Navigation – Plan du site
Dossier

Du désengagement social et familial à l'entrée en institution

Sylvain Poupi

Notes de l’auteur

Cet article est écrit en parallèle et en complément à notre article « Aspects anthropologiques du sujet âgé face au désengagement social et familial », in Diététique et médecine, publication annuelle de la Société d'Études Thérapeutiques et Diététiques, Bordeaux, publication prévue pour Juin 2000.

Texte intégral

1La vieillesse est un concept et un phénomène culturel qui varie selon les époques, les lieux et les individus. Il s'agit d'une période de la vie qui, dans chaque société, est influencée par les incessants changements socioculturels. La vieillesse d'aujourd'hui ne ressemble donc pas à celle d'hier. Notre article présente une réflexion sur ces liens entre le nombre croissant de personnes âgées, le désengagement familial et la mise en place de relais sociaux et médicaux.

2Actuellement une personne sur cinq a plus de soixante ans, cet effectif a doublé en trois générations. De même, les plus de soixante-cinq ans sont passés de 6 % à 14 % de la population française (source INSEE). L'espérance de vie a augmenté à tel point que la notion de « quatrième âge » a été conçue pour différencier les générations et l'état de dépendance dont s'éloignent de plus en plus ce qui constituaient jadis le troisième et dernier âge. Quatre générations peuvent donc se côtoyer, ce qui est une véritable « révolution » d'un point de vue social et démographique. Notre recherche s'est déroulée dans le Sud-ouest de la France, en milieu rural. Les campagnes qui ont accueilli notre enquête confirment les données statistiques qui précisent qu'en France, une personne sur dix avait plus de soixante ans au début du siècle.

3Sur les lieux de notre investigation, comme ailleurs dans les campagnes françaises, une donnée historique et démographique s'impose : le nombre de personnes âgées vivant en milieu rural a augmenté de façon très significative durant le XXe° siècle. A titre d'illustration, dans le Nord-Médoc, la proportion d'individus âgés est supérieure à la moyenne nationale et parfois il en représente le double. Le même phénomène s'observe dans l'Ouest-Saintongeais, bien que la proportion des personnes âgées soit moins importante du fait de la présence d'une communauté urbaine avoisinante permettant ; ce qui permet de toute évidence un maintien relatif d'une population active.

4La proximité intergénérationnelle nourrit des modes de sociabilité inédits et construit un nouveau lien social. Les couples de personnes âgées que nous avons rencontrés partagent souvent leur maison avec au moins un de leurs ascendants, ou bien vivent à proximité de ce dernier, de sorte qu'il leur soit possible de lui rendre régulièrement visite. Cette proximité se veut rassurante et elle permet aux individus les plus âgés de rester en contact avec la famille, palliant ainsi les problèmes liés à leur mobilité réduite. Ce « nouveau lien social » permet, par exemple, aux petits enfants de rencontrer durant les vacances scolaires leurs grands-parents mais aussi leurs arrière-grands-parents. Cette remarque permet de souligner que nous n'avons jamais eu autant de parents vivants. Pour autant, si le nombre de personnes âgées a augmenté, parallèlement le nombre d'enfants a, quant à lui, diminué. L'amélioration de l'hygiène et les progrès médicaux ont prolongé l'espérance de vie. Pour la société, le problème s'est déplacé de l'espérance de vie vers ce qui est conçu par certains comme un déficit de la natalité. Cette hiérarchie qui donne la priorité aux questions liées à la natalité et à la jeunesse, dans les préoccupations sociales, est un phénomène arbitraire que nous devons souligner. N'oublions pas que la proportion de sujets âgés occupe une place de plus en plus importante au sein de la population française. Ce qui ne va pas sans de nouvelles difficultés quotidiennes. D'où l'émergence de nouveaux thèmes de recherches comme, par exemple, la théorie dite du « désengagement » autour de laquelle tourne notre réflexion.

  • 1 Par exemple le rendez-vous habituel du matin à la boulangerie.

5Cette théorie du désengagement a été avancée par E. Cumming et W. Henry (1961). Selon eux, en vieillissant, il y aurait comme un accord tacite entre l'individu et la société. Chacune des parties, séparées par des objectifs de vie différents, s'éloignerait l'une de l'autre. Le vieillissement serait vécu comme un désengagement réciproque entre l'individu et la société. La personne âgée cesserait de se mêler peu à peu à la vie de la cité, elle s'isolerait, sa santé se dégraderait et les systèmes sociaux et sanitaires s'engageraient et prendraient le relais de la vie familiale et sociale. Confrontée à nos recherches dans le Sud-ouest de la France, cette théorie du désengagement présente quelques limites. L'entrée en institution ne correspond pas forcément à un désengagement de la personne âgée par rapport à la vie de la cité, à un isolement, à une dégradation de la santé et à un relais de la vie familiale et social par des systèmes sociaux et sanitaires. Nos interlocuteurs s'impliquent, à leur manière, à la vie du village. Par exemple, ils participent aux activités associatives et s'informent régulièrement sur l'évolution de ces activités. De même, nous avons relevé que la majorité des associations était fréquentée et dirigée par des personnes âgées. De plus, certains lieux de rencontre permettent d'échanger les dernières nouvelles de la communauté et d'entretenir le lien social que ce soit de manière informelle1 ou de façon plus structurée, à l'image des très actifs « clubs du troisième âge ».

6Il n'empêche que cette théorie du désengagement a été reprise et complétée par plusieurs psychologues et sociologues Américains, principalement, depuis la dernière décennie. Elle justifie pour certains l'entrée en institution par un a priori basé sur l'involution qui est une approche réductionniste du problème. Pour les tenants de cette théorie, l'augmentation du nombre de personnes âgées, et donc d'individus « involuant », expliquerait le nombre de plus en plus important de demandes de placements en institution.

7A partir des années 1970, face à l'augmentation du nombre de personnes âgées et des demandes de placements en institutions, les politiques instaurent un ensemble de programmes sociaux en direction des personnes âgées en France et dans la plupart des pays Européens. Le premier objectif de ces programmes a pour but d'éviter l'institutionnalisation des personnes âgées avec tout le cortège de conséquences que sont la montée de la dépendance et de la relégation sociale, ainsi que les coûts économiques pour toute la collectivité. Il s'agit avant tout d'une volonté économique. Les programmes tendent à favoriser la prolongation de l'insertion de la personne vieillissante dans son cadre de vie habituel et de prévenir les risques de pertes d'autonomie. Le second objectif à atteindre est de limiter la ségrégation, la marginalisation, le « racisme » anti-personne âgée, autrement dit « l'âgisme ». Pour cela, les actions portent sur le cadre de vie. Ainsi, l'aide à domicile est devenue une modalité alternative entre la simple prestation due à la retraite et la prise en charge en institution d'hébergement. Autrement dit, il s'agit d'un compromis entre une aide strictement financière et une prise en charge totale.

8Dans le cas précédemment cité, il ne s'agit non plus d'une politique au niveau de la vie, mais d'une politique d'action sur le mode de vie des personnes âgées comme le souligne Anne-Marie Guillemard (1986 et 1991). Nous passons d'un transfert de ressources financières à une offre de services et d'équipements collectifs. Selon l'auteur, au lieu de prévenir la perte d'autonomie des personnes âgées, cette politique aurait renforcé la dépendance de ce groupe d'âge vis-à-vis des aides à domicile, enfermant ainsi la personne âgée dans une filière de consommation ségrégée et placée dans un réseau d'échange à sens unique. De ce fait, au lieu de prévenir la perte d'autonomie, les programmes politiques européens auraient paradoxalement contribué à « renforcer la construction sociale de la vieillesse comme temps de la dépendance et de la ségrégation sociale ». (Guillemard, 1991 : 38). Cette dernière affirmation ne se vérifie pas partout. Sur nos différents lieux d'enquêtes, la construction sociale de la vieillesse n'est pas un temps de la dépendance et de ségrégation sociale. Précisons cependant que la majorité de nos interlocuteurs âgés, autonomes ou non, vivent chez eux et ne désirent entrer en institution que lorsque toutes les autres solutions seront épuisées. L'entrée en institution se concrétise bien souvent à partir d'une demande issue de la famille qui ne peut pas aider la personne âgée à rester à son domicile pour des raisons diverses, le plus souvent pour des raisons de santé. Nous pouvons alors nous demander si justement ce ne sont pas les institutions qui entretiennent cette situation de ségrégation sociale. Dans ce cas, le maintien à domicile serait l'une des solutions au problème de la ségrégation sociale.

9La personne vieillissante peut ainsi rester à son domicile le plus longtemps possible grâce aux services sociaux et médicaux. Par exemple, le sujet âgé peut se faire livrer des plats cuisinés ce que nous pouvons considérer comme une forme de désengagement. Dans cette optique, les courses ne sont plus un prétexte pour sortir et voir le monde extérieur. Cela peut être un témoignage de la perte de certaines fonctions physiques, et l'apparition de certains handicaps (mobilité réduite, baisse de l'acuité visuelle et auditive, etc.). Le sujet âgé risque de se renfermer sur lui même. D'un autre coté, l'engagement alimentaire des institutions socio-médicales peut compenser le désengagement individuel tout en maintenant la personne âgée chez elle ; ce qui lui permet de recevoir qui elle veut quand elle veut. Nos recherches dans le Sud-Ouest nous ont montré l'importance des relations qu'entretiennent les personnes âgées avec leur entourage. La visite de l'aide ménagère est généralement attendue comme un moment de courtoisie, d'échange et de discussion. Il est souvent demandé aux visiteurs des services d'une apparence anodine mais pourtant très importantes pour le vécu quotidien de la personne âgée (prendre et ouvrir une bouteille d'eau ou une boite de conserve, autant de petits gestes qui demandent une certaine agilité des doigts, etc.). Ces éléments qui illustrent la baisse de la motricité et/ou de la dextérité représentent souvent des motifs d'envoi en maison de retraite par la famille. Or, chaque petit geste tel que réchauffer un plat, ce qui ne peut pas souvent se faire en institution, permet d'entretenir la mémoire et la motricité.

  • 2 Revue Panoramique, n°21, 1995 : 77.

10Par ailleurs, jour après jour, la personne âgée, vieillissante, se trouve confrontée à la mort d'individus proches, aussi bien de la famille que des amis, et encore plus en institution. La population de la génération de l'individu âgé décroît chaque jour un peu plus, chacun à son tour jusqu'au dernier, « et ainsi ce qui nous réalise à chaque minute nous rapproche un peu plus de la mort (...) » (Jankelevitch , 1997 : 187). Près des trois-quarts des décès en France ont lieu après 65 ans, ainsi l'individu âgé est associé à la mort2, il devient porteur de la mort. Autrefois, la mort était répartie tout au long des âges, elle est actuellement un fait dépendant majoritairement des sujets âgés. « Ce n'est plus vivre et mourir qui vont ensemble, mais vieillir et mourir » (Veysset-Puijalon, 1991 : 9). Dans la même logique, l'institution est souvent associé dans l'imaginaire à un lieu pour finir sa vie. L'institution est alors aussi associé à la mort dans l'esprit de la plupart des personnes âgées.

11La crainte que nous avons relevée dans nos entretiens n'est pas la crainte de la mort proprement dite, mais plutôt la crainte de mal vieillir, et surtout de devenir sénile. Il est remarquable d'entendre dire que si un jeune adulte oublie la moitié de ses achats dans un magasin, ceci n'est qu'une marque de sa distraction, alors que si cet individu réalise cet oubli quelques années plus tard en étant devenu un sujet âgé, cela devient une marque de sa sénilité, d'un mal vieillir. La majorité des personnes âgées interrogées prétendent qu'elles connaissent des gens qui perdent la tête ou bien qui deviennent handicapés et dépendants. Parfois, certains sujets très âgés s'amusent à se faire passer pour sénile afin de se moquer des plus jeunes. En même temps, ils souhaitent ouvertement ne pas devenir dépendant ou sénile. Ainsi, Jeanne 90 ans, a un fils aîné qui habite à trois kilomètres mais il ne vient que très rarement lui rendre visite. Un jour, elle se retrouve seule dans le salon puisque sa fille était en train de faire du jardinage.
C'est alors que son fils aîné arriva :

« Bonjours maman, comment tu vas aujourd'hui ? »
« Qui êtes-vous monsieur ? »
« Et bien, tu ne me reconnais pas ? C'est moi, Jean-François, ton fils aîné. »
« Non, je ne vous connais pas monsieur, que voulez vous ? »
« Maman, c'est moi, c'est ton fils. Jean-François, tu sais... »
« Je ne vous reconnais pas monsieur, vous étiez déjà venu ? »

12Jean-François quitte la pièce furieux et va se plaindre à sa sour que sa mère est sénile. La sour entre dans le salon et avant d'avoir le temps de demander ce qu'il s'était passé, Jeanne lui dit : « Ah ! Ce Jean-François quand même, il croit que je ne l'ai pas reconnu, ça lui apprendra à ne pas venir me voir plus souvent, tiens, ça lui fera les pieds à ne venir qu'une fois tous les trois mois. ». A travers cet exemple nous dénonçons le stéréotype social qui définit la personne âgée comme étant naturellement sénile, or notre Jeanne utilise judicieusement cette représentation à ses fins. Ce stéréotype peut conduire à des craintes liées à la vieillesse. Ses craintes du mal vieillir s'exprime parfois dans des propos plus inquiétants, lorsque les sujets âgés prétendent préférer mettre fin à leurs jours plutôt que de vivre avec un handicap.

13Le problème de la vieillesse n'est pas la vieillesse en elle-même, mais plutôt le vieillissement du vieillissement pour citer Louis Vincent Thomas : « Les vieux ne sont pas seulement plus nombreux, ils sont, de plus en plus vieux en Occident et dans l'ensemble des pays avancés [...] Le vieillissement s'affirme sans aucun doute comme l'un des problèmes majeurs de notre temps » (Thomas, 1991 : 384). La personne âgée meurt à la fois plus tôt et plus tard. Elle disparaît plus tôt en étant placée en maison de retraite, hors du paysage social, c'est la mort sociale. Il s'agit d'une véritable mise en « retrait ». La personne âgée disparaît plus tard, grâce aux progrès techniques, médicaux ainsi qu'alimentaires. Il est possible de maintenir en vie les individus en reculant l'arrivée de la mort biologique. Dans plus de la moitié des cas, le décès de la personne âgée a lieu hors de son domicile et dans la solitude, puis « son décès et ses funérailles restent dans l'insignifiance » (Thomas, 1991 : 404-405).

14Comme nous avons tenté de le montrer à travers cet article, dans notre société occidentale lorsqu'une personne âgée deviendrait dépendante, elle serait mise en « retrait ». Il y a alors redistribution des rôles, la personne âgée originairement confiée à sa famille est placée sous les soins d'une institution. Le désengagement familial est suivi par un engagement social et médical, ce qui peut isoler d'une certaine manière le sujet âgé. Repenser les âges de la vie en réengageant les individus les plus âgés serait, peut être, la clef à ce problème occidental. C'est pourquoi l'aide à domicile et l'hospitalisation à domicile permettent à nos aînés de mieux appréhender l'avenir sans changement trop radical, et de continuer à avoir des petites habitudes qui les rassurent tant. Quoiqu'il en soit, le vieillissement sera l'un des grands défis du nouveau millénaire.

Le suicide chez l'individu âgé

15Personne ne parle du suicide chez l'individu âgé. Le vieillard étant en fin de vie, son suicide n'est perçu que comme la précipitation d'un événement inéluctable. Proportionnellement parlant, le suicide chez les plus de 75 ans ne représente que 1,1 % des décès enregistrés, faible chiffre face au nombre important des décès non volontaires. Le nombre de tentatives et de réussites au suicide est 4,4 fois plus élevé pour un vieillard que pour un adolescent. Le décès d'un enfant ou d'un adolescent bouleverse, tandis que celui d'un vieillard paraît être un phénomène normal que nous devrions accepter comme une « délivrance » (revue Panoramique n° 21 ; 1995 : 27-32). Il s'agit dans ce cas d'un désengagement total de la société vis-à-vis de la personne âgée. Cette dernière peut vivre douloureusement ce désengagement, et peut aller jusqu'au suicide pour se délivrer. Nous avons rencontré un individu âgé, vivant difficilement un handicap moteur de la main gauche se développant aussi aux jambes. Un jour, alors que son infirmière venait lui rendre visite comme chaque matin à heure fixe, il avait préparé avec minutie son passage à l'acte en envoyant sa femme faire les courses et en plaçant son petit fils dans une autre pièce. Il se « délivra » de cette peur de perte totale d'autonomie en se pendant. Il avait prémédité l'acte de sorte que ce soit l'infirmière qui le découvre et non son petit-fils ou sa femme.

Haut de page

Bibliographie

Cumming E et Henry W., 1961, Growing old. The process of disengagement, Basic Book, New York.

Guillemard A. M., 1986, Le déclin du social. Formation et crise des politiques de la vieillesse, PUF, Paris, coll. « Sociologies », Paris, 396 p.

Guillemard A. M., 1991, « Faut-il avoir peur ? » in Autrement, n° 124, oct.91, Ed. du Seuil, Paris, pp. 29-40.

Henrard J.C., 1996, « Vieillissements et vieillesses », in Vieillissement, santé, société, Ed. INSERM, coll. « Question en santé public », Paris, 243p., pp. 6-18.

 Jankelevitch V. , 1997, La mort, éd. Flammarion, coll. Champs, Paris, 474 p.

Thomas L.V., 1991, La mort en question, traces de mort et mort des traces, L'Harmattan, coll. « Nouvelles Etudes Anthropologiques », Paris, 537 p.

 Veysset- Puijalon B., 1991, « Editorial », in Autrement, n° 124, Oct. 1991, Ed. du Seuil, Paris, 201p., pp. 8-11.

Revue Autrement 1991, « Etre vieux, de la négation à l'échange », n° 124, Oct. 91, éd. Du Seuil, Paris, 201p.

Revue Panoramique, 1995, « Pour une mort plus douce, le droit de partir dans la dignité », 3e trimestre 95, n° 21, Ed. du Seuil, Paris, 183p.

Haut de page

Notes

1 Par exemple le rendez-vous habituel du matin à la boulangerie.

2 Revue Panoramique, n°21, 1995 : 77.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Poupi, « Du désengagement social et familial à l'entrée en institution », Face à face [En ligne], 2 | 2000, mis en ligne le 01 juin 2000, consulté le 23 juin 2017. URL : http://faceaface.revues.org/553

Haut de page

Auteur

Sylvain Poupi

Doctorant en sociologie

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org