Navigation – Plan du site
Dossier

L'hermaphrodite dans le cabinet du médecin, de la fin du XVIIIe au XXe siècle

Magali Le Mens

Résumé

Le XIXe siècle s'est intéressé avec insistance à la question de l'hermaphrodisme et de l'ambiguïté sexuelle. De nombreux cas, depuis le XVIIIe jusqu'au milieu du XXe siècle, ont été observés au plan de l'anatomie et de la physiologie et questionnés sur l'orientation de leurs désirs. Autour de ces cas extrêmes et étranges, les médecins ont âprement débattus. Leurs récits soulignent à quel point il était difficile pour eux aussi de se situer en tant qu'individu sexué, face à un patient au genre indéfinissable.
Dans le cadre de recherches engagées en histoire de l'art et de la photographie, on se demandera comment l'émotion interfère dans l'interprétation et le fondement du jugement du médecin pour déterminer l'assignation du patient dans l'un des deux sexes. Il sera intéressant de voir aussi comment l'émotion est engendrée par une certaine conception idéologique de l'hermaphrodisme, devenue obsolète dans les premières années du XXe siècle. Cette question sera évaluée dans une perspective historique, à partir de quatre types de documents. Les nombreuses observations cliniques des médecins sont une mine de renseignements sur les émotions contradictoires éprouvées par le corps médical : l'hermaphrodite fait sortir les médecins de leur réserve. L'exceptionnel document qu'est le journal d'un hermaphrodite du XIXe siècle, réédité par Michel Foucault en 1978, ainsi que les photographies d'un hermaphrodite par Nadar, nous permettront aussi d'analyser l'émotion du patient soumis à un examen crucial, ainsi que sa propre perception du trouble du médecin. Enfin, la littérature « médico-libertine », comme la définissait Michel Foucault, inspirée d'observations réelles, nous fera prendre la mesure de l'expression des fantasmes des auteurs, eux-mêmes médecins.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour des informations concernant l'hermaphrodisme et sa formation voir Laqueur T., Dromurat Dreger (...)
  • 2  Il est bien évidemment très difficile d'accéder à des statistiques historiques précises, cependant (...)

1Le XIXe siècle s'est passionné pour la question de l'hermaphrodisme et de l'ambiguïté sexuelle1. De nombreux cas2, depuis le XVIIIe jusqu'au milieu du XXe siècle, ont été observés au plan de l'anatomie et de la physiologie, autopsiés le cas échant, et questionnés sur leurs attirances sensuelles. Autour de ces cas extrêmes et étranges, les médecins ont âprement débattu. Leurs observations et le récit de leurs rencontres professionnelles avec de tels individus montre à quel point il était difficile pour eux aussi de se situer en tant qu'individu sexué, face à un patient au genre indéfinissable. Or, la « vertu première » demandée aux médecins était « l'impassibilité », « devant le mal qu'il doit méthodiquement analyser » expliquait Victor Segalen. Cette impassibilité est plutôt « un entraînement spécial à transformer le ressentiment émotif en notions intellectuelles, à changer automatiquement les images concrètes – terrifiantes à l'état d'images – en éléments abstraits de diagnostic, éléments intéressants mais non plus émouvants » (Segalen, 1902 : 22). Segalen remarquait cependant, que « l'impassibilité médicale » était « loin d'être absolue » (Ibid : 83).

2Devant l'émotion perceptible dans les écrits des médecins ou des sujets, on peut se demander comment celle-ci interfère dans l'interprétation et le fondement de leur jugement pour déterminer l'assignation du patient dans l'un des deux sexes. Il sera intéressant de voir aussi comment l'émotion est engendrée par une certaine conception idéologique de l'hermaphrodisme, devenue obsolète dans les premières années du XXe siècle.

Situation rare et extraordinaire

3En 1842 Girdwood, un médecin anglais, était appelé en catastrophe par l'un de ses amis ayant de fortes suspicions sur l'identité sexuelle de sa cuisinière, qui se révèlera être un cas d'hermaphrodisme. La maisonnée de son ami était chamboulée : la jeune maîtresse de maison étant de plus dans un état de grossesse avancée et les autres domestiques proches de la révolte : « En fait la famille était (…) autant dans un état de famine que de mutinerie, toute la nourriture susceptible d'avoir été touchée par la main d'une personne sur laquelle pesaient de telles suspicions avait été répudiée, parce que contaminée par le contact de l'abomination. » (Girdwood, 1869 : 640). Arrivé sur place, le médecin fut étonné de rencontrer une personne timide et sensée au lieu d'un impossible individu responsable d'attentats à la pudeur sur la femme de chambre qui partageait son logis.

4L'émotion de la découverte d'un cas si étrange entraîne panique rejet et suspicion : le danger provoqué par une ambiguïté sexuelle suspectée se muant alors en contagion alimentaire. Le médecin au contraire, s'avéra flatté d'être appelé à expertiser un cas rare et si intéressant.

5Ces cas rares sont intéressants pour la science, au XIXe siècle. Ils permettent notamment d'aider à déterminer comment se forment les sexes. Mais ils intéressent d'abord la société entière, en raison de tous les enjeux qu'implique l'existence d'individus à l'identité sexuelle ambiguë, pour lesquels il s'avère difficile de déterminer un sexe véritable. Le célèbre et brillant médecin Ambroise Tardieu, que les Goncourt qualifient d'« autopsiste de tous les sadismes de la société » estime qu' « à tous les points de vue, moral, physiologique et social, ces faits sont de nature à intéresser vivement le philosophe et le médecin » (Tardieu, 1874 : 1), notamment sur le plan de l'état-civil et de la législation. Car « la détermination du sexe est une question grave (…) elle influe sur toute la direction de la vie, sur la nature des rapports de famille, sur les droits et les devoirs sociaux… » (Guermonprez, 1892 : 251). C'est pourquoi « les questions de ce genre ne laissent pas d'être embarrassantes » (Lucas-Championnière, 1885 : 66) pour les médecins eux-mêmes. Face à de tels cas, certains sont stupéfaits voire effarés, et d'autres, conscients de la rareté du sujet auquel ils ont à faire se sentent investis d'une grande responsabilité.

6Si le témoignage des médecins est relativement facile à trouver, leurs remarques personnelles affleurant en effet dans leurs écrits, celui des sujets hermaphrodites l'est beaucoup moins. C'est Ambroise Tardieu qui avait publié en 1872 pour la première fois le journal d'un hermaphrodite trouvé à son chevet alors qu'il venait de se suicider. Michel Foucault avait publié à nouveau ce journal en 1978, accompagné des documents qui l'authentifiaient sous le titre Herculine Barbin dite Alexina B.. Le témoignage d'Alexina est d'un intérêt capital : « Les combats et agitations auxquels a été en proie cet être infortuné, explique Tardieu, il les a dépeintes lui-même dans des pages qu'aucune fiction romanesque ne surpasse en intérêt. » Le médecin soulignait combien ce journal contenait un accent « particulier de sincérité et d'émotion saisissante » (Tardieu, op. cit. : 62).

Examen du médecin

7L'examen du médecin est un acte crucial, il va déterminer la vie future du patient qui souvent est appelé à changer de genre sexuel. L'examen est donc un moment de forte tension où peuvent s'exprimer l'émotion du patient comme celle du médecin.

8On trouve dans le journal d'Alexina la description de la visite du premier médecin qui l'examine, le trouble mutuel est palpable, le médecin de campagne s'avère paniqué, il n'en croit pas ses yeux ni ses mains. Alexina était alors institutrice dans une pension de jeunes filles. Le médecin du village est appelé à son chevet pour des douleurs violentes qui se révèleront être la descente de ses testicules. Le médecin est tellement effaré par ce qu'il vient de découvrir qu'il est pris de panique et ne sait comment réagir. Au lieu de régler le problème, il diffame Alexina en conseillant sans raison valable à la directrice du pensionnat d'éloigner au plus vite cette institutrice sans plus d'explication : « Épouvanté du secret qu'il avait surpris, il préféra l'ensevelir à jamais ! » (Journal d'Alexina, 1978 : 81). Cette attitude sera jugée d'ailleurs inqualifiable par le deuxième médecin qui examinera Alexina : « Ce qui me surpasse, c'est que mon confrère (…) se soit compromis jusqu'à vous y laisser aussi longtemps, sachant ce que vous êtes » (Ibid. : 91).

9Alexina raconte que pendant la visite elle « l'entendai[t] pousser des soupirs, comme s'il n'eût pas été satisfait de son examen. » L'émotion du médecin s'intensifie avec ses nouvelles découvertes :

« Debout près de mon lit, le docteur me considérait avec une attention pleine d'intérêt. Des exclamations sourdes lui échappaient dans le genre de celle-ci : “Mon dieu ! serait-ce possible !” (…) Mes vêtements en désordre laissaient voir la partie supérieure de mon corps ! La main du docteur s'y promenait indécise, tremblante, jusqu'à l'abdomen, siège de mon mal. (…) Il s'assit alors près de moi, insistant doucement pour que je reprisse du courage ; il en avait sans doute besoin lui-même. La décomposition de son visage trahissait une agitation extraordinaire. “Je vous en prie, lui dis-je, laissez-moi. Vous me tuez ! –Mademoiselle, je ne vous demande qu'une minute, et ce sera fini.” Déjà sa main se glissait sous mon drap et s'arrêtait à l'endroit sensible. Elle s'y appuya à plusieurs reprises, comme pour y trouver la solution d'un problème difficile. Elle ne s'arrêta pas là !!! Il avait trouvé l'explication qu'il cherchait ! Mais il était facile de voir qu'elle dépassait toutes ses prévisions ! Le pauvre homme était sous le coup d'une émotion terrible ! Des phrases entrecoupées s'échappaient de sa gorge, comme s'il eût craint de les laisser passer. J'aurai voulu le voir à cent pieds sous terre !!! »
(Ibid. : 78)

  • 3  Sohn A. M., Du premier baiser à l'alcôve, la sexualité des Français au quotidien, 1850-1950, Paris (...)
  • 4  Nadar, série de 9 photographies sur un cas d'hermaphrodisme : l'Hermaphrodite, vers 1860, cabinet (...)

10Les travaux des historiens comme Anne-Marie Sohn3, ont montré comment les médecins de campagne de l'époque, affecté par la pudeur de leur patientes, notamment en cas de virginité supposée, ne pratiquaient pas l'examen des parties génitales. La pudeur dite « toute féminine », habitude d'éducation chez les sujets féminins, est soulignée par les praticiens à propos des hermaphrodites. Cette pudeur qui vise à protéger son corps des regards extérieurs, s'exprime par un geste qui cache le visage comme le fait le sujet photographié par Nadar4.

« Il n'est pas également en mon pouvoir de rendre compte de ce qui s'est passé dans son état moral » disait le docteur Worbe à propos de Marie, femme jusqu'à 22 ans, puis finalement reconnue comme homme. « Marie conserve encore beaucoup de cette pudeur virginale qui sans doute a été cause qu'il s'est longtemps ignoré lui-même. Interrogé avec toute la délicatesse possible, sur ce qu'il éprouvait lorsqu'il était couché avec des filles, (…) si la curiosité ne le portait pas à savoir ce que l'occasion lui permettait si facilement d'observer, il répondit en rougissant : quelquefois, mais je n'osais pas. »
(Worbe, 1815)

11Le traducteur d'un rapport sur un cas d'hermaphrodisme du début du XIXe siècle recommandait d'ailleurs aux médecins d'abandonner toute pudeur qui puisse les gêner dans la connaissance anatomique de l'hermaphrodite :

« on ne doit point, ce me semble, être retenu par une fausse pudeur ; autant il importe pour approfondir la matière de tout tenter, autant il est nécessaire de ne rien laisser ignorer de ce qui peut être dit, surtout quand on écrit dans une langue qui n'a point proscrit, comme la nôtre les expressions du langage érotique et anatomique en leur substituant, comme nous l'avons fait, des tours de phrases d'une pruderie raffinée qui n'est pas toujours l'annonce certaine de l'austérité des mœurs. »
(Tonni et alii., 1802 : 13)

12C'est aussi ce que dira à Alexina le deuxième médecin – un médecin de ville – qui l'examine :

« Si j'ai besoin de voir, j'ai aussi besoin de tout savoir. Le moment est grave pour vous, plus que vous ne le pensez peut-être. Je dois pouvoir répondre de vous en toute sécurité (…) devant la loi, qui en appellera à mon témoignage. »
(Journal d'Alexina, op. cit.  : 89).

13L'émotion de ce médecin qui examine Alexina, trahit un intérêt professionnel conscient de la rareté du cas : « il avait compris toute la gravité de la mission qui lui était confiée. Elle le flattait dans son orgueil, parce que, assurément, c'était la première qui lui arrivât de ce genre, et je dois dire qu'il était à la hauteur. » D'ailleurs, Alexina marque la différence :

« Ce n'était pas ce qu'on appelle un médecin généralement répandu : mais c'était un homme de science dans toute l'acception du mot. »
(Ibid.  : 89)

Approche clinique

14Dans l'examen clinique, une certaine sensibilité entre en jeu. Michel Foucault rappelait que l'approche clinique lors de l'examen est une « expérience de sensibilité concrète » (Foucault, 1963 : 121). Le tact est un acte sensible, « le coup d'œil du médecin », l'emporte souvent « sur la plus vaste érudition et sur la plus solide instruction », elle est pour Jean-Baptiste Bouillaud – autre médecin confronté à un cas d'hermaphrodisme – « le résultat du fréquent, méthodique et juste exercice des sens, d'où dérivent cette facilité dans l'application, cette prestesse dans le rapport, cette sûreté si rapide quelquefois dans le jugement, que tous ces actes semblent simultanés, et dont on comprend l'ensemble sous le nom de tact » (Bouillaud, 1836 : 131).

Révélation

15Dans tous les cas recensés pour le XIXe siècle, se présentent deux cas de figures : le patient vient consulter un médecin à la suite d'une suspicion à propos de ses parties génitales ou bien la découverte de l'ambiguïté du sexe se fait fortuitement au hasard d'une consultation. Dans un cas comme dans l'autre, la révélation de l'hermaphrodisme du patient va bien souvent de pair avec un impératif de changement de sexe, le sexe assigné à la naissance s'avérant « faux ». Cette révélation a de quoi surprendre, stupéfier et bouleverser les intéressés « et ce n'est ni sans difficultés, ni sans troubles, ni sans périls, qu'ils rentrent dans leur sexe véritable, quand leur état civil vient à être vérifié » (Tardieu cité par Guermonprez, op.cit. : 268-269).

16Juste après l'entretien avec le médecin qui établit le fait qu'elle sera désormais du sexe masculin, Alexina décrit ainsi son état d'esprit : « J'étais troublé de façon à ne pouvoir répondre ; mon imagination en délire ne pouvait pas s'arrêter à une idée sérieuse, réfléchie. Par instants je me demandais si je n'étais pas le jouet d'un rêve impossible. Ce résultat inévitable (…) m'effrayait maintenant comme une énormité révoltante. » (Journal d'Alexina, op. cit. : 91).

17Lorsque le docteur Worbe rend ses conclusions à Marie, au-delà de sa surprise, vient l'émotion : « Marie versa des larmes en abondance. (…) Il fallut plusieurs mois pour accoutumer absolument Marie à l'idée qu'elle n'était pas femme. (…) Aujourd'hui Marie est tout à fait rendue à l'état d'homme. Une année ne s'est pas encore écoulée depuis sa métamorphose, qu'il est regardé comme un des meilleurs cultivateurs du canton. Les habitants de Bu et des environs se sont accoutumés à son nouvel état : on n'y pense pas, on n'en parle plus. » (Worbe, op. cit.). Dans le cas de Marie qui vit dans un environnement protégé, les choses se passent particulièrement bien, c'est son ancien soupirant qui l'introduit en toute camaraderie dans le cercle des jeunes garçons du village.

  • 5  Tuffier T. et Lapointe A., « L'hermaphrodisme ses variétés et ses conséquences pour la pratique mé (...)

18Ce n'est pas toujours le cas, au début du XXe siècle, où on classe les hermaphrodites parmi les « dégénérés » et autres classes dangereuses. Tuffier et Lapointe soulignent l'importance de cette annonce : « N'oublions pas, d'autre part, que la révélation n'est pas toujours sans danger. La mentalité des hermaphrodites est souvent mal équilibrée et la conscience de leur difformité en a conduit quelques-uns à la neurasthénie, à la folie et au suicide. Il y a lieu d'être prudent avant d'apprendre à un hermaphrodite la vérité sur son anomalie, et la discrétion nous paraît recommandable, au moins d'une façon générale. »5. D'ailleurs, leur patiente a du mal à les croire lorsqu'ils lui affirment qu'elle appartient au sexe opposé :

« Notre sujet fut stupéfait quand on l'informa de son sexe glandulaire masculin et déclara que nous perdions la raison. Il n'a rien changé à ses habitudes et se considère simplement comme une femme difforme, impropre au coït normal. »
(Ibid.)

19Julia-Louise-Anna, le patient de Guermonprez est réellement déboussolé quand il lui annonce que son identité sexuelle n'est pas celle qu'il croyait. De plus, pour Guermonprez, l'analyse des émotions de son patient lui sert d'outil d'évaluation et de nouvelle preuve. Pour le médecin l'émotion exprimée par son patient n'a rien de féminin, elle est même typique des codes de l'expression masculine :

« La révélation de la nature masculine de son sexe le trouble profondément, mais froidement. Il y a bien quelques sensations de défaillance, quelques respirations saccadées, angoissantes, et quelque minime ébauche de contorsions ; mais pas une larme, pas un soupir, pas le moindre vestige d'attaque de nerfs ! Il n'y a rien de ce bouleversement profond d'une vraie femme, qui se trouve en présence d'un événement qui renverse sa vie du tout au tout ! C'est une notification qui est reçue avec une émotion profonde, mais aussi avec une fermeté toute virile. »
(Guermonprez, op. cit.  : 297)

La curiosité romancée

  • 6  Goncourt E. et J. de, Journal, Paris : Éditions Robert Laffont, tome II, 1989 p. 1142.

20« Les impressions de ma vie ne sont pas de celles qu'on puisse jeter à tous les vents, disait Alexina. Il y a là des situations que peu de personnes peuvent apprécier, et certainement pour quelques gens grossiers de notre époque il y aurait matière à plus d'une sotte interprétation des faits et des choses (…). » (Journal d'Alexina, op. cit.  : 122). Et pourtant, le journal d'Alexina, une fois publié par Ambroise Tardieu a inspiré au moins trois romans que Michel Foucault qualifiait de littérature « médico-libertine ». Cette littérature particulière, en vogue à la fin du XIXe siècle était d'ailleurs appelée «   érotico-médicale »66 par les Goncourt. L'hermaphrodite d'Armand Dubarry en 1899, L'hermaphrodite au couvent, d'un certain Dr. Caufeynon, en 1905, et la fameuse nouvelle d'Oscar Panizza, Un scandale au couvent publié en 1914 s'inspirent directement du journal d'Alexina. Il est intéressant de noter que ces auteurs, mis à part Dubarry étaient médecins. Seule la qualité littéraire de la nouvelle de Panizza est intéressante, les deux autres écrits sont de très mauvais romans, dont la lecture est bien difficile. Le roman de Caufeynon, pseudonyme du Dr. Fauconey, est un mauvais plagiat arrangé, avec une sorte de pseudo-essai à la fin de l'ouvrage. Celui de Dubarry est tout aussi effroyable, les péripéties incroyables de l'hermaphrodite se déroulent sur plus de trois cent pages. En même temps ce sujet permet aux deux derniers auteurs de se délecter de « quelques scènes d'amour lesbien derrière les murs épais d'un pensionnat pour jeunes filles ». Mis à part Un scandale au couvent d'Oscar Panizza qui s'amuse avec le caractère scandaleux et inattendu de l'épisode, ces romans révèlent plus les fantasmes érotiques masculins qu'un réel intérêt pour l'étrangeté de la situation des hermaphrodites.

21D'ailleurs, pour le docteur Worbe, s'appesantir sur la curiosité à l'égard des hermaphrodites est déplacée :

« (…) ils se décidèrent à faire examiner leur fille : je fus chargé de ce soin. Pourrais-je peindre la surprise des personnes intéressées et présentes à cette visite, quand j'annonçai à Marie qu'elle ne pourrait se marier comme femme, puisqu'elle était homme ? Ce tableau flatterait peut-être une sorte de curieux ; mais ce n'est pas devant la Société de la Faculté de Médecine de Paris, que j'oserais me complaire à le détailler. »
(Worbe, op. cit.)

22L'émotion du médecin se trouve donc enfermée dans les bornes de sa discrétion professionnelle. Et cependant dans les écrits de la seconde moitié du XIXe siècle une certaine tension à l'égard des hermaphrodites est perceptible.

Mythe / sens / sensibilité

23L'estime de Girdwood envers sa patiente est palpable dans son récit, il est notamment étonné par le charme ambigu de la cuisinière : « somme toute elle pouvait être regardée comme un pas si mauvais spécimen de beauté gitane » (Girdwoord, op. cit.  : 640). La question de la beauté des sujets hermaphrodite est souvent posée par les médecins, qui ont des avis très tranchés et contradictoires. Si cette question revient c'est que les médecins prennent en considération les cas qu'ils rencontrent, mais aussi parce qu'il existe un répertoire d'œuvres d'art d'hermaphrodites et d'autres personnages ambigus dont les plus célèbres sont les sculptures d'hermaphrodites antiques. La question du caractère esthétique des cas pathologiques se greffe sur un mythe fort, véhiculé par le biais des œuvres d'art où les aspects disgracieux sont gommés.

  • 7  Soit l'attrait sexuel d'une personne pour une personne du même sexe qu'elle, l'homosexualité d'auj (...)

24Même si la littérature médicale est riche en cas d'hermaphrodites au XIXe siècle, ils sont presque toujours perçus comme des cas rares et inattendus. En effet, ces cas provoquent une remise en cause mutuelle de l'identité sexuée, puisqu'ils dérangent l'ordre sexuel établi. Cela est d'autant plus perceptible à la fin du XIXe siècle où l'on tentait de comprendre les mécanismes de l'inversion sexuelle7.

25La rareté du cas est renforcée par le versant mythique compris dans l'usage du mot hermaphrodite. La science mettra d'ailleurs tout le XIXe siècle pour débarrasser le mot de son sens mythique, et pourtant, c'est aux métamorphoses d'Ovide qu'Alexina se réfère pour expliquer comment ce qu'elle vit est plus étrange encore qu'une fiction. C'est aussi au mythe et au répertoire visuel des sculptures antiques auxquels Nadar se réfère en faisant poser son sujet à la manière d'une sculpture.

26Si l'aspect mythique vient déranger la science il offre cependant un certain réconfort qui permet d'avoir plus de prises sur la réalité, parce que le mythe donne du sens à quelque chose qui paraît absurde. Le sens du mythe en mettant ces anomalies dans la catégorie générique particulière des hermaphrodites qui formeraient une sorte de 3 e genre sexuel ou d'intermédiaire entre les sexes, permet dans un premier temps de les prendre en compte et de les classer.

Arrière-plan

  • 8  Selon la définition d'Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, admise par une majorité de médecin au XIXe s (...)

27On peut se demander dans quelle mesure l'émotion peut faire pencher le jugement du médecin et aider à sa décision ? Jusqu'aux années 1930, la recherche du sexe vrai dominait. Lorsqu'un individu présentait « quelques uns des caractères des deux sexes »88 dans des configurations parfois inextricables, il était désigné comme hermaphrodite. Mais la science était persuadée de pouvoir clairement déterminer son sexe véritable, parfois caché dans son anatomie interne et qui ne pouvait être qu'exclusivement masculin ou exclusivement féminin. On cherchait alors les traces du testicule ou de l'ovaire qui signait la certitude de l'identité sexuée. Pour de nombreux cas pourtant il était impossible soit de trouver l'un ou l'autre, soit de n'en trouver qu'un seul.

28Jusqu'au tout début du XXe siècle, la recherche du sexe vrai et stable dans lequel on rétablissait ensuite l'individu était la règle absolue. Cependant progressivement les choses ont changé, la détermination de l'identité sexuée du patient se faisant sur un ensemble de critères élargi (anatomie interne et externe des parties génitales, habitus corporel, orientation des désirs sexuels du patient, expertise de sa santé mentale et de sa moralité, etc.). Les apports de l'embryogenèse, qui démontraient comment, à partir d'une même forme embryonnaire le sexe se transformait pour devenir féminin ou masculin, avaient contribué aussi à l'évolution des conceptions sur l'hypothétique et idéologique existence d'un sexe vrai.

  • 9  La spécialisation joue probablement un rôle important dans l'apaisement de cette question, la prat (...)

29C'est le médecin Louis Ombrédanne qui, en France, a tourné le dos au sexe vrai, ouvrant dans les années 1930 une nouvelle ère en matière de savoir et de pratique chirurgicale sur les hermaphrodites : celle du sexe praticable. A Ombrédanne, spécialisé9 en chirurgie infantile, se présentait le cas d'une jeune fille, hermaphrodite gynandroïde parfaite. Elle avait globalement l'apparence d'un garçon, un utérus, des ovaires et un vagin, en même temps qu'« une verge vraiment splendide pour un sujet de 12 ans ». La logique du sexe vrai voudrait que l'individu, classé comme femme soit amputé de ce « tubercule génital », ce qui entraînerait la perte complète d'une possibilité de jouissance génitale pour l'individu. Ombrédanne affirme alors :

« “Ton corps est à toi”, a-t-on répété. Est-il juste d'admettre que tout être a droit à une certaine quantité, quelle qu'en soit la forme, de jouissance génitale ? (…) Allons plus loin encore : pouvons-nous nous demander si, éventuellement, l'amputation de cette verge ne pourrait pas constituer pour le sujet un dommage matériel, alors même que notre certitude anatomique aurait été enregistrée par le tribunal ? »
(Ombrédanne, 1933 : 13)

L'intérêt qui guide alors le spécialiste, « la directive morale du chirurgien » est « avant tout sa conscience. Il est une conscience chirurgicale, faite de l'expérience acquise, faite aussi de l'idée de justice, de l'appréciation de tout ce qui peut contribuer au bien de l'individu qui s'est confié à lui, dans la mesure où ce bien ne doit pas constituer un mal pour une autre personne. »
(Ombrédanne, 1939 : 187)

30L'attitude d'Ombrédanne est très pratique et détachée d'affects, il ne se préoccupe pas de morale sexuelle, ou d'orientation des pratiques sexuelles. Il tourne résolument le dos au sexe vrai en soulignant son obsolescence. Pour cela Ombrédanne relâche la définition de la différence des sexes, en soulignant notamment que tout individu a été hermaphrodite dans sa vie embryonnaire. L'hermaphrodisme est envisagé comme une anomalie avec laquelle le médecin fera en sorte que le patient puisse vivre normalement, tout en jouissant de ses possibilités sexuelles.

  • 10  Je reprends ici la définition d'Althusser qui définit l'idéologie comme la manière dont les hommes (...)

31On voit bien surtout qu'Ombrédanne n'envisage plus la question sous un angle idéologique10 (la forme) mais sous un angle pratique (la fonction). Le péril social ne semble plus si grand, les relations sexuelles de ces individus n'étant plus comprises comme dangereuses. Car ce qui sous-tendait le sexe vrai c'était un ordre sexuel radical où les relations entre individus étaient réglées par un système exclusif de fécondité du couple homme/femme. La présence d'individus à l'anatomie intermédiaire et réellement indéfinissable ne pouvait que faire voler en éclat la barrière infranchissable de la différence des sexes, sur laquelle les rapports de sexe étaient fondés. Il était périlleux de voir cette barrière s'émousser ou être bouleversée dans ses fondements. C'était bien l'ordre social qui était remis en cause par l'hermaphrodite, puisque la majorité des médecins de la seconde moitié du XIXe siècle souhaitaient interdire le mariage aux hermaphrodites qu'ils avaient pourtant réassignés comme homme ou femme (imparfaits cependant).

32La différence d'approche du patient et des nécessités de son existence future que l'on perçoit entre Ombrédanne et les médecins du XIXe siècle permet de comprendre que les fortes émotions manifestées par ceux-ci étaient renforcées par la crainte du désordre dans le domaine des échanges sexuels.

33Tant que la croyance en un sexe vrai et caché persistait, l'émotion était en quelque sorte instrumentalisée par un schéma de fonctionnement des sexes, qui empêchait les médecins de prendre en compte le bien-être individuel de leurs sujets.

Haut de page

Bibliographie

Bouillaud J. B., Essai sur la philosophie médicale et sur les généralités de la clinique médicale précédé d'un résumé philosophique des principaux progrès de la médecine, et suivi d'un parallèle des résultats de la formule des saignées coup sur coup avec ceux de l'ancienne méthode, dans le traitement des phlegmasies aiguës, Paris, Librairies des sciences médicales de Just Rouvier et de E. Le Bouvier, 1836.

Girdwood G.F., « On Hermaphroditism », The Lancet, december 24, 1869.

Guermonprez F. J. O., « Une erreur de sexe avec ses conséquences », Annales d'hygiène publique, Paris, Septembre octobre 1892.

Lucas-Championnière J., Journal de médecine et de chirurgie pratique, Paris, 1885.

Ombrédanne L., « Une jeune fille dans une situation difficile, Hermaphrodite gynandroïde parfaite », Extrait de la Presse Médicale, n°21, 15 mars 1933.

Ombrédanne L., Les Hermaphrodites et la chirurgie, Paris, Masson, 1939.

Segalen V., L'observation médicale chez les écrivains naturalistes, Thèse pour le doctorat en médecine, présentée et soutenue publiquement le 29 janvier 1902, Bordeaux, Y. Ladort, 1902.

Tardieu A., Question médico-légale de l'identité dans ses rapports avec les vices de conformation des organes sexuels, Paris, J.B. Baillière et fils, 1874.

Tonni, Tinelli, Paganini, Ballardi, et Siauve, Jaqueline Foroni rendue à son véritable sexe, ou Rapports, Réflexions et jugements présentés à l'Académie de Mantoue, par la classe de Médecine, sur le sexe d'un individu vivant, connu sous le nom de Jaqueline Foroni, Milan, De l'Imprimerie Française et Italienne à S t -Zeno, An X de la République Française (1802).

Tuffier T. et Lapointe A., « L'hermaphrodisme ses variétés et ses conséquences pour la pratique médicale (d'après un cas personnel) » Revue de gynécologie et de chirurgie abdominale, Paris, 1911 (01).

Worbe M., « Observations sur un individu réputé de sexe féminin, pendant 22 ans et définitivement rendu à l'état civil en vertu d'un jugement solennel », Bulletin de la Faculté de médecine de Paris, 1815, n°X, onzième année, tome IV.

Bibliographie récente

Dromurat Dreger A., Hermaphrodites and the medical invention of sex, Cambridge, London, Harvard University Press, 1998.

Foucault M., Naissance de la clinique, Paris, PUF, 1963, présenté par Foucault M., Herculine Barbin dite Alexina B., Paris, Gallimard 1978.

Graille P., Les hermaphrodites au XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Les belles lettres 2001.

Laqueur T., La fabrique du sexe, Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, 1992 (1990).

Haut de page

Notes

1  Pour des informations concernant l'hermaphrodisme et sa formation voir Laqueur T., Dromurat Dreger A. et Foucault M. dans la bibliographie. Voir aussi ma thèse d'histoire de l'art en cours de rédaction : L'androgyne et l'hermaphrodite : identité sexuelle ambiguë dans les arts plastiques (1750-2000) sous la direction de Jean-Claude Lebensztejn (Paris 1) où détaille aussi ces questions.

2  Il est bien évidemment très difficile d'accéder à des statistiques historiques précises, cependant en 1880 un médecin donnait celles-ci : « Les anomalies congénitales des organes génitaux de l'homme, et notamment la cryptorchidie et l'hypospadias, sont assez fréquentes. Sur 1 000 individus, on en trouve au moins 1 atteint de monocryptorchidie, d'après la statistique de Marshall. Sur 10 800 conscrits, M. Rennes, médecin militaire, admet la proportion de 1 sur 500. Le même auteur et M. Bouisson ont rencontré l'hypospadias une fois sur 300. » M. Manouvrier, « à propos de l'ouvrage de Raffegeau, Du rôle des anomlaies congénitales des organes génitaux dans le développement de la folie chez l'homme  », Bulletin de la société d'anthropologie de Paris, tome 12e, 3e série, année 1880. Pour des statistiques contemporaines voir : Blackless Melanie, Anthony Charuvastra, Amanda Derryck, Anne Fausto-Sterling, Karl Lauzanne, and Ellen Lee. 2000. « How sexually dimorphic are we ? Review and synthesis », American Journal of Human Biology 12:151-166.

3  Sohn A. M., Du premier baiser à l'alcôve, la sexualité des Français au quotidien, 1850-1950, Paris, Aubier, 1996, cité par Corbin A., « La rencontre des sexes », dans Histoire du corps, 2. De la rencontre à la Grande Guerre, Paris : Seuil, 2005, p.188.

4  Nadar, série de 9 photographies sur un cas d'hermaphrodisme : l'Hermaphrodite, vers 1860, cabinet des estampes à la Bibliothèque Nationale France.

5  Tuffier T. et Lapointe A., « L'hermaphrodisme ses variétés et ses conséquences pour la pratique médicale (d'après un cas personnel) », Revue de gynécologie et de chirurgie abdominale, Paris, 1911 (01), p.260.

6  Goncourt E. et J. de, Journal, Paris : Éditions Robert Laffont, tome II, 1989 p. 1142.

7  Soit l'attrait sexuel d'une personne pour une personne du même sexe qu'elle, l'homosexualité d'aujourd'hui, « (…) le pédéraste ou « l'antiphysique », puisqu'il convient d'éviter l'anachronisme du vocabulaire » comme le préconise l'historien Alain Corbin, Histoire du corps, op. cit., p.182.

8  Selon la définition d'Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, admise par une majorité de médecin au XIXe siècle.

9  La spécialisation joue probablement un rôle important dans l'apaisement de cette question, la pratique répétée du toucher (on le voit sur les cires anatomiques et les photographies de l'époque) et la vision régulière des patients apaise le caractère extraordinaire du cas. Le phénomène de foire exerce à l'époque une fascination parce qu'il est tenu suffisamment à distance pour que le public puisse se mystifier lui-même et continuer à croire au double caractère sexuel de la femme à barbe par exemple. Voir et toucher permettent de mettre « un doigt au fond de la Nature » (remarque de Dominique Memmi) et d'élargir la conception sur la barrière de la différence des sexes.

10  Je reprends ici la définition d'Althusser qui définit l'idéologie comme la manière dont les hommes vivent leur rapport au monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Magali Le Mens, « L'hermaphrodite dans le cabinet du médecin, de la fin du XVIIIe au XXe siècle », Face à face [En ligne], 8 | 2006, mis en ligne le 01 avril 2006, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://faceaface.revues.org/233

Haut de page

Auteur

Magali Le Mens

Doctorante en histoire de l'art, Université Paris I

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org