Navigation – Plan du site
Dossier

Les enjeux mémoriels de la figure du promoteur de santé

Un projet sanitaire entre Noirs et Indiens Chachi (Equateur)
Armelle Lorcy

Texte intégral

  • 1  Terme proposé par C. Lemée pour ne pas opposer et/ou disjoindre les termes « mémoire » et « histoi (...)

1Nombreuses sont les organisations non gouvernementales (ONG) confrontées à des difficultés voire à des échecs récurrents dans le déroulement de certaines politiques de santé. Ce qui entrave l'aboutissement de leur projet est constamment justifié par les différences « culturelles » des populations cibles, imperméables aux influences extérieures. Autrement dit, la résistance des sociétés « traditionnelles » au changement et au développement explique à leurs yeux un tel insuccès (E. Fassin, 1990). La tentation est grande de conclure par ces propos l'observation de l'évolution d'un projet sanitaire mené initialement par une organisation allemande auprès des Indiens Chachi de l'Equateur et articulé autour de la figure d'un promoteur de santé noir. Mais la prise en compte de la part « historico-mémorielle »1 des inter-relations Amérindiens et Noirs formule une toute autre interprétation de cet événement.

Un événement contestataire

  • 2  Indio Hilfe (all.) signifie « L'Ami de l'Indien ». Cette O.N.G., dont le siège se situe à Munich e (...)
  • 3  La Communauté (comunidad) est une organisation sociale issue de la colonisation espagnole.
  • 4  La province d'Esmeraldas est également peuplée par des « colons » provenant de provinces voisines (...)
  • 5  Le terme indigène correspond dans ce texte à la traduction espagnole d'« indìgena », désignant uni (...)
  • 6  Cinq micro-postes de santé ont été construits dans les communautés indiennes de Loma Linda, Sabali (...)

2Indio Hilfe2, organisation non gouvernementale d'origine allemande, intervient dans la province d'Esmeraldas dans les communautés3 du fleuve Cayapas, depuis 1982. Leurs actions s'inscrivent dans un paysage pluri-culturel, composé essentiellement par des Indiens Chachi et des Noirs descendants d'esclaves africains4, installés dans un environnement physique de forêt équatoriale primaire et secondaire. Comme l'indique le nom de cette organisme sanitaire, les projets sont avant tout destinés aux indigènes5, avec lesquels il leur importe de développer une collaboration étroite. En 1998, les dirigeants d'Indio Hilfe développent conjointement avec le Ministère de la Santé Publique équatorien, une politique de santé dont l'objectif est d'assurer une meilleure couverture des soins sur le fleuve Cayapas et deux de ses affluents (les rivières Camarones et Zapallo). Ils s'engagent à mettre à disposition des malades des lieux de consultation médicale (restauration et construction d'un centre de santé et de neuf micro-postes de santé situés essentiellement dans des communautés chachi), dont la prise en charge serait assurée par l'activité de deux médecins et d'un dentiste et la formation de dix nouveaux promoteurs de santé ; chacun résidant dans les communautés indigènes concernées6. L'échéancier final de ce projet est estimé abouti en mars 2001. A cette date, les contrats des médecins prennent fin et l'ensemble des locaux doivent être opérationnels.

  • 7  Les Chachi à l'origine de ces contestations sont essentiellement représentés par des membres du pe (...)

3Dès le début, Indio Hilfe emploie les services d'un promoteur de santé noir, actif depuis longtemps dans l'activité sanitaire régionale et responsable des opérations logistiques dans les localités indigènes. Il est donc chargé de diriger une équipe de travail composée d'hommes noirs et de fournir le bois nécessaire au chantier. Lors de mon premier séjour dans la province d'Esmeraldas en mars-avril 1999, des tensions émergent dans les communautés de Zapallo Grande et de Loma Linda : les actes de cet agent de santé noir sont contestés et son statut est revendiqué oralement par de nombreux Chachi7, lesquels veulent le remplacer par l'un des leurs. Ces faits s'inscrivent dans une histoire où les Noirs s'imposaient sans obstacle aux Chachi. Mais depuis quelques années, la tendance tend à s'inverser : les Indiens tentent de reprendre le dessus et de faire respecter leurs droits. Le contexte exposé précédemment rassemble alors les facteurs essentiels à la production d'une nouvelle tentative offerte aux Chachi de renverser les bases politiques de leurs relations avec les Noirs.

4Cet événement contestataire illustre alors concrètement la confrontation d'une politique de santé à la dynamique des relations entre deux populations, impliquées à différents niveaux dans ce projet. En effet, il « pose problème », manifeste « un basculement social, une rupture d'intelligibilité », introduit « une nouvelle temporalité ». Il fait prendre conscience de l'amorce d'une période nouvelle dont il est le révélateur mais pas toujours le détonateur (A. Bensa et E. Fassin, 2002).

5Cette situation nous amène alors à interroger l'histoire des relations Noirs - Chachi soulevée par les enjeux émanant de la figure du promoteur de santé, et ce à quoi elle renvoie dans la mémoire collective. Cette approche souligne avant tout la configuration organisationnelle de ce projet selon la disposition des individus qu'ils soient Chachi, Noirs et étrangers. Elle fournit également une hypothèse quant aux intérêts qu'il révèle et une explication quant à la position de médiateur forcé, occupée par les responsables sanitaires.

6Ce travail a ainsi été abordé en deux temps. L'événement a tout d'abord fait l'objet d'une observation directe et extérieure. Ce travail s'est accompagné d'entretiens ouverts menés auprès de quelques Chachi concernés ou pas par l'affaire en cours, et parfois enregistrés par magnétophone. Cette approche s'avérait nécessaire étant donné que les commentaires des Indiens sur ce sujet en cha'palaachi m'étaient incompréhensibles. Ils complétaient ainsi de façon partielle les faits observés. La fin de l'histoire m'a finalement été contée lors d'un second séjour en 2000 au cours d'entretiens ouverts conduits auprès de quelques Noirs et Chachi, dont certains avaient été interrogés la fois précédente.

Reconstruction et oubli de l'histoire coloniale

  • 8  Au XVIe siècle, les colonies espagnoles étaient divisées en vice-royautés (Nouvelle-Espagne (Mexiq (...)

7Jusqu'à la moitié du XVIe siècle, les terres de la province d'Esmeraldas sont essentiellement peuplées par des populations indigènes Campaces, Niguas, Yumbos, Lachas, Malabas, Wasu, Chachi. En 1553, elles offrent un refuge aux premiers Noirs échoués sur ses rivages. Ce groupe initial s'étoffera par la suite d'une population noire marron ayant fui les plantations et les mines de la vallée andine du Chota et de la proche Colombie. Après avoir accosté, les Noirs livrent bataille aux Niguas, aux Campaces et enfin aux Chachi en 1587 jusqu'à imposer leur domination sous l'autorité du Noir Alonso de Illescas. Cette dernière offensive entraîne le repli des Indiens qui recourent au soutien du cacique de Lita. Mais l'abandon de leur lieu d'établissement initial signe leur capitulation et la victoire des Noirs. Ces derniers deviennent les maîtres de la province d'Esmeraldas et de leurs habitants ; ils se présentent alors comme les seuls interlocuteurs de la région face à l'Audience de Quito8. Malgré la portée de ces événements historiques, Noirs et Chachi du fleuve Cayapas ne font pas explicitement référence à ces faits.

8Il ressort des récits mémoriels recueillis un sentiment d'oubli systématique des faits de l'époque coloniale. Les repères spatio-temporels énoncés demeurent en général imprécis, les faits sans correspondance historique certaine ; ce qui renvoie à la définition donnée par Maurice Halbwachs de la mémoire collective : « il n'y a pas de lignes de séparation nettement tracées, comme dans l'histoire, mais seulement des limites irrégulières et incertaines. » (1997 : 134). Les populations du fleuve Cayapas proposent des formulations différenciées de cette histoire et traduisent donc une certaine pluralité mémorielle.

Reconstruction de l'histoire par le mythe

  • 9  Tutsa' est un terme chachi signifiant Terre Sacrée. La langue des Chachi, le cha'palaache, apparti (...)

9Les Indiens Chachi entourent leur origine d'un mythe retraçant l'itinéraire approximatif de leurs anciennes migrations. Selon les divers récits oraux, leurs ancêtres ont vécu dans les Andes septentrionales de l'Equateur, dans la province actuelle d'Imbabura. Suite aux invasions successives des Incas et des Espagnols au XVIe siècle, ils se sont repliés dans un premier temps aux sources du fleuve Santiago dans l'actuelle province d'Esmeraldas. Ils y ont battit leur village nommé Tutsa'9. Cependant les lieux déjà habités par les Indios bravos, hostiles et anthropophages, les ont motivés dans un nouvel exil vers le sud. Cet événement pourrait-il correspondre à l'affrontement qui eut lieu en 1587 et qui les opposa aux Noirs ? Certains récits entretiennent le flou à ce sujet, d'autres désignent les Indiens Malabas comme auteurs de ces méfaits. Le mythe nous informe seulement que c'est à partir de cet épisode que les Chachi peuplent progressivement les rivières Cayapas, Onzole, Viche, Verde, Canandé, Balzar et Sucio.

10Il s'avère que l'ethnogenèse chachi est connue par une majorité des Indiens concernés. Elle fait l'objet d'une diffusion orale importante si bien qu'elle a été transmise en partie à leurs proches voisins noirs avec lesquels ils cohabitent dans certaines communautés fluviales. En effet, en général, ces Noirs sont en mesure de restituer les grands évènements qui ponctuent le mythe amérindien. En parallèle, des Chachi s'emploient ardemment à lui donner une légitimité historique par l'écriture.

L'oubli de l'esclavage

  • 10  Le palenque est un village fortifié fondé en Colombie par des esclaves fugitifs d'origine africain (...)
  • 11  Les marrons sont les esclaves d'origine africaine ayant fui les plantations et les mines pendant l (...)
  • 12  A présent, l'accès à l'éducation scolaire et aux médias informe une masse croissante de Noirs équa (...)

11Même si parallèlement les intellectuels noirs participent également à cette dynamique d'écriture de l'histoire de leurs ancêtres, nombreux sont les Noirs des communautés qui méconnaissent leur origine exacte et l'itinéraire esclavagiste qui a précédé leur installation sur le littoral Pacifique. Des anciens signalent la provenance colombienne de quelques uns de leurs aïeuls qui ont choisi de migrer quelques décennies plus tôt sur le littoral Pacifique équatorien. Ils venaient « d'Afrique » en Colombie, ce qui correspond très probablement aux palenques10 installés autrefois par les esclaves marrons11 dans ce pays. Cette tendance à l'oubli, à la rupture de la transmission intra-sociétale de l'histoire de l'esclavage des Noirs et de leurs origines12, décrite également en Colombie (A-M. Losonczy, 1996 et 1999 ; O. Hoffmann, 2000) ou encore en Guadeloupe (C. Chivallon, 2002), contraste avec les récits recueillis en Guyane-Française et au Surinam où la mémoire des faits propres à l'esclavage et au marronnage demeurent explicitement dans l'esprit des Noirs Saramaka (R. Price, 1994). En Equateur, la mémoire de cette époque s'exprimerait peut-être alors dans un autre registre « à l'intermédiaire entre le dit et le non-dit » (A-M. Losonczy, 1999).

La mémoire d'une expérience collective en continu

12Malgré ce succinct bilan où les récits font une quasi table rase de cette époque, certains faits détachés de tout repère spatio-temporel colonial, imprègnent les mémoires. Autrement dit, Noirs et Chachi auraient opéré un travail de sélection mémoriel de traits historiques, sans cesse ajustés au fil du temps et révélant les souvenirs de leurs inter-relations. En effet, « se souvenir ou oublier, c'est faire un travail de jardinier, sélectionner, élaguer » (M. Augé, 1998 : 24) et transformer car « le souvenir est dans une très large mesure une reconstruction du passé à l'aide de données empruntées au présent, et préparée d'ailleurs par d'autres reconstructions faîtes à des époques antérieures et d'où l'image d'autrefois est déjà sortie bien altérée. » (M. Halbwachs, 1997 : 118-119). Ainsi, les populations du Cayapas gardent implicitement en mémoire deux particularités historiques : le cheminement et l'établissement des Noirs sur le fleuve et les terres autochtones puis leur ascendance sur les Indiens.

La mémoire de l'établissement / invasion des Noirs

13Du fleuve Santiago à la communauté de San José sur le Cayapas puis à celle de Corriente Grande, l'installation progressive des Noirs sur les berges du fleuve Cayapas et leur remontée inexorable toujours plus loin en amont n'ont cessé de repousser les Chachi impuissants vers les piémonts andins. (N. Whitten, 1997 ; J. Rahier, 1994). Les anciens occupants noirs de certaines communautés sont à même de rendre compte de ce passé qu'ils ont parfois eux-mêmes vécu avec leurs parents. Nombre d'entre eux reconnaissent explicitement les torts et les abus dont les accusent leurs voisins chachi : appropriation des terres indiennes sans contrepartie, exploitation illicite de certaines ressources naturelles, etc. La conquête foncière unilatérale des Noirs fait ainsi l'objet de récits mémoriels convergents entre descendants d'esclaves africains et amérindiens.

  • 13  Sont qualifiés d'autochtones par le gouvernement équatorien, les premiers occupants des terres de (...)
  • 14  Lire à ce sujet A-C. Taylor, 1991, « Equateur : les Indiens de l'Amazonie et la question ethnique  (...)
  • 15  I.N.D.A.= Institut National de Développement Agraire. Correspond à l'ex-IERAC, Institut Equatorien (...)
  • 16  FE.C.CH.E = Fédération des Centres Chachi de la province d'Esmeraldas.

14Ces événements encore récents, ont progressivement fait l'objet de dénonciations. A force de voir leur territoire s'amenuir, les Chachi s'évertuent alors à revendiquer ouvertement la légitimité de leurs droits sur les terres qu'ils occupent. Le mythe historique de leur migration sur le littoral et la primauté de leur installation sur les berges du fleuve Cayapas et de ses multiples affluents, deviennent des arguments appuyant la véracité de leurs propos. Même si leur provenance supposée et excentrée par rapport à cette région tropicale peut être contestée et justifier une certaine allochtonie ; leur autochtonie13 incontestable en terre équatorienne associée à une assise en ces lieux antérieure à celle des Noirs, suffisent à légitimer de manière tacite cette revendication foncière. Mais la progression incessante des Noirs se poursuit au dépend des Chachi, lesquels font le constat de leur impuissance. Suite aux revendications territoriales communes à l'ensemble des Indiens d'Equateur à la fin des années 7014, l'Etat Equatorien intervient en justifiant leurs exigences et leurs droits par leur autochtonie. Un processus de légitimation et de délimitation de leur territoire respectif est alors entrepris gratuitement par l'INDA15. Les Chachi bénéficient de cette intervention institutionnelle (associée à la FECCHE16), dont ils déplorent cependant la lenteur. Malgré l'accumulation de problèmes divers, l'institut semble arriver à termes de ses objectifs et reconnaît la légitimité d' « un territoire traditionnel » chachi, divisé en centres, chacun regroupant un ensemble de communautés définies. Bien que défavorisés dans ce processus d'appropriation des terres, les Noirs, à force de s'organiser en association et de faire face à l'installation de plus en plus massive des colons, obtiennent à leur tour des titres de propriété collective.
Le résultat de ces actions n'altère pourtant pas certains souvenirs du passé. La mémoire de cette conquête foncière demeure et illustre bien l'hégémonie des Noirs sur les Chachi dans le temps : repli des Indiens, abus multiples,...

La mémoire des abus et de l'ascendance des Noirs sur les Chachi

15Bien des récits mémoriels bilatéraux ignorent un passé où les Noirs représentaient l'autorité sur les populations de la province aux yeux de l'empire colonial espagnol. Ils occupaient une position stratégique dans le jeu politique régional du XVIe et du XVIIe siècles, une position d'interface privilégiée entre Espagnols / Métis et Indiens autour de la figure d'Alonso de Illescas.

16De cette époque à l'aube du 20ème siècle, les indigènes traduisent le sentiment collectif d'avoir été les plus défavorisés vis à vis de leurs voisins noirs. Ils déplorent avant tout le fait d'avoir toujours été les victimes de pillages, d'abus multiples et de saccages en tous genres (vols, viols, etc.). Les Chachi s'attardent à faire le décompte des abus perpétrés encore récemment à l'égard de leur groupe et de ce fait, prolongent les faits historiques dans le présent. Ils expriment essentiellement leur mécontentement vis à vis de la place qu'occupaient et occupent toujours les Noirs au niveau des échanges économiques entre Blancs et Indiens. Ils se procurent à bas prix la vannerie produite par les femmes chachi pour ensuite les revendre sur la côte à des gains plus avantageux aux Blancs et Métis. Il leur est reproché de sous évaluer le prix d'achat et de payer selon leur bon vouloir. A présent, les Amérindiens accusent les Noirs de profiter à leurs seuls bénéfices du tourisme croissant sur le fleuve et dans la proche réserve écologique Cotacachi - Cayapas. Ils mettent en avant le désir des visiteurs de connaître les us et coutumes chachi mais de ne pas pouvoir répondre à leurs attentes en raison du monopole des Noirs sur cette activité économique. A ces plaintes, ils ajoutent et associent également les méfaits de l'agent de santé noir au sein du projet mené par Indio Hilfe dans leurs communautés.

17Les récits recueillis sur ce sujet, traduisent alors une expérience collective en cours, « une appropriation du passé comme continuité transmise par l'expérience » (C. Chivallon, 2002 : 606). L'expérience se révèle au travers d'une configuration relationnelle où gravitent essentiellement trois groupes d'acteurs. La mémoire collective retient avant tout ce jeu relationnel où la société nationale voire internationale s'inscrit plus ou moins nettement en toile de fond et où certains comportements prennent sens ; « puisqu'elle en retient du passé que ce qui est encore vivant ou capable de vivre dans la conscience du groupe qui l'entretient. » (M. Halbwachs, 1997 : 131). La figure du promoteur de santé noir devient alors un élément clef de compréhension des inter-relations Chachi - Noirs en actualisant cette configuration sociale dans le présent.

La figure du promoteur de santé : un homme d'interface entre les organismes sanitaires et les populations locales

  • 17  L'onchocercose est une maladie infectieuse transmise par une mouche (Simulium Exiguum et Simulium (...)

18Les premiers promoteurs de santé de la zone nord de la province d'Esmeraldas, ont été formés dans les années 70 par une ONG allemande. Ils provenaient des communautés riveraines des fleuves Cayapas, Santiago et Onzole. Pour devenir agent de santé, il importait à tout homme et toute femme chachi et noir se présentant à ce poste de savoir lire, écrire et d'être disponible pour les réunions de formation aux premiers soins. La sélection des agents de santé était enfin opérée démocratiquement par les membres de la communauté. Leur formation a ensuite été prise en main par le Vicariat Apostolique d'Esmeraldas, soutenu par le Ministère de la Santé Publique équatorien. Elle s'est réellement développée suite à la conférence internationale d'Alma-Ata (actuel Kazakhstan), mise en place par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 1978. Leur politique de santé était destinée à assurer l'accès aux soins à tout individu dans le besoin, en sollicitant la participation active des populations concernées. Depuis lors, le rôle central destiné aux promoteurs de santé de la province d'Esmeraldas s'est étendu à différentes compétences, notamment à travers le projet de lutte contre l'onchocercose17 : éducation sanitaire des populations locales, recensement, distribution de certains médicaments, premiers soins, suivi de certains patients.

19Le statut des agents sanitaires est d'autant plus fondamental qu'en étant rattachés à une équipe de santé, ils occupent une position à l'articulation des organismes sanitaires et des populations locales. Les résultats d'un certain nombre d'actions sanitaires dépendent de la qualité de leurs actions sur le terrain et de la communication qu'ils seront à même d'instaurer entre les membres des communautés et les structures sanitaires, d'où les attentes et la confiance exprimées à leur égard (D. Fassin, 1992, G. Tognoni, 1997). Il peut leur arriver toutefois de ne pouvoir répondre aux attentes souhaitées. Les raisons peuvent être d'ordre multiple, comme le justifient les témoignages d'expériences menées en Colombie et au Venezuela : dévalorisation de leur propre culture et de la médecine indigène (X. Herrera, 1991), incompétence professionnelle (J. Chiappino, 1992), ou manque de reconnaissance voire absence de toute légitimité aux yeux des populations locales en Equateur (A. Lorcy, 2000). Dans certaines communautés du fleuve Cayapas, un promoteur de santé noir, employé pour ses services par l'ONG allemande Indio Hilfe dans le projet de construction et de restauration de micro-postes de santé, se trouve confronté à cette situation inconfortable de manque de légitimité.

20Les indigènes qui le discréditent, lui reprochent tout d'abord d'avoir l'exclusivité du droit à la parole auprès des commanditaires et des responsables délégués de l'hôpital de Borbón. Des Chachi de Zapallo-Grande et de Loma Linda contestent ce rapport de confiance et les agissements de cet agent de santé. Selon leurs discours, lui et certains de ses employés noirs bénéficieraient de tous les avantages sans prendre en compte leurs propres attentes. En effet ils estiment savoir mieux que quiconque ce qui leurs convient. Ces Indiens exigent le remplacement de ce promoteur de santé par un autre, si possible d'origine chachi, étant donné que les orientations prises au départ par l'ONG visait à prendre en compte uniquement le groupe autochtone. Ils précisent bien que les Noirs disposent de tous les droits dans l'accès à la biomédecine, mais ils ne devraient pas bénéficier du droit à la parole qui leur est donné dans l'organisation et l'élaboration du projet. Ils réclament essentiellement ce droit à la parole qu'ils estiment leur être dû, et cela avec d'autant plus de convictions que leurs terres et leurs intérêts leurs semblent menacés.

Le promoteur de santé noir et les enjeux fonciers

21En effet, dans un deuxième temps, les Chachi incriminent cet agent de santé et certains de ses employés d'être les auteurs d'abus multiples à leur encontre : agression de femmes indigènes, vol d'un cochon, coupe de bois illicite en territoire chachi pour les besoins des chantiers. Ces accusations renvoient clairement aux souvenirs évoqués d'un passé plus ou moins récent et toujours d'actualité où les Noirs savent tirer profit de la situation (économie locale) et où ils s'approprient habilement les terres chachi et leurs ressources naturelles.

22La remise en question du statut du promoteur de santé noir est d'autant plus fondamentale que des intérêts fonciers autochtones en dépendent. En restaurant et en construisant légalement des micro-postes de santé dans des communautés chachi et avec un matériau exploité frauduleusement sur leurs terres, il dispose d'un accès perçu comme illégitime au territoire indien. Ces comportements abusifs représenteraient un signe de provocation rappelant les difficultés des Chachi à imposer et légitimer une autorité sur leur territoire collectif, et leur impuissance à faire face à ce sentiment d'invasion. Car, malgré le poids de l'argument autochtone et l'intervention institutionnelle légale visant à légitimer des titres de propriété collective, les limites territoriales demeurent perméables. Le problème ne réside pas tant dans le franchissement incessant et bilatéral des frontières spatiales mais dans l'accès et l'exploitation frauduleuse des ressources naturelles respectives.

23En s'adonnant illégalement à la coupe du bois en terre indienne, le promoteur de santé noir et son équipe assoient symboliquement leur ascendance sur les Chachi. En agissant dans un cadre officiel d'ordre sanitaire, ils bénéficient d'une légitimité accordée implicitement par Indio Hilfe mais injustifiée au regard des Indiens et interprétée comme le signe d'une provocation. Cet agent de santé est accusé de menacer les intérêts chachi si bien qu'on réclame à Indio Hilfe sa destitution et son remplacement immédiat par un Indien.

Relations triadiques et légitimité : Indio Hilfe en position de médiateur

24Pour obtenir gain de cause et placer la présidente de l'ONG dans une position de médiation qui leur serait favorable, les Indiens ont recours à des stratégies de pression et mettent en avant le « pouvoir légal » dont ils sont les dépositaires à travers la FECCHE. En effet, toute intervention dans la province dans des communautés chachi requiert l'autorisation de la fédération indienne sans laquelle rien ne peut être opéré. Or, Indio Hilfe s'est abstenu de se soumettre à cette réglementation et intervient dans la province d'Esmeraldas donc sans autorisation légale. Si elle ne répond pas favorablement aux attentes des Chachi, ils se disent prêts à l'expulser et à être autonomes dans l'accès aux soins biomédicaux (installation annuelle d'un médecin en stage dans le centre de santé, formation actuelle d'un médecin chachi, etc.). Force de pression, l'ONG y répond favorablement et les responsables locaux du projet sanitaire (une infirmière italienne déléguée du projet à Borbón, le promoteur de santé noir et son équipe) se retirent et transmettent respectivement leurs pouvoirs au directeur de l'hôpital de Borbón et à un agent de santé chachi. Les personnes interrogées ne s'attardent guère sur les réactions du promoteur de santé noir. Ils mettent l'accent sur la promotion économique dont il bénéficia à l'issue de sa destitution. Il mène à présent un commerce relativement lucratif de ventes de pirogues sur le littoral et ne revient qu'occasionnellement sur le fleuve Cayapas. La construction des micro-postes se déroule alors selon les attentes des Indiens : un projet mené dans des communautés et en territoire chachi par des membres de leur groupe sans avoir à prendre pour intermédiaire entre eux et les commanditaires, la présence des Noirs. En 2001, les centres sont aboutis pour les uns et remis en état pour les autres.

Une tentative de rupture

  • 18  Lire sur ce sujet J. León Trujillo, avril 2001, « conflicto étnico, democracía y Estado », in ICON (...)

25Les contestations émises et les revendications soulevées par les Chachi s'inscrivent dans un processus de revendication identitaire18 entamé dans les années 70. Suite à une longue période de domination des Noirs, les Indiens s'affirment et s'opposent plus ouvertement à leurs voisins. Leurs actions s'inscrivent dans une série logique de faits (revendications foncières entre autre) (A. Bensa et E. Fassin, 2002) visant à opérer des changements. Le promoteur de santé noir, de par sa position dans la configuration relationnelle des groupes en présence, reflète, prolonge voire renouvelle des faits relatifs à l'historico-mémoriel des relations entre ces deux populations. L'événement contestataire qui en découle, représente une nouvelle tentative de rupture avec le passé et l'ascendance des Noirs. Il importe aux Chachi d'équilibrer voire d'inverser un rapport de forces avec les Noirs, d'accomplir une action de renversement de position, légitimée par la médiation extérieure des commanditaires d'Indio Hilfe et reposant sur les enjeux politiques de la santé. Ils font ainsi émerger une dynamique des relations socio-culturels en négociation permanente, laissant présager une place et une identité plus affirmée des Indiens en tant qu' « ethnie », légitimée entre autre par la société nationale équatorienne et l'intervention ponctuelle d'organismes internationaux.

Remerciements à J. León Trujillo

Haut de page

Bibliographie

AUGE M., 1998, Les formes de l'oubli, Paris, Payot.

BENSA A. et FASSIN E., 2002, « Les sciences sociales face à l'événement », in TERRAIN 38, Qu'est ce qu'un événement ?, pp.5-20.

CHIVALLON C., 2002/4, « Mémoires antillaises de l'esclavage », in Ethnologie française, Outre-mers : statuts, cultures, Devenirs, PUF, pp.601-612.

CHIAPPINO J., 1992, « Participation caritative ou concertation : alternatives à l'assistance médico-sanitaire prodiguée aux Yanomami du Venezuela », in Cahier des sciences humaines, Anthropologies et santé publique, Vol. 28, N°1, pp.99-121.

FASSIN D., 1992, Antropologìa y salud en comunidades indìgenas. Manual de capacitación para promotores campesinos de salud, Quito, Abya-Yala.

FASSIN E., 1990, « Introduction aux sciences sociales », in D. Fassin et Y. Jaffré (dir.), Sociétés, santé, développement, Ellipses, Paris, pp. 16-27.

HALBWACHS M., 1997 (1950), La mémoire collective, Paris, Albin Michel.

HERRERA X., 1991, « Medicina tradicional y medicina institucional: el promotor de salud investiga los puntos de conflicto », in D. Buchillet, Medicinas tradicionais e medicina occidental na Amazônia, Cejup, Belém, pp.247-266.

HOFFMANN O., 2000, « Jeux de parole et de mémoire autour des mobilisations identitaires (Colombie) », in Autrepart, Logiques identitaires, logiques territoriales, N°14, Editions de l'Aube, IRD, pp.33-51.

LORCY A., 2000, Au fil de la rivière et du temps. Triade, relations et enjeux de pouvoirs autour des maladies, entre Noirs et Indiens Chachi (Esmeraldas, Equateur), Mémoire de DEA, Université Paris X - Nanterre.

LOSONCZY A-M., 1996, « Mémoires "nègres" : le creux et le plein », in Bastidiana 13-14, pp.163-173.

LOSONCZY A-M., 1999, « Memorias e identidad : los negro-colombianos del Choco », in Camacho J. Y Restrepo E. (eds), De montes, rìos y ciudades: territorios e identidades de la gente negra en Colombia, Fundación Natura / Ecofondo / Instituto Colombiano de Antropologìa, Santa Fe de Bogotà, pp. 13-24.

PRICE R., 1994, Les premiers temps. La conception de l'histoire des Marrons Saramaka, Paris, Seuil.

RAHIER J., 1994, La fête des Rois afro-esméraldénienne (en République de l'Equateur), Thèse de Doctorat, Université Paris X - Nanterre.

TOGNONI G., 1997, « Aplicación de epidemiologìa comunitaria con promotores de salud y auxiliares de enfermerìa en el àrea de salud Borbón - Esmeraldas, Ecuador. », in Manual de epidemiologìa comunitaria, Cecomet, Esmeraldas.

WHITTEN N. Jr., 1997 (1965), Clase, parentesco y poder en un pueblo ecuatoriano. Los Negros de San Lorenzo, Centro Cultural Afro-Ecuatoriano, Quito.

Haut de page

Notes

1  Terme proposé par C. Lemée pour ne pas opposer et/ou disjoindre les termes « mémoire » et « histoire » (travail d'historisation) et pour mettre l'accent sur le constant travail de recomposition entre les mémoires de registre autobiographique et celles de registre historico-sémantique (dont toutes les connaissances apportées par le travail des historiens professionnels). C. Lemée, « L'historico-mémoriel dans les établissements scolaires face aux discriminations racistes, ethnistes et xénophobes », Colloque européen du GRD Migrations Internationales et Relations Interethniques, Rennes, septembre 2001.

2  Indio Hilfe (all.) signifie « L'Ami de l'Indien ». Cette O.N.G., dont le siège se situe à Munich en Allemagne, a été créée en 1982. La famille Pohl à l'initiative de cette organisation, intervient dans un premier temps en Equateur, dans la province d'Esmeraldas auprès des Indiens Chachi. Depuis 1993, ses membres ont développé des actions dans la province de Tungurahua chez les indiens Pilahuines et depuis 1998 dans la province de Pastaza parmi les indiens Zaparo. Ils se sont consacrés successivement à des activités diversifiées : préservation de la forêt, agriculture, élevage, intervention foncière, santé.

3  La Communauté (comunidad) est une organisation sociale issue de la colonisation espagnole.

4  La province d'Esmeraldas est également peuplée par des « colons » provenant de provinces voisines équatoriennes : Manabi, Loja, etc. Localement ils sont plus communément nommés Manabas. Cette terre représente également à l'heure actuelle une terre d'exil pour les Colombiens fuyant la guerre civile qui règne dans leur pays.

5  Le terme indigène correspond dans ce texte à la traduction espagnole d'« indìgena », désignant uniquement les populations amérindiennes.

6  Cinq micro-postes de santé ont été construits dans les communautés indiennes de Loma Linda, Sabalito, Gualpi sur le fleuve Cayapas et Rampidal sur la rivière Camarones. Quatre micro-postes de santé ont été restaurés dans les communautés indigènes de Barbudo, Calle Mansa et Corriente Grande sur le fleuve Cayapas et Pichiyacu sur la rivière Zapallo.

7  Les Chachi à l'origine de ces contestations sont essentiellement représentés par des membres du personnel médical du centre de santé, par la famille du « gouverneur » (première autorité chachi) de Zapallo-Grande proche de la présidente d'Indio Hilfe, et par des indiens de Loma Linda proches de la FECCHE.

8  Au XVIe siècle, les colonies espagnoles étaient divisées en vice-royautés (Nouvelle-Espagne (Mexique), Nouvelle Grenade (Colombie), Lima (Pérou et Bolivie), Rìo de la Plata (Argentine, Uruguay et Paraguay)) à la tête desquelles était disposé un vice-roi comme représentant direct du roi d'Espagne. Chaque vice-royauté était divisée en gouvernements ou provinces. L'Audience de Quito a été établie en 1563 sous l'autorité de la vice-royauté de Lima. Un siècle plus tard, elle est administrée à la Nouvelle-Grenade où elle bénéficie d'une plus grande autonomie.

9  Tutsa' est un terme chachi signifiant Terre Sacrée. La langue des Chachi, le cha'palaache, appartient à la famille linguistique Barbacoas au même titre que le tsafiki pratiqué par les Indiens Tsachila et l'awapit parlé par les Awa.

10  Le palenque est un village fortifié fondé en Colombie par des esclaves fugitifs d'origine africaine (ou Noirs marrons), situé dans des lieux isolés et difficiles d'accès. Correspond au quilombo du Brésil.

11  Les marrons sont les esclaves d'origine africaine ayant fui les plantations et les mines pendant la colonisation des Amériques par les Européens.

12  A présent, l'accès à l'éducation scolaire et aux médias informe une masse croissante de Noirs équatoriens de cette histoire relativement lointaine.

13  Sont qualifiés d'autochtones par le gouvernement équatorien, les premiers occupants des terres de l'actuel Equateur, autrement dit les Indiens. Cette définition s'est avérée plus effective à l'époque de l'attribution des terres aux différentes populations équatoriennes. Les Noirs d'origine africaine, ne peuvent être considérés officiellement comme autochtones étant donné leur origine africaine, même si de multiples stratégies tentent d'être élaborées pour contourner les termes de cette définition. Les membres de certaines ONG considèrent au contraire comme autochtones Noirs et Indiens et cela par le terne espagnol de « nativos ».

14  Lire à ce sujet A-C. Taylor, 1991, « Equateur : les Indiens de l'Amazonie et la question ethnique », in Problèmes d'Amérique Latine N°3, pp. 109-121.

15  I.N.D.A.= Institut National de Développement Agraire. Correspond à l'ex-IERAC, Institut Equatorien de Réforme Agraire.

16  FE.C.CH.E = Fédération des Centres Chachi de la province d'Esmeraldas.

17  L'onchocercose est une maladie infectieuse transmise par une mouche (Simulium Exiguum et Simulium Quadrivittatum). La larve ou plutôt le filaire (Onchocerca Volvulus) déposé par l'insecte ont des effets dermiques (dépigmentation localisée de la peau, fibroses, etc.) et oculaires handicapants (cécité entre autre). Pour éviter le développement de cette maladie infectieuse, les organismes sanitaires diffusent le médicament ivermectine. L'onchocercose est présent en Afrique tropicale et sub-tropicale (Cameroun, Gabon, Mali, etc.) et dans six pays d'Amérique centrale et du sud : Mexique, Guatemala, Brésil, Venezuela, Colombie et Equateur. Dans cette dernière région, l'épiphénomène se situe dans la province d'Esmeraldas où le premier cas officiel de la maladie a été déclaré en 1976. Depuis, quelques cas ont également été détectés dans la province voisine du Pichincha.

18  Lire sur ce sujet J. León Trujillo, avril 2001, « conflicto étnico, democracía y Estado », in ICONOS, n°10, FLASCO, Quito, pp.48-56.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armelle Lorcy, « Les enjeux mémoriels de la figure du promoteur de santé », Face à face [En ligne], 5 | 2003, mis en ligne le 01 mars 2003, consulté le 23 juin 2017. URL : http://faceaface.revues.org/409

Haut de page

Auteur

Armelle Lorcy

Doctorante en ethnologie à l'université Paris X - Nanterre, rattachée au CNRS - EREA UPR 324. e-mail : armelle.lorcy@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org