Navigation – Plan du site
Dossier

Lutte contre de Sida : collaboration entre ONG du Nord et associations du Sud

Vincent Bastien

Texte intégral

  • 1  Lors de la conférence internationale sur le Sida qui a lieu à Genève (Suisse) en 1998, des manifes (...)
  • 2  « Break the silence » était le nom donné à la conférence internationale sur le Sida organisée à Du (...)

1Dans le domaine de la lutte contre le Sida, la collaboration entre les ONG du Nord et les associations du Sud s’est mise en place tardivement : ce n’est qu’à partir des années 90 que les ONG du Nord prennent véritablement en considération la nécessité d’intervenir auprès des associations du Sud et en particulier en Afrique, où l’épidémie est devenue synonyme de catastrophe humanitaire. L’arrivée des trithérapies en 1996, tout en améliorant sensiblement les conditions de vie des personnes séropositives ou malades du Sida qui vivent au Nord, et en faisant régresser considérablement les taux de morbidité de l’épidémie aux Etats-Unis et en Europe, met en effet cruellement en exergue les disparités qui existent entre pays du Nord et pays du Sud. Le « gap » se creuse1 et l’ONUSIDA, suivi en cela par les ONG du Nord, proclame alors qu’il faut « briser le silence »2 sur les ravages de l’épidémie de Sida dans les pays en développement et sur ses effets catastrophiques sur les systèmes socioéconomiques. Dès lors, les liens de collaborations entre les ONG du Nord et les associations du Sud vont se multiplier et s’intensifier. Partant d’initiatives dispersées et à petite échelle, des réseaux de solidarité vont rapidement se constituer, tel celui d’Afrique 2000 créé par l’ONG française AIDES avec quelques structures locales du Sénégal, du Mali, du Niger, de la Guinée et du Burkina Faso.

2Nous verrons que cette collaboration Nord-Sud est désormais multiforme et qu’elle s’articule autour d’activités très diversifiées, mais nous pouvons néanmoins distinguer deux types d’intervention : les interventions d’ordre technique (transfert de compétences et formation, plaidoyer pour l’accès aux traitements antirétroviraux, développement des outils de suivi et d’évaluation, etc) et les interventions d’ordre financier. Dans bien des cas cependant, les partenariats entre les ONG du Nord et les associations du Sud demeurent essentiellement axés sur le financement des projets locaux.

  • 3  « Rapport d’évaluation sur l’impact du soutien d’Ensemble Contre le Sida aux associations de lutte (...)

«  En 2002, Ensemble Contre le Sida est parvenue à doubler par rapport à l’année précédente le montant des fonds distribués dans les pays à faible développement (soutien de 91 projets) »3

Aujourd’hui, la plupart des ONG internationales qui ont intégré la lutte contre le Sida dans leurs programmes respectifs, sont présentes au Burkina Faso et travaillent aux côtés des structures communautaires. Nous chercherons donc à répondre à trois questions : quels sont les acquis de ces partenariats ? Quelles en sont les limites et les contraintes ? Quelles sont, dans le champ de la lutte contre le Sida, les perspectives de développement de cette collaboration entre ONG du Nord et associations du Sud ?

1. Acquis de la collaboration associative Nord-Sud au Burkina Faso

  • 4  A l’occasion du procès intenté et remporté par l’Afrique du Sud contre les principales firmes phar (...)

3Les ONG internationales implantées au Burkina Faso sont nombreuses et issues de nombreux pays : programmes des antennes belge et luxembourgeoise de Médecins Sans Frontières (MSF), programmes internationaux de Ensemble Contre le Sida (Sidaction) et du réseau Afrique 2000 créé par Aides (France), soutien de Solidarité Sida (France), programmes de Family Health International, du Population Service International et du Population Council financés par l’USAID (Etats-Unis), actions de l’Initiative Privée Communautaire soutenues par l’Alliance International basée à Londres (Angleterre), interventions canadiennes du Projet Sida 3 et du CECI. A ce titre, il est intéressant de remarquer que le cadre de la francophonie est largement dépassé et qu’il n’existe pas de clivage entre pays francophones et pays anglophones dans le domaine du Sida4.

4Au Burkina Faso, les ONG du Nord interviennent dans les trois principaux domaines de la lutte contre le Sida, à savoir celui de la prévention des IST/VIH/Sida et de la sensibilisation des populations (dons de préservatifs, formation IEC/CCC, etc.), celui du dépistage volontaire et anonyme du VIH (formation des conseillers, promotion, appui au fonctionnement des centres de dépistage, etc.) et celui de la prise en charge globale des personnes vivant avec le VIH (médicale, psychologique, sociale, économique, alimentaire, juridique). Toutefois, on note que l’accent est actuellement mis sur le soutien psychologique et médical aux personnes vivant avec le VIH, et en particulier sur l’accès aux traitements antirétroviraux, tandis que la mise en place des programmes de sensibilisation et l’organisation des campagnes de prévention sont de plus en plus laissées à la charge des structures locales ou des organismes de coopérations internationales.

  • 5  En l’occurrence, il s’agit de l’Association African Solidarité (AAS) créée en 1991, de l’Associati (...)

5L’un des acquis de la collaboration associative Nord-Sud est que généralement, les projets et les demandes de financement sont élaborés par les associations locales elles-mêmes. Nous pouvons en effet supposer que les projets soumis correspondent aux besoins que les associations locales sont en mesure d’identifier et d’évaluer au cours de leurs activités sur le terrain auprès des populations concernées (groupes-cibles spécifiques ou population générale), et donc que les demandes de soutien émanent directement ou indirectement des communautés locales. Le plus souvent, ces projets visent d’ailleurs à accroître le volume d’activités qui sont déjà menées par les associations : un des préalables généralement posés par les partenaires du Nord, est que les associations disposent déjà d’une expérience dans le domaine concerné, cette expérience fut-elle de courte durée et de faible portée. En d’autres termes, les structures locales qui bénéficient du soutien des ONG du Nord sont des associations qui ont déjà « fait leurs preuves » et sont reconnues sur le plan national ou international (par exemple, les trois associations burkinabè membres du réseau Afrique 2000 figurent parmi les premières à avoir développé des activités de soutien psychosocial au Burkina Faso5).

  • 6  Vie Positive, Association Dialogue Sidaction, Association des Femmes Unies pour le Développement, (...)

6Autre aspect positif : les activités menées sur le terrain sont toujours réalisées par les associations burkinabé, ce qui signifie que les programmes font appel aux compétences des acteurs locaux et que les ONG du Nord ne se substituent pas à ces derniers. A cet égard, le programme mis en œuvre par Médecins Sans Frontières (MSF) à Ouagadougou est exemplaire. Si MSF assure la coordination technique et la mobilisation des fonds, ce sont les agents communautaires des associations locales6 et le personnel du Centre médical de Pissy qui interviennent directement auprès de la population (dépistage, consultations médicales, visites et soins à domicile, accès aux ARV, soutien nutritionnel, etc.) De la même manière, les fonds alloués à la réalisation des activités du programme sont versés aux associations burkinabè et directement gérés par elles (paiement des vacations, etc.), et la gestion des ressources humaines leur est également confiée (recrutement des agents communautaires, etc.) D’une certaine manière, il s’agit par conséquent d’une reconnaissance des capacités organisationnelles et opérationnelles des associations du Sud.

  • 7  L’association Vie Positive, créée seulement en août 2000, fournit déjà un soutien psychosocial et (...)
  • 8  L’objectif global du Programme d’Appui au Monde Associatif et Communautaire (PAMAC), mis en place (...)

7Dans le domaine de la formation, la réponse des ONG du Nord correspond également à un véritable besoin des structures locales. D’une part, parce que le champ d’intervention des associations du Sud s’est considérablement élargi, de la prévention vers le dépistage et la prise en charge, ce qui demande des compétences nouvelles dans des domaines où « l’improvisation » n’est pas possible (soutien à l’observance des traitements, soins à domicile, etc.). D’autre part, parce que l’accroissement exponentiel des activités des associations du Sud nécessite la mobilisation d’un nombre de plus en plus important de membres, qui ont eux-mêmes besoin d’acquérir des compétences techniques afin d’offrir les services les mieux adaptés aux personnes infectées et à leurs familles7. Enfin, parce que ces formations s’inscrivent dans un processus de professionnalisation des activités associatives et communautaires, ce qui implique une amélioration des performances des associations dans leurs différents champs d’interventions respectifs8.

  • 9  « Projet CICDoc, centre de ressources en CDV, rapport à mi-parcours », Centre d’Information, de Co (...)
  • 10  « Module de prise en charge communautaire des PVVIH », Initiative Privée Communautaire de lutte co (...)
  • 11  « Mieux gérer et administrer son association de lutte contre le Sida. Guide de formation », E. Fle (...)
  • 12  « Suivi extra-hospitalier des personnes vivant avec le VIH/Sida, l’expérience de Vie Positive », A (...)

8Par conséquent, on constate que les domaines de formation sont variés : formation en conseil-dépistage (le partenariat entre Family Health International et le Centre d’Information, de Conseil et de Documentation sur le Sida et la tuberculose, a notamment permis de former plus de 200 conseillers pour le dépistage entre septembre 2002 et février 20039), formation sur la prise en charge communautaire des personnes vivant avec le VIH/Sida (14 associations ont bénéficié du module de formation de l’Initiative Privée Communautaire10), formation en informatique et en gestion administrative et financière des associations (l’atelier financé en 2001 par ECS a ainsi réuni les trésoriers/administrateurs de 14 structures locales membres ou partenaires du CICDoc11), formation à la gestion des activités génératrices de revenus (exemple : partenariat entre les associations africaines du Réseau Afrique 2000 de Aides/Fédération nationale), formation sur la problématique de la transmission mère-enfant du VIH (des conseillers spécialisés dans la prévention de la TME et dans le soutien nutritionnel aux femmes enceintes, ont été formés dans chacune des associations partenaires de Médecins Sans Frontières12), etc.

2. Contraintes et limites des partenariats associatifs Nord-Sud au Burkina Faso

  • 13  « Typologie des structures associatives et communautaires de lutte contre le Sida au Burkina Faso  (...)

9Malgré leur visibilité sur le terrain, les réseaux de partenariats apparaissent relativement fermés. Au Burkina Faso, la typologie et la cartographie des structures associatives13 ont clairement mis en évidence le fait que les structures bénéficiaires de l’appui des ONG du Nord sont presque toutes situées en zone urbaine (principalement à Ouagadougou, la capitale, et à Bobo Dioulasso), tandis que les associations basées en province apparaissent nettement isolées. On observe en effet « une forte concentration des structures dans la région du Centre, avec un total de 99 structures intervenant, soit plus de 20% de l’ensemble des structures répertoriées », et il est précisé que « la région des Hauts-Bassins (87 structures) regroupe 18,2% des structures ». Cette étude a également montré que les structures appuyées par les ONG du Nord sont généralement membres de réseaux associatifs nationaux (CICDoc, REGIPIV-BF, BURCASO, CAS/VIH, CALSI, etc.) ou internationaux (AIDSETI, Afrique 2000, etc.) Ainsi, 35 réseaux ont pu être identifiés et il est important de remarquer que certaines structures associatives sont membres de plusieurs réseaux («  D’après les plans d’action, l’URBLS est membre de six (06) réseaux. On peut aussi citer le cas de AAS, AMMIE, AJPO, CLEDUCA qui sont membres de cinq (05) réseaux ou encore les associations ALAVI, SOS-SIDA, Espoir et Vie, Yérêlon qui sont membres d’au moins quatre (04) réseaux »). Dans ces conditions, il apparaît donc qu’une structure locale qui est implantée en zone rurale, loin des centres administratifs, et qui n’est membre d’aucun réseau associatif, a peu de chances de bénéficier d’un soutien de la part des ONG du Nord. A ce titre, deux organisations méritent d’être saluées pour leurs efforts en vue de soutenir les structures communautaires basées en province : l’Initiative Privée Communautaire (IPC) financée par l’Alliance Internationale, et la section hollandaise de Save The Children.

  • 14  Réponse de Solidarité au projet soumis par KASABATI à l’appel d’offre 2004 : « Malheureusement, no (...)

10Une autre limite importante de la collaboration associative Nord-Sud concerne la communication et la formulation des appels d’offre des ONG du Nord, qui ne répondent pas intégralement aux besoins. En premier lieu, on peut reprocher à ces appels d’offre d’être trop faiblement diffusés. Encore une fois, les structures membres des réseaux Sud-Sud ou Nord-Sud sont nettement privilégiées et reçoivent régulièrement les propositions de soutien élaborées par les ONG du Nord (désormais par courrier électronique), tandis que les autres doivent constamment se renseigner auprès des premières pour être informées. De plus, dans la plupart des cas, il s’avère que les appels d’offre sont généralement restreints aux structures déjà partenaires (par exemple, les programmes internationaux de ECS/Sidaction appuient quatre structures burkinabè et n’ont pas développé de nouveau partenariat au Burkina Faso depuis plusieurs années) et s’ouvrent difficilement à de nouvelles collaborations. Cette situation est d’autant plus problématique, que les enveloppes budgétaires dont disposent les ONG du Nord s’amincissent depuis quelques années : diminution du nombre de donateurs (la dernière opération de Sidaction n’a permis de récolter qu’un peu plus de 5 millions d’euros) et crise économique (les financements des ONG du Nord proviennent en partie de fonds gouvernementaux) se conjuguent et entraînent de sérieuses coupes budgétaires dans les programmes Nord-Sud14.

  • 15  Sur les six (6) internes en médecine recrutés et formés par Vie Positive en 2002 et 2003, un (1) s (...)

11Par ailleurs, certains domaines sont insuffisamment pris en compte par les appels d’offre des ONG du Nord. Ainsi, les dépenses de fonctionnement des structures locales (des frais de location des centres d’accueil aux frais de communication, en passant par les frais d’entretien du matériel informatique ou des véhicules) sont largement sous-estimées par leurs partenaires. En l’absence de fonds propres, on peut cependant s’interroger sur la pertinence d’un appui financier aux seules activités si les structures locales ne sont pas à même de payer le loyer de leur centre de prise en charge ou leurs factures d’électricité. De la même manière, les dépenses d’équipement sont généralement réduites au strict minimum et ne prennent pas en compte l’accroissement sensible du volume d’activités des associations, ce qui handicape lourdement la réalisation de ces activités sur le terrain. Enfin, la question récurrente de l’indemnisation des membres se pose de façon cruciale : pas seulement parce qu’il convient de soutenir les efforts de professionnalisation des associations du Sud, mais aussi parce que l’absence ou l’insuffisance de rémunérations entraîne une forte mobilité des ressources humaines et partant, une augmentation des dépenses de formation15. Ainsi « plafonnées », les appels d’offre des ONG du Nord répondent finalement assez mal aux énormes besoins quantitatifs des associations, dont les ressources demeurent souvent faibles.

  • 16  Le journal d’information « Vie Positive », destiné aux PVVIH, n’a jamais trouvé de partenaires en (...)

12Les associations locales regrettent également que les financements accordés soient essentiellement orientés vers des activités « classiques » qui laissent peu de place aux initiatives originales. En effet, les rubriques budgétaires des appels d’offre sont préalablement définies par les ONG du Nord et les possibilités de modification ou d’adaptation de ces rubriques aux besoins spécifiques des projets, sont réduites. Pour une association du Sud, l’exercice se limite donc généralement à remplir un formulaire, dont les différents tableaux ont été « formatées ». Par souci d’efficacité et de simplification administrative, diront les ONG du Nord. Par souci de cantonner les associations dans des domaines d’intervention déjà ciblés, diront les acteurs locaux. Mais quelles qu’en soient les motivations, la formulation des appels d’offre ne permet pas toujours d’inscrire des activités originales et novatrices. Ainsi, il est pratiquement impossible de suivre les canevas proposés pour monter un projet unique impliquant plusieurs partenaires associatifs, sauf si le projet est soumis par un réseau : il faudrait pour cela que chacune des structures concernées répondent séparément à l’appel d’offre et qu’elles soient toutes retenues pour financement (d’ailleurs, il n’est fait mention des multipartenariat que dans la partie réservée à la budgétisation prévisionnelle, sous la forme des cofinancements acquis ou attendus). De même, il faut attendre qu’une ONG inscrive explicitement une activité dans ses objectifs pour qu’elle puisse être financée : la ligne budgétaire « activités de soutien à l’observance des traitements » n’est apparue que récemment, quand bien même les associations du Sud connaissent des difficultés dans ce domaine depuis déjà plusieurs années. Dans le domaine de la prévention, les quelques tentatives de création et de diffusion de revues d’informations sur le Sida par les associations du Sud, se sont toutes heurtées à l’indifférence des ONG du Nord et, faute de financements, ont dû s’interrompre16. Est-ce à dire que les ONG du Nord, qui presque toutes diffusent leurs propres publications et savent l’importance d’une information de qualité, ne reconnaissent pas aux associations du Sud la capacité de créer et de développer ce type d’activité au profit des PVVIH du Sud ?

13Autre reproche formulé à l’encontre des partenariats associatifs Nord-Sud : les initiatives existantes s’inscrivent presque exclusivement dans le court terme. L’illustration la plus évidente de cet état de fait est la durée pour laquelle les financements sont accordés. Il est exceptionnel que les financements soient accordés sur plusieurs années, et rares sont les ONG du Nord en mesure de garantir que les activités bénéficieront de leur appui au-delà de la première année. Dans ces conditions, les activités des associations du Sud demeurent fragiles : nombre de visites à domicile limitées par les fonds alloués à l’achat de carburant, activités génératrices de revenus menacées d’interruption quand elles ne sont pas immédiatement rentables, soutien en médicaments conditionné par la régularité de l’approvisionnement, etc. D’un autre côté, les financements accordés pour de si courtes périodes contraignent les acteurs associatifs à consacrer une grande partie de leur temps à l’élaboration des projets et à la recherche de financements, au détriment de leurs activités sur le terrain.

  • 17  « Typologie des structures associatives et communautaires de lutte contre le Sida au Burkina Faso  (...)

14Le fait que les programmes internationaux soient essentiellement axés sur l’accès aux ARV et non plus sur les campagnes de sensibilisation et d’éducation à la santé, est un indicateur supplémentaire de cet état de fait. Il y a encore cinq ans, la quasi-totalité des associations burkinabè était engagée dans des actions de sensibilisation, et seules quelques-unes avaient commencé de se préoccuper de la prise en charge des PVVIH. Aujourd’hui, seules 38% des structures burkinabè déclarent mener des activités de prévention de la transmission du VIH, tandis que 32% d’entre elles se sont impliqués dans «  l’amélioration de la qualité de la prise en charge globale des personnes infectées et affectées »17. L’élargissement de l’accès aux traitements est bien sûr un besoin majeur, mais c’est avant toute chose une réponse à l’urgence du présent. En revanche, la prévention recouvre un éventail d’activités dont les résultats ne se mesurent que sur le long terme : faire adopter par la population un certain nombre de changements de comportements quant aux risques de transmission ou de changements d’attitude à l’égard des personnes infectées par le VIH, demande du temps et de la patience de la part des acteurs, et donc une pérennité des actions de la part des structures. Toutes choses qui nécessitent un appui durable des partenaires du Nord.

  • 18  « Rapport de stage comptabilité-gestion à la maison des associations de Bobo Dioulasso », H. NICOL (...)

15Quant aux formations financées par les ONG du Nord, nous avons déjà dit qu’elles permettent un transfert de compétences vers le Sud, puisque les ateliers de formations financés par les ONG du Nord représentent autant d’opportunités, pour les acteurs associatifs du Sud, d’acquérir de nouvelles connaissances et d’améliorer leurs pratiques. Toutefois, malgré la fréquence et la répétition de ces ateliers, leur impact demeure insuffisant : une forte proportion des acteurs ainsi formés ne poursuit pas ses activités dans la durée (affectation du personnel soignant et enseignant, mobilité sociale vers des emplois plus rémunérateurs, phénomène de « burn out », etc.) et ne bénéficient pas d’un suivi approprié (possibilités de remise à niveau, évaluation des pratiques, stages, etc.) Au Burkina Faso, plusieurs formations en gestion financière et administrative ont ainsi été organisées au profit des associations, mais l’évaluation des connaissances et aptitudes des acteurs bénéficiaires a montré que les lacunes restaient néanmoins importantes18 : « disparité en background comptable, disparité de maîtrise de l’outil informatique, disparité de niveau en français (compréhension orale et écrite) ». Dans ces conditions, on comprend qu’il serait donc nettement plus intéressant de contribuer à l’émergence de structures de formation dans les pays du Sud et d’axer davantage les interventions sur la formation des formateurs. En l’absence d’une telle stratégie, l’insuffisance de formateurs au Sud handicape le transfert de ces compétences entre structures locales et maintient la dépendance technique des associations du Sud envers leurs partenaires du Nord. A l’heure actuelle, peu d’organisations ont intégré les conséquences de cette analyse et développé ce type de stratégie, à l’exception notable de l’ONG américaine Family Health International, en partenariat avec le CICDoc.

  • 19  Citons, au Burkina Faso : l’appui du Fonds Mondial pour le Sida, la tuberculose et le paludisme, l (...)

16Les besoins de formation exprimés par les associations du Sud répondent à une logique d’urgence ; former un maximum de personnes en un temps minimum, en articulant les modules de formation autour des notions les plus élémentaires et des aspects directement applicables sur le terrain. Malheureusement, cela conduit à un important défaut d’anticipation des problèmes qui se poseront demain. Ainsi, nous avons évoqué plus haut le constat que les initiatives d’accès aux traitements ARV ont largement sous-estimé les questions relatives à l’observance de ces traitements. Dans un autre domaine, on constate que le très fort accroissement des financements accordés au milieu associatif19 s’accompagne de la notion de professionnalisation, mais que les besoins de formation des acteurs associatifs aux techniques d’élaboration, de gestion, de suivi et d’évaluation des projets, demeurent largement sous-estimés. H. Nicolas, dans son rapport de stage effectué auprès des associations de Bobo Dioulasso, remarque notamment qu’il faudrait créer un « module sur la conception de projets comprenant : la définition claire des objectifs généraux et spécifiques, le cadre logique, la description des résultats attendus, le choix des méthodes et moyens, les méthodes de monitoring des projets, l’élaboration du budget prévisionnel (…), l’évaluation, le rapport financier etc. »

  • 20  « L’observance en Afrique : question de culture ou « vieux problème » de santé publique », in « L’ (...)

17Autre limite des processus de transfert de compétences Nord-Sud : les stratégies de lutte contre le Sida reprennent systématiquement les thématiques du Nord,  les concepts utilisés étant en réalité définis par les experts des Nations-Unis ou de la Banque Mondiale et étant véhiculés par les ONG du Nord. Or, la simple traduction de la terminologie onusienne, de l’anglais au français puis du français en langues nationales, n’est pas sans poser de problèmes. Ce double niveau de traduction implique en effet un double niveau d’interprétation, et les termes finalement employés ne recouvrent pas exactement la même signification, ni la même vision. A. Desclaux a très bien expliqué en quoi l’utilisation du terme français « observance », préférée à la traduction littérale du mot anglais « adherence », pouvait influer sur les pratiques de soutien aux malades20. Mais on pourrait également s’interroger sur les conséquences d’une adaptation de ces termes en langue mooré ou dioula et sur la redéfinition implicite de l’observance, effectuée alors, consciemment ou non, par les conseillers associatifs et les agents de santé au cours de leurs entretiens avec les malades sous traitements.

18Par ailleurs, l’évolution de ces concepts au Nord implique des changements de stratégies auxquels les associations du Sud ont parfois du mal à s’adapter. Observons le cas du soutien aux enfants, auparavant identifiés au sein de la seule catégorie des « orphelins du Sida » et désormais classés au nombre des « orphelins et enfants vulnérables (OEV) ». A priori, ce changement de terme correspond à une tentative d’adaptation au contexte de l’épidémie au Sud, en luttant contre une forme de discrimination positive et en prenant en compte quelques autres situations impliquant une vulnérabilité sociale ou économique. Pour autant, en l’absence d’un consensus sur les situations à retenir pour la définition de la vulnérabilité, de très nombreux enfants bénéficient actuellement du soutien des associations sans que le VIH ne soit forcément responsable de leur état (handicapés mentaux et physiques, enfants maltraités, enfants de familles vivant sous le seuil extrême de pauvreté, etc.) Nous ne nions bien évidemment pas la réalité et la gravité de ces situations, mais nous soulignons simplement que les ressources humaines, matérielles et financières des associations du Sud sont tout simplement incapables de couvrir les besoins de ces enfants. D’une manière générale, les concepts et les stratégies développés, de même que les modules de formation utilisés, révèlent donc une adaptation insuffisante au contexte socioculturel dans lequel évoluent les associations burkinabè.

3. Perspectives : dans quel domaine et comment intervenir auprès des associations burkinabè de lutte contre le Sida ?

19Dans un premier temps, nous avons montré que les liens de collaboration entre les ONG du Nord et les associations du Sud, bien que relativement récents, ont progressivement permis de tisser un véritable réseau international de la lutte contre le Sida. Par la suite, en regard des acquis de cette collaboration Nord-Sud, nous avons également rappelé que les divers partenariats existants se heurtent à un certain nombre d’obstacles administratifs et financiers, mais surtout socioculturels. Il convient maintenant de dégager un certain nombre de perspectives et de lancer quelques pistes de réflexion en faveur de relations Nord-Sud plus constructives, basées sur la réciprocité des échanges.

20Compte tenu des résultats obtenus au cours des dernières années et de la pertinence globale des programmes en cours, il s’agit tout d’abord de consolider les partenariats déjà mis en œuvre entre les ONG du Nord et les structures locales de lutte contre le Sida. Les actions entreprises répondent, au moins partiellement, à de nombreux besoins des populations, mais elles apparaissent encore fragiles sur le terrain et nécessitent un appui soutenu et durable. Pour cela, les interventions doivent davantage s’inscrire dans le long terme, à travers un renforcement institutionnel et organisationnel des structures locales, l’allocation de financements pluriannuels aux projets et programmes, et la formation des formateurs dans tous les domaines d’activité investis par les associations. Mais pour offrir de meilleures garanties de pérennité, ces interventions doivent également s’intégrer dans les politiques nationales et prendre en compte les orientations définies par les autorités locales. Au Burkina Faso, il convient en l’occurrence de s’assurer que tous les programmes d’appui aux associations s’inscrivent dans le Cadre stratégique du Conseil National de Lutte contre le Sida et bénéficient ainsi d’un appui politique et institutionnel au plus haut niveau. Cette tutelle est d’autant plus importante que le CNLS/IST est la seule structure à même de mettre en œuvre, de façon coordonnée et cohérente, les grands programmes internationaux.

  • 21  « Faso contre le Sida » a été réalisé en 20012 par A. DESCLAUX et S. RAWDIN, en partenariat avec d (...)
  • 22  « Doni Doni Bem’béla », film réalisé en 2001 par B. GOLDBLAT et D. SERELLE (CINOMADE) et SIDA KA T (...)
  • 23  « Atelier de réflexion sur la participation de la recherche qualitative au développement organisat (...)

21Ensuite, il convient de favoriser les stratégies et les initiatives locales. Ainsi, les recherches-actions entreprises par les ONG du Nord doivent se traduire par la mise en œuvre de programmes adaptés au contexte socioculturel en impliquant davantage les structures locales aux travaux. A ce titre, le « Projet Intervention Ciblée en Profit des Professionnelles de Sexe et leurs clients » initié à Ouagadougou par l’ONG américaine Population Council en partenariat avec les associations Vie Positive et AAS, et la réalisation des films « Faso contre le Sida »21 et « Doni Doni Bem’béla »22, représentent des cas encore trop rares d’application des recherches en sciences sociales. Il s’agirait en fait de répondre à la question posée par le Groupe de Recherche en Sciences de l’Homme Appliquées au Développement et à l’Evaluation des Interventions (SHADEI) : quelle est « la participation de la recherche qualitative au développement organisationnel et au renforcement des capacités des associations de lutte contre le VIH/SIDA au Burkina Faso ? »23 Les sciences sociales ne sont d’ailleurs pas les seules à devoir se pencher sur ce problème et d’autres disciplines ont un rôle à jouer. Certains types d’intervention ont fait la preuve de leur intérêt dans d’autres domaines et devraient ainsi être adaptés aux pratiques socioculturelles des pays du Sud, puis développés dans le champ de la lutte contre le Sida en partenariats avec certaines ONG du Nord spécialisées dans l’appui conseil (mutuelles de santé, micro-crédits, etc.). Enfin, les efforts d’adaptation socioculturelle passe par la traduction des outils dans les diverses langues nationales (brochures, rapports, vidéo-cassettes, modules de formation, etc., doivent être plus largement diffusés et être plus facilement accessibles aux populations alphabétisées en langues nationales) et surtout, par une redéfinition consensuelle des concepts et des stratégies qui en découlent. Il conviendrait notamment, comme cela a été fait dans le cadre du counselling/conseil-dépistage, de permettre aux associations du Sud de s’approprier le sens de chacun de ces concepts et d’en décrire les implications en terme de stratégies à développer et d’activités à mener.

22En amont des interventions sur le terrain, il conviendrait également d’améliorer la cohésion entre les ONG du Nord. En effet, leurs programmes respectifs sont autonomes les uns vis-à-vis des autres, et leurs interventions sont insuffisamment coordonnées et rarement complémentaires, alors même que les buts poursuivis sont souvent similaires. Des efforts supplémentaires de concertation doivent donc être faits, avant et pendant les interventions dans les pays du Sud. Un seul exemple suffira à illustrer ce propos : en 2003, simultanément à l’opération « Aide à la scolarisation des orphelins et enfants vulnérables » du CICDoc, qui soutenait en matériel scolaire plus de 10.000 enfants à travers 84 associations dont six structures implantées à Bobo Dioulasso, l’ONG américaine Axios a mis en place un programme similaire auprès… des six associations de Bobo Dioulasso ! Il va sans dire qu’une meilleure compréhension du contexte et une meilleure communication avec les partenaires du CICDoc de la part de AXIOS, auraient permis d’éviter facilement cette situation et de financer d’autres activités plus pertinentes. Selon nous, la création d’une sorte de plate-forme des ONG du Nord, d’un cadre de concertation qui permettent une meilleure cohésion des interventions et une plus grande efficacité des programmes dans les pays du Sud, pourrait donc être envisagée. Parallèlement, il est indispensable de renforcer les collaborations Sud-Sud pour une complémentarité des actions. En effet, les interventions des ONG du Nord sont plus efficaces et plus pérennes quand elles reposent sur des partenariats entre associations locales. Un objectif important devrait donc être que l’appui technique fourni à une structure locale par une ONG du Nord soit bénéfique aux associations partenaires de cette structure (Un hôpital de jour et son laboratoire devraient, par exemple, être ouverts aux PVVIH pris en charge par les autres structures associatives de la localité concernée). En outre, il faut garder à l’esprit qu’une réelle complémentarité des activités ente les structures locales permettrait de réduire les coûts des interventions et de favoriser la mise en œuvre de projets collectifs.

23De manière synthétique, les associations locales attendent donc des ONG du Nord :

  • Un soutien technique et financier inscrit dans la durée, à travers des programmes et des financements pluriannuels qui offrent de véritables garanties de pérennité.

  • Une meilleure prise en compte des contextes socioculturels des pays du Sud, et une application immédiate des résultats des travaux effectués par les différents organismes de recherches en sciences sociales.

  • Une véritable cohésion entre les ONG du Nord, à travers l’émergence d’un cadre de concertation qui puiise se réunir avant et pendant l’exécution des programmes d’intervention.

  • Une plus grande souplesse dans l’utilisation des fonds, afin de mieux faire face aux situations d’urgence ou aux coûts imprévus.

24Mais n’oublions pas que les associations du Sud peuvent elles-aussi fournir une véritable expertise de qualité aux ONG du Nord :

  • De par leur connaissance approfondie des spécificités du contexte socioculturel local, elle sont en mesure de fixer des objectifs plus réalistes, de développer des stratégies mieux adaptées et de rationaliser l’utilisation des fonds alloués aux programmes.

  • Grâce aux transferts de compétences Sud-Sud, l’impact des interventions peut être élargi à l’ensemble du tissu associatif local.

  • Enfin, un recours plus fréquent à l’expertise communautaire des acteurs du Sud, pourrait contribuer à une meilleure compréhension des comportements et des pratiques des populations immigrées vivant dans les pays du Nord, pour qui l’accès aux soins et aux traitements reste difficile et inégalitaire.

Conclusion

25En conclusion, il s’avère que les besoins des associations du Sud sont trop importants pour être satisfaits par les seuls partenariats publics, et que la pertinence et l’intérêt des partenariats associatifs Nord-Sud n’est plus à démontrer. En ce sens, il est indispensable de maintenir ces liens de collaborations inter-associatifs et de les renforcer. Cependant, il est indéniable que les actions des ONG du Nord, pour être davantage crédibles aux yeux des acteurs du Sud, doivent mieux prendre en compte les différents contextes socioculturels des pays du Sud et s’ouvrir à une redéfinition conceptuelle des outils et des stratégies de lutte contre le Sida. Pour cela, l’expertise communautaires des structures locales doit être valorisée et reconnue par les ONG du Nord.

26La multiplicité des interventions des ONG du Nord et leur autonomie les unes vis-à-vis des autres, suscitent parfois un esprit de rivalité entre les associations du Sud, ce qui ne permet pas toujours de développer de véritables synergies d’action. Par conséquent, les interventions des ONG du Nord doivent s’inscrire dans un esprit de complémentarité et mieux s’intégrer dans les politiques nationales de lutte contre le Sida.

27Enfin, il apparaît indispensable de renforcer la collaboration associative Nord-Sud, tout en développant la collaboration et les transferts de compétences Sud-Sud. S’il est important de consolider les partenariats existants entre ONG du Nord et associations du Sud afin de créer des « passerelles » entre elles, il est en effet tout aussi essentiel de favoriser la collaboration entre les associations du Sud elle-mêmes, en les appuyant durablement sur le plan organisationnel interne et collectif.

Haut de page

Notes

1  Lors de la conférence internationale sur le Sida qui a lieu à Genève (Suisse) en 1998, des manifestants brandissent des pancartes où il est déjà écrit que « Les médicaments sont au Nord, les malades sont au Sud ».

2  « Break the silence » était le nom donné à la conférence internationale sur le Sida organisée à Durban (Afrique du Sud) en juillet 2000.

3  « Rapport d’évaluation sur l’impact du soutien d’Ensemble Contre le Sida aux associations de lutte contre le VIH dans les pays à ressources limitées », Comment Dire, décembre 2003.

4  A l’occasion du procès intenté et remporté par l’Afrique du Sud contre les principales firmes pharmaceutiques internationales, Act Up – Paris (France) était l’une des ONG les plus impliquée auprès de l’organisation sud-africaine Treatment Action Campaign (TAC).

5  En l’occurrence, il s’agit de l’Association African Solidarité (AAS) créée en 1991, de l’Association Laafi la Viim (ALAVI) née en 1995, et de l’association Responsabilité, Espoir, Vie et Solidarité (REVS+).

6  Vie Positive, Association Dialogue Sidaction, Association des Femmes Unies pour le Développement, etc.

7  L’association Vie Positive, créée seulement en août 2000, fournit déjà un soutien psychosocial et médical à plus d’un millier de personnes, ce qui conduit par exemple les trois conseillers formés aux visites et soins à domicile à effectuer plus de 600 sorties par mois.

8  L’objectif global du Programme d’Appui au Monde Associatif et Communautaire (PAMAC), mis en place en mars 2003, est de «contribuer à (…) une action coordonnée du monde communautaire et au renforcement [de ses] capacités de prévention et de prise en charge».

9  « Projet CICDoc, centre de ressources en CDV, rapport à mi-parcours », Centre d’Information, de Conseil et de Documentation sur le Sida et la Tuberculose, avril 2003.

10  « Module de prise en charge communautaire des PVVIH », Initiative Privée Communautaire de lutte contre le Sida, décembre 2002.

11  « Mieux gérer et administrer son association de lutte contre le Sida. Guide de formation », E. Fleutelot et V. Bastien, ECS/PNUD/SCAC, juin 2001.

12  « Suivi extra-hospitalier des personnes vivant avec le VIH/Sida, l’expérience de Vie Positive », A. KABORE, décembre 2003.

13  « Typologie des structures associatives et communautaires de lutte contre le Sida au Burkina Faso », KASABATI/PAMAC/SP-CNLS, novembre 2003.

14  Réponse de Solidarité au projet soumis par KASABATI à l’appel d’offre 2004 : « Malheureusement, nous ne pourrons pas développer de nouveaux partenariats cette année ; en effet, notre enveloppe financière est très limitée en 2004-2005 », septembre 2004.

15  Sur les six (6) internes en médecine recrutés et formés par Vie Positive en 2002 et 2003, un (1) seul poursuit encore ses activités au sein de l’association depuis l’obtention de son doctorat.

16  Le journal d’information « Vie Positive », destiné aux PVVIH, n’a jamais trouvé de partenaires en dépit d’une large diffusion lors de la XIIe Conférence Internationale sur le Sida et les MST en Afrique de décembre 2001, de même que le projet du CICDoc de créer une revue intitulée « Comprendre » a été rejeté par Axios en 2004.

17  « Typologie des structures associatives et communautaires de lutte contre le Sida au Burkina Faso », KASABATI/PAMAC/SP-CNLS, novembre 2003.

18  « Rapport de stage comptabilité-gestion à la maison des associations de Bobo Dioulasso », H. NICOLAS, GIP-ESTHER / PREMIS-BB, 27 septembre 2004.

19  Citons, au Burkina Faso : l’appui du Fonds Mondial pour le Sida, la tuberculose et le paludisme, le Programme de Traitements Accélérés (TAP) de la Banque Mondiale, l’initiative « 3 by 5 » de l’Organisation Mondiale de la Santé ou encore le programme du GIP-ESTHER.

20  « L’observance en Afrique : question de culture ou « vieux problème » de santé publique », in « L’observance aux traitements contre le VIH/Sida. Mesures, déterminants, évolution », ANRS, p. 57-66, décembre 2001.

21  « Faso contre le Sida » a été réalisé en 20012 par A. DESCLAUX et S. RAWDIN, en partenariat avec de nombreux acteurs de la lutte contre le Sida au Burkina Faso (Personnes vivant avec le VIH/Sida, associations, structures sanitaires, CNLS/IST, etc.) ; il a été traduit en mooré, en dioula, en fulfuldé et en anglais.

22  « Doni Doni Bem’béla », film réalisé en 2001 par B. GOLDBLAT et D. SERELLE (CINOMADE) et SIDA KA TAA, est porté par les travaux du Groupe de Recherche en Sciences de l’Homme Appliquées au Développement et à l’Evaluation des Interventions (SHADEI) ; il a été traduit en mooré, en dioula, et en anglais.

23  « Atelier de réflexion sur la participation de la recherche qualitative au développement organisationnel et au renforcement des capacités des associations de lutte contre le VIH/SIDA », SHADEI, Ouagadougou, 3 au 6 novembre 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Bastien, « Lutte contre de Sida : collaboration entre ONG du Nord et associations du Sud », Face à face [En ligne], 7 | 2005, mis en ligne le 01 juin 2005, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://faceaface.revues.org/308

Haut de page

Auteur

Vincent Bastien

Vice-président de KASABATI - Membre co-fondateur et chargé de communication de l’association Vie Positive

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org