Navigation – Plan du site
Chroniques

Contribution à l'étude du stress post-traumatique : le cas de la Colombie

Victoria Arias

Notes de la rédaction

Ce texte a été retravaillé par nos soins, à partir d'un article adressé par l'auteur.

Texte intégral

1Cette contribution, adressée par Victoria Arias, Doyenne de la faculté de psychologie de Bucaramgua en Colombie est en premier lieu un témoignage d'une situation violente, peu décrite.

« C'est un SOS pour que le monde sache ce qu'il se passe en Amérique du Sud ».

2C'est aussi dans une volonté d'interaction que nous le présentons, afin de permettre une éventuelle réflexion commune à propos des études et des stratégies thérapeutiques dans ce type de circonstances.

« Offrir une attention au patient améliore sa santé, mais nous ne connaissons pas d'étude qui suive précisément les résultats des traitements appliqués aux victimes du stress traumatique (tout au moins en Colombie). »

3La Colombie souffre depuis plus de 50 ans d'une situation de violence politique qui a provoqué des troubles de santé mentaux dans la population victime de cette guerre, non déclarée par les acteurs du conflit armé. En effet, aucune étude n'a été faite à ce sujet. Les seules données accessibles sont celles d'organisations qui aident les personnes déplacées, les journaux et les rapports des Nations-Unies. La population civile est en effet en proie à des assauts, des enlèvements, des prises d'otages, des assassinats, qui la traumatisent.

4Ce conflit armé en Colombie a pris une dimension encore plus grande ces dernières années (1990-2002), avec de fortes conséquences économiques et psychosociales.
La peur générée par ces évènements a profondément influencé le développement individuel, social et économique du pays. Les personnes qui ont été victimes des situations de violence dans les villages ou dans les grandes villes, présentent un affaiblissement de leur santé mentale qui se manifeste par des troubles du comportement : dépression, anxiété, abus d'alcool, phobies sociales, dissociations de la personnalité, angoisses, changements d'activités neurophysiologiques, stress aigu post-traumatique et chronique.

5Les résultats de l'étude menée par notre université montrent que 46% des personnes sont déplacées par des groupes paramilitaires et 24 % par les guérillas de gauche (FARC-ELN). Parmi celles-ci, 41.49% présentent des symptômes de stress post-traumatique. Les événements déclencheurs les plus fréquents sont les menaces de mort, les mines antipersonnelles, les massacres et les attaques des villages.

6Les quelques données accessibles soulignent que la première cause de mortalité pour les 15-40 ans est l'assassinat avec violence, puis viennent en 4ème et 5ème position le cancer et des problèmes cardiaques. 2,7 millions de personnes sont atteintes de troubles de santé mentale, dans un contexte où 20% de la population est au chômage, provoquant des suicides de familles entières. Concernant les adolescents, l'enquête Nationale sur la Santé en Colombie (2002) montre que les femmes déplacées par la guerre subissent particulièrement les conséquences de ces violences. En effet, une adolescente sur 3 (déplacées), âgées de 13 à 19 ans, est mère célibataire. La plupart du temps, l'enfant est le résultat d'un viol. Ce taux surpasse la moyenne nationale qui est de 1 sur 5. Sur 100 femmes déplacées, 23 d'entre elles ont eu un enfant au moins et 7 sont enceintes.

7L'abus sexuel est très fréquent en Colombie et son exploitation permet souvent aux familles de survivre. A Bucaramanga des adolescentes se prostituent pour un demi dollar avec la permission des parents.

8L'analyse des conséquences de cette violence est ainsi devenue une priorité des professionnels de la santé mentale, afin de trouver des stratégies de traitements et d'encadrements thérapeutiques des victimes de la violence en Colombie. L'année 2002 a été marquée par la prise de conscience des travailleurs en santé mentale en Colombie, de la nécessité de décrire scientifiquement les effets psychologiques de la situation de « guerre » sur la population affectée.

9Ainsi, la Faculté de Psychologie de l'Université Autonoma de Bucaramanga, s'est proposée d'étudier dans la région de Santander, cinquième province de la Colombie, les effets du déplacement forcé, la présence ou l'absence de symptômes associés au stress post-traumatique, par genre, âge, état civil et niveau scolaire. L'instrument utilisé est l'échelle du Trauma Davidson qui mesure 5 facteurs de stress dans la population affectée. L'échantillon fut recueilli au cours de l'année 2 001, parmi la population aidée par la Croix Rouge. Actuellement le test a été appliqué à 350 personnes des deux genres, entre 30 et 50 ans, et qui possèdent une éducation primaire. La population ciblée pour cette étude, - les personnes déplacées - a été désignée par l'organisation non gouvernementale CODHES en 2002.

10Le phénomène du déplacement en Colombie est un problème national de grande envergure: chaque jour entre 500 et 1.000 personnes sont déplacées violemment. Les chiffres peuvent changer selon les sources, mais, dernièrement, lors de la Rencontre sur le Déplacement à Bogota, en octobre 2002, le rapport publié par le Bureau du Haut Commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR en français/ ACNUR), parle de 2.7 millions de déplacés. Le 4 Janvier 2003, un déplacement massif des paysans de la Province d'Antioquia a encore eu lieu, déclenché par des combats entre les paramilitaires et la guerrilla qui veulent s'approprier les terres de cette population. 180 assassinats ont eu lieu le mois dernier et la population. Parmi ces personnes déplacées, la population autochtone représente 8% alors qu'au niveau national, ils ne sont que 2% de la population. Quant aux populations Afro-Colombiennes, elles représentent 11% des populations déplacées.

11Ces populations déplacées sont ainsi contraintes à abandonner leurs terres, et réorganiser leur vie dans les grandes villes. Ceci étant particulièrement complexe, elles sont généralement exposées à la misère, à la maladie et finalement à la délinquance afin de survivre dans un environnement qui ne les accepte pas. La réponse émotionnelle commune à tous (71.43%) est l'angoisse, la panique et la terreur pendant et après l'événement traumatique. Leurs souvenirs tournent autour des pertes matérielles et humaines auxquelles s'ajoutent les mauvaises conditions socio-économiques quand ils arrivent dans les grandes villes, sans toit, sans travail ni famille. L'intensité des souvenirs dépend non seulement de l'événement, mais aussi de la manière dont la personne l'intègre au niveau des aires cérébrales réceptrices.

12Toutes les provinces colombiennes recueillent des gens qui fuient les violences des campagnes. La moitié de ces personnes est constituée de femmes et d'enfants.

13Il faut reconnaître les efforts humanitaires fait par le gouvernement, mais les services de prévention et de protection sont loin d'être efficaces. De plus, les démarches pour être reconnu comme « déplacé » sont difficiles, les déplacés ne connaissant pas leurs droits. Jusqu'à ce jour, ce problème n'a pas été déclaré comme un problème de santé publique par l'Etat.

14Analyser les conséquences du déplacement forcé et violent sur les individus est un processus complexe, d'autant plus lorsque les conditions adéquates à l'amélioration de la santé mentale de ces victimes ne peuvent être offertes. Actuellement le traitement des victimes de cette violence est interdisciplinaire : les psychologues, les travailleurs sociaux, les médecins et les avocats travaillent ensemble, afin d'assurer une prise en charge globale. La Maison de la Justice de Bucaramanga reçoit les personnes déplacées, où elles sont écoutées et logées provisoirement. Psychologues, travailleurs sociaux, avocats et éducateurs établissent des programmes d'encadrement soit en groupes soit individuels, selon les cas. C'est dans l'optique d'optimiser ces recherches et processus thérapeutiques, que nous souhaiterions recevoir des informations sur d'autres recherches menées sur ces problématiques.

Haut de page

Bibliographie

Alejo, E. (2001). Estudio Epidemiológico del Trastorno por Estrés Postraumático en Población Desplazada por la Violencia Política en el Area Metropolitana del Municipio de Bucaramanga. Proyecto de COLCIENCIAS. Universidad Autónoma de Bucaramanga : Facultad de Psucología.

Bello, M. (1999). Las Familias Desplazadas por la Violencia. UIS : Revista del Dpto de Trabajo Social.

Davidson, J. (1991). Posttraumatic Stress Disorder in the comunity. Psychol. Med. Pag. 110-112.

DSM IV (1994). Manual Diagnóstico y Estadístico de los Trastornos Mentales. Barcelona : Masson.

Yabur, O. (2002). Estudio del estrés postraumático en población desplazada. Trabajo de Grado, Facultad de Psicología : UNAB.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victoria Arias, « Contribution à l'étude du stress post-traumatique : le cas de la Colombie », Face à face [En ligne], 5 | 2003, mis en ligne le 01 mars 2003, consulté le 21 août 2017. URL : http://faceaface.revues.org/435

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org