Navigation – Plan du site
Dossier

Le « fantôme dans l'inconscient », raté de la vie psychique entre les générations

Pascal Hachet

Texte intégral

1C'est un fait : les mots, les sentiments, les sensations et les gestes des parents ou de leurs substituts éventuels ont un impact, positif comme négatif, sur le psychisme de leurs enfants. Pour rendre compte de ce phénomène, Tisseron (1995) a proposé le terme d'influence transgénérationnelle. Cette influence possède plusieurs caractéristiques. D'abord, elle se manifeste de manière verbale, affective, sensorielle et motrice. Ensuite et surtout, elle est irrépressible et indispensable. En effet, c'est à partir de l'appareil psychique des parents que celui de l'enfant se met en place et s'affine. Pour autant, on aurait tort de penser que l'influence des expériences de vie parentales s'opère sur le mode d'un « déversement » dans la tête de l'enfant. A chaque génération, la vie psychique connaît un mouvement de refonte. « Ce que tu as hérité de tes pères, il te faut l'acquérir pour le posséder » : cette phrase de Goethe tirée du Faust et plusieurs fois citée par Freud illustre bien le fait qu'il ne saurait y avoir de « transmission transgénérationnelle » de la vie psychique sur le mode de la reproduction passive. Certes, il arrive qu'un enfant adopte une attitude mentale ou comportementale que l'on retrouve chez une personne de son entourage. Mais il s'agit alors d'un phénomène d'identification consciente. Par exemple, un enfant reprend à son compte une agressivité verbalisée ou agie dont il a fait l'objet de la part d'un adulte, car l'attitude de ce dernier fonctionne pour lui comme un repère.

2Exposé aux influences transgénérationnelles provenant des personnes qui se penchent sur son berceau puis qui travaillent à l'humaniser au cours de ses premières années d'existence, l'enfant -comme le fait remarquer Nachin (1993)- effectue donc un travail d'appropriation complexe et pour l'essentiel inconscient. Il travaille à « digérer » ces influences pour en tirer le meilleur parti possible. Là où les choses se compliquent, c'est que dans ce travail d'acquisition progressive du legs mental des parents, l'enfant, en vertu de l'amour qu'il porte à ces derniers et surtout de la situation de dépendance affective et motrice dans laquelle il se trouve initialement vis-à-vis d'eux, n'est pas en mesure d'effectuer un tri parmi les influences auxquelles son psychisme est réceptif. Il est contraint d'essayer de faire siennes non seulement les influences qui l'aident à se construire mentalement, mais aussi celles qui contrarient, parfois gravement -jusqu'à la maladie mentale-, son développement. Pour qu'une influence transgénérationnelle aide un enfant, il faut que les parents -ou ceux qui en tiennent lieu- aient pu un tant soit peu « digérer » l'ensemble de leurs expériences de vie. Ce n'est pas le cas lorsque les parents ont été traumatisés par des expériences douloureuses et parfois honteuses, donnant alors lieu à d'oppressants secrets de famille. Pesant d'un poids important et durable sur la capacité à sentir, à penser et à agir de ces personnes, ces traumatismes créent des influences transgénérationnelles marquées du sceau de la contradiction, qui n'aident donc pas l'enfant à développer et à nommer de manière adéquate ses propres émotions et pensées. Tel parent sera perpétuellement accablé sans dire un mot de son effondrement affectif. Tel autre réagira par de la colère lorsque certains mots seront prononcés par l'enfant ou par une autre personne. Tel autre imposera à son enfant de ne pas le juger et de ne pas exprimer certaines émotions, comme rire ou pleurer. Voilà quelques exemples de distorsion dans la communication parents-enfant dont pères et mères peuvent être les auteurs sous l'influence de leurs propres drames de vie irrésolus, dont ils souhaitent avant toute chose ne pas se souvenir mais dont les effets psychopathogènes les travaillent quoi qu'ils fassent.

3Placé devant ce qui lui échappe dans le comportement de ses parents, l'enfant n'a pas la ressource psychique de prendre de la distance ou de faire preuve d'indifférence, d'autant plus qu'il perçoit souvent que la « bizarrerie » parentale a pour origine une souffrance secrète. En raison de l'attachement qu'il nourrit pour eux et du besoin vital qu'il a de leur amour et de leurs soins, l'enfant est, au cours de ses premières années, naturellement attentif à la santé psychique de ses parents. Pour dire les choses plus précisément, chaque enfant a l'espoir de guérir ses parents de leurs tourments afin de s'assurer en retour de leur amour et de leur aide indéfectible.

4Dans la plupart des cas, la tendance à vouloir être un enfant-thérapeute décroît avec l'âge, car l'émergence puis l'affirmation du désir sexuel poussent l'individu sur la voie de ses propres intérêts et déclenche un long travail par lequel il se détache de ses images parentales. Ayant pu tirer le meilleur de l'influence des expériences de vie de ses parents telles qu'ils les lui ont donné à penser et ressentir, il peut se détacher de l'image qu'il s'est faite d'eux et concevoir et réaliser ses propres projets.

5Or ce grandissement, qui va de pair avec une autonomie très progressive vis-à-vis des parents, est plus ou moins altéré lorsque l'aspiration -normale mais fondamentale- de l'enfant à comprendre et à soigner ses parents pour s'assurer de leur sollicitude et de leur affection rencontre l'influence de traumatismes psychiques sévères qui ont frappé ces derniers, et que l'enfant perçoit tant à travers les mots qu'ils mettent ou ne mettent pas autour de leur douleur qu'à travers -bien plus souvent- leurs émotions et leur comportement. La tendance à être un enfant thérapeute de ses parents est alors hyperstimulée et surtout gauchie. Elle devient pathologique et chronique. Se dressant comme autant d'énigmes effrayantes pour l'enfant, les manifestations symptomatiques des traumatismes parentaux déforment son fonctionnement psychique. De sorte qu'un enfant soumis à l'influence de drames familiaux non surmontés oeuvrera davantage à rechercher des solutions -mentales ou agies- à la souffrance de ses parents qu'à assimiler et jouir directement de ses propres expériences de vie, par exemple de jeux qu'il partage avec ses frères et sœurs et ses camarades d'âge.

6Dans le détail, certains enfants sont sensibilisés à l'existence d'un drame familial quand ils surprennent des bribes de confidences ou « tiquent » sur des mots que leurs parents prononcent en étant visiblement très mal à l'aise. Ils se servent alors des sonorités de ces mots -dont ils ne connaissent pas toujours le sens en raison de leur jeune âge- pour fabriquer un symptôme « parlant », qui dans tous les cas s'avère être une façon de venir en aide à leurs parents en faisant preuve d'empathie vis-à-vis de ce qui les accable. Ainsi Françoise Dolto (1985, 1988) raconte comment elle a pu guérir un garçonnet d'une étrange phobie des angles en apprenant que quelques années plus tôt, durant la Seconde guerre mondiale, ses parents avaient pris le risque de cacher deux aviateurs anglais et de contacter la Résistance pour permettre aux fugitifs de rentrer au pays.

7Mais quand les parents ne disent absolument rien sur ce qui les ronge, l'enfant n'a d'autre ressource que d'approcher l'événement correspondant à travers leurs émotions, leurs sensations et leurs goûts. Puis il ébauche une solution utilisant la même voie symptomatique. Cela peut conduire souvent à une prise de risques addictive (Hachet, 2000, 2001), notamment au moment de l'adolescence, où les passages à l'acte itératifs et débridés sont alors une façon agie de questionner les zones d'ombre familiales en théâtralisant les squelettes dans le placard. Dans d'autres cas, le travail de fantôme est de nature psychopathique.

8Ce fut le cas de mon patient « L'homme aux cimetières », dont j'ai présenté l'observation détaillée dans deux études (1995,1996) que j'ai consacrées aux liens entre l'héroïnomanie et les secrets de famille. Enfant, Frédéric se sentait contraint d'essayer de soigner les dépressions de sa mère et de sa grand-mère maternelle, dues à la mort en déportation de deux grands-oncles aimés (comme il l'apprit bien plus tard, une fois adolescent), et a aidé sa mère à élever ses deux sœurs cadettes. Ce patient, âgé de 35 ans et toxicomane aux opiacés quand je l'ai reçu, était donc porteur d'un fantôme en première génération et en lignée maternelle. Frédéric souffrait depuis longtemps d'une phobie du contact de la peau (à laquelle il prêtait une « odeur de décomposition ») avec les endeuillées, dont il « flairait » ainsi la souffrance sur un mode sensori-affectivo-moteur. Sur la base de cette perception étrange mais au fond juste, il évitait le drame familial originaire en affichant une dissemblance d'avec les disparus : il se parfumait abondamment et travaillait dans l'industrie cosmétique. Surtout, il opérait des actes psychopathiques à visée résolutive du problème de ses ascendantes, puisqu'il ne pouvait pas s'empêcher de « dépouiller » -au sens d'agressions physiques blessantes- d'autres jeunes gens, tout comme ses grands-oncles furent « dépouillés » par les nazis (peau lésée par les coups et peut-être arrachée pour servir à la confection d'abat-jours ; c'est du moins le discours que l'on a pu tenir à la famille du patient). Le recours addictif de Frédéric aux opiacés -qui ont un effet sédatif et gomment artificiellement son impulsivité et son sentiment de coupure intrapsychique- a essentiellement pour but de tenter d'échapper à cette psychopathie, grave (car il pense avoir mortellement blessées deux de ses victimes) et particulièrement déroutante aux yeux de ce sujet par ailleurs intelligent et socialement bien inséré. Il a fallu trois années de psychothérapie pour que ce jeune adulte comprenne que son comportement psychopathique parfois criminel -irrépressible et source de honte a posteriori (il se comparaît à Hyde et Jekyll)- était une manière inconsciente et anachronique d'apporter une solution vengeresse à la tristesse persistante, à laquelle il fut surexposé dès l'enfance, de ses parentes endeuillées par la mort en déportation d'aïeux aimés, et surtout pour que cesse cette impulsivité psychopathique. Au terme de nos rencontres, le travail psychothérapique sur les fondements transgénérationnels de la psychopathie incoercible par laquelle Frédéric agissait sans le savoir ce qui avait été dénié par ses ascendants avait permis de déconstruire la modalité comportementale du « travail de fantôme » correspondant. Au cours d'une visite ponctuelle survenue deux ans plus tard, j'ai observé que ce patient a par la suite présenté une aversion fort éloquente des films où il est question de secrets de famille ; il avait alors réduit significativement sa consommation d'héroïne.

9Je rapprocherai cet exemple clinique des commentaires faits par Alice Miller (1984) à propos de Christiane F., jeune toxicomane et prostituée allemande. Cette adolescente rejetait violemment ses parents et toutes les personnes de leur génération. Elle haïssait en particulier leur silence, qui lui apparaissait à la fois intense et menaçant. En considérant la vie misérable et hautement risquée de Christiane F. dans des squats, la psychologue se souvint des populations qui s'efforçaient de survivre dans les villes rasées par les bombardements alliés. Il semble que la jeune fille -à l'instar de nombreux Allemands de sa génération- ait été inconsciemment écartelée entre le désir de repousser un héritage psychique trop écrasant pour être assumé et le souci d'apporter une solution aux drames familiaux correspondants. La toxicomanie de cette adolescente aurait traduit son rejet actif et « instinctif » de l'influence de secrets familiaux datant du national-socialisme, en débarrassant toxiquement son psychisme de tensions énigmatiques et insupportables. Mais le contexte éminemment risqué de la consommation de drogue par Christiane F. aurait exprimé une allégeance persistante et simultanée -là encore effectuée sous la forme d'une prise de risque active- aux traumatismes occultés, ici littéralement mis en scène. Cet exemple souligne au demeurant l'articulation qui peut exister entre les drames familiaux et les drames de l'Histoire, articulation que j'ai essayé d'approfondir dans une recherche consacrée aux liens entre les traumas sociaux et la formation des mythes (1999).

10Qu'il donne lieu à des symptômes mentaux ou comportementaux, le travail biscornu du psychisme que le sujet embraye sous l'effet d'une influence transgénérationnelle aliénante a reçu en psychanalyse, et par Nicolas Abraham (1978), le nom de « travail d'un fantôme dans l'inconscient ». Si Abraham considérait qu'un « fantôme » psychique se construit sous l'influence du « secret inavouable d'un autre », Nachin (op.cit.) a étendu cette définition au « travail induit dans l'inconscient d'un sujet par sa relation avec un parent ou un objet d'amour important porteur d'un deuil non fait, ou d'un autre traumatisme non surmonté, même en l'absence d'un secret inavouable, avec la réserve qu'un deuil non fait devient par lui-même un secret au fil du temps ».

11Ce qui est dramatique, c'est que le travail d'un fantôme -s'il n'est pas déconstruit lors d'une cure psychanalytique- persiste bien au-delà de l'enfance. Toute la vie durant, s'exerçant du plus profond de l'inconscient, il donne lieu à des symptômes plus ou moins graves que le sujet, souvent coupé de ses souvenirs d'enfance et des émotions correspondantes, ne pourra pas intégrer à son fonctionnement mental. La raison en est que les individus qui, enfants, employèrent une part trop importante de leur énergie à être les thérapeutes de leurs parents s'obstinent inconsciemment, une fois adultes, à poursuivre cette aide, laquelle n'en est d'ailleurs pas une dans ses effets puisqu'elle repose sur un malentendu dans la communication précoce parents-enfant et ne peut donc pas être reconnue comme dans son intention positive par les personnes auxquelles elles s'adressent. Les sujets porteurs d'un « fantôme » développent des symptômes mentaux ou comportementaux qui encombrent leurs désirs et leurs relations d'inhibitions marquées, de terreurs inexplicables, de bizarreries discrètes ou spectaculaires, d'actes incompréhensibles pour eux comme pour leur entourage et d'un sentiment diffus de ne pas s'appartenir, de ne pas être soi-même et au fond de souffrir d'un défaut fondamental.

Haut de page

Bibliographie

ABRAHAM N., TOROK M. L'écorce et le noyau. Paris : Flammarion, 1978.

DOLTO F. Séminaire de psychanalyse d'enfants, tomes II et III. Paris : Le Seuil, 1985 et 1988.

HACHET P. « Cryptes et fantômes en toxicomanie ». In Tisseron S. et al. Le psychisme à l'épreuve des générations. Paris : Dunod, 1995.

HACHET P. Les toxicomanes et leurs secrets. Paris : Les Belles Lettres-Archimbaud, 1996.

HACHET P. Le mensonge indispensable, du trauma social au mythe. Paris : Armand Colin, 1999.

HACHET P. Ces ados qui fument des joints. Paris : Fleurus, 2000.

HACHET P. Ces ados qui jouent les kamikazes. Paris : Fleurus, 2001.

MILLER A. C'est pour ton bien. Paris : Aubier, 1984.

NACHIN C. Les fantômes de l'âme. Paris : L'Harmattan, 1993.

TISSERON S. « La psychanalyse à l'épreuve des générations ». In Tisseron S. et al. Le psychisme à l'épreuve des générations. Paris : Dunod, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Hachet, « Le « fantôme dans l'inconscient », raté de la vie psychique entre les générations », Face à face [En ligne], 5 | 2003, mis en ligne le 01 mars 2003, consulté le 20 août 2017. URL : http://faceaface.revues.org/424

Haut de page

Auteur

Pascal Hachet

Psychologue. Docteur en psychanalyse. Chercheur associé au Centre de Recherches en Psychopathologie et Psychologie Clinique (CRPPC) de l'Université Lyon 2.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org