Navigation – Plan du site

Mémoires et Santé : jeux et enjeux

Carole Lemée et Madina Querre

Texte intégral

  • 1  N. Galerano définit les usages publics de l'histoire comme « tout ce qui se développe en dehors de (...)
  • 2  « Aujourd'hui, on observe au sein des sociétés modernes - et particulièrement de la société frança (...)
  • 3  P. Nora, « Entre mémoire et histoire », Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1ère éd. 1984, 199 (...)
  • 4  M. Cl. Lavabre, « La vogue de la mémoire », Histoire et mémoire, Pages des libraires, septembre 19 (...)

1L'actualité nationale et internationale de ces dernières années ne cesse de nous rappeler quotidiennement, et bien souvent de façon très violente, combien la question de la mémoire occupe une place essentielle dans l'ensemble des situations de la vie courante. Le fait de pouvoir se souvenir et de communiquer à d'autres ce dont on se souvient, la question des usages publics de l'histoire1 mais aussi celle de son écriture savante, ne cessent en effet jamais d'être l'objet de jeux et d'enjeux majeurs, tant pour les personnes, que pour les institutions des groupes et des sociétés globales dont elles sont membres. Face à ce constat mais également face à l'ampleur qu'ont récemment pris des phénomènes mémoriels, l'étude de la mémoire a pris ces deux dernières décennies une place toujours plus importante dans le panorama de la recherche des sciences humaines et sociales. Pour nos sociétés, J. Candau parle en effet de « mnémotropisme »2au sujet de ces phénomènes, P. Nora de « moment mémoire »3et M.Cl. Lavabre de « vogue de la mémoire »4.

  • 5  Voir les observations de M. Bloch à ce sujet. M. Bloch, « La mémoire autobiographique et la mémoir (...)
  • 6  Voir M. Leclerc-Olive qui souligne cet aspect dans « Les compte rendus du devenir », Cahiers Lillo (...)

2D'une discipline à l'autre, la façon dont la mémoire est aujourd'hui le plus souvent abordée, permet de (r)établir des jonctions entre l'individuel et le collectif ainsi qu'entre le psychique et le socioculturel, ces quatre sphères que des découpages disciplinaires et des positionnements dogmatiques avaient eu pour effet durable de disjoindre deux à deux. Du côté des sciences sociales, et à la différence de ce qui existait déjà dans celles du cognitif5, la mémoire n'est plus de nos jours reléguée à la simple position d'un auxiliaire de compréhension, comme avait pu l'être l'ensemble de ce qui se rapporte à la question des traitements des temps sociaux jusque dans les années 80 et 906. La mémoire constitue en effet désormais un champ de recherche à part entière, vis-à-vis duquel aucune discipline des sciences humaines et sociales ne peut par ailleurs revendiquer de monopole.

3D'une façon analogue à celui de la santé, ce champ est enrichi par une dynamique pluridisciplinaire qui alimente les débats, permet de relancer toujours plus loin les questionnements nouvellement posés et en même temps d'affiner la batterie des outils de compréhension. C'est ce que révèlent le nombre considérable de publications individuelles et collectives consacrées ces quinze dernières années à l'approfondissement du thème général de la mémoire et de l'oubli puis, plus récemment, à celui du travail de la mémoire sous le double versant qui est le sien. Le premier concerne la façon dont les souvenirs travaillent les personnes sur une et/ou plusieurs générations. Le second se rapporte à la façon dont à la fois les personnes (dans le cadre de leurs relations sociales directes et médiatisées) et les instances institutionnelles ne cessent jamais de travailler des souvenirs et connaissances en les sélectionnant, en les recomposant, en les mettant en signification, et en les communiquant socialement de façon élargie ou restreinte.

4Quant à la santé, l'on sait combien ce champ est l'objet de préoccupations majeures dans et hors les domaines de la recherche. Rappelons seulement, qu'en se rapportant au bien-être biologique, physique et psychique des personnes dans leur devenir social, elle nous place au cœur même de la question du devenir des sociétés, dans la multiplicité et la complexité des équilibres humains, sanitaires et socioculturels sur lesquels reposent les diverses façons de vivre à travers le monde. La question des devenirs individuels et collectifs et celle du bien-être des personnes sont deux des grands liens faisant la jonction entre les diverses problématiques qui touchent à la santé et celles qui affèrent au mémoriel.

  • 7  Cette notion se rapporte à la façon dont on conçoit culturellement le temps et dont on se représen (...)

5Si le champ du mémoriel nous renvoie d'emblée à des questions de santé lorsque l'on se place du côté de la mémoire des blessures et des souffrances ou encore de celui de certaines pathologies affectant temporairement ou durablement des patients, il nous renvoie encore beaucoup plus largement et fondamentalement à la question du bien vivre social des personnes dans leur ensemble. Ceci, dans la manière qu'elles ont individuellement et/ou collectivement de pouvoir ou ne pas pouvoir se rétroprojeter dans le passé, de vivre « pleinement » dans le présent en fonction du régime d'historicité7 propre à leur culture et, partant de lui, de se projeter dans l'avenir. De la façon dont se déroule un bien et/ou un mal vivre social dans ce domaine, nous sommes alors souvent renvoyés, à un moment où à un autre, à ce qui participe intrinsèquement à et de l'équilibre de leur bien-être, sans que l'on n'ait donc nécessairement à basculer dans le registre du pathologique. Il est alors aussi fondamental, notamment du côté de l'anthropologie et de la sociologie, de se garder de faire revêtir aux groupes et sociétés la figure d'un sujet collectif qui serait malade ou en bonne santé. Malade ou bien portant, il le serait au regard de ce qui se joue en matière de traitements du temps dans les situations sociales mais aussi, ne le taisons pas, au regard du parti pris dogmatique que développe l'observateur à l'égard de ces traitements.

  • 8  M. Cl. Lavabre, Le fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de la Fondation (...)
  • 9  M. Bloch, « La mémoire autobiographique se rapporte au souvenir que des événements que le sujet a (...)

6Les treize articles qui composent ce cinquième numéro de Face-à-Face consacré au thème « Mémoires et Santé : jeux et enjeux » reprennent la logique contenue dans le titre même de la revue. Ils placent de façon dialectique tantôt les problématiques de la mémoire face à la question de la santé, tantôt celles présentes dans le champ de la santé face aux problèmes que soulève le travail de la mémoire dans la double dimension précédemment évoquée. Dans l'ensemble de ces relations, le terme « mémoire » s'accorde ici au pluriel, comme l'indique l'intitulé de la thématique retenue, pour rappeler que ce vocable polysémique8 désigne aussi bien d'un côté le registre des souvenirs, que d'un autre le fait de se souvenir mais également de communiquer à des tiers ce dont on se souvient, ce qui dans les deux cas constitue donc un acte, alors que dans le premier registre il est question de contenus. Ce pluriel entend aussi rappeler, et c'est précisément ce que mettent en exergue plusieurs des articles ici rassemblés : que l'on se place à l'un ou à l'autre de ces niveaux du mémoriel, il n'y a jamais un seul et même souvenir et/ou registre de souvenirs, ni non plus une seule et même façon de se souvenir et de communiquer à d'autres la mémoire de ses propres expériences sociales et émotionnelles (la mémoire dite autobiographique) ou alors celle de ce qui nous a été transmis (la mémoire dite historico-sémantique9).

7Partant des champs de l'anthropologie, de la sociologie, de la psychologie et de la psychanalyse, les différents auteurs déclinent ici la problématique des relations « mémoires-santé » à partir de différents thèmes d'approche, tels que les rapports « tradition/modernité » ; les relations interethniques et plus largement celles existant entre des groupes différents ; le champ des croyances ; celui des rapports au corps ; celui de la maladie ; celui de la mort ; celui des traumatismes ; celui des institutions et/ou organismes liés à la santé ; et finalement celui des usages personnels et sociaux de l'histoire. Leurs articles nous mènent de l'Europe (France, Suisse, Allemagne, Pologne, Lituanie), à l'Afrique du Nord (Maroc), à l'Afrique Centrale (Cameroun), à l'Afrique du Sud (Kwa Zulu-Natal), à l'Amérique du Nord (Etats-Unis), à l'Amérique Latine (Equateur, Argentine) et au Proche-Orient (Israël). A travers cette diversité géographique et socioculturelle, les regards portés par les uns et les autres se rejoignent donc autour de plusieurs configurations thématiques, et les clefs de compréhension qu'ils nous livrent se complètent. D'une situation à une autre et d'une démarche disciplinaire à d'autres, elles se prolongent ou se répondent mutuellement.

8Parce qu'il faut bien choisir un ordre de distribution, ce numéro s'ouvre avec une première série d'articles qui ont tous en commun de traiter des rapports « tradition/modernité ». Le premier traite de l'échec en Equateur du projet d'un « promoteur de santé » confronté aux tensions existant entre les Indiens Chachi et les Noirs descendants d'esclaves (Armelle Lorcy) ; le second des construits mémoriels entourant les funérailles d'un notable Bamiléké décédé en 1969 au Cameroun, de leurs enjeux identitaires tant collectifs qu'individuels dans le présent et de l'arrière plan socio-historique auxquels ils renvoient (Sophie Djetcha) ; le troisième de la restauration de l' « harmonie » pour une jeune femme Navajo dépressive qui vit hors de la réserve et travaille dans une mission protestante (Sophie Malinvaud et Sophie Gergaud) ; le quatrième du registre préislamique dans les mises en signification de la maladie effectuées par des migrants turcs en consultation médicale interculturelle dans l'agglomération bordelaise (Benoît Sourou) ; le cinquième de la question de la féminisation de la stérilité au Maroc en prise avec la tradition et la médecine moderne (Houda El Aaddouni). Les trois premiers abordent donc aussi la question des relations interethniques. De façon adjacente, les deux premiers soulèvent la question de l' « instrumentalisation » dont font l'objet des événements importants pour le groupe et/ou pour certains de leurs membres. De façon également attenante, l'article sur les Bamiléké, celui sur les Navajos et celui sur les migrants turcs abordent pour leur part la question des croyances. Certains des aspects qu'ils mettent en évidence pourront être ultérieurement mis en relation avec ce que met en exergue l'article consacré au trauma de l'identité juive après la Shoah (Sébastien Réjak) qui, bien que figurant dans une autre rubrique thématique, traite lui aussi des mises en signification et/ou prises de position par rapport au champ du religieux.

9Une deuxième grande configuration thématique concerne les problèmes de santé que connaissent les personnes. Elle chevauche la première, en incluant le traitement socioculturel de la dépression de la jeune femme Navajo, le cas des migrants turcs face à la maladie et la stérilité féminine au Maroc. Elle se prolonge avec une série d'articles portant respectivement sur la prise en charge genrée et générationnelle du propre et du sale (Hélène Marche) ; sur les pratiques d'automutilation corporelle en prison chez des usagers de drogue faisant émerger un « corps mémoire » (Fabrice Fernandez) ; sur la maladie d'Alzheimer dans un centre d'accueil de jour spécialisé en Ariège, dans la confrontation aux enjeux de la perte biographique à l'échelle du corps social (Véronique Dassié) ; et finalement sur les symptômes et comportements liés à la présence d'un « fantôme dans l'inconscient » (Pascal Hachet). Les contributions ayant comme cadre la prison et le centre d'accueil soulèvent donc également pour leur part la question du rapport aux institutions de santé ; et celles portant sur la stérilité, la perception du propre et du sale, et sur les usagers de drogues emprisonnés nous renvoient à la question du corps.

10Le « fantôme de l'inconscient » qui clôture la précédente série, du fait qu'il traite de la question des traumatismes et de la transmission transgénérationnelle au niveau de la vie psychique, est celui qui vient en même temps ouvrir la troisième grande rubrique thématique de ce numéro. Celle-ci est effectivement consacrée à la question des traumatismes et à la transmission. Dans ce cadre deux articles portent sur l'Après-Shoah. Le premier aborde sur cinq générations, au sein d'espaces ashkénazes orientaux situés dans différents pays, la question des processus de réinscription après cet événement génocidaire et ethnocidaire (Carole Lemée et Daniel Galay). Le deuxième, à partir d'une étude comparative menée à New-York et à Varsovie, traite de la question des répercussions de la Shoah sur l'appartenance ethnique et l'identité religieuse pour des survivants et leurs enfants, à partir du critère de leur auto-affirmation identitaire (Sébastian Réjak). Un troisième article traite pour sa part du programme « Memory Box Project » (le projet Boîte de Mémoire), mis en place par un centre de recherche en histoire orale au Kwa Zulu-Natal, et dont l'objectif est de contribuer à développer les processus de résilience chez des enfants dont les mères sont décédées du Sida (Philippe Denis).

11Le treizième et dernier article qui ne se situe dans aucun des champs thématiques précédemment abordés, mais qui ne concerne pas moins la question des temps sociaux et de la mémoire, constitue donc une entité à lui seul. Il traite du problème de la Sécurité sociale en Suisse (« l'assurance maladie »), de la mise en signification des politiques de socialisation des soins et de la définition contemporaine du problème des leurs coûts, dans le chassé-croisé des regards portés sur le passé, le présent et l'avenir (Benoît Renevey).

12Les contributions de ce numéro nous proposent donc des outils de réflexion dans des mouvements qui vont de l'individuel (psychique et social) aux espaces de la vie en collectivité (micro et macro-sociaux), mais aussi des institutions et/ou organismes aux personnes et groupes. A leur façon, elles soulèvent toutes la question du mieux-être de l'individu, dont l'équilibre peut basculer ou imploser suite aux situations de souffrance, de douleur ou encore de violence vécues par lui-même ou par ses proches, maintenant ou autrefois. De ce fait, elles nous interrogent sur ce qui représente un mieux vivre social pour les personnes, dans les situations et l'histoire qui sont les leurs.

Nous remercions l'ensemble des auteurs qui nous permettent d'aborder, de façon pluridimensionnelle et sous de multiples éclairages, des thèmes qui intéressent également très directement les champs de la clinique, de l'épidémiologie, de la victimologie, du travail social, mais aussi du droit.

Haut de page

Notes

1  N. Galerano définit les usages publics de l'histoire comme « tout ce qui se développe en dehors des lieux consacrés à la recherche scientifique comprise dans un sens strict, de l'histoire des historiens qui, selon la règle, est écrite au contraire pour les chercheurs et pour un segment extrêmement restreint du grand public. A l'usage public de l'histoire appartiennent non seulement les moyens de communication de masse (…) mais aussi les arts et la littérature ; des lieux comme l'école, les musées d'histoire, les monuments urbains, et enfin des institutions (…), formelles ou non (associations culturelles, partis, groupes religieux, ethniques ou culturels, etc), qui avec des objectifs plus ou moins clairement partisans s'attachent à promouvoir une lecture plus ou moins polémique du passé en comparant le sens commun historique ou historiographique, à partir de la mémoire de leurs groupes respectifs », « Histoire et usage public de l'histoire », Diogène, n°168, 1994, pp. 87-88.

2  « Aujourd'hui, on observe au sein des sociétés modernes - et particulièrement de la société française - une compulsion mémorielle, un "mnémotropisme" qui justifie encore davantage le projet d'une anthropologie de la mémoire. Ce culte de la mémoire s'exprime de diverses façons : engouement patrimonial, commémorations, passion généalogique, rétrospection généralisée, quêtes multiples des origines ou des 'racines', succès éditoriaux des biographies et des récits de vie, reviviscence ou invention de nombreuses traditions. Cette tendance (…) travaille en profondeur les sociétés contemporaines », Anthropologie de la mémoire, Paris, Que sais-je ?, 1996, p. 5.

3  P. Nora, « Entre mémoire et histoire », Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1ère éd. 1984, 1993, pp. XVII-XLII

4  M. Cl. Lavabre, « La vogue de la mémoire », Histoire et mémoire, Pages des libraires, septembre 1998, pp. 24-25.

5  Voir les observations de M. Bloch à ce sujet. M. Bloch, « La mémoire autobiographique et la mémoire du passé éloigné », Enquête, n°2, 1995, pp. 59-76.

6  Voir M. Leclerc-Olive qui souligne cet aspect dans « Les compte rendus du devenir », Cahiers Lillois d'Economie et de Sociologie, n°32, 1998, pp. 113-136.

7  Cette notion se rapporte à la façon dont on conçoit culturellement le temps et dont on se représente la logique de son écoulement, dans un contexte où le présent et l'avenir sont pensés, selon les différentes cultures, soit comme un dépassement de ce qui a précédé, ou inversement comme sa réactualisation constamment renouvelée. F. Hartog souligne, « Un régime d'historicité n'est en effet pas une entité métaphysique descendue du ciel, mais un cadre de pensée de longue durée, une respiration, une rythmique, un ordre du temps, qui permet et interdit de penser certaines choses », in « Temps et histoire », Annales HSS, n°6, 1995, p. 1222.

8  M. Cl. Lavabre, Le fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, pp. 15-20.

9  M. Bloch, « La mémoire autobiographique se rapporte au souvenir que des événements que le sujet a vécus (…). La mémoire sémantique se rapporte aux faits que le sujet a appris par l'intermédiaire d'autres personnes (…). La mémoire sémantique comprend le souvenir des faits se rapportant au passé ; ainsi un sous-ensemble de la mémoire pourra s'appeler mémoire historico-sémantiques (…) », op. cit., p. 61.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carole Lemée et Madina Querre, « Mémoires et Santé : jeux et enjeux », Face à face [En ligne], 5 | 2003, mis en ligne le 01 mars 2003, consulté le 21 août 2017. URL : http://faceaface.revues.org/407

Haut de page

Auteurs

Carole Lemée

Chargée de cours en anthropologie sociale et culturelle à l'Université de Bordeaux 2

Madina Querre

Docteur en anthropologie sociale et culturelle, Université Bordeaux 2, et victimologue

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org