Navigation – Plan du site
Dossier

La saleté corporelle et l'« amour propre » : mémoire sociale et figures de l'intime

Hélène Marche

Texte intégral

1Dans l'éventail des conduites de soins, la prise en charge de la propreté et de la saleté corporelle constitue un ensemble de pratiques culturellement et socialement situées. Cette prise en charge s'ancre dans l'histoire du rapport de l'individu à son corps et à celui des autres. Elle sous-tend actuellement l'idée d'une intimité à protéger, à respecter, à dévoiler, à partager. L'appréciation du propre et du sale est une activité cognitive et émotionnelle visant à opposer, ordonner et hiérarchiser des perceptions d'objets ou de personnes. Les larmes, la transpiration, les excréments n'ont pas le même degré de saleté : la hiérarchisation des saletés corporelles repose sur les significations sociales qui leur sont attribuées. Chaque culture, en définissant ce qui est pur ou impur, contrôle les fonctions corporelles de l'individu (Douglas, 1971).

2L'appréciation de la saleté et sa gestion varient selon les époques, les sociétés, les classes sociales mais surtout selon les sexes (Denèfle, 1995). L'entretien du linge sale reste actuellement une activité spécifiquement féminine et socialement reconnue comme telle (Kaufmann, 1992). Les femmes se montrent plus exigeantes que les hommes quant à la propreté du linge et du corps. Elles préservent l'intimité de l'univers pulsionnel et contiennent les excès afin de maintenir un certain ordre dans le foyer (Denèfle, 1995). Le propre, le rangé et le désordre sont à la fois supports et objets visibles de la négociation des rapports sociaux de sexes. Ils témoignent notamment des limites spatiales de la sexuation de l'espace domestique et des effets de la différence sexuelle et sociale du travail (Welzer-Lang, Filiod, 1993).

  • 1  « L'éloignement dans l'espace, à travers les données ethnologiques, ou dans le temps, à travers l' (...)

3Nous avons mené quatorze entretiens semi-directifs auprès d'hommes et de femmes âgés de 20 à 60 ans. Au cours de ces interviews, nous avons abordé des thèmes précis : la gestion personnelle de la saleté corporelle à travers la mise au sale du linge, l'usage des sanitaires et le nettoyage du corps, la perception et la prise en charge de la saleté corporelle d'autrui. L'analyse de ces entretiens a consisté à mettre en évidence les logiques individuelles et sociales qui sous-tendent les conduites d'hygiène décrites par les personnes ainsi que les contextes sociaux où l'intimité corporelle est revendiquée à la fois comme protection de soi et partage avec autrui, prenant différentes formes selon les sentiments éprouvés dans ces contextes. Ces sentiments relèvent de notre intimité mais ne peuvent exister au-delà d'une mémoire sociale1. La perception et la désignation de la saleté sont construites, historiquement et socialement. Elle prend place dans un univers social où sont reconnues et corporellement mémorisées tout un ensemble de conventions sociales. Au cours du temps, les conduites d'hygiène et les normes et valeurs qui les accompagnent se sont modifiées.

Processus de civilisation et mémoire sociale du propre et du sale

« Chez les uns et chez les autres, il y a des interdictions et des contraintes mises en place par la société tout comme il y a, chez les uns et chez les autres, leur substrat psychique, les angoisses, les sentiments de plaisir et de déplaisir, de malaise et de ravissement, façonnés également par la société. » (Elias, 1973 : 229)

4Les sentiments éprouvés à l'égard du propre et du sale correspondent à l'incorporation actuelle du processus de civilisation. Selon Georges Vigarello, entre le XVe et le XVIIe siècle, la saleté du corps est tolérée (Vigarello, 1985). Il y a cependant, pour les couches sociales dominantes, un souci de propreté du linge permettant de « purifier » les corps : il éponge les sécrétions corporelles. Le « paraître » va guider le sens du mot « propreté » : être présentable, donc propre, permet de tenir un rang social et n'a rien à voir avec des préoccupations d'hygiène corporelle. La propreté est morale et sociale. A partir du XVIIIe siècle, les conduites d'hygiènes sont sous-tendues par la domination du modèle médical. A la moitié du XIXe siècle, la découverte de la présence microbienne entraîne un accroissement de la surveillance de soi et de pratiques d'entretien du corps plus précises. L'autodiscipline dans les conduites d'hygiène vise précisément à éviter le risque d'être l'agent d'une épidémie pouvant déboucher sur un chaos social. Vigarello s'intéresse au continuum des notions de propre et de sale, que l'on ne peut considérer en termes de rupture, mais en terme d'évolution. Les normes, inscrites dans les mentalités, prennent appui sur le maintien et la transformation de la mémoire sociale.

  • 2  Selon Maurice Halbwachs, la mémoire collective est l'objet d'une réadaptation continuelle élaborée (...)
  • 3  Les transformations des conduites d'hygiène résultent du processus de médicalisation.
    « La valeur s (...)

5 Les conduites d'hygiènes actuelles ne sont plus, comme au XIXe siècle, motivées par un souci d'éradication des microbes. En effet, au cours du temps, les logiques hygiéniques qui sous-tendaient ces conduites ont fait l'objet d'une réappropriation par les groupes sociaux succédant aux précédents2. Les pratiques d'hygiène actuelles visent en partie à se prévenir des maladies et à conserver une bonne santé. La santé est ici envisagée comme une valeur positive maintenue par des soins corporels quotidiens3.

  • 4  « Ce que nous désignons par les termes de morale ou de motivation morale assume, à un certain nive (...)

6Les personnes que nous avons interviewées justifient leurs pratiques d'hygiène corporelle en les ramenant au souci de la « bonne santé », mais aussi à celui de « se faire plaisir » ou encore celui de « respecter les autres ». A la motivation hygiénique s'ajoute donc la motivation morale orientée par le souci de soi4. L'évolution des techniques de soins au cours du XIXe siècle va généraliser la propreté à celle du corps et du linge (le linge devient une « deuxième peau ») et faire émerger un nouveau plaisir du propre (Verret, 1986). Le propre se lie à des sensations de confort, de bien-être, il devient un plaisir et un devoir. Le souci de soi est une version moderne de l'individualisme, un dispositif de contrôle social sollicitant l'intimité de la personne tout en lui laissant le sentiment de sa pleine autonomie (Le Breton, 1992). En gérant quotidiennement notre propre saleté corporelle, il s'agit de lutter contre le laisser-aller et d'obtenir un certain degré de confort, de bien-être : l'individu est responsable de son corps, tout autant qu'il est responsable des sentiments de plaisir ou de déplaisir qu'il éprouve.

« C'est vraiment une façon de... de te gérer toi-même. L'amour-propre... Je fais parce qu'en plus j'aime bien les gens qui se soucient d'eux même, je trouve ça important. J'aime bien que... que les gens soient comme moi (rires)... J'aime bien que... Ce côté je fais attention à moi, j'ai conscience que... Parce qu'on est important, voilà. » (Sandra, 24 ans)

  • 5  Claudine Haroche, à propos de la contenance, parle d'un de ces « schémas collectifs fondamentaux, (...)

7Gérer sa saleté corporelle est un devoir envers et pour soi-même, mais aussi et surtout un devoir envers les autres. La motivation sociale repose sur la prise en considération du regard d'autrui dans la gestion de notre apparence corporelle. André Rauch, en étudiant la question de l'évolution de l'apparence au cours de l'histoire, nous indique que la mise en scène de soi, sous-tendue par la volonté de livrer une prestance, consiste actuellement à dissimuler nos pulsions (Rauch, 1989). Les sentiments de respect, de pudeur, de retenue vis à vis des autres participent à la normalisation des comportements individuels et au maintien d'un contrôle social sur les conduites des individus. Les sentiments de gêne, de déplaisir et de honte interviennent lorsque le corps ne se contient plus, lorsqu'il est « pris à défaut » et se confronte au regard, à l'espace sensoriel d'autrui5. Dans le rapport à autrui, il s'agit de gérer l'incompatibilité des normes de propreté, de pudeur, de gérer la « bonne » distance, en prenant en considération la perception de l'identité de cet autre, le degré d'intimité que l'on a envers lui, ou encore le devoir social que l'on a à son égard : devoir de discrétion, de séduction, de distinction.

La prise en charge de la saleté corporelle : mémoire de la pratique des sens et mémoire des sens pratiques

8Comme le souligne Gérard Namer à propos de la sociologie de la mémoire de Maurice Halbwachs, les cadres sociaux de la mémoire individuelle correspondent à la transmission de la mémoire collective par les groupes d'appartenance :

« L'idée est que l'individu dans le champ de sa mémoire se souvient grâce à des mécanismes, les cadres sociaux, qui sont non seulement empruntés à la société mais qui sont précisément les mécanismes dont se sert chaque groupe pour se souvenir ; les cadres sociaux de la mémoire individuelle sont donc en même temps les cadres sociaux de la mémoire collective : tel est le pari premier d'Halbwachs. » (Namer, 1987 : 33)

9L'expérience du propre et du sale renvoie précisément à la transmission d'une mémoire corporelle familiale, générationnelle et genrée. La mémoire corporelle individuelle est socialement différenciée. Elle dépend de l'identité et du sentiment d'appartenance à des groupes sociaux que les personnes revendiquent à un certain moment de leur histoire de vie.
D'après Jean-Claude Kaufmann, l'injonction, en tant que construction sociale historique, familiale et personnelle, produit le cadre d'évidence qui conduit les personnes à l'action (Kaufmann, 1992). L'appréciation du propre et du sale et les injonctions qui sous-tendent les conduites d'hygiènes sont corollaires au positionnement des individus dans la structure sociale. L'identité genrée implique une incarnation plus ou moins forte des injonctions sociales.

10Toutes les personnes interviewées ont exposé des manières différenciées de se salir, celles-ci dépendant d'un certain contexte (environnement, saison, moment de la journée) et de certaines dispositions liées à des activités spécifiques (sport, activité professionnelle ou artistique, activité ménagère), d'un comportement particulier (maladresse, négligence liée à un usage d'alcool, paresse) et enfin à des dispositions « naturelles » ou physiologiques, qui sont particulièrement évoquées par nos interlocutrices (nature à beaucoup transpirer, menstruations).

11La sensation de la saleté sur le corps atteint des degrés plus ou moins importants selon le genre de la personne. La plupart des femmes interviewées ont décrit avec beaucoup de précision cette sensation. Par exemple Sophie, 22 ans :

« Ça me gêne d'être sale. Mais c'est moi que ça gêne. Enfin... je sais pas, je colle, je suis moite, ça me stresse. (Silence). Au niveau de la peau, de la transpiration, l'odeur oui. Mais généralement c'est une sensation... pas le toucher, parce que je ne me touche pas mais... oui, de la peau. (Silence). Oui ? J'ai pas eu le temps de me laver et ça me stresse. » (Sophie, 26 ans)

12Les femmes éprouvent à l'égard de la saleté une intolérance sensorielle et l'irrégularité de sa prise en charge entraîne des sentiments de culpabilité ou de déplaisir. Gérer la saleté corporelle est présenté comme un moyen de « tourner la page », de se débarrasser d'une sensation désagréable et de « repartir à zéro ».

« Moi la douche, je... d'abord c'est tonique, j'aime bien le matin me mettre sous la douche, y'a ce côté purificateur qui est là, on se sent lavée d'une nuit de sommeil et prête pour un nouveau départ. » (Christine, 54 ans)

13Certains hommes, parmi les plus jeunes, font aussi référence à l'aspect « tonique » de la douche du matin, permettant de « bien démarrer la journée », de « se réveiller » ou encore de passer un moment « agréable ». Cependant, ils ne font pas mention d'un bien-être lié au fait de s'être « débarrassé » du sale, de s'être « purifié ».

14L'analyse des entretiens menés auprès de femmes sous-tend l'idée d'une plus grande importance accordée à la dimension sensorielle de leur expérience, lorsqu'elles visent à se prévenir de la saleté. Elles décrivent et revendiquent une capacité à qualifier et à évaluer le propre et le sale, passant par un examen olfactif, visuel et tactile. Le linge est le plus souvent examiné avant d'être lavé, les conduites d'hygiène sont orientées par la dissimulation ou la destruction des odeurs corporelles perçues. Ces conduites correspondent à un premier type d'appréciation du propre et du sale, caractérisé par la référence à une mémoire sensorielle du propre et du sale. La mémoire individuelle est mobilisée sur le plan des sensations corporelles, engageant quotidiennement une pratique des sens.

15Les hommes interviewés ont tous exprimés leur difficulté à apprécier leur saleté corporelle, en particulier à qualifier les odeurs.

« C'est difficile à dire parce que... euh... j'ai jamais l'impression de sentir la transpiration, donc je peux pas te dire que ça me dérange... puisque je me sens pas quoi (rires)... » (Stéphane, 30 ans)

16A cette difficulté de faire l'expérience sensorielle de la saleté, il s'agira pour les hommes de recourir à une gestion préventive, par exemple de mettre au sale du linge « au cas où » il soit sale.

« Il y a quand même des vêtements que je mets au sale même quand y'a pas de traces quoi. Mais bon... par confort et par sécurité, au cas où ça sente et tout ça. » (Paul, 23 ans)

17Gestion plus ou moins régulière selon la génération d'appartenance, les jeunes hommes revendiquant au cours des entretiens un « droit au laxisme » et une capacité d'adaptation aux normes des autres. Les hommes âgés de 50 à 60 ans vont décrire leurs conduites d'hygiène en les désignant comme étant des « principes », des « réflexes », des « habitudes » ayant un caractère d'ancienneté. La mise au sale d'un vêtement sera basée sur un mode systématique qui permettra par la même occasion de se « faciliter la tâche ». La régularité du mode de vie permet d'inscrire dans la durée les conduites d'hygiènes. Ce deuxième type de conduites est caractérisé par la référence à une mémoire principaliste du propre et du sale.

« Comme ça, je me base sur rien, j'admets que je le remettrai pas parce que bon y'a de la sueur ou... non, je le mets au sale. C'est systématique. Je remets jamais deux fois la même chose. Question de principe. » (Rémy,52 ans)

18La mémoire individuelle est ici mobilisée pour inscrire le « bon » geste dans la régularité.

19Pour les plus jeunes, la gestion de la saleté corporelle consiste à s'adapter « par avance » aux normes hygiéniques des autres, à mettre en place un « jeu des apparences » sans pour autant adhérer aux principes moraux des autres. Gilles (20 ans) affirme ne pas hésiter à se « laisser aller » à l'occasion d'un concert punk et à faire plus attention à la propreté de son corps et de ses vêtements à l'occasion de « soirées avec des filles » ou d'un entretien d'embauche. Pour Paul (23 ans), ce souci d'adaptabilité se retrouve lorsqu'il prévoit de rendre visite à ses grands-parents et qu'il va vouloir leur renvoyer l'image de « quelqu'un de tout gentil tout propre ». Ce troisième type de conduites repose une mémoire situationnelle du propre et du sale. La mémoire individuelle est mobilisée sur le plan de la connaissance des situations à venir. Les logiques d'adaptation à la diversité des situations traversées sont liées aux modes de vie des personnes, à la diversité des mondes dans lesquels elles évoluent : le monde étudiant, le monde de la famille, le monde du travail, etc.

20Les types que nous venons de décrire ne représentent pas une liste exhaustive. Ils témoignent cependant de la dimension genrée de l'expérience du propre et du sale, expérience cadrée par la mémoire corporelle des hommes et des femmes, transmise par le groupe d'appartenance. Nous allons à présent décrire plus précisément les contextes sociaux de l'appréciation et de la gestion du propre et du sale.

La gestion de la saleté corporelle à l'épreuve de l'altérité

21Dans la désignation et dans la prise en charge de la propreté et de la saleté corporelle, la relation à autrui se révèle centrale (Vigarello, 1985). Les gênes à l'égard de la saleté corporelle d'autrui sont ressenties dans les lieux publics favorisant une forte proximité des corps, dans le bus, le métro, les rues piétonnes. La stratégie visant à éviter les sentiments de déplaisir consistera alors à se mettre physiquement à distance de l'« inconnu qui dérange » : retenir sa respiration, s'éloigner discrètement. Le danger ressenti est cependant nuancé par les personnes, la gêne n'étant que momentanée.

22Dans la sphère publique, les situations de « débordement des odeurs individuelles » vont amener des sentiments de déplaisir. Il y a un interdit social de signifier à l'inconnu la gêne qu'il provoque, que ce soit par rapport à des odeurs ou par rapport à une saleté plus visuelle.

  • 6  Ce sentiment de sécurité, décrit au cours des entretiens, met en évidence la dimension affective d (...)

23La plupart des personnes vont parler de leurs proches comme étant des personnes étant « propres » et affirmer ou suggérer que le cas inverse les aurait fait réagir, que ce soit en se mettant à distance vis à vis de ces personnes ou, en dernier recours, en leur faisant une remarque pour qu'ils changent leurs habitudes. La sphère privée est décrite comme une aire protégée par la ressemblance et la confiance envers les siens, le danger étant loin, les personnes étant « propres »6. Pour les personnes les plus âgées, on peut noter une « sélection » des proches beaucoup plus affirmée, permettant de protéger leur espace privé :

« Je vais dire que je choisis mes amis quoi. Je choisis mes amis. Je... comme je vous disais au début je vais pas leur dire : "va te laver les mains" et tout ça. Bon. C'est pour ça je... Je choisis comme ça j'ai pas de problème. Je vais pas être déçue, je vais savoir qui va venir chez moi. » (Marie, 51 ans)

  • 7  Dans la situation d'entretien, le rire permet de faire la chronique de l'expérience de la saleté c (...)

24« Faire la remarque » à quelqu'un pour lui suggérer de modifier ses conduites d'hygiène va dépendre du degré de saleté perçue et du degré d'intimité que l'on a envers la personne. Faire une remarque à quelqu'un sur une saleté provenant du corps va pouvoir être plus facile « en famille » ou éventuellement envers un ami, mais il persiste la peur de « se mêler de l'intimité » ou la peur de « vexer » la personne étrangère au foyer. On va faire la remarque à des amis ou parler de la saleté par l'usage de l'humour afin de ne pas trop s'impliquer, de dédramatiser une situation de décalage entre des normes corporelles7. En revanche, si le décalage se poursuit dans la durée, la dernière solution adoptée va être d'en parler sérieusement. Ainsi, Anne explique comment elle a été amenée à s'impliquer « sérieusement » vis à vis d'une voisine de chambre en cité universitaire :

« Une fois on l'avait aidée à ranger sa chambre, on avait trouvé des… Des serviettes hygiéniques qui traînaient, usagées, et bon ça a été un peu la… La goutte quoi. On était en cité universitaire, on lui a dit. On lui a dit de faire un effort parce que ça allait pas quoi. Et que tout le monde le sentait mais personne lui disait. De toute manière. On rentrait chez elle, c'était infernal, ça sentait mauvais c'était vraiment… » (Anne, 26 ans)

25L'implication envers un proche consiste d'une certaine manière à « prendre en charge » sa saleté corporelle. Beaucoup de femmes vont agir de la sorte, quel que soit leur âge. En revanche, si les jeunes filles ont moins de difficulté à s'impliquer dans la prise en charge de la saleté corporelle de leurs amis, les femmes ne s'attacheront qu'à celle des membres de leur foyer.

26En ce qui concerne les hommes âgés de 50 à 60 ans, ceux-ci ne vont être attachés qu'à la prise en charge de la saleté corporelle de leurs enfants mais ne vont en aucune manière avoir à « gérer celle des autres ». Les jeunes hommes, tout en étant beaucoup plus tolérants vis à vis de leurs copains « laxistes » que ne le sont leurs aînés, ne vont pas prendre en charge leurs pairs. Gilles, à propos de son colocataire :

« C'est clair, si lui laisse traîner des chaussettes tu vois... A moins qu'il ait bougé, mais sinon je vais attendre qu'il les ramasse, c'est net. C'est fait dans un laps de temps qui me convient, pour l'instant il y a pas d'embrouille mais... c'est clair. » (Gilles, 20 ans)

27Dans le couple, la prise en charge du propre et du sale n'est pas égalitaire (Kaufmann, 1992). Les hommes ne sont pas gênés d'être pris en charge, que ce soit dans le fait de donner son linge intime à laver ou encore d'être « prévenu » par leur partenaire de petites « fautes d'hygiène » (odeurs de transpiration, linge taché). Les femmes, elles, vont revendiquer leur souci de préserver leur intimité corporelle :

« Un compagnon qui s'occupe de mes vêtements ça me ferait drôle quoi. C'est ma responsabilité, c'est moi quoi. Ça me gêne pas à la limite de m'occuper des vêtements des autres (…). » (Christine, 54 ans)

28Le linge intime nécessite une auto-prise en charge, en particulier au moment des règles. Dans la sphère familiale et dans la vie à deux, la gestion de la saleté corporelle est sous-tendue par un devoir de discrétion à l'égard de l'autre, ou encore par un devoir de séduction. La saleté corporelle compromet l'image de leur corps qu'elles veulent donner à voir dans la sphère privée. La surveillance de soi et la discrétion dans les pratiques de dissimulation de ce type de saleté permettent d'éviter la remise en cause de la qualité de leur hygiène corporelle. Un autre indice revendiqué comme participant à la construction d'une intimité corporelle partagée concerne le linge entre-deux (ni propre, ni sale).

29Julie va parler de sa sœur et du fait qu'elles s'échangent des vêtements déjà portés, échange qu'elle peut éventuellement faire avec sa meilleure amie. Porter des vêtements qui ont déjà été porté par d'autres est relatif au degré d'intimité perçu. Les sentiments éprouvés varient alors entre le fait de ne pas être dérangé et le fait d'apprécier, comme par exemple lorsque le linge appartient à son partenaire :

« Par exemple, je peux mettre des affaires de Patrick qu'il a déjà mises plusieurs fois. Je considère pas ça comme sale. Au contraire. (Rires). J'adore l'odeur. Pourtant c'est une odeur que chez les autres je considère comme sale. La transpiration etc. mais... » (Julie, 21 ans)

30C'est ce que nous pourrions appeler le passage du mode sensoriel au mode sensuel : la personne va attribuer un sens « positif » à la sensation éprouvée sur le moment. Les sens vont être affectés par la qualité de la relation à l'autre et pour éprouver du plaisir vis à vis de ce qui est en général désigné comme étant « sale », il faut qu'il y ait la « magie » de l'instant, évoqué par Stéphane :

« (Rires gênés)... Disons que... Pour être précis... Quelqu'un avec je suis intime c'est à dire Nicolas il sent la transpiration un soir ça peut être quelque chose de... Pas d'érotique mais de... D'un peu lié à l'intimité à quelque chose de sensuel, quoi. » (Stéphane, 30 ans)

31Stéphane affirmera au cours de l'entretien être dérangé par l'odeur de transpiration de son compagnon lorsque celui-ci reviendra d'une session de sport. Les représentations « positives » ne s'appliquent pour lui qu'aux moments où les intimités corporelles vont fusionner dans une certaine « communion ». Le monde des relations intimes est alors caractérisé par une mise en parenthèse de la mémoire sociale :

« L'effroyable agression olfactive que peut constituer le corps de l'autre lorsqu'il déborde hors du cercle de son intimité, devient communion sacrée en son sein. L'espace sacré de l'intime où se partagent les odeurs fusionnées, transforme en fonction de ses lois propres les valeurs positives ou négatives qu'un consensus social dans une culture donnée leur attribue. » (Nahoum-Grappe, 1986 : 148)

32L'intimité partagée est le territoire privilégié d'expériences où se transforment les désignations « habituelles » du propre et du sale : le passage d'un mode sensoriel à un mode sensuel vient y modifier les significations attribuées à l'altérité.

  • 8  Selon Roger Chartier à propos de l'œuvre de Norbert Elias, le souci de soi vis à vis d'autrui est (...)

33Ainsi, les logiques qui sous-tendent les pratiques d'hygiène ne peuvent se réduire à la seule logique médicale. La prise en charge de la saleté corporelle est motivée par une accentuation du jeu entre la surveillance de soi et le souci de soi8. Cette prise en charge révèle la présence de sous-cultures du propre et du sale, qui sont sous-tendues par l'identité que les personnes revendiquent et par leur histoire de vie. La gestion du propre et du sale est cadrée de manière différente d'un groupe d'individus à un autre. La perception du propre et du sale est plus ou moins incarnée dans les sens, sa prise en charge repose sur des gestes préventifs plus ou moins réguliers.

  • 9  Le terme « profane » entre ici en opposition au terme d'« expert ». Les activités profanes du soin (...)

34Nous avons indiqué les grandes lignes d'une construction genrée et générationnelle de l'intimité corporelle, rendant compte d'injonctions sociales perdurant dans le temps. L'analyse des entretiens nous indique la présence d'une injonction traditionnelle pour les femmes de prendre en charge leur propre corps et le corps des autres dans la gestion de la propreté (Denèfle, 1995). Cette injonction témoigne plus largement du rôle féminin dans le domaine des activités profanes de la prise en charge de la santé et de la maladie9. Francine Saillant souligne ceci lorsqu'elle met en évidence la dimension genrée des soins profanes comme s'inscrivant dans la continuité des conduites traditionnelles des femmes dans le soin destiné à autrui. (Saillant, 1999 : 15).

35Les discontinuités entre les logiques de conduites d'hygiènes actuelles et celle du passé sont caractérisé par la réadaptation des normes et des valeurs dans la relation à soi et à autrui. Elles s'opèrent notamment par la remise en cause des principes des aînés et la quête actuelle d'un bien-être motivée par le souci de soi, par l'amour-propre. Nos extraits d'entretiens témoignent de la construction sociale de l'intimité personnelle, structurée par les cadres sociaux et culturels de la mémoire corporelle individuelle, mais aussi dynamique, par le réseau de liens et de sens qu'elle engage et qui s'opère par une réadaptation partielle et continuelle de cette mémoire.

Haut de page

Bibliographie

AÏACH P., « Les voies de la médicalisation » in Aïach P., Delanöe D., L'ère de la médicalisation. Ecce homo sanitas, Paris : Anthropos, 1998, p.15-37.

CHARTIER R., « Comment penser l'autocontrainte ? » (Entretien sur l'œuvre de Norbert Elias), Communications, n° 56, 1993, p.41-49.

DENEFLE S., Tant qu'il y aura du linge à laver, Paris : Arléa-Corbet, 1995.

ELIAS N., La civilisation des mœurs, Paris : Calmann-Levy, 1973.

HALBWACHS M., La mémoire collective, Paris : PUF, 1968.

HAROCHE C., « Se gouverner, gouverner les autres », Communications, n° 56,1993, p.51-59.

KAUFMANN J.C., La trame conjugale : Analyse du couple par son linge, Paris : Nathan, 1992

Le BRETON, D., La sociologie du corps, Paris : PUF, 1992.

Le BRETON D., Les passions ordinaires : Anthropologie des émotions, Paris : Armand Colin, 1998.

NAHOUM-GRAPPE V., « L'odeur du nid », Autrement, n°81, juin 1986, p.147-151.

NAMER G., Mémoire et société, Paris : Méridiens Klincksieck, 1987.

RAUCH A., « Parer, paraître, apparaître : Histoires de la présence corporelle », Ethnologie française, Vol.19, n°2, 1989, p.145-154.

SABOURIN P., « Perspective sur la mémoire sociale de Maurice Halbwacks », Sociologie et Sociétés, vol.29, n°2, Automne 1997, p.139-161.

SAILLANT F., « Femmes, soins domestiques et espace thérapeutique », Anthropologie et Sociétés, vol. 23, n°2, 1999, p.15-39.

VERRET M., « Les cycles du linge », Ethnologie française, Vol.3, 1986.

VIGARELLO G., Le propre et le sale : l'hygiène du corps depuis le Moyen-Age, Paris : Le Seuil, 1985.

WELZER-LANG D., FILIOD J.P., Les hommes à la conquête de l'espace domestique, Montréal : Ed. Le Jour, 1993

Haut de page

Notes

1  « L'éloignement dans l'espace, à travers les données ethnologiques, ou dans le temps, à travers l'histoire des mentalités, souligne les manières changeantes et conventionnelles des émotions et leur mise en jeu selon les groupes sociaux et les circonstances ». (Le Breton, 1998 : 92).

2  Selon Maurice Halbwachs, la mémoire collective est l'objet d'une réadaptation continuelle élaborée par les groupes sociaux à travers l'interaction quotidienne (Halbwachs, 1968).

3  Les transformations des conduites d'hygiène résultent du processus de médicalisation.
« La valeur santé, toujours placée en tête des sondages, se répand sur le corps social à la fois en prenant de l'extension, c'est-à-dire en recouvrant des espaces où d'autres valeurs dominaient (ou en se mêlant à elles) (…) ou encore en prenant de la profondeur, en s'insinuant et en s'intériorisant dans les esprits d'un nombre croissants d'individus. » (Aïach, 1998 : 27)

4  « Ce que nous désignons par les termes de morale ou de motivation morale assume, à un certain niveau social, en tant que moyen de conditionnement des enfants, la même fonction que l'hygiène et les motivations hygiéniques : le recours à de tels moyens vise simplement à obtenir l'attitude sociale désirée par une sorte d'automatisme, d'auto-contrainte, qui fait apparaître à l'individu telle manière d'agir comme sa propre initiative, prise pour l'intérêt de sa santé ou pour sauvegarder sa propre dignité. » (Elias, 1973 : 214).

5  Claudine Haroche, à propos de la contenance, parle d'un de ces « schémas collectifs fondamentaux, dans histoire de l'Occident, susceptible alors de rendre compte d'aspects majeurs de la vie psychologique, sociale et politique. » On pourrait dire que, d'une certaine manière, gérer sa saleté corporelle c'est gouverner son corps ou plutôt gérer l'ingouvernable de son corps. Car, comme le souligne l'auteur, « ce qui met en péril la contenance, ce sont les débordements, le non-maîtrisé, l'ingouvernable en soi mais aussi l'ingouvernable en autrui... » (Haroche, 1993 : 62).

6  Ce sentiment de sécurité, décrit au cours des entretiens, met en évidence la dimension affective de la mémoire collective, mémoire du groupe auquel on appartient. « L'expérience de la mémoire collective est une expérience concrète, affective : il faut, dit Halbwachs, "se sentir en rapport avec une société d'hommes". » (Namer, 1987 : 56).

7  Dans la situation d'entretien, le rire permet de faire la chronique de l'expérience de la saleté corporelle en détournant les sentiments de gêne occasionnés par le dévoilement de l'intime.

8  Selon Roger Chartier à propos de l'œuvre de Norbert Elias, le souci de soi vis à vis d'autrui est orienté par une surveillance de soi plus forte qu'auparavant : « (…) les réseaux d'interdépendance entre les individus s'étant resserrés, les exigences quant à la commande du comportement sont plus fortes : de ce point de vue, est transporté dans le moi ce qui est requis par rapport aux autres. » (Chartier, 1993 : p.45).

9  Le terme « profane » entre ici en opposition au terme d'« expert ». Les activités profanes du soin sont celles qui ne relèvent pas de l'expertise médicale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Marche, « La saleté corporelle et l'« amour propre » : mémoire sociale et figures de l'intime », Face à face [En ligne], 5 | 2003, mis en ligne le 01 mars 2003, consulté le 21 août 2017. URL : http://faceaface.revues.org/420

Haut de page

Auteur

Hélène Marche

CERS UMR 5117, Université de Toulouse le Mirail.
e-mail : hmarche@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org