Navigation – Plan du site
Dossier

La vie en maison de retraite, une sociabilité particulière ?

Delphine Dupré-Lévêque

Texte intégral

1Souvent associées à l'image de la mort, les institutions pour personnes âgées font rarement l'objet d'étude de la part de chercheurs en sciences sociales. Effectivement, la plupart des personnes âgées qui entrent en institution mourront dans ce lieu. Mais, entre l'entrée dans cet espace collectif et sa sortie, il y a la vie. Et celle-ci ne se limite pas à une attente passive de la mort. Les personnes âgées sont inscrites dans des réseaux de sociabilité plus ou moins grands, plus ou moins complexes. Certaines relations établies peuvent parfois aboutir au mariage (1). Même si ces situations sont rares, elles existent. Elles représentent une configuration visible et officiellement reconnue de liens noués entre deux personnes vivant en structure collective.

2Dans cet article, nous nous proposons de rendre compte d'une étude réalisée dans une maison de retraite en milieu rural en Dordogne (2). Au cours de cette recherche plusieurs réseaux de sociabilité, indépendants les uns des autres, ont été observés et analysés. Nous présenterons ici les trois principaux réseaux (ceux qui réunissent le plus grand nombre de pensionnaires) et leur rôle au sein de l'institution. Dans ces trois réseaux qui fonctionnent selon un même modèle, chaque individu a un rôle déterminé. Mais pour bien saisir l'ensemble de ces entrelacements sociaux, nous proposons en premier lieu une brève présentation de l'établissement où a été effectuée cette recherche.

3La maison de retraite Ste Marthe accueille 90 pensionnaires. C'est une institution privée non médicalisée, à but non lucratif. En 1995, l'âge moyen est de 82,3 ans pour les hommes et de 87,8 ans pour les femmes (3). 77 % des pensionnaires sont des femmes. Un peu moins de 50 % des résidants sont nés dans le canton. Une proportion importante de pensionnaires a exercé dans l'agriculture. Plus de 40 % des pensionnaires résident dans cette institution depuis plus de six ans. Ainsi, ce qui caractérise cette institution comme l'ensemble des structures accueillant des personnes âgées, c'est l'âge très élevé des résidants et la surreprésentation féminine. Néanmoins, l'espérance de vie est suffisamment longue pour qu'une vie riche et organisée s'y développe.

4Cette maison de retraite est composée de trois bâtiments distincts : le bâtiment de St Benoît, celui de St Joseph et enfin celui de Ste Agnès. Chaque bâtiment accueille à peu près le même nombre de pensionnaires. Les deux derniers bâtiments communiquent alors que le bâtiment de St Benoît est totalement indépendant. Chacun des bâtiments a un fonctionnement qui lui est propre, en fonction d'une part de son architecture et, d'autre part, de l'ensemble des pensionnaires qui y résident. Malgré ces distinctions apparentes, l'analyse de la composition des réseaux de sociabilité révèle des caractéristiques communes à chacun d'eux. En effet, on y retrouve le même modèle de réseau. Dans les trois réseaux dont le fonctionnement est identique, il est possible de définir trois genres d'adhésions déterminant des rôles individuels précis.

5En premier lieu, il y a le pensionnaire autour de qui tout gravite, toutes les relations sociales s'organisent. Nous le nommons le « leader ». En second lieu, nous trouvons ceux qui se laissent diriger par le leader et qui acceptent de l'encadrer et « d'entrer dans son jeu ». Nous les appelons les « suiveurs ». Enfin, une troisième catégorie de pensionnaires est un peu à part. Ils n'entrent dans cette « ronde » que lorsqu'ils se sentent obligés. Nous les avons désignés les « invisibles ».

6Les leaders sont au nombre de trois et se « partagent » donc l'ensemble des résidants vivant dans cet établissement. On trouve donc un leader dans chacun des bâtiments. Ces trois leaders sont des femmes. Elles ont un certain nombre de points communs. Toutes trois vivent au sein de l'institution depuis de nombreuses années (au moins 8 ans). Elles ont un entourage familial externe nombreux et présent : leurs enfants et petits enfants, voire même arrière-petits-enfants, viennent très régulièrement. Elles ont eu plusieurs enfants, respectivement 3, 5 et 8. Toutes les trois sont veuves depuis de très nombreuses années. Deux d'entre elles ont été mariées à de hauts fonctionnaires militaires (Médecin-Colonel). Elles ont donc voyagé dans le monde entier durant la carrière de leur époux. Ces deux femmes sont très cultivées et avides de connaissances. La troisième suit un itinéraire de vie beaucoup plus classique mais elle fait partie des pensionnaires « privilégiés » : elle est née à La Tour Blanche. Elle a des liens de parenté avec des pensionnaires mais aussi avec plusieurs membres du personnel. Elle connaît tout le personnel et plus largement tous les habitants de La Tour Blanche. Dans le village, elle était déjà un « personnage » et elle poursuit ce rôle au sein de l'institution.

7Les lieux où ces leaders organisent leurs « réunions » varient en fonction de leur bâtiment et de leur état de santé. Le leader de St Benoît organise son rassemblement à la salle à manger où cette femme mange, bien sûr, deux fois par jour. Elle reçoit aussi, individuellement, certains pensionnaires dans sa chambre. Elle n'est pas née dans le canton mais s'y est installée au moment de la retraite de son mari. Les contacts avec les gens de l'extérieur sont si nombreux que sa journée est souvent chargée de visites, pendant lesquelles, elle refuse de recevoir les suiveurs. Celle qui habite à St Joseph mobilise son réseau l'après-midi dans sa chambre. Celle-ci est spacieuse et permet de recevoir les suiveurs autour d'une table. Les derniers pensionnaires qui intègrent cette institution et ce bâtiment sont toujours les bienvenus dans cette chambre (Cette femme a habité le canton, elle aussi, au moment de la retraite de son mari.).

8Le troisième leader, celui de St Joseph, a une chambre extrêmement petite mais dont l'emplacement est stratégique. La fenêtre de sa chambre donne sur le hall d'arrivée des visiteurs et sur les différentes sorties des trois bâtiments. Cette femme observe donc tous les va-et-vient des personnes qui vivent dans l'institution, comme de toutes celles qui y viennent ponctuellement. Elle organise ses réunions dans le couloir, sur le pallier. Le couloir et les fenêtres face à sa chambre donnent sur la place du village. Là aussi, elle peut observer tous les mouvements des habitants de La Tour Blanche et même surveiller les activités de sa fille (70 ans) qui habite sur la place. Ainsi, le premier leader aurait davantage un rôle d'animateur de débat, le second fonctionnerait davantage comme un centre d'accueil et le dernier comme le bureau de renseignements. Chacun officie quotidiennement.

9Leur rôle, auprès des autres résidants, est varié. Grâce à leurs nombreuses relations et visites de l'extérieur, ces femmes peuvent informer les pensionnaires des nouveautés, des événements au sein de la commune et des environs. Elles aident aussi à analyser le monde à travers les actualités qu'elles commentent avec zèle. Ces femmes engagent de nombreux débats sur des sujets dont elles auront le dernier mot. Grâce à une descendance nombreuse, elles sont toujours au courant des différentes périodes de vacances. Elles peuvent aider les uns et les autres à mieux se repérer dans le temps. Par ce « travail », elles dynamisent un certain nombre de pensionnaires. Elles tentent d'offrir un peu d'évasion et de distraction aux suiveurs en contant les périples de leur vie. Elles ont de vrais talents de narration. Elles ont une grande influence sur la vie de l'institution. Elles peuvent aussi servir d'intermédiaires entre les pensionnaires et l'administration pour n'importe quelle réclamation, suggestion, etc. . De même, lorsqu'il y a des animations exceptionnelles, si elles sont décidées à y participer, elles entraînent avec elles les suiveurs qui ont, eux, pour mission de convaincre les invisibles. L'administration est consciente de leur influence sur les autres pensionnaires et leur confie souvent de petites missions pour régler éventuellement des conflits internes. Leur influence reconnue, elles essaient d'harmoniser la vie des acteurs en présence.

10Ces trois femmes-leader sont des croyantes-pratiquantes, mais ce n'est pourtant pas au sein de la chapelle qu'elles se rencontrent. Le leader de St Benoît s'y rend effectivement chaque matin, celui de Ste Agnès reçoit la communion dans sa chambre car cette femme a quelques difficultés à se déplacer. La troisième, née dans ce village, ne considère pas la chapelle comme son église. Elle se rend donc à l'église le dimanche à la belle saison. Néanmoins, ces trois femmes ont trouvé leur champ d'affrontement, la bibliothèque. L'une d'entre elles s'y rend forcément puisque c'est elle qui a la responsabilité de l'ouvrir et de la gérer. Les deux autres leaders arrivent le plus souvent accompagnés d'un suiveur au moins. La présence des suiveurs a un double enjeu. D'une part, elle montre une partie de la « troupe » d'un leader et d'autre part, les suiveurs sont là pour aider à porter les livres qui seront distribués à d'autres suiveurs et des invisibles (même si ces derniers n'ont rien demandé). L'objectif est donc que chaque leader reparte avec un maximum d'ouvrages montrant ainsi ouvertement tout le réseau qu'il gère. Les contacts entre les trois leaders sont assez froids. Après des salutations polies et les éternels compliments sur le fait de la responsabilité de la gestion des livres, les trois leaders se lancent dans un débat autour d'un ouvrage dont il n'y aura jamais qu'un vainqueur apparent. Le jeu est simple. Pour gagner, il ne faut pas se faire prendre la parole jusqu'à ce que les deux autres lassés se décident à rejoindre leurs « appartements ».

11L'ampleur des réseaux de ces leaders varie d'une année sur l'autre, notamment entre les leaders de Ste Agnès et de St Joseph, puisque les bâtiments communiquent. La victoire est complète lorsque par exemple le leader de St Joseph a sous sa « tutelle » un résidant de Ste Agnès et vice versa. La variabilité de taille d'un réseau dépend étroitement des caractéristiques des nouveaux résidants, de leur désir d'intégration et des connaissances préalables qu'ils avaient dans ce lieu (un parent, un ami, une connaissance ou personne).

12Le rôle de leader se construit dans le temps. Ces femmes, ces animatrices de réseaux, si elles sont très entourées, considèrent pourtant qu'elles n'ont aucun ami intime au sein de la structure. Lorsque ces femmes s'engagent dans ce rôle, elles trôneront jusqu'à ce que leurs forces ne leur permettent vraiment plus de diriger les suiveurs. Les règles sont connues par tous ceux qui entrent dans ce jeu. Les suiveurs d'ailleurs ne cherchent pas à lutter contre le pouvoir de leur leader. Par contre, comme les leaders ont de nombreuses visites de l'extérieur, les suiveurs sont délaissés une grande partie de la journée (Ils ont des visites régulières mais moins fréquentes que les leaders, environ une fois par semaine). A ce moment-là, les suiveurs se retrouvent et discutent de nouveau des sujets abordés par leur leader. Entre suiveurs, les discussions se poursuivent dans une écoute mutuelle. Cela leur permet donc d'établir entre eux de véritables liens d'amitié, contrairement aux liens avec le leader qui se limitent au respect.

13C'est d'ailleurs souvent suite au décès d'un proche ami au sein de l'institution qu'un suiveur devient leader. Organiser la sociabilité est un moyen de lutter contre sa souffrance et sa solitude. Le leader se tourne vers les autres à partir du moment où il refuse de se replier sur lui-même. Ainsi, pour devenir leader, il faut avoir été suiveur pendant un certain nombre d'années et le décès de l'ami proche (un autre suiveur) peut permettre d'accéder plus ou moins rapidement au rang de leader. Ainsi, les contrats de suiveur à leader se succèdent au cours du temps. Enfin, les invisibles deviennent rarement des suiveurs et encore moins des leaders, car si nous les nommons ainsi, c'est que d'entrée, ils refusent les règles de ce jeu. Ils ne veulent rien révéler d'eux-mêmes et leurs discussions se limitent au temps et à la santé des autres. Ils sont méfiants. Ils préservent une certaine façade qui leur permet de vivre avec les autres sans pour autant aller jusqu'à l'intimité. Mais, parmi les invisibles, on distingue deux catégories distinctes. S'isolent du reste de cette communauté, des individus qui ne sont pas nés dans le canton et qui ont du mal à intégrer ces mentalités rurales. Les autres se situent dans cette catégorie pour une raison tout à fait différente. Ces personnes sont au contraire issues de la région. Elles ont des enfants qui habitent à proximité et qui sont omniprésents au sein de la structure. Ces relations trop denses ne leur permettent pas de s'intégrer davantage dans la vie institutionnelle. Les pensionnaires dans cette situation ont tendance à s'investir uniquement dans cette relation familiale. Pourtant, la participation à un des trois principaux réseaux au sein de cet établissement permet d'améliorer le quotidien. En effet, au-delà des groupes de discussion, adhérer à l'un ou l'autre des réseaux permet d'accéder à un ensemble de petits services organisés. Par exemple, les leaders peuvent prévoir de petites courses effectuées par les suiveurs pour les pensionnaires les moins mobiles : aller chercher du dentifrice à la pharmacie du village, des gâteaux à l'épicerie etc. Les leaders connaissent les capacités de chacun et peuvent à tout moment faire intervenir un suiveur quand une personne en a besoin. Un autre exemple caractéristique : quand une personne a des difficultés pour marcher et qu'elle doit être accompagnée pour aller s'asseoir dans le parc, le leader peut organiser sa promenade. Il est rare que le personnel puisse se libérer pour ce type de service. La participation plus ou moins active à un réseau permet donc d'améliorer la vie quotidienne même si elle nécessite une certaine implication de soi.

14L'ensemble de ces quatre réseaux met en évidence la richesse de l'organisation sociale des personnes âgées vivant en institution. Si elles ont conscience que cet établissement est probablement le lieu où elles finiront leur jour, il n'est pas pour autant question de mort. Elles font tout pour vivre au mieux dans ce lieu et exister en tant qu'individu. L'étude de l'ensemble de ces réseaux, qu'ils soient obligés (rapport avec le personnel ou les médecins) ou tout à fait indépendants met en évidence la variété des liens qui peuvent se nouer en institution. La présence des enfants ou de la famille élargie et des amis permet aux pensionnaires de garder des contacts fréquents avec des personnes qui composaient leur réseau social à domicile. Mais l'institution, selon le désir et la capacité d'intégration peut permettre à un individu de développer son réseau, de l'enrichir souvent plus qu'à domicile, où limité parfois dans ses déplacements, il vivait dans un certain isolement social.

Haut de page

Bibliographie

Alary I., Dupré D., Vol A., 1991, Le mariage de personnes âgées en maison de retraite, Mémoire de licence d'ethnologie, sous dir. M. Cros, Université de Bordeaux II, 1991, 90 p.

Dupré-Lévêque D., 1993, Le château de ma grand-mère : les relations sociales en maison de retraite, Mémoire de maîtrise, sous dir. M. Cros, Université de Bordeaux II, 1993, 162 p

Dupré-Lévêque D., Raynaut C., Demoures G., Lévêque L, 1996, Santé mentale, psychotropes et personnes âgées en institution, MIRE, 125 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Dupré-Lévêque, « La vie en maison de retraite, une sociabilité particulière ? », Face à face [En ligne], 2 | 2000, mis en ligne le 01 juin 2000, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://faceaface.revues.org/555

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org