Navigation – Plan du site
Dossier

L'éthique médicale comparée. Universalité et africanité

Maurice Aurélien Sosso et Fred Eboko

Texte intégral

  • 1  L'expression du Pape Jean Paul II, in Charte des personnels de la Santé, Cité du Vatican, 1995 " M (...)

1S'il existe un domaine où l'éthique mérite d'être valorisée et approfondie, c'est bien le domaine médical, qui traite de la vie dont on sait qu'elle est le bien le plus précieux pour l'homme. Les professionnels de la santé peuvent être considérés dans ce sens, à la fois comme les gardiens et les Ministres de la vie1. Leur comportement quotidien doit donc s'ordonner à des normes de conduite qui garantissent la primauté de ce bien fondamental. Tel est du reste l'objet du serment d'Hippocrate qui est aujourd'hui d'une validité universelle. Tout le problème est de savoir si l'universalité de la formulation de ce serment se retrouve également dans son esprit, au point de rendre possible la conception d'une éthique médicale universelle, applicable par tous.

Le problème de l'universalité

  • 2  E. Kant, Fondements de la métaphysique des mœurs, PUF, Paris éd. 1962, (" 1. Agis de telle sorte q (...)

2De grands théoriciens de la morale ont rêvé à ce type d'universalité, tel, par exemple, Emmanuel Kant dans ses Fondements de la métaphysique des mœurs, où il est demandé au sujet moral de faire en sorte que la maxime de son action puisse être érigée en règle universelle2. L'objectif de Kant était en fait de fonder une science de l'action morale qui échapperait aux déterminations empiriques et qui serait effectivement fondée, comme toute science, sur un ensemble de lois. Le projet est donc celui de l'objectivité de la loi morale, sur le registre du nécessaire et de l'impersonnel comme fondement du scientifique. La loi s'impose ainsi comme une nécessité à tout être rationnel quel qu'il soit. Considérer autrui comme une fin et jamais comme un moyen est une prescription qui ne souffre d'aucune exception, aucune société, aucun milieu humain où l'on puisse accepter l'instrumentalisation d'autrui.

3La déontologie de la profession médicale, comme ensemble de règles qui guident la conduite du corps médical au jour le jour, est proche de cette universalité de la loi. D'ailleurs, ici, on parle même de code, à savoir un texte qui dans son essence ne fait que prescrire des directives.

4Fondée sur une croyance en des préceptes moraux, guide des comportements de ceux qui travaillent dans la sphère de la médecine, l'éthique médicale, par exemple, oblige à :

  • maintenir de manière consistante le savoir et la compétence professionnelle ;

  • sauvegarder le patient contre le danger de la vie et de la santé et éviter les dépenses inutiles et non raisonnables ;

  • observer le secret professionnel et les confidences sur les sujets d'honneur contenus dans le processus du traitement du patient ;

  • ne pas s'engager dans les pratiques illégales et immorales ;

  • sauvegarder le public et la profession contre ceux qui sont déficients en caractère moral.

5Ces cinq principes constituent la base de toute pratique médicale à travers le monde. Mais la définition de la dimension illégale ou immorale de cette pratique varie avec le contexte sociologique. Et ce sont les problèmes de conscience collective qui déterminent en cette matière les manières propres à chaque culture de penser, de sentir, de croire et d'évaluer, de faire le sens à partir des choses en trouvant en elles des modèles, de l'ordre et de la signification, tel que le souligne Renée Fox (1988). C'est dans ce cadre de particularités, bâties sur un fond universel que l'application du serment d'Hippocrate s'adapte aux conditions socioculturelles du milieu.

  • 3  " La morale, c'est-à-dire l'ensemble des prescriptions admises à une époque et dans une société dé (...)

6L'éthique proprement dite ne s'écrit pas dans le style d'une prescription, ou d'une interdiction universelle. L'éthique, en effet, définit un système de pensées spécifique à un milieu donné et, parfois, à un sous-milieu comprenant, parfois, quelques individus seulement qui s'entendent sur les principes d'une conduite, d'une pratique, ou d'un interdit les concernant. Le fondement de l'éthique est donc le consensus, réalité sur une question, par des consciences et des volontés libres mais éclairées3.

7Aimer son prochain, sauver un être humain en danger, par exemple, sont de ces lois qu'aucun moraliste ne peut contester, sauf en de rare cas exceptionnels. Les questions éthiques, en revanche, ne présentent pas la même limpidité. Elles constituent bien souvent de véritables dilemmes du genre : Qui dois-je épouser : la plus gentille ou la plus jolie ? Prioritairement envoyer à l'école quand je n'ai les moyens que pour un seul enfant : ma fille ou son frère jumeau... ? Ces questions toutes personnelles ne sont rien qu'une indication du genre de problèmes auxquels pourrait se trouver confronté un groupe social plus important.

8Les exemples les plus sensibles viennent de la bioéthique où surgissent, entre autres, les problématiques existentielles de l'avortement ou de l'euthanasie. Dois-je supprimer la vie d'un fœtus quand l'enfant n'est pas désiré, ou non ? Le fœtus même est-il à prendre comme un être vivant ou non ? Si oui, à partir de quel âge ? Cinq jours ou cinq semaines ? Dois-je supprimer la vie à un malade qui souffre atrocement et dont, en principe, je sais qu'il va mourir de toutes les façons ?

  • 4  Voir Jean Bernard, La bioéthique, Flammarion, Paris, 1994. " On trouve au Comité consultatif natio (...)
  • 5  " Le Pape unit volontiers sa voix à celle de tous les médecins ayant une conscience droite et il f (...)

9Il n'y a aucune science, aucune loi universelle pour trancher ce débat sur le caractère sacré de la vie, ni sur les limites qu'il convient de fixer au respect de ce caractère sacré. Dans ce domaine, chaque société légifère axiologiquement selon les principes de sa tradition. Selon ses croyances, ses valeurs, ses archétypes, ou ses débats internes, un consensus conduit à cette législation4. C'est ainsi que certaines sociétés acceptent l'avortement libre, à condition seulement qu'il soit médicalement contrôlé, alors que d'autres n'acceptent que celui des femmes mariées. Ailleurs, comme au Vatican, on le refuse catégoriquement s'il n'y a pas danger de mort5. Et il peut arriver que ces positions changent selon l'évolution des mœurs. Ce dynamisme et cette plasticité ne permettent pas la moindre uniformité. La grande variété des cultures et des coutumes de notre monde ne peut nullement permettre la réalisation d'un consensus universel.

10Comme on le voit, c'est dans son principe même que l'éthique porte son relativisme caractéristique. Ce mot vient en effet du grec ethos, qui signifie mœurs, caractère. Et Pascal nous a appris comment, en ce domaine précisément, la vérité peut se transformer en son contraire selon qu'on traverse, ou non, les Pyrénées. « Erreur au-delà des Pyrénées, vérité en deçà ». La morale, quant à elle, vient du latin mos, moris, qui signifie également mœurs ou caractère. Mais c'est sa tendance à un universalisme dogmatique qui la rend quasiment rigide et qui la différencie aussi de sa voisine qu'est l'éthique.

11Le principe du relativisme étant ainsi posé, il est facile de comprendre que lorsque cette éthique s'applique au domaine médical, elle ne peut plus échapper au comparatisme. L'éthique médicale est donc nécessairement comparée en ce que ses principes de jugement dépendent non seulement de l'époque, celle d'Esculape ou celle de Pasteur -, mais aussi de l'espace avec, comme critère de différenciation, le niveau de développement technoscientifique d'une part, les caractéristiques proprement anthropologiques d'autre part. Mais avant d'aborder les spécificités, il importe d'arrêter l'attention sur les problèmes éthiques généraux.

Les problèmes éthiques face à l'avancée de la science médicale

  • 6  " A partir de 1846, les chirurgiens utilisent l'anesthésie par l'éther sulfurique. Ils mettent ens (...)

12On peut poser de façon général que de l'Antiquité jusqu'à nos jours, il s'est opéré une grande mutation dans le sens de la médecine qui est devenue « Biomédecine » en se rapprochant de plus en plus des techno-sciences qui ont le vivant comme objet - et pas seulement l'homme. La médecine est également devenue science expérimentale, ou techno-science par une objectivation totale de l'homme débouchant sur la manipulation de ce dernier dans tous les sens6.

13La conséquence de cette évolution est que la médecine a fini par s'éloigner de sa visée purement thérapeutique en tant que restauration d'une intégrité naturelle ou d'un état naturel momentanément et accidentellement lésé, pour devenir de plus en plus artificieuse selon les différentes aspirations de l'homme : médecine de confort, médecine de convenance, etc…

  • 7  G. Hottois, Deux réactions bioéthiques au nihilisme : H. Jonas et H.T. Engelhardt, broch., Journée (...)

14Gilbert Hottois décrit la situation en ces termes : « Techno-science de pointe, la médecine se trouve placée sous le signe non plus de la sagesse et de l'équilibre naturel harmonieux, mais sous celui de la puissance (contrôle, domination mais aussi actualisation de tous les possibles) et de la volonté libre de faire ou de ne pas faire. Dans cette nouvelle position plus prométhéenne ou faustienne qu'esculapéenne, la médecine contemporaine ne cesse de mobiliser un nombre considérable de phantasmes et d'espérances. En raison du monopole qu'elle détient concernant les interventions, manipulations biophysiques… Sur l'être humain, la biomédecine soulève centralement la question : » Qu'allons-nous, que pouvons-nous, que devons-nous faire de l'homme ? « Il s'agit là d'une question éthique fondamentale, de la question bioéthique par excellence d'un point de vue philosophique »7.

15Sous l'emprise de cette tendance technoscientifique, il faut reconnaître en effet que la médecine a réalisé des progrès qui ont des incidences tant sur l'individu que sur sa société. La généralisation croissante de ses techniques se manifeste à travers le contrôle des infections microbiennes, les transplantations d'organes, le clonage, etc... Il en est de même de toutes les formes de prolongations de la durée de la vie, notamment à l'aide des pratiques de réanimation et de survie artificielle sur des personnes dont les fonctions cérébrales sont éteintes, de la tentative d'application de la thérapeutique génétique à des maladies spécifiques, en particulier à l'anomalie d'un seul gène.

16Parallèlement à ce développement, l'apport pharmacologique est lui aussi non négligeable, ceci, dans la mesure où les sulfamides, les antibiotiques, l'insuline et la cortisone, les médicaments du psychisme et la pilule en témoignent de manière palpable. Il y a lieu de signaler également le fait que la biomédecine prend appui sur la théorie du germe et de la localisation étiologique.

17Les résultats ci-dessus déjà obtenus offrent de vastes perspectives pour l'amélioration de la santé des individus et des collectivités.

18Toutefois, dans le sillage de la progression sans précédent de la recherche et des découvertes scientifiques en médecine, apparaissent certaines retombées imprévues. Des effets indésirables se mêlent aux effets bénéfiques, et soulèvent des questions éthiques d'importance. On glisse ainsi peu à peu de l'émerveillement à la charité.

19Les procréations artificielles, véritable main-mise de la science sur le processus de reproduction de l'espèce, brouillent les notions de filiations et engendrent des milliers d'embryons humains « autonomes » au statut social indéterminé, et dont nul ne sait que faire. Le diagnostic anténatal, l'amniocentèse, ouvrent la porte aux bébés sur mesure. Cette situation a poussé Jean Pierre Bader (1988) à se demander si les interventions génétiques ne risquent pas un jour de modifier le patrimoine héréditaire des individus.

20On constate par ailleurs que l'acharnement thérapeutique, motivé par avancée de la science médicale, fait voler en éclats les frontières entre la vie et la mort. Cette dernière est même en train d'être remise en cause par la technique de la cryogénisation des corps, en attendant de nouvelles promesses médicales pour leur éventuelle revivification.

21On observe, dans le cadre de cette imprévision, tant de la part des chercheurs que du grand public, une préoccupation croissante pour l'incertitude biomédicale et un intérêt grandissant pour le probable et le prévisible, le danger et le mal, le risque et l'erreur. L'ensemble de ces phénomènes, qui entre eux sont reliés, ont une origine autant socioculturelle que biomédicale. Cet intérêt et cette angoisse pour l'incertitude biologique sont accompagnés par une attitude ambivalente face aux divers modes d'intervention - qu'ils soient scientifiques, technologiques ou sociaux - les plus adaptés pour faire progresser les croissances médicales, établir des certitudes, enrichir et prolonger à la vie humaine.

22Jonas Salk (1975) dit à propos d'une telle ambivalence que le passage de la biologie du concept de la science des vivants à celui de la science de la vie a, à la fois, ouvert la voie à des découvertes prodigieuses qui ont bouleversé les rythmes séculaires du cycle de la vie de notre organisme, et aussi entamé les fondements du statut éthique de notre existence sociale. Ce passage a donné lieu à des perspectives d'une nouvelle morale médicale qui devrait se fonder sur des bases socioculturelles, déontologiques et axiologiques, nécessairement différenciées.

23Si l'on considère l'Afrique sur le plan de ses ressources sanitaires et médicales, force est de constater que les préoccupations éthiques n'y sont plus les mêmes. Quelques représentants des couches africaines les plus aisées, tentés par les prouesses technoscientifiques de la médecine moderne, se trouvent obligés, pour satisfaire leurs envies, de se rendre en Europe ou en Amérique du Nord. Les seules manipulations biologiques à portée des populations africaines les plus démunies ne se trouvent qu'au niveau des femmes qui usent de produits cosmétiques censés transformer la couleur de leur peau. C'est dire que la grande question éthique signalée par Gilbert Hottois n'est pas réellement celle qui surgit centralement dans l'éthique médicale africaine : parce que le milieu ne baigne pas encore dans l'extraordinaire bouillonnement des possibilités technoscientifiques qui caractérise les pays de l'Occident européens et de l'Amérique du Nord.

24Les moyens financiers mêmes ne permettent pas aux populations africaines d'accéder à la médecine de luxe. Il serait donc malaisé et maladroit, pour ces populations, de se poser des problèmes qui sont les problèmes des autres. A moins de faire des exercices d'école.
L'élaboration d'une éthique médicale appropriée requiert donc une réflexion devant commencer par une description minutieuse de la pratique médicale qui, ici, comporte deux axes principaux : la pratique de la médecine moderne et la pratique de la médecine traditionnelle. Cette cohabitation constitue déjà en soi une spécificité de l'éthique médicale africaine dès lors que peut s'instaurer une collaboration et une coopération fructueuse. Il s'agit d'une éthique de l'intégration et non, comme ailleurs, celle de la querelle des anciens et des modernes.

  • 8  C'est l'ailleurs de la préoccupation au sujet de ces menaces qu'est née en 1995 au Cameroun, la Ca (...)

25Mais si le faible niveau technoscientifique et socio-économique exonère les milieux africains des dangers induits par la très forte modernité occidentale, il ne s'en suit pas une égale exonération des nécessités de la réflexion bioéthique. La vie en Afrique, se troue en effet pareillement exposée à des types de menaces aussi pernicieux que ceux des milieux technoscientifiques développés8.

Les particularités socioculturelles de l'éthique médicale en Afrique et les voies de synthèse

26La manière dont vivent les personnes en société, ainsi que les pratiques et représentations socioculturelles déterminent des différentiels dans le domaine de l'éthique médicale. Pour autant, l'Afrique propose une situation socio-économique et des précarités sanitaires tellement drastiques que tout discours sur l'éthique nécessite que l'on tienne compte de ces contraintes. Deux grandes dimensions socioculturelles permettent de raisonner et de réfléchir sur l'éthique en Afrique :

  • la confrontation de la notion de personne avec celle d'individu, d'une part ;

  • les discriminations socio-économiques que la distinction anthropologique précédente (entre « personne » et « individu ») provoque dans les pratiques de soins, d'autre part.

La notion de « personne » versus la notion « d'individu »9

  • 9  Voir Dieterlen (1981) et Marie (1997)

27Ces deux notions correspondent à une des principales épreuves éthiques du praticien en Afrique. La personne correspond à un statut social, à une place dans une fratrie, à un positionnement familial, socioprofessionnel et même à un cadre cosmologique, etc. Cet aspect s'impose dans la relation thérapeutique, au moins dans le rapport du patient aux structures de soins, et dans celle de la majorité des professionnels de la santé face aux usagers de l'hôpital. Or l'éthique universelle à laquelle le médecin africain adhère postule un rapport empathique au malade qui reste un individu que l'on doit traiter avec le même soin que n'importe quel autre, en tous les cas au-delà de sa position sur l'échiquier social. Le médecin et la médecine sont difficilement dissociables de la société dans laquelle ils baignent. De ce fait, il est fréquent que la « sélection » sociale qui amène le patient vers le soignant soit accomplie avant même le début du « colloque singulier » entre les deux acteurs, à cause des mécanismes et des habitus sociaux intériorisés par les intermédiaires. L'individu que doit soulager le médecin est théoriquement « impersonnel ». Pour autant, l'épaisseur relationnelle au sein de laquelle le praticien remplit sa fonction n'est jamais un espace vide. Il dépend justement de la conception que se font les deux interlocuteurs (soignant et soigné) du statut de chacun.

28Entre les deux notions « d'individu » et de « personne » se jouent les tensions, les tractations, les ambivalences et les dissonances liées au contexte socio-économique, culturel et politique. Ces zones floues sont parfois présentées sous ou sur le mode de la « culture » (donc acceptées) alors qu'elles représentent des situations qui ne laissent jamais le médecin complètement indifférent : cadeaux, présents, remerciements ostentatoires, etc. C'est face à ces tenants d'une norme éthique qui le dépassent et le transcendent que le médecin se positionne. Qu'il accepte ou refuse des offrandes qui sortent du cadre légal de l'exercice de sa fonction, le médecin sait à tout moment qu'il navigue dans des zones d'ombre que celles-ci l'honorent ou altèrent sa propre conception de la morale.

29Le médecin en Afrique, comme d'autres professionnels, joue avec une combinatoire composée de « normes écrites » et « normes pratiques ». « Tout système connaît donc des incertitudes, mais aucune ne contraint l'organisation de manière mécanique. Toutes rentrent dans le jeu des acteurs dont elles renforcent ou diminuent l'autonomie et par là le pouvoir. » (Bernoux, 1985 : 149).

30La paupérisation des populations africaines en général et l'accélération de la marginalisation économique des citadins en particulier mettent en évidence la confrontation du dénuement du continent face à des exigences éthiques internationales et locales.

Une éthique internationale face à un continent éprouvé

31Nous prendrons ici deux exemples pour essayer de montrer comment les débats internationaux sur des questions éthiques rencontrent des dynamiques particulières au niveau socioculturel, politique et économique. Le premier cas est relatif aux risques de transmission au VIH de la mère à l'enfant (TME). La deuxième illustration concerne la question de l'accès aux antirétroviraux sur le continent africain. Dans les deux cas, les organisations internationales et les organisations non gouvernementales du Nord œuvrent ou veulent œuvrer dans le sens de l'universalité, de la protection, du respect et de la préservation de la santé et de la vie. Dans les deux cas aussi, des variables culturelles, économiques et politiques permettent de voir des ressources culturelles oubliées ou des limites sociales avérées. L'anthropologie de l'éthique appelle une éthique de l'anthropologie de la santé. L'anthropologue québécois Raymond Massé précise :

« Ce qui devrait concerner les anthropologues, c'est moins la valeur absolue des principes éthiques que les mécanismes par lesquels les individus d'un groupe y adhèrent, volontairement ou non. (…) A une éthique du respect de l'autre soucieuse d'endiguer les excès de l'interventionnisme, à une éthique de la réciprocité qui enjoint l'anthropologue de faire profiter les populations étudiées des résultats de la recherche, l'anthropologie doit aussi concilier une éthique de l'imputabilité qui rend le chercheur responsable des conséquences du non-interventionnisme » (2000 : 29).

La question de la transmission mère-enfant (TME)

  • 10  La transmission mère-enfant en Afrique subsaharienne passe par l'allaitement dans un à deux tiers (...)

32L'ethnologie des pratiques d'allaitement chez les Peuls du Séno décrit depuis plusieurs générations des alternatives au lait maternel dans des circonstances diverses qui préexistent à la pandémie du sida. De fait, le recours culturel au lait animal (chèvre, vache) dans le cas de pathologies ou d'absence de lait propose une piste pour des solutions au dilemme sanitaire représenté par l'opposition lait maternel/lait artificiel10.

33Les conventions internationales optent dans le cas de la prévention de la TME au choix du « moindre risque » par l'adoption de choix standardisés par l'allaitement au sein. Nous sommes ici en face d'un exemple flagrant où une ressource culturelle multiséculaire et spécifique pourrait être ignorée au point d'induire des risques que les pratiques locales permettaient déjà d'annihiler. (Querre, 2000)

La problématique de l'accès des populations africaines aux antirétroviraux (ARV)

34Elle est symptomatique d'une question inverse face à l'éthique. Les mobilisations collectives et internationales construites par des ONG du Nord ont induit en l'an 2000 de profondes modifications sur les prix de ces médicaments. Les laboratoires pharmaceutiques ont été amenés à revoir leurs prix à la baisse tandis que les laboratoires produisant des médicaments génériques bénéficient de nouvelles parts de marché dans le champ économique du sida en Afrique. Il est remarquable ici de constater que face à une question éthique d'une telle dimension, que ce soit les sociétés civiles du Nord qui aient manifesté les exigences les plus radicales en faveur des populations africaines, à l'exception du Sénégal et de l'Ouganda. Le fait que 17,5 millions d'Africains soient décédés du sida depuis le début de la pandémie n'a pas entraîné une connexion suffisamment vive des sociétés civiles et politiques africaines avec les instances internationales, privées et publiques, en faveur de l'égalité face aux thérapeutiques disponibles (Eboko, 2001).

35Dans ces deux cas, il est question de confronter l'exigence éthique universelle à l'aspiration d'une éthique localisée qui reste dans la même dynamique radicale du respect intangible de la vie et de l'individu. Celui-ci passe par la reconnaissance de la culture et par la mise en exergue des limites du traitement de cette notion. Beaucoup de problèmes économiques se cachent sous des labels culturels autant que beaucoup de ressources culturelles sont niées pour des motifs de précarité économique. L'éthique nous oblige donc en Afrique comme ailleurs à considérer que rien ne peut se comprendre sans la culture mais la culture à elle seule n'explique jamais rien. Le dessein de cette démarche est de concilier les deux entités qui font simultanément la démocratie et l'éthique : la combinaison de l'unité et de la diversité (Touraine, 1996).

Haut de page

Bibliographie

Bader J.-P., « Dons d'organes. Oui à l'accord préalable », in Santé Magazine. numéro 150, juin 1933.

Bernard J., La bioéthique, Flammarion, Paris, 1994.

Bernoux Ph., La sociologie des organisations, Editions du Seuil, 1985.

Biya P., Pour le libéralisme communautaire, Ed. Favre/ABC,
Paris/Lausanne.

Charte des personnels de la Santé, publiée par le Conseil Pontifical pour la pastorale des Services de la Santé, Cité du Vatican, 1995.

Desclaux A. et Taverne B., dirs. Allaitement et VIH en Afrique de l'Ouest, Karthala, Paris, 2000.

Dieterlen G., dir. La notion de personne en Afrique Noire (1973), Editions du CNRS, Paris, 1981.

Eboko F., « Edito Millénium : Déboires et espoirs de la santé à l'entrée du troisième millénaire » Face A Face. Regards sur la santé, n° 3, en ligne : : http://faceaface.revues.org

Elong Ngono S., Éléments pratiques de médecine légale et expertise médicale, LOREP, 1983.

Fassin D., Pouvoir et maladie en Afrique, P.U.F., Paris, 1992.

Fouda B.-J., « Personnalité africaine et émergence technique et
industrielle », in La culture africaine symposium d'Alger (21 juillet - 1er août 1969), SNED, Alger 1969, pp. 363-366.

Fox R., « La génétique en perspective sociale », in Rapport du colloque sur la recherche médicale, santé, société.

Hottois G. Deux réactions bioéthiques au nihilisme : H. Jonas et H.T. Engelardt, Broch. Journées Internationales de la Bioéthiques, Yaoundé, janvier 1995.

Kant E., Fondements de la métaphysique des mœurs, 1785, P.U.F, Paris, Edition de 1962.

Lalande André, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, P.U.F. (13e édition), Paris, 1980.

Marie A., L'Afrique des individus, Karthala, 1997.

Massé R., 2000, « Les limites d'une approche essentialiste des ethnoéthiques. Pour un relativisme éthique critique. », Anthropologie et Sociétés, 24, 2 : 13-33.

Nyerere J. K., Liberté et socialisme, Ed. Clé, Yaoundé, 1971
Socialisme, démocratie et unité africaine, Trad. Jean Mfoulou, Présence Africaine, Paris, 1970.

Querre M., « La voie du lait. Sens et signification des pratiques autour de l'allaitement chez les Peuls du Séno », in Desclaux A. et Taverne B., Allaitement et VIH en Afrique de l'Ouest, Karthala, Paris, 2000, pp. 189-216.

Senghor L.-S., Liberté 2 Nation et voie africaine du socialisme, Seuil, Paris, 1971.

Salk J., Métamorphose biologique. La biologie au service de l'évolution humaine, Tendances Actuelles, 611, Pais, 1975.

Touraine A., Qu'est-ce que la démocratie ?, Fayard, Paris, 1994.

Verspieren P.(Textes réunis par), Biologie, médecine et éthique. Le Centrion, Paris, 1997.

Warnier J.-P., La mondialisation de la culture, La Découverte, Paris, 1999.

Haut de page

Notes

1  L'expression du Pape Jean Paul II, in Charte des personnels de la Santé, Cité du Vatican, 1995 " Ministre de la vie, le professionnel de la santé est ministre de ce Dieu qui dans l'Écriture est présenté comme " ami de la vie "(Sg. 11, 26). Servir la vie c'est servir Dieu en l'homme : c'est être " collaborateur de Dieu " en redonnant la santé au corps malade " (pp. 13-14).

2  E. Kant, Fondements de la métaphysique des mœurs, PUF, Paris éd. 1962, (" 1. Agis de telle sorte que la maxime de ta volonté puisse toujours valoir en même temps comme un principe d'une législation universelle. 2- Agis toujours de manière à traiter l'humanité aussi bien dans ta propre personne que dans celles des autres comme une fin et jamais comme un simple moyen. 3- Agis de telle sorte que ta volonté puisse se considérer comme pesant par les maximes des lois universelles " p 88).

3  " La morale, c'est-à-dire l'ensemble des prescriptions admises à une époque et dans une société déterminée, l'effort pour se conformer à ces prescriptions, l'exhortation à les suivre… La science qui prend pour objet immédiat le jugement d'appréciation sur les actes qualifiés bons ou mauvais, c'est ce que nous proposons d'appeler Éthique. En effet, quelques hypothèses qu'on adopte sur l'origine et la nature des principes de la morale, il n'est pas douteux que les jugements de valeur portant sur la conduite sont des faits réels, dont il y a lieu de déterminer les caractères, et que la conduite ne peut être substituée à l'étude directe de ceux-ci, puisque la conduite des hommes n'est pas toujours conforme à leurs propres jugements sur la valeur des actes ". (André Lalande, Vocabulaire Technique et Critique de la Philosophie, PUF, 13e édition, Paris, 1980, p. 306.

4  Voir Jean Bernard, La bioéthique, Flammarion, Paris, 1994. " On trouve au Comité consultatif national l'éthique celui qui croit au ciel, celui qui n'y croit pas. De très profondes différences séparent spiritualistes et matérialistes. Sans parler de ceux qui gouvernent au Centre. En dépit de ces divergences, l'accord s'est fait aisément autour d'une tâche précise : réfléchir de manière approfondie aux enjeux moraux de la recherche biologique et médicale afin qu'en ses progrès soient respectés tout homme et tout l'homme ". (p. 80).

5  " Le Pape unit volontiers sa voix à celle de tous les médecins ayant une conscience droite et il fait sienne leurs requêtes fondamentaux : avant tout, voir reconnue la nature la plus intime de leur noble profession qui veut qu'ils soient des serviteurs de la vie et jamais des instruments de mort " (Jean Paul II, déclaration prononcée le 28 décembre 1978 devant l'Association des médecins catholiques d'Italie, in Biologie, Médecine et Éthique. Textes réunis par Patrick Verspieren, le Centrion, Paris, 1987, p. 145). A titre documentaire, on peut aussi rappeler cette argumentation impressionnante de l'épiscopat français : " Il n'y a pas d'œuvre de mort qui soit une réussite, un bien ou un bonheur. Quelle qu'en soit la victime, quel qu'en soit l'agent, quel qu'en soit le motif, quel qu'en soit le procédé. Tout avortement provoqué implique un échec, un mal et un malheur. S'il est exact que l'avortement met à profit certaines découvertes récentes de la science et de la technique, il serait dérisoire de prétendre qu'il consacre notre maîtrise de la vie. Il accuse, au contraire, les limites actuelles du savoir et du pouvoir de la médecine et en constitue la rançon dramatique " (Déclaration sur l'avortement, par le Conseil Permanent de l'Episcopat Français, en juin 1993, in Biologie médecine et éthique, op. cit. p. 106).

6  " A partir de 1846, les chirurgiens utilisent l'anesthésie par l'éther sulfurique. Ils mettent ensuite en pratique l'antiseptique, préconisé par Joseph Lister (entre 1867 et 1871), et l'asepsie, par Louis Pasteur (1886). La chirurgie en est révolutionnée, Claude Bernard met au point la méthode expérimentale cependant que des dizaines de médecins de grand talent perfectionnent la clinique. La connaissance du vivant se diversifie de tous côtés. D'antiques institutions - la faculté de médecine, l'hôpital - sont réorganisées. De là résulte une pratique biomédicale qui n'a plus rien à voir avec les pratiques de santé des Européens du xviiie siècle. Ses succès spectaculaires assurent son adoption partout dans le monde. Elle entre en concurrence avec les médecines vernaculaires, celles du guérisseur, du chaman ou du rebouteux de village. De facto, la biomédecine véhicule des choix culturels, car elle touche à des enjeux de première importance : la vie, la mort, la souffrance, les pratiques concernant le corps… (Source : Didier Fassin, 1992)".

7  G. Hottois, Deux réactions bioéthiques au nihilisme : H. Jonas et H.T. Engelhardt, broch., Journées Internationales de Bioéthique, Yaoundé, 1995, p. 1

8  C'est l'ailleurs de la préoccupation au sujet de ces menaces qu'est née en 1995 au Cameroun, la Cameroon Bioethics Society (CBS), laquelle a organisé en janvier 1995, à Yaoundé, ses premières Journée Internationales de Bioéthique (JIB95), sur le thème "Exploration de la Culture de la vie du monde africain" Des " explorateurs " se sont effectivement penchés sur la manière dont les africains cultivent la vie, depuis les mythologies les plus anciennes - Isis et Osiris - jusqu'aux rites traditionnels les plus " récents " telles les cérémonies d'initiation. La victoire permanente de la vie sur la mort, le refus des techniques pernicieuses de la mort, corrélatif de l'affirmation de la vie, tel pourrait être le leitmotiv de ce symposium où, éthique comparée oblige, la vision occidentale du monde a donné lieu à des débats, à des échanges et à des prises de position parfois difficiles, mais toujours enrichissants à la fin. Les thèmes suivants ont été abordés : - la protection de la vie par l'éducation : le cadre des cérémonies et rites d'initiation de la jeunesse ; - la protection de la vie par l'interdit ; - bioéthique et pensée africaine ; - conception et pratiques du respect de la vie dans le droit coutumier au Cameroun ; - le cadre des rituels de protection de la personne dans la médecine traditionnelle du Cameroun.

9  Voir Dieterlen (1981) et Marie (1997)

10  La transmission mère-enfant en Afrique subsaharienne passe par l'allaitement dans un à deux tiers des cas. Il peut être réduit, mais pas annulé par l'éviction du colostrum ou la réduction de la durée de l'allaitement. Or l'utilisation de substituts au lait maternel induit d'autres risques comme des infections ou la malnutrition (Desclaux, 2000).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Aurélien Sosso et Fred Eboko, « L'éthique médicale comparée. Universalité et africanité », Face à face [En ligne], 4 | 2002, mis en ligne le 01 juillet 2002, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://faceaface.revues.org/496

Haut de page

Auteurs

Maurice Aurélien Sosso

Professeur agrégé de médecine, Vice-Recteur de l'Université de Yaoundé I (Cameroun)

Fred Eboko

Socio-politologue. Coordinateur de Face A Face, SSD UMR 5036 Bordeaux 2 et Centre d'Etude d'Afrique Noire. Institut d'Etudes Politiques de Bordeaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org