Navigation – Plan du site
Dossier

Corporéités "déviantes", gestion des émotions et prise de risques

Anastasia Meidani

Résumé

Dans les limites d'une approche sociologique, contextuelle et compréhensive, cet article se propose de reconstituer la cohérence des faits là où ne sont souvent perçues qu'attitudes irrationnelles, incompréhensibles, impropres ou imprévues : consommation de stéroïdes, crises boulimico-anorexiques, syndrome du scalpel, Body Art. Ces corporéités  " déviantes " mettent en exergue l'hétérogénéité des pratiques physiques qui jouent avec les modèles d'esthétisme corporel (et s'en jouent), comme le montre l'analyse de 57 entretiens et le dépouillement de 274 magazines de presse. Comprendre les raisons qui font que les individus ne se conforment pas aux consignes qui leur sont faites et s'inventent des réponses adaptées aux risques qu'ils perçoivent, revient à prendre en compte le travail émotionnel. Ces corps "marqués" ont recours à une manipulation symbolique des pratiques alimentaires, sportives et esthétiques, en les rendant plus proches de leur propre cadre cognitif et émotionnel que de quelconques discours médicaux – ce qui leur permet de les réadapter, tout en gardant l'impression de ne pas prendre des risques. L'analyse de la place des émotions dans la gestion individuelle et collective des risques liés à la santé, implique l'étude des émotions comme mode d'appréhension d'un état corporel et psychique dans un certain contexte situationnel. L'âge et le sexe sont les premiers facteurs des disparités opérant dans cet espace social de la santé. La gestion du risque et des émotions repose sur l'articulation entre une vulnérabilité corporelle et une vulnérabilité sociale conçue comme mode de réponse au "dangers", mettant en relief la prise des risques dans des réseaux sociaux.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Une sociologie des émotions est-elle possible ?

1Dans une approche sociologique, contextuelle et compréhensive, cet article se propose d'étudier les émotions qui relèvent d'une dimension morale -et donc cognitive- et, notamment, celles liées à la mise en place des pratiques somatiques des corps "déviants" qui impliquent une prise de risques.

2D'un point de vue théorique, la double hypothèse est la suivante : d'un côté, nous soutenons que la gestion individuelle des émotions et des risques est conçue à travers le prisme du sentiment de vulnérabilité corporelle et/ou sociale, ancré sur des expériences des pratiques somatiques antérieures (Calvez, 2004) ; de l'autre côté, nous considérons que saisir cette gestion individuelle des émotions revient à s'interroger sur leur appréhension collective. Conçue comme mode de réponse aux "dangers" cette articulation montre bien que le travail émotionnel n'est pas une instance préparatoire à la prise de risques en matière de santé ; il est une des références ultimes, décisionnelles et formatrices.

3Ce cadre d'analyse énonce les deux niveaux de cet article. D'un point de vue macro-sociologique, nous nous sommes intéressées au moment où les émotions liées au culte du corps se font largement publiques, c'est-à-dire, pour l'essentiel, dans l'espace médiatique - sans oublier les lieux où l'expression publique des émotions est encouragée : lieux de culte du corps, lieux d'apprentissage des pratiques corporelles à risques ou des pratiques physiques de loisir. Cette partie du travail est ancrée, d'un côté, sur le dépouillement de 274 magazines récoltés tout au long d'une année et, de l'autre côté, sur 2 ans d'étude ethnographique dans 4 Centres de Remise en Forme (C.R.F.) de l'agglomération toulousaine, au cours desquels 57 entretiens ont été réalisés.

4L'analyse de ces données empiriques cherche à fournir des éléments de réponse aux questions suivantes : de quelle nature est le lien entre médias et émotions ? Qu'est-ce qui facilite ces expressions publiques des émotions, que ce soit du côté de l'offre (médias, C.R.F.) ou de la demande ? Quelles sont les formes et les règles d'expression de l'émotion tant concernant la culture médiatique que ces espaces privés de la remise en forme ? Comment travail émotionnel et prise des risques s'articulent au sein de ces deux corpus de données ?

5D'un point de vue micro-sociologique, la prise en compte du travail émotionnel nous permettra de reconstituer la cohérence des faits là où ne sont souvent perçues qu'attitudes irrationnelles, incompréhensibles, impropres ou imprévues : consommation de stéroïdes, crises boulimico-anorexiques, syndrome du scalpel (opérations chirurgicales consécutives actionnées par un désir inassouvi de modification de l'image corporelle), Body Art. Ces corps  " déviants " mettent en exergue l'hétérogénéité des pratiques corporelles qui jouent avec les modèles médiatiques d'esthétisme, comme le montre l'analyse de 57 entretiens. En effet, ces corps "marqués" ont recours à une manipulation symbolique des pratiques alimentaires, sportives et esthétiques, en les rendant plus proches de leur propre cadre émotionnel et cognitif que de quelconques discours médicaux. Ceci leur permet de réadapter ces pratiques corporelles à leur quotidien, tout en gardant l'impression de ne pas prendre des risques.

Des médias aux CRF : le culte du corps, "symptôme" et outil de la libération émotionnelle

6Les médias ont donné depuis une vingtaine d'années une large place à l'expression publique des émotions. La presse écrite et, en particulier, la presse féminine et masculine, tout comme la presse hédoniste adressée à la jeunesse, la presse santé ou bien la presse sportive se sont développées en faisant largement appel au sensationnalisme des diverses pratiques corporelles. Ainsi le culte du corps se présente comme l'univers d'un hédonisme ascétique qui implique une prise de risque, support par excellence d'une expérience poly-sensuelle.

« Montrer un décolleté séduisant, admirer dans son miroir ses jolis seins… fait partie des plaisirs que chaque femme peut imaginer (…) La chirurgie esthétique donne un sérieux coup de pouce à la séduction. »
[Santé Magazine (2) : 60-61]

7Quant aux pratiques à risque véhiculées par les magazines adressés à la population masculine, elles éclairent la quête des émotions d'un autre point de vue. Des images de la neige sur fond de ciel jusqu'aux vagues océanes le mythe d'Ulysse (Pociello, et al. 1987) s'actualise et le besoin d'oxygène et de conquête des grands espaces glorifie « le mâle et l'éternel changement ». Les épreuves à risques prennent le relais, la « peur  » et la « violence  » sont recherchées :

« Body-Board, mini-surf pour maxi-sensations (…) sans grands risques pour le débutant, le board est moins tendre avec les champions ! Vous pouvez même lui commander de réaliser des figures à couper le souffle. »
[FHM.(7) : 25-26]

8Au sein de ce discours médiatique qui célèbre le corps, l'usage de l'émotion peut avoir deux fonctions. Tantôt il vise à exprimer une identité sociale qui se plait à incarner le mythe d'Icare modernisé (autrement dit, les « hommes d'action  » saisis par le vertige de la réussite). Il peut avoir également une visée thérapeutique. Dans ce deuxième cas, exposer publiquement des trajectoires corporelles déviantes, revient à promouvoir une sorte de thérapie médiatique.

« Elle fut surnommée Ourasi à cause de sa dentition et d'un postérieur grand comme la porte d'Aix. Elle n'a jamais eu la moindre promotion et c'est évidemment parce qu'elle était laide. »
[Cosmopolitain (5) : 59]

9En effet, les rubriques des magazines fournissent souvent des récits biographiques de ce type, destinés à illustrer un code de conduite qui convient moralement aux "stigmatisés". La diffusion de ces catégories stigmatiques commence par un inventaire d'" erreurs ", à la mesure des écarts commis par rapport aux normes véhiculées. L'expansion de ces inventaires tend donc à engendrer des besoins, des attentes, des insatisfactions et des " complexes " et c'est en ce sens qu'elle tend à alimenter un mal-être généralisé. De fait, le discours médiatique produit une sorte de topographie émotionnelle collective, incitant le lectorat à développer des techniques corporelles précises de prise en charge de soi. La "déviance" esthétique souvent citée comme base de moquerie, motif de licenciement et/ou raison d'échec sentimental, se situe donc à mi-chemin entre la réprobation morale et l'expressivité émotionnelle. Ce faisant elle consolide l'émergence d'un ethos somatique qui tolère la différence mais ne la respecte pas.

« Il y a un vrai handicap sur lequel on ne peut rien : l'âge (…) elle a été licenciée pour acné persistante (…) Vraie raison : elle n'avait plus l'âge requis. Passé 38 ans on est rangé (…) L'idéal alors ? “Avouer la quarantaine mais en paraître 34”, confie un chasseur de têtes. Vous savez ce qui vous reste à faire ! »
[Femme Actuelle (5) : 59]

10Il va sans dire que l'objectif ultime de ce discours est d'amener les lecteurs à mettre en application les valeurs et les normes qui sous-tendent le culte du corps, autrement dit, à se conduire convenablement. En ce sens, excellence physique et "déviance" esthétique constituent deux composantes d'un seul et unique système médiatique visant à la propagation des mêmes codes d'esthétisme. Dans cette perspective les modèles médiatiques de beauté, en multipliant les occasions des rappels à l'ordre, visent à faire valoir un ethos intransigeant comme arbitrairement légitime à un moment donné – c'est-à-dire comme allant de soi.

« De plus en plus fréquente cette intervention (lifting) est simple et rapide à réaliser. Elle permet un réel rajeunissement de tout le haut du visage. Il ne faut donc pas s'en priver. »
[Santé Magazine (2) : 58]

11Si ce dernier extrait esquisse la place que le discours médiatique réserve à l'émotion, il laisse aussi paraître une répression de plus en plus forte de nos pulsions, ainsi que leur canalisation par des dispositifs de prise en charge du corps qui impliquent un renforcement de l'auto-contrôle. Au sein de ces dispositifs qui en appelle au volontarisme, la notion de la "culpabilité" occupe une place centrale. Dans la mesure où tout ce qui s'écarte de la norme n'est plus un "handicap" de la nature, mais la conséquence d'un manque de volonté, l'imperfection esthétique se présente comme source de mal-être et de culpabilité. C'est en ce sens que les émotions se reconnaissent comme un repère explicite de l'action. L'individu n'a plus le droit de se contenter des dons de la nature, il doit les « corriger  », les « arranger  », les « mettre en valeur ». De la sorte, les pratiques de prise en charge du corps qui impliquent des risques (chirurgie esthétique, consommation des stéroïdes, régimes draconiens, etc.) s'élèvent au rang du devoir, le fuir équivaut à une rupture délibérée, un congé donné à la vie sociale. C'est au creux de cette logique médiatique que vient s'ancrer le caractère inéluctable des pratiques corporelles proposées ; et c'est en ce sens que cette culture somatique promue par les médias sert de base à l'analyse sociologique des émotions, puisqu'elle appelle à une incorporation des contraintes - processus éducatif et non pas biologique.

12Ce processus d'intériorisation des contraintes, qui articule travail émotionnel et prise de risques, se retranscrit dans les opérations chirurgicales à but esthétique. En offrant une série d'informations partielles et/ou fausses, la presse incite ouvertement son lectorat à franchir le pas de la chirurgie cosmétique.

« Osez la lipo (…) Aujourd'hui la lipoaspiration a fait ses preuves. Elle est même devenue la première intervention esthétique pratiquée dans le monde. Pourquoi pas vous ? »
[Elle (1) : 50]

13Les effets postopératoires s'altèrent ou bien leur exposition s'oublie : « L'intervention (lipoaspiration) totalement indolore et sans effets secondaires. » [Biba (9) : 94-97]. Ainsi, paralysie des sens pendant plusieurs mois, ballonnements, colorations de la peau, port de panty, cicatrices, risques de brûlures etc. se baptisent normalités banales et insignifiantes.

« Après la séance (avec laser ultra pulsé CO 2) votre peau va rougir et se couvrir de petites croûtes. C'est la rançon du succès ! Il faudra compter environ 10 jours pour être "visible"… »
[Top Santé (3) : 77]

14Le message est clair : l'œuvre charnelle ne prend corps que sous le regard admiratif de l'autre, quand elle est reconnue comme réalité esthétique "légitime". C'est dans ce sens que le discours médiatique peut être qualifié comme une "entreprise de morale" (Meidani, 2006). Ce qui est entrepris, c'est bien la création de l'organisation morale des émotions, dans ses codes du "bien" et du "mal". Si cette "entreprise de morale" se désintéresse des risques liés à la santé, c'est parce qu'en son sein les moyens employés importent peu devant les fins visées (Becker, 1985). « On ferait n'importe quoi pour avoir une peau impeccable.  » [Jeune & Jolie (1) : 19]. Ces éléments se retrouvent également au sein de la thématique alimentaire qui, à son tour, met en relief le processus d'intériorisation des contraintes et la primauté accordée aux questions esthétiques aux dépens de la santé. Techniques et produits sauveurs se présentent comme gages des « solutions miracle », supports de la gestion émotionnelle dans la production pharmacologique de soi :

« D'autres vivent en état de frustration permanente, se refusant douceur et bons petits plat (…) Pour la prévention des kilos de trop, c'est un vrai miracle (la publicité se réfère à un alicament) »
[Top Santé (3) : 34]

15Si ces pratiques alimentaires, largement soutenues par un activisme anti-poids, envahissent les rubriques des magazines adressés à la population féminine, au sein de la presse masculine une signification purement sexuelle est attribuée aux aliments, faisant ainsi appel à une histoire collective lointaine qui associe étroitement « joies du ventre et du bas ventre  » [FHM (4) : 25]. Rites alimentaires et sexuels semblent se structurer de façon identique : préliminaire, plat principal, dessert - mêlant ainsi les plaisirs de la chair et de la chère. Tout consisterait à dire que dans nos sociétés médiatisées et médiatiques, nous assistons à un besoin d'expression émotionnelle qui ne peut se satisfaire que là où il était jadis réprimé, en laissant de côté toute allusion aux risques ou en s'adonnant allégrement à leur remaniement symbolique.

L'expression publique des émotions dans les lieux du culte du corps : éléments d'analyse microsociologique

16Au sein du discours médiatique, la promotion des corps hédonistes tendrait à définir ce que doit être le bon usage des corps "légitimes" non seulement dans le rapport à soi mais aussi dans le rapport à l'Autre. Notre étude ethnographique dans les Centres de Remise en Forme (C.R.F) confirme ce constat qui rejoint la thèse de M. Nussbaum (2001), selon laquelle la matière des émotions renvoie à des liens entre les personnes. Entre perception et représentation des pratiques corporelles et des risques entrepris, les émotions qualifieraient donc des relations, et non pas seulement des états mentaux ou physiques situés dans le chef des individus. Et c'est bien leur nature relationnelle qui trace les contours de leur valeur explicative en matière de pratiques corporelles à risques. À ce propos, les fameuses "cures" – terme employé par les culturistes pour désigner la consommation d'anabolisants – fournissent des exemples saisissants.

« C'est des gens qui prennent des risques plutôt pour épater la galerie, pour crâner. Le fait de prendre des anabos ça leur permet de jeter un peu plus à la face des autres. Ça m'avait choqué que ça soit aussi facile. J'étais un peu naïf, pour moi les gens qui en prenaient c'était que des gens qui faisaient de la compétition… Alors que là je me suis aperçu que, que le commun des mortels qui fait un peu de musculation hop, il prend des produits, histoire de dire : “je vais être un peu plus beau”… »
(Thierry, 21 ans, étudiant, célibataire)

17Si le passage à l'acte concernant la consommation de ces produits chimiques peut se faire avec autant de facilité, c'est parce que les liens sociaux entre culturistes – expression par excellence d'une sociabilité active – élaborent un ethos qui fait d'un certain esthétisme le référent du bien-être.

« Les gens au club qui me voyaient avec une telle qualité musculaire, ils me voyaient dopé… et ça, ça m'a fait mal ! Parce que j'en ai chié au niveau de l'entraînement et de l'alimentation pour arriver là. J'étais tellement sec que les gens disaient : "ouais, c'est facile, il prend des produits" ; et pour moi c'était vraiment dur. C'est pour ça que la période où j'ai essayé la petite cure, à la rigueur, je repensais à tout ça : “ouais, ce n'est pas naturel”, tout ça… et à la limite, j'avais moins de scrupules. »
(Jean-Pierre, 33 ans, éducateur sportif, vivant en concubinage)

18Ces comportements paroxystiques sont aussi construits par rapport à des références normatives explicites, qui montrent bien l'impact de la presse sportive sur les choix de ces culturistes abonnés à un ou plusieurs magazines de sport. Quoi qu'il en soit, et indépendamment du culturisme, les activités sportives véhiculées par les C.R.F. font exister une forme de tension génératrice d'états d'excitation. Si de tels états peuvent être tolérés, et même valorisés dans les sociétés contemporaines, c'est qu'ils illustrent parfaitement le principe de l'autocontrôle (Elias, 1987b). Les tensions engendrées par les activités sportives sont toujours définies par des règles précises, qui les maintiennent à un niveau strictement mimétique, permettant toutefois de maximiser le degré d'émotion (Fassin, Memmi, 2004). Dans un cours d'aérobic, par exemple, la musique et le rythme d'entraînement doivent provoquer une émotion maximale qui permet aux pratiquants d'être "pris au jeu". Les adhérents attirent souvent l'attention sur le fait que le sport leur permet non seulement de libérer des tensions quotidiennes (c'est la fameuse fonction cathartique du sport), mais aussi de restaurer cette dose de tension indispensable à leur équilibre (Elias, 1987a).

« Je pense que d'autres gens te le diront aussi, le sport pour moi c'est une drogue. Je dois m'entraîner tous les jours pour tenir. Parfois j'y vais même le dimanche. C'est un besoin, ça me manque. »
(Pierre, 34 ans, employé chez F. Télécom, marié)

19Cette recherche des sensations fortes se retranscrit également dans les pratiques de marquage corporel. À l'encontre d'un ordre social conventionnel qui laisse peu de place aux éclats émotionnels, les pratiques du "body art", offrent un excellent moyen de résistance, susceptible de déranger le regard, de « briser la sécurité du spectacle » (Le Breton, 1999 : 43), de remettre en question le prêt à penser, parfois même, de troubler l'ordre de l'interaction.

« Je crois que ç'a été un premier contact avec le gens, ça m'a aidé à m'exprimer. Les gens ne s'apercevaient pas de ma rébellion et par rapport à ça… ça se voyait si tu veux : “oui, voilà, je suis rebelle, je ne suis pas bien dans ma peau, je veux mourir, est-ce que vous voulez bien m'aider ?” »
(Laure, 19 ans, étudiante, célibataire)

20Pour ces marquages corporels à tonalité thérapeutique, la quête de la douleur physique vient annuler la douleur émotionnelle du passé. Moyen de purification personnelle, la souffrance qu'impliquent ces pratiques d'ornement du corps permet la genèse d'un "nouveau" moi. C'est en tenant compte de ce constat que nous devons chercher à comprendre l'engouement de ces techniques de décoration corporelle, et ceci malgré la campagne alarmiste de la part du corps médical à ce sujet. Quoi qu'il en soit pour la population qui s'adonne à ces pratiques, la mise en danger n'équivaut pas à une prise de risque.

21Il en est de même pour les personnes qui franchissent le cap de la chirurgie esthétique. Si le passage sous le scalpel implique une violence considérable à l'encontre du corps, la mise en scène des résultats esthétiques obtenus cherche (à l'opposé du Body Art) à éviter les situations dans lesquelles les tensions s'expriment pleinement.

« Pour les autres c'est plus agréable. Tu es plus à l'aise avec les gens et les gens sont plus à l'aise avec toi. Moi quand je me suis fait opérer des dents, ce n'était pas forcement laid mais pour moi ce n'était pas joli, donc il le fallait (…) je me suis fait aussi recoller les oreilles quand j'avais 18 ans, c'était par souci de liberté, pour être dans la norme. »
(Alain, 37 ans, maître de conférence, célibataire)

22« La discrétion est le privilège aristocratique du banal » (Le Breton, 1999 : 299). Tel est l'objectif de cette chirurgie esthétique du mieux paraître : garantir la discrétion, assurer la banalité du spectacle. Néanmoins cette quête n'est pas privée de charge émotionnelle. Choisir une forme physique devant l'écran d'un ordinateur, et croire découper son corps sur mesure, implique des tensions spécifiques. Au-delà de toute définition médicale des risques liés à l'opération, le danger décrit par les sujets interviewés renvoie à la peur de ne pas se reconnaître dans le reflet de ses nouveaux traits.

« L'intervention sous les yeux m'a montré que ça transformait quand même beaucoup. Je croyais me retrouver moi et ne pas me reconnaître dans la glace ç'a été… Cette différence je l'ai mal supportée… En fait, j'avais les yeux en amande et le fait d'enlever les poches ça m'a arrondi l'œil. »
(Céline, 49 ans, infirmière, mariée, 2 enfants)

23Lorsque cette rupture avec soi précède l'acte chirurgical, ce dernier s'inscrit dans la chirurgie du mieux être (Meidani, 2005). Des vocables tels que "dépression" ou "obsession" qui reviennent régulièrement dans le récit de cette population en témoignent. Dans ces cas, le corps non seulement n'arrive pas à s'effacer dans le rituel communicationnel mais devient la source d'une souffrance morale continuellement ranimée. Tous les aléas, toutes les collisions des échanges interindividuels, sont interprétés par le sujet comme l'expression directe de sa différence physique stigmatisée.

24Dans cette perspective, en franchissant le pas de la chirurgie, le sujet recherche des formes corporelles par lesquelles se produit son intégration normative mais aussi et, surtout, sa cohésion identitaire (Kaufmann, 2001). À partir de cette définition, il apparaît clairement que l'incorporation d'un habitus esthétique produit des effets, en dehors même de la sphère du cosmétique et des pratiques corporelles strictement circonscrites.

25Les pratiques alimentaires des personnes souffrant du syndrome boulimico-anorexique confirment, à leur tour, cette thèse. Pour cette population, l'alimentation s'élève au rang d'un remède anesthésique en répliquant à tout ce qui peut être vécu comme tension, tant au niveau professionnel qu'au niveau familial ou sentimental. La spécificité de ce qui est éprouvé importe peu, seule l'intensité semble avoir de l'importance. En effet, les sujets interviewés avouent "replonger" indifféremment lorsqu'ils sont affligés, s'ennuient, sont joyeux ou stressés. Incapables d'assumer leurs états émotionnels, ils répondent alors par l'accomplissement d'un acte violent, un acte-symptôme.

« Je n'arrive pas à craquer comme les autres, à m'énerver, à envoyer les autres balader. Et bien je me réveille la nuit, j'ouvre le frigo et les placards et j'avale n'importe quoi (…) La nuit de mardi à mercredi, j'ai du avaler 2 kilos de chocolat en 1 heure ! »
(Marie-Julie, 26 ans, étudiante, célibataire).

26Si la crise boulimique s'élève au rang des techniques de restauration émotionnelle immédiate, le prix à payer est lourd à long terme. Cette « toxicomanie sans drogue » (Douglas, Gross, 1981 : 17), induit un rapport régressif avec soi, amarré sur la répugnance, l'écœurement, la souffrance narcissique et la mésestime.

27Sans appui face à l'impasse, ces sujets cherchent à mettre en place des stratégies d'ajustement, à même de gommer les débauches alimentaires et la charge émotionnelle qui les sous-tend. Plus la stratégie d'ajustement est adaptée, autrement dit plus la réaction annulative qu'elle entraîne est complète et immédiate (tant au niveau physiologique qu'émotionnelle), plus le rapport de dépendance acquiert des dimensions menaçantes. À ce sujet, les vomissements constituent une stratégie préférentielle. Si l'ensemble de nos interviewés énumère les risques qu'impliquent les vomissements au niveau de sa santé, ces risques ne semblent pas dessiner le véritable danger pour le sujet. Car se faire vomir ce n'est pas seulement une manière de se soustraire du danger des kilos superflus, c'est aussi rejeter ce dont on refuse l'incorporation, une manière de se défaire de la pathologie de l'acte. Dans ce sens le vomissement devient une opération nécessaire à la liquidation de la charge émotionnelle qu'impliquent ces troubles et, ce faisant, elle se lève au rand des stratégies adaptatives d'une efficacité exemplaire.

28Pour conclure, comprendre les raisons qui font que les individus ne se conforment pas aux consignes médicales qui leur sont faites et s'inventent des réponses adaptées aux risques qu'ils perçoivent, revient à prendre en compte la charge émotionnelle que leurs pratiques corporelles impliquent. Par ailleurs, cela permet d'analyser l'élaboration individuelle et collective des émotions. Située dans le registre de la prise de risque, cette élaboration résulte des contraintes sociales en matière de corporéité, de leur intériorisation et surtout de ce qui y résiste, de l'opposition du paraître à l'être, de l'objectivité à la subjectivité, du dit au non-dit.

Haut de page

Bibliographie

Becker H.S., Outsiders, Paris, Métailié, 1985.

Douglas M., Gross J., "Food and Culture: Measuring the intricacy of rule systems", Social Science Information sur les Sciences Sociales, vol. 20, n°1, 1981 : 1-35.

Elias N., La civilisation de mœurs, Paris, Fayard, 1987a.

Elias N., La société des individus, Paris, Fayard, 1987b.

Fassin D., Memmi D. (dir), Le gouvernement des corps, Paris, EHESS, 2004.

Calvez M., La prévention du sida. Les sciences sociales et la définition des risques, Rennes, P.U.R., 2004.

Kaufmann J-C., Ego. Pour une sociologie de l'individu, Paris, Nathan, 2001.

Le Breton D., L'Adieu au corps, Paris, Métailié, 1999.

Meidani A., Les fabriques du corps, Toulouse, PUM, 2006 (à paraître).

Meidani A., Différence "honteuse" et chirurgie esthétique : entre l'autonomie subjective des sujets et l'efficacité du contexte normatif, Déviance et Société, vol. 29, n°2, juin 2005 :167-179.

Nussbaum M. [2002], "Emotions as Judgments of Value and Importance", Reprinted in Robert Solomon, Thinking About Feeling, New York and Oxford : Oxford University Press, 2004 : 183-199.

Pociello C., Andreff W., Augustin J.P., Sport et Société, approche socioculturelle des pratiques, Paris, Vigot, 1987.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anastasia Meidani, « Corporéités "déviantes", gestion des émotions et prise de risques », Face à face [En ligne], 8 | 2006, mis en ligne le 01 avril 2006, consulté le 23 juin 2017. URL : http://faceaface.revues.org/243

Haut de page

Auteur

Anastasia Meidani

Doctorante, rattachée au Laboratoire du CIRUS/CERS (Centre d'Étude des Rationalités et des Savoirs), UMR 5193 – CNRS / Université de Toulouse II.
Mail: ameidani@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org