Navigation – Plan du site
Dossier

De l'harmonie dans le soin

Céline Lartigau-Roussin

Résumé

Disconcerted as much by the words used as by the treatments resorted to by her Mahorais patients, the author looked for representations of illness in the island where she practices. To do this, she had an extra tool at her disposal, over and above her medical training, and that was anthropology. Using an ethnography of a common nosographic entity, muamusi, the author explains how she used her new knowledge during her consultations in order to improve patient care and treatment. She then considers what kind of negotiation would be necessary to implement a "cotreatment".

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  La notion de médecine traditionnelle a des acceptations diverses. Dans cet article, elle est utili (...)

1Mayotte, petite île de l'Océan Indien au statut particulier de collectivité départementale française, connaît une situation de pluralisme médical. En matière de soins, les itinéraires thérapeutiques reposent sur la co-thérapeutique, c'est à dire sur le recours conjoint aux deux champs médicaux en présence : traditionnel1 et biomédical. Ce dernier est en pleine expansion, mais les relations entre les médecins venant travailler sur cette île et les patients mahorais sont encore souvent teintées d'incompréhension mutuelle. Les premiers font part de leur perplexité, de leurs difficultés à exercer "comme il le faisaient en France métropolitaine" et les seconds semblent facilement déconcertés par les prescriptions de cette médecine importée.

  • 2  Muamusi est une entité nosologique mahoraise qui va servir à illustrer mes propos tout au long de (...)

2Médecin moi-même, j'ai été déconcertée dès le début de mon exercice médical à Mayotte par des itinéraires thérapeutiques avec lesquels je n'étais pas habituée à composer. Je me souviens ainsi d'un de mes patients qui avait navigué pendant plusieurs jours entre biomédecine et soins traditionnels. Il était arrivé en consultation pour une rétention aiguë d'urine, et je lui avais posé une sonde évacuatrice. Je l'avais ensuite adressé en consultation chirurgicale pour prise en charge d'une très grosse prostate responsable de ce problème. Il était revenu me voir le lendemain : "Enlève-moi ça !" m'avait-il demandé en désignant sa sonde. "Je suis allé voir un grand guérisseur. Il m'a donné le médicament de muamusi2, et maintenant, j'urine bien !!". J'ai eu beau lui fait part de ma désapprobation, j'ai dû m'exécuter et reprendre un rendez-vous avec le chirurgien, puisqu'il ne s'y était pas rendu. Deux jours plus tard, il revenait, avec un globe urinaire, que j'ai encore évacué. Patiemment, je lui ai expliqué à nouveau l'origine prostatique de ses troubles et lui ai conseillé de partir sans plus tarder voir le spécialiste à Mamoudzou. Cependant, le lendemain, il me forçait à retirer à nouveau sa sonde : il avait vu un " très très grand thérapeute ", qui lui avait retiré du bas de l'abdomen un sahiri, boule de débris et de sang grosse comme son poing. Il est bien sûr revenu, et a été opéré quelques jours après : il n'avait pu éviter cette opération qu'il redoutait tant.

3A travers de multiples cas semblables, il m'est apparu difficile d'être un thérapeute efficace sans connaître la place que je pouvais prendre dans ces itinéraires de soins, sans percevoir le rôle thérapeutique réel que je pouvais jouer. Pour cela, il me fallait comprendre les représentations du corps et de la maladie, les projections sociales (et individuelles) de la sorcellerie, la construction des entités nosographiques spécifiques. Cette approche anthropologique s'est intégrée à mon travail d'une façon de plus en plus profonde.

Des maux au delà des mots: muamusi

  • 3  En 1997, 63.6% des mahorais et 46.5% des mahoraises parlaient français (INSEE 1999).

4Dans un premier temps, j'ai avant tout cherché à pouvoir décrypter au mieux les plaintes de mes patients, pour y reconnaître les pathologies auxquelles j'avais été formée lors de mes études médicales. Mais dès mes prises de fonctions comme médecin chef de secteur d'un dispensaire du sud de l'île, j'ai été frustrée de ne pas comprendre la langue vernaculaire, et d'avoir besoin de traducteur. Comment bien prendre en charge une pathologie si l'on n'a pas accès directement aux symptômes exprimés par les malades ? Je me suis donc mise très rapidement à apprendre la principale langue vernaculaire, le shimaore, mes patients parlant peu le français3. Mais derrière les mots, il y avait toute une culture et une façon d'appréhender la maladie qui se livraient et dont la connaissance m'est apparue encore plus indispensable à un soin de bonne qualité.

  • 4  23% des 300 patients (37% des 129 femmes, 13% des 53 hommes, 11% des 56 petits garçons et 17% des (...)

5Ainsi, dans mon premier carnet au dispensaire, j'ai rapidement noté le terme muamusi, affection souvent4 évoquée par mes patients, principalement par les femmes. On me traduisait systématiquement ce terme par le mot "hémorroïde". Alors j'avais inscrit "muamusi = hémorroïdes". Le problème, c'est que les patients concernés, à l'examen, avaient rarement des hémorroïdes. J'ai donc rayé cette première équation et après quelques interrogatoires attentifs, j'ai écrit : "muamusi = douleurs du bas ventre", puis "douleurs du bas ventre + pertes vaginales = infection génitale". Mais finalement j'ai eu une très longue liste de symptômes, qui tous renvoyaient à ce que les Mahorais appellent muamusi.

6Au bout du compte, elle ne correspondait à aucune pathologie décrite par la biomédecine. Mon premier souci a pourtant été de ne pas la nier en tant qu'entité nosographique. Il me fallait essayer de comprendre à quoi elle pouvait renvoyer, afin de mieux saisir l'optique dans laquelle les patients consultant pour muamusi se présentaient au dispensaire, et donc mieux répondre à leur demande de soins.

Des douleurs abdominales

  • 5  Les douleurs épigastriques sont quant à elles parfois rattachées à la poitrine ou le plus souvent, (...)

7A travers le discours de mes patients, j'ai approfondi mon vocabulaire anatomique et sémiologique shimaore, et ce faisant, découvert des représentations du corps particulières. La cavité abdominale apparaissait comme un vaste sac où tout communique, ce qui, par exemple, expliquait en partie la réticence de mes patientes a accepter le stérilet : elles pensaient que ce dispositif pourrait migrer dans l'abdomen et causer des dommages urinaires ou intestinaux. Concernant les douleurs abdominales, trois types d'atteintes5 m'étaient évoqués : muamusi, mshipa, et les marumbo.

8Les marumbo sont les intestins. Leur atteinte se traduit par une diarrhée banale, des gargouillements, et/ou une douleur centrée autour du nombril.

9Mshipa est une douleur à type de tiraillement dans les flancs ou les fosses iliaques : tout se passe comme si de grands tendons, traversant la cavité abdominale, étaient soumis à une tension trop importante et menaçaient de se rompre. Lorsqu'en effet ils cassent, ils entraînent l'affaissement d'une partie de la paroi abdominale, créant une hernie.

10Muamusi est le 3e type de douleur abdominale. Elle est ce que J.P. Olivier de Sardan appelle une "Entité Nosologique populaire Interne" (ENPI), c'est à dire un "produit de la logique de nomination, qui par la grâce d'un nom, doté d'un noyau minimal de représentations partagées, transforme une succession ou une simultanéité mystérieuse de symptômes issus de l'intérieur du corps, sans autre signification première que la douleur ou l'inquiétude qu'ils suscitent, en une maladie familière, ayant l'évidence d'une chose existante, avec laquelle parents ou voisins ont eu aussi affaire et à laquelle est associé tout un cortège de traitements socialement attestés" (J.P.Olivier de Sardan, 1999a : 72).

Une entité nosographique courante et polymorphe

11Muamusi est une affection fréquente touchant tous les âges et tous les sexes, avec une prédominance chez la femme en âge de procréer. Elle m'était toujours présentée comme une entité. Le terme de muamusi en effet ne s'applique qu'à cette maladie particulière, et tout se passe comme si elle avait une existence propre. Dans les discours de ceux que j'ai pu interroger (aussi bien patients que tradithérapeutes), muamusi était le sujet de verbes actifs : "ça siège dans le ventre", "ça sort derrière", "ça m'embête dedans", "des fois, ça monte".

12Muamusi siège dans le bas ventre. Mais elle peut se déplacer dans la cavité abdominale, où elle suscite des troubles très divers, sans lien aucun selon la biomédecine. Le plus souvent, chez la femme, elle se manifeste par une lourdeur pelvienne. Quelque chose bouge dans le bas du ventre comme un bébé lorsque l'on est enceinte.

13Cependant, muamusi peut prendre une forme particulière chez chaque patiente. Telle femme présentant des pertes vaginales s'entendra dire qu'elle a muamusi. Telle autre présentant tous les signes d'une infection urinaire obtiendra le même diagnostic. Chez une même femme, différents épisodes, (par exemple une constipation, puis des hémorroïdes, puis une infection urinaire, puis une diarrhée sanglante) peuvent correspondre à muamusi.

14Ce polymorphisme de muamusi entraîne une grande souplesse interprétative, qui lui permet d'être confirmée, et non démentie, par l'apparition de certains symptômes et la disparition d'autres. S'il y a plusieurs épisodes, ce n'est pas muamusi qui est repartie et revenue : après une période de latence, c'est la même qui se manifeste. Là où la biomédecine distingue plusieurs pathologies bien spécifiques, le patient mahorais pourra ne voir qu'une seule entité, insuffisamment ou mal traitée. Par ailleurs, la biomédecine apparaissant essentiellement aux yeux des Mahorais comme une médecine symptomatique, il leur est possible de consulter le médecin pour les différents épisodes morbides tout en faisant un traitement " de fond ", lorsque les moyens pécuniaires sont réunis, avec un ou plusieurs tradithérapeutes à la suite. J'ai ainsi soigné une autre malade pour différentes pathologies. J'avais noté à son sujet : " cystites à répétition, infections génitales basses et hautes : hygiène à revoir ! ". Mais l'accumulation d'épisodes morbides qu'elle attribuait à la même maladie muamusi a décidé cette patiente à consulter une tradithérapeute renommée. Cette dernière semble avoir été plus efficace que mes bons soins, puisque depuis, ma patiente ne se plaint plus que de son arthrose.

15Muamusi ne se manifeste pas de la même façon chez les femmes et chez les hommes. Chez ces derniers, pas de problèmes gynécologiques. Les problèmes urinaires (et notamment ceux qu'en biomédecine on attribue à la prostate) occupent le devant de la scène. Mais si muamusi conduit à des manifestations variées, celles qui ont un rapport avec l'extériorité ont une valeur particulière. Ainsi, on considère qu'il y a deux stades à muamusi. Le premier correspond au moment où muamusi est tapie dans le bas ventre : "muamusi de l'intérieur". Toute interne qu'elle puisse être, elle peut se manifester par des signes extérieurs, au premier rang desquels il y a les excrétions et les secrétions. L'urine, les selles ou le sang sortent au mauvais moment, ou en trop grande ou trop petite quantité. Il y a des pertes vaginales, que ce soit simplement une hydrorrhée ou des pertes " blanches ".

  • 6  Mais pas des hernies, que l'on attribue à la rupture mécanique d'un tendon intra-abdominal mshipa.

16Le deuxième stade est considéré comme beaucoup plus grave : c'est "muamusi qui sort". C'est l'intérieur du corps qui s'extériorise sous la poussée de muamusi, provoquant des hémorroïdes, des prolapsus6. "C'est dur quand ça sort parce que la personne meurt". Le stade d'extériorisation est important, comme le prouvent les traductions de muamusi et de mshipa. La première est en effet traduite par "hémorroïde", et non par "pesanteur abdominale". La seconde, qu'il vaudrait mieux traduire par "tiraillement abdominal" par exemple, devient systématiquement "hernie".

Une maladie prosaïque

17Cherchant à toujours mieux connaître muamusi, afin de mieux la prendre en charge, j'ai cherché à savoir d'où venait cette maladie. Les avis différaient. Tout le monde a muamusi, me disaient d'aucuns : "il n'y a personne qui ne l'ait pas" ; chez certaines personnes, elle ne s'exprime jamais, mais elle est là, à l'état latent. D'autres patients m'expliquaient au contraire que muamusi n'atteint pas tous les sujets : il existe des personnes qui n'ont pas muamusi et qui ne l'auront jamais.

18Il y a des "enfants petits comme ça" avec muamusi. Ils l'ont eu dans le ventre de leur mère, quand leur mère était enceinte, m'a expliqué un tradithérapeute. On peut aussi être né avec, spontanément, ou parce que la grand-mère l'avait. "Ce n'est pas une maladie contagieuse. Tu es né comme ça. Tu grandis, et ça grandit.", précisait une de mes patientes tradithérapeute.

19En tout cas, tout le monde était d'accord, muamusi est une maladie de Dieu (uwade wala ha mungu). Une maladie de Dieu, ce n'est pas un diagnostic. Ce terme correspond, à Mayotte comme dans d'autres régions islamisées (Augé, Hertzlich, 1984), à certaines maladies que l'on pourrait qualifier de "prosaïque", à l'instar de J.P. Olivier de Sardan (1999a : 24).

20Certes, à Mayotte, l'appellation "maladie de Dieu" semble renvoyer à des affections où seule la volonté de Dieu s'exprime. Mais ce n'est pas, comme on pourrait le croire, un ensemble de troubles dont Dieu serait l'agent étiologique spécifique : cette appellation n'est pas le résultat d'une réflexion sur l'étiologie d'une maladie-objet. Elle renvoie par contre à des maladies en tant qu'événement affectant un être social, où seule la volonté de Dieu peut expliquer la survenue de la maladie en tant que malheur.

21Le fait que muamusi reste dans la majorité des cas la cause de troubles assez bénins, et qu'elle ne soit pas imputable à l'action malveillante humaine ou surnaturelle, fait que les patients mahorais consultent facilement au dispensaire quand ils s'en pensent victimes. Je pouvais donc m'en occuper. Mais quelle serait ma place pour cette maladie dans les itinéraires thérapeutiques des patients ? Et dans quels termes leur dispenser des explications qui leur soient recevables ?

Muamusi et le pluralisme médical

22Il m'est donc apparu par la suite important de savoir comment ces maladies locales étaient perçues et soignées par les tradithérapeutes. Loin de moi l'idée d'empêcher des traitements traditionnels conjoints. Mais il me fallait être en mesure de discuter avec mes patients de ces itinéraires. Je souhaitais pouvoir réduire le risque vital que courraient certains d'entre eux qui retardaient certains soins biomédicaux pour faire des soins traditionnels, alors que la thérapeutique biomédicale apparaissait urgente et plus efficace. A l'inverse, il me semblait judicieux de pouvoir combiner au mieux les techniques en présence dans certains cas. Ainsi, dans les cas de stérilité, que les Mahorais attribuent principalement à muamusi et à l'origine desquels la biomédecine reconnaît une part d'inconnu importante (on parle souvent d'influences psychologiques), il m'apparaissait important d'associer les massages et tisanes traditionnels à la prise de certains traitements chimiques, ou de les alterner un mois sur deux.

Physiopathologie des muamusi

23Mes patients souffrant de muamusi ne savaient pas ou n'osaient m'expliquer les mécanismes physiques affectant leur corps. Ce sont les tradithérapeutes qui m'ont renseignée, me proposant plusieurs modèles physiopathologiques.

24Le premier que j'ai pu étudier présentait muamusi sous un jour très ontologique. Cette maladie m'était décrite comme une entité, dotée d'une volonté, et que l'on peut même parfois visualiser. Elle se manifeste chez des femmes prédisposées, au moment où celles-ci, fraîchement mariées, désirent une grossesse. Muamusi ressemble à une petite bête (bibi : l'insecte, la bestiole). Selon la clinique, on peut par exemple reconnaître "muamusi du poulpe", qui provoque une douleur à type de succion dans le bas ventre, "Muamusi du lézard" qui tire dans toute la zone pelvienne et bien d'autres.

  • 7  Le terme "dzao" désigne davantage le placenta que l'utérus : le "dzao" n'apparaît pas comme un org (...)

25Dans cette description, muamusi ressemble à une bestiole, mais elle a une âme. Elle sait ce qu'elle veut, et ce qu'elle veut, c'est être le bébé dans le ventre de la femme. Au moment où la femme désire être enceinte, "elle se lève dans le ventre" et elle investit l'utérus7. Quand la patiente se rend au dispensaire, elle explique au docteur qu'elle a muamusi. Il voit bien comme des bibi dans le ventre, mais il n'a pas d'autres moyens que d'opérer pour l'enlever.

26La maladie revient à chaque grossesse : quand le premier enfant est déjà un peu grand, la femme sent que ça la mord dans le bas ventre, que ça l'y embête : muamusi ne veut pas qu'on lui prenne à nouveau la place. Il s'agira alors de masser et de donner des décoctions de plantes, adaptées au cas par cas, afin de fatiguer muamusi et de la faire céder. A l'accouchement, il est possible -mais cela reste rare- de visualiser muamusi : on voit alors quelque chose comme des petites bêtes (bibi) qui courent sur le placenta.

27La majorité des discours concernant les représentations de muamusi sont par ailleurs résumées dans les explications d'Hafsoiti, guérisseuse de Dapani. Pour elle, on doit suspecter muamusi dès lors que la douleur abdominale évoque quelque chose qui cherche à sortir (comme lorsque l'on va accoucher, comme lorsque l'on a besoin de déféquer), ou qui bouge dans le ventre.

  • 8  Il ne faut pas tousser aux toilettes quand on est atteint de muamusi, sous peine de la voir s'exté (...)

28Muamusi est en fait une atteinte des intestins, qui forment une boule intra-abdominale. Cette boule, facile à palper, appuie dans différents endroits du bas ventre où elle peut se mouvoir et se déplacer. Ceci explique chez les femmes l'impression de grossesse : la boule appuie sur la zone pelvienne, et peut bouger comme un fœtus in utero. Lors de ses mouvements intra-abdominaux, cette boule d'intestins comprime d'autres organes et entraîne des lésions diverses : elle peut "boucher" l'urine ou les selles, ou au contraire les faire sortir trop vite. Parfois, elle se loge à l' "endroit de l'enfant" et la femme ne parvient pas à être enceinte. Lorsque muamusi grossit trop ou lors de certaines circonstances entraînant une compression de l'abdomen8, elle s'extériorise, et on la visualise sous l'aspect d'une boule très rouge.

29Cette représentation est certes moins ontologique que la précédente. Il n'en demeure pas moins que muamusi est une anomalie indépendante du sujet qui en est victime. Cette représentation organique est bien différente du troisième groupe de représentations que j'ai pu recueillir.

  • 9  Ce que la biomédecine appelle infection urinaire ou cystite.

30Ainsi, d'après les conceptions d'autres tradithérapeutes, il n'y a pas de véritable lésion organique au départ, mais un déséquilibre. Muamusi m'a alors été présentée comme "du sang mauvais" qui s'accumule dans le ventre, et notamment dans l'utérus. Ce sang est froid, et par réaction, il entraîne de la chaleur tout autour de lui. Cette dernière est responsable des symptômes que nous avons vus précédemment. D'autres modèles parlent de muamusi comme une sécheresse. Celle-ci peut assécher les urines (qui brûlent et ne sortent qu'en petite quantité9), ou les selles (qui deviennent dures et sèches, comme dans la constipation ; lors des efforts de défécation, l'intestin peut alors sortir). Cette sécheresse peut entraîner une réaction inverse dans l'abdomen, avec émission en trop grande quantité de sécrétions anormales. Ces excrétions sont salutaires, car le corps se débarrasse ainsi des saletés qui s'y étaient accumulées.

  • 10  Cet informateur travaille à la DAF (Direction de l'Agriculture et de la Forêt), où il a en particu (...)
  • 11  Le terme de "microbe" est traduit par "bibi" par les agents du dispensaire. Pour les patients, on (...)

31Enfin, j'ai pu recueillir un modèle assez consensuel auprès d'un grand guérisseur du centre de l'île. Selon lui, les excès de chaleur ou de froid (en relation notamment avec l'alimentation et l'activité sexuelle) apparaissaient comme des activateurs de la maladie. Ils modifient le terrain et favorisent l'installation ou les manifestations de muamusi. Car les véritables agents étiologiques de muamusi, ce sont des bibi. Or le terme "bibi", mot qui à l'origine désigne une petite bête, un insecte, pouvait être traduit dans ce contexte10, par le terme "microbe"11.

  • 12  Dans le cas de la lèpre, un enfant né d'une femme lépreuse doit être traité. La lèpre est déjà là, (...)

32"Et toute maladie a son bibi ". Il y a des bibi qui " mangent les choses du froid", d'autres qui aiment le chaud. Les bibi de muamusi sont différents de ceux que l'on attrape par le vent et qui entraînent des rhumes ou de grippes. Ils différent également de ceux qui sont responsables des infections génitales comme les urétrites gonococciques (shodpis). On ne les attrappe pas vraiment. Ils ressembleraient davantage à ceux de la lèpre (wanefu) : ils sont dans le sang, et une contamination est possible in utero ou par la lactation12.

33Les différentes plantes associées dans les traitements sont choisies au cas par cas : il s'agit de rétablir un équilibre thermique et d'évacuer les saletés contenant les bibi.

  • 13  Ces représentations traditionnelles tournant autour des notions de chaud et de froid sont sans dou (...)

34Que retenir de ces explications, toutes différentes d'un thérapeute à l'autre ? Certes, comme l'explique J.P. Olivier de Sardan (1999 a : 35), "le savoir des guérisseurs n'a rien d'une médecine savante. Chaque guérisseur a le sien, plus ou moins différent de celui de son voisin. Il n'y a aucun corpus de connaissances stabilisées. Simplement des lignes de pente, des tendances, de logiques plus ou moins patentes et récurrentes, autour desquelles chaque guérisseur bricole sa propre configuration thérapeutique. (…) Autrement dit, le guérisseur "travaille" à partir des représentations communes, il s'appuie sur elles." Et à ce niveau, ne pourrions nous pas retenir les explications "microbiennes" (celles où les bibi sont les agents responsables de la maladie) comme les preuves de représentations métissées ? Elles sont le fait de guérisseurs qui sont fréquemment en rapport avec des blancs. Tout se passe comme s'ils avaient intégré, en sus des conceptions traditionnelles13 de dysfonctionnements du terrain (dus à l'alimentation, au chaud, au froid), un nouveau modèle étiologique ontologique emprunté à la biomédecine. Autrement dit, les tradithérapeutes "bricolent", tout comme je le fais, des explications et des traitements recevables dans cette société de pluralisme médical.

Vers une médecine intégrée

35Connaissant ainsi mieux muamusi, je n'y ai cependant réfléchi dans un premier temps que de façon impersonnelle. Je pensais qu'un abord psychanalytique serait intéressant : que penser en effet d'une maladie qui, dans une société où l'on n'est pas femme avant que d'être mère, se manifeste lors des désirs de grossesse, par des troubles abdominaux évoquant un fœtus qui bouge, ou qui veut naître ? Et puis un soir, alors que je m'endormais, j'ai ressenti "comme un bébé qui bougeait dans mon ventre !" Je n'étais alors pas enceinte, mais la sensation était troublante. Je ressentais en fait des myoclonies (petites contractions répétées et involontaires) du muscle utérin ou d'un faisceau de muscle de la sangle abdominale. J'en avais déjà eu au niveau du bras, et des paupières. Ces myoclonies sont un trouble très fréquent, très passager, qu'en Métropole on attribue à un déficit en magnésium. Dans un autre contexte, je n'y aurais sans doute pas pris garde. Faire ainsi l'expérience de muamusi lui a donné à mes yeux une dimension nouvelle : je me sens plus apte à décrypter les plaintes de mes patients et à leur proposer des soins qu'ils comprendront et qui seront donc mieux acceptés et mieux suivis. Je me sens plus capable de faire le lien entre leurs conceptions médicales et les traitements proposés par la biomédecine. Le vécu de ces entités nosographiques populaires, à travers les nombreuses discussions avec mes patients, voire au niveau de mon propre corps, me permettent un véritable partage de la situation ou de la douleur, une écoute plus profonde, autorisant une meilleure compréhension du corps souffrant des patients.

Le temps des explications

36La plupart des programme de santé publique dans les pays en développement intègrent actuellement une approche anthropologique, qui s'avère indispensable notamment dans le domaine de la prévention (Desclaux, 1990). Mais cet abord anthropologique ne peut se contenter d'être utilisé de façon superficielle.

"Eduquer suppose un transfert de savoirs du médecin au patient par des techniques pédagogiques et par une prise en compte du vécu du malade. Certes ces techniques doivent s'adapter à la culture du patient (…) mais elles ne doivent pas, pour autant, utiliser les éléments culturels de façon artificielle ou démagogique", explique ainsi D. Bonnet en prenant l'exemple de la maladie de l'oiseau (1999 : 305-320).

37A Mayotte, la notion de maladie chronique est très difficile à faire accepter de prime abord. Les patients mahorais tendent à penser que si une maladie persiste, c'est qu'elle a été mal traitée. La prise de médicament répétée, sur de très longues périodes, leur est très fastidieuse. Si on ne guérit pas définitivement, c'est que le traitement n'était pas le bon (il faut donc consulter un autre médecin, un autre tradithérapeute) ou, lorsque les différents recours ont été en vain utilisés, que c'est la volonté d'Allah. Pour obtenir une meilleure observance de mes patients porteurs de maladie chronique, j'explique que quelque chose est irrémédiablement détruit et non réparable au sein de leur corps, et que les pilules qu'ils ingèrent viennent combler cette destruction. L'utilisation de ce modèle étiologique soustractif, pour utiliser les termes de F. Laplantine (1992 : 112), me semble fonctionner très correctement en pratique. Quand la chirurgie est refusée, mais qu'elle m'apparaît absolument nécessaire, je comprends la détresse des patients que cette solution invasive terrorise. J'explique en des termes qui m'apparaissent aptes à ménager les conceptions locales et les connaissances biomédicales actuelles.

38L'explication est en effet un temps essentiel du soin : celui qui permet de diminuer l'anxiété liée à la maladie et d'accepter, au fond de soi, le traitement. Or à Mayotte, ce temps des explications fait souvent défaut, en raison du manque de temps des médecins, de la barrière de la langue, et de la méconnaissance mutuelle des représentations de la maladie. Pourtant, la logique de la nomination apparaît dans les soins traditionnels comme une logique essentielle. Ainsi, les esprits (madjini) rendent malade la personne possédée jusqu'au moment où une cérémonie sera organisée, pour les contenter : les esprits accepteront alors de révéler leur nom. Lorsque les madjjini ont dit leur nom, ils arrêtent de malmener leur siège et peuvent au contraire devenir leurs précieux alliés. Le fait de donner un nom au trouble, et dans des termes qui soient recevable est essentiel.

39Par ailleurs, lorsque les patients consultent le mwalimu dunia, le sage-devin-astrologue, ils attendent de ce dernier qu'il révèle la cause de leur trouble, cause ultime (mauvais œil, attaque de sorcellerie, djinn, transgression d'un tabou -miko) que le biomédecin ne révèle pratiquement jamais. Je n'usurpe pas ce rôle, mais j'explique qu'ayant reconnu une pathologie que la biomédecine sait traiter, un traitement biomédical est nécessaire. Libres à eux d'organiser le reste de la thérapie de la façon qui leur semblera la meilleure, cette étape biomédicale est indiquée pour l'amélioration de l'état de santé du patient.

Vers une cothérapeutique efficace

40Mon questionnement actuel rejoint donc celui de John M. Jansen étudiant la quête de thérapie au Bas-Zaïre (1999 : 240) : comment les réponses pratiques que donne la médecine occidentale à la maladie physique peuvent-elles être combinées avec les réponses sociales, émotionnelles et mystiques des médecines africaines, sans exacerber les atteintes des malades individuels ?

41Une solution consiste pour les praticiens à transférer à quelqu'un d'autre plus approprié les cas s'ils sont incapables de faire aboutir le traitement. A Mayotte, les tradithérapeutes reconnaissent les maladies à traiter par la biomédecine (uwade wa shilopitali : les maladies de l'hôpital) et adressent les patients concernés au dispensaire. A l'inverse, ne serait-il pas souhaitable que les biomédecins puissent adresser certains de leurs patients à des guérisseurs locaux ? Pour cela " un réseau de référence bien informé est un élément clé d'une thérapie complète dans un système médical pluraliste ". Personnellement, je n'adresse que rarement mes patients à des praticiens de la médecine traditionnelle. Ils vont les consulter d'eux-mêmes. En revanche, connaître les moyens thérapeutiques parallèles auxquels mes patients ont recours m'est nécessaire pour adapter et optimiser ma propre prise en charge.

42Jansen (1995 : 99) explique que les planificateurs médicaux feraient bien de reconnaître le rôle des prophètes et des guérisseurs, notamment l'assurance et la définition d'une action soutenant l'espoir au sein du désespoir. Ce rôle devrait soit être reconnu tel qu'il l'a vu dans le cadre de la thérapie coutumière exercée aux portes de l'hôpital, soit être apporté au sein de l'hôpital.

L'harmonie dans le soin

43La connaissance biomédicale est certes indispensable, mais elle n'est qu'un outil. Le maniement optimal de cet outil repose sur une meilleure compréhension du patient, sur des explications adaptées, sur une empathie. Sans cette base, il n'y a pas d'harmonie dans le soin. Cette recherche d'harmonie est apparue indispensable à Lori Arviso Alvord. Cette praticienne, première femme chirurgien d'origine Navajo, a acquis la conviction que la relation qu'elle entretenait avec ses patients Navajo avait une influence directe sur le résultat de leur opération chirurgicale (2003 :24). Et pour que ce résultat soit bon, il fallait qu'elle crée une harmonie qui nécessitait une relation " juste ", un lien spirituel " du même ordre que celui que les hommes médecine établissent avec leur malades ". Elle est donc retournée aux sources, et a renoué avec sa culture.

  • 14  "(Ar.muwâfaqa, accord). Qui convient, favorable. (…) uJa mwafaka : être celui qu'il faut, être adé (...)

44Cette notion d'harmonie est connue à Mayotte : c'est la notion de mwafaka, de concordance14. Lorsque le devin guérisseur adresse un patient vers un autre guérisseur, c'est qu'il pense qu'il existera une mwafaka entre le thérapeute et le patient permettant la guérison. Certains échecs thérapeutiques sont attribués à l'absence de mwafaka entre le thérapeute et son malade.

45En fait, une grande partie de ce que l'on nomme l'art de la médecine se situe, à mon sens, au niveau de cette mwafaka. Il n'y a là rien d'irrationnel ni de magique. Il s'agit en fait pour le praticien de trouver une place juste dans la relation thérapeutique, d'instaurer une harmonie, une compréhension mutuelle. Dans une relation médecin-malade réussie et efficace, le praticien est apte, de par son expérience personnelle et professionnelle, de par son ouverture à l'autre, à recevoir les plaintes du malade. Il peut les saisir à la fois dans leur universalité et dans leur originalité. Il peut adapter ses connaissances scientifiques à ce qu'il a compris de son patient. Ce dernier, confiant parcequ'il se sent compris, s'abandonne mieux au soin, qui de fait est plus efficace.

46En conclusion, comme l'a souligné D. Bonnet (1999 :318), "la connaissance des représentations et des usages associés à la maladie est un moyen de communication précieux entre le patient et le thérapeute, et l'appropriation artificielle des signifiants culturels d'un sujet est dangereuse". Une relation thérapeutique harmonieuse, qui a donc toutes les chances d'être plus efficace, suppose une bonne communication (verbalisée ou de type empathique) entre le médecin et son malade et nécessite donc une base anthropologique. Cette dernière apparaît de façon plus ou moins intense, plus ou moins consciente selon les praticiens et leurs lieux d'exercice. Mais elle résume une part du bricolage qui mène le médecin à passer de ses connaissances théoriques à une pratique adaptée à chaque patient.

47ARVISO ALVORD L., COHEN van PELT E., Le scalpel et l'ours d'argent. La première femme Navajo à allier chirurgie et médecine traditionnelle, Montpellier, Indigène Editions, 2003.

48AUGE M., HERZLICH C., Le sens du mal, Paris, Editions des Archives Contemporaines, 1984

49BLANCHY S., Dictionnaire Mahorais-Français, Français-Mahorais, Paris, L'Harmattan, 1996

50BLANCHY S., Thérapies traditionnelles aux Comores, Cahiers des sciences humaines (ORSTOM), vol.29, n°4, 1993, p. 763-791.

51BONNET D., Les différents registres interprétatifs de la maladie de l'oiseau, in La construction sociale des maladies. Les entités nosologiques populaires en Afrique de l'Ouest, (sous la direction de) Y. Jaffre, J.P. Olivier De Sardan, Paris, P.U.F, 1999, p. 305-320.

52DESCLAUX A., L'anthropologie appliquée au développement sanitaire dans les pays du tiers monde. L'exemple de l'éducation pour la santé en matière de diarrhées infantiles, Revue du Praticien, n° 88, 1990, p.197-199.

53DIALLO Y., Suma, la représentation complexe d'une maladie banale - guérisseurs susu de Guinée Maritime, in La construction sociale des maladies. Les entités nosologiques populaires en Afrique de l'Ouest, (sous la direction de) Y. Jaffre, J.P. Olivier De Sardan, Paris, P.U.F, p. 89-114.

54JANSEN J.M., La quête de la thérapie au Bas-Zaïre, Paris, Karthala, 1995

55LAPLANTINE F., Anthropologie de la maladie, Paris, Bibliothèque scientifique Payot, 1992.

56LARTIGAU-ROUSSIN C., Les représentation de la maladie et les recours thérapeutiques à Mayotte, Mémoire de D.E.A. méthodologies et techniques nouvelles en sciences humaines et sociales, Besançon, 2003.

57OLIVIER de SARDAN J.P.,
1. (1999 a) Les entités nosologiques populaires internes : quelques logiques représentationnelles, in La construction sociale des maladies. Les entités nosologiques populaires en Afrique de l'Ouest, (sous la direction de) Y. Jaffre, J.P. Olivier De Sardan, Paris, P.U.F, 1999, p. 71-87.

582. (1999 b) Les représentations fluides et prosaïques de weyno et yeyni, in La construction sociale des maladies. Les entités nosologiques populaires en Afrique de l'Ouest, (sous la direction de) Y. Jaffre, J.P. Olivier De Sardan, P.U.F, Paris, 1999, p 150-172.

59PHILIPON P., L'effet placebo pris sur le fait, n°366, La Recherche Juillet-Août 2003, p. 54-57.

60VIDAL J.M., La médecine traditionnelle à Mayotte, rapport d'activité de la D.A.S.S. de Mayotte, Mamoudzou, 1985, p.138-140.

Haut de page

Notes

1  La notion de médecine traditionnelle a des acceptations diverses. Dans cet article, elle est utilisée en opposition à la biomédecine. Bien que ce terme soit réducteur, la "médecine traditionnelle" renvoie à des pratiques plurielles (de la cothérapeutique aussi) qui préexistaient à la biomédecine, et qui sont héritées de savoir-faire non conceptualisés, de traditions orales ou d'écrits islamiques. A Mayotte, quand on est malade, les recours sont nombreux. On peut avoir recours par exemple à des massages, à la phytothérapie ou à des purifications du sang par scarifications et pose de ventouses. Dans les cas plus graves c'est un "mwalimu", un sage, qui va reconnaître l'origine du mal (en s'aidant de la divination, de livres de médecine coranique…) et orienter le malade vers un soin particulier : traitement par des versets du coran (qui peuvent être ingérés, soufflés, portés,...), cultes de possession... ou biomédecine seule.

2  Muamusi est une entité nosologique mahoraise qui va servir à illustrer mes propos tout au long de ce travail.

3  En 1997, 63.6% des mahorais et 46.5% des mahoraises parlaient français (INSEE 1999).

4  23% des 300 patients (37% des 129 femmes, 13% des 53 hommes, 11% des 56 petits garçons et 17% des petites filles) vus en consultation médicale du 16 au 30/12/02 souffraient ou avaient souffert de muamusi.

5  Les douleurs épigastriques sont quant à elles parfois rattachées à la poitrine ou le plus souvent, les patients qui en souffrent disent "tsina stoma" : j'ai un estomac.

6  Mais pas des hernies, que l'on attribue à la rupture mécanique d'un tendon intra-abdominal mshipa.

7  Le terme "dzao" désigne davantage le placenta que l'utérus : le "dzao" n'apparaît pas comme un organe permanent dans les représentations du corps.

8  Il ne faut pas tousser aux toilettes quand on est atteint de muamusi, sous peine de la voir s'extérioriser. Lors des cérémonies de possession, certains médicaments comportent une plante pour éviter que muamusi ne sorte lors des contorsions de la transe.

9  Ce que la biomédecine appelle infection urinaire ou cystite.

10  Cet informateur travaille à la DAF (Direction de l'Agriculture et de la Forêt), où il a en particulier été formé aux parasitoses et autres maladies végétales. Il me décrivait des entités semblables à des "bibi" mais invisibles à l'œil nu.

11  Le terme de "microbe" est traduit par "bibi" par les agents du dispensaire. Pour les patients, on a l'impression que cette traduction renvoie à l'idée de petites bêtes à peine visibles, sur lesquelles les thérapeutiques biomédicales sont plus actives. Une thérapeute de Bandrélé, m'avait expliqué un jour comment l'on traitait certaines fièvres infantiles avec des macérations de plantes : "au bout de quelques jours, ça sent très mauvais. Mais tu baignes encore l'enfant dedans. Vous, les blancs, vous dites que c'est sale, parce qu'il y a des bibis dedans". Une patiente qui est également tradithérapeute m'a dit un jour : "je crois que je dois avoir des bibi, parce que mes médicaments à moi ne marchent pas. Regarde là : tu les vois ?". Dans ma pratique quotidienne, pour être plus juste, j'utilise les termes en français "microbe" et "virus", en expliquant qu'ils sont "plus petits que des bibi".

12  Dans le cas de la lèpre, un enfant né d'une femme lépreuse doit être traité. La lèpre est déjà là, mais ne se manifestera que plus tard. De fait, la lèpre étant due à un bacille minable, qui se multiplie très lentement, elle ne se rencontre pas chez les enfants de moins de trois ans.

13  Ces représentations traditionnelles tournant autour des notions de chaud et de froid sont sans doute elles-mêmes le résultat d'un métissage entre les conceptions islamiques et des influences africaines et malgaches.

14  "(Ar.muwâfaqa, accord). Qui convient, favorable. (…) uJa mwafaka : être celui qu'il faut, être adéquat, convenir. Mwalimu ule kaja mwafaka : ce guérisseur n'est pas celui qui convient." (S. Blanchy, 1996). Ce même terme s'applique au mari et à la femme dont le couple est solide et fertile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Lartigau-Roussin, « De l'harmonie dans le soin », Face à face [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 01 février 2004, consulté le 24 juin 2017. URL : http://faceaface.revues.org/383

Haut de page

Auteur

Céline Lartigau-Roussin

Praticien hospitalier, Médecine polyvalente, Centre hospitalier de Mamoudzou
Doctorante en anthropologie à la faculté des lettres de Besançon (sous la direction du Pr Bertrand Hell)
e-mail : roussin.mayotte@wanadoo.fr ou roussinc@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org