Leur relation privilégiée et quotidienne avec les enfants scolarisés peut permettre de détecter des cas d'héméralopie. Ceux-ci abordent des problèmes de santé dans le temps scolaire (hygiène, paludisme.). Nous leur proposerons de parler aux enfants de la cécité crépusculaire et de sa relation avec l'alimentation. Le choix de la forme pédagogique la mieux adaptée sera fait par l'enseignant selon la pédagogie actuelle des écoles (activités ludique adaptées, création d'une chanson, documents pédagogiques spécifiques avec l'exemple du »jeu des aveugles du soir « ). Ce projet d'éducation sanitaire auprès des enfants par l'enseignant nous paraît important car les enfants ont de grandes capacités de mobilisation et d'intérêt, leur niveau de scolarisation est souvent plus élevé que celui de leurs aînés. Nous pensons qu'une fois bien informés, ils pourront ensuite être associés à des actions plus concrètes : cueillette, séchage. Chez les Mossi enfants il n'y a pas de frontière entre le jeu et le travail, et la cueillette fait partie du travail des enfants d'une classe d'âge particulière.

24 »Pour qu'un remède fonctionne, il faut que la femme le veuille« . (Parole Mossi.)
Les femmes ont commencé à se réunir en groupe de causeries. La causerie débute par une consigne initiale qui va provoquer un discours narratif, dans notre cas : »avez-vous déjà observé autour de vous des enfants qui s'arrêtaient de jouer le soir au crépuscule ou qui se cognaient ou même tombaient, en se tenant aux murs ?« Pour mener l'entretien, il est nécessaire d'instaurer un climat de confiance en évitant d'interrompre, écouter même les silences, reformuler afin de s'assurer qu'on a bien compris, faire préciser et rester neutre, afin de réfléchir ensemble. Le but sera de faire établir une relation entre l'alimentation et la pathologie ophtalmologique, la morbidité générale, en particulier la rougeole, les diarrhées et les bronchites. Les problèmes de santé tels que la rougeole et la diarrhée sont très concrets pour les femmes. Il faudra prévoir des causeries sur les thèmes de l'alimentation riche en vitamine A ainsi que sur l'exploitation et le séchage des mangues. La présidente de l'association des femmes du village, Hélène K., déjà sensibilisée par nos questions, a commencé à organiser dans sa concession des causeries sur ce thème, en particulier sur l'utilisation régulière des feuilles de baobab fraîches ou séchées pour faire la sauce. Elle est chargée de recruter d'autres femmes-relais pour faire des causeries sur le sujet.

Un projet économique

25Dominique K., ressortissant a réagi dès le début de ce projet ; il nous a dit :

 »Le projet pourrait ouvrer à l'équipement en matériel de séchage. Ceci se traduira par un appui à la plantation des arbres fruitiers notamment les manguiers. Au-delà de la plantation on pourrait aussi penser à la création de puits (forage) pour assurer l'arrosage des plants. Bref, ce projet revêt une grande importance pour nos communautés qui n'hésiteront pas un seul instant à y adhére« .

26Le projet de forage a déjà été soumis à une ONG. La sélection d'espèces de manguiers »retard« permettrait aux enfants de Petit-Samba de pouvoir consommer des mangues fraîches 2 ou 3 mois supplémentaires, ce qui n'est pas négligeable, puisque le stockage intra-hépatique permet une utilisation irrégulière des ressources en vitamine A.

27Dans un premier temps, il va être nécessaire d'évaluer les ressources locales actuelles et si la communauté des villageois est intéressée par une plantation, une commercialisation des mangues fraîches et le développement de séchoirs de mangues. Depuis des siècles, le séchage traditionnel au soleil est la technique la plus répandue de conservation des aliments. C'est une activité essentiellement féminine. Le but de ce travail de promotion de la mangue est d'amener les femmes enceintes et les enfants en bas âge à pouvoir consommer cette source de bêta-carotène sans avoir à faire de dépenses, et éventuellement d'en créer une source de profit. Cette expérience de prise en charge d'un problème de santé par le village peut se reproduire dans d'autres villages où nous avions lancé les enquêtes, car dans chaque village, nous avons rencontré des professionnels motivés et des femmes toujours désireuses d'améliorer la santé de leurs enfants.

28Les effets attendus sont l'augmentation de la consommation des mangues par les enfants de moins de six ans. Le premier indicateur de réussite sera : la quantité de fruits produits, consommés, perdus, et la partie séchée et exportée. Un autre indicateur sera la connaissance de l'héméralopie qui pourra être évaluée par des entretiens individuels. Un troisième indicateur sera la modification de la diététique et une augmentation du nombre d'occasions vitaminiques A : feuilles vertes/mangues.

Haut de page

Bibliographie

Bonnet D., Corps biologique, corps social : procréation et maladie de l'enfant en pays Mossi. Edition de l'ORSTOM, 1988.

Diem K. et Lentner C., Tables scientifiques, Ciba-Geigy SA, Bâle, Suisse, 1978.

Foucault M., 1988b, » L'incorporation de l'hôpital dans la technologie moderne « , in Hermès 2, Masses et Politiques, Paris, Edition du CNRS, pp. 30-40.

Malvy D., » micronutriments et infections virales tropicales" , Médecine Tropicale, 1999.59.4bis.

(Tulane University) : Progress in Controlling Vitamin A Deficiency (1998)

Roger-Petitjean M., Soins et nutrition des enfants en milieu urbain africain ; paroles de mères, L'Harmattan, 1999, Paris.

Haut de page

Notes

1  Carence en vitamine A ou VAD (vitamin A defiency)

2  Héméralopie : cécité de la pénombre

3  Xérophtalmie : atteinte des épithéliums de la cornée et de la conjonctive

4  Epithélium : tissu vivant formant une membrane protectrice à la surface de la peau et des muqueuses

5  Tivoli Sans Frontières (Etablissement scolaire privé bordelais)

6  L'équivalent rétinol est l'unité de mesure de l'activité vitaminique du rétinol et des caroténoïdes

7  L'auteur recense les 15 symptômes-pathologies les plus fréquents au sein desquels l'héméralopie n'est pas signalée

8  Chiffre fourni par le centre national de recherches fruitières de Bamako

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

France Denis-Vanlerberghe, Rosemary Fleury-Téchoueyres et Isabelle Téchoueyres, « La mangue c'est la vue », Face à face [En ligne], 3 | 2001, mis en ligne le 01 mars 2001, consulté le 23 juin 2017. URL : http://faceaface.revues.org/576

Haut de page

Auteurs

France Denis-Vanlerberghe

Médecin généraliste à Bordeaux

Rosemary Fleury-Téchoueyres

Médecin, PMI Conseil Général de la Gironde

Isabelle Téchoueyres

Doctorante en anthropologie, laboratoire « Société, Santé, Développement » CNRS UMR 5036

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org