Navigation – Plan du site
Dossier

La mémoire du préislamique dans les représentations de la maladie chez les Turcs migrants

Benoît Sourou

Texte intégral

1La consultation interculturelle où nous travaillons, dans la banlieue de Bordeaux, accueille parfois des familles turques en quête de sens. Celles-ci viennent le plus souvent sur les conseils et accompagnées de travailleurs sociaux voire de psychologues du milieu scolaire qui se trouvent souvent démunis face à la détresse d'adultes et d'enfants dont ils ignorent la langue. Dans ce dispositif, une équipe pluridisciplinaire (psychologues, assistantes sociales, médecins, infirmiers) reçoit un patient seul ou accompagné de membres de sa famille. A l'intérieur de ce cadre, les soignants remplissent des rôles différents : l'un d'entre eux, le thérapeute est chargé d'animer la séance, les autres membres de l'équipe sont ses co-thérapeutes, ils interviennent peu si ce n'est pour apporter des informations culturelles. Un interprète parlant la langue maternelle du consultant complète ce dispositif initié par T. Nathan (1986-1988) qu'il fonde sur l'idée du complémentarisme de Georges Devereux. Il utilise ainsi conjointement les analyses psychologiques et anthropologiques auprès de familles migrantes dans la banlieue parisienne afin d'apporter des solutions à leurs difficultés.

2Les personnes turques que nous rencontrons dans ce cadre sont d'origine rurale. Originaires du centre et de l'Est de l'Anatolie, elles sont arrivées en France il y a une quinzaine d'années et se sont regroupées dans certaines banlieues de la ville. Un puissant dispositif associatif encadre la vie des migrants prenant en charge tous les secteurs de leur vie sociale jusqu'à leurs difficultés d'ordre psychologiques qui seront le plus souvent « traitées » par un psychiatre turc, un imam ou réorientées vers le pays d'origine. Il est donc plutôt rare de pouvoir entendre ces personnes qui se qualifient elles-mêmes de « dures au mal », n'ayant que peu recours aux systèmes de soins et d'assistance français. Tout se passe en effet comme si le sens de leur mal être ne pouvait émerger qu'à la condition d'être écouté par quelqu'un issu de leur culture « d'origine », un musulman en somme. Etre turc ou être musulman c'est souvent pour nos interlocuteurs la même chose. L'Empire ottoman ne fut-il pas « l'épée de l'islam » durant dix siècles ! Ainsi, les références islamiques imposent-elles leur univers de sens dès qu'apparaît un malheur, une maladie, des échecs répétés ou de la malchance. « Evliya », « cin » et prophètes y jouent un rôle prépondérant. Tous participent de cette réponse à la quête de sens qui saisit l'infortuné. Pourtant sous l'islam, il nous semble que des structures plus anciennes persistent. Ecoutons donc quelques infortunés nous expliquer ce qui leur est arrivé. Le premier d'entre eux s'est rendu seul à la consultation interculturelle, sur les conseils de son médecin généraliste qui le trouvait déprimé. Il a été reçu par le groupe pluridisciplinaire sans la présence d'un interprète car il ne le souhaitait pas et ce à trois reprises pour des séances d'une heure environ. Nous reproduisons ici les extraits d'entretiens qui nous sont apparus les plus significatifs pour illustrer notre propos. La totalité des entretiens n'étant pas retranscriptible dans le cadre de cet article. Ces extraits recouvrent en fait une partie des deux premières séances. Concernant notre second exemple, il s'est déroulé dans des conditions à peu près similaires. La présence d'un interprète a toutefois été nécessaire monsieur E. ne parlant que peu le français. Il est venu à la consultation sur les conseils de son médecin psychiatre de secteur qui ne parvenait pas à se faire une idée diagnostique à son sujet. Nous l'avons également reçu pour trois séances. Durant ces entretiens, nous occupions une position de secrétaire de séance prenant en note tout ce qui se disait.

Extrait d'entretien (1)

Thérapeute :« Que vous est-il arrivé ? »

Monsieur C. :« Je suis tombé d'une façade, fracture ouverte. Le médecin a fait une erreur, il a attendu quarante-huit heures avant de faire la greffe avec des lambeaux. Ça s'est infecté, ça a attaqué l'os, il y avait des petites boules. Il aurait du faire ça tout de suite. Alors je lui ai dit : tu as quarante-huit heures pour quitter Bordeaux ou je te tue, il est parti, je ne l'ai jamais revu. Ensuite de grands professeurs se sont occupés de moi pour pas que je fasse des histoires, des greffes, des greffes, des lambeaux. Après deux ans, je n'avais toujours pas récupéré, j'ai demandé au médecin : quand est-ce que je vais récupérer ? Il m'a dit : je ne sais pas, je ne peux pas vous dire, il faut attendre. J'ai dit, et une autre solution ? Il m'a dit : couper la jambe, j'ai dit ok, au bout de quarante-huit heures j'ai signé les papiers.
J'ai filmé l'opération pour la regarder. J'ai la cassette et puis on sait jamais. Après l'opération, dans ma chambre, j'ai fumé une cigarette et j'ai bu un café. Les médecins n'avaient jamais vu ça, ils ont dit : vous alors incroyable ! Je suis dur à la douleur. Les Kurdes sont comme ça ! Après, je demandais à assister aux opérations quand ça pouvait m'intéresser. Le professeur disait : monsieur C., il y a une opération qui peut vous intéresser, venez ! J'ai vu plein d'opérations. Pendant la guerre du Golfe, je suis allé là bas, il y avait un type, une balle lui avait traversé la jambe de part en part. J'ai pris un couteau et j'ai enlevé la balle. Je sais faire ça, j'ai appris en regardant les médecins, les infirmières, je sais faire les pansements, les piqûres, les prises de sang. »

Thérapeute : « Comment s'est passé votre séjour à l'hôpital ? »

Monsieur C. : « Á l'hôpital, le problème c'est qu'il n'y a pas assez de personnel, une infirmière pour quarante malades, et ils suppriment les postes. En plus à l'hôpital, tu payes le ticket modérateur. Les gens, ils ne peuvent pas payer alors après, tu as les huissiers. Moi, j'ai 80% d'invalidité. Avant je prêtais ma carte de sécu pour les autres, mais maintenant, ce n'est plus possible, il y a des contrôles. Comment veux-tu que les gens se soignent ?
Á l'hôpital, un jour la bouffe était dégueulasse, j'appelle le directeur. On me dit : il n'est pas là ! Je dis que je vais faire un scandale. J'appelle les professeurs, ils étaient tous là autour de moi, je leur montre la bouffe. Eux, les médecins, ils ne mangent pas comme ça, c'est la bouffe uniquement pour les malades. Je fais un scandale. Le professeur dit d'accord monsieur. Ils ont peur de moi tu comprends, que je fasse des histoires. Le lendemain, ça avait changé, je pouvais manger à la carte. Si la bouffe a changé à l'hôpital, depuis ce temps, c'est grâce à moi. Et puis à l'hôpital, il y a le racisme : avec une femme une fois, je l'ai traitée de raciste pour remplir les papiers. Et puis un kiné raciste, une fois il m'a oublié pour mes exercices, je vais le voir : eh ! Tu m'as oublié ! Il me répond : fout moi le camp ! Alors je lui ai dit : ta g… raciste, tu as quarante-huit heures pour f… le camp ! Je me plains au professeur et il est parti à la Tour de Gassie. On traite les gens comme des chiens. Pourtant les Français ne sont pas racistes, ils aiment plutôt bien les Kurdes et les Turcs. Pourtant, il y a des problèmes entre Kurdes et Turcs. C'est pas les mêmes coutumes, avec K. l'épicier du bout de la rue, il raconte des choses sur les Kurdes. Je lui ai dit : toi tu ne me parles plus, tu ne me dis plus bonjour ! Maintenant quand il me croise, plus rien. »

Thérapeute : « Pourquoi est-ce qu'il y a tous ces problèmes avec les Turcs ? »

Monsieur C. : « Le Kurdistan, c'est très riche, il y a du pétrole, mais les pays capitalistes, ils ne veulent pas que ça soit indépendant. Moi je récupère des médicaments pour les envoyer là bas. Ici les gens en ont plein et ne s'en servent pas. J'envoie deux mille francs tous les mois au Kurdistan, pourtant je ne travaille pas. La semaine prochaine, je ne serai pas là mais en Italie. Ici, il y a beaucoup de problèmes avec les jeunes qui n'ont pas de travail, mais chez nous, celui qui se drogue ou qui vole, on ne lui dit plus bonjour, il est exclu de la communauté. Il n'y a pas de problème de drogue ou de vol chez nous. L'administration fait des contrôles de papiers tous les jours dans le café turc. Un jour, huit policiers arrivent chez moi à trois heures du matin avec des pistolets. L'administration pense que le PKK c'est une association de terroristes. Je vais écrire un livre. La solidarité est importante chez nous, si quelqu'un n'a pas à manger, on lui donne. J'ai attrapé un ulcère en prison à cause de la nourriture, j'y suis resté quatre ans. Si tu veux de la nourriture en prison, il faut que ta famille te l'apporte sinon par exemple un thé au gardien c'est dix francs au lieu de trois francs. Tu es traité comme un chien, une douche tous les quinze jours. Il y avait un professeur avec moi, il est mort à cause de la nourriture, c'était trop dur. A cause de ces conditions, j'ai attrapé un ulcère. »

Le paradigme du héros mythique

3Ainsi, notre interlocuteur se définit-il comme un « dur au mal », et s'oppose par-là aux Français : « les Turcs ne vont pas chez le médecin pour un oui ou pour un non comme les Français, uniquement quand c'est grave » nous dira-t-il plus loin. L'amputation qu'il a subi, consécutive à un accident du travail, est élevée comme un emblème de ce caractère autour duquel vont tourner tous les entretiens. Nous voyons ainsi comment, résidant en France depuis longtemps, il s'inscrit dans le paradigme des T'ou kiue, les anciens Turcs. Il n'a peur de rien surtout pas de parler, peut-être assimilé au fait de livrer un combat. En début d'entretien, il nous avait expliqué que le manque de travail est cause de problèmes psychiques : « 90% des Turcs sont malades dans leur tête à cause du manque de travail ». Pour lui, le travail, activité masculine par excellence, tout comme la guerre, semble constituer l'une des assises de l'être turc. Le défaut de cette activité prive l'homme de son essence. Il parcourt des espaces, livre bataille, terrorise les brutes. Ces actions donnent un caractère quasi mythique à son récit. Ceci a de quoi nous surprendre et nous amènerait rapidement à le considérer comme un mégalomane délirant si les écrits d'A. Gökalp (1993: 196) ne nous avaient mis en garde :

« Combien de fois il nous a été donné de constater que lorsqu'un Turc raconte ce qui s'est passé, il se place immédiatement non pas dans la mise en perspective d'un héros problématique, mais dans la construction d'une épopée singulière : il traverse des espaces, étranges, hostiles ; la joie la souffrance ou l'émotion matérialise la réalisation d'une destinée externe, et non pas les soubresauts d'un moi pris dans la tourmente de l'exil. »

4La façon dont il nous relate les événements dont il a été la victime constitue une véritable mise en scène, une succession d'images, de tableaux : notre interlocuteur tombe de la façade, il est à l'hôpital, il menace le médecin, l'amputation, la guerre du golfe […]. Les moments les plus pathétiques, les plus poignants sont décrits en temps réel : « j'ai fait ça […] ; j'ai fait ça […] ; tu as quarante-huit heures pour quitter la ville […] ». L'emploi répété de ces locutions nous interroge. Il nous semble que ces répétitions construisent le discours de notre interlocuteur sur le mode de l'épopée. P. Boratav (1965: 27) écrit ceci :

« Le style kirghize présente comme on peut s'y attendre, toutes les caractéristiques propres, en tout temps et en tout pays, aux épopées de tradition orale […] : répétition des mêmes épithètes, apparitions fréquentes des même clichés, images ou expressions conventionnelles. »

Ce serait au fond dans l'élaboration même de son récit que notre interlocuteur resterait profondément imprégné de références préislamiques.

5Nous le voyons véritablement se battre et triompher, tel le chaman franchissant les sept cieux décrit par J.-P. Roux (1984) ou descendre au travers des sept profondeurs des enfers. Peu importe la véracité de ces propos, ce qui impressionne l'auditeur c'est l'accumulation d'espaces franchis et le nombre important d'épreuves traversées. L'univers dans lequel il se déplace semble plus important que les actions qu'il développe. Cette mise en avant des tableaux et des images est le propre de l'épopée. A. Gökalp (1993: 196) insiste sur l'importance de ce « genre littéraire si particulier, qui joue un rôle capital dans le système symbolique turc, il renvoie toujours le groupe à la conscience qu'il a de son caractère structuré […] les personnages se distinguent toujours par une absence d'épaisseur psychologique individuelle, si caractéristique du modèle épique ». Ainsi, ce qui nous apparaissait comme un trait du caractère mégalomane de notre interlocuteur, consisterait plutôt en une hypotrophie de sa personnalité. Nous pouvons alors nous poser la question du pourquoi de cette hypertrophie de l'espace constitutive du caractère épique. Cet espace essentiellement peuplé d'incompétents, de racistes, d'irresponsables, de couards, de calomniateurs, de voleurs est élaboré à la seule fin de faire ressortir le caractère courageux, vertueux, altruiste, guerrier de notre héros. Néanmoins, cela n'est peut-être pas comme nous aurions pu le supposer au service de sa personne, du moins dans un premier temps, mais plutôt au service de la communauté à laquelle il appartient : « les Kurdes sont comme ça ! » précisera-t-il. Et cela apparaît majoré par la situation d'exil, ainsi que par la rencontre avec un interlocuteur d'une autre appartenance ethnique.

« Le héros épique n'existe que par et à travers la communauté à laquelle il appartient. Le groupe ne recevra son identité que par les exploits du héros qui consistent à combattre tout ce qui empêche le groupe d'exister en tant que tel » explique A. Gökalp (1993: 195).

Nous retrouvons la même idée dans l'ouvrage de Y. Kemal (1982) : Tu écraseras le serpent, dans lequel Hassan, héros du roman doit restaurer l'honneur du village en tuant sa mère. Par-là seulement, il pourra s'inscrire dans sa filiation. Donc, dans un premier temps, notre interlocuteur campe le décor, un univers hostile d'où peut émerger l'être turc, paradigme des caractères de la communauté. Ceux-ci étant spécifiés, c'est l'être kurde en tant que différent des Turcs qui apparaît, un être cette fois-ci plutôt instauré dans la rivalité fraternelle. La construction de son discours, envisagée selon des perspectives spatiales, nous rappelle la cosmographie de l'univers des T'ou kiue. Cette cosmographie permet l'apparition d'une identité turque idéale, c'est à dire définie par un certain nombre de traits de caractère persistants, fortement valorisés par la communauté pour des raisons historiques. Ces traits permettent aux membres de la communauté de se situer face aux occidentaux que nous incarnons dans cette rencontre. Ils procurent un champ de repérage où chacun pourra occuper son rang. Nous voyons que notre interlocuteur remplit parfaitement son rôle : « l'authentification de soi ne passe pas par un schéma individuel » affirme dans le même sens A. Gökalp (1987: 83).

6Un deuxième point a retenu notre attention. Toutes les difficultés rencontrées par notre interlocuteur dérivent de son accident et plus précisément selon lui, de l'intervention tardive d'un médecin :

« Je suis tombé d'une façade, fracture ouverte. Le médecin a fait une erreur, il a attendu quarante-huit heures avant de faire la greffe avec des lambeaux. »

Ce retard aurait entraîné une infection de l'os : « ça a attaqué l'os » nous a-t-il dit. Curieusement l'os, « süngek » en turc a la même étymologie que les mots lance (süngu), couteau (soya), dépouille (soyka) ou que le verbe soylamak (chercher ses origines), ce qui permet à A. Gökalp (1987: 83) de dire : « au plan linguistique, la descendance continue d'être signifiée à partir de l'os » et ce depuis l'époque des ancêtres oghouz. Les fils de l'ancêtre éponyme descendent de l'os affirme le mythe d'Oghouz. L'opposition os-chair va organiser le principe de descendance à partir de l'os. Le côté mâle, viril, est représenté par les objets guerriers : lance, couteau […]. Les os viendraient du côté du père, la chair du côté de la mère, chacune de ces composantes permettant la constitution d'un être humain. A. Gökalp (1987: 83) donne cet exemple :

« En Anatolie rurale, confier un enfant à quelqu'un qui n'est pas de la famille mais qui doit le prendre en charge (garde, éducation, apprentissage) s'accompagne toujours de la formule rituelle : "son os est à moi, sa chair est à toi" prononcé par le père à l'adresse de celui qui prend l'enfant en charge : l'os de la descendance, la chair de l'alliance. »

« Se rompre les os », cette expression serait-elle à entendre en tant que rompre avec son ascendance et avec sa descendance ? Ces questions restent ouvertes mais nous montrent que la filiation est en question lorsqu'il s'agit de l'identité et que l'univers de la parenté s'enracine dans le domaine préislamique.

7D'autres points du discours de ce patient nous paraissent y trouver des racines. Tout d'abord, la prégnance du réel, réel entendu dans le sens de ce qui n'est pas symbolisable, de ce qui est indescriptible. Toutes les blessures qu'il a subit peuvent être rangées dans ce registre, son impulsivité et la soudaineté des décisions qu'il prend également. Elles tendent à montrer sa farouche volonté de domination de la nature et de son corps, mais aussi à l'inverse elles traduisent son incapacité à élaborer, à négocier. L'épisode de la guerre du golfe confirmerait cette interprétation de la proximité d'une nature hostile où la guerre et l'horreur sont monnaie courante :

« Pendant la guerre du Golfe, je suis allé là-bas, il y avait un type, une balle lui avait traversé la jambe de part en part. J'ai pris un couteau et j'ai enlevé la balle. »

8Les romans de Y. Kemal en témoignent, l'homme doit se débrouiller par ses propres moyens pour survivre, il doit être actif, se mutiler, voire se donner la mort plutôt que de subir les affres de la nature et du déshonneur. Armé comme un T'ou kiue allant au combat, notre interlocuteur nous laisse entendre qu'il sait utiliser les couteaux pour soigner les blessés mais aussi peut-être pour se défendre. La vie de notre héros n'est qu'une suite de combats et de victoires et ce alors même qu'il est alité, en état de faiblesse, à l'hôpital. Il ne s'attendrit pas sur son sort, il œuvre pour que le bien triomphe, au service de sa communauté, terrorisant les puissants. Examinons maintenant un autre exemple afin de mieux cerner les champs qu'occupe le domaine du préislamique dans les discours de ces migrants originaires de Turquie.

Extrait d'entretien (2)

Thérapeute : « Comment allez-vous monsieur E. ? »

Monsieur E. : « Je me lève vers onze heures, onze heures trente le matin, et je me couche vers minuit, je suis fatigué. Pourtant aujourd'hui, je vais mieux, je voudrais faire de la natation ou du sport pour lutter contre l'angoisse, je suis très angoissé. J'avais appris le français il y a plusieurs années à l'hôpital : "Ah oui, ça va ! Bonjour !" Je comprenais un peu. Mais ce qui me préoccupe surtout, c'est de faire du sport contre l'angoisse et rencontrer du monde. »

Thérapeute : « Des Français ? »

Monsieur E. : « Non parce qu'il y a le problème de la langue, même si je parlais un peu à l'hôpital. La journée, je me lève, je mange, l'après-midi je vais voir mes copains, mes amis, je vais chercher les enfants à l'école, et tous les vendredis, je vais à la mosquée. »

Thérapeute : « Qu'est-ce que c'est votre maladie ? »

Monsieur E. : « Ma maladie, ce sont des voix. J'ai l'impression d'entendre la voix de Dieu qui me commande de faire des choses mêmes opposées aux commandements de l'islam. A un moment, je me croyais fort, fort comme les grands turcs ou Jésus, ma femme était le diable, maintenant c'est fini ! »

Thérapeute : « Comment est-ce que tout cela a commencé ? Vous voulez bien nous raconter ? »

Monsieur E. : « Un jour, j'ai vu une coupole immense sur la terre, elle s'est ouverte et le soleil est apparu, il y avait deux amis avec moi, j'ai pensé que c'étaient des anges, que c'était la fin du monde, le jugement dernier. Je me suis couché par terre et je suis resté allongé là, je n'ai pas dormi de la nuit. Je suis resté là, puis, je suis rentré chez moi, je me suis mis sur le canapé, j'avais mes bras étendus, et c'est comme s'il me poussait des ailes comme un oiseau. Ma belle-mère m'a donné à manger et je ne pouvais manger que du côté droit, mon visage se déformait. Je me suis approché du balcon, on habitait au cinquième étage et j'ai voulu m'envoler. J'ai commencé à vouloir enjamber le balcon, mes beaux-parents m'ont rattrapé par les pieds, ils m'ont emmené voir le hoca. Le hoca a dit que c'était pour le médecin. Après, je suis allé en Turquie où ils m'ont fait des chocs, je ne voulais pas les chocs mais j'ai été obligé. Après, j'entendais la voix de Jésus qui me parlait, qui me disait fait ceci, fait cela. Je pouvais tout faire, j'étais au paradis. Je suis rentré en France, j'allais me promener dans Bordeaux, dans les bars turcs. J'ai rencontré Mohammed dans un tunnel de train, je lui ai donné deux mille francs. J'ai rencontré un autre prophète dans un bar, il m'a dit : donnes moi ton briquet, je te donne une allumette, je lui ai donné mon briquet de luxe, je suis parti avec l'allumette. Le monde était merveilleux, il y avait de l'argent, des richesses, plein de belles femmes. Je suis rentré chez moi, j'ai raconté tout ça à ma femme qui m'a dit : viens, je vais t'emmener au paradis, c'est ça ! Et elle m'a emmené à l'hôpital. Je pensais que ma femme était le diable. Je pensais que j'étais un prophète, tout était possible. »

Thérapeute : « C'est après ça que vous avez été hospitalisé pour la première fois ? »

Monsieur E. : « Oui, et depuis je suis comme ça [...] ! »

Du paradis à l'enfer, les pérégrinations de monsieur E.

9Nous ne reviendrons pas sur la dimension épique qui caractérise les discours de plusieurs de nos interlocuteurs, le discours de monsieur E. n'échappe pas à la règle. Il traverse des espaces, subit des épreuves, tout comme Er Töshtük, le géant des steppes, l'un des héros mythiques les plus populaires en Turquie. Cela structure tout son discours :

« Un jour, j'ai vu une coupole immense sur la terre, elle s'est ouverte et le soleil est apparu [...] c'était la fin du monde, le jugement dernier [...]. Je me suis couché par terre et je suis resté allongé là [...] puis je suis rentré chez moi [...] j'avais mes bras étendus, et c'est comme s'il me poussait des ailes comme un oiseau [...]. Je me suis approché du balcon [...] j'ai voulu m'envoler [...]. Après, je suis allé en Turquie [...], je pouvais tout faire, j'étais au paradis [...]. Je suis rentré en France, j'allais me promener dans Bordeaux, dans les bars turcs [...]. »

10P. Boratav (1965: 35) écrit : « Töshtük, fils d'Eleman, atteignant sa douzième année, ne pouvait plus trouver nulle montagne à affronter, nul ennemi avec qui se mesurer ». Lorsque monsieur E. pensait être très fort : « très fort comme les grands Turcs », faisait-il référence à ce héros ? Les premières lettres de son nom sont identiques, il se nomme Er… « Er, (mâle, viril) peut-être ajouté en tête de beaucoup de noms de héros masculins » explique P.Boratav (1965: 268). Monsieur E. est-il alors en quelque sorte prédestiné à être un héros ?

11Nous ne pouvons de plus que nous étonner du caractère féminin du diable, rôle que monsieur E. attribue à sa femme : « je pensais que ma femme était le diable ». En Occident, le diable est un personnage on ne peut plus masculin, doté de pieds fourchus et d'une impressionnante puissance virile. Nous pouvons néanmoins retrouver ces caractéristiques dans les attributs de Karaconcolos et dans ceux de Albasti, la démone écarlate. Ces deux personnages héritiers du folklore turc anatolien présentent d'évidents caractères de masculinité. La première attaque les humains avec un grand peigne métallique et A.Gökalp (1985: 408) lui donne une origine grecque. Elle s'inscrirait dans une filiation avec des gnomes de sexe masculin appelés Kallikanzaroi capables d'actions similaires. La seconde aux ongles démesurés et aux seins surdimensionnés s'en prend surtout aux femmes enceintes et aux chevaux qu'elle épuise en les faisant galoper toute la nuit. Par son geste, madame E. conduisant son époux à l'hôpital occupe-t-elle une position masculine démoniaque ? Il est vrai qu'elle le fait sortir précipitamment du paradis :

« Ma femme m'a dit : viens, je vais t'emmener au paradis, c'est ça ! et elle m'a emmené à l'hôpital. »

Il y a selon nous, dans cette évocation du diable par notre interlocuteur une référence préislamique qui aurait peut-être pu être précisée si nous parlions suffisamment bien le turc et si nous avions pu intervenir durant la consultation.

12L'hypothèse de la superposition de personnages n'est pas nouvelle puisque J.-P.Roux (1984: 43) l'évoquait déjà pour Tengri, le ciel dieu du chamanisme turc identifié aujourd'hui à Allah. Si le personnage de Tengri persiste, pourquoi n'en serait-il pas de même pour ses alter ego féminins ? Pourquoi ne pas évoquer une origine préislamique au personnage féminin du diable ? En islam, le diable, ange déchu, dénommé Iblis ou Seytan : Coran (XV : 33-24) s'est opposé à Dieu, il apparaît comme plutôt masculin. Un autre passage du Coran, le range parmi les djinns (XVIII : 50) qui peuvent être masculins ou féminins, ceux-ci s'apparentent ainsi aux Kallikanzaroi grecs. Le glissement qui se produit d'une figure masculine multiple à une figure masculine unique, puis à un personnage féminin peut se retrouver à plusieurs niveaux. Hormis celui que nous venons d'évoquer, l'Encyclopédie de l'islam (1993) précise au chapitre qui leur est consacré que les djinns s'approprient les traits de divers génies. Lorsque monsieur E. nous affirme que sa femme est le diable, nous pouvons alors considérer qu'il y a là quelque chose d'une référence antérieure à l'islamisation. D'autre part, le début de la narration de sa décompensation ressemble étrangement au mythe d'émergence des Oghouz : « un jour, j'ai vu une coupole immense sur la terre, elle s'est ouverte et le soleil est apparu ». C'est un événement extraordinaire où la lumière marque d'une connotation céleste, divine, cet instant. Elle est la marque de Dieu lorsqu'il s'adresse aux hommes, mais aussi, stigmate de ceux qui sont appelés à réaliser de grandes choses, leur naissance est toujours auréolée de sa présence.

13« C'est comme s'il me poussait des ailes comme un oiseau », après avoir recueilli cet entretien, nous avons questionné de nombreuses personnes pour savoir s'il existait dans la mythologie turque des oiseaux ou des hommes oiseaux. Aucun de nos interlocuteurs n'en avait trace dans sa mémoire. Quelle ne fut pas alors notre surprise de découvrir dans un article de Dioszegi et Lot-Falk (1973) portant sur les tambours chamaniques des Turcs Barabins, des illustrations montrant des hommes oiseaux. Appelés qarlik par les peuples altaïques, chaque chaman possède le sien, celui-ci vole, devançant son maître pour lui communiquer des informations sur les rencontres futures de son périple ou sur ce qui se passe au domicile durant son absence.

14Informateurs du chaman, ils sont « aussi étroitement unis que mari et femme » affirment Dioszegi et Lot-Falk (1973: 34). Monsieur E. durant cet épisode se transformerait-il en Qarlik ? Il semblerait plutôt qu'en quelque sorte, son âme se libère de son corps. Nous avons évoqué le caractère ornithomorphe de l'âme qui avant de s'incarner réside dans le ciel ou dans les arbres sous forme d'oiseau. Lorsque la mort survient, celle-ci regagne son lieu d'origine, monsieur E. pense au jour du jugement dernier lorsque la coupole se divise, sa métamorphose corporelle est alors à entendre nous semble-t-il, comme une tentative de son âme pour gagner le paradis. Ce qui n'exclut pas le fait d'envisager une interprétation visant à faire du Qarlik l'âme du chaman. C'est une hypothèse évoquée par les auteurs précédemment cités. J.-P. Roux (1966: 242) ajoute ceci:

« Les enquêtes ethnographiques nous ont donné de très nombreux exemples de chamans déguisés, aussi fidèlement que possible en animaux et surtout en oiseaux. Le costume ornithomorphe semble le plus fondamental des costumes chamaniques […] Il était indispensable de voler dans l'autre monde. Aujourd'hui le costume chamanique se simplifie, il ne comporte plus qu'un ou deux attributs de l'animal. »

15Ce même auteur (1984: 42) explique dans un autre ouvrage que c'est : « par confusion entre le verbe turc utchmak signifiant voler, et le mot persan utchmaq ayant le sens de paradis » que fut introduite dans les croyances turco-mongoles l'image de ce lieu de repos. Ailleurs (1967: 61) encore, il précise :

« Dans l'épopée Er Töshtük, il existe des femmes oiseaux considérées comme des esprits célestes qui viennent sur terre pour s'unir aux hommes. »

16Ainsi le préislamique se dissimule-t-il dans les discours de ces migrants même s'il est parfois difficilement perceptible et décodable. Nous avons cependant, la certitude de l'avoir débusqué à travers les références zoomorphes et anthropomorphes. A travers les références aux héros mythiques qui incarnent la force, à travers la forte prégnance de la nature dans les discours de nos interlocuteurs. Il gère principalement les relations familiales et s'impose à travers les règles de la parenté, la filiation et l'alliance, et ce même aujourd'hui en migration nombre d'autres exemples auraient pu le montrer. Il incarne le retour d'un ordre social ancien qui vient en contrepoint de la modernisation des familles perçue comme une déstructuration. Il apporte des réponses à des questions existentielles sous forme de sens dans le registre de l'énigme et de l'omnipotence. De ce fait, ces réponses sont non applicables dans la réalité. La transmission de la mémoire du préislamique s'effectue donc par l'identification des acteurs à des figures de héros mythiques capables de résoudre toutes les épreuves et de surmonter toutes les difficultés, capables aussi de donner du sens à l'énigme de la maladie. Ces contenus mémoriels se manifestent à l'insu des acteurs et ne sont nullement repérés comme tel. Ils peuvent d'ailleurs parfois les conduire à des comportements en apparence irrationnels comme on a pu le voir avec l'exemple de monsieur E. Ils remodèlent la réalité subjective, la perception du monde donnant à voir une nature dangereuse, hostile face à laquelle le héros pourra s'exprimer.

17Paradigme de leur influence, le « dur au mal » prend naissance dans cet univers. Il se définit à partir des qualités du héros mythique dont les principales sont le courage et la force. Il affronte ses adversaires et en sort vainqueur, il affronte des épreuves et en sort grandit. Son attitude procure une identité au groupe auquel il appartient. Le « dur au mal » traverse l'histoire, des T'ou kiue au soldat kémaliste, son caractère demeure inchangé voire se renforce dans l'adversité. En migration, il devient un travailleur acharné ne renonçant jamais devant l'ampleur de la tâche ce qui l'aide à lutter contre la dévalorisation.

18Le recours à des figures imaginaires issues de la mémoire collective préislamique constitue l'un des principaux procédés de la construction identitaire. A ce titre et suivant les travaux de Geza Roheim, un lien pourrait être fait non plus seulement entre mythe et délire, mais aussi plus largement entre discours mythique et discours sur l'infortune et ce quelle que soit la structure psychique des sujets. L'infortune se définie par une perte pour l'individu qui la rencontre, perte de sa place symbolique. La perte d'identité est alors compensée sur le plan imaginaire par la convocation de figures symboliques fortes, repérantes constituant en quelque sorte les immuables ou les invariants de l'identité. L'identité est paranoïaque, elle se reconstruit dans l'opposition et la persécution. En cela, dans le cadre de l'infortune, elle exclue la responsabilité individuelle et rejette la faute sur les autres ou accuse la fatalité, le réel, l'arbitraire de l'événement.

Haut de page

Bibliographie

BORATAV P., (1965). Aventures merveilleuses sous terre et ailleurs de Er Töshtük. Le géant des steppes. Collection Caucase, NRF, Gallimard.

DIOSZEGI V et LOT-FALCK E., (1973). « Les tambours chamaniques Turcs Barabin, étude comparée », L'ethnographie. n° 6-7 : 18-46.

ENCYCLOPEDIE DE L'ISLAM. (1993). « Djinn » Nouvelle édition par Bosworth, C.-E. ; Van Donzel, E. ; Heinichs, W.-P. et Feu Pellat, CH. Leiden, New York, Brill, E.-J. Paris, éditions GP, Maisonneuve et Larose SA.

GÖKALP A., (1989) 1993. « Les enfants de l'immigration turque et la dimension générationnelle », Psychologie clinique et interrogations culturelles. Rey von Allmen (dir.), Paris, L'Harmattan, CIEMI : 191-200.

GÖKALP A., (1987). « Le dit de l'os et du clan. De l'ordre segmentaire oghouz au village anatolien », L'Homme n°102, XXVII : 80-98.

GÖKALP A., (1985). « Religion et traditions populaires en Turquie », Mythes et croyances du monde entier. Akoun, A. Paris, LIdis-Brepols, Tome 2 : 400-412.

KEMAL Y., (1982). Tu écraseras le serpent. Paris, NRF, Gallimard.

ROUX J.-P., (1966). Faune et flore sacrée dans les sociétés altaïques. Paris, Adrien Maisonneuve, Librairie d'Amérique et d'Orient, Thèse pour le doctorat es lettres.

ROUX J.-P., (1984). La religion des Turcs et des Mongols. Paris, Payot.

ROUX J.-P., (1967). « Le lait et le sein dans les sociétés turques d'Asie centrale », L'Homme, Tome VII : 48-63.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Sourou, « La mémoire du préislamique dans les représentations de la maladie chez les Turcs migrants », Face à face [En ligne], 5 | 2003, mis en ligne le 01 mars 2003, consulté le 23 juin 2017. URL : http://faceaface.revues.org/416

Haut de page

Auteur

Benoît Sourou

Anthropologue à l'Ami (Accompagnement psychologique et médiation interculturelle) - Psychomotricien au chs de Cadillac

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org