Navigation – Plan du site
Dossier

Capacité reproductive et itinéraires génésiques chez les femmes de Bouaké, Côte d'Ivoire

Chrystelle Grenier-Torres

Texte intégral

1Le contrôle de la capacité reproductive de la femme soulève de nombreux enjeux et la possible réappropriation de cette capacité par la femme crée certaines tensions. Les attentes ou les idéaux de vie des femmes s'opposent parfois à des exigences de la part des familles et/ou du conjoint. Cela donne lieu à divers types de négociations entre des acteurs différents. Cet article présente une réflexion sur les enjeux mis en branle autour du pouvoir de négociation de la capacité reproductive de la femme, à partir de l'exemple de Bouaké.

2Bouaké est situé dans le Centre-Nord de la Côte d'Ivoire. En 1996, cette ville comptait 615 710 habitants. C'est la deuxième ville du pays. 47 % de la population de Bouaké est âgée de mois de quinze ans. Deux ethnies y sont numériquement prédominantes : les baoulés et les malinkés. Une forte population étrangère réside à Bouaké : 35 % de ses habitants sont de nationalités étrangères, principalement des maliens, des burkinabés et des guinéens. La ville dispose de structures sanitaires relativement importantes par rapport à certaines autres villes. En ce qui concerne la santé de la reproduction, il y existe trois centres de protection maternelle et infantile (PMI), cinq maternités, un centre de planning familial (l'AIBEF) et un service de gynécologie et de pédiatrie au CHU. Dans le secteur privé, cliniques et cabinets privés proposent de nombreux services.

3Dans un premier temps, nous présenterons les attitudes et les conduites en matière de procréation qui peuvent faire l'objet de remises en cause, mais aussi de perpétuations de certains itinéraires génésiques chez les femmes de Bouaké. Par itinéraire génésique, nous entendons les différentes étapes et facteurs qui constituent l'histoire de vie liée à la procréation, d'une femme. Dans un deuxième temps, nous exposerons différentes modalités de négociations de la capacité reproductive au sein desquelles la femme peut se retrouver. Enfin nous montrerons à travers un exemple, comment différents facteurs peuvent déterminer leur capacité à décider de leur itinéraire génésique.

Changements et perpétuations de formes d'itinéraires génésiques

4La baisse de la fécondité en Afrique est réelle. Cette tendance est encore plus manifeste en milieu urbain. La fécondité africaine possède à l'heure actuelle deux caractéristiques communes notables : le recul de l'âge au mariage et le maintien d'une contraception d'espacement plutôt que l'émergence d'une contraception d'arrêt. Cette dernière est caractéristique d'un modèle africain de fécondité (Locoh et Makdessi, 1995 : 1-4).

5La Côte d'Ivoire connaît une diminution sensible de la fécondité avec des différences entre milieu urbain et rural, entre les régions. Le taux de fécondité le plus bas est noté à Abidjan (Benefo, Schultz, 1994 : 103). L'indice synthétique de fécondité est de 5,10 enfants en milieu urbain et 7,18 enfants en milieu rural (Abbas, 1991).

6Au-delà d'une tendance générale au maintien d'une forte fécondité, des différences existent entre les groupes sociaux qui composent la société ivoirienne. Certaines variables individuelles pèsent sur le niveau de fécondité. Ainsi, le niveau d'instruction, surtout lorsqu'il atteint le niveau secondaire, est associé à un déclin significatif de la fécondité. Quant aux idéaux de fécondité, ils varient selon l'âge des femmes. Pour les femmes qui ont entre 15-19 ans, il est de 4,7 enfants, pour celles qui ont entre 30-34 ans, il est de 5,9 et enfin de 7,3 pour celles qui ont entre 40-44 ans (Population Council, 1996).

7L'étude des déterminants de la fécondité révèle des différences entre les femmes selon des caractéristiques socio-économiques. C'est le cas de l'âge médian à la première naissance. Cet âge est de 18,8 ans pour les femmes de 25-49 ans. Il varie selon le milieu rural (18,7 ans) et le milieu urbain (19 ans) (Population Council, 1996). Le niveau d'éducation de la femme joue un rôle important puisque plus le niveau est élevé, plus l'âge à la première naissance est élevé : pour les femmes de niveau secondaire, il est de 20,2 ans et de 18,1 ans pour celles de niveau primaire.

  • 1  Ces données sont issues d'une étude réalisée à Bouakéville entre octobre et novembre 1998 sur 49 f (...)

8Cette présentation de données démographiques permet de mieux situer nos données1 et le contexte sur lequel se fonde notre réflexion.

9Certaines jeunes femmes, que nous avons rencontrées, se posent, à travers leurs conduites, leurs attitudes et leurs attentes, en rupture avec celles de leurs aînées. Dans le même temps, d'autres vivent des itinéraires génésiques semblables aux femmes des générations précédentes et partagent les mêmes attitudes. Les changements qui ont cours ne se font pas brusquement mais sont issus d'arrangements entre des valeurs et des conduites anciennes et des aspirations plus actuelles. Des femmes vivent dans des situations où leurs aspirations individuelles ne peuvent prendre forme du fait de contraintes extérieures qu'elles soient d'ordre économique, social ou culturel.

10Les jeunes femmes (entre 15- 19 ans), qui sont en ville depuis plus de deux ans et celles qui y ont toujours résidé vivent des formes d'union différentes de celles de leurs aînées. Contrairement à ces dernières, elles débutent en général leur vie sexuelle en dehors du mariage. Odile Frank souligne que l'âge médian au premier rapport sexuel précède celui au mariage d'une ou plusieurs années (Franck, 1992 : 229-238). L'appréhension et la gestion de la sexualité tendent à être sensiblement différentes. Georges Balandier notait cette évolution à partir de son étude à Brazzaville, à la suite du sociologue Roger Bastide à qui il a emprunté l'expression de « sexualité libidineuse » au détriment de la « sexualité socialisée » (Balandier, 1957 : 35). A la fonction procréatrice désignée par les institutions tend donc à se substituer une fonction plus individualisée de la sexualité. L'exposition au risque de grossesse se fait dans des formes d'unions différentes et les femmes recourent plus souvent et plus facilement à des méthodes contraceptives. Parmi les femmes rencontrées, les dix qui avaient entre 49 et 59 ans ont toutes eu entre 10 et 12 enfants à l'exception d'une atteinte d'infécondité primaire. Elles ont eu leur première grossesse vers 15-16 ans et généralement dans l'année qui a suivi leur mariage.

11Certaines jeunes femmes ont des itinéraires génésiques semblables à leurs aînées. Cela concerne surtout celles qui vivent depuis peu en milieu urbain ou celles qui ont gardé de très forts contacts avec le milieu villageois. Ces dernières se marient plus jeunes que les citadines et ont généralement leur premier enfant plus tôt que les autres. La connaissance de la planification familiale est moindre chez ces femmes et, de ce fait, le contrôle de leur capacité reproductive est plus faible que celles qui utilisent une méthode contraceptive moderne.

12Ce type de femme est dans une situation où le contrôle social en matière de fécondité, de la communauté s'exerce beaucoup plus fortement que ce que nous retrouvons en ville.

13À côté de ces cas, émergent des jeunes femmes qui manifestent une rupture d'attitudes et de pratiques par rapport à leurs aînées de 49-59 ans. Il y a chez elles, si ce n'est l'avènement d'un projet de vie génésique bien spécifique, des refus, des idéaux et des attentes qui nous permettent d'esquisser l'orientation du projet génésique, souvent englobé dans un profil de vie plus général. Certaines s'inscrivent en décalage total entre leur désir et l'autonomie dont elles disposent pour réaliser celui-ci, autant du point de vue financier que social. Le cas de Gisèle illustre cette tendance.

14Gisèle fait partie de ces jeunes femmes qui remettent en question certains aspects du rapport de la femme à la procréation. Gisèle a 16 ans, lycéenne, a toujours vécu à Bouaké. Elle y vit avec son père qui subvient à ses besoins. Elle n'a pas d'enfant et elle n'a pas trop envie d'en faire mais son idéal de fécondité serait d'avoir deux enfants plus tard. Elle mettra des enfants au monde si elle a les moyens financiers de les élever. Elle ne croit pas qu'une femme qui a des enfants est plus respectée qu'une autre qui n'en a pas. Pour elle, ce respect est accordé aux femmes qui ont gagné une autonomie financière. Aussi elle se pose, dans un premier temps, comme extérieure aux pressions sociales qui pourraient l'obliger à faire des enfants et, plus généralement, la conduire à subir des choix qui ne sont pas les siens. « C'est pas un problème parce que je si je dois faire quelque chose de ma vie, qui je pense est meilleure, qui je pense est la meilleure pour moi, vraiment je vais pas m'occuper quoi parce qu'il n'y a pas de pression. »

15Dans le domaine de la contraception, Gisèle utilise des préservatifs pour éviter les grossesses et les MST. Le planning familial signifie pour elle « planifier le nombre de naissances et espacer les naissances ». Elle souligne l'aspect économique que revêt l'éducation d'un enfant et insiste sur la réussite qu'elle veut pour le sien. « Oui c'est important parce qu'il faut que mon enfant ait un avenir ! Ca c'est clair ! Il faut qu'il dépende de lui-même ». Ici l'enfant est pensé comme un sujet qui aura un avenir propre, et non plus seulement comme le membre d'une famille qui permettrait de perpétuer celle-ci et qui serait au service de la parentèle. A l'importance accordée à l'avenir de la famille se substitue celui de l'enfant et ce phénomène met en exergue un enjeu et un préalable majeurs : l'acquisition de moyens financiers.

16Chez Gisèle, nous pouvons parler de projet de vie génésique au sens où elle projette dans l'avenir ce qu'elle voudrait que soit sa vie génésique.

17Malgré la négation de l'influence des pressions extérieures, le fait d'être stérile lui poserait un problème car elle dénonce le regard que les Africains posent sur les femmes sans enfant.

« Si je suis stérile et que je n'ai pas les moyens de m'occuper des enfants, ça me ferait quand même mal parce que en Afrique ici quand tu es stérile, on te dit tout de suite que tu es sorcière, que tu es malheureuse, que tu es... tu vois c'est par rapport... quand une femme est stérile, ça lui fait mal, c'est par rapport à ce que pensent les autres qu'elle est malheureuse, c'est tout. Moi je pense que si je suis stérile, c'est la volonté de Dieu. »

18Le processus de stigmatisation est très puissant et souvent le malaise de la femme naît de l'interaction aux autres et pas seulement de l'affection proprement dite. En effet, la stérilité donne lieu à des accusations de toutes sortes et généralement la femme est désignée comme principale responsable.

19A la reconnaissance d'un désordre biologique (la stérilité), se greffe une même explication en terme de volonté divine. Ce type d'interprétation est très présent chez les femmes plus âgées. Nous assistons alors à des combinaisons de représentations potentiellement paradoxales. Des conduites, des croyances et des attitudes se mélangent et se contredisent en même temps, chez un même individu.

20Gisèle critique et refuse la conduite de certains hommes mariés à des femmes sans enfant qui prennent une deuxième épouse. Elle se pose en rupture avec cette pratique. Elle ne veut pas situer le problème au niveau de la famille élargie ni en termes de perpétuation de la lignée. Elle localise celui- ci au sein du couple et met en jeu les sentiments entre les deux conjoints. Elle extériorise le problème du cercle de la famille élargie pour le replacer au sein du couple.

« Oui y en a (des hommes) qui peuvent laisser tomber ou prendre une deuxième femme. Une deuxième femme parce que la première est stérile, ça c'est pas facile à supporter. Il faudrait que ces mentalités changent parce que une femme que tu aimes et tu prends d'abord tu te rends compte par la suite qu'elle est stérile et tu te décides à prendre une autre femme, c'est pas bien.

Itinéraires génésiques et rapports sociaux

21Il s'agit ici de mettre l'accent sur les rapports sociaux au sein desquels se construisent des itinéraires génésiques. Pour ce faire nous analyserons les données recueillies concernant les conduites en matière de planification et la verbalisation des désirs de grossesse ou des problèmes de santé de reproduction. Le but étant de montrer comment s'opèrent les négociations entre les différents acteurs sociaux autour de la procréation et de mettre en évidence l'identité de ces acteurs qui interagissent.

22Pour argumenter notre propos, nous avons choisi de présenter le cas de Béatrice qui connaît des difficultés pour avoir une grossesse.

23Béatrice a 34 ans. Titulaire d'un doctorat, elle jouit d'une autonomie financière. Mariée depuis trois ans, elle ne voudrait avoir que trois enfants car elle veut leur donner toutes les chances de réussir leur vie et notamment d'accéder à un niveau de vie supérieur au sien. Elle ne sait pas combien son mari veut d'enfants. Il a déjà un enfant, né d'une relation antérieure. Béatrice depuis quelques années est suivie par un médecin- accoucheur, elle a subi une opération et son médecin lui conseille le recours à la procréation médicalement assistée (PMA). Elle en a parlé à son mari mais ce dernier ne manifeste pas un enthousiasme particulier pour cette méthode. Béatrice vit d'autant plus mal cette situation que son mari est entré en conflit avec la mère de son enfant pour récupérer celui-ci. Pour Béatrice cela confirme un très fort désir chez celui-ci d'avoir un enfant à lui et donc révèle le manque qu'il ressent au sein de leur couple du fait de l'absence d'un enfant.

24Béatrice parle spontanément de la pression des parents de son mari.

« Mais la pression vient plutôt de ses parents à lui et en fait cette pression des parents qui l'a amené lui évidemment à faire pression sur moi dans ce sens là. Sinon tout seul, il était le premier quand on vivait ensemble ici, que je faisais des déprimes et tout, il était le premier à dire : un enfant, un enfant d'accord mais on vit très bien sans enfant et puis bon si tu as un enfant, tu en as un mais si tu n'en as pas, c'est pas la fin du monde.

25Béatrice a refusé de suivre un traitement thérapeutique « traditionnel » proposé par l'intermédiaire des parents de son mari. Son refus a entraîné une dégradation des liens avec les beaux-parents.

26Ici nous notons une différence dans les itinéraires thérapeutiques choisis chez les beaux-parents et Béatrice. La jeune femme s'inscrit dans un processus de rupture par rapport à des pratiques thérapeutiques choisies par les parents. Refus qu'elle justifie par son appartenance religieuse (catholique) et son « esprit cartésien » Son attitude indique un repli au niveau de la femme et du couple en ce qui concerne la décision de la solution adoptée pour résoudre le problème.

27A écouter Béatrice, nous nous éloignons ici de la conception de la venue de l'enfant pour renforcer la lignée, pour s'occuper des parents quand ils seront plus vieux. La notion de recherche d'épanouissement du couple à travers la conception d'un enfant semble novatrice aux yeux des autres raisons énoncées précédemment à la venue d'un enfant. La pression se fait également sentir à travers l'entourage auprès de Béatrice, son mari et les parents respectifs. Ce sont des réflexions banales mais qui inscrivent le couple dans une situation stigmatisée et stigmatisante ; la situation de couple sans enfant.

« Je pense aussi que ils doivent aussi tenir compte de ce que les gens racontent parce que vous savez... moi à un moment j'étais agacée parce que après un an à chaque fois que je rencontrais une amie, enfin pas une amie, une tante ou une amie à la famille. Alors qu'est-ce que tu attends, alors ! »

28Pour Béatrice, les problèmes qui peuvent être liés à la santé de la reproduction doivent rester une affaire de couple. Elle dénonce les conduites des gens qui se mêlent de ce qui appartient, selon elle, à la sphère privée. Elle explique la réaction des gens du fait du décalage entre un changement des conduites et la persistance d'une mentalité qui consiste à attendre qu'une femme fasse un enfant rapidement après son mariage.

29Elle s'est sentie obligée de rappeler à son mari qu'elle l'avait informé de ses problèmes gynécologiques et qu'il n'était pas obligé de l'épouser. Elle replace le problème dans la sphère du couple et rejette les influences de ce qu'elle appelle « l'opinion publique »

« Il faut prendre ses responsabilités parce que l'opinion publique c'est pas ça qui gère votre foyer non plus. Ou bien vous le savez et vous vous dîtes. Elle ne peut pas en avoir mais je n'en fais pas une maladie ou alors vous dîtes, je la prends comme ça, si ça marche tant mieux, si ça marche pas tant pis. « Voilà je lui ai dit qu'il fallait qu'il sache ce qu'il veut faire parce que demain je ne voudrais pas qu'on dise que je me suis faîte épouser alors que je savais que j'avais un problème parce que je pense quand même que je ne suis pas à ça près.

30Béatrice en expliquant qu'elle avait prévenu son mari de ses problèmes avant le mariage montre qu'elle a connaissance de l'importance de faire un enfant pour un homme en Côte d'Ivoire.

31A travers le cas de Béatrice, nous voyons que la pression peut s'exercer au sein de différentes interactions ; homme/femme, femme/famille, femme/entourage, couple/entourage, couple/famille. Les enjeux sont différents au sein de ces interactions qui se focalisent autour d'une question lancinante : la capacité reproductive de la femme. Cette question génère des tensions multiples car les acteurs qui sont impliqués dans ce problème ou qui s'y impliquent ne partagent pas les mêmes référents en matière par exemple de recours thérapeutique (famille du mari/femme), en matière de positionnement du problème (entourage/couple), en matière de représentation de l'itinéraire génésique de la femme (société/femme), en matière du rôle de la femme par rapport à son mari (homme/entourage). Béatrice tend à vouloir circonscrire le problème à son couple et le régler à la manière dont elle l'entend. En revanche, la famille et l'entourage tendent à poser le problème au-delà de la sphère du couple.

32À côté des jeunes femmes comme Béatrice, existent d'autres cas où les femmes, même si elles pensent avoir atteint ce qu'elles considèrent comme leur idéal de fécondité, doivent continuer à faire des enfants. Cela concerne majoritairement des femmes qui n'ont pas ou ont une faible autonomie matérielle et financière. Celles-ci généralement subissent la volonté d'un conjoint ou de la famille au nom de la pérennité de la lignée. Dans ces circonstances, la capacité reproductive de la femme est sollicitée au détriment de ses propres aspirations en matière d'itinéraire génésique. Le problème de l'utilisation de cette capacité n'est pas circonscrite à la femme, ni au couple et fait l'objet d'une appropriation au niveau de la famille plus élargie. Famille qui peut parfois créer des tensions au sein du « couple »en faisant pression sur la femme ou sur l'homme si le vécu génésique du couple ne va pas dans le sens des attentes familiales.

Situations de vie et capacité de la femme à négocier son itinéraire génésique

33La capacité des femmes à négocier la manière dont elles désirent que se déroule leur vie génésique varie selon le type de situation de vie dans laquelle la femme évolue. Plusieurs variables semblent déterminantes dans la constitution de cet itinéraire. Mais c'est plus la combinaison de ces variables selon des formes particulières qui déterminent les différents types d'itinéraires génésiques. Le cas de Frédérique montre comment peuvent se définir ces itinéraires.

34Nous avons écrit précédemment que certaines femmes se retrouvaient dans des situations qui ne leur permettaient pas de réaliser leurs attentes, leur idéal de vie. C'est le cas de Frédérique, 27 ans. Elle appartient à l'ethnie baoulé. La jeune femme a quitté le système éducatif en classe de troisième et travaille en tant qu'employée vacataire dans les télécommunications. Elle a deux enfants dont le premier est né alors qu'elle avait 17 ans. Suite au décès précoce de ses parents, Frédérique a dû se marier à 17 ans car elle ne disposait plus d'aucune ressource financière et matérielle pour vivre. Elle a accepté d'épouser un homme de vingt ans son aîné qui lui proposait de la prendre en charge financièrement. Une des conditions était qu'elle lui fasse un enfant. En échange, elle avait obtenu la promesse qu'il financerait ses études. Un des rêves de Frédérique était d'acquérir des diplômes pour avoir un bon métier et devenir autonome financièrement. Elle aurait voulu avoir un foyer stable avec quatre enfants. Elle rejetait l'idée de faire des enfants avec des pères différents. Frédérique a quitté son mari car il refusait de continuer à lui payer l'école et exigeait d'elle un deuxième enfant.

« Première question tu m'as dit que tu avais deux enfants. Tu avais envie de deux enfants ou ça c'est fait comme ça. »

« Non c'est pas parce que j'avais envie de faire deux enfants. J'ai rencontré beaucoup de problèmes dans ma vie. Après la mort disons de mes parents paternels, ma maman m'a laissée très petite quand j'avais 2 ans. Elle m'a laissée à mon papa. Quand je partais en sixième mon père est décédé. Son grand frère qui me scolarisait lui aussi est décédé dans la même année donc il n'y avait plus personne pour s'occuper de moi. Le papa de mon fils c'est quelqu'un qui était âgé. J'ai pas connu un jeune de mon âge et lui il est un peu mûr donc il va s'occuper de moi, tout ça là. Bon je lui ai exposé mon problème donc il a dit : “Bon y a pas de problème”. Bon quand j'ai eu mon premier fils il a demandé... il voulait même plus s'occuper de moi ; J'ai dit : “Si moi c'est comme ça, moi je vais partir parce que moi je vais pas m'asseoir là et puis faire des enfants, sans rien faire.” »

35Frédérique s'est rendue à Bingerville car elle avait trouvé un emploi ponctuel grâce à des tantes. Elle a rencontré son deuxième mari qu'elle a accepté en tant que tel d'une part sous la pression de ses tantes et d'autre part car elle ne disposait pas de moyens financiers pour subvenir à ses besoins. Son second mari voulait absolument un enfant et elle en a donc eu un deuxième. Frédérique a quitté celui-ci car elle jugeait que la situation était invivable d'une part parce qu'il avait des maîtresses et puis parce qu'il refusait de lui payer sa formation. Actuellement elle est employée vacataire et gagne un peu d'argent. Son premier enfant vit chez des parents à elle et son père subvient à ses besoins financiers. Le deuxième vit avec son père.

36Le cas de Frédérique est caractéristique de celle des femmes qui sont dans des situations d'autonomie matérielle et financière nulle. La précarité qu'elles vivent les amène à accepter des situations qu'elles jugent inconfortables. Dans ces cas le décalage devient considérable entre les attentes, les espoirs de ces femmes et ce qu'elles vivent dans la réalité. La capacité reproductive de la femme peut devenir dans ces situations une monnaie d'échange à sa survie. De fait, ce n'est pas la femme qui « balise » on itinéraire de vie génésique mais bien plus les contraintes extérieures, notamment d'ordre économique, à travers l'expression de volonté d'autres personnes qui détiennent, elles des ressources nécessaires à la survie de ces femmes.

37À côté des exemples comme celui de Frédérique, d'autres femmes disposent d'une plus grande capacité à vivre l'itinéraire génésique souhaité car elles sont dans une situation de vie qui leur confère la liberté de décider. Ce sont généralement des femmes qui disposent d'une autonomie matérielle et financière grâce à leur activité professionnelle ou à l'aide de leurs parents. Ainsi, elles n'ont pas à considérer leur capacité reproductive comme un moyen de survie. Elles vivent en général leur relation amoureuse sur un mode plus ludique que celles qui sont dans le besoin et peuvent rompre leur relation sans vraiment se mettre dans une situation de précarité économique et sociale. Elles ont une plus grande liberté pour refuser ce qui ne leur convient pas, pour essayer de réaliser leurs projets de vie.

38Les itinéraires de vie génésique des femmes sont multiples, ainsi que les modalités de négociations au sein desquels ils se construisent. Le contrôle de la capacité reproductive des femmes reste un enjeu important et cela se perçoit à travers les tensions auxquelles sont confrontées les femmes. Elles ne sont pas toutes dans les mêmes situations de vie et donc ont des aptitudes différentes à décider de ce qu'est ou de ce que sera leur vie génésique. Cet article est une piste de réflexion qui veut souligner l'importance de prendre en compte les différents facteurs qui déterminent les itinéraires génésiques des femmes tels que leur autonomie financière et matérielle mais aussi des particularités qui sont liées à la culture et au type d'organisation des rapports sociaux.

Haut de page

Bibliographie

Abbas, le recensement de la population, 1988 : ISF 15-49 ans, 1991.

Balandier G., Afrique ambigüe, Terre Humaine/Poche, Paris : ed. Pocket, 1957.

Benefo K.D., Schultz T.P. Determinants of fertility and child mortality in Côte d'Ivoire and Ghana in Living Standards Measurement Study, Working Paper, Washington, 1994.

Frank O., L'âge au mariage et les politiques de fécondité : le cas de l'Afrique. Les modes de régulation de la reproduction humaine. Incidences sur la fécondité et la santé. Colloque International de l'A.I.D.E.L.F. à Delphes, 6-10 octobre 1992, PUF, Paris, 1994 : 229-238.

Locoh T. et Makdessi Y., « Baisse de la fécondité : la fin de l'exception africaine » In La chronique du CEPED, Paris, 1 995.

Population Council, Macro International Inc., Côte d'Ivoire: Results from the demographic and health survey in Study in Family Planning, 1996 10;27 : 285-289.

Haut de page

Notes

1  Ces données sont issues d'une étude réalisée à Bouakéville entre octobre et novembre 1998 sur 49 femmes âgées de 15 à 56 ans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chrystelle Grenier-Torres, « Capacité reproductive et itinéraires génésiques chez les femmes de Bouaké, Côte d'Ivoire », Face à face [En ligne], 1 | 1999, mis en ligne le 01 septembre 1999, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://faceaface.revues.org/476

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org