Navigation – Plan du site
Dossier

Fracture sociale élitiste : balises éthiques pour une participation sociale durable et endurable au Mali

Samba Diop

Texte intégral

  • 1  Nous étions justement trois assis devant lui, le malacologue, le chauffeur et moi-même : équipe de (...)

« […] Vu que le conseil du village vous autorise à rester, prenez donc place dans mon vestibule car en pays bamanan, c'est là où nous recevons nos hôtes. Et, soyez assurés que vous ne manquerez pas de nourriture car ce que nous donnons comme restes à nos chiens sont suffisants à nourrir trois gaillards1. Personne n'est atteint de cette maladie dont vous parlez, ici, personne ne se baigne ou fait ses besoins dans l'eau des canaux d'irrigation »
(Diop, 1990 : 1-20).

« Sache que ce n'est rien de personnel contre toi, mais notre petit village ne convient pas à tes besoins. Nous sommes trop faibles pour te fournir des informations qui soient utiles à ton travail. Cependant, reviens en milieu d'après-midi soumettre ta requête aux chefs de famille [trois jours de consultations]. Vu que les chefs de famille, les jeunes ainsi que les femmes y consentent [je respecte cela] sois le bienvenu chez moi, tu seras mon hôte personnel comme il se doit au Manden »
(Diop, 1998 : 1-4).

  • 2 Par acteur social, je fais référence à l'élite scolarisée (depuis les PAS/FMI des années 1980) : a) (...)

1Ces citations rappelant la révolte paysanne par le boycott de la campagne cotonnière 2000-2001, qui avait entraîné un déficit de production de 50 %, illustrent l'opposition à la délinquance et la corruption administrative et financière de l'élite publique au Mali. En effet, les populations rurales locales, bien qu'à la base de la production de plus de 46 % du PIB et de 50 % du paiement direct des soins de santé du pays, demeurent encore à près de 98 % analphabètes, et au moins 90 % vivent sous le seuil de pauvreté. En effet, seulement 1 % de la population bénéficie de l'assurance maladie (Coulibaly et Keïta, 1996 : 353-359 ; Unicef, 1997 : 34-36 ; Atlaseco, 2002 : 181-182). Cette réalité constitue la grande fracture sociale selon laquelle l'exclusion des sociétés paysannes des services publics constitue la matrice du déficit de confiance subsistant entre elles et l'élite scolarisée, qu'elles qualifient péjorativement d'ekòliden (Bâ, 1992 : 184-198 ; Tall, 2001 : 1-4). Ainsi, partant des histoires et anecdotes de terrain, j'ai décidé de les organiser en moteurs de recherche psychosociale, anthropologique et éthique sur les rapports entre les acteurs sociaux maliens2.

2Ma rencontre avec , l'intrépide chef de village de Fulabugu, fut déterminante. C'est lui qui avait pris la parole en 1967, au nom de tous les paysans du pays, notamment ceux de l'Office du Niger, et avait publiquement ridiculisé la délégation présidentielle en les traitant de tònso et de mali [de chauve-souris et d'hippopotame]. Selon lui, l'hippopotame est la seule créature qui, en se nourrissant à reculons, détruit les cultures vivrières. Cette boutade a longtemps constitué l'obstacle contre lequel se sont butés les efforts des techniciens agricoles à faire accepter les techniques d'intensification en riziculture irriguée, qui consiste à faire pousser des pépinières dont le repiquage des plants se fait en reculons (Diop, 1995 : 32-83). La culture à reculons fut ainsi longtemps perçue, certes à tort, comme une totale idiotie des ekòlidenw, s'ajoutant au déficit de confiance qui s'enracine dans la mémoire collective et dans les expériences des échecs de programmes de développement local :

3« La terreur instituée par Mademba Sy, capitaine de l'armée coloniale pompeusement appelé Faama de Sansanding. S'appuyant sur un réseau de Jamanatigiw (chefs de cantons), il s'emploiera jusqu'à sa mort survenue en 1919 à réduire toute velléité des chefs temporels spirituels, laissant dans la mémoire des gens l'image d'un despote désinvolte, irrespectueux des valeurs du pays et d'une cruauté sans égal […]. Le Blanc, c'est vrai, a vaincu et désarmé le pays, mais ce sont les gardes comme Marinye Toto, les chefs d'équipe, les Jamanatigiw et leurs enfants qui ont commis les pires excès […]. Si seulement les cadres actuels savaient ce que les travaux ont coûté en vies humaines, ils auraient plus de respect pour ce patrimoine magnifique qui nous a coûté sang et larmes. Il y a des orphelins des travaux. Chaque kilomètre de digue représente un cimetière » (Traoré, 1991 : 36).

« Et vous les bailleurs de fonds et Office du Niger, vous êtes comme des gens qui vannez la nuit pendant que les poules dorment et ne peuvent picorer les grains qui tombent. Et même s'il y en a qui ne dorment pas comme nous cinq qui représentons les paysans à cette rencontre, nous ne pouvons picorer non plus. Pour nous c'est la nuit noire, notre connaissance des documents débattus ici est nulle. Nous ne pouvons voir les grains » (Traoré, 1991 : 106).

4Ces réactions de rejet m'ont donc poussé à initier ces recherches psychosociologiques dans le cadre de mes activités de recherche d'épidémiologie socioculturelle. Les devis épidémiologiques, aussi pertinents et complexes soient-ils, demeurent pauvres en contexte social (Massé, 1995 : 227-274 ; Bourdieu, 2001 : 15-66 ; Malvy et Le Bras, 1999 : 129-134 ; Diop, 2000 : 33-46). La double question que je me pose ici est : à quoi peut-on lier ce déficit d'engagement social et éthique parmi l'élite publique malienne ? Comment peut-on initier une participation efficace, durable et endurable entre les acteurs sociaux, les politiques publiques et les institutions financières ?

Méthodologie des observations sociales

L'élite africaine étant rejetée, certains auteurs l'ont invitée à s'impliquer davantage, à s'engager de manière plus responsable, et à se libérer du fétichisme de l'argent ou du professionnalisme contraires aux problèmes et aux besoins des sociétés africaines (Élias, 1997 : 33-87 ; Said, 1996 : 81-99).

5Ces histoires de terrain recueillies auprès des populations locales grâce à des entrevues individuelles et libres, ou collectives et semi-dirigées, je les ai articulées à ma problématique de recherche des conditions et des moyens d'accès à l'information, à l'éducation pour la santé et aux services publics dont les soins de santé (Guttman, 2001 : 35 ; Bibeau, 1984 : 95-115 ; Corin et al., 1990 : 25-50). Elles m'ont ainsi permis de contourner les devis épidémiologiques exclusivement orientés vers l'extensif, devis qui marginalisent autant la recherche intensive que les programmes d'information et d'éducation pour la santé. Je veux poser, ici, les bases d'une recherche-action participative élargie aux communautés étudiées au sein des programmes de recherche clinique comme les essais vaccinaux en milieu fragilisé par la pauvreté, l'analphabétisme, le poly-parasitisme et la malnutrition chronique.

Analyse contextuelle des observations de terrain

La fracture sociale : le sujet paysan entre maltraitance et résistance

« Il y a des enfants-élèves qui ne veulent pas cultiver pendant les vacances. Ils se croient déjà fonctionnaires ! Les lettrés pensent que ceux qui n'ont pas été à l'école sont inférieurs à eux. Ils ne les considèrent pas comme des humains » (Buijisrogge, 1989 : 43). Autant chez les bamanan que chez les mandenka, la personne se définit par le travail et par ses rapports à l'altérité (Cissé, 1979 : 131-179). Ce qui l'oppose à l'individu qu'ils qualifient de bilayèrèma [un laissé à soi !] : « Si est terrible, ces ekòlidenw viennent chétifs et démunis aujourd'hui, mais demain, ils nous reviennent en commandants de cercle, en médecins ou maîtres d'école de nos enfants voire chefs de secteur à l'Office du Niger. Il nous faut donc les ménager »
(Diop, op. cit.).

6Ici, l'école est perçue comme une source de contamination ou de dégénérescence culturelle, donc de façon dangereuse. Ceci amena le chef de village de Dogofiriba à solliciter l'aide des marabouts, des devins et des devins-guérisseurs pour « rendre son fils, déclaré intelligent et promu à un bel avenir selon les instituteurs coloniaux, inintelligent et inattentif à l'école afin qu'il s'en fasse ainsi renvoyer » (Diop, 1995 : 85). Comme ces paysans, leur président, Sékou Oumar Tall pense ainsi : « Ce sont les maliens [les élites] qui ont rendu le pays pauvre ! ». Un autre fait troublant est noté par les paysans considérés analphabètes et opposés à tout progrès social : l'élite scolarisée africaine dans ses moments d'angoisse face aux incertitudes de l'avenir vient à partager les mêmes référents ou systèmes culturels de terroir, le recours aux devins et à leurs ressources théo-cosmogoniques (Geshière, 1995 : 125-163).

La culture élitiste entre représentation et réalité sociale

7Après une formation intensive de cinq semaines auprès des enquêteurs du projet d'appui régional de contrôle du paludisme à Mopti et Bandiagara (Diop, 2000 : 41), j'ai procédé à des entrevues (auprès de ces derniers) par la méthode d'entretiens de groupe. L'analyse des informations recueillies a montré que les acteurs communs considérés incultes partagent avec l'élite scolarisée, c'est-à-dire les enquêteurs formés sur la sémiologie et l'étiologie du paludisme, la tendance à juxtaposer les informations biomédicales sur les populaires ou ordinaires. Par exemple, l'un des enquêteurs a développé ce discours et le diagnostic singulier de son état de santé :

« Désolé, je ne voulais pas de sortir sous la pluie car j'avais peur de réveiller mon palu […]. Docteur, voulez-vous me donner trois nivaquines, mon palu me prend déjà […]. Non le diagnostic biologique n'est pas nécessaire, je me connais, c'est du palu, jòntè [fulfulde] ».

Cadres sociaux d'accès aux ressources

« Ramener la connaissance d'un complexe à celle d'un de ses éléments, jugé seul significatif, a des conséquences pires en éthique qu'en physique » (Morin, 2000 : 109).

8Ces observations réflexives sur les dynamiques interactionnelles de perception et de représentation sont intéressantes, comme l'est l'analyse des interactions entre les fonctionnaires, leur parentèle et clientèle et les chercheurs marginalisés et exclus de tout contrat salarié et d'assurance sociale. Ces chercheurs exclus sont le plus souvent les chercheurs des sciences naturelles et des sciences sociales en milieu médical, les derniers plus que les premiers. En effet, en Afrique subsaharienne, on note chez les médecins, la volonté de contrôler tous les bassins de l'enseignement, la recherche, l'éthique et la bioéthique en santé. Ici, les sciences humaines et sociales sont tout simplement considérées comme des irruptions opportunes dans ces champs de la santé, d'où l'érosion ou le détournement total de leurs ressources et possibilités universitaires (Cathébras, 1999 : 1-2 ; Engelhard, 2000 : 12-34). Aussi, intentionnellement confondues et réduites en enquêtes extensives de type connaissances, attitudes et pratiques comportementales (CAP), les ressources et les possibilités disciplinaires des sciences sociales sont impunément confisquées par l'élite médicale et pharmacienne au sein des institutions d'enseignement et de recherche universitaires. Ici, c'est l'humanisme médical où le médecin d'expérience cultivé = humaniste = spécialiste des sciences humaines (Guttman, op. cit.) qui justifie de tels détournements, qui confisquent en conséquence autant les possibilités interdisciplinaires critiques, que celles qui encouragent le développement d'une recherche-action participation, durable et endurable pour l'ensemble des acteurs engagés (Le Courrier Unesco, 2001 : 16-35). Ce phénomène de marginalisation et d'exclusion du tiers m'a encouragé à poser cette problématique d'éthique de l'obligation d'engagement social pour promotion systématique des programmes d'information et d'éducation pour la santé [auprès des familles étudiées] au sein des programmes de recherche clinique à essais vaccinaux. Ces absences, conjuguées à celles des comités consultatifs nationaux d'éthique et de bioéthique non avisés, de médiateurs universitaires compétents, indépendants et confidentiels obligent autant les universitaires, les chercheurs que les politiciens africains à récuser la légitimité du principe de consentement volontaire et éclairé. Qui plus est, les comités d'éthique, s'il en existe, sont envahis par les lobbies de establishment qui, par des stratégies de confiscation préventive des ressources du tiers exclu, en définissent les modalités d'accès (Diop, op. cit.).

Système culturel total : personne humaine et éthique de la reconnaissance sociale

« […] Peu de gens savent encore que nos structures tunnel sont héritées de l'armée. L'administration malienne est calquée sur l'armée. C'est l'armée coloniale qui a donné les noyaux des principaux services publics [...]. Donc, on a un chef à Bamako, et ce chef a ses agents dans un tunnel au plus loin jusqu'où il peut aller. Nous avons hérité de cela, nous l'avons agrandi, nous l'avons entretenu, nous en avons fait des instruments d'interventions de l'État. Dans notre plan d'action nous voulons casser cette structure-là […]. Notre plan d'action est une anticipation de la décentralisation » (Kassibo, 1997 : 3-4). « L'un des stratagèmes classiques d'un establishment soumis à des tensions consiste à renforcer les contraintes que ses membres imposent à eux-mêmes ainsi qu'au groupe plus large qu'il domine »
(Elias, 1997 : 84).

9Dans les sociétés rurales africaines, notamment au Mali, la personne interagit avec : 1) les membres de sa famille immédiate ou lignagère étendue [expériences domestiques quotidiennes : microscomos] ; 2) les êtres à pouvoirs surnaturels, visibles ou invisibles, tels que les génies, êtres anthropozoomorphiques (engoulevents, hiboux, caméléons, etc), les mauvaises personnes : mésocosmos] et 3) les mânes des ancêtres au niveau du macroscomos investis de barika auprès des êtres onto-mythologiques fondateurs ou causes premières de la vie terrestre et aquatique (Cissé, op. cit., Cissé, 1994 : 89-108). Plus particulièrement l'information et l'éducation pour la santé doivent se négocier et s'articuler sur les systèmes culturels locaux (Bibeau, 1984 : 95-115 ; Bibeau, 1994 : 341-386). L'éthique sous-jacente ici implique de mieux comprendre l'organisation des relations interpersonnelles et sociales et surtout la nature du contrat partenarial de confiance (Changeux et Ricœur, 2000 : 271-328 ; Crochet, 2000 : 47-77 ; Feldman, 2000 : 131-159 ; Diop, op. cit).

« Il faut bien saluer vos partenaires blancs. Nos enfants se portent très bien avec vos soins gratuits. Cependant, veux-tu leur demander de financer mon pauvre époux afin qu'il puisse m'honorer d'une ou deux petites sœurs [coépouses] ? Je n'aurai plus qu'à me faire propre, belle et ne m'occuper que de leurs enfants » (Diop, 1998 : 1-15).

« […] Chaque fois que tu vois, les jeunes filles et femmes en âge de procréer, entrer et sortir de ces maisons de commerce de médicaments : elles viennent de sceller le destin de leurs entrailles [planification des naissances]. Tous ces programmes d'aide aux femmes ont des desseins inavoués de dévergondage » (Diop, op. cit.).

10Ces deux réflexions nous poussent à développer ces programmes d'information et d'éducation pour la santé en milieu de précarité sociale endémique, comme les sociétés paysannes au Mali. Il s'agit ici de renoncer, pour réussir cette participation durable et endurable des communautés locales, aux devis verticaux et paternalistes, où la tendance est de développer la dépendance des acteurs locaux envers les acteurs publics par des avantages ponctuels représentés par les soins gratuits des programmes de recherche clinique à essais vaccinaux. Cependant il faut privilégier le développement de la mobilisation sociale horizontale, volontaire et viable grâce aux devis quantitatifs et intensifs articulés en dialogue interdisciplinaire pour une meilleure compréhension des problèmes et des besoins des populations locales (Massé, 1995 : 274-312 ; Corin et al., 1990 : 25-87 et 115-198).

  • 3 Afin de s'assurer l'allégeance des familles à pouvoirs coutumiers, l'administration coloniale avait (...)

11Ce type de partenariat dont le principe est la responsabilité partagée oblige à un accès équitable, impartial et transparent à l'information et aux ressources collectives et à la promotion de l'esprit critique autonome, créatif et novateur (PANA, 2001 : 1 ; Gélinas, 1994 : 202-219)3. Ce sont là des réflexions éthiques qui s'adressent aux politiciens, aux universitaires, aux chercheurs africains de même qu'à leurs partenaires et bailleurs de fonds. Cela les rapprocherait des populations qu'ils veulent émanciper (Marchant, 1991 : 183-190).

 « Notre savoir du savoir, à bien des égards, n'est pas très développé. Les formes du savoir que la science met à notre disposition accroissent énormément les possibilités d'action sociale. Des théoriciens des sciences humaines qu'ils soient radicaux, libéraux ou conservateurs sont à la fois fascinés et préoccupés par l'effet contraire de la science et la technologie sur la société, c'est-à-dire par la tendance de la science et la technologie à devenir invariablement un instrument des détenteurs du pouvoir et à servir de moyens de contrôle, de manipulation et de répression » (Stehr, 2000 : 157).

« Cette méduse qui menace la science comme les sciences humaines […]. Les sciences sociales et humaines représentent le défi ultime. Cette conjonction probable de disciplines a des résonances d'une bonne métaphore de la quête de la consilience » (Wilson, 2000 : 62).

12Stehr et Wilson semblent nous inviter ici à récuser le concept-fétiche de consentement libre, éclairé ou volontaire que certains partenaires réclament de l'université africaine, pour qu'elle s'engage à sortir de son isolement (Guttman, op. cit.). Il apparaît de plus en plus que la construction du savoir et de son pouvoir d'action sociale se développe, en Afrique subsaharienne, en un déficit d'engagement social ou philosophique chez l'élite fonctionnaire, qui favorise les préjugés et la marginalisation des sciences humaines et sociales au sein des institutions d'enseignement et de recherche en santé (Toulouse, 1998 : 89-129 ; Winkin, 2001 : 276-286). Ces stratégies de disqualification élitiste du tiers renvoient à cette citation :

« Mais attribuer à l'illétrisme, comme on le fait trop souvent, tous les problèmes d'observance revient à opposer, d'une manière sommaire, la culture traditionnelle du patient au système moderne de soins. Ainsi une gynécologue ivoirienne qui suit les drépanocytaires me fit la remarque suivante : dire que les femmes analphabètes ont un problème, c'est peut-être aussi une façon de nous couvrir nous médecins. Et elle ajoute : dire qu'elles ne vont pas comprendre, c'est faux » (Bonnet, 2002 : 262).

13Je pense que, comme dans les recherches cliniques à essais vaccinaux, les universitaires ou/et chercheurs, pour des raisons de validité scientifique et éthique, doivent développer systématiquement des programmes synchrones d'information et d'éducation pour la santé orientés vers la prévention, comme le recommandent certains auteurs (Malvy et Le Bras, op. cit. ; Crozier et Friedberg, 1977 : 64-90 ; Changeux et Ricœur, op. cit.).

  • 4 Mes activités de bénévolat, qui consistaient à relancer, à financer et à assister le moniteur d'alp (...)

14D'une part, il s'agit de développer parmi l'élite une éthique d'engagement social, de vérité, de responsabilité et d'honnêteté pour le recueil d'informations avec consentement éclairé, libre et volontaire. Ici, seul un programme en recherche-action participative offrirait les meilleures garanties d'un dialogue interdisciplinaire élargi aux acteurs locaux (Morin, 1999 : 451-457 ; Wilson, op. cit.). Et d'autre part, il s'agit également d'initier cette participation dès la conceptualisation des programmes de recherche clinique à essais vaccinaux, face à des populations locales démunies, qui sont confrontées aux multiples enjeux de la décentralisation régionale, de la politique sectorielle de santé, du développement de l'éducation de base et de la justice sociale (Unicef, op. cit.). Ici, et plus particulièrement dans le cas de la recherche sur le paludisme, la réflexivité des sciences sociales peuvent énormément apporter à l'amélioration des devis épidémiologiques, médico-cliniques et entomologiques (Traoré, op. cit. ; Diop, op. cit.)4. Ceci implique, pour l'acteur public, spécifiquement l'universitaire-chercheur mandarinaire de s'auto-amender et de se transformer en mentor, afin que l'on puisse s'orienter vers la libération des bassins jusqu'alors confisqués à la participation sociale horizontale et viable des non-élites. C'est le défi du développement et du renforcement des capacités et des possibilités participatives du tiers marginalisé, infantilisé et exclu. En effet, l'échec des programmes d'ajustement structurel, de développement ou de renforcement des capacités en Afrique subsaharienne, atteste un déficit de participation des acteurs longtemps marginalisés et exclus par les logiques et les stratégies de la dictature du profit élitiste (Johnston et al., 1999 : 1-7 ; Stiglitz, 2002 : 10-11).

Haut de page

Bibliographie

Bâ H.A., « Le guet-apens », in L'étrange destin de wangrin, Union générale d'éditions, Paris, 1992, pp. 184-198.

Bibeau G., « Authenticité et ambiguïté d'une implication dans un institut africain de recherche », In Anthropologie et Sociétés, vol. 8, 3, 1984, pp. 95-115.

Bibeau G., « Sur la piste du renard pâle : La mobilité des politiques maliennes de santé », in Psychopathologie africaine, vol. XXVI (3), Dakar, 1994, pp. 341-386.

Bourdieu, P., Science de la science et réflexivité, Cours et travaux, Éditions Raison d'agir, Paris, 2001, 240 pages.

Buijisrogge, P., « L'école, facteur de différenciation sociale », in Initiatives paysannes en Afrique de l'Ouest, L'Harmattan, Paris, 1986, pp. 42-44.

Bonnet D., « Rupture d'alliance contre rupture de filiation. Le cas de la drépanocytose », in Critique de la santé publique. Une approche anthropologique, J.-P. Dozon et D. Fassin (dir), Balland, 2002, pp. 257-280.

Changeux J-P., Ricœur P., « Éthique universelle et conflits culturels », in Ce qui nous fait penser. La Nature et la Règle, Odile Jacob, Paris, 2000, pp. 271-328.

Cathébras P., « L'enseignement des sciences humaines en médecine », Amades, Bull. 37, Toulouse, 1999, pp. 1-2.

Cissé Y.T., « Les nains et l'origine des fétiches », in La confrérie des chasseurs Malinké et Bambara. Mythes, rites et récits initiatiques, Paris, Nouvelles du Sud, ARSAN, 1994, pp. 89-108.

Cissé Y.T., « Les signes graphiques, représentations, concepts et tests relatifs à la personne chez les Malinké et les Bambara du Mali », in La Notion de Personne en Afrique Noire, Colloques Internationaux du C.N.R.S., N° 544, 1979, pp. 131-179.

Coulibaly S.O. et Keïta M., « Économie de la santé au Mali », Cahiers « Santé », Synthèse, vol. 6, N° 6, 1996, pp. 353-359.

Courrier Unesco (Le), Pouvoir et argent. Chercheurs sous pression, Paris, Novembre 2001, pp. 16-35.

Corin E., Bibeau G., Martin J-C. et Laplante R., « Nouvelle société, nouvelle architecture des services de santé », in Comprendre pour soigner autrement, PUM, Montréal, 1990, pp. 25-50.

Crochet S., « Cet obscur objet du désir : la participation communautaire », in Utopies sanitaires, R. Brauman (dir), Médecins Sans Frontières, Le Pommier, Paris, 2000, pp. 47-77.

Crozier M. et Friedberg E. : « Le pouvoir comme fondement de l'action organisée », in L'acteur et le système, Seuil, Paris, 1977, pp. 64-90.

De Azevedo I. B., Intervention Development and Implementation Research (IDE) : Research Capability Strengthening Plus, Social Science Research Capability (SSRC), Draft proposal # 1, WHO-TDR-IDE, 2001, pp. 1-17.

Diop S., Rapport de recherche de doctorat d'éthologie-écologie humaine et santé publique, 1990, pp. 1-20.

Diop S., Rapport de recherche de doctorat d'anthropologie générale, médicale et épidémiologique, TDR-WHO/FMPOS-DEAP/MRTC-Université du Mali, 1998, pp. 1-4.

Diop S., Rapport de mission d'enseignement du programme Transfert Of Knowledge Through Expatriate National, TOKTEN-PNUD/Université du Mali, 2000, pp. 1-7.

Diop S., « Le paludisme chez l'enfant au Mali. Vers une lecture ethnoépidémiologique », Les Cahiers d'anthropologie, n° 3, 2000, pp. 33-46.

Engelhard P., « Existe-t-il une fatalité africaine ? », in Peut-on être vivant en Afrique ? Forum Diderot, M. Chemillier-Gendreau et al. (dir), PUF, Paris, 2000, pp. 12-34.

Élias N., « Les relations entre établis et marginaux, essai théorique », in Logiques de l'exclusion, Fayard-Agora, Paris,1997, pp. 33-87.

Feldman J., « Valeurs, sciences institution : une traversée en trois temps », in L'éthique dans la pratique des sciences humaines : Dilemmes, Feldman J. et Kohn R.C. (dir), Ouverture philosophique, L'Harmattan, Paris, 2000, pp. 131-159.

Gélinas J. B., « Vers un développement durable et endurable », in Et si le Tiers-Monde s'autofinançait ? De l'endettement à l'épargne, Écosociété, Montréal, 1994, pp. 203-219.

Geshière P., Sorcellerie et politique en Afrique. La viande des autres, Paris, Karthala, 1995, pp. 125-163.

Guttman C., « L'université doit s'engager. La justice sociale devrait être au premier rang des préoccupations des universitaires », in Pouvoir et argent. Chercheurs sous pression, Le Courrier Unesco, Novembre 2001, p. 35.

Johnston T., Faure S. D. et Raney, La santé au Mali : Miser sur la participation locale, Précis-OED, No. 188, 1999, pp. 1-7.

Kassibo B., « La décentralisation au Mali : état des lieux », in La décentralisation au Mali : état des lieux, B. Kassibo (dir), APAD, Bulletin 4, Hamburg, 1997, pp. 1-20.

Malvy D. et Le Bras M., « Réflexions éthiques et prévention vaccinale », in Libre opinion, Cahiers Santé, Paris, 1999, pp. 129-134.

Marchant C., « Du paysan au chercheur, et réciproquement », in Nord-Sud : pour un développement équitable de l'aide au contrat. Ateliers du développement, Syros-Alternatives, Paris, 1991, pp. 183-190.

Massé R., Culture et santé publique. Les contributions de l'anthropologie à la prévention et à la promotion de la santé, Gaëtan Morin éditeur, Montréal-Casablanca, 1995, 499 pages.

Morin E., « Les défis de la complexité », in Le défi du xxie siècle. Relier les connaissances, Ed. du Seuil, Paris, 1999, pp. 451-457.

Morin E., « L'esprit réducteur », in Les sept savoirs nécessaires à l'éducation du futur, Seuil, Paris, 2000, pp. 109-118.

NBAC, « Public Comments on NBAC September 29, 2000, Draft », in Ethical and Policy Issues in International Research : Clinical Trials in Developing Countries, Bethesda, Maryland, vol. 1, April 2001, p. 111.

Nouvel Observateur (Le) : « Le Mali », Atlas économique et politique, Paris, 2002, pp. 181-182.

Sen A., « La pauvreté comme privation des capacités », in Un nouvel modèle économique. Développement, justice, liberté, Paris, Odile-Jacob, 1999, pp. 95-117.

Sen A., « L'économie est une science morale », La Découverte, Paris, 1999, 126 p.

Stehr N., « Le savoir en tant que pouvoir d'action », in La science. Nouvel environnement. Nouvelles pratiques ?, Sociologie et sociétés, PUM, Montréal, 2000, pp. 157-170.

Stiglitz J. E., « La faillite du FMI. La mondialisation à l'œuvre. FMI, la preuve par l'Éthiopie », Le Monde diplomatique, N° 577, avril 2002, pp. 10-11.

Tall S.O, « Sékou Oumar Tall dit Barou, président de l'APCAM : Ce sont les maliens qui ont rendu le pays pauvre », Les Échos du 18 Septembre 2001, www.mali-info.com, 28/09/2001, pp. 1-4.

Toulouse G., « Regards sur le tiers secteur ; Regards sur les académies », in Regards sur l'éthique des sciences, Hachette, Paris, 1998, pp. 89-129.

Traoré I.S., Hinè nana. Réveil d'un paysannat, Éditions La Sahélienne, Bamako, 1992, 119 pages.

WHO, Operational Guidelines for Ethics Committee That Review Biomedical Research, World Health Organization, Geneva, 2000, 32 pages.

Wilson E. O., L'unicité du savoir. De la biologie à l'art, une même connaissance, Éd. Robert Laffont, Paris, 2000, pp. 62-126.

Winkin Y., « L'anthropologie de la communication comme cadre analytique », in Anthropologie de la communication. De la théorie au terrain, Y. Winkin (dir), De Boeck Université, 2001, pp. 276-286.

Haut de page

Notes

1  Nous étions justement trois assis devant lui, le malacologue, le chauffeur et moi-même : équipe de recherche doctorale en écologie humaine et santé publique liée aux schistosomiases à l'Office de Niger.

2 Par acteur social, je fais référence à l'élite scolarisée (depuis les PAS/FMI des années 1980) : a) les fonctionnaires lobbyistes politico-financiers, promoteurs du système tunnel vertico-paternaliste ; b) les contractuels salariés (parentèle ou clientèle affranchies) et, c) les marginalisés et les exclus du système tunnel.

3 Afin de s'assurer l'allégeance des familles à pouvoirs coutumiers, l'administration coloniale avait développé la politique de prise en otage de leurs enfants qu'elle déplaçait et inscrivait à l'école appelée école des otages. D'où le traumatisme et l'hostilité des sociétés rurales envers l'école publique qu'elles assimilent aux excès de la colonisation.

4 Mes activités de bénévolat, qui consistaient à relancer, à financer et à assister le moniteur d'alphabétisation dans la formation des jeunes du village de Manyalé en bamanankan ont permis d'asseoir les bases d'une volonté d'autonomie chez ces jeunes paysans (un autre enquêteur diplômé en sciences économiques s'est joint à nous pour développer des systèmes sommaires de gestion des ressources). En effet, le développement de leur capacité à lire, écrire et à enseigner à leurs cadets a conduit le conseil des anciens à démissionner volontairement de leur rôle d'interlocuteurs avec l'administration de l'Office du Niger et des bailleurs de fonds, au profit de sa jeunesse " néo-alphabétisée ". Ils étaient convaincus que ces jeunes étaient plus compétents qu'eux à devenir des interlocuteurs avisés, dont le village avait besoin. Ainsi, ces jeunes, une fois installés à la direction du conseil de développement du village, se sont attaqués à lutter contre l'arbitraire de l'exclusion du tiers au sein des systèmes de contrats officiels de colon-riziculteur. Ils ont procédé à un nouveau remembrement des casiers rizicoles en délestant leurs propres familles lignagères de leurs surplus illégaux de surfaces qu'ils ont redistribué aux familles auparavant exclues de ces contrats. Ils ont également développé un système de recouvrement des dettes auprès des familles les plus endettées en instance d'expulsion du colonat. Ce système a consisté à louer la moitié ou les 3/4 de leurs parcelles à l'association villageoise de développement, ou si l'endetté le désire, il peut être employé dans sa propre parcelle, et payé en conséquence en nature (du riz) ou en argent. Il faut noter que Manyale, contrairement à beaucoup de villages à l'Office du Niger, dispose également de champs de céréales ou de cultures pluviales comme le sorgho, le maïs, etc. Ils ont également créé une caisse d'épargne rurale ainsi qu'une école villageoise de base. Ce qui permet aux familles de garder leurs enfants, plutôt que de les envoyer en pension dans des familles éloignées de huit à quinze kilomètres du village.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samba Diop, « Fracture sociale élitiste : balises éthiques pour une participation sociale durable et endurable au Mali », Face à face [En ligne], 4 | 2002, mis en ligne le 01 juillet 2002, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://faceaface.revues.org/498

Haut de page

Auteur

Samba Diop

Chercheur-enseignant en Éthologie, écologie humaines et anthropologie, FMPOS-DER de Santé Publique, d'Épidémiologie et d'Anthropologie Médicale, Université du Mali.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org