Navigation – Plan du site
Lectures

Evelyne Micollier (dir.), Sexual Cultures in East Asia. The social construction of sexuality and sexual risk in a time of AIDS

London, Routledge, 279 pages
Frédéric Bourdier
Référence(s) :

Evelyne Micollier (dir.), Sexual Cultures in East Asia. The social construction of sexuality and sexual risk in a time of AIDS, London, Routledge, 279 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage sur l'Asie du Sud-est est l'aboutissement de recherches récentes en sciences sociales réalisées par une dizaine de chercheurs (ou équipes de chercheurs) asiatiques et européens. Une des originalités fondamentales de ce livre richement documenté grâce à de longues études provenant de huit pays consiste à nous faire comprendre les mécanismes complexes qui participent à la construction sociale de l'identité sexuelle d'une part et d'autre part à la discrimination qui s'opère essentiellement entre les sexes en temps de sida, sans pour autant recourir à une méthode d'analyse ethnocentrique qui prendrait le modèle européen comme outil de référence.

2Schématiquement, deux parties illustrent les propos des chercheurs. La première qui est sans conteste la plus osée et la plus novatrice traite des relations structurelles entre la prostitution et le mariage. Elle s'efforce de révéler certains liens et certaines formes de compatibilité entre les deux. Notons toutefois que si les auteurs montrent avec des exemples persuasifs que la sexualité rémunérée et le mariage représentent des formes institutionnelles qui loin d'être indissociables témoignent d'une profonde interdépendance, le lecteur averti peut légitimement être en droit de douter de l'universalité de ces propos dans les pays mentionnés : avancer par exemple que la prostitution constitue soit une nouvelle forme d'identité "rafraîchie" soit un moyen d'ascension sociale ne peut faire oublier la grande diversité des contextes politiques, sociaux et familiaux qui contribuent à son émergence et la manière extrêmement opposée, voire contradictoire, dont les femmes et les hommes vivent cette condition temporaire ou longue, imposée ou davantage issue de leur libre-arbitre. Les suggestions de certains auteurs vont bien entendu plus loin que la remise en question de cette dichotomie mariage/prostitution et des révélations inattendues apparaissent, à l'image de celle de Wim Lunsing montrant que l'augmentation de la prostitution au Japon n'est pas le reflet d'une dégradation sociétale évolutive mais qu'elle est liée à la quête d'une sexualité traditionnelle permissive en voie de perdition, tout comme celle d'Annuska Derks au Cambodge qui montre clairement l'ambiguïté affichée des femmes dans la prostitution. Elles se sentent à la fois oppressées et exploitées mais ont conscience de bénéficier d'un pouvoir et d'une liberté accrus d'un autre côté.

3La seconde partie aborde la thématique de la sexualité dans le contexte de la lutte contre le sida : la stratégie dominante vise à aborder les campagnes de prévention établies par l'Etat et les ONG comme des moyens d'outils pertinents pour mieux comprendre ce qui d'ordinaire est latent dans la société. Avec l'irruption de l'épidémie à VIH, les discours tenus par les acteurs responsables et agissants jettent des lumières supplémentaires sur la construction sociale du sida ainsi que sur les relations inégales de genre. Mais ce n'est pas tout : citons par exemple l'importante contribution de Christian Henriot sur Shanghai en Chine qui montre judicieusement comment un Etat utilise l'alibi d'une grave épidémie pour renforcer et justifier certaines de ses idéologies dans sa politique d'intervention sanitaire. En faisant le tour des contributions de cette partie, on ne peut toutefois s'empêcher de regretter l'absence de l'existence (ou de connaissance même sporadique ?) d'une émergence de sociétés civiles engagées, comme au Brésil ou en Amérique centrale par exemple, qui contribuèrent grandement (dans le passé comme plus récemment) à de nouvelles formes de négociation entre l'Etat et la société, et permirent de réorienter et parfois même de réajuster les rapports de sexe au sein d'une même culture.

4Au bout du compte, l'ouvrage d'Evelyne Micollier, outre sa contribution à la connaissance de sociétés encore mal comprises dans notre univers de recherche européen, procure l'avantage de ne pas appréhender la sexualité comme un objet tabou engoncé dans d'obscures sphères culturelles et religieuses. Il représente également un effort indéniable qui parvient à articuler des phénomènes historiques, politiques, économiques et socioculturels en un tout cohérent et qui montre in fine comment et sous quelles conditions la sexualité ne peut guère être interprétée comme un comportement inné ou autonome.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Bourdier, « Evelyne Micollier (dir.), Sexual Cultures in East Asia. The social construction of sexuality and sexual risk in a time of AIDS », Face à face [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 01 février 2004, consulté le 23 juin 2017. URL : http://faceaface.revues.org/396

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org