Navigation – Plan du site
Dossier

Stérilité au féminin : enjeux du corps, enjeux de la mémoire !

Houda El Aaddouni

Texte intégral

  • 1  A. Finkielkraut, La sagesse de l'amour, Gallimard, 1984, p.104.

« D'où parles-tu, c'est la question totalitaire par excellence. D'où parles-tu ? C'est-à-dire qui, quand tu crois t'exprimer, parle en toi. »
A. Finkielkraut1

  • 2  Godelier Maurice, « Anthropologie sociale et histoire locale », AOHNA, 1996, p. 444.
  • 3  Joutard Philippe, Hachette 1983. C'est un ouvrage qui fait le point sur l'histoire orale.

1Cet article aborde la question de la stérilité féminine au Maroc à partir d'une approche socio-anthropologique. Il s'agit pour nous de prendre en considération la façon dont le corps stérile est traité dans le champ des mémoires sociales de ce pays. Dans ce cadre, nous proposons d'aborder le double thème de la féminisation de la stérilité (le fait que l'on fasse d'elle un problème féminin), et celui de la thérapie traditionnelle dont certains disent qu'elle serait vouée à la disparition. Nous nous intéressons au maintien des traditions relatives à la prise en charge socioculturelle de la stérilité à partir d'un travail de terrain qui nous conduit à nous interroger sur ce qui touche à la structuration sociale et aux dimensions idéelles2. Donnant la parole à des « voix qui viennent du passé » (P. Joutard)3, la démarche est ici celle d'une « ethnologie de la dernière chance », pour reprendre une expression de Jean Poirier, qui permet d'observer des formes de résistance face à des mutations que connaît la société.

  • 4  Chebel Malek, Le corps dans la tradition du Maghreb, PUF, 1984, p. 9.

2Dans le champ de l'anthropologie de la stérilité, le corps n'est pas appréhendé sous l'angle du « pathologiqu », du « déviant », de l'« anormal » au regard de ce qui constituerait une norme. Il est en revanche saisi dans le contexte de constructions sociales présentes en différents niveaux de la société. « Phagocyté dans ses rites, traduit dans ses actes les plus inconscients ou dans ses schèmes absolus » (C. Malek)4, le corps stérile renvoie ici à un ensemble de représentations qui entourent le monde féminin dans sa totalité. Cet ensemble est étroitement lié au construit d'une mémoire collective qui fait porter la responsabilité de la stérilité à la femme. Le processus de mise en accusation dont cette dernière fait l'objet, laisse apparaître à la fois la valorisation de la procréation et l'exercice d'une domination masculine. Féminisées, la stérilité, sa connaissance, sa guérison et sa thérapie sont traditionnellement devenues une affaire de femmes. Celle-ci, se transmettant de génération en génération, assure une continuité entre les mondes d'hier et ceux d'aujourd'hui, dans la tension permanente d'une projection vers l'avenir.

3Dans le contexte marocain des problèmes liés à la stérilité, nous sommes ainsi face à une situation où, d'un côté la médecine moderne est présente, et où d'un autre l'efficacité agissante conférée à sa prise en charge traditionnelle par les femmes n'en demeure pas moins.

Stérilité : mémoire du corps

  • 5  Tabet Paola, 35 « Fertilité naturelle, reproduction forcée », L'arraisonnement des femmes, Cahier (...)

4Dans toutes les sociétés, la stérilité est génératrice d'angoisses majeures. L'on y observe que la sexualité reproductive et celle qui ne l'est pas sont distinguées (P. Tabet)5. Dans un tel contexte, le statut social de la femme stérile est à mettre en relation avec la valorisation de la procréation. En privilégiant cette dernière, la collectivité assure non seulement sa survie biologique, mais également sa propre survie sociale au travers de la transmission de valeurs, de normes, de pratiques et d'acquis de toutes sorte qui sont précisément liés à la reproduction du genre humain. Si le statut de femme est acquis à partir du premier enfantement, c'est aussi avec lui que le corps féminin devient un enjeu de pouvoir considérable entre les univers sociaux masculins et féminins.

  • 6  David Georges, « La stérilité masculine : le déni du mâle », Le genre humain, n° 10 : Le masculin, (...)
  • 7  Guhmacher A. F., « Early attitudes to ward in fertility », Fertil, Steril, n° 4, p. 250-262.
  • 8  David Georges, op. cit., p. 31.

5David Georges souligne que la stérilité est imputée d'une façon générale à la femme6. Cette féminisation pourrait trouver son explication dans l'ignorance médicale du problème, mais les archives possédées sur ce sujet infirment une telle hypothèse. Par exemple, certains documents datant de l'ère pharaonique, présentent des ordonnances et des traitements herboristiques7 en vue du traitement de la stérilité des femmes. Ici déjà, il était donc bien question d'une stérilité féminine. Ce n'est que dans la société grecque, qu'apparaîtrait une définition de la stérilité masculine. Elle est proposée par des médecins, tels que Galien qui, à partir de la théorie d'Hippocrate, distingue « la stérilité par impossibilité de rapports et la stérilité par déficience du sperme : celle-ci pouvant résulter soit d'une absence de testicules, soit d'une maladie » (D. Georges : 31)8. Ultérieurement, les différents courants de la médecine continuèrent d'appréhender la stérilité masculine de cette façon. Ces connaissances connaissent une évolution évidente avec la découverte en 1670 de l'ovule par Régner Graf et celle du spermatozoïde par Leuwenhoker en 1677.

  • 9  Bourquia Rahma, « La femme et le langage », Approches, femme et pouvoirs, Le Fennec, 1990, p 17.

6L'historiographie médicale montre donc la présence d'une connaissance de la stérilité masculine datant au moins de l'Antiquité. Le fait que le corps social continue d'attribuer la stérilité à la femme, soulève ainsi une fois de plus la problématique des divergences existant entre le discours médical et les représentations du commun. Celles-ci se trouvent être d'autant plus renforcées que certaines femmes acceptent de se prêter à des examens de diagnostiques, ce qui accentue le processus de culpabilisation qui pèse sur elles (David Georges : 34). De son côté, Rahma Bourquia9 fait en outre observer qu'une stérilité masculine peut fréquemment être transformée par l'entourage familial en une stérilité féminine. Est alors en cause, vis-à-vis du genre masculin, la représentation sociale qui associe stérilité et impuissance, tandis que vis-à-vis du genre féminin, nous sommes confrontés à la représentation d'un corps féminin considéré comme passif, diminué et vide, autant de caractéristiques qui rendraient la femme apte à supporter tous les malheurs. Ces différentes représentations sont transmises de génération en génération.

7Aussi, à ce jour, vivre la stérilité, ce serait pour une femme devoir rester condamnée de tout temps à jamais par le poids d'un ensemble de traditions et de croyances.

8En raison de l'appropriation et de l'intériorisation constante de ces dernières par les femmes lors de leurs processus de socialisation, la question de la stérilité nous permet donc d'accéder de façon privilégiée à la transmission, tout au long des générations, d'un ensemble de mémoires sociales concernant tout à la fois le corps et le genre. A ce titre, la stérilité devient par excellence la mémoire du corps humain en récupérant et réinsérant les représentations et les connaissances ancestrales.

  • 10  Chiss J. L, « Raconter et témoigner : le vécu à la croisée du théorique et du politique », in Prat (...)

9La stérilité en tant que mémoire du corps crée une opposition entre l'individuel et le collectif, le privé et le public. Comment s'effectue la transition d'une mémoire individuelle vers une autre collective ? Est-ce qu'on vit, se représente la stérilité de la même façon? Les ethnologues, les historiens approuvent qu'au sein d'une seule société plusieurs mémoires puissent coexister dans un climat d'opposition, de querelles et de déséquilibre. Malgré cette opposition la mémoire collective de la maladie est là, son rôle consiste à réconcilier le subjectif et le collectif, un opérant une insertion du premier au sein du second, surtout que l'on sache que « la mémoire n'est pas un stock cumulatif mais le fil des métamorphoses et le lien de je à nous »10. C'est ainsi que la mémoire collective de la maladie est revécue à l'intérieur de chaque individu. Dans ce sens, l'usage du temps cesse d'exister. Cette réalité n'élimine pas le rôle de l'histoire, des changements latents qui prennent leurs ampleurs selon la nature, le genre et la spécificité da chaque société. S'agissent ici de la société marocaine, en se demande comment la mémoire collective conserve les présentations traditionnelles de la stérilité ? Comment sont-elles revivées dans les pratiques thérapeutiques ?

Stérilité féminine au Maroc : enjeux de la mémoire

  • 11  Dialmy A., Féminisme soufi, Conte fassi et initiation sexuelle, Afrique- Orient, 1991, p. 7.

10La stérilité comme objet sociologique impose de distinguer différentes formes de mémoire qui se décline ici entre mémoire masculine et mémoire féminine. Pour affronter le pouvoir patriarcal, la mémoire féminine s'exprime par la voie orale. Elle est une « reproduction critique, contestataire de l'idéologie dominante masculine »11.

11Le fait de distinguer des formes particulières de mémoire n'implique pas automatiquement qu'il y ait contradiction entre mémoire féminine et mémoire masculine lorsqu'elles pensent la stérilité. L'une et l'autre mémoire sont orientées par la même idéologie patriarcale: la distinction des hommes du monde des femmes, par le principe de la féminisation de la stérilité.

Être femme : être stérile

  • 12  Dujardin C. L., Des mères contre les femmes. Maternité et patriarcat au Maghreb, La découverte, 19 (...)
  • 13  Le corps dans la tradition au Maghreb, op. cit. , p. 33.

12Le modèle « mère-avant tout »12 reste le modèle dominant dans la société marocaine. C'est lui qui oriente et délimite l'univers de la sexualité, du psychologique et du social. C'est pourquoi la stérilité est vécue comme une vraie « catastrophe », un mal… Elle est présentée comme un argument qui « légitime » divers comportements (divorces, polygamies, marginalisation…). Malek Chebel précise que « le corps stérile informe, par une sorte d'analogie inversée, que le corps fécond est survalorisé. La réalisation au corps gravide est honorée par son association à la divinité créatrice. Cette relation (çilatou errahim) inaugure et introduit la femme au statut glorifié de la féminité accomplie et heureuse. Elle devient al waloud, celle qui procrée »13.

  • 14  Dialmy A, Identité masculine et santé reproductive au Maroc, Midlle East Reseach Compétition 2000.
  • 15  Depuis l'adoption de la PF par l'état marocaine, l'action information, éducation et sensibilisatio (...)

13La stérilité est attribuée à la femme dès lors que l'homme peut avoir une érection et une éjaculation. Cette criminalisation de la femme trouve-t-elle ses racines dans l'ignorance des mécanismes causant la stérilité humaine en général ? Ou à une répartition socio sexuelle qui rend le corps féminin l'unique responsable ?
Malgré l'intervention de la médecine moderne on peut parler d'une continuité dans la représentation de la stérilité. Une étude récente sur la santé reproductive a confirmé que 16% des fonctionnaires de la santé pensent que l'homme ne peut jamais être stérile14. Cette proportion est importante et pose problème lorsqu'on sait qu'au Maroc ce sont les agents de santé publique qui font la sensibilisation (IES) sur la santé sexuelle et reproductive15.

14La féminisation de la stérilité au Maroc comme ailleurs renvoie à l'idéologie sexuelle qui domine le champ de la sexualité, du statut de la femme et de la famille. Celle-ci demeure une composante essentielle de la mémoire collective. Les travaux anthropologiques sur le genre et le féminisme ont contribué à comprendre quelques dimensions de cette sexualité.

15Ici, ce qui nous intéresse, c'est la remise en cause de la médecine moderne par la perpétuation de la féminisation de la stérilité dans la mémoire collective. A cet égard, le recours à la médecine traditionnelle reste dominant et, selon l'idéologie sexuelle qui la sous-tend est une affaire des femmes.

La thérapie traditionnelle : affaire des femmes

16La féminisation de la stérilité rend le savoir, la guérison, et la thérapie une affaire des femmes par excellence. Ce savoir, produit par les femmes et consommé par elles, nous donne la possibilité de parler d'une mémoire féminine.

  • 16  « Planification familiale au Maroc : changement et continuité- étude de terrain, exemple Fès », th (...)

17Ce savoir se transmet oralement de génération en génération, par l'intermédiaire des femmes âgées : mères, grandes mères, belles-mères et en relation étroite avec le cycle de vie (fécondité, stérilité, féminité, ménopause….). Ainsi, notre enquête réalisée auprès de femmes et d'hommes16 nous a montré que ce savoir reste une affaire des femmes. De leur côté, les hommes reconnaissent l'existence de ces pratiques sans être capables de les citer précisément.

  • 17  Cité in Steudler François, Sociologie médicale, A. C., 1972, p. 30.
  • 18  Godelier M, « L'énigme du don, le legs de Mauss », Social Anthropology, 1995, p.16.

18La thérapie traditionnelle de la stérilité est attribuée par l'organisation sociale à des groupes bien déterminés. On trouve par exemple le Fqih, Qabla (accoucheuse traditionnelle), âttar ou herboriste, voyante … Ces groupes sociaux se distinguent par une place privilégiée et énigmatique qui découle de leur façon de concevoir la stérilité : mal extérieur, surnaturelle. La personne qui lutte contre une force extérieur détient -selon Mauss- un « pouvoir magique et un statut social déterminé par l'anormal »17. Aussi, la guérison est un don, un acte sacré. Guérir ou donner fait surgir une « différence, une inégalité de statuts entre donateur et donataire »18. Les pratiques de soin nécessitent une grande croyance (Niya) et leur efficacité vécue par les donataires assoie le statut des donateurs. La femme consulte le guérisseur(euse) qui lui prescrit des méthodes bien définies. De son côté, la femme valide la pratique du guérisseur(euse) en le (la) conseillant à d'autres femmes.

19En somme, l'expérience individuelle du tradi-thérapeute en faisant parti de la mémoire féminine devient collective. Elle assure sa durabilité à travers cet échange : femme stérile -> tradi-thérapeute -> femme de l'entourage de la femme stérile -> toute la collectivité. C'est à travers ce cercle que la mémoire collective vit et conserve l'expérience du guérisseur. Aussi, la réussite de cette pratique dépend et se manifeste par la circulation de ses savoirs, de ses thérapies.

Quelques thérapies traditionnelles

20Bien qu'il n'y ait pas de statistiques sur l'utilisation de ce savoir traditionnel, le fait qu'il soit conservé par la mémoire féminine est déjà un point important pour la recherche et l'analyse anthropologique. Ce savoir repose sur deux stratégies médicinales et thérapeutiques.

  • 19  Voir à cet égard : Mathieu J. Manne ville R, Les Accoucheurs musulmanes traditionnelles de Casabla (...)
  • 20  Bourquia R., Femmes et fécondité, Afrique Orient, 1995, p.54.

« La première est une stratégie imaginaire ou fictive ; elle se résume dans la croyance en "l'enfant endormi"19 (râgued). La seconde est thérapeutique et consiste à puiser, dans le répertoire culturel féminin, les moyens et les méthodes pour "guérir" la stérilité » (Bourquia, 1995 : 54)20.

  • 21  Dialmy A., « Le champs de l'éducation sexuelle : les acquis de les besoins ». CERED, Santé de repr (...)

21Selon la théorie de l'enfant endormi21, la femme serait enceinte sur une longue durée, qui dépasse les 9 mois de grossesse et peut aller jusque 7 ans. Il faut attendre que cet enfant se décide à sortir.

  • 22  N. Sbaï, Enfant endormi, Rabat: Edino, 1987.

22Bien que la croyance de « l'enfant endormi » soit reniée par quelques catégories sociales, elle persiste non seulement dans la mémoire féminine, mais aussi dans la mémoire collective22.

  • 23  Zempleni A., « La thérapie traditionnelle des troubles mentaux chez les Wolf et les Lebou (Sénégal (...)

23En se basant sur un ensemble de recettes et de remèdes, la stratégie thérapeutique fait partie de la médecine traditionnelle. Lors de notre enquête de terrain, on a pu rassembler plusieurs méthodes pour soigner la stérilité : breuvage à base de plantes, brûler des produits proscrits par un Fqih, boire de l'eau dans laquelle on a dissout un « talisman », porter des amulettes, être cautériser par des professionnels (el kay) : le guérisseur brûle le ventre de la femme stérile avec des petits coups d'un fil de fer chauffé ou avec une branche d'arbre chauffée)… Ces méthodes ne varient pas selon le choix de la patiente, mais selon les causes de la stérilité. Cette dernière peut être causée par le froid, par le mauvais œil ou par la sorcellerie ou d'un djiin malfaisant…La détermination de la cause de la stérilité reste la spécialité du Fqih et de la voyante (echawafa) qui ont le don, la capacité, le pouvoir d'interpréter la vraie cause de la stérilité. Ainsi, femmes et guérisseurs constituent une expérience quasi-collective de la stérilité et créent un discours collectif de la maladie23. Pour mieux saisir ces pratiques de guérison nous choisissons de détailler trois d'entre elles :

  • Méthode 1
    Cette méthode se base sur plusieurs herbes « chaudes » choisies par le guérisseur. La femme doit les mélanger avec de l'huile d'olive et forme un petit tampon. Elle place ce tampon, enveloppé dans un morceau de laine, dans le col de son vagin. Cette opération doit être répétée trois nuits successives.

  • Méthode 2
    Dans un bol on garde des figues avec du lait de chienne pendant toute la nuit, la femme stérile doit manger ces figues avant le lever du soleil en disant « dieu ouvre mon nœud comme tu ouvres les nœuds de toutes tes créatures ».

  • Méthode 3
    Cette méthode sert à « ouvrir » la fermeture de la matrice dite « thkaf ». Dans ce rite la femme stérile doit s'asperger le corps avec de l'eau de pluie, dans laquelle un talisman a été effacé. Ceci doit se dérouler sur un lieu spécifique : le tombeau d'un juif.

24Ces trois méthodes ne se basent pas sur le même principe. La première méthode réchauffe la matrice « habitée par le froid » selon la déclaration des femmes. La deuxième est symbolique, elle exprime l'imaginaire / l'envie de la femme : être fertile comme une chienne, les mots que doit répéter la femme stérile pendant ce rite lui donne plus de symbolisme en introduisant le sacré : Dieu. La troisième est magique. Elle est aussi symbolique et contient plusieurs significations: la pluie symbole de la fertilité, le tombeau c'est la mort symbolique de la stérilité, de la matrice froide (agra), et l'image des juifs au Maroc comme des possesseurs de la magie, le surnaturel…

  • 24  Doutté E., Magie et religion, Alger, 1909.

25Cette distinction reste arbitraire car il faut souligner qu'il est « souvent impossible de distinguer le rite magique du rite médical »24. Beaucoup de méthodes proposent la consommation de certains aliments avec la répétition de mots et de formules qui donnent de l'autorité à la guérison.

  • 25  Bourquia R, op. cit., p. 64. Voir aussi C. L Strauss « L'efficacité symbolique », Anthropologique (...)

26L'analyse anthropologique de ces remèdes pose le problème de la représentation de leur efficacité, qui est une efficacité symbolique25. Elle dépend, en premier lieu, de la volonté de dieu. La plupart des enquêtés femmes et hommes, en parlant de la guérison déclarent que « tout dépend du dieu », « tout est possible pour dieu », « quand dieu veut »… malgré cette foi, on a pu remarquer que la conscience médicale chez eux exige la recherche de soins, de guérison. De ce fait, les remèdes ne sont qu'un palliatif plus au moins psychologique et la guérison reste une affaire divine.

  • 26  Peter Jean Pierre, op. cit., p.23.

27En outre, la mémoire féminine fait partie de la mémoire thérapeutique collective, qui perçoit la maladie comme affaire de dieu : « dieu nous donne la maladie et lui seul peut la soigner ». Il est utile pour saisir la mémoire thérapeutique féminine, de revenir sur la notion de « logique circulaire » (P. Jean-Pierre)26. Le cercle s'ouvre par la volonté de dieu : don de la maladie et se ferme par la volonté de dieu: la guérir.

  • 27  Jaffré Y. « Petite réflexions à propos du texte » médecine traditionnelle et coopération internati (...)
  • 28  Litan Ralph, Le fondement culturel de la personnalité, Dunod, Paris 1986, p. 38.
  • 29  Pascon Paul, « Mythes et croyances au Maroc », Lamalif n°180, septembre 1986, p. 55.

28D'un point de vue scientifique, ces pratiques symboliques ne soignent pas la stérilité. A cet égard, on peut même parler d'une absence thérapeutique, d'un « bricolage thérapeutique »27 , d'une inégalité sociale concernant la circulation des connaissances biomédicales sur la stérilité, surtout chez les plus démunis. Malgré cette reconnaissance, il semble que la persistance mémorielle de ces pratiques symboliques reste un phénomène excellent pour l'étude. La persistance ne signifie pas seulement la transmission d'un savoir de génération en génération28, mais aussi, et c'est ce qui est le plus important, sa force de transformation en empruntant à chaque univers sa forme de rationalité, de merveilleux, de sensibilité et de preuves29. De ce fait, le passé est toujours réélaboré en fonction du présent. Autrement dit, la persistance mémorielle révèle que rien n'est exclusivement traditionnel. Ceci nous amène alors à nous demander quelles sont les circonstances de cette perpétuation ? Si elle est liée à des critères socio-démographiques bien définis ? Enfin nous pouvons nous demander si elle remet en cause la modernisation ?

  • 30  Valabrega J. P., La relation thérapeutique : malade - médecin, Paris, Flammarion, 1962, p 132.

29Afin de ne pas banaliser le recours à la médicalisation traditionnelle en l'associant aux critères socio-démographiques suivants: niveau de vie très bas, analphabétisme, ruralité…, il faut se rappeler constamment que la situation de la maladie est toujours liée à une situation de crise, même en l'absence d'une crise économique. La psychologie comparative ainsi que l'analyse psychologique nous enseignent que là ou il y a une crise, il y a recours à des systèmes de défense élémentaires30 et traditionnels persistants dans la mémoire.

30Ce qui nous intéresse plus précisément, c'est le fait que l'usage de ces connaissances reflète la manière de concevoir le corps féminin. Autrement dit, le discours mémorial sur la stérilité, qui ne répète en fait que le discours des hommes et du pouvoir social, accuse le corps féminin et lui prescrit une thérapie qui est en adéquation avec la thérapie traditionnelle, collective et sociale.

31Pour répondre à la question de la réélaboration de ce discours par la mémoire collective, nous proposons de réfléchir sur :

    • 31  Nous soulignons que la médecine moderne au Maroc comme dans tous les pays du tiers monde n'est pas (...)

    la persistance liée à l'échec de la médecine moderne31.
    En se basant sur l'égalité des sexes devant la maladie et la mort, la médecine moderne s'oppose à la thérapie traditionnelle patriarcale. L'impact de la médecine moderne au Maroc reste faible, car il est conditionné par l'amélioration des conditions de vie de la population, le changement de l'idéologie islamique patriarcale, l'amélioration des droits de la femme… ce qui est loin de s'exécuter dans la société marocaine. L'échec de la médecine moderne pour subvenir aux besoins de toute la population rend la thérapie traditionnelle d'autant plus vivace, devenant un refuge.

    • 32  Voir à cet égard, Dialmy A., Logement islam et sexualité, EDDIF 1995.

    la persistance par refus de la modernisation du corps féminin.
    Partons ici de la spécificité du corps au Maroc, qui ne peut se comprendre qu'a travers la notion du sacré et du secret32. La modernisation du corps et précisément féminin, dévoile ce qui est caché et élimine sa sacralité. En dépassant les bases fondamentales de la médecine traditionnelle : le secret et le sacré, le corps féminin en premier lieu devient égal au corps masculin. D'où, la possibilité qu'il soit accessible à l'autre : l'homme, le médecin, l'étranger. Ce qui met toute l'idéologie sexuelle patriarcale en danger.

32En fait, la modernisation médicale délimite le pouvoir qu'exercent les hommes et le système social sur le corps féminin conçu comme le seul responsable de la stérilité. Ceci nous amène à conclure que la défense de l'idéologie patriarcale est ici le moteur de la persistance des représentations traditionnelles sur la stérilité dans la mémoire, surtout avec l'inaccessibilité de la médecine moderne pour la population marocaine.

Haut de page

Notes

1  A. Finkielkraut, La sagesse de l'amour, Gallimard, 1984, p.104.

2  Godelier Maurice, « Anthropologie sociale et histoire locale », AOHNA, 1996, p. 444.

3  Joutard Philippe, Hachette 1983. C'est un ouvrage qui fait le point sur l'histoire orale.

4  Chebel Malek, Le corps dans la tradition du Maghreb, PUF, 1984, p. 9.

5  Tabet Paola, 35 « Fertilité naturelle, reproduction forcée », L'arraisonnement des femmes, Cahier de l'homme, p. 98.

6  David Georges, « La stérilité masculine : le déni du mâle », Le genre humain, n° 10 : Le masculin, Complexe.

7  Guhmacher A. F., « Early attitudes to ward in fertility », Fertil, Steril, n° 4, p. 250-262.

8  David Georges, op. cit., p. 31.

9  Bourquia Rahma, « La femme et le langage », Approches, femme et pouvoirs, Le Fennec, 1990, p 17.

10  Chiss J. L, « Raconter et témoigner : le vécu à la croisée du théorique et du politique », in Pratiques, Siège social, p. 31.

11  Dialmy A., Féminisme soufi, Conte fassi et initiation sexuelle, Afrique- Orient, 1991, p. 7.

12  Dujardin C. L., Des mères contre les femmes. Maternité et patriarcat au Maghreb, La découverte, 1985.

13  Le corps dans la tradition au Maghreb, op. cit. , p. 33.

14  Dialmy A, Identité masculine et santé reproductive au Maroc, Midlle East Reseach Compétition 2000.

15  Depuis l'adoption de la PF par l'état marocaine, l'action information, éducation et sensibilisation (IES) est intégrée aux activités de la santé publique.

16  « Planification familiale au Maroc : changement et continuité- étude de terrain, exemple Fès », thèse de doctorat du 3e cycle 2002.

17  Cité in Steudler François, Sociologie médicale, A. C., 1972, p. 30.

18  Godelier M, « L'énigme du don, le legs de Mauss », Social Anthropology, 1995, p.16.

19  Voir à cet égard : Mathieu J. Manne ville R, Les Accoucheurs musulmanes traditionnelles de Casablanca, Paris, 1951.

20  Bourquia R., Femmes et fécondité, Afrique Orient, 1995, p.54.

21  Dialmy A., « Le champs de l'éducation sexuelle : les acquis de les besoins ». CERED, Santé de reproduction : facteurs démographiques et socio- culturels, 1998, p. 246.

22  N. Sbaï, Enfant endormi, Rabat: Edino, 1987.

23  Zempleni A., « La thérapie traditionnelle des troubles mentaux chez les Wolf et les Lebou (Sénégal) », Social Sciences and Medecine, Pergamon Press, 1969, vol.3, p. 192.

24  Doutté E., Magie et religion, Alger, 1909.

25  Bourquia R, op. cit., p. 64. Voir aussi C. L Strauss « L'efficacité symbolique », Anthropologique structurelle, Paris : Plan, 1958.

26  Peter Jean Pierre, op. cit., p.23.

27  Jaffré Y. « Petite réflexions à propos du texte » médecine traditionnelle et coopération internationales, AMADES, Bulletin n°51, septembre 2002, p. 3.

28  Litan Ralph, Le fondement culturel de la personnalité, Dunod, Paris 1986, p. 38.

29  Pascon Paul, « Mythes et croyances au Maroc », Lamalif n°180, septembre 1986, p. 55.

30  Valabrega J. P., La relation thérapeutique : malade - médecin, Paris, Flammarion, 1962, p 132.

31  Nous soulignons que la médecine moderne au Maroc comme dans tous les pays du tiers monde n'est pas le fruit d'un développement des structures intérieures, mais il a été imposé par le colonialisme. Ce qui nous donne la possibilité de parler d'une modernité médicale imposée qui peut même contribuer à son échec.

32  Voir à cet égard, Dialmy A., Logement islam et sexualité, EDDIF 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Houda El Aaddouni, « Stérilité au féminin : enjeux du corps, enjeux de la mémoire ! », Face à face [En ligne], 5 | 2003, mis en ligne le 01 mars 2003, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://faceaface.revues.org/418

Haut de page

Auteur

Houda El Aaddouni

Chercheur en anthropo-sociologie de la santé, Laboratoire Inter-Disciplinaire d'Etude sur la Santé et la Population (LIDESP), Université Sidi Mohammed Ben Abdellah, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Dhar el Mahrez, Fes, Maroc

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org