Navigation – Plan du site
Dossier

Du « corps otage » au « corps mémoire » : les actes d'automutilation en prison chez les usagers de drogues et leurs mises en récits

Fabrice Fernandez

Texte intégral

1L'automutilation semble une pratique peu étudiée en France ou sous-estimée. Sa définition garde encore des contours assez flous. On peut la définir comme « une atteinte portée à l'intégrité du corps pouvant compromettre sa vitalité et son bon fonctionnement sans que cependant elle ait été accomplie dans le but de se donner la mort. » (Bourgoin, Girard, 2000). Cette définition fait déjà appel à l'interprétation, qu'est ce qui permet de déduire qu'un acte d'automutilation n'est pas une tentative de suicide ? En outre, on peut également s'interroger sur son apprentissage. S'il est vrai que, par exemple, les pratiques d'injection, tout comme les pratiques de piercings, peuvent être des voies d'entrées à l'automutilation, comment peut-on alors la distinguer de ces autres pratiques ?

2Sur notre terrain de recherche, nous avons rencontré des usagers drogues injecteurs vivant dans des contextes de précarité (à la rue, dans des squats ou des foyers) toujours à la recherche d'un nouveau palier à atteindre dans l'expérimentation, à l'affût des plus intimes et/ou sensibles endroits du corps pour s'injecter (anus, verge, cou, œil, crâne, etc.). C'est auprès d'eux que nous avons été, tout d'abord, confrontés à des pratiques d'automutilation.

3Dans les locaux des associations qui viennent en aide aux usagers de drogue souvent les plus précaires, les marques d'automutilation se dévoilent sur des mains, des visages, des bras ou encore des poitrines. Ce sont des morsures, des veines tailladées, des avant-bras striés de coupures faites au couteau, des brûlures de cigarettes et des traces de trous de piqûres répétés au même endroit que ne peut expliquer le simple usage de drogue. C'est en discutant avec ces usagers que l'on perçoit le rôle tenu par la prison dans ces pratiques.

  • 1  UDVI : Usagers de drogue par voie intraveineuse.

4A travers les entretiens semi-directifs que nous avons menés (70 entretiens avec des personnes incarcérées, 20 avec des usagers de drogues vivant dans des contextes de précarité, 10 avec ex-usagers de drogues malades du Sida, etc.), ainsi que les enquêtes préalables auprès des UDVI1 vivant à la rue (Fernandez, 2000) et des sortants de prisons (Fernandez, 1999), nous avons analysé comment l'automutilation en prison est le produit de sentiments d'impasses et de dominations où la violence ne peut plus être expulsée hors de soi. Il ne resterait comme ressource pour s'adapter, qu'à détruire un peu de soi pour maintenir une distance raisonnable avec la mort et préserver la vie. En détention, le corps devient alors otage pour obtenir quelques aménagements à la condition de détenu de l'usager de drogue. Mais au sortir de prison, les récits d'automutilation reconstruisent cette mémoire corporelle à partir de l'identité présente. On pourrait dire que ces récits sont l'occasion de donner du sens à une souffrance physique et psychique et de retourner la double stigmatisation dont ils ont été l'objet en prison (celle de « toxicomane » et celle « d'automutilé »).

Traitement des corps et fonctionnement « totalitaire » en milieu carcéral

5On sait que la prison peut jouer différents rôles durant les parcours de vie des usagers de drogues, y compris celui d'un accès aux soins et à un traitement de substitution. C'est aussi souvent le lieu où l'on apprend sa sérologie. Par ailleurs, le passage en prison peut correspondre à une période d'arrêt de consommation parfois nécessaire pour se maintenir en vie.

6Inversement la prison est souvent vécue comme une violence supplémentaire, non seulement vis-à-vis des conditions de détention (surpopulation, infantilisation, etc.), des rapports interindividuels problématiques (stigmatisation du toxicomane) mais aussi du fait de la difficulté d'obtenir des produits et du matériel stérile.

7En détention, la rationalisation médicale se confronte aux logiques propres de l'univers carcéral. L'administration pénitentiaire elle-même se trouve aux prises, d'une part, avec les ajustements qui s'opèrent dans la pratique de la médecine (prescription « contrôlée » de produits de substitution, de calmants, rapport au personnel de surveillance, suivi des usagers à l'extérieur...) et d'autres part, avec les modes de résistances que les individus développent dans leurs pratiques, vis-à-vis des dispositifs qui leur sont proposés.

8L'enjeu que constitue le sens de la peine est alors de saisir comment en prison il est possible de bloquer « le temps biographique d'un individu en le privant de liberté [...] tout en l'incitant à se projeter dans l'avenir à travers une éducation pour la santé » (Bessin, Lechien, Zelem, 1997), c'est-à-dire non seulement de lui permettre d'avoir accès à des soins, des modes et des messages de prévention équivalents à ceux de l'extérieur mais aussi de lui permettre de se réapproprier cette offre, de se responsabiliser vis-à-vis de sa santé. En France, depuis la réforme des soins en milieu pénitentiaire (1994), deux services complémentaires traitent de la santé en prison, les UCSA (Unité de consultations et de soins ambulatoires) qui dépendent des hôpitaux généraux et les SMPR (Service Médico-Psychologiques Régionaux) qui dépendent des hôpitaux psychiatriques). Tout comme à l'extérieur de la prison, la prescription de produits de substitution (buprénorphine, Subutex®) aux usagers de drogue est courante mais contrôlée médicalement. Ainsi la quête de produits de substitution (pour en obtenir un traitement ou pour une augmentation de sa posologie) peut prendre la forme de véritable stratégie individuelle (par exemple obtenir des produits de substitution au marché noir de la prison en plus de sa prescription). Pour comprendre ces stratégies, il est nécessaire de s'intéresser à l'expérience carcérale tel quelle est vécue par les détenus eux-mêmes.

Vécu carcéral et discipline pénitentiaire

9Si le fonctionnement dit « totalitaire » de la prison produit des modifications au niveau identitaire, l'identité « souillée » par l'enfermement carcéral nécessite de nouvelles formes de gestion qui passent par une modification comportementale que tous les détenus ne sont pas à même de mettre en place, voire que certains refusent catégoriquement, par le biais des « adaptations secondaires désintégrantes », c'est-à-dire des conduites comme le suicide qui visent un renversement de l'ordre propre à l'institution (Goffman, 1968 : 256).

10Le sens de la peine est encore souvent vécu par les détenus eux-mêmes, au moins au niveau des représentations, comme une punition des corps, une privation de sexualité et de plaisirs. Les détenus se sentent souvent privés de tout pouvoir sur eux-mêmes et sur leur corps. Même si rappelons le, tel n'est pas le but de l'administration pénitentiaire, qui se fixe d'autres objectifs et notamment la réinsertion, la formation, le maintien des liens familiaux, la culture ou encore l'éducation.

11Si la discipline carcérale n'a pas aujourd'hui pour objectif une emprise totale sur les corps et les esprits, on peut considérer son objectif principal comme celui d'un simple « maintien de l'ordre ; c'est-à-dire dépourvu de contenu, ne pouvant s'apprécier qu'avec des critères de pure opportunité et d'efficacité immédiate et certainement pas en terme de changement des individus à moyen ou à long terme » (Faugeron, Chauvenet, Combessie, 1996 : 36).

12Cependant nos recherches tendent à montrer que la prison est encore vécue comme dépossession du pouvoir sur soi, son corps et sa santé. Or l'administration pénitentiaire ne peut assumer ce paradoxe, la peine de prison n'est que la privation de liberté et rien de plus. La mise en danger de son propre corps, par le détenu, doit aussi être interprétée comme un moyen d'interpeller la médecine pénitentiaire mais aussi l'administration et le personnel des prisons dans son ensemble.

Le corps otage : mise en scène de la souffrance et accès aux soins en détention

  • 2  Dans certaines prisons où nous avons effectué nos recherches plus de 60% des détenus étaient de na (...)
  • 3  Sur 1149 détenus (en moyenne sur l'année) l'UCSA (Unités de Consultations et de Soins Ambulatoires (...)

13Il apparaît que l'accès aux soins en détention est toujours fonction des nécessités et des impératifs du travail des surveillants, ce qui augmente d'autant le climat de méfiance et de suspicion autour du bon vouloir des gardiens de prison. La prison a du mal à répondre à une des exigences qu'elle s'est fixée, à savoir un accès aux soins égal à celui de l'ensemble de la population. Par ailleurs, l'accès aux moyens de prévention reste, en prison, bien en deçà de ce qui est proposé à l'ensemble de la population (par exemple, pas d'accès aux seringues stériles). En outre, la sortie de prison est souvent l'occasion de surdosages, d'overdoses. Ce que les politiques sanitaires nomment « des pratiques à risques » perdurent en prison (certains UDVI affirment avoir vu ou avoir eux-mêmes pratiqué l'injection en prison avec des seringues usagées ou bricolées), des surdoses sont aussi fréquemment déclarées (par accumulation de produits de substitution délivrés par des médecins et d'autres produits ou drogues obtenus illégalement) ainsi que des détournements d'usage de médicaments (sniffés). Tout cela montre la difficulté d'un accompagnement médicalisé des usagers de drogues en prison. Durant les entretiens que nous avons menés, certains détenus injecteurs interrogés ne comprennent pas la cohérence de leur traitement de substitution ou la quantité de médicaments psychotropes qui leur sont parfois prescrits, pas plus que celle de leur peine de prison. Ils se sentent dépossédés du rapport individualisé qu'ils avaient établi avec leurs corps, notamment à travers la pratique de l'injection. La plupart d'entre eux semblent vivre la prison sur le mode de la violence et de la domination sociale, comme une totalité qui cherche à les écarter du jeu social, les paupérise, reproduisant ou amplifiant les inégalités sociales de l'extérieur et leur renvoyant le stigmate de l'étranger2. Les services médicaux et psychiatriques sont souvent perçus comme faisant partie de ce système de domination et d'exclusion. Le médicament est très souvent considéré comme un véritable « outil d'asservissement »3.

14Si on retrouve aussi ces discours à l'extérieur de la prison, ils forment un ensemble de connaissances collectives, entretenus par les échanges des usagers de drogues sur leurs expériences individuelles, constituant en cela une véritable mémoire collective. Mais cette mémoire collective, (largement entretenue par les détenus multirécidivistes) est aussi composée par les pratiques des détenus. Parmi lesquelles les tentatives de suicides et les actes d'automutilation jouent une fonction particulière.

Suicides et actes auto-aggressifs : des modes d'adaptations secondaires différenciés

  • 4  En 2000, 370 gestes auto ou hétéro-agressifs ont été pris en charge par l'UCSA de la M.A de la San (...)

15En prison, le sentiment de domination et d'exclusion se trouve souvent amplifié par des situations administratives complexes (sans papiers, transexualité, double peine, prostitution), pour certains UDVI, s'injecter en prison constitue alors un mode de réappropriation de son corps et une forme d'adaptation secondaire à l'univers carcéral. Consommer des produits (que ce soit de la drogue ou des médicaments) en prison ne semble pas tant un moyen d'échapper à l'emprise carcérale qu'un moyen de supporter cet environnement. Cependant, en l'absence de consommation, il arrive que des UDVI s'auto-mutilent. La technique de l'automutilation, le jeu avec les médecins et les surveillants qu'elle implique et les résultats ou bénéfices perçus par le détenu (bénéfices matériels : isolement, obtention de produits de substitution, et/ou bénéfices symboliques : sentiment que le juge, le médecin, l'infirmière, le directeur de prison, les surveillants, ou encore les autres détenus pris par un élan de compassion seront plus à son écoute) sont entretenus par les souvenirs des détenus qui l'ont eux-mêmes pratiquée, l'ont vu pratiquée ou qui en ont entendu parler. L'angoisse avant le jugement, le souci pour les personnes proches restées à l'extérieur parfois dans des situations dramatiques (sans revenu, maladie, etc.) mais aussi le manque de produits (drogues ou médicaments) sont autant de raisons invoquées pour expliquer ce passage à l'acte auto-agressif4 qui ne concerne pas seulement les usagers de drogues, mais ceux ci restent surreprésentés (Bourgoin, 2000 : 657-666).

16Ces comportements d'automutilation comme ceux qui consistent à se taillader le bras ou le corps, avaler une fourchette, se brûler pour les plus communs mais aussi parfois s'aveugler ou se mutiler les oreilles ont été répertoriés depuis longtemps par les spécialistes (Gonin, 1991 : 146-150). Si elle est une pratique courante en détention, notamment pour les usagers de drogues précaires, elle ne peut cependant pas être réduite à une tentative de suicide.

17On peut voir dans ces pratiques une résistance aux traitements institutionnels des corps dont l'une des principales préoccupations consiste à maintenir les détenus en vie et en santé. Ainsi le suicide en prison, dont s'emparent de façon critique et polémique aussi bien les journaux que les détenus, afin de dénoncer les conditions de détention, reste problématique pour l'administration pénitentiaire et le personnel médical œuvrant en détention. Les détenus utilisent souvent l'automutilation comme un chantage au suicide afin d'obtenir des aménagements personnels, en ce cas il s'agit en fait d'une adaptation secondaire intégrante. Voici comment Medhi, usager injecteur de drogue que nous avons interrogé durant sa troisième peine de prison, nous a exposé ce chantage au suicide :

« Un jour je suis allé voir le psychiatre, je lui ai dit : "donnez-moi du Subutex® sinon je vais me couper les veines, je vais faire n'importe quoi." Mais quand je suis tombé la deuxième fois, j'étais en manque de Subutex®, j'étais vraiment malade. Il voulait pas m'en donner parce que j'avais pas d'ordonnance, ça traînait, traînait...J'ai vu le psychiatre trois fois, oui, non il me faut ça, il me faut ça et il me donnait d'autres choses qui correspondaient pas à mon traitement à moi. Alors moi, je suis arrivé dans son bureau très calme, j'avais mon rasoir là (caché dans sa main), je lui ai dit écoutez, donnez-moi du Subutex®, je vais me rendre malade, vos cachets j'en ai rien à faire, je veux le traitement de Subutex® que j'avais à l'extérieur de la prison. Il faut en arriver là, c'est fou...Faire traîner une semaine, ça va, tu passes des sales nuits, tu dors pas, t'as mal aux reins, des fois vous dégueulez. »

18Rappelons que s'il était autrefois « défendu au prisonnier de se soustraire à sa peine par une tentative de fuite ou de suicide » (Prieur, 1999 : 11), aujourd'hui le ministère de la justice affirme qu'il ne cherche pas « à empêcher totalement le risque suicidaire, qui reste un geste d'ordre personnel » (Prieur, 1999 : 11). En 1996, un groupe de travail de l'administration pénitentiaire explique la sursuicidité carcérale par le fait « que la prison accueille de plus en plus de personnalités pathologiques, inadaptées au monde du travail, souffrant d'un véritable handicap relationnel [amplifié] par le fonctionnement habituel « totalitaire », non négocié de la prison. » (Prieur, 1999 : 11).

19Si pour la plupart des usagers de drogues qui ont pratiqué l'automutilation, celle-ci constitue une réponse à l'anxiété qui soulage temporairement une souffrance psychique et physique, ce sont les contenus mémoriels de l'expérience vécue (violences, incarcérations, état de manque, mort d'un proche, etc.) qui semblent déterminants pour la compréhension de cette souffrance. L'enjeu de leurs mises en récit tient ici une place centrale dans la construction d'une « cohérence biographique » (vis-à-vis de son identité présente) où la mémoire corporelle personnelle est mobilisée.

Les récits d'automutilés : les conditions d'émergence du « corps mémoire »

20En effet, il semble que la mise en récit de cette expérience opère un déplacement de sens. Alors que l'automutilation est un acte tourné vers un aménagement de sa condition de détenu (le corps est alors « otage » pour obtenir des antidépresseurs, des produits de substitution, un changement de cellule ou tout simplement une cigarette), elle deviendrait dans le récit de vie un acte de résistance à l'institution, qui permettrait de remodeler l'image de soi, en réinterprétant son parcours de vie à travers cette ultime ressource : le corps (« le corps mémoire »). Mais qu'est-ce au juste que ce « corps mémoire » ? Comment se construit-il ? Que se produit-il lorsque l'individu cherche à se remémorer ces souvenirs corporels ? Selon Halbwachs, le passé ne se conserve pas véritablement dans la mémoire individuelle, celle-ci se compose essentiellement de « fragments » et « d'images ». C'est la réflexion qui appelle les souvenirs, par conséquent il ne peut y avoir de mémoire sans un travail de la conscience. Ainsi lorsque nous nous souvenons d'un événement survenu durant notre expérience, c'est avec notre perception du présent, c'est elle qui appréhende ces souvenirs. Tout souvenir nécessite l'intervention de la réflexion, d'une action consciente de la pensée. En prison, l'automutilation est pratique courante. Si les usagers de drogues qui s'automutilent ne constituent pas une communauté, ils n'en forment pas moins des groupes d'individus avec des vécus souvent comparables et qui par ailleurs se connaissaient souvent avant l'entrée en prison et se retrouvent après.

21Pour Halbwachs, « c'est en tant que membres de ces groupes que nous nous représentons à nous-mêmes, et la plupart des points de repères auxquels nous nous reportons ne sont que les événements saillants de notre vie » (Halbwachs, 1994, p.125). Ainsi lorsque nous cherchons à nous remémorer un souvenir en utilisant les points de repères de notre mémoire, nous ne pouvons le faire qu'en tant qu'être social, par ailleurs nous faisons émerger, avec ces repères, une grille de lecture qui sert de support à notre identité présente.

22Dès lors, ce n'est plus le passé tout entier qui ré-émerge, ce n'est plus une série d'événements anciens en ordre chronologique, « mais ce sont ceux-là seuls d'entre eux qui correspondent à nos préoccupations actuelles, qui peuvent reparaître. La raison de leur réapparition n'est pas en eux, mais dans leur rapport à nos idées et perceptions d'aujourd'hui : ce n'est donc pas d'eux que nous partons, mais de ces rapports » (Halbwach, 1994 : 141-142). Par conséquent, nos souvenirs sont forcément des reconstructions à partir de notre identité présente. Dans cet effort de reconstruction, l'entretien sociologique peut jouer un rôle particulièrement important.

Le sociologue et le détenu ou le processus d'objectivation de la souffrance

23Comme le tatouage qui fut et est encore parfois un support d'une mémoire collective chez les militaires, les légionnaires ou les anciens prisonniers, ou encore les cicatrices d'opérations qui sont exposées, dévoilées, ces marquages du corps constituent un média, un moyen d'entrer en communication, en tant qu'éléments constitutifs d'une expérience personnelle marquée par une signification collective.

24Cependant ce travail de conscience qui fait émerger les souvenirs peut être activé ou non selon les circonstances et les contextes sociaux. L'entretien sociologique constitue une situation particulière où le corps est en représentation et où l'enquêté participe à un véritable processus institutionnalisé d'aveux (Hahn, 1986 : 54-68) où il lui est demandé de raconter son histoire. Son corps lui-même devient alors un support au discours. La personne interrogée peut alors réinterpréter et se réapproprier son parcours de vie à partir de la situation présente.

25Ainsi sans que la question leur soit explicitement posée, certaines personnes que nous avons interrogées, nous ont exposé leurs blessures, leurs entailles afin d'en faire le récit. Ces situations où le corps mutilé est exposé au regard d'autrui peuvent être considérées comme des situations déclenchantes (eliciting situations) d'émotions (Boltanski,1993 : 219-220) et parfois par extension de mise en récit du souvenir.

26Certains usagers interrogés restent cependant muets en montrant leurs blessures, comme incapables de recomposer une image du passé, laissant le regard de l'autre (le sociologue) parcourir leurs corps meurtris, incapables de nommer cette souffrance. Le travail de desobjectivation de la douleur paralyse le discours et laisse ainsi le champ libre aux émotions. L'individu vit alors une forme d'expérience totale (Castel, 1998 : 13), une souffrance physique et psychique qui envahit toutes ses sphères d'activités.

27Les cadres sociaux de la mémoire sont précisément « les instruments » dont l'individu conscient se sert pour recomposer une image du passé, s'accordant avec les nécessités de son présent, assurant ainsi son harmonie existentielle, et donc son identité. Lorsque l'individu n'arrive pas à exprimer la souffrance vécue, c'est qu'il vit encore une forme d'expérience totale qui ne lui permet pas de ré-élaborer une signification, ou comme l'écrit Elain Scarry « d'inverser le travail de desobjectivation de la douleur en forçant la douleur elle-même à emprunter les voies de l'objectivation » (Scarry, 1995 : 6). Dans ce cadre, la problématique du dicible et de l'indicible (De Queiroz, 1993 : 91-95) est au cœur de l'expérience totale. Le silence renvoie à un mode particulièrement difficile de gestion de l'expérience vécue, qu'elle soit présente ou passée. On peux reprendre ce questionnement que mettait en valeur De Queiroz :

« Comment parler d'expériences qu'il a fallu vivre en se dédoublant et en s'anesthésiant pour tout simplement ne pas mourir ? Comment rapporter une expérience où lutter conduisait à des stratégies qui, de l'extérieur et après coup, risquent de ressembler à des compromissions ? » (De Queiroz, 1993 : 94)

28A l'inverse, il semblerait que les récits d'automutilation la présente comme une manière de détenir une certaine maîtrise sur le milieu (la prison), redonnant ainsi à ceux qui en ont fait usage une indépendance, une autonomie, une liberté d'action.

29Dans sa recherche, Judith Herman présente des témoignages de personnes auto-mutilées où elles déclarent qu'elles se taillent ou se brûlent pour se donner une preuve de leur existence. Pour Judith Herman l'automutilation est une forme d'auto-protection, et non une tentative suicidaire (Herman, 1992). Si tel est le cas, chez les usagers de drogues dépendants, le manque est appréhendé comme une douleur physique et psychique qui, accompagné de la peur, du stress et de l'anxiété, modifie l'ensemble de leurs perceptions de manière à totaliser leurs attentions sur cette douleur. Et ce de telle façon que l'automutilation se présente comme une réponse temporaire à cette double emprise (celle du produit et du manque ainsi que celle de leurs conditions de détenus).

30L'individu au corps automutilé en prison semblent se réapproprier (à l'instar de bon nombre de détenus) cette mémoire collective élaborée autour du sentiment d'oppression et de domination, qui dépasse le seul cadre carcéral mais dont il reste un élément emblématique.
Dans un modeste bar du quartier de la goutte d'or, assis en face de moi, Jean-Paul, multicirédiviste (18 incarcérations), polyconsommateur de drogues, me montre ses bras couverts d'entailles qu'il s'est infligées en détention :

« J'en ai chié [...] Les marques que j'ai sur le bras, c'étaient des marques de fausses libérations, de déprimes, t'en as marre, et puis ça cache en dessous des crises de manques aussi, d'angoisses, de frayeur, de peur. La première fois, tu oses et puis ça devient un vice, tu continues, tu continues, pourquoi, parce que ça te soulage quelque part. »

31Les récits d'automutilation la décrivent comme une manière de détourner, un temps, l'attention des usagers de drogue de cette douleur qui semble insurmontable tout en préservant un rapport individualisé aux corps. L'automutilation est donc mise en discours à partir de contenus mémoriels corporels, qui rendent compte de cette pratique à travers une logique de survie. Par ailleurs, le passage à l'acte auto-agressif donne une visibilité sociale à cette souffrance interne. Ces marquages du corps inscrivent l'identité de l'usager dans un parcours de souffrance mais aussi comme un survivant, un rescapé (il est intéressant de voir le terme utilisé par les chercheurs québécois pour parler des automutilés : les réchappés). La remémoration de ces souvenirs de souffrance auto-infligée est alors l'occasion de réaffirmer une identité personnelle marquée par une forte résistance physique aux agressions et capable d'appréhender l'avenir avec de nouvelles ressources.

Haut de page

Bibliographie

BESSIN M., LECHIEN M-H., ZELEM M.-C., « Soigner en prison : principes et sens pratique des acteurs de la réforme », Revue Française des Affaires Sociales, mars 1997, pp. 111-117.

BOLTANSKI L., La souffrance à distance, Paris : Métailié, 1993.

BOURGOIN N., GIRARD C., « Les automutilations et les grèves de la faim en prison », Revue de science criminelle, n°3, Juillet-Septembre, 2000, p. 257-266.

CASTEL R., (dir.), Les sorties de la toxicomanie, Types, trajectoires, tonalités, Fribourg : Editions universitaires de Fribourg, coll. Res Socialis, 1998.

DE QUEIROZ J-M., « Michaël Pollak : Une sociologie du dicible », Sociétés, n°39, 1993, pp.91-95.

FERNANDEZ F, L'expérience totale à travers les parcours de vie d'usagers de drogues par voie intraveineuse de personnes incarcérées, mémoire de DEA, (sous la direction de M. Drulhe et M-C. Zelem), Université de Toulouse le Mirail, 2000.

FERNANDEZ F., Les modalités de la prise de risques sanitaires chez les primo-injecteurs, Rapport à la DRASS, Université de Toulouse le Mirail, AIDES-Toulouse, 2000.

FERNANDEZ F., L'intime en prison : corps, sexes et identité en situation d'enfermement, mémoire de maîtrise (sous la direction de M-C. Zelem et N. Lefeuvre), Université de Toulouse le Mirail, 1999.

FAUGERON C., CHAUVENET A., COMBESSIE A., Approches de la prison, Bruxelles : De Boeck Université, 1996.

GOFFMAN E., Asiles, Paris, Les Editions de Minuit, 1968.

GONIN D, La santé incarcérée, Paris : l'Archipel, 1991.

HAHN A., « Contribution à la sociologie de la confession et autres formes institutionnalisées d'aveu : autothématisation et processus de civilisation », Actes de le Recherche en sciences sociales, n°62-63, 1986, pp. 54-68.

HALBWACHS M., Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994 (1925).

HERMAN J., Trauma and Recovery. New York, NY : BasicBooks, 1992.

PRIEUR C., « En une semaine, quatre détenus se sont suicidés à Fleury-Mérogis », Le Monde du 02/06/1999, p.11.

SCARRY E., The body in pain. The making and the unmaking of the world, New York : Oxford University Press, 1985.

Haut de page

Notes

1  UDVI : Usagers de drogue par voie intraveineuse.

2  Dans certaines prisons où nous avons effectué nos recherches plus de 60% des détenus étaient de nationalité étrangère. De nombreuses maisons d'arrêts sont organisées en plusieurs blocs où les détenus sont répartis en fonction de leurs origines culturelles, leurs nationalités, voire leurs classes sociales.

3  Sur 1149 détenus (en moyenne sur l'année) l'UCSA (Unités de Consultations et de Soins Ambulatoires) de la prison de La santé délivre en moyenne 693 traitements hebdomadaires, d'après le rapport 2000 de la commission de surveillance de la Maison d'arrêt (MA) de Paris -La santé, p.55.

4  En 2000, 370 gestes auto ou hétéro-agressifs ont été pris en charge par l'UCSA de la M.A de la Santé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Fernandez, « Du « corps otage » au « corps mémoire » : les actes d'automutilation en prison chez les usagers de drogues et leurs mises en récits », Face à face [En ligne], 5 | 2003, mis en ligne le 01 mars 2003, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://faceaface.revues.org/421

Haut de page

Auteur

Fabrice Fernandez

CERS UMR CNRS 5117, Université de Toulouse II le Mirail - Allocataire de recherche, ANRS (Agence Nationale de recherche sur le Sida) - e-mail : fabricefernandez@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org