Navigation – Plan du site
Dossier

Des praticiens psychiatriques face à l'émotion de la catastrophe

Enquête sur les cellules d'urgence médico-psychologique (CUMP)
Julien Langumier

Résumé

Dans le cadre d'un travail de thèse, j'ai conduit une enquête ethnographique sur un village de l'Aude touché par les crues catastrophiques de 1999. Cette enquête a, d'une part, montré la mobilisation récurrente, par les personnes sinistrées, des catégories de « stress » ou de « traumatisme » pour rendre compte de la souffrance ressentie après l'événement. D'autre part, des entretiens ont été menés auprès des psychiatres et psychologues étant intervenus dans le village et sur d'autres catastrophes dans le cadre des cellules d'urgence médico-psychologiques (CUMP). Ce sont leurs discours qui sont analysés dans cet article. Ces professionnels tendent à ancrer dans le domaine de la santé mentale les émotions provoquées par la catastrophe alors que leurs pratiques et leurs expériences de terrain montrent une hybridation sociale du dispositif médical. Les discours qu'ils développent sont à comprendre au regard des attentes des responsables institutionnels en charge de la crise, et des demandes des populations touchées. Ces différents acteurs conduisent les praticiens à redéfinir sans cesse les limites de leurs interventions.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Dans le cadre d'une thèse en ethnologie (EHESS) dirigée par Françoise Zonabend.

1Le travail présenté ici fait suite à une enquête ethnographique1 conduite dans un village du Narbonnais, touché par des inondations catastrophiques en novembre 1999. La recherche porte sur les récits du drame, la mise en désordre de l'univers domestique ou les explications de l'événement élaborées par les habitants. Cependant, une part du matériau résiste à cette grille d'analyse qui tend à faire apparaître la dimension collective de la catastrophe. Les sinistrés insistent en effet sur l'aspect « psychologique » du drame et qualifient leur expérience sur le mode de l'évidence comme un « état de choc », un « traumatisme », une « rupture », à l'origine de stress, d'angoisse voire de dépression. Ils établissent par exemple un lien entre les victimes déplorées pendant l'événement - les « morts directs » - les personnes décédées quelques mois plus tard de manière brutale - les « morts indirects » - et les habitants souffrant aujourd'hui de troubles psychiques. La catastrophe est chaque fois jugée responsable car si elle provoque la mort pendant l'événement, elle perturbe aussi le « moral » des habitants, comme l'explique le médecin du village : « L'inondation a foutu de la merde partout, même dans la tête des gens. » L'appropriation par les sinistrés de termes propres à la santé mentale questionne la position du chercheur sur le terrain qui est parfois assigné à la position d'un psychothérapeute qui se nomme ethnologue et qui, comme tant d'autres, demande aux sinistrés de parler.

  • 2  Les CUMP ont été créées, suite aux attentats perpétrés dans le RER parisien en 1995 pour prendre e (...)
  • 3  Une telle cellule s'est installée dans le village d'étude à la demande du préfet au lendemain des (...)
  • 4  A défaut de pouvoir observer des cellules in situ, les entretiens ont été centrés sur la descripti (...)

2Le projet de travailler sur le pathos de la catastrophe en ethnologie nous a conduit à réaliser une enquête complémentaire auprès des praticiens hospitaliers, psychologues, psychiatres ou infirmiers psychiatriques, volontaires dans les Cellules d'urgence médico-psychologiques2dépêchés sur les lieux de catastrophes3. L'attention porte alors sur la dimension structurée et structurante du dispositif. La caractérisation, par les praticiens, de la symptomatologie et la description de leurs pratiques thérapeutiques rendent compte du fonctionnement des cellules qui « doivent sans cesse s'adapter au terrain » tant, selon leurs propres mots, leur action se situe toujours à la « frontière entre le médical et le social ». Ces dispositifs sont aussi structurants puisqu'ils participent à la diffusion, au sein de la population touchée, des catégories nosographiques de santé mentale, reçues comme une manière d'appréhender l'expérience de la catastrophe. Suivant la démarche de Didier Fassin (2004), tout à la fois « réaliste » (les problèmes de santé correspondent à des réalités sociales) et « constructiviste » (leur reconnaissance dans l'espace public résulte de l'action des agents sociaux), notre travail ne tend pas à attester de la réalité du traumatisme chez les habitants mais s'attache aux modalités d'une prise en charge institutionnelle. Pour cela, les cellules sont appréhendées, à partir des propos des professionnels de l'urgence médico-psychologique4, dans une perspective interactionniste. Leur intervention se situe en effet à la frontière de deux autres mondes sociaux que sont les populations touchées et les gestionnaires institutionnels de la crise. Ce contexte singulier provoque la réévaluation des identités de chacun des groupes et l'adaptation de leurs pratiques (Strauss, 1992). Il s'agit alors de comprendre comment les membres de la CUMP agissent sur le terrain de la catastrophe et en retour, comment, de leur point de vue, leur présence participe à la gestion institutionnelle de la crise et influe in fine sur l'identité des populations sinistrées.

De la clinique au terrain : l'érosion de la pathologie médicale

  • 5  Sur ce point, on peut se reporter à la littérature de psychiatrie et psychologie relative à la vic (...)

3Les volontaires sont recrutés exclusivement parmi les praticiens hospitaliers, comme l'explique une psychiatre référente pour qui la spécificité du soutien médical et psychologique ne permet pas le recours aux travailleurs sociaux. Les responsables des cellules sont, de plus, particulièrement vigilants quant à l'intégration de personnes extérieures et inconnues qui risquent d'avoir des visées autres que thérapeutiques. Ainsi, les mouvements sectaires sont systématiquement présents sur les lieux de catastrophes pour proposer aide et soutien aux victimes. L'identité professionnelle des volontaires font des CUMP un dispositif médical, même s'il existe une controverse5 en psychiatrie sur le trauma. En marge de ces débats, les propos des praticiens révèlent la confrontation entre un savoir clinique et l'intervention sur le terrain, qui interroge la dimension strictement médicale des troubles observés et des actions conduites.

Dépsychiatrisation de la symptomatologie et de la thérapeutique

  • 6  Entretien avec une psychiatre de la CUMP du Gard.

4L'enjeu de la définition de la symptomatologie réside pour les praticiens dans l'ancrage des troubles ressentis par les victimes dans le champ médical. Les catégories nosographiques du trauma et du stress post-traumatique issues de la victimologie sont mobilisées pour rendre compte de la « rupture dans l'histoire personnelle de la victime »6. L'insomnie, la répétition, l'angoisse, la colère constituent la symptomatologie systématiquement observée par les praticiens pour qui ces troubles restent légers en comparaison des pathologies psychiatriques lourdes. Une psychologue de la CUMP de Marseille fait référence à la maladie mentale tout en précisant que, dans le cas du traumatisme, il ne s'agit pas de la « vraie folie » :

« Vous avez ce qu'on appelle la dissociation, pas la dissociation du psychotique. Un psychotique c'est un fou et on dit qu'il a des symptômes dissociatifs parfois parce qu'il n'est plus dans la réalité. Mais là, ce n'est plus pareil. La victime a simplement l'impression que c'est un cauchemar, que c'est un rêve, qu'elle est en train de vivre un film et que ce n'est pas la réalité. Mais il sait au fond de lui que c'est la réalité, il n'est pas fou. Ce n'est pas un schizophrène. »

5L'observation sur le terrain de victimes hagardes, rêveuses ou inactives est rapportée à la dissociation en même temps que la parenté avec la folie est euphémisée.

6Plus loin dans l'entretien, cette même psychologue définit une symptomatologie propre à l'inondation :

« Sur les inondations, c'est particulier, parce qu'il y a moins l'effraction, selon les inondations, il n'y a pas forcément confrontation à la mort, à la maladie, au danger si l'eau monte très progressivement et que les gens ont le temps de partir. Ca ne va pas être la même symptomatologie dont je vous ai parlé tout à l'heure. Ca va plus être une symptomatologie de détresse, de tristesse par rapport à tout ce qu'on a perdu. »

7Le traumatisme et le stress laissent ici la place à des termes qui ne relèvent pas des catégories médicales. La « détresse » et la « tristesse » qui qualifient d'ordinaire des émotions sans connotation pathologique deviennent des symptômes de troubles psychiques. À l'inverse des « symptômes dissociatifs » dépsychiatrisés, la « tristesse » ou la « détresse » sont médicalisées. Ces hybridations sémantiques révèlent la difficulté de qualifier des maux qui ne relèvent pas à part entière de la psychiatrie mais que les praticiens cherchent à ancrer dans le domaine médical.

8La thérapeutique relève de la même ambivalence. Une psychiatre de la CUMP de Marseille explique que le travail le plus important lors des inondations consiste en la diffusion d'informations auprès des sinistrés concernant les lieux de distribution de nourriture, les modalités d'indemnisation, les critères d'obtention des aides. Face aux questions de l'enquêteur sur la dimension proprement médicale d'une telle intervention, elle rappelle les différentes thérapeutiques utilisées : soutien, guidance médicale, dépistage, débriefing, defusing, prescription de psychotropes. Il est dans la suite de l'entretien rappelé que ces techniques sont l'objet de controverses quant à leur possible « effet survictimisant » :

« Je reste convaincue qu'il ne faut pas faire du soin à n'importe qui et n'importe comment. Le débriefing qui est porté au pinacle par bon nombre de mes collègues ne sert à rien, voire est dangereux. Il peut aggraver. On ne va pas faire d'intervention sauvage. »

9L'enquêtée s'inscrit en faux avec la systématisation de la pratique du débriefing pour toute personne ayant vécu un événement dramatique. La caractérisation labile de la symptomatologie tend en effet à assimiler tout sinistré à un blessé psychique qui doit être pris en charge.

10De la diffusion d'informations au débriefing thérapeutique, les actions mises en œuvre par les professionnels de santé mentale se rapportent tantôt au domaine social, tantôt au domaine médical. La psychiatre responsable de la CUMP de Marseille parle du « soin social » apporté aux sinistrés :

« Souvent, moi, je dis, le soin, c'est un soin social. On va soigner plein de symptômes par des actions sociales. Vous allez voir disparaître plein de symptômes d'angoisse, d'incertitude dès qu'il va y avoir des actions sociales. Débriefing social, bilan… »

Un débriefing social, ce serait… ?

« C'est là où le politique a un rôle. Parce que si un politique dit : "On ne savait pas, on s'attendait à 30 centimètres. On en a eu 2 mètres. Je peux vous dire que si on m'avait dit que c'était 2 mètres, les cocos, je vous aurais fait sortir dare-dare de la maison, mais là, on ne savait pas. Pourquoi, on ne savait pas ? Parce que ça n'est jamais arrivé. Parce qu'on ne savait pas que la digue allait péter comme ça''. Est-ce qu'il va y avoir un seul homme politique qui va être capable de reconnaître ses erreurs ? Alors que s'il arrive à dire habilement : "Je ne savais pas, mais maintenant, je sais, et comme maintenant je sais, on va faire ça et ça, pour que si ça recommence, on y fasse face avec force, détermination, sans faiblir. On va faire en sorte que cet événement qui nous a fait souffrir, nous renforce dans notre expérience, dans notre connaissance.'' Tout de suite, les gens, ça va mieux. »

11Le « soin social » ou le « débriefing social » témoigne de la même hybridation socio-médicale de la thérapeutique. La référence au politique révèle l'expression dans les CUMP de revendications politiques ou de recherche de responsabilités. Les psychiatres et psychologues semblent alors prendre virtuellement la place des élus pour construire un discours portant sur les causes du drame de manière à écarter les angoisses et la peur.

Des soignants discrets à la recherche de troubles invisibles

12Dans les villages touchés par une inondation, les volontaires des CUMP accèdent difficilement aux personnes potentiellement traumatisées. Les sinistrés regagnent rapidement leur habitation ou sont hébergés chez des proches si bien qu'ils ne sont plus identifiables dans un lieu précis. Le traumatisme n'a pas de manifestation somatique visible si bien que les habitants tout comme les praticiens ont du mal à le repérer et à le diagnostiquer. Une psychiatre explique à ce propos l'absence de demande de la part des victimes à être prises en charge :

« On ne fait pas du porte-à-porte parce qu'on fait de l'intrusion. Et il y a de l'incompréhension. Le problème de la cellule est un problème nouveau. On est dans cette position un peu délicate où on va suggérer qu'il y ait une demande et attendre de voir si elle est là. Et après y répondre. C'est notre déontologie. »

13Pour palier l'inconfort du porte-à-porte, les CUMP mobilisées lors des inondations de l'Aude en 1999, dans le Gard en 2002 à Aramon ou Sommières ou encore à Arles en 2003 ont collaboré avec les associations caritatives tels le Secours Catholique ou la Croix Rouge. À travers la participation au nettoyage des maisons ou la distribution de dons, les bénévoles de ces associations informent les habitants qu'il existe une cellule d'aide médico-psychologique qui propose des consultations. Ils transmettent en retour leurs observations à la CUMP sous forme d'un premier « dépistage » utilisé par les praticiens pour cibler leurs interventions et évaluer les besoins.

14La responsable de la formation des volontaires de la CUMP de Marseille explicite certains éléments pratiques pour que « l'intervention marche » :

« Le fait de se présenter en disant : “Je suis psychologue ou je suis infirmier psy, est-ce que vous voulez qu'on parle ?” Ca ne marche pas très bien, il faut au contraire que ce soit beaucoup moins formel, que ça se fasse d'une manière assez naturelle et informelle. “Bon, ça va ? Vous n'avez besoin de rien ? Comment ça se passe ?” Et là, la discussion vient et vous dîtes : “Nous, on fait partie de la CUMP, on est infirmier psy” »

15L'image inquiétante des psychiatres justifie, pour cette enquêtée, les stratégies de présentation qui passent sous silence la véritable identité professionnelle et l'action thérapeutique. Cette entrée sur le terrain à couvert tend, dans un premier temps, à dépsychiatriser le dispositif. L'analyse diachronique d'une intervention montre que, passé l'événement catastrophique, pendant lequel les praticiens sont cantonnés à des tâches de soutien et d'accompagnement, des entretiens psychothérapeutiques sont proposés dans les jours qui suivent et des consultations de victimologie sont ouvertes sur le long terme. Dès lors, la prise en charge tend à ramener la victime du lieu de la catastrophe vers l'hôpital, d'un contact informel à un suivi psychologique.

Des psychiatres face à des attentes « politiques »7

  • 7  Terme utilisé par les enquêtés.

16Les dispositifs d'urgence médico-psychologiques ne sont qu'une composante des multiples structures de gestion de crise coordonnées par le préfet lors d'une catastrophe. Les professionnels de santé mentale interviennent aux côtés du SAMU, des pompiers et des divers services de l'État qui ne relèvent pas tous du domaine médical. La coordination des actions de la CUMP est placée sous la responsabilité de psychiatres référents qui doivent répondre aux demandes de la DDASS et du préfet. Ils expliquent alors leur découverte de la dimension « politique » de la gestion de la catastrophe et en particulier des attentes des autres acteurs. La psychiatre référente de la CUMP de Marseille, en poste lors des inondations du Gard de 2002 et d'Arles en 2003, insiste sur le « travail politicien » auquel elle s'est trouvée confrontée :

« On n'a pas fait Sciences-Po. A chaque catastrophe, on a eu, à un moment donné, tout ce travail politique entre guillemets, de décision de lever ou pas, l'intervention en fonction de ce que nous, on voyait sur le terrain. Les cellules font un peu relais. Parce qu'on est à a frontière de plein de choses. Parce que ça rassure, on est anxiolytique pour les préfets, pour les DDASS, on est des anxiolytiques. Parce qu'ils vont pouvoir dire : « On n'a pas fait ça mais on a mis la CUMP. On a déclenché la CUMP ! » Alors ça permet à tout le monde de dire : « Ah bah, s'il y a ça, on arrête de poser des questions. » On est en plein dans la sociologie. »

17Les relations entre le psychiatre coordinateur et les autorités administratives de tutelle confrontent bien souvent le diagnostic clinique établi par les équipes et les attentes socio-politiques des gestionnaires. La présence de la CUMP permet la diffusion, à travers les médias, d'un message politique qui affirme la prise en charge de la souffrance des victimes par la puissance publique et qui relègue au second plan les causes de la catastrophe susceptibles de cristalliser des contestations et des revendications. Une psychiatre référente qui a coordonné l'intervention lors des inondations du Gard en 2002 déplore par écrit dans le rapport de retour d'expérience, « l'effet magique » qui est prêté à la CUMP par les autres acteurs. Elle s'en explique en entretien :

« Ils sont preneurs de tout ce qui pourrait apaiser le climat social et politique. Eux, leur souci, ce n'est pas en terme de santé, mais eux, c'était “participation à l'apaisement du conflit”. »

18Les incertitudes et les controverses qui existent sur le traumatisme favorisent les utilisations, voire les détournements, socio-politiques, des dispositifs, comme en soulignent les propos réactifs des enquêtés face aux injonctions de certaines administrations. Il s'agit alors pour eux d'affirmer leur autonomie professionnelle et le contrôle des conditions d'exercice.

  • 8  Circulaire DHOS/ O2 / DGS/6C n° 2003-235, du 20 mai 2003.
  • 9  Entretien avec une psychiatre référente d'une CUMP du Languedoc.

19Depuis 1997, les CUMP ont vu leurs interventions se multiplier de manière importante, conduisant à une seconde circulaire en 2003 qui vise à renforcer le réseau de l'urgence médico-psychologique8. Les praticiens témoignent de la diversification des motifs d'intervention à mesure que leurs actions sont médiatisées et reconnues. Les cellules ne se cantonnent plus aux catastrophes et sont sollicitées pour des agressions, des braquages, des accidents de la route, des incidents dans les écoles, autant d'« événements mineurs » pour les psychiatres dont le caractère traumatique est laissé à leur appréciation. Certains répondent favorablement aux demandes estimant que « s'il y a une demande, il y a quelqu'un qui souffre et que l'essentiel est d'intervenir. »9 D'autres refusent de venir sur le terrain et proposent aux victimes une consultation de victimologie à l'hôpital en insistant sur l'importance de l'évaluation au cas par cas. Une psychiatre est particulièrement vigilante lorsqu'il s'agit de « problèmes à caractère politique ou revendicatif » :

« Pour les écoulements de boue à Marseille, on a envoyé un infirmier qui a évalué la situation et qui a dit : “Ce n'est même pas la peine.” C'était un problème purement social. C'était aussi le cas de squatteurs dont le bâtiment avait été incendié et ça s'était transformé en espèce de revendication sociale pour mieux se faire héberger. Donc, dès qu'on voit ça, on dit : “Au revoir messieurs.” On fait attention de ne pas se faire manipuler sur le plan politique. »

20La diversification des interventions des CUMP tend à étendre la portée du traumatisme. Sur le plan médical, la caractérisation de la pathologie psychique perd de sa spécificité et de sa précision. Les demandes adressées aux CUMP témoignent, sur le plan socio-politique, du recours accru aux professionnels de santé mentale sur des conflits sociaux qui présentent un aspect victimisant.

  • 10  L'enquête s'est intéressée aux praticiens de l'urgence médico-psychologique et n'a pas suivi une a (...)

21Cette situation inconfortable conduit un certain nombre de praticiens à refuser de participer aux CUMP et à critiquer ouvertement de telles actions qui ne relèvent pas du domaine de la psychiatrie10, comme le reconnaît la référente de la CUMP du Gard :

« Un grand nombre de nos collègues sont très critiques vis-à-vis de l'intervention des CUMP. Leur argumentaire, c'est que ça ne sert à rien, c'est de la poudre aux yeux, c'est des interventions à visée politique, médiatique. Que ce n'est pas ça la vraie psychiatrie. » Un pédopsychiatre explique avoir quelques réserves : « Je vous avoue que je ne suis plus tout à fait favorable au psychologue ou au psychiatre qui est là, les pieds dans les starting-blocks, prêt à intervenir dès qu'on le sonne sur une situation qui est jugée traumatisante. Ça mérite pondération, appréciation fine. Je crois que cette utilisation systématique des psys mérite révision. »

22Le recours systématique aux professionnels de santé mentale conduit pour cet enquêté à une dilution de la psychiatrie :

« J'ai l'impression qu'elle devient un peu diaphane, qu'elle perd de sa texture et de sa noblesse. »

Il rapporte ce constat à l'évolution de ses consultations à l'hôpital, marquée par des demandes de parents qui lui paraissent « de plus en plus banales ». La sollicitation croissante des professionnels de santé mentale révèle la diffusion du discours de victimologie dans l'espace public.

La diffusion des catégories de victimologie vers les populations

23Les volontaires des CUMP reconnaissent une évolution rapide chez les populations touchées qui sont davantage averties de leur présence et qui acceptent plus volontiers leurs interventions. Pour expliquer la rapide adhésion au dispositif, les praticiens rendent compte des nombreuses sollicitations des journalistes qui demandent à réaliser un reportage sur leur action ou qui cherchent à recueillir le témoignage de victimes par leur intermédiaire. Le psychiatre référent donne pour consigne aux volontaires, comme aux victimes, de ne pas parler aux médias et assume à lui seul la communication sur les actions des CUMP. Si la présence de la caméra ou d'un tiers remet en cause la possibilité de conduire un travail thérapeutique et enfreint le secret médical, il est important d'expliquer aux journalistes que des cellules sont sur le terrain pour s'occuper des populations sinistrées, de préciser le nombre de professionnels impliqués, de citer les villages où de tels dispositifs sont déployés. Il s'agit alors de rendre visible publiquement l'intervention de la CUMP.

  • 11  Entretien avec une psychiatre de la CUMP de Béziers.

24Les interviews accordées aux journalistes ont aussi pour but de « faire passer le message sur le traumatisme »11 et participent des actions de prévention, en complément de la distribution de fiches informant des possibilités de développer des symptômes de stress post-traumatique sur lesquelles il est écrit :

« Vous avez été victime ou impliqué(e) dans un événement inhabituel et exceptionnel […] Vous avez réagi par de l'angoisse, et des attitudes ou comportements inhabituels […] Ces états de stress intense entraînent des troubles psychologiques à type d'anxiété et plusieurs comportements, attitudes ou sentiments peuvent émerger dans les jours ou les semaines qui suivent l'événement (ou même plus tard). »

Suit une invitation à venir consulter dans un service de psychiatrie. La prévention tend ici à diffuser l'idée selon laquelle un événement dramatique s'accompagne du développement d'un traumatisme, défini comme un trouble psychique.

25Le bon accueil réservé aux CUMP s'explique aussi par la position particulière occupée par les victimes de catastrophe. La cause de la pathologie psychique ne leur est pas imputée et s'explique par la seule expérience de l'inondation. Les troubles échappent ainsi à la représentation de la maladie mentale comme figure d'une anormalité personnelle. Le psychiatre Didier Cremniter explique à ce propos :

« Autant la maladie mentale dans son essence occupe une place d'énigme, faisant même l'objet d'un rejet particulièrement défensif, autant l'idée qu'à l'occasion d'un événement du domaine d'une catastrophe, il puisse survenir des troubles psychiatriques, représente un modèle qui fait sens et qui s'avère même particulièrement démonstratif et éclairant au niveau du social. » (2002 : 698)

L'idée selon laquelle le traumatisme fait suite à l'événement est mobilisée par les sinistrés (ainsi que par les médias et les pouvoirs publics) comme un modèle d'explication causale qui associe un mal être à un élément extérieur à la personne. Dans ce cadre, le domaine psychologique et psychiatrique suscite une popularité inattendue à la différence de la maladie mentale.

26Certains psychiatres témoignent de consultations particulières au cours desquelles des patients s'inquiètent à l'idée de ne pas développer de pathologie suite à la catastrophe :

« Une dame me racontait que son mari travaillait à AZF quand ça s'est passé. Elle me dit : ‘'Mais je ne comprends pas, il ne réagit pas, il est normal, il est comme d'habitude, est-ce que c'est normal ? Est-ce qu'il va développer certaines choses par la suite ?'' Et ça, on l'a souvent, des gens qui viennent pour dire : ‘'Je ne ressens rien, je vais bien, est-ce que c'est normal ?'' On leur explique l'état de stress post-trauma et le fait qu'il y a des gens qui ne vont pas développer les troubles tout de suite et qu'ils vont les déclencher plus tard, quelques semaines après. Je leur dis : ‘' C'est pas grave''. Il ne faut pas consulter parce qu'ils ont vécu un événement traumatique. S'ils n'ont rien, ils n'ont rien ».

27Pour les soignants, la situation est quelque peu paradoxale puisqu'ils sont sollicités par des personnes inquiètes à l'idée de ne pas être malades. La qualification de la catastrophe comme expérience traumatisante, susceptible de déclencher des troubles bien après l'événement, suscite de l'inquiétude face à un mal dont les causes sont inexplicables et dont les manifestations paraissent aléatoires. Les dispositifs de soins médico-psychologiques imposent un caractère normatif à la catastrophe qui apparaît a priori pathogène, suivant l'évolution analysée par Claudine Herzlich (2000 : 215) :

« La santé devient une supercatégorie normative aux sens multiples et au champ d'intervention démultiplié : la santé est dans tout et tout est dans la santé. Elle est aujourd'hui, a-t-on pu dire, une des nouvelles façons de nommer le bonheur. »

28Au final, ce travail montre comment des praticiens hospitaliers se saisissent de l'émotion suscitée par la catastrophe pour en faire un objet d'intervention. A travers l'hybridation sociale de la symptomatologie et de la thérapeutique, ils témoignent de leur tentative d'ancrer l'affect dans le champ de la santé mentale. Au contact des gestionnaires de la crise, ils revendiquent leur autonomie professionnelle en critiquant l'utilisation des cellules à des fins d'apaisement social. Enfin, leur présence sur le terrain participe de la qualification des sinistrés en victimes de blessures psychiques reconnues sur la scène publique.

Haut de page

Bibliographie

CREMNITER D., L'intervention médico-psychologique. Problèmes actuels théoriques et pratiques, Évolution psychiatrique, n° 67, 2004 : 690-700.

CROCQ L., La cellule d'urgence médico-psychologique, sa création, son organisation, ses interventions, Annales médico-psychologiques, n° 156, 1998 : 48-53.

FASSIN D., Des maux indicibles. Sociologie des lieux d'écoute, Paris, La Découverte, 2004.

GINIES E., Urgences psychiatriques extra-hospitalières. Catastrophe collective du Gard. Septembre 2002, Conférences médecins 2004 SFMU, 15 mars 2004, Paris.

HERZLICH C., « Médecine moderne et quête de sens : la maladie signifiant social », in Augé M., Herzlich C. (dir.), Le sens du mal. Anthropologie, histoire, sociologie, de la maladie, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1984 (2000) : 189-217.

STRAUSS A., La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, l'Harmattan, 1992.

Haut de page

Notes

1  Dans le cadre d'une thèse en ethnologie (EHESS) dirigée par Françoise Zonabend.

2  Les CUMP ont été créées, suite aux attentats perpétrés dans le RER parisien en 1995 pour prendre en charge les blessés psychiques en cas de catastrophe. Le dispositif mis en place en 1997 (Circulaire du 28 mai 1997, DH/E04-DGS/SQ2 n°97/383) est structuré en cellules départementales placées sous la responsabilité et l'autorité médicale d'un « psychiatre référent ». En cas d'intervention, les volontaires sont mis à disposition de la CUMP et sont déchargés de leur service habituel.

3  Une telle cellule s'est installée dans le village d'étude à la demande du préfet au lendemain des inondations pendant une dizaine de jours. L'article repose sur la rencontre de quelques-uns de ces volontaires, ainsi que d'autres membres des CUMP présents lors des inondations du Gard en 2002, d'Arles en 2003 ou de l'explosion de l'usine AZF à Toulouse en 2001 (enquête réalisée en 2004 et 2005).

4  A défaut de pouvoir observer des cellules in situ, les entretiens ont été centrés sur la description d'interventions réelles et sur l'explicitation des pratiques.

5  Sur ce point, on peut se reporter à la littérature de psychiatrie et psychologie relative à la victimologie et au stress post-traumatique (Crocq, 1998 ; Giniès, 2004).

6  Entretien avec une psychiatre de la CUMP du Gard.

7  Terme utilisé par les enquêtés.

8  Circulaire DHOS/ O2 / DGS/6C n° 2003-235, du 20 mai 2003.

9  Entretien avec une psychiatre référente d'une CUMP du Languedoc.

10  L'enquête s'est intéressée aux praticiens de l'urgence médico-psychologique et n'a pas suivi une approche plus globale sur leur monde professionnel qui permettrait de resituer les membres de la CUMP dans les « processus de segmentation de mondes sociaux » (Strauss, 1992 : 274), à travers une sociographie attentive aux trajectoires professionnelles.

11  Entretien avec une psychiatre de la CUMP de Béziers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Langumier, « Des praticiens psychiatriques face à l'émotion de la catastrophe », Face à face [En ligne], 8 | 2006, mis en ligne le 01 avril 2006, consulté le 23 juin 2017. URL : http://faceaface.revues.org/250

Haut de page

Auteur

Julien Langumier

Doctorant en ethnologie sous la direction de Françoise Zonabend
Laboratoire RIVES – ENTPE, Vaulx-en-Velin
Email : langumier@entpe.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org