Navigation – Plan du site
Dossier

La mise en scène des émotions à la croisée des mondes de la drogue et de la prison : postures interactives et tactiques de survie

Fabrice Fernandez

Résumé

La consommation de drogues « dures » (héroïne, cocaïne, crack) en milieu précarisé et l'expérience carcérale fonctionnent souvent en continuité ou en alternance dans le jeu des trajectoires biographiques. L'objectif de ma recherche est de comprendre l'articulation de ces deux expériences et leur incidence sur le rapport au corps et à la santé.
Confrontés à leurs propres incertitudes et à un discours institutionnel qui déclare simultanément leur responsabilité pénale et sanitaire, les usagers de drogues « multirécidivistes » mobilisent le jeu du voilement et du dévoilement, le non-dit, le mensonge, la déformation d'événements, les distorsions imaginaires, pour échapper au marquage social qui les enferme dans l'acceptation d'un régime de culpabilité vis-à-vis de leurs pratiques délinquantes et de la gestion de leur propre santé. La mise en scène des émotions permet alors d'ouvrir un espace de reconstruction, de déformation et de transformation de l'expérience en participant à une véritable tactique de survie. Selon les contextes, il s'agit de « délirer » et « faire délirer » les pairs pour maintenir du lien social, de casser l'indifférence dans l'espace public ou d'obtenir quelques améliorations à leurs conditions d'existence.
A travers une analyse de leurs interactions avec les soignants, le personnel carcéral, le sociologue ou le simple passant, se profilent différents types de postures interactives (dénonciatrice, justificative, plaintive ou séductrice) qui montrent comment ces usagers de drogues mènent aussi les entretiens ou les échanges informels en instrumentalisant leurs émotions. Ainsi ils sollicitent d'autrui une réaction émotionnelle qui leur permet de s'extirper du cadre qui leur est imposé et d'acquérir de nouvelles marges d'actions.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’objectif de ma recherche est de comprendre l’articulation de deux expériences : la consommation de drogues « dures » (héroïne, cocaïne, crack) en milieu précarisé et l’expérience carcérale. Ces deux expériences fonctionnent souvent en continuité ou en alternance dans le jeu des trajectoires biographiques. Je m’intéresse particulièrement à l’incidence de ces deux expériences sur le rapport au corps et à la santé.

2Ma recherche se base sur un ensemble de données recueillies en et hors prison (participation observante, entretiens biographiques, entretiens semi-directifs, échanges informels) avec des usagers de drogues qui ont été incarcérés à plusieurs reprises et qui vivent de minima sociaux et de petits délits, la plupart du temps sans domicile fixe.

3Confrontés à leurs propres incertitudes et à un discours institutionnel qui déclare simultanément leur responsabilité pénale et sanitaire, ces usagers de drogues mobilisent le non-dit, le mensonge, la déformation d’événements, les distorsions imaginaires, pour échapper au marquage social et à un régime de culpabilité (vis-à-vis de leurs pratiques de consommation et de leurs activités délinquantes).

4A travers une analyse de leurs interactions avec les soignants, le personnel carcéral, le sociologue ou le simple passant, j’essayerai de montrer quelques enjeux au niveau profane de l’articulation de ce jeu du « voilement / dévoilement » avec la mise en scène des émotions.

Introduire les émotions et la réversibilité au cœur des interactions

5Pour éclairer cette dimension du voilement et du dévoilement à l’intérieur des mondes de la drogue et de la prison, je mobiliserai ici les travaux de André Petitat. Ce dernier propose de distinguer le jeu du caché / montré, les distorsions imaginaires (jeu avec le référent) et enfin le jeu avec les conventions et les règles d’usages, soit un triple jeu qui place les échanges dans un espace de réversibilité symbolique (Petitat, 2000). Ainsi « chaque acteur peut virtuellement se déplacer sur chacun des axes, en voilant / dévoilant plus ou moins, en dosant authenticité et mensonge, en transgressant / respectant à des degrés divers les normes et les règles conventionnelles » (Petitat, 2000 : 88).

6Le récit de soi, ainsi que les interactions observées (y compris lors de l’entretien) seront donc ici interrogés à travers ces trois dimensions.

7Je prendrai pour le fil de ma démonstration plusieurs matériaux recueillis en et hors de la prison. J’utiliserai notamment des échanges enregistrés lors d’une sortie en observation participante effectuée dans différents squats du quartier de la Goutte d’Or à Paris, avec Jean-Paul, polyconsommateur de drogues incarcéré à 18 reprises et qui a joué ici le rôle de passeur dans le monde du crack.

La restriction de l’information : le jeu du caché / montré dans et hors prison

8Si l’enfermement est bien la punition en tant que telle, alors il faut reconnaître qu’elle constitue un mécanisme par lequel toute l’existence psychologique, physique, familiale, sexuelle et émotionnelle du détenu, son délit et tout son passé se retrouvent aux prises avec le regard de l’autre. Un autre avec qui il est obligé de vivre dans un milieu souvent inconnu et hostile.

9Les détenus sont pris dans les mécanismes du soupçon qui impliquent souvent le maintien d’une vie secrète, sur laquelle repose aussi leur survie sociale (puisqu’ils sont la plupart du temps coupés de leurs liens extérieurs).

10Le secret médical sur lequel est censée reposer la confiance envers le médecin est lui aussi tout relatif, il est fonction des contraintes carcérales. Ainsi, par exemple, la visite des détenus en quartiers disciplinaires continue d’être effectuée par certains médecins accompagnés de surveillants (OIP, 2003).

11Dès lors, il ne faut rien laisser transparaître, les détenus vivent dans un permanent auto-contrôle de leurs émotions car « le pire en détention c’est le regard » comme me dira l’un d’eux. Ils se construisent un système d’auto-surveillance, chaque expression, chaque émotion est analysée et décortiquée. En prison, tout comme à l’extérieur dans les mondes de la drogue, les usagers de drogues acquièrent un certain nombre de compétences, ils apprennent à emmagasiner des informations sur autrui et à ménager leurs propres discours sur eux-mêmes. Dès lors, la tentation est grande de se créer un faux personnage, de donner à voir une image de soi plus positive. Le jeu est délicat car il nécessite une adaptabilité selon le contexte et les personnes présentes. Il demande aussi de savoir mettre en scène ses émotions.

12Si beaucoup d’usagers m’avoueront que dans ce milieu : « on n'a pas vraiment d’amis », il est parfois nécessaire d’entrer en connivence avec autrui pour se protéger ou pour partager des pratiques ou des connaissances.

13La connivence se construit parfois à partir d’appartenance socioculturelle. Le rire complice devient alors un signe de reconnaissance. Jean-Paul m’a ainsi raconté sa mise en scène de suicide en prison pour éviter son transfert dans un autre bâtiment :
« J’ai attendu l’heure de la gamelle, c’était trop marrant, j’ai pris une petite lame je me suis fait de toutes petites entailles, pour qu’il y ait un tout petit peu de sang. J’ai attaché une corde à la télé et quand le surveillant est presque arrivé à ma porte, j’ai fait semblant de tomber. Mais y’avait un surveillant antillais qui me connaissait bien, mais il m’a pas trahi. Quand on était entre nous il m’a dit "tu vas arrêter tes conneries toi (en riant). Alors tu veux me dire qu’un mec comme toi voulait se foutre en l’air, tu te fous de la gueule de qui ?" Mais il m’a parlé en Antillais, c’était trop marrant j’étais obligé d’éclater de rire (rire à nouveau). J’ai failli me faire griller, mais en fin de compte j’ai eu la télé gratis pendant toute la fin de ma peine, tout à l’œil et c’était marrant ce jour-là (rire). J’ai joué là-dessus (rire), j’avais pas le choix... »

14Mettre en scène un suicide c’est chercher à provoquer l’émotion afin d’obtenir un aménagement de sa situation. Mais ici c’est finalement la connivence avec le surveillant, antillais comme lui, qui permet à Jean-Paul d’obtenir ce qu’il souhaite.

15Si la connivence permet de maintenir le secret de la mise en scène elle invite parfois à produire cette mise en scène. Dans l’extrait d’entretien qui suit, la surveillante protège une détenue non seulement en ne divulguant pas le comportement « déviant » sanctionné par le règlement, mais surtout en l’invitant à dissimuler les effets de la drogue. Elle l’invite à mettre en scène ses émotions :

« Je me rappelle qu'une fois, y'a mon frère qui est venu me voir au parloir, et il m'a fait fumer, fumer, j'étais dans un état lamentable. En sortant, la surveillante elle voit mes yeux, elle me fait : "Ecoutes M., tu fais semblant de pleurer jusqu'à ta cellule", elle me dit "t'as les yeux éclatés". Si tu m'avais vu en train de sortir du parloir, la mâtonne qui me tenait : "Mais c'est rien, mais c'est rien" (rire). Tu vois un peu, cette complicité, et pour plein de trucs comme ça ! (rire) »

16Les émotions sont ici explicitement mises en scène afin de maintenir un lien privilégié et de se protéger de l’extérieur. Elles sont une composante de ce que Goffman appelle les adaptations secondaires (Goffman, 1968 : 99).

Le jeu sur la déformation et les distorsions imaginaires

17A travers ces formes d’adaptations, les détenus ont la possibilité de s’écarter du rôle et du personnage que la prison leur assigne pour préserver un peu d’espace privé, mais ces activités clandestines n’en sont pas moins moralement éprouvantes et civiquement désastreuses (Joseph, 2001 : 89), d’autant qu’elles perdurent bien souvent au sortir de prison (mensonge, manipulation, activités illicites) en compromettant toute forme de réinsertion.

18Au sortir de prison certains, comme Michel retrouvant le monde ordinaire, sont déconcertés par leur propre façon de mobiliser l’espace de réversibilité symbolique :

« C’est un drôle de système parce que quand tu sors, les gens ils sont pas du tout dans ce genre de système, quand tu leur dis : "mais non, il faut pas me croire parce que moi si ça se trouve je vous raconte des conneries". Je me suis aperçu que la mentalité de prison n’allait pas du tout avec la façon dont les gens pensent à l’extérieur quand je m’en suis rendu compte, tu sais plus où tu dois aller, t’oses même plus parler, t’es un nouveau né, tu sais plus comment te comporter avec les gens de tous les jours, c’est dramatique. »

19Malgré tout, ces mécanismes perdurent au sortir de la prison. Dans les mondes de la drogue il n’est pas rare de croiser des fils de ministre, des amis intime de Joey Star, des champions du monde de Judo. Lors de cette sortie en observation participante avec Jean-Paul dans un squat de la Goutte d’or, Sophie, une usagère de crack séropositive qui se déclare Syrienne, affirme que Paulo (qui lui se dit fils de ministre du Cap Vert) est son fils adopté. Elle déclare tout à fait sérieusement qu’elle est allée le chercher à la DDASS alors qu’elle-même n’était âgée que de douze ans. Tout cela serait la conséquence d’un meurtre mystérieux qu’elle maintient par ailleurs dans le vague tout en soulignant qu’ils ont beaucoup souffert. Elle se met alors à pleurer en affirmant

« Quand tu sauras ma vie, tu pourras faire un bouquin dessus ! C’est pour ça que je te dis que je ne peux pas te dire ça comme ça. On me paye pour savoir ma vie ! »

20Il s’agit ici de donner une vision de sa vie moins banale pour continuer à exister socialement tout en revendiquant sa valeur sociale (ce qui implique que le récit de vie peut se monnayer). Les émotions ajoutent de l’authenticité aux récits imaginaires. Si bien évidemment je n’ai pas les moyens de vérifier ces informations, c’est leur manque de cohérence et de plausibilité et l’étonnement des autres usagers face à ces déclarations qui indiquent quelques distorsions imaginaires.

21Dans ces récits du malheur, la mise en scène des émotions a des effets attendus : attendrissement, compassion, etc. Il s’agit aussi de réorienter les échanges en réduisant la distance sociale qui les sépare des professionnels (y compris des sociologues). Cette mise en scène leur permet de se justifier sur un autre registre que celui qui est parfois attendu d’eux.

Le jeu sur la transgression des normes des échanges

22Toute interaction y compris l’entretien se fonde sur le respect de conventions et de la définition qui est donnée à la situation. Ce socle d’évidences sur lequel s’enracine notre intersubjectivité est vulnérable. Les cadres de l’expérience sont modulables de sorte que chacun d’entre nous peut donner un sens différent à une activité analogue. A cela s’ajoute le cadre interprétatif que chacun développe pour orienter les convictions de l’interlocuteur sur le cours des choses. La mise en scène des émotions joue un rôle fondamental dans la fabrication de ces cadres interprétatifs.

  • 1  On peut rapprocher cette attitude des actes d'automutilation et de leurs récits (Fernandez, 2003).

23Ainsi, lors d’un entretien dans un local bondé d’une association de prévention, Jamel, un usager de drogues d’une quarantaine d’années, vivant du RMI et sans domicile, m’a expliqué comment il arrivait à se piquer à différents endroits du corps, des pieds à la tête en passant par la verge. Peut-être devant mon manque de réaction émotionnelle face à son récit de pratiques (j’avais déjà entendu des récits similaires par ailleurs), celui-ci se mit à me faire une démonstration consistant à faire ressortir les veines en haut du front, invisibles autrement : en se crispant et se contractant, son visage se mit à rougir, les veines de son front devinrent bien apparentes. La démonstration visait sans nul doute aussi à m’impressionner et il est vrai que voir cet homme de 45 ans, nerveux et colérique par ailleurs, se contracter si intensément comme sous l’effet d’une souffrance intense mêlée à de la colère m’a laissé un instant sans voix. J’ai alors vu sur son visage une légère satisfaction et un petit sourire qui laissait supposer que sa démonstration avait bien eu sur moi l’effet escompté. Dans un milieu essentiellement composé d’hommes, où il ne faut pas « se laisser faire » et « montrer que tu en as », ce type de mise en scène se multiplie, qu’elle consiste en des excès de colère, en des déclarations d’intention à haute voix (menace, etc.), ou encore en des discours « passionnés » visant à décrire dans le détail les pratiques les plus surprenantes, montrant ainsi la détermination, le dépassement de soi et la résistance de son corps face aux agressions1. La mise en scène de ces aptitudes fortement valorisées et valorisantes dans ce type de milieu essentiellement masculin, peuvent être analysées comme des modes de mise à distance des conflits à venir. Il s’agit donc pour l’usager de drogues d’un moyen de défier par avance quiconque essayerait de l’arnaquer, de l’attaquer ou encore de le « balancer » à la police. Ces techniques qui visent à réajuster le comportement d’autrui à la situation et aux échanges peuvent naître de situations de décalage émotionnel : ici, mon manque de surprise ne correspondait pas au poids émotionnel que Jamel souhaitait donner à ses pratiques.

24Il existe d’autres situations où enquêteur et enquêté sont en décalage émotionnel, lorsque par exemple l’enquêté se met à rire franchement en abordant un sujet qui inversement émeut le chercheur ou au contraire lorsque l’enquêteur trouve le récit de certaines situations tellement burlesques qu’il ne peut, malgré ses tentatives d’autocontrôle, s’empêcher de rire. Mais ces situations de décalage nécessitent un réajustement émotionnel, soit que l’enquêté ou l’enquêteur se mette à rire à son tour, témoignant d’une volonté de détachement émotionnel vis-à-vis d’une situation dramatique (servant ainsi de « soupape » au dramatique du récit) ou bien que le rire s’atténue pour laisser place à une attitude plus circonspecte. Ce jeu décalage / réajustement émotionnel témoigne donc aussi de la bonne compréhension du sens que l’interviewé veut donner à son récit.

Induire de faux cadres : déstabilisation, intimidation

25D’autre part, il est toujours possible d’induire de faux cadres interprétatifs. Le mensonge est un jeu sur les cadres, ainsi simuler une émotion peut servir à induire un comportement ou un acte de parole. Dans un squat insalubre, Jean-Paul manie très bien l’induction de faux cadres interprétatifs en mettant en scène un énervement pour solliciter une réaction d’une usagère de drogues se prostituant. Mais Sophie, une autre usagère qui a compris le jeu, déclare : « il ne faut pas parler, c’est un malin, il veut te faire parler », elle brise le mécanisme et Jean-Paul démasqué est contraint d’en rire pour ne pas perdre la face.

26Mettre en scène une colère peut permettre d’obtenir des informations des acteurs en les obligeant à se justifier, à s’expliquer, et peut en outre réduire l'exposition à des questions jugées indélicates –tant on ménage une personne « énervée ». Ces procédés ont d’autant plus d’efficacité qu’ils se greffent sur des rapports de domination existant des hommes sur les femmes, rapports particulièrement prégnants dans ces mondes essentiellement masculins et dominés par des valeurs de virilité. Malgré tout, la peur d’une réaction incontrôlée est toujours présente et entretenue. Sophie elle-même joue sur ce registre de l’intimidation pour souligner la transformation du comportement de l’usager qui n’a pas de drogues à consommer : « Tout le monde ici, on n'en a pas, on sait qui on est ? On est des méchants ! »

27Jean-Paul, quant à lui, alterne entre les « je t’adore » et les « vous, vous m’énervez » englobant universitaires, membre d’associations, journalistes. Selon le cadre interprétatif qu’il déploie je suis tour à tour placé en complice, en connivence avec lui ou mis en accusation et sur la défensive. Tu vas bien « délirer », « avoir de bonnes conversations » me dit-il, c’est-à-dire des conversations déviant du sens commun, une autre manière d’être ensemble, d’avoir du plaisir à être ensemble. Paulo, un autre usager, m’affirme :

« Là, si tu rentres dans le squat, tu vas voir, tu donnes de l’argent et la fille qui fume, elle pleure, elle te dit : quelque chose disparaît en moi ! »

28Mais Jean-Paul tient aussi à me faire flipper, il me déclare : « Je veux que tu rentres là dedans, tu vas flipper, je veux te faire flipper », c’est-à-dire dans ce cadre perdre mes repères, ne plus avoir de cadres interprétatifs appropriés à la situation. Délirer, c’est aussi prendre plaisir à cette perte de repère. Mais c’est aussi « faire flipper » pour faire comprendre des conditions de vie extrême, pour faire comprendre le désespoir mais aussi pour marquer, souligner les erreurs d’interprétations de ce qui se passe dans les mondes de la drogue. On remarque au passage que l’utilisation des termes « délirer » et « flipper » ont un double sens qui participent à accentuer cette remise en question. Dans le langage des mondes de la drogue et de la « zone », « flipper », « péfli » en verlan, désigne une crise d'angoisse ou de panique qui peut survenir suite à une consommation notamment lorsque le consommateur se sent mal dans sa peau, « délirer » c’est bien s’amuser, « se taper un délire » c’est s’amuser à sa manière. Loin du sens commun ou du sens médical donnés à ces termes, leur utilisation par Jean-Paul participe ici à me déstabiliser et vise à me faire remettre en question des « savoirs », développés à la fois par le sens commun et le monde scientifique qui sont, selon lui, préétablis et erronés. En d’autres termes, Jean-Paul procède à un véritable processus d’initiation dont une des premières étapes, le défi, consiste à changer ma façon de faire, de dire et de penser.

Les postures interactives : de l’adaptation à la survie

29Durant mes enquêtes en prison, les détenus avec qui je n’ai pas pu établir une relation de confiance, ont maintenu une posture dénonciatrice parfois exacerbée, si bien que je n’ai pas eu de réponses à mes questions. Cependant cette posture est apparue comme révélatrice d’un rapport au carcéral en général : toute personne qui s’intéresse de près à ce qui se passe en prison est souvent considérée, de prime abord, comme un membre de l’administration carcérale ou plus généralement comme un complice des discriminations qu’ils déclarent subir.

30Ce qui se joue ici au niveau tactique est bien une forme d’intimidation permettant au détenu, en reportant son agressivité sur l’enquêteur, de ne pas s’interroger sur son parcours et sur ses pratiques. Dès lors, on peut se demander ce qui motive la participation à l’entretien, outre le fait de sortir de sa cellule, si ce n’est pour entretenir cette double dimension : celle de l’indignation et de la dénonciation et celle du maintien d’un sentiment de pouvoir sur soi et sur les autres.

31La posture dénonciatrice, mobilisant l’indignation vis-à-vis des conditions de vie ou des rapports sociaux, n’est cependant pas toujours agressive ou exclusive. Ainsi certaines personnes interrogées sont tour à tour passées d’une posture dénonciatrice à une posture plaintive ou séductrice, jouant sur un rapport de séduction pour détourner des faits et des pratiques. D’autres se sont cantonnées à une posture justificative du type « j’ai fait cela parce que je ne pouvais pas faire autrement ». Ces postures interactives lors de l’entretien montrent bien comment à un niveau tactique, l’entretien est aussi mené par les enquêtés qui y expérimentent des types de mises en forme de leur parcours de vie qui consistent souvent à « arrondir les angles » pour donner à voir une image d’eux-mêmes plus favorable, mais aussi à impressionner, intimider, déstabiliser l’interlocuteur.

32On retrouve ces postures dans d’autres interactions, notamment avec le personnel médical en détention. Certains détenus me confieront qu’ils aiment se rendre à l’infirmerie pour se plaindre, d’autres pour y séduire les infirmières. Les postures de justification sont d’emploi plus fréquent auprès des juges, des personnels chargés de la réinsertion, des avocats, des proches.

33L’interlocuteur entraîné sur ce registre émotif peut y substituer un registre d’accusation qui tend à retourner la responsabilité sur les usagers eux-mêmes. Cette technique est couramment pratiquée y compris par les services médicaux ou psychologiques, mais elle ne fait bien souvent qu’alimenter un discours de victimisation de ceux qui ne se sentent pas responsables de leurs conditions de vie.

34D’autres peuvent au contraire donner à voir une expression émotive adaptée aux actes et aux paroles, à ce qui est dit et à ce qui est fait par les acteurs. En tant que sociologue, on ne peut, au risque de rompre la relation de confiance établie avec eux, faire preuve d’un total détachement face aux récits de ceux qui témoignent parfois des moments les plus difficiles de leur existence.

35« Faire éprouver » restitue à la scène le sens que lui prêtent les acteurs. Une pratique fortement dévalorisée par la société devient ici une performance. Par exemple, s’injecter des drogues est bien plus qu’une simple activité, elle est présentée par les usagers avant tout comme un engagement physique et émotionnel nécessitant une certaine connaissance de soi, un contrôle de son corps et de ses réactions. Nous sommes ici dans une représentation retournant le stigmate associé à l’image des drogués, celle d’individus ayant perdu le contrôle sur eux-mêmes et leur volonté.

36Bien sûr ces récits sont déformés mais il n’en demeure pas moins que leur sens est orienté sur un retournement du stigmate et sur des valeurs sociales.

37Mensonges, non-dits et transformations imaginaires de son parcours de vie sont des procédés permettant de s’adapter à des situations dramatiques, extrêmes, parfois insoutenables (rue, prison, dépendance aux drogues sans parler des violences subies souvent intériorisées). Ils constituent d’autre part des moyens permettant de préserver une estime de soi face aux autres. Participant à la reconstruction de l’identité sociale, ces procédés permettent de sortir leur vie de la banalité tout en essayant de préserver des relations sociales quitte à ce que ces dernières soient intéressées (comme Sophie). C’est ce que souligne Jean-Paul lorsqu’il lui dit :

« Pourquoi tu vas pas te soigner, faire quelque chose ? T’en as pas marre de rester là-dedans ! Y’en a beaucoup qui se servent de toi, t’as jamais compris ça ? Chez toi, c’est un coffee shop ! »

Conclusion

38Si les émotions ont une dimension communicative incontestable, elles peuvent être l’objet d’un « travail » de mise en scène en fonction des finalités recherchées. Dans les mondes de la drogue que j’ai traversés elles participent d’une « ambiance » et d’une manière d’être ensemble. Mais au delà de ces fonctions, la mise en scène des émotions peut être au service de solutions positives de reconstruction de soi face à des expériences de vie mortifiantes (la prison, le manque, la faim, les maladies, etc.). Ainsi, il ne s’agit pas tant de « délire » au sens médical que de solutions positives cohérentes dans les mondes fréquentés (Lanzarini, 2000).

39Ces individus qui sont souvent jugés comme des personnalités pathologiques, aux comportements irrationnels, souffrants de problèmes de santé mentale, enfermés dans leur dépendance et leurs pratiques, semblent dans une démarche que l’on pourrait appeler de brouillage, de codage qui leur permet d’échapper de manière plus ou moins temporaire aux assignations et aux contraintes qui pèsent sur eux. Il s’agit ici de sortir du cadre proposé par l’institution, par un médecin, un juge, un travailleur social ou un sociologue et déplacer l’interaction sur un terrain de jeu dont ils maîtrisent les règles.

40Ils peuvent tour à tour sortir du cadre imposé et des attentes normatives qui y sont associées, opérer une rupture de cadre lorsque cela est possible, introduire un nouveau cadre venant interférer avec le premier ou mettre en œuvre un faux cadre interprétatif. Même si les usagers de drogues n’ont pas toujours, comme tout un chacun, des comportements strictement rationnels, ils peuvent, selon les contextes, se laisser transporter par ou mettre en scène des émotions variables qui interfèrent avec les cadres mis en place en éloignant du même coup l’interlocuteur de l’activité initiale et en sollicitant de sa part un engagement émotionnel (Fernandez, 2005).

41La mise en scène des émotions permet alors d’ouvrir un espace de reconstruction, de déformation et de transformation de l’expérience en participant d’une véritable tactique de survie. Selon les contextes, il s’agit de « bien délirer » pour maintenir du lien social et « faire flipper » pour impressionner, amadouer, casser l’indifférence dans l’espace public ou obtenir quelques améliorations à leurs conditions d’existence. Alterner émotions positives et émotions négatives, pour désarçonner, briser des repères établis et imposer une nouvelle manière de considérer la situation et d’être considérés.

42Les usagers de drogues sont aux prises avec des injonctions contradictoires. D’une part, il existe une part de conformisme avec laquelle ils doivent composer et qui les conduit à rechercher l’approbation de leurs pairs tout en s’engageant dans un mouvement de libération des contraintes externes et de leurs souffrances par la consommation. D’autre part, ils sont enjoints, par un processus de médicalisation des pratiques sociales, à faire un travail sur eux-mêmes, sur le contrôle d’eux-mêmes en intériorisant des règles sociales et en assumant leur responsabilité vis-à-vis d’eux-mêmes et d’autrui. Dès lors, la porte est ouverte au double discours. La mise en scène des émotions permet alors non pas de réconcilier des discours antagonistes mais de les alterner en changeant de contexte et en déplaçant le cadre interprétatif. Les discours profanes alternent, par exemple, entre la condamnation de la drogue et l’apologie de son usage, comme en témoigne Jean-Paul :

« Là, tu parles à un mec qui a fumé. Tout à l’heure, tu parlais à un mec qui était abstinent. Quelle différence il y a entre son vocabulaire et son vocabulaire passé ? Tu vois pas la différence ? Je vais te le dire. La différence c’est que tout à l’heure il était en train de critiquer le produit. Là, maintenant il défend le produit. Pourquoi ? A cause des usagers qui sont comme lui... »

43D’après A. Escobar Molina « ce n’est pas simplement le mur, qu’il soit de barbelés ou de briques qui compte ; ce qui va clôturer, c’est ce qui me structure moi-même, tous ces moyens et tous ces repères sociaux qui m’ont construit jusqu’alors et continueront à le faire, si je parviens à supporter l’enfermement » (Escobar Molina, 1989 : 110). Ce qui continue à enfermer au delà de la prison c’est tous ces moyens, ces usages de la réversibilité symbolique en décalage avec le monde des échanges ordinaires et qui ne trouve place et légitimité que dans les mondes de la précarité, de la drogue et de l’exclusion. Ainsi nous sommes en face d’un paradoxe de l’adaptation à des « expériences totales » (Castel, 1998 ; Duprez, Kokoreff, 2000 : 33 ; Ogien, 1999 : 121).

44Les mécanismes totalitaires de la prison ôtent aux individus le contrôle de la distance et de l’attachement à une part substantielle de leur vie, ici l’usage de drogues. La mission carcérale de surveillance et de contrôle mise sur la « transparence des dominés » pour mieux en assurer la gestion. Dès lors, les détenus développent des mécanismes de protection, d’autopréservation mobilisant les marges de l’espace de réversibilité symbolique et l’instrumentalisation de leurs émotions.

45Mais à l’extérieur la mobilisation de ces marges est fortement dévalorisée et ne trouve d’échappatoire que dans les mondes de l’exclusion. Il ne s’agit pas ici d’affirmer qu’une culture de la prison s’exporterait à l’extérieur, mais il apparaît que les mondes de la drogue et de la prison entretiennent conjointement ce jeu avec les marges. Ainsi il convient de prendre en compte l’interdépendance entre l’intérieur et l’extérieur de la prison (Fernandez, 2004 : 273-280 ; Chantraine, 2004). Ce double ajustement, à la prison et au monde extérieur, produit parfois un jeu de continuité entre la prison et l’errance qui participe à entretenir un mode de vie « liminal » et des mécanismes d’adaptation qui relèvent de la survie.

46Il devient alors simple de « pathologiser » les comportements, l’usage de drogues devient une pathologie psycho-comportementale des émotions (Jouanne, Edel, Carton, 2005 : 625–630), le mensonge devient une maladie et les usagers de drogues des mythomanes qu’il faut soigner. Sans rien enlever aux problèmes de santé mentale dont peuvent souffrir certains d’entre eux, l’analyse de leurs interactions et de leurs récits replace ces mécanismes dans un jeu d’adaptation et de survie physique et psychosociale, il réintroduit leurs comportements dans le cadre des échanges ordinaires au sein des mondes qu’ils traversent et souligne les modes de résistance ou d’autopréservation de soi que ces derniers développent face aux assignations que la société tente de leur imposer.

Haut de page

Bibliographie

Castel R., Les sorties de toxicomanies, Fribourg, Éditions universitaires de Fribourg, 1998.

Chantraine G., Par delà les murs. Expériences et trajectoires en maison d'arrêt, Paris, PUF, 2004.

Duprez D., Kokoreff M., Les mondes de la drogue, Paris, Odile Jacob, 2000.

Escobar Molina A., L'enfermement : Espace, Temps, Clôture, Paris, Klincksieck, 1989.

Foucault M., « L'illégalisme et l'art de punir (1976) », in Dits et écrits, t. III, Paris, Gallimard, 1994.

Fernandez F., L'engagement émotionnel durant l'enquête sociologique : retour sur une observation anonyme auprès d'ex-usagers de drogues, Carnets de bords, n° 9, 2005.

Fernandez F., « La souffrance des usagers de drogues incarcérés : regards profanes sur le sens de la peine », in Schweyer F.-X., Pennec S., Cresson G., Bouchayer F. (éd.), Normes et valeurs dans le champ de la santé, Rennes, Édition ENSP, 2004.

Fernandez F., Du corps otage au corps mémoire : les actes d'automutilation en prison chez les usagers de drogues et leurs mises en récit, Face à Face. Regards sur la santé, n° 5,2003, (http://www.ssd.ubordeaux2.fr/faf/archives/numero_5/articles/fernandez/fernandez.htm).

Fernandez F., Les modalités des prises de risques sanitaires chez les primo-injecteurs, Association Aides-Toulouse, Université de Toulouse Le Mirail, 2000.

Goffman E., Asiles, Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Minuit, 1968. 

Goffman E., Les cadres de l'expérience, Paris, Minuit, 1991.

Joseph I., « Le reclus, le souci de soi et la folie dans la place », in Amourous C., Blanc A., (éd.), Erwing Goffman et les institutions totales, Paris, L'Harmattan, 2001.

Jouanne C., Edel Y., Carton S., Déficits émotionnels chez des patients polytoxicomanes, Annales Médico Psychologiques, n°163, 2005.

Lanzarini C., Survivre dans le monde sous-prolétaire, Paris, PUF, 2000.

Observatoire International des Prisons (O.I.P), Les conditions de détention en France. Rapport 2003 de l'O.I.P, Paris, La Découverte, 2003.

Ogien A., La sociologie de la déviance, Paris, Armand Colin, Coll. U, 1999.

Petitat A., Secret et lien social, Paris, L'harmattan, Coll. Logiques sociales, 2000.

Haut de page

Notes

1  On peut rapprocher cette attitude des actes d'automutilation et de leurs récits (Fernandez, 2003).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Fernandez, « La mise en scène des émotions à la croisée des mondes de la drogue et de la prison : postures interactives et tactiques de survie », Face à face [En ligne], 8 | 2006, mis en ligne le 01 avril 2006, consulté le 23 juin 2017. URL : http://faceaface.revues.org/280

Haut de page

Auteur

Fabrice Fernandez

Allocataire de recherche de l'ANRS (2001-2004) et Boursier du Sidaction (2005).
Cirus (Centre Interdisciplinaire de Recherches Urbaines et Sociologiques) -Cers UMR CNRS 5193 - Université Toulouse 2 le Mirail.
Email: fabricefernandez@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org