Navigation – Plan du site
Chroniques

Michael Pollak (1948-1992) : une fulgurance

Fred Eboko

Texte intégral

1Passeur précoce, prodige et prolixe, auteur érudit et acteur engagé, Michael Pollak justifie tous ces qualificatifs. Mort à 43 ans, M. Pollak laisse une œuvre riche, variée et dense qui permet de mesurer le caractère exceptionnel de son activité scientifique. Sociologue et historien, Pollak s'est placé à de multiples carrefours qu'il a éclairés et à la confluence de plusieurs sciences sociales (histoire, sociologie, économie). Entre le moment où le jeune étudiant arrive en France en 1971, en provenance de son Autriche natale, et sa disparition en juin 1992 à Paris, il aura nourri trois grandes interfaces, trois tensions que François Bédarida a résumées avec talent dans la préface d 'Une identité blessée (1993), l'ouvrage posthume de Pollak.

« Ce qui, chez Michael Pollak, fait le prix et l'originalité de la démarche du sociologue-historien, c'est sa capacité à maîtriser une triple dialectique. D'abord, à la suite de Norbert Elias, la dialectique "involvement/detachment", c'est-à-dire le couple implication personnelle/distanciation critique, engagement/objectivité. (.)

Deuxième tension dialectique que Michael Pollak a eue à gérer à travers toute sa carrière scientifique : la dualité approche empirique/ambition de théorisation. (.)

Troisième jointure intellectuelle : la dialectique du savoir et de l'action, ou si l'on préfère, l'articulation entre la connaissance scientifique et le champ socio-politique. (.)

Au total, l'épicentre dans cette quête intellectuelle a bien été la recherche, l'identité. (.)

Son rôle historique dans le champ intellectuel à lui qui avait le privilège de maîtriser trois cultures - la germanique, la française et l'anglo-saxonne - peut se résumer en un mot : il a été un médiateur (.). C'est peut-être autour de l'étude du sida qu'il a le plus rempli cette fonction pionnière de médiateur, faisant communiquer les pouvoirs publics, le milieu de la recherche bio-médicale, le monde des sociologues et les groupes organisés d'homosexuels. Oui, l'œuvre de Michael Pollak se définit avant tout comme celle d'un passeur, un passeur qui a patiemment et savamment construit d'audacieuses passerelles, entre cultures, entre champs scientifiques, entre chercheurs, dans un esprit d'humilité et de service, jusqu'au jour où c'est lui-même qui a dû passer sur l'autre rive. » (Bédarida, 1993 : 9-11)

« Les homosexuels et le sida » : une innovation sociologique

2Pollak va marquer notamment la lutte contre le sida en France, en étant l'initiateur d'une réflexion sociologique empirique sur le sida, à partir du cas des homosexuels. En étudiant le thème des homosexuels face au sida, dès la fin des années quatre-vingt, M. Pollak va remettre au goût du jour le « structuralisme critique ». L'assignation identitaire, puis les répertoires de l'action politique dans les communautés « gais », vont être des angles d'approche qui permettront à Pollak de révéler aux lecteurs non avertis les lignes de démarcation faisant des « homosexuels » une construction sociale composite. Celle-ci épouse les frontières de la stratification sociale « classique » : ouvriers/cadres moyens et professions artistiques/cadres supérieurs et responsables politiques.

3L'engagement de Pollak, ses connaissances empiriques du terrain ne le feront pas déroger à la rigueur distanciée qui ressort de toutes ses démonstrations.

4En 1989, il écrivait :

« Le sida met en relation la majorité de la population peu ou pas exposée au virus, à des groupes qui le sont fortement. (.) Ceci place les responsables de santé publique dans une situation d'impasse de "double contrainte" sociale, en analogie avec les situations de " double contrainte " étudiées par la psychiatrie sociale. Maladie sexuellement transmissible au taux de diffusion épidémique, le sida contraint les responsables de santé publique à communiquer sur ce sujet ; or cette communication est rendue compliquée par la diffusion concentrée de la maladie dans des groupes marginalisés. Le sida met en relation des minorités déjà touchées par la maladie et une majorité encore intouchée, mais potentiellement à risque ; le message préventif s'en trouve affecté. Voulant s'adresser simultanément à la majorité non exposée et aux minorités exposées, le message tend à prendre une structure réflexive négative. Par conséquent, il donne souvent l'impression de nier ce qu'il affirme et d'affirmer ce qu'il nie ». (Pollak, 1993 : 272-273)

5Il fait remarquer que, suivant l'appartenance sociale, le milieu géographique (rural/urbain), l'orientation sexuelle se vit et s'assume de manière plurielle. L'exposition au risque est de fait inféodée, à cette époque, à des réseaux, à des appartenances et des pratiques socio-sexuelles. Du ghetto urbain de la « classe moyenne » régie par une proximité et une forte intensité relationnelle, à la dispersion et aux contraintes normatives des milieux ruraux, le sida a d'abord frappé les franges les plus libres des espaces gais. C'est aussi cette « homosociabilité » vécue et assumée qui a créé, soutenu et marqué la lutte « civile » et civique contre le sida. La marque de P. Bourdieu est très perceptible dans cette analyse sociologique qui en fait la force mais aussi la falsifiabilité, donc la scientificité. En effet, l'habitus (ensemble de dispositions durables acquises, qui s'incarnent en manières d'être et de faire), comporte à la fois la force et les faiblesses du raisonnement bourdieusien. Dans le cas des homosexuels face au sida, Pollak dressait les frontières sociologiques du champ de l'homosociabilté et, de fait, d'une vulnérabilité différentielle suivant le degré d'acceptation personnelle de l'orientation sexuelle. Or comme celle-ci variait suivant la catégorie et le statut de l'individu, au début de l'épidémie, l'auteur nous explique pourquoi ce sont les « classes moyennes supérieures » qui vont être les plus touchées par l'infortune de l'infection à VIH. Comme pour tous les raisonnements par « classe », la société française résiste de plus en plus à ces segmentations formelles. Ainsi les « frontières" sociologiques que présente clairement Pollak (ouvriers/« classes moyennes »/« classes dominantes » ; rural/urbain) ne sont vraiment nettes que dans leurs extrêmes. L'isolement et les pesanteurs normatives que peuvent ressentir les homosexuels en milieu rural d'une part, le contrôle social qui peut contraindre l'homme politique médiatisé à « cacher » son homosexualité d'autre part, confirment les thèses de Pollak. En revanche, ceux que Pollak range sous le label de « classes moyennes urbaines » relèvent d'une appartenance très composite. Ce qui les lie, que ce soit dans « le ghetto » ou la fréquentation des lieux de sociabilité homophiles des grandes villes, c'est moins leurs statuts sociaux que leur orientation socio-sexuelle. Le minimum du pouvoir d'achat qui permet la fréquentation de ces espaces ne garantit pas l'appartenance à une catégorie sociale commune, au sens PCS (Professions et Catégories Sociales). Ce potentiel consumériste urbain réunit des individus aux origines sociales variées, sans que l'on puisse réellement affirmer, par exemple, que le barman et le journaliste font tous les deux parties des « classes moyennes ».

De Bourdieu à Pollak

6Les proscriptions identitaires et la stigmatisation subies par les homosexuels semblent être des contraintes qui relativisent l'habitus de classe. La réalité décrite par Pollak dépasse le paradigme bourdieusien. En effet, plus que des « agents » inféodés à la « doxa » (l'opinion publique) chère à Bourdieu, Pollak montre comment se sont construits des « sujets », même s'il n'utilise pas ce terme. Oui, M. Pollak met en exergue des individus créateurs d'eux-mêmes, initiateurs de changements et de mouvements sociaux dans la lutte contre le sida. C'est peut-être cette nuance réflexive que Pollak a minimisée dans son raisonnement, même si c'est par ailleurs une des préoccupations majeures de son œuvre. L'appartenance à toute minorité et, a fortiori, la « militance » accentue cette nuance qui relativise la « lutte des classes » post-marxiste que l'on retrouve en filigrane dans l'œuvre de Pollak et, avant lui, dans celle de Bourdieu. C'est bien pour cela que les emprunts de Pollak aux études sur les minorités ethniques aux États-Unis sont fécondes, par ailleurs. De la même manière, ses réflexions sur les « gais » sont de nature à éclairer les travaux sur ces mêmes minorités ethniques.

7Pour autant, l'éclectisme scientifique, l'engagement et la sensibilité de Pollak l'ont aussi conduit à étudier de manière approfondie, une autre forme « d'identités en situation extrême. »

« Très marqué par la mémoire de la seconde guerre mondiale, [M. Pollak] en a cherché des clefs tant dans l'analyse de la contribution apportée par l'anthropologie et le droit dans une reconstitution minutieuse des itinéraires de vie de femmes déportées à Auschwitz : travail d'où il a tiré, en 1990, son beau livre L'Expérience concentrationnaire. » (Bédaria 1993 :6)

8Comme toutes les ouvres fondamentales, celle de Pollak doit être reçue comme un héritage critique. Sa rigueur et le sens de l'anticipation sociologique posent les jalons de la teneur de cette « transmission ». C'est à ce titre que « les héritiers » de Pollak - les chercheurs confirmés et en devenir, les acteurs sociaux - doivent sans doute se nourrir de ses travaux comme d'une mémoire blessée ; de celles dont l'esprit s'inspire pour mieux l'actualiser. Ses recherches polyphoniques, la bibliographie proprement titanesque qu'il laisse et les pistes nombreuses qu'il a dessinées contrastent avec la brièveté de sa vie.

9L'hommage que lui a rendu un collectif de chercheurs, en rassemblant certains de ses travaux capitaux dépasse le cadre des conventions posthumes. Une identité blessée marie les contours de l'action de Pollak et la transmission des savoirs et de la connaissance. Aux commissures de l'intime et du public, de l'érudition et de la sensibilité, des blessures personnelles et celles de notre époque, Pollak semble nous avoir laissé le fruit d'un dépassement, la conjuration de nos failles privées et sociales, le sens de nos défaillances contemporaines et, enfin, la mesure d'une « identité blessée ».

" À travers le drame personnel qu'il a été bientôt amené à vivre, puisque c'est l'époque où il se découvre séropositif, ce thème majeur et ultime de recherche [le sida] le conduit à se révéler davantage à lui-même aussi bien sur le plan intellectuel que sur le plan humain. (.) il a toujours voulu apporter le réconfort de sa lumineuse intelligence en même temps que de sa générosité sans limites (.) ". (Bédaria, 1993 : 11)

10Ayant puisé, à la source d'un accordéon d'identités difficiles, le cours de ses profondes inspirations, de son engagement scientifique et humain, Michael Pollak restera un symbole rare de cohérence, une étoile filante qui n'a pas fini de déchirer les nuages de nos certitudes : une fulgurance.

Haut de page

Bibliographie

Bédarida F., Préface à Pollak M., Une identité blessée. Études de sociologie et d'histoire, Paris : Métailié, 1993 : 9-11.

Pollak M., Une identité blessée. Etudes de sociologie et d'histoire, Paris : Métailié, 1992.

Pollak M., L'Expérience concentrationnaire. Essai sur le maintien de l'identité sociale, Paris : Métailié, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fred Eboko, « Michael Pollak (1948-1992) : une fulgurance », Face à face [En ligne], 1 | 1999, mis en ligne le 02 novembre 2009, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://faceaface.revues.org/481

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org