Navigation – Plan du site
Lectures

Blandine Destremau et Pierre Salama, Mesures et démesure de la pauvreté

Paris : Ed. PUF, 2002
Référence(s) :

Blandine Destremau et Pierre Salama, Mesures et démesure de la pauvreté, Paris : Ed. PUF, 2002.

Notes de la rédaction

Texte d'introduction du livre
Également publié en portugais

Texte intégral

1L'image d'Épinal la plus courante du pauvre est celle de l'enfant squelettique, le ventre gonflé, que les médias diffusent lorsque dans un pays la famine se développe. Cette image n'est pas fausse, mais elle n'est plus la seule. D'abord parce que la pauvreté n'est plus le fait exclusif des campagnes dans les pays sous-développés, subissant les affres d'une catastrophe naturelle comme la sécheresse ou l'excès de pluie détruisant les maigres récoltes, ou encore souffrant des conséquences d'une guerre civile.

2Ensuite, parce que la pauvreté est présente dans les villes, que ce soit dans les pays sous-développés ou dans les pays développés. Ainsi que le souligne la revue The Lancet dans un article paru en août 1997 sous la plume de Bern Bjöntorp, l'obésité se développe plus particulièrement dans les catégories les plus pauvres de la population. Elle est la conséquence de l'essor des fast food, de la cuisine industrielle, de la publicité à la télévision et surtout, l'un accompagnant l'autre, de la tendance à la généralisation de régimes alimentaires malsains, parce que non équilibrés. Ces nouvelles coutumes alimentaires se traduisent par un développement impressionnant de l'obésité des pauvres, surtout dans les pays développés. De 1980 à 1995, l'obésité fait plus que doubler au Royaume Uni chez les personnes âgées de 16 à 64 ans et dépasse les 15 % de la population totale. En Allemagne anciennement de l'Est, elle atteint plus de 25 %, surtout chez les femmes en 1992 ; aux États-Unis, elle affecte surtout les Afro-américains et la population d'origine mexicaine et atteint, dans ces minorités, le pourcentage très élevé de 40 % chez les femmes. Des observations semblables peuvent être faites dans quelques pays sous-développés comme la Chine aujourd'hui.

3La pauvreté est présente. Elle s'impose aujourd'hui avec l'urbanisation accélérée de nos sociétés et la difficulté à créer des emplois en nombre suffisant. Souvent confinée dans des cités-dortoirs, dans des bidonvilles, à la campagne selon les pays, industrialisés ou non, elle ne peut plus être ignorée. Elle s'exprime, à la recherche de sa propre identité. Elle interroge. Fait de société, elle se manifeste, quelquefois, dans des actes de violence, individuelles ou collectifs, d'autodestruction très souvent, mais aussi dans le développement de cultures alternatives. Présente dans le regard de l'autre, elle inquiète parfois. Assimilée au danger, elle appelle souvent plus de sécurité et de répression.

4La pauvreté a de multiples facettes et dimensions. La mesurer, c'est souvent la réduire et la méconnaître. Très souvent de fins connaisseurs de la pauvreté, « sur le papier », sont incapables de la comprendre dans la vie courante et, mis en responsabilité, que ce soit dans des organisations internationales ou dans des gouvernements, préconisent des politiques pour le moins inadéquates.

5La pauvreté est à la fois un fait et un sentiment. La synthèse de ces deux aspects est aussi difficile que de marier l'eau et le feu. Mais rester à un seul de ces aspects est réducteur. La mesure absolue, cardinale de la pauvreté, ainsi qu'on la rencontre dans les pays sous-développés, mais également aux États-Unis, trace une frontière entre les revenus. A gauche (ou en dessous) de cette frontière, les individus et leur famille seront qualifiés de pauvres qu'ils ressentent cette situation comme telle ou non, qu'ils aient accès à des revenus non monétaires, qu'ils bénéficient de différentes aides, ou non. Or les comportements, y compris économiques, dépendent de la manière dont on ressent cette situation. Les personnes intégrées dans la société, ayant le sentiment de participer à tous les attributs de la citoyenneté, n'auront pas le même comportement que celles qui se sentent exclues et ne se reconnaissent pas dans la société telle qu'elle fonctionne. Cette définition est donc pour la moins réductrice. Elle a cependant plusieurs avantages celui de souligner le manque de ressource qu'ont des foyers pour se reproduire, fût-ce physiquement, et d'indiquer ainsi l'ampleur et la profondeur d'une des facettes de la pauvreté.

6Mesurer la pauvreté de manière relative ou encore ordinale en définissant un revenu-seuil en fonction des autres revenus (la moitié du revenu médian par exemple) replace l'individu ou le ménage dans l'ensemble des revenus perçus. L'arbitraire de la définition (pourquoi la moitié ?) peut être dépassée par la définition d'une batterie d'indicateurs mesurant le pourcentage de foyers n'ayant pas 40 %, 50 %, 60 % du revenu médian. L'aspect relatif de la pauvreté est ainsi souligné mais sont négligés, comme dans la mesure précédente, les aspects non monétaires de la vie courante et les aides diverses. L'avantage d'une telle approche est qu'elle utilise pour définir la pauvreté la distribution des revenus. Elle insiste ce faisant sur les inégalités de revenu. C'est d'ailleurs pourquoi, arbitraire pour arbitraire, certains économistes préfèrent limiter leurs investigations à la connaissance des indicateurs d'inégalités, comme le rapport par exemple, existant entre les 20 % les plus pauvres sur les 20 % les plus riches.

7Que la mesure soit cardinale ou ordinale, elle néglige tous les aspects patrimoniaux (le logement, ou l'accès à des services non payants, par exemple). De ces insuffisances découle une autre manière de définir et mesurer la pauvreté à partir de la non-satisfaction d'un ensemble de nécessités de base (accès à l'eau potable par exemple), sans lesquels l'individu ou le ménage ne saurait se reproduire « harmonieusement ». Bien que cette mesure soit plus proche probablement du vécu objectif de la pauvreté et qu'elle ne fasse pas appel aux revenus monétaires mais à une batterie d'indicateurs, cette définition demeure matérialiste. Utile certes, elle doit être complétée par des enquêtes sur les manques ressenties par la population supposée pauvre, c'est à dire par une approche subjective de la pauvreté. Cette dernière approche, inexistante ou marginale dans les pays sous-développés, permet de donner une image probablement plus exacte de la pauvreté et de la manière dont elle est ressentie. Un autre courant d'analyse gagne actuellement en autorité et en crédibilité : fondé sur les capacités, ou potentialités, dont disposent les individus pour mener une vie décente, digne, qui manifeste l'exercice de libertés et le respect de droits, il tend à analyser les lacunes des divers processus de distribution et d'accès aux ressources privées et collectives.

8Parmi les divers registres concernés par la question de la pauvreté, cet ouvrage s'en tiendra aux questions afférentes à la mesure : il n'abordera ni celui des causes ou racines de la pauvreté, ni celui des politiques et mesures proposées pour lutter contre elles. Il montrera que les différents indicateurs sont utiles. Limitée à un indicateur, la mesure est réductrice et ce faisant peu pertinente. Conçue à partir d'indicateurs variés et prenant en considération plusieurs des multiples dimensions de la pauvreté, la mesure est plus opérationnelle. Elle permet d'analyser l'évolution de la pauvreté. L'analyse socio-économique permet alors d'attribuer à certains facteurs comme la croissance insuffisante, l'inflation trop élevée, la propriété foncière inéquitablement répartie, des catastrophes naturelles etc., une responsabilité dans cette évolution et de définir ainsi les politiques économiques possibles permettant d'alléger cette pauvreté en agissant sur les facteurs qui l'auraient aggravé. Des mesures fondées sur divers critères et indicateurs permettent alors de construire une idée à la fois des efforts à faire (redistribution des revenus, mesures fiscales...) et de la nature de ces efforts (programmes nationaux ou ciblés...) pour atténuer la pauvreté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Blandine Destremau et Pierre Salama, Mesures et démesure de la pauvreté », Face à face [En ligne], 4 | 2002, mis en ligne le 25 juin 2010, consulté le 23 août 2017. URL : http://faceaface.revues.org/512

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org