Navigation – Plan du site
Terrains

Prévention du VIH/sida dans les commerces et les espaces de sociabilité africains de Noailles (Marseille)

Kodou Wade

Résumé

Cet article présente une action de prévention du VIH/sida en direction des communautés migrantes d’Afrique subsaharienne du quartier marseillais de Noailles. Le choix de ce lieu s’est imposé par sa concentration de commerces (épiceries, bars, restaurants, magasins de cosmétiques, etc.) spécialisés dans les clientèles d’origine maghrébine et africaine. En dépit de son homogénéité apparente, il n’en abrite pas moins des usagers très hétérogènes qui nécessitent, dans le cadre des campagnes de sensibilisation au VIH, des approches adaptées selon le genre, l’âge, la confession, le statut matrimonial ou la région d’origine. Si leurs inquiétude et méconnaissance du VIH/sida nourrissent une attente très forte en matière d’information, elle est également à l’origine de multiples obstacles que la démarche de prévention doit appréhender et tenter de déjouer.

Haut de page

Texte intégral

Migrants et VIH : une reconnaissance tardive

1En France, la situation des migrants face au VIH/sida a pendant longtemps été occultée par les pouvoirs publics. Il faudra attendre presque deux décennies après le début de l’épidémie pour que l’Institut de veille sanitaire dévoile les premières statistiques sur l’incidence inquiétante de l’infection chez les migrants et soulève aussi leurs difficultés plus aigues dans l’accès au dépistage et aux soins. La crainte, non moins légitime, de nourrir le racisme et la stigmatisation des migrants/étrangers était alors la principale raison évoquée par les pouvoirs publics et les acteurs associatifs pour justifier leur immobilisme. Ces dernières années, cette situation a peu à peu évolué. Davantage d’études et de recherches sont consacrées à cette thématique émergente et à ses nouveaux enjeux (Fassin, 2002 : 1-11). En matière de prévention, de nombreuses initiatives ont également vu le jour. A l’instar des homosexuels, des jeunes et des femmes, les migrants sont devenus depuis 1999 une cible spécifique des campagnes étatiques de communication sur le VIH/sida (Stanojevich et Cytrynowicz, 2004 : 43-46). Désormais, elles sont intégrées aux groupes dits « prioritaires » du plan national de lutte contre le sida pour les années 2001-2004. De nombreuses associations généralistes ou de type communautaire agissent déjà dans l’accès aux droits, aux soins et à la prévention du VIH chez les migrants/étrangers.

2En dépit de cette récente prise de conscience et de l’élan qu’elle a suscité au niveau des différents acteurs, l’actualité épidémiologique confirme la tendance d’une prédominance de la contamination par les rapports hétérosexuels soutenue, pour l’essentiel, par la forte progression de l’épidémie chez migrants originaires de l’Afrique noire, et plus particulièrement chez les femmes. Ces données épidémiologiques alarmantes qui témoignent de la progression constante de l’épidémie dans cette population rendent urgente l’intensification de stratégies de prévention pertinentes et appropriées. C’est dans ce contexte épidémiologique et politique en transition que s’inscrit notre action de prévention du VIH/sida dans la communauté migrante africaine à Marseille.

Contexte de l’action et méthodologie

  • 1  Ces actions ont d’abord été menées dans le cadre de ma fonction de coordinatrice régionale des act (...)
  • 2  L’Institut National de Prévention et d’Education Sanitaire (ex CFES) impulse en partenariat avec l (...)

3Notre travail de terrain mené au sein d’associations de lutte contre le sida a privilégié1 le site de Noailles et ses commerces africains. Notre présence dans ce quartier remonte à janvier 2002, à l’occasion d’une campagne nationale de prévention du VIH/sida initiée par l’INPES2 visant les téléspectateurs de la Coupe d’Afrique Nations de Football (CAN). Le choix de ce quartier comme territoire prioritaire pour nos actions de terrain se justifie d’abord par sa forte concentration de populations africaines. Sa centralité représente également un deuxième atout indéniable : situé sur l’axe de la Cannebière, ce quartier et ses multiples commerces spécialisés attirent une nombreuse clientèle résidant à Marseille et ses environs.

  • 3  Selon les données de Sida Info Service citées par l’INPES, les appels des migrants en 2001 ne repr (...)

4A partir de cette opération événementielle autour de la CAN qui s’est déroulée sur une dizaine de jours, il nous a semblé important de mettre en place des actions dans la durée. Les discussions que nous avons eues lors de cette campagne ont confirmé l’absence d’actions de prévention à destination des africains, et surtout l’importance de leurs attentes et de leurs besoins en matière d’information. En effet, même des grandes associations de lutte contre le sida disposant d’une implantation locale, sont méconnues et peu fréquentées par cette population. D’autres insuffisances entretiennent leur marginalité par rapport aux dispositifs d’information et de prévention du VIH/sida. Comme le souligne l’INPES (2002 : 7)3 au niveau national, les migrants présentent la particularité de se sentir peu concerné par les campagnes de communication grand public et même plus ciblées pour des raisons qui tiennent principalement, selon nous, à leur inadaptation.

  • 4  Si la dynamique de l’épidémie est bien perçue en ce qui concerne le continent africain, ce n’est l (...)
  • 5  Lors de la campagne de la CAN, la collaboration de certains gérants a permis de visionner juste av (...)
  • 6  Dès le démarrage du travail de terrain, nous avons assez vite bénéficié du soutien d’une jeune fem (...)

5La mise en œuvre de ce projet de prévention du VIH/sida à Noailles a privilégié une approche en plusieurs étapes. Avant le démarrage des actions, nous avons suscité des entretiens auprès des propriétaires et/ou gérants afin de les sensibiliser à la dynamique alarmante de l’épidémie du VIH/sida dans les communautés d’origine africaine, fait largement méconnu dans ce milieu4 Ensuite, nous avons abordé le projet de prévention auprès de leurs clientèles. L’objectif de cette prise de contact était d’attirer également leur attention sur le rôle de médiateur qu’il pourrait jouer pour mener à bien cette campagne. En effet, la plupart des commerçants côtoient un public auquel ils sont familiarisés. Leur clientèle est le plus souvent composée de personnes de la même région d’origine dans les bars/restaurants, et dans une moindre mesure, dans les magasins de coiffure et de cosmétiques. Cette première étape de prise de contact, était importante, car elle a permis de repérer quelques individus du « milieu » sur lesquels il était envisageable de s’appuyer pour mettre en place l’action. Ces liens noués, il a alors été possible de disposer du matériel de prévention (préservatifs, cassettes ou brochures) sur les comptoirs et les voies d’accès aux toilettes et de coller des affiches dans l’enceinte des magasins. Leur participation s’est même avérée très active quand la plupart d’entre eux ont joué efficacement leur rôle de courroie de transmission en annonçant le planning de passage de l’équipe de prévention à leurs clients et en autorisant le visionnage de vidéos dans leurs commerces5. Le choix de ces partenaires « relais » s’est s’effectué sur la base de critères simples : leur fort potentiel relationnel au sein de la communauté visible à l’accueil du public ciblé et leur participation active à notre projet par la mise à disposition de leurs établissements ont par exemple été déterminants. Les partenaires les plus actifs étaient les plus sensibilisés à la question du VIH/sida notamment par le biais de victimes dans leur entourage familial et amical6.

  • 7  Le fémidon est plus coûteux et moins accessible que le condom. On peut s’en procurer dans certaine (...)

6Une fois le contact établi avec les gérants des lieux, l’action a réellement pu être mise en place. Une périodicité mensuelle a été décidée dans l’objectif de s’implanter durablement sans pour autant importuner ou lasser la clientèle des partenaires. Le rendez-vous a été fixé le samedi soir, entre 18h 00 et 0h 00 car c’est le moment où le quartier enregistre un pic de fréquentation. Lors de ces rencontres, les discussions portent essentiellement sur la perception du sida (connaissance du virus, modes de transmission, moyens de prévention), la connaissance du dispositif local de dépistage et de soins précoces (Centre de Dépistage Anonyme et Gratuit ou la gestion de comportements sexuels à risque… L’action est aussi l’occasion de promotion et de distribution de préservatifs masculin et féminin et de divers supports d’information (dépliants, cassette, brochure, carte). Les interactions s’effectuent le plus souvent avec des micro-groupes spontanés (attroupement sur le pas d’un bar et dans les arrières-boutiques, autour d’une tresseuse ou d’un tailleur de vêtement...). Le message délivré est au mieux individualisé car nous proposons à chacun une pochette de prévention, et s’il est consentant, nous lui présentons son contenu. Quand il s’agit d’un homme nous lui offrons une pochette avec un préservatif masculin, ce qui n’empêche pas de lui parler du préservatif féminin, son mode d’usage et les moyens de s’en procurer. Quant aux femmes, nous leur proposons une pochette avec un préservatif masculin et féminin7.

Un samedi soir à Noailles…

  • 8  Certaines jeunes femmes séropositives disséminées dans des centres d’hébergement de la ville trava (...)
  • 9  Certains commerces ne disposent que d’un mobilier assez sommaire et ressemblent plus à des « maqui (...)

7La tournée des magasins de cosmétiques et les salons de beauté pour "femmes de couleur", des bars/restaurants, des échoppes de poissons séchés ou de viandes de brousse nous donne l’occasion de rencontrer des personnes très diverses : "sapeurs" célibataires ou agissant comme tel, jeune femme mariée et « bonne musulmane », jeune prostituée séropositive au VIH8, etc. Notre périple nous entraîne notamment Chez Tata Doubei, Au Cœur Brisé-Salon Julie, à la Beauté des îles ou Chez Maman Africa. Cette série d’appellations évoque des lieux investis par des femmes aux profils divers (restauratrice, coiffeuse, masseuse de Hammam, vendeuse ou simple usagère, etc). Les espaces font souvent l’objet de plusieurs usages : par exemple un salon de coiffure est conjointement un espace de tressage, un bar à l’heure de l’apéritif et un lieu de rencontres amicales ou amoureuses. La mixité des genres s’y retrouve de façon constante : beaucoup d’hommes fréquentent ainsi quotidiennement ces commerces féminins, non pour se faire coiffer ou acheter un produit, mais pour discuter entre copains, consommer une bière ou rendre visite à une relation féminine. Chaque territoire a son public, le plus souvent des usagers de même origine. Par exemple, les bars/restaurants ou "maquis"9 à « soukouss » ou « Mapouka » (danse érotique ivoirienne) sont essentiellement fréquentés par une clientèle originaire d’Afrique Centrale (Congo, Zaïre, Centrafrique, Cameroun) et de Côte-d’Ivoire. Les Sénégalais se retrouvent quant à eux chez Issa pour écouter un « Mbalax » (rythme sénégalais) ou au Touba restaurant pour manger un « ceeb bu jën » (riz au poisson).

8En dépit de "l’ambiance" qui règne dans ces lieux et des multiples occupations de leurs usagers, notre action de prévention est le plus souvent bien accueillie. La pochette de prévention distribuée, que beaucoup s’empressent de saisir, permet d’engager une discussion sur le sida. Les démonstrations de l’usage du fémidon dans les salons de coiffure sont également l’occasion de temps d’échanges intenses avec les femmes. Passé la stupéfaction de la découverte, elles posent assez rapidement des questions sur son utilisation, les lieux de distribution ou de vente et demandent un échantillon pour l’essayer. D’une manière générale, l’ensemble des supports d’information (préservatifs, dépliants, cartes, cassettes, etc) rencontre un certain succès. Quant aux discussions avec le public, elles ont trait le plus souvent aux fausses croyances sur le sida, au déni qui entoure la sexualité et la maladie dans la communauté, aux réticences rencontrées face au préservatif… Elles se prolongent parfois sur les expériences personnelles qui se construisent autour du VIH/sida.

Déni de la maladie et « représentations à risque »

  • 10  Les pochettes distribuées comprennent un préservatif mais aussi tout un éventail de supports d’inf (...)

9L’un des principaux obstacles rencontrés dans ce travail de prévention réside dans la difficulté à aborder la question du sida au sein du couple ou entre partenaires réguliers. L’acceptation des outils de prévention par des individus mariés ou vivant en couple est donc apparue dès le début comme un enjeu important. Malgré les précisions apportées sur le contenu très large des pochettes10, nombre d’entre-eux persistent à les refuser. Cette attitude est le plus souvent justifiée par la crainte de susciter chez le partenaire des suspicions (tromperie, maladie cachée, etc.). L’usage du préservatif reste fortement associé dans l’imaginaire collectif à une sexualité extra-conjugale ou instable. Ce fait a déjà été souligné dans les études consacrées au VIH en Afrique, notamment à Ouagadougou (Bardem et Gobatto, 1997 : 51-58). A Bamako, Le Palec et Pagezy (2003 : 209-210) nous font remarquer, à propos de la gestion de vie sexuelle des couples sérodifférents, qu’ « entre conjoints, allusions et métaphores semblent être d’usage courant afin de ne pas aborder la question de front. L’usage du préservatif ne peut être choisi entre conjoint et seule l’abstinence sexuelle reste envisageable ». On retrouve également l’association du préservatif et de la prostitution : par exemple, lors des premières actions dans le quartier, une gérante d’un bar/restaurant, outrée par l’exhibition de préservatif, nous a fait savoir que son établissement n’était pas fréquenté par des prostituées.

10Certaines femmes évoquent, quant à elles, leur statut de « mariée » et de « bonne musulmane » pour éviter toute discussion autour du sida : « je suis une femme mariée, je n’ai pas besoin de ça » ou « je suis musulmane, je suis propre, je ne vais pas à gauche et à droite ». Ces propos sous-entendent que le sida est perçu comme la maladie des non-croyants qui ne respectent pas les interdits religieux de l’Islam condamnant la sexualité en dehors du mariage. Parfois, ce sont les règles coutumières de socialisation autour de la sexualité des jeunes filles qui servent d’argumentaires pour refuser une discussion sur le sujet. Dans ce cas, le préservatif est considéré comme une incitation à la permissivité sexuelle et la virginité comme une protection contre le sida. Ce fût le cas d’une mère rencontrée chez « Maïko » (coiffeuse Guinéenne) en compagnie de sa fille : nous voyant distribuer une pochette à l’adolescente, elle nous interpelle avec dédain en tenant les propos suivants : « ma fille est vierge, elle n’a pas besoin d’information ». Ainsi, il existe une kyrielle de « représentations à risque » ancrées dans la doxa religieuse, la conception du mariage et de la virginité qui tendent à fragiliser les femmes face au VIH/sida

Statuts féminins et vulnérabilité au sida

  • 11  Le groupe est constitué de femmes d’origine diverse (Comores, Algérie, Côte d’Ivoire et Sénégal) d (...)

11Afin d’appréhender de manière précise le problème de la surexposition des femmes au sida, il faut également prendre en compte l’hétérogénéité sociale et culturelle des situations. Lors d’une action de prévention à la périphérie de Marseille avec l’AFORAM, (Association des Femmes d’Origine Africaine de Marseille)11, constituée en majorité de femmes mariées, nous avons longuement débattu de l’absence de contrôle sur la sexualité de leurs époux qui alimente leurs inquiétudes face aux risques encourus. L’une d’elle, comorienne née en France, consciente de l’infidélité de son conjoint évoquait la difficulté de recourir au divorce à cause des fortes pressions de la famille et du groupe sur le couple. Une autre femme « Mandjak » (groupe ethnique des régions Sud de Sénégal), âgée d’une quarantaine d’années a, quant à elle, soulevé le problème de la polygamie qu’elle redoute fortement à cause du sida :

« Mon mari, à chaque vacances, au village, ma belle-famille lui propose de prendre une seconde épouse, peut-être qu’il va finir par écouter ses parents. Mais ce qui m’inquiète beaucoup c’est qu’au village, on consomme le mariage comme ça, on ne fait pas la « visite » (le dépistage) avant, c’est vraiment un grand problème le sida (…). »

A Noailles, l’anxiété qu’éprouvent certaines femmes face à la permissivité sexuelle de leur conjoint se retrouvent dans les discussions :

« nous, c’est les hommes qui nous tuent, quand mon mari est rentré de l’Afrique, j’ai commencé à me gratter partout. Ils prennent des risques et ils n’ont pas peurs. C’est par eux qu’il faut passer pour arrêter le sida »
(Centrafricaine, mariée et mère de trois enfants).

Mais la vulnérabilité des femmes ne relève pas seulement de la propension des hommes à adopter des comportements polygamiques mais plus généralement de la condition féminine précaire. Comme le remarque Abdon Goudjo (2004 : 26),

« la spécificité de la vulnérabilité des femmes migrantes tient surtout à leur dépendance socio-économique, qui peut prendre des formes diverses mais toujours fragilisantes (…). »

Un autre témoignage recueilli au sein du quartier sur les relations entre les hommes et les femmes, quoique sexiste, met l’accent sur cette précarité féminine en évoquant les aides financières masculines :

  • 12  L’activité de tresseuse qui occupe de nombreuses jeunes femmes à Noailles est assez instable.

« C’est les femmes qu’il faut sensibiliser. Beaucoup de coiffeuses12 ont des besoin d’argent, et quand elles sont endettées, c’est un homme qui paie le crédit. »
(gérant d’un bar/restaurant)

Si la vulnérabilité physiologique des femmes est plus grande face au VIH, l’ensemble des facteurs pré-cités (féminisation de la pauvreté, subordination à l’ordre masculin dominant, accès plus difficile à la formation, violences conjugales) pèsent aussi fortement sur la sexualité des migrantes et donc sur leur capacité à se protéger face au VIH/sida.

L’absence d’accès à l’information

12Comme nous l’avons brièvement souligné dans la description de notre démarche d’enracinement sur le site de Noailles, les populations rencontrées restent éloignées des dispositifs locaux et nationaux d’information sur le sida et les besoins dans ce domaine demeurent considérables. Pour de nombreux usagers du quartier, le sida est perçu comme une maladie lointaine presque « exotique  ». La forte incidence de l’épidémie chez les migrants reste peu connue. Ainsi, il n’est pas rare d’entendre des propos du type :

« c’est en Afrique qu’il faut aller informer, surtout les jeunes là-bas. Ici, nous on n’est pas dans le besoin, on est informé, il y a tout ce qu’il faut. »

  • 13  Le Palec et Pagezy (2003 : 10),  op. cit.

Lors d’une discussion avec un groupe de femmes comoriennes, l’une d’elle me questionne sur mon pays d’origine (le Sénégal) pour me rétorquer que « c’est dans vos pays qu’il y a le sida ». Au niveau des représentations de la maladie, « c’est toujours ailleurs que se trouve la faute originelle, qu’on le dise aussi bien sur le plan géographique ou sur celui des rapports entre groupes : c’est l’autre qui est coupable », et l’idée «  de la contamination (…) renvoie toujours elle aussi à l’idée de l’autre comme responsable »13.

13Une certaine confusion existe également autour des modes de contamination et des moyens de prévention du virus qui peuvent être l’objet de réinterprétations erronées. Par exemple, l’un des usagers rencontrés croyait que le partage collectif d’un bol de riz avec un séropositif pouvait être contaminant :

« si la malade se blesse avec une arête de poisson et perd son sang quelqu’un d’autre peut être contaminé. »

  • 14  Le traitement d’urgence est préconisé dans les 48 heures après une exposition à un risque de conta (...)

Ignorant que le virus du sida meurt au contact de l’air libre, il associait ce cas de figure à un risque de contamination par voie sanguine (causée par transfusion de sang, de produits sanguins contaminés ou l’utilisation de seringues infectées). Lors d’une autre tournée, nous avons discuté avec un groupe de jeunes de la gestion des comportements à risque (rapport sexuel non protégé avec un partenaire dont on ignore le statut sérologique, glissement du préservatif,…). A la question  « si tu prends un risque ce soir, qu’est-ce tu fait ? », l’un d’eux a spontanément évoqué le recours à une toilette intime au détergent (« je pisse abondamment et je fais ma toilette avec de l’eau de javel ») alors que le recours au dépistage et éventuellement au traitement d’urgence s’imposait dans ce cas de figure14. Enfin, c’est la théorie de la conspiration qui a aussi resurgi au détour d’une conversation. Un usager perplexe devant l’inexistence d’un vaccin malgré l’ancienneté de l’épidémie y trouva la preuve d’une conspiration raciste :

« Le sida, depuis longtemps qu’on en parle, vers 1985 comme ça, je suis sûr qu’il y a maintenant le vaccin mais comme c’est les noirs qui sont malades, tant pis. Toute façon, le dépistage tout ça là, moi j’évite (…). »

  • 15  Implantée en région parisienne, l’APA est une association communautaire de prévention du sida en d (...)

14Outre les carences dans l’accès à l’information, l’une des principales causes du déni de la VIH/sida est la crainte de la stigmatisation. Le récit de vie suivant donne une idée assez précise de la complexité de la gestion sociale de la maladie. Il évoque la trajectoire d’une jeune femme accueillie en France par sa parenté dans l’objectif de bénéficier d’un traitement contre le VIH/sida. En dépit de l’hospitalité, celle-ci s’aperçoit assez vite qu’un des membres de sa famille, gérant d’un commerce à Noailles, a divulgué sa séropositivité à des personnes dans le quartier. Elle prend alors la décision de demander une chambre dans un centre d’hébergement de femmes afin de s’éloigner de sa famille d’accueil et de fuir les rumeurs, en ce moment-là dit-elle : « j’étais fatiguée, amaigrie, les gens parlaient et j’ai compris que tout le monde savait ». Ce n’est qu’au bout de presque deux ans qu’elle se décida à retourner dans le quartier. Durant cette période tourmentée et instable, elle avait repris du poids et était aussi devenue enceinte. Actuellement, les rumeurs se sont apparemment tues et elle a renoué avec ses amitiés de Noailles puisque nous la croisons régulièrement dans les commerces du quartier avec son enfant. Comme l’indique Noël Ahebla de l’African Positive Association (APA)15, « la compréhension du déni qui entoure la maladie est un axe majeur de la réflexion (…) » (CRIPS, 2003 : 4). Selon une enquête informelle de l’APA effectuée auprès de personnes contaminées « presque tous les séropositifs d’origine africaine contactés ont répondu que le déni sur l’existence du sida et le fait de n’avoir jamais rencontré de personnes vivant avec ce virus, sinon à la télévision, images qu’ils considéraient comme de la mise en scène, ont favorisé leur contamination ».

15Au déni de la maladie, s’ajoutent tous les tabous autour de la sexualité pour rendre la prévention encore plus délicate. Comme l’attestent les multiples échanges, les obstacles à déjouer sont nombreux. Certains adoptent des stratégies d’évitement qui consistent à évoquer d’emblée un argument du type :

« merci, je n’ai pas le sida, je respecte toujours les rendez-vous chez le docteur pour faire les tests et je viens d’y aller… »

Par moment, nous avons l’impression qu’accepter un préservatif est un acte honteux qu’il convient d’éviter en publique parce que « les histoires de condom et de sexe c’est dérangeant, je ne veux pas discuter de ça » comme l’a déclaré cette cliente d’un salon de coiffure : « Les éléments transculturels de la sexualité humaine consistent avant tout dans le fait que la sexualité va de pair avec les émotions et qu’elle est chargée de symboles » nous rappelle Vangroenweghe (1997 : 171). Dans cette communauté, qui n’est pas différente des autres, le déni du sida s’explique sans doute aussi par le caractère fortement tabou, ritualisé et parfois périlleux de la sexualité.

Quelles stratégies de prévention ?

16Au terme de ce témoignage, nous aimerions d’abord rappeler le problème de l’éloignement des dispositifs d’information et de prise en charge du sida des populations rencontrées. Notons aussi que les progrès en matière de prévention et de soins (Fémidon, dépistage et soins anonymes et gratuits, traitement d’urgence…) restent largement méconnus. Constatons également que les grandes associations de lutte contre le sida sont quasi-absentes sur ce terrain et drainent donc très peu ce public. Dans un tel contexte, les migrants africains ignorent pour la plupart l’avancée de l’épidémie au sein de la diaspora en Europe. D’autres obstacles à la prise de conscience du problème du sida existent et sont aussi à prendre en compte dans les campagnes de prévention : citons, en premier lieu, l’importance de la vulnérabilité selon le genre. Si la prévalence du sida est élevée chez les migrants d’Afrique subsaharienne, elle l’est encore plus parmi les femmes. En effet, nombre d’entre-elles ont un faible contrôle de leur sexualité, tandis que les hommes jouissent davantage de droits en la matière. Leur fragilité économique combinée à un assujettissement à l’autorité masculine dans le cadre du patriarcat est également un sérieux frein à leur protection face au sida. Sans pour autant sombrer dans un culturalisme abusif, il convient de tenir compte des normes sociales et religieuses qui définissent les règles matrimoniales et régissent de façon plus générale les relations de genre.

17Sur le plan pratique, plusieurs éléments nous semblent avoir été déterminants dans le relatif succès de notre action. En choisissant de s’ancrer durablement au sein du cadre de vie de la population ciblée et en nouant un partenariat étroit avec les tenanciers des commerces, nous avons pu utiliser au mieux les ressources du milieu. La fréquentation répétée de ces lieux et l’acceptation progressive de l’action nous a permis de créer un climat de confiance et de sensibiliser un grand nombre d’individus qui étaient jusque là très peu couverts par les campagnes de prévention plus classique…

  • 16  Généralement créée au sein d'une association ou d’un regroupement de femmes, la tontine est un sys (...)

18Enfin, si un quartier comme Noailles a pu être choisi du fait de sa fréquentation et de sa centralité, d’autres lieux à Marseille pourraient faire l’objet de campagnes de prévention similaires. Nous pensons notamment aux différentes associations ou regroupements informels de telle région ou de tel village (présents, par exemple, dans les foyers de travailleurs), aux « tontines16 » féminines et aux regroupements religieux à l’instar des « dahira » (confrérie religieuse musulmane), des assemblées pentecôtistes et des groupes de prière.

Haut de page

Bibliographie

Bardem I. et Gobatto I., 1997, Sexualité et prévention du sida en milieu urbain africain. Une enquête auprès des jeunes filles célibataires et des femmes seules de Ouagadougou, in ANRS-ORSTOM (éd), Le sida en Afrique. Recherches en sciences de l’homme et de la société, Paris, ANRS, Coll. « Sciences Sociales et sida », pp. 51-58.

CRIPS, 2003, Sida et migrants/étrangers : accès aux droits, à la prévention et aux soins, Paris, Lettre d’information 65, 7 p.

Fassin D., 2002, Sida, immigration et inégalité : nouvelles réalités, nouveaux enjeux, 1-11, Sciences sociales et sida, Paris, ANRS, p.p. 1-11.

Goudjo A., 2004, La double peine des femmes migrantes, Transcriptases, n° 114, p.p. 25-27.

INPES, 2002, Des outils et une étude pour mieux aborder la prévention du sida auprès des personnes vivant avec le VIH en France, 22 p.

Le Palec A., Pagezy H., Vivre avec le sida au Mali. Stratégies de survie, Paris, L’Harmattan, 270 p.

Stanojevich A. E., Cytrynowicz J., 2004, Les enjeux de la communication en direction des populations migrantes, Transcriptases, n° 114, p.p. 43 – 45.

Vangroenweghe D., 1997, Sida et sexualité en Afrique, Anvers, EPO, 479 p.

Haut de page

Notes

1  Ces actions ont d’abord été menées dans le cadre de ma fonction de coordinatrice régionale des actions migrants à AIDES Rhône Alpes Méditerranéen (ex AIDES PACA) entre novembre 2001 et février 2004. Ensuite avec AFRISANTE, une association de promotion de la santé et de lutte contre le sida dans les communautés migrantes d’Afrique subsaharienne. Créée en novembre 2003, l’association est implantée à Marseille.

2  L’Institut National de Prévention et d’Education Sanitaire (ex CFES) impulse en partenariat avec les acteurs associatifs et communautaires des actions d’éducation à la santé/prévention sida-MST en direction des migrants à l’occasion de grands rassemblements et de fêtes (CAN, 1er décembre, etc.). Ces initiatives s’accompagnent d’outils spécifiques aux publics ciblés : par exemple, « Les aventures Moussa le Taximan » dans le cadre de la prévention auprès des populations originaires de l’Afrique subsaharienne.

3  Selon les données de Sida Info Service citées par l’INPES, les appels des migrants en 2001 ne représentent que 1,5 % des appels totaux. La même source indique que 64 % de ces appels étrangers proviennent de nationalités européennes. Rappelons que Sida Info Service dispose d’une ligne langues étrangères dont l’arabe et le bambara pour les populations africaines.

4  Si la dynamique de l’épidémie est bien perçue en ce qui concerne le continent africain, ce n’est le cas dans le contexte de l’immigration.

5  Lors de la campagne de la CAN, la collaboration de certains gérants a permis de visionner juste avant ou après les matchs quelques sketchs des « Aventures de Moussa ».

6  Dès le démarrage du travail de terrain, nous avons assez vite bénéficié du soutien d’une jeune femme dont un membre proche de sa parenté est séropositif et d’un homme dont une jeune sœur est morte du sida en Afrique.

7  Le fémidon est plus coûteux et moins accessible que le condom. On peut s’en procurer dans certaines pharmacies, au planning familial ou auprès de quelques associations.

8  Certaines jeunes femmes séropositives disséminées dans des centres d’hébergement de la ville travaillent à Noailles dans la restauration ou la coiffure. D’autres exercent la prostitution dans le centre ville.

9  Certains commerces ne disposent que d’un mobilier assez sommaire et ressemblent plus à des « maquis » africain.

10  Les pochettes distribuées comprennent un préservatif mais aussi tout un éventail de supports d’informations pouvant intéresser l’ensemble de leur entourage.

11  Le groupe est constitué de femmes d’origine diverse (Comores, Algérie, Côte d’Ivoire et Sénégal) dont l’installation en France remonte, pour la plupart d’entre-elles au moins à une dizaine d’années.

12  L’activité de tresseuse qui occupe de nombreuses jeunes femmes à Noailles est assez instable.

13  Le Palec et Pagezy (2003 : 10),  op. cit.

14  Le traitement d’urgence est préconisé dans les 48 heures après une exposition à un risque de contamination.

15  Implantée en région parisienne, l’APA est une association communautaire de prévention du sida en direction de la communauté migrante d’origine africaine.

16  Généralement créée au sein d'une association ou d’un regroupement de femmes, la tontine est un système de cotisations dans lequel les membres bénéficient à tour de rôle du capital monétaires ou non monétaire cumulé. Elle repose souvent sur une base réunificatrice : origine ethnique ou géographique, appartenance à un même secteur d'activité, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kodou Wade, « Prévention du VIH/sida dans les commerces et les espaces de sociabilité africains de Noailles (Marseille) », Face à face [En ligne], 7 | 2005, mis en ligne le 01 juin 2005, consulté le 23 juin 2017. URL : http://faceaface.revues.org/316

Haut de page

Auteur

Kodou Wade

Anthopologue, coordinatrice à AFRISANTE, une association de promotion de la santé et de lutte contre le sida en direction des populations migrantes d'Afrique subsaharienne à Marseille dans les Bouches-du-Rhône

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org