Navigation – Plan du site
Dossier

Les adolescents face aux messages nutritionnels émis dans leur environnement social

C. Wisner-Bourgeois, C. van Dyk, F. Poiroux et M. Watiez

Texte intégral

1Si aujourd'hui les aliments emplissent les magasins, lieux de restauration et aussi nos assiettes, l'alimentation tient aussi une large place dans le discours social.

2Quelle est la place de ce discours dans l'environnement social des adolescents, population en plein changement et dont les habitudes alimentaires suscitent constamment de nombreux questionnements ?

  • 1  Bichon L., Poiroux F.,van Dyk C ., Watiez M., Wisner-Bourgeois C., Perception par les adolescents (...)

3Cette question est au cœur d'une recherche1 que nous avons menée dans le cadre des programmes Aliment Demain du Ministère de l'Agriculture. Les quelques résultats que nous exposons permettent de répondre aux questions suivantes : comment les adolescents perçoivent-ils les messages sur l'alimentation et la nutrition émis dans leur environnement social ? Quelle place occupent la santé et la nutrition dans le discours des médias, dans celui de leur entourage proche ? Comment les adolescents s'approprient-ils ces messages, construisent-ils un ensemble de savoirs ordinaires en matière d'alimentation et de nutrition ? La santé fait-elle partie de leurs critères de choix alimentaires ?

Messages, environnement social, savoirs alimentaires ordinaires

4- L'environnement social des adolescents est multiforme.
On distingue pour l'analyse, un entourage social direct et un environnement médiatique et consommatoire plus indirect. Le premier est un univers d'interrelations, constitué dans cette étude par les parents, la fratrie, les amis proches, les enseignants et le médecin. Le second, où il n'y a pas d'interrelations, comprend, dans cette étude, la télévision, la radio, la presse, les emballages alimentaires. Si ce fractionnement renvoie à des sources concrètes de messages différentes, à des méthodes de recueil des données différentes, on fait l'hypothèse que dans l'élaboration des savoirs par les adolescents, ils s'entremêlent. Dans leur entourage social direct, les adolescents sont soumis à des messages émis par leurs proches. C'est là aussi que les messages provenant des sources indirectes peuvent être remaniés, discutés ; ils peuvent alors prendre sens à partir des valeurs et des références propres à cet univers relationnel.

5- Discours sur l'alimentation et messages nutritionnels.
L'objectif final de ce travail concerne les messages nutritionnels et leur perception par les adolescents. Toutefois, des travaux précédents sur l'univers alimentaire des adolescents (Watiez et al. 1996, van Dyk et al. 1998) montrent que différents arguments (plaisir, esthétique, praticité.) sont souvent conjointement mobilisés dans le discours concernant l'alimentation. De plus ce n'est pas seulement le contenu des messages nutritionnels qu'il est nécessaire d'étudier mais aussi leur place dans un discours alimentaire général. C'est donc globalement l'analyse des messages concernant l'alimentation qui permet de répondre aux questions posées à propos des messages nutritionnels.

6- Nous avons postulé que les messages alimentaires et nutritionnels étaient de forme différente : messages verbaux, messages comportementaux d'autrui, messages visuels et oraux des médias.
Comme on l'a dit, certains messages sont produits dans l'interaction (message verbal d'une mère, par exemple, qui argumente pour que son enfant adolescent, peu amateur de légumes, mange les courgettes servies au dîner), d'autres messages fonctionnent à sens unique (des médias vers les adolescents par exemple).
Ces messages concernant l'alimentation sont « atomisés » et ne forment pas un tout cohérent. Ils peuvent être éventuellement contradictoires entre eux : comment, donc, les adolescents s'approprient-ils et gèrent-ils ces différents messages éclatés ?

7- Les savoirs alimentaires ordinaires s'expriment à la fois dans des comportements et dans des idées : jugements, normes, attitudes. Ils s'élaborent à travers une multiplicité de contextes de socialisation, tant simultanés qu'inscrits dans le temps (B. Lahire, 1998).

  • 2  Nous employons le terme de savoir ordinaire et non populaire ; en effet, R. Massé distingue deux t (...)

8Cet ensemble de savoirs sur l'alimentation, élaboré par les adolescents à travers leur trajectoire et dans un contexte d'interaction, renvoie à une culture vécue par opposition à une culture scientifique ; c'est pourquoi nous avons qualifié ces savoirs d'ordinaires2 en nous inspirant de R. Massé (1995).

Les méthodes d'analyse

9Cette étude associe trois approches : la première est une analyse de contenu des messages alimentaires auxquels les adolescents sont exposés ; messages provenant de l'environnement médiatique, commercial et des manuels scolaires.

10La seconde est une enquête quantitative par questionnaire, menée à Evreux auprès de 348 adolescents de 11 à 18 ans.

11La troisième est un travail qualitatif. Nous avons interrogé, ce que nous avons appelé des grappes, c'est à dire un adolescent et diverses personnes de son entourage proche : parents, frères ou sœurs, amis. Ce travail, mené auprès de sept grappes, permet de mieux comprendre les systèmes de représentations concernant l'aliment et la santé chez les adolescents ainsi que la manière dont ces systèmes s'élaborent. Six catégories de produits ont été analysées : les produits sucrés, les céréales du petit déjeuner, les fruits et légumes, la viande, les boissons et les produits laitiers.

12Le processus d'élaboration de savoirs ordinaires sur l'alimentation par les adolescents se réalise dans des contextes très variés. La trajectoire sociale de chacun, sa position sociale marquent la manière dont chacun intègre ces messages (voir B.Lahire ci-dessus). Nous avons tenu compte de ces variables dans la construction de l'échantillon de l'enquête quantitative et dans le choix des études de cas réalisées dans l'approche qualitative.

13Nous avons également introduit la notion d'autonomie des adolescents. En effet, parler des choix, jugements, comportements des adolescents suppose que l'on précise la gamme de choix, jugements et comportements qui leur est accessible. C'est ainsi qu'en analysant l'autonomie des adolescents, on tente de cerner le cadre à l'intérieur duquel l'adolescent évolue, pense, agit. Ce cadre est le produit des conditions de vie, des rythmes journaliers de l'adolescent et de sa famille, mais reflète aussi le compromis établi (implicitement souvent, négocié parfois) entre la famille et l'adolescent sur le degré de liberté, d'autonomie, dirons-nous, de l'adolescent.

14Pour illustrer les processus de perception des messages alimentaires et nutritionnels par les adolescents et d'élaboration de savoirs, nous avons sélectionné certains exemples.

  • 3  Star Club, Picsou Magazine, J'aime Lire, Science et Vie Junior, Science et Vie, Bravo Girl, 20 ans (...)
  • 4  NRJ, Skyrock et Fun Radio pour la radio (analyse sur la semaine du 10 au 16/03/97) ; TF1, F2 et M6 (...)

15En ce qui concerne les médias, la télévision est le support le plus riche en messages. En effet, nous avons analysé les journaux les plus lus par les jeunes3 et les programmes radio et télévisés correspondant au taux d'écoute le plus fort chez les adolescents4 sur une période donnée. Nous avons recensé 1191 messages alimentaires à la télévision, 204 à la radio et 192 dans les journaux. On évoquera donc plus fréquemment les messages télévisés.

16En ce qui concerne les différents types de produits alimentaires, les adolescents sont exposés à un ensemble de messages relativement cohérents ou au contraire contradictoires. Plutôt que de présenter les résultats pour chaque catégorie de produits, nous avons privilégié les deux catégories d'aliments les plus extrêmes. Les produits laitiers, d'une part, sont l'objet d'un consensus apparent en tant que produits « santé » ; les adolescents sont exposés à une multiplicité de messages mais le contenu de ceux-ci est homogène. Les produits sucrés, sont l'objet de messages discordants selon les sources et l'aspect santé est souvent controversé. A travers ces deux cas extrêmes on verra comment les adolescents perçoivent les messages émis et élaborent des savoirs.

Les produits laitiers ou comment conjuguer plaisir et santé

Produits laitiers, produits « santé » : un relatif consensus dans le discours social

17L'analyse de contenu montre que les messages publicitaires télévisés consacrés aux produits laitiers sont relativement nombreux : les produits laitiers avec 16 % des messages viennent après les produits sucrés (23 % des messages publicitaires concernant l'alimentation). Si l'on considère l'ensemble des messages provenant de l'environnement consommatoire et médiatique, le discours nutritionnel est dans l'ensemble positif : informations sur la présence de vitamines, minéraux (surtout le calcium), la croissance et la santé en général. Seul le fromage peut donner lieu à des discours négatifs : le fromage qui donne mauvaise haleine, le fromage qui fait grossir.

18L'enquête qualitative auprès des parents montre que ceux-ci ont également une perception des produits lactés comme produits « santé ». Même en considérant que dans le cadre de cette enquête les parents ont tendance à donner une bonne image d'eux-mêmes, on observe qu'ils se révèlent très attentifs, pour leurs enfants, à une consommation régulière de produits laitiers. C'est pour eux une nécessité en termes de santé, en particulier comme source de calcium. Dans cette perspective, pour eux, le lait, les laitages dans leur diversité, le fromage sont perçus comme des produits substituables : ce qui compte à leurs yeux c'est que les adolescents mangent des produits laitiers quelles que soient leurs formes.

Les adolescents perçoivent les produits laitiers comme des produits « santé »

19L'étude quantitative confirme que les produits laitiers ont une image santé forte auprès des adolescents :

  • 84 % d'entre eux considèrent qu'il est indispensable de consommer des produits laitiers à leur âge

  • 75 % pensent que le calcium est important pour grandir quand on est adolescent

  • 74 % pensent qu'il faut manger un produit laitier à chaque repas.

20Les produits laitiers sont régulièrement présents dans les cantines et sur les tables familiales. Dans des situations où les adolescents choisissent eux-mêmes ce qu'ils mangent, les produits laitiers ne sont pas négligés : au goûter 37 % des adolescents consomment un produit laitier sous forme de boisson, de laitage ou de fromage.

21L'image santé concernant les produits laitiers apparaît comme positive, consensuelle, reconnue et mise en ouvre dans les pratiques de consommation. Serait-on, avec ces produits, dans un domaine exemplaire ?

Une perception des produits laitiers malgré tout complexe

22Les produits laitiers bénéficient d'un double avantage : le fait que les parents les considèrent comme équivalents entre eux, du point de vue de l'apport en calcium, qualité qu'ils valorisent avant tout et les habitudes de consommation.

23Comme les fruits, mais à la différence des autres composants des repas, il semble qu'il existe une règle sociale communément admise : celle de la diversité de produits offerts et de la liberté de choix individuel : de même qu'il y a une corbeille de fruits, il y a un plateau de fromage ou simplement des réserves variées dans le réfrigérateur.

24Les produits laitiers ne font pas l'objet de préparation culinaire : nous avons en effet observé que, dans certains cas, les parents supportent mal de voir dénigrer les plats, viande, légumes, pour lesquels ils ont consacré du temps à cuisiner. La question ne se pose pas pour les produits laitiers qui se consomment en l'état.

25Quelques nuances doivent pourtant être introduites dans ce paysage harmonieux :

  • Lorsque les adolescents parlent des produits laitiers ils y incluent les Viennois ou les mousses au chocolat sur le même plan que les yaourts. Leur définition est plus celle des supermarchés que celle des nutritionnistes. Les adolescents peuvent se percevoir en règle avec des préceptes nutritionnels. On en reste à l'idée plus qu'à la réalité.

  • Par ailleurs, la vertu principale accordée aux produits laitiers est l'apport de calcium perçu comme nécessaire à la croissance, donc aux jeunes. De même, les adolescents considèrent souvent que les produits laitiers sont plus spécifiquement destinés aux jeunes qu'aux adultes. La croissance achevée, les besoins en produits laitiers peuvent leur sembler moins évidents : d'ailleurs, parmi les 16-18 ans, certains considèrent qu'ils ne sont plus tellement concernés.

26Pour les adolescents, l'image santé des produits laitiers est forte. Ils en consomment, peut-être parce qu'ils ont bien intégré cette image, mais aussi parce qu'il est aisé de concilier l'exigence nutritionnelle simple des parents (les produits laitiers se valent du point de vue de l'apport en calcium) et le plaisir gustatif. Ce qui n'est pas le cas de tous les aliments.

Les produits sucrés

Un discours social complexe et contradictoire

27Si l'on s'en tient à la télévision pour l'analyse des médias, les produits sucrés occupent la première place parmi les produits et les thèmes alimentaires évoqués (on a vu que 23 % des publicités pour des produits alimentaires concernaient les produits sucrés). Hors publicité, essentiellement dans les séries télévisées, ceux-ci apparaissent en troisième position dans les produits et thèmes alimentaires évoqués à l'oral (8 % des messages) en quatrième position pour les produits et thèmes apparaissant à l'image (7 % des messages).

28Parmi les thèmes associés aux produits sucrés dans les médias, celui du plaisir domine. Le thème nutritionnel apparaît a contrario comme un discours négatif visant à décourager la consommation de produits sucrés. Hors publicité c'est plutôt la limitation ou la suppression des produits sucrés dans le cadre de régime qu'on évoque. Dans les publicités, on ne parle de nutrition que pour vanter l'absence de sucre dans les produits édulcorés.

29Les messages parentaux (tant dans les pratiques que dans le discours) sur les produits sucrés sont moins tranchés. Il ne s'agit pas d'interdire ou d'encourager mais de transiger entre des bienfaits et des méfaits prêtés aux aliments sucrés.

30Les parents achètent des produits sucrés pour les adolescents. C'est essentiellement pour le petit déjeuner, repas comportant presque toujours un aliment sucré. Au cours des repas principaux, les desserts sucrés sont admis et occasionnellement introduits par les parents dans une optique de plaisir : faire plaisir à leurs enfants, se faire plaisir à eux-mêmes éventuellement et, de toutes façons, les desserts sucrés sont souvent liés aux repas festifs du dimanche et des anniversaires.

31La consommation des produits sucrés est plus combattue par les parents lorsqu'elle se situe hors repas. Ce n'est pas tellement l'aliment qui est condamné mais le fait qu'il empêche, selon les parents, la consommation de produits jugés nécessaires à l'équilibre nutritionnel (viande et légumes) ; les parents pensent que le sucre coupe l'appétit.

32Quant au rôle souvent prêté aux bonbons sur les caries dentaires, s'il est admis par les parents, il les amène plus à prôner un brossage des dents régulier qu'à prohiber les sucreries.

33Finalement les produits sucrés ne sont pas diabolisés par les parents qui leur reconnaissent une dimension plaisir, plaisir qu'ils veulent procurer à leurs enfants, plaisir de la convivialité. Les parents expriment plutôt des normes de limitation et d'hygiène dentaire.

Pour les adolescents : vertus et risques prêtés au sucre ou comment faire pencher la balance du côté des vertus

34L'ambiguïté des messages sur les produits sucrés est bien perçue et intégrée par les adolescents : 73 % des adolescents interrogés pensent qu'ils sont incités à consommer des boissons sucrées par la publicité et 55 % considèrent que le coca est « à éviter car trop sucré » (62 % des filles, 45 % des garçons).

35Hors domaine nutritionnel, les adolescents prêtent des vertus aux produits sucrés. On est dans le domaine du plaisir (filles) et de la faim (adolescents les plus âgés et garçons). Dans les situations d'autonomie alimentaire (petit déjeuner, goûter et hors repas), ils leur donnent une large place.

36Ces représentations se conjuguent avec plus ou moins de facilité avec une double image nutritionnelle :

Une image santé « énergie » positive

37Pour 85 % des adolescents les produits sucrés sont nécessaires pour faire du sport ; pour 60 % les barres chocolatées sont idéales en cas de coup de pompe ; enfin 33 % disent avoir besoin de produits sucrés en période de contrôles scolaires.

38- Une image santé négative associée à la prise de poids (surtout pour les filles) et au risque de caries dentaires (plus sensible chez les jeunes qui se disent sensibilisés par leur mère et leur dentiste). Certains adolescents ont recours aux produits édulcorés ou allégés pour contourner cette contradiction : 44 % de l'échantillon prennent des produits « light », pratique plus fréquente chez les plus jeunes (56 % des élèves de sixième).

39Plus globalement les images positives de plaisir et d'énergie l'emportent sur les images négatives. Les conseils de limitation émis par les parents ne sont mis en pratique que si l'adolescent a pu faire lui-même l'expérience des conséquences négatives prêtées aux produits sucrés : prise de poids ou caries dentaires.

Les savoirs alimentaires des adolescents et leur élaboration : quelques éléments de conclusion

40Le discours alimentaire et nutritionnel émis dans l'environnement social, médiatique et consommatoire des adolescents se révèle multiple, complexe, parfois ambigu ou contradictoire.

41Les parents, la mère en particulier, apparaissent comme la source prégnante des messages nutritionnels émis vers les adolescents. Équilibre alimentaire, consommation des aliments jugés bons pour la santé, limitation des prises alimentaires hors repas sont les principaux messages nutritionnels émis par les parents. La dimension nutritionnelle détermine généralement un cadre à l'intérieur duquel les parents tentent de satisfaire l'appétit et le plaisir gustatif des adolescents. Les parents ont envie de faire plaisir à leurs enfants ; ils souhaitent parfois limiter les conflits autour de la nourriture et certains sont marqués par leurs propres souvenirs d'enfance et les violents dégoûts suscités par les plats qu'on les obligeait à manger.

42Manger en famille au quotidien semble constituer un facteur puissant d'élaboration des savoirs alimentaires et nutritionnels des adolescents.

43L'environnement médiatique diffuse un discours alimentaire et en particulier nutritionnel complexe. Certaines émissions télévisées ou des articles de presse à but informatif peuvent être perçus par les adolescents comme source de messages sur la santé et la nutrition. Concernant la publicité, les adolescents connaissent son but persuasif et se montrent plutôt critiques même s'ils reconnaissent être influencés. Par ailleurs, dans les publicités, les arguments nutritionnels lorsqu'ils existent, sont généralement associés à d'autres arguments séducteurs (plaisir gustatif, convivialité, praticité.). Dans les séries télévisées, les publicités radio et dans les articles de la presse « jeunes » sont souvent évoqués les problèmes de poids et de régimes.

44Au-delà des différentes sources de messages, il semble que l'expérience propre des adolescents soit la condition nécessaire pour une véritable appropriation de ces messages. Ce sont les problèmes (réels ou imaginaires) de poids, les souvenirs d'écœurement, de caries, qui vont donner leur crédibilité aux messages exprimés par ailleurs.

45Chez les adolescents, les connaissances nutritionnelles sont très variables, mais on peut parler d'une « conscience nutritionnelle ». Il y a des termes connotés positivement : l'équilibre alimentaire, les vitamines, le calcium et certaines catégories d'aliments (laitages, fruits et légumes, la viande de manière moins nette). Il y a aussi des produits dont les adolescents savent qu'il ne faut pas abuser, tels que les produits sucrés.

46Cette conscience nutritionnelle n'empêche pas l'appétit et le plaisir gustatif de tenir une place importante dans les choix alimentaires des adolescents. Pour les adolescents la dimension plaisir est souvent première. C'est elle qui détermine l'espace des choix alimentaires. A l'intérieur de cet espace les choix vont dépendre des adolescents et des circonstances dans lesquelles ils mangent. Ils peuvent donner une place à la dimension nutritionnelle (s'efforcer de manger des légumes, limiter les produits perçus comme « mauvais pour la santé », consommer des produits « light »). Ils peuvent (les mêmes ou d'autres) privilégier dans l'espace plaisir, les aliments pratiques à consommer (comme les céréales au petit déjeuner). En situation d'autonomie, les adolescents se laissent d'autant plus aller à une alimentation plaisir, qu'ils savent que, par ailleurs, leur mère veille sur l'équilibre des repas familiaux (qu'elle le fasse ou non, de toutes façons les adolescents font confiance à leurs parents sur ce point).

47Dans leurs modes d'alimentation, les adolescents d'aujourd'hui ne sont pas forcément les adultes de demain. La forte dépendance aux parents qui s'exprime dans les représentations et les comportements alimentaires laisse à penser que ce peut-être un passage. En insistant sur le processus évolutif qu'est la construction des savoirs, nous espérons introduire plus de nuances et de prudence dans les idées communes sur l'évolution prévisible des manières de s'alimenter.

Haut de page

Bibliographie

Bichon L., Poiroux F., Van Dyk C., Watiez M., Wisner-Bourgeois C., « Perception par les adolescents du discours et des messages nutritionnels émis dans leur environnement », Safrane 75, INAPG, Rapport de recherche pour le Ministère de l'Agriculture et de la Pêche, Programme Aliment Demain « Consommateurs et Marchés », 1999

Baudier F., Pinochet C., Baldi C., Ferry B., Henry Y., Llaona P, « L'alimentation des adolescents dans un département de l'Est de la France : petit déjeuner, boissons et fast-food », Méd.et Nut., 27, 5, 305-310, 1991

Baudouin V., Rivière C., Mignonac A., Hebel P., « Analyse des messages nutritionnels à travers des documents diffusés par les industries agro-alimentaires ces quinze dernières années », La Lettre Scientifique de l'Institut Français pour la Nutrition, 38, oct. 95

Chapman G., Maclean H., « »Junk Food« and »Healthy Food« : Meanings of Food in Adolescent Women's Culture », Journal of Nutrition Education, vol. 25, n° 3, 108-112, mai/juin 1993

Desjeux D., Garabiau I., Taponier S., « Le processus de construction des comportements culinaires et alimentaires des jeunes dans le cadre de l'espace domestique : place de l'héritage, de la réappropriation et de la création ». Etude Aliment Demain 93, 1996

Guillen E., Barr S., « Nutrition, dieting and fitness messages in a magazine for adolescent women », Journal of Adolescent Health, 15, 464-472, 1994

Lahire B., L'homme pluriel - Les ressorts de l'action, Nathan, 1998

Massé R., Culture et santé publique, Gaëtan Morin Editeur, 1995

Michaud C., Baudier F., « Habitudes et consommations alimentaires des adolescents français. Revue de la littérature », Cah. Nutr., Diét., 31, 5, 292-298, 1996

Spyckerelle Y., Herbeth B., Deschamps J.P., « Comportements alimentaires à l'adolescence », Cah. Nut. Diét., 26, 6, 426-431, 1991

Van Dyk C., Bichon L., Watiez M.,« L'adolescent face à la publicité télévisée alimentaire », Information Diététique, 2, 28-33, 1998

Watiez M., Bichon L., Van Dyk C., « Étude psychosociale du rôle de la publicité télévisée sur les goûts et les conduites alimentaires des adolescents », Micromégas, Safrane 75, Laboratoire de psychologie sociale (Université Paris V) pour le Ministère de l'Agriculture, de la Pêche et de l'Alimentation, programme Aliment Demain « Consommateurs et Marchés », 1996

Haut de page

Notes

1  Bichon L., Poiroux F.,van Dyk C ., Watiez M., Wisner-Bourgeois C., Perception par les adolescents du discours et des messages nutritionnels émis dans leur environnement, SAFRANE75, INA PG, Rapport de recherche pour le Ministère de l'Agriculture et de la Pêche, DGAL, Programme Aliment Demain « consommateurs et marchés », mai 1999, 398 pages + annexes

2  Nous employons le terme de savoir ordinaire et non populaire ; en effet, R. Massé distingue deux types de cultures vécues : la culture populaire et la culture bourgeoise. Cette distinction, dans la perspective choisie ici, n'est pas centrale.

3  Star Club, Picsou Magazine, J'aime Lire, Science et Vie Junior, Science et Vie, Bravo Girl, 20 ans, Phosphore et Première. Analyse des publications du mois de mars 1997

4  NRJ, Skyrock et Fun Radio pour la radio (analyse sur la semaine du 10 au 16/03/97) ; TF1, F2 et M6 pour la télévision (analyse sur la semaine du 17 au 23/03/97)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

C. Wisner-Bourgeois, C. van Dyk, F. Poiroux et M. Watiez, « Les adolescents face aux messages nutritionnels émis dans leur environnement social », Face à face [En ligne], 3 | 2001, mis en ligne le 01 mars 2001, consulté le 22 juin 2017. URL : http://faceaface.revues.org/567

Haut de page

Auteurs

C. Wisner-Bourgeois

Sociologue. UFR sociologie, INAPG, 16 rue Claude Bernard, 75231 Paris Cedex 05

C. van Dyk

SAFRANE75, Association de Recherche et de Communication en Nutrition

F. Poiroux

SAFRANE75, Association de Recherche et de Communication en Nutrition

M. Watiez

SAFRANE75, Association de Recherche et de Communication en Nutrition

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org