Navigation – Plan du site
Terrains

Itinéraires d'enfants orphelins de mère à Zinder (Niger) : Un vade-mecum ethnologique

Élise Guillermet

Texte intégral

  • 1 Le volume 14 de Sciences sociales et santé est consacré à la question de la malnutrition infantile. (...)

1En 2005, Zinder (Niger) devint l'un des sièges d'une armada d'acteurs urgentistes venus nourrir et soigner des enfants souffrant d'une crise alimentaire exceptionnelle. Un centre de récupération nutritionnelle fut ouvert. Le « protocole » adopté pour l'hospitalisation cibla d'abord les enfants âgés de plus de 6 mois et de moins de 5 ans, souffrant d'une malnutrition aiguë1 et d'une pathologie associée. Les enfants en bas âge étaient donc exclus, normalement protégés par le lait maternel. Mais l'afflux de cas, venus contredire ce postulat, motiva l'ouverture d'une « phase » spéciale nourrissons.

  • 2 Statistiques élaborées à partir du registre d'entrée des 248 nourrissons, pour la période allant d' (...)
  • 3 Alice Desclaux (2000 : 269-294) propose de suivre les « itinéraires alimentaires » d'orphelins de m (...)
  • 4 Il n'est pas question de système formel mais de système recomposé par l'observateur extérieur en su (...)

2Plus de 10 % 2 des enfants habitant la tente furent identifiés comme étant des orphelins de mère. Que ce constat sanitaire nous permet-il de percevoir des solutions apportées pour la survie des orphelins de mère non sevrés3 dans le contexte zindérois ? En suivant le fil du parcours des enfants, racontés par une cinquantaine d'accompagnantes, nous abordons ici les différentes pratiques et possibilités tentées pour leur allaitement. Se dessine un système4 polyphonique dans lequel des acteurs spécialisés se partagent le champ de la protection de l'orphelin en se référant à une pluralité de définitions de ce statut.

Du décès de la mère au choix de la tutrice

Le décès et le premier maillon de la chaîne de prise en charge

  • 5 Pour plus de détails, Olivier de Sardan J.-P., Moumouni A. et Souley A (1999 : 71-93)
  • 6 Aucune maternité zindéroise ne dispose de service de néonatologie. Selon le Rapport de synthèse de (...)
  • 7 Parler de tutrice plutôt que de tuteur ne correspond pas à la logique coutumière zindéroise (musulm (...)

3Les enfants considérés ici peuvent être orphelins au bout de quelques heures, de quelques jours, de quelques mois. Le décès de la mère peut se dérouler dans la maison maternelle lorsqu'il s'agit d'une première naissance, le foyer conjugal pour les mises au monde suivantes ou la maternité5. L'enfant survivant à sa mère est directement confié à la parente présente, qu'il s'agisse de la mère de la défunte, d'une de ses sœurs ou cousines ou encore d'une parente du mari6. Cette première femme se voit confier l'enfant momentanément, le temps qu'une tutrice légitime7 soit désignée lors d'un conseil de famille.

Quels tuteurs pour les orphelins ? 8

  • 8 Les modalités de prises en charge des orphelins sont habituellement traitées parmi l'ensemble des p (...)
  • 9 Voir notamment Mamani A., (2004) ; Hama B., (1973).
  • 10 Il faut préciser ici que le choix du sororat n'est pas fait en priorité pour compenser le décès de (...)
  • 11 En contexte zindérois, l'enfant confié à un tuteur autre que ses géniteurs est considéré comme orph (...)

4Le veuf se retrouve avec la charge d'un nombre plus ou moins important d'orphelins de mère que nous distinguons ici selon qu'ils sont sevrés ou non. Hormis le chagrin, il doit trouver une femme apte à s'occuper de ses enfants. Dans ce contexte musulman, un homme est autorisé à épouser quatre femmes. Si le veuf est déjà polygame, la ou les coépouses de sa femme auront à prendre en charge les enfants de la défunte. Cette possibilité est évoquée par certains marabouts pour ne pas attribuer le statut d'orphelin à celui qui perd sa mère. Mais dans la pratique, elle n'est jamais considérée comme la meilleure. Les marâtres maltraiteraient les enfants d'une autre épouse selon les conceptions locales, explicitées dans la littérature orale9. Cet état de fait impose d'autres choix, les belles-mères se sentant elles-mêmes incapables de jouer leur rôle d'éducatrice craignant d'être systématiquement accusées de malveillance. Si le père n'est pas polygame, il devra se remarier au plus vite, parfois avec la petite sœur de la défunte, considérée comme la tutrice idéale puisque déjà « mère » des enfants10. Des enfants déjà confiés avant le décès de la mère resteront auprès de leur tuteur11. Ce cas de figure se présente surtout pour l'aîné, confié à la grand-mère ou à une tante paternelle en guise de confiance, de contre don pour la vie donnée, ou par honte, la première naissance symbolisant l'union sexuelle. De même, dans le cas où le décès de la mère est précédé de celui du mari ou d'un divorce, les enfants issus d'un premier lit auront déjà été remis à des frères du père ou à une des grand-mères, dans la plupart des cas maternelle, « obligée » de recueillir ses petits-enfants pour permettre à sa fille de se remarier et de sauvegarder ainsi son honneur. Des parents ou des amies de la défunte peuvent également demander à élever un des membres de la fratrie, parfois à la demande de la mère avant son décès. La dernière parole a valeur de testament. Cette volonté peut être formulée pour tout enfant de la fratrie, y compris pour le nourrisson. Mais, pour ce dernier, le père devra composer son choix en considérant les possibilités d'allaitement offertes, soumises à de nombreuses contraintes en appelant aux règles de parenté, à des enjeux symboliques et à des représentations relatives aux maladies infantiles.

5Un conseil de famille réunissant les parents masculins du veuf, parfois ceux de la défunte, et exceptionnellement les parentes féminines, amorce les choix de la tutrice de l'enfant non sevré, pour lequel le problème de la survie par l'allaitement est posé. Des fonctionnaires peuvent se présenter. Forts d'une position sociale et financière plus aisée, ils offrent la possibilité de nourrir l'orphelin au lait artificiel et une facilité d'accès aux centres de santé. Seul un des enfants rencontrés au centre de récupération est originaire d'une famille de Zinder aisée. Sa situation nutritionnelle dégradée fut expliquée par une insuffisance cardiaque. Les autres enfants sont originaires de familles modestes ne pouvant pas s'approvisionner en substitut du lait maternel.

  • 12 Cette perception d'une identité de lait entre femmes d'une même lignée est constatée dans d'autres (...)

6Dans un premier temps, plusieurs critères sont étudiés pour tenter un substitut humain. Une parente à la défunte, incarnant « le côté du cœur », « le côté de l'affection », est-elle en mesure d'allaiter l'enfant ? Souffrant d'avoir perdu l'une des leurs, la famille maternelle accueillerait l'enfant comme le représentant de la disparue, tandis que la filiation paternelle pourrait être contestée par les parents du père. D'autre part, selon les interlocutrices les plus âgées, « le sang » d'une parente à la mère offrirait les mêmes garanties que celles du lait de la défunte12 quant à sa qualité, le lait étant perçu comme un transmetteur de caractéristiques comportementales comme le bon caractère, les maladies mentales ou encore la sorcellerie. Il faut préciser ici que, lorsque des agents de santé sont impliqués, ils accompagnent la femme volontaire pour tester sa sérologie et ainsi éviter la transmission du VIH/sida par l'allaitement.

  • 13 Alice Desclaux parle de « compétition nutritionnelle », (2000 : 277)

7Une parente allaitant un enfant à proximité du sevrage (18 mois pour une fille et 20 mois pour un garçon) pourra être choisie. Des amulettes ainsi que des décoctions confectionnés par des mai maganin galgagia (« celui qui a les médicaments traditionnels » en hausa) permettraient de tranquilliser l'enfant sevré précocement. Mais le mari, qui n'est qu'un allié de la défunte, acceptera difficilement que le lait destiné à son enfant soit partagé, sous peine que les deux nourrissons souffrent de malnutrition13. S'il accepte, le père de l'orphelin pourra acheter du lait artificiel ponctuellement pour minimiser ce déséquilibre.

8La femme choisie ne doit pas porter de grossesse. Son lait est considéré comme mauvais pour celui qui le tète, qu'il soit son propre enfant ou un orphelin recueilli. Cet état est à l'origine de sevrages précoces et de jugements sévères lorsqu'une mère n'a pas su respecter l'espacement des naissances basé sur le rythme du sevrage. Le fœtus refuserait qu'un autre consomme le lait qui lui est dévolu et rendrait la substance néfaste. Des décoctions permettraient de passer outre cette transformation, mais rares semblent être celles qui les connaissent. Cette prescription s'applique à l'orphelin et une grand-mère enceinte peut se désister au profit d'une de ses filles ou d'une de ses sœurs lorsque le père de l'enfant la convoquera suite au conseil. Elle annoncera alors son état, normalement dissimulé jusqu'à ce qu'il devienne visible à la fois par précaution et par honte.

9Dans les cas où aucune femme ne correspond à ces critères, la disponibilité sera la propriété essentielle recherchée. Les montées de lait pourront être provoquées. Certains guérisseurs prétendent pouvoir intervenir auprès de toutes les femmes, même des jeunes filles et des personnes âgées, mais la plupart restreignent leur action aux femmes non ménopausées et ayant déjà accouché. Des femmes expérimentées savent préparer elles-mêmes les décoctions utilisées lors du bain ou ajoutées au repas. Des écritures coraniques pourront également être bues pour amplifier cet effet. La grand-mère ou une tante maternelle est, dans la plupart des cas, choisie. Celles qui accompagnent leurs petits-enfants au centre de récupération nutritionnel les allaitent, même si certaines sont navrées de constater que leur orphelin refuse de téter ou avouent à regret que le sein donné l'est uniquement pour sa valeur affective, le lait refusant de venir.

  • 14 Ces prescriptions ont été notées dans plusieurs sociétés au cours de l'histoire. Pour le cas frança (...)

10La pluralité des règles exposées ci-dessus restreint le choix d'une nourrice possible. De plus, la situation d'orphelinage peut se produire à distance de la famille maternelle, dans le village du mari ; le mode de résidence étant virilocal. Des parentes du père pourront alors être sollicitées prioritairement et choisies selon les mêmes contraintes. Par contre, il semble inconcevable de confier l'orphelin à une femme de l'entourage social sans aucun lien de parenté, de crainte que l'enfant oublie sa famille ainsi que pour ne pas restreindre le champ des possibles pour des alliances futures entre les enfants de l'allaitante et de l'orphelin. Téter le même sein créerait des liens de parenté du fait de l'humeur et de l'affection partagées14.

11Cette multiplication de contraintes permet d'expliquer la difficulté à trouver un substitut humain au lait maternel. Le lait de chèvre est alors préféré ou à défaut le lait de vache, coupé avec de l'eau ou donné pur. La tutrice choisie doit être libérée de sa progéniture pour accorder son temps à un enfant nécessitant la préparation du lait à multiples moments de la journée. L'affection prime au-delà des règles de parenté. La désignation se fera en fonction des liens passés. La femme la plus proche de la mère sera d'elle-même volontaire, de manière évidente. Certaines mentionneront le message qu'elle leur aura transmis au cours d'un rêve.

12Le registre symbolique et religieux devient alors celui des valeurs mobilisées pour décrire l'engagement pris. Toutes les tutrices rencontrées mentionnent leur amour exceptionnel pour l'enfant recueilli. Une mission leur a été confiée par Dieu, par un proche ou par la défunte et elles doivent faire de leur mieux pour l'accomplir. Nombreuses sont celles qui illustrent cet engagement en décrivant leur volonté de soigner l'enfant même si elles doivent pour cela être internées durant plusieurs semaines au centre et laisser leurs propres enfants. Certaines ont même dû quitter leur foyer dans la précipitation, la santé de l'orphelin primant. Les récompenses escomptées décrites renvoient tant aux contre dons dont l'orphelin saura leur faire bénéficier lorsqu'il aura atteint la réussite, espérée pour tout orphelin à l'instar des héros de contes, qu'aux soins qu'ils leur accorderont une fois qu'elles seront âgées. Ce pari pris sur les bénéfices ultérieurs permet de comprendre le choix d'une tutrice au sein de la famille. De même, la règle voudrait que l'orphelin ne soit confié que le temps de la petite enfance considérée comme révolue à 7 ans et que le père le récupère ensuite pour en assurer l'éducation, mais rares sont les femmes qui acceptent cette éventualité, leur objectif étant de garder l'enfant auprès d'elles jusqu'à son mariage. Si en réalité les deux familles ainsi que les amis cotisent pour ce rite de passage, les tutrices emploient l'expression « jusqu'à ce que je l'aie marié ».

  • 15 Elles ne se réfèrent pas au coran. Les marabouts, quant à eux, mentionnent certains versets parmi : (...)

13Cet engagement repose également sur des enjeux orientés vers l'au-delà. Toutes mentionnent l'accès offert au paradis à ceux qui s'occupent des orphelins15. Si certains marabouts restreignent cet aspect de l'orphelinage aux enfants ayant perdus leur père, les personnes rencontrées, confrontées à cette situation, appliquent cette règle également aux orphelins de mère « il y a plus orphelin que l'orphelin, c'est celui qui a perdu sa mère. Il n'aura pas l'affection ».

14Du fait de ces enjeux, la prise en charge doit être maximale : le sacrilège le plus important serait de dilapider le bien de l'orphelin sous peine de brûler en enfer. Il ne faut pas non plus le faire pleurer. Cette lourde tâche peut conduire au désistement de certains, d'autant plus que les larmes de l'orphelin ne seraient pas sans conséquences. Hormis les accusations de maltraitance, on craint le retour de la mère pour chercher l'enfant qui se laisserait mourir pour la rejoindre, notamment en refusant de s'alimenter.

Les itinéraires des orphelins : la progression vers la malnutrition

Le recours au marabout

15Le marabout, ou un parent éclairé connaissant le coran, procédera à des écritures coraniques, enrobées de fil blanc et intégrées dans une cartouche en alliage accrochée au cou de l'enfant afin d'apaiser ses pleurs. D'autres préféreront laver les écritures et donner à boire l'eau obtenue à l'orphelin. Certains parents qui ont eu à fréquenter les centres de santé utiliseront l'eau minérale pour laver l'encre.

16Le marabout est un acteur essentiel lorsque survient le décès. Il est celui qui assure le traitement du corps quelques heures après le décès, l'enterrement et les cérémonies religieuses. Il réaffirme les règles du partage de l'héritage et effectue le calcul. Il est également celui qui doit annoncer le prénom de l'enfant lors du baptême, le 7e jour après la naissance. Lorsque le décès de la mère est survenue le jour de la naissance, la fête de baptême sera calme, le deuil primant. Le nom de l'enfant sera annoncé mais sans grand fracas. Si les surnoms dan lami (littéralement « fils du goût » en français, expression utilisée pour décrire un plat, une fête sans saveur), amala (signifiant « confiance » du fait de la confiance accordée par le défunt) ou encore tallé (pour désigner celui qui n'a jamais tété) semblaient courants par le passé, ils ne seraient utilisés aujourd'hui qu'avec parcimonie afin d'éviter de démarquer l'enfant et lui épargner le rappel constant de cet événement.

17Le marabout pourra ensuite être sollicité pour intervenir sur la bonne santé du nouveau né, à l'instar des autres enfants. Les sourates pour sa bonne croissance, son succès, son bonheur, seront dites. Mais pour agir directement sur les maux physiques connus par l'enfant, d'autres intervenants seront sollicités : le guérisseur et l'agent de santé.

Mai maganin galgagia (celui qui a les médicaments traditionnels), le gardien de l'équilibre pondéral ?

18Le problème essentiel posé est celui de l'appétit de l'enfant. Pour l'encourager à prendre le sein, une poudre composée de plantes, préparée en amulette appelée kiri ou laya à placer au poignet et à la cheville aiguisera l'envie du nourrisson. Elle pourra être remise à la tutrice par un parent ou par un voisin.

19Des diarrhées sont répétitives chez l'enfant. Le guérisseur remettra des décoctions que le nourrisson devra boire. Parallèlement, en amont, simultanément ou après, un vendeur ambulant ou un tablier sera sollicité. Sur le bord de la route nationale, nombreux sont les tabliers qui proposent différents produits pharmaceutiques acheminés depuis le Nigeria. Les femmes venant des villages alentours les solliciteront. Certaines iront jusqu'au centre de santé pour une consultation.

Des agents de l'État spécialisés

20Au centre de santé, certaines rencontrent les assistants sociaux formés pour accompagner la vaccination et le suivi nutritionnel de l'enfant. Pour les orphelins, des rendez-vous sont donnés aux tuteurs, l'objectif étant de leur prodiguer des conseils quant aux solutions de substitut au lait maternel, à la stérilisation des ustensiles, et au dosage du lait de chèvre qui doit être dilué avec la même quantité d'eau et porté à ébullition.

  • 16 Seul le service social de l'hôpital de Zinder bénéficie de dotations en lait. Créé grâce à l'appui (...)
  • 17 Le corps des travailleurs sociaux est rattaché à trois directions ministérielles. Ce n'est que le 2 (...)

21Des tutrices ou des pères endeuillés se présentent à eux pour obtenir du lait artificiel. Coûtant en moyenne 2500FCFA dans les pharmacies et certaines boutiques zindéroises, les boites ne sont pas à la portée de toutes les bourses. D'autant plus qu'elles ne permettent de satisfaire les besoins nutritionnels de l'enfant que pendant une semaine, maximum. Mais les agents se trouvent dans l'incapacité de répondre à cette demande16. Ils orientent le parent auprès du service social de la communauté urbaine, auquel ils ne sont pas rattachés17 et qui bénéficie d'un fond social pour répondre à ce genre de demande.

22La responsable du service social de la mairie, si elle a la chance d'être pourvue en lait, remet une ou deux boîtes au demandeur ou sensibilisera ses collègues de la mairie pour qu'ils se cotisent. L'État ne pouvant jouer son rôle de protecteur social, ses représentants le relaient tant bien que mal, se référant à leur vocation et à la religion. Cette participation est ponctuelle et l'assistante sociale invitera les tuteurs à se rendre auprès de religieuses catholiques, pour que le service puisse soutenir d'autres « orphelins » : les enfants de malades mentales et ceux retrouvés abandonnés dans la rue.

Les religieuses

23Le contexte musulman zindérois n'a pas permis la prolifération d'orphelinats tenu par des religieuses, contrairement à Niamey. Ces centres d'accueil sont, dans la sous-région, des pôles de prise en charge nutritionnelle et éducative d'orphelins de mère en bas âge. A Zinder, les sœurs de St Joseph sont soutenues par des donateurs suisses mettant à leur disposition des boîtes de lait pour des malnutris. Elles en font bénéficier les orphelins, au prix de 400FCFA, mais leurs réserves sont limitées. Elles ne peuvent pas satisfaire toutes les demandes.

24L'entrée dans les programmes nutritionnels : le dernier maillon

25Les parents vont tenter d'autres solutions. Le lait entier en poudre ou le yaourt produit localement est moins coûteux mais conduira à des troubles digestifs…l'équilibre de l'enfant étant précaire, la malnutrition devient inévitable pour certains.

26Le dispositif urgentiste de prise en charge nutritionnelle s'est mis en place en 2005 pour faire face à une crise alimentaire fortement médiatisée et rendue visible par le nombre d'enfants arrivés dénutris à Maradi, au centre du pays. A Zinder, de nombreux acteurs se sont présentés se répartissant le champ d'action entre malnutrition modérée et sévère. Des ONG, n'oeuvrant pas dans le secteur médical, appuyèrent les urgentistes en véhicules. Ils permirent le déplacement des enfants identifiés comme malnutris sévères au niveau des villages et nécessitant un internement au centre de Zinder. Tel est le premier itinéraire emprunté par les tutrices d'orphelins, dans l'urgence, sans concertation avec leur époux et sans préparer leurs enfants à leur absence.

27Celles qui empruntent l'itinéraire « volontaire » sont, quant à elles, libérées de ces contraintes. Elles ont obtenu l'autorisation de leurs maris, qui, pour la plupart ont appuyé leur choix, remettant même de quoi payer les frais de transport jusqu'au centre de Zinder. Avant d'en arriver là, elles avaient essayé les possibilités locales : le marabout, le guérisseur, le centre de santé, mais la solution devint évidente lorsqu'elles observèrent le retour d'autres enfants partis mourants et revenus joufflus, soignés gratuitement et bénéficiant d'un appui alimentaire à leur sortie. L'hésitation n'était alors plus possible, surtout lorsque des voisines ou des parents le leur conseillèrent. Comment auraient-elles pu justifier leur refus de soigner des orphelins malades et malnutris ?

28Ainsi les tutrices se sont-elles retrouvées au centre. Le statut d'orphelin fût accolé à l'enfant quand elles durent mentionner les causes du manque de lait. Elles auraient tant voulu épargner leur protégé de cet « étiquetage » mais elles prennent conscience que cet enfant, qu'elles comptent élever comme le leur et à l'abri de la vérité jusqu'à qu'il soit en âge de comprendre, aura à vivre avec ce statut particularisant, fait de prescriptions protectrices ainsi que d'a priori sur l'avenir social d'enfants privés de l'affection de leur mère. Cette ambiguïté résume les enjeux qui accompagnent leur rôle. Elles prennent conscience que cet enfant ne sera jamais totalement le leur, qu'il sera toujours considéré comme l'orphelin, comme celui qui n'a pas sa mère et qui en souffrira, quoi qu'elles fassent.

Conclusion

29Ce dernier aspect est celui qui prévaut pour comprendre l'engouement d'une autre catégorie d'acteurs : les uwa marayu (les mères des orphelins) pour d'autres « orphelins ». Les enfants dont elles ont la garde sont les enfants dont la mère est considérée comme incapable d'accomplir son rôle du fait de troubles psychologiques, interprétés comme relevant d'une psychose puerpérale par les agents du service de psychiatrie, de génies ou de sorcellerie par la plupart. Cette incapacité est évaluée par la société, qui craint sa violence et son lait, transmetteur de troubles, mais le sentiment maternel développé par ces femmes les conduit à rechercher l'enfant qu'on leur a retiré. Les parents craignent d'éventuels accès brutaux à l'encontre du nourrisson ou d'eux-mêmes s'ils gardent l'enfant. L'éloignement, aujourd'hui appuyé officiellement par les services publics, était permis par l'intervention des chefs de quartier connaissant les femmes infertiles ou âgées et sans enfants à charge désireuses de s'occuper de ces « orphelins ». Les enfants retrouvés dans la rue, abandonnés probablement du fait de la pression sociale accompagnant les grossesses illégitimes, étaient également confiés à ces femmes. Depuis 2005, un centre d'accueil pour accueillir ces catégories d'enfants a été officialisé par les services sociaux et appuyé par des partenaires techniques et financiers européens.

  • 18 Blundo G., Olivier de Sardan J.-P., (2001 : 8-37). Y est notamment proposé une description de « la (...)

30Ces enfants, pris en charge dans ce système spécialisé, ne se retrouvent pas au niveau des centres de récupération nutritionnelle. Ils constituent évidemment une exception numérique, comparativement aux orphelins de mère dont le cas est plus fréquent, mais ils nous invitent à considérer, en quelques lignes, leur prise en charge particulière pour mieux en comprendre les points positifs quant à la santé infantile. Ces enfants ont pour particularité, surtout pour les enfants abandonnés, d'être les premiers bénéficiaires des services de l'État. Lorsqu'un enfant est retrouvé dans la rue, le commissaire, les assistants sociaux œuvrant au niveau de la communauté urbaine ou de la direction régionale, viennent le récupérer et l'escorter jusqu'à la maternité puis au service de pédiatrie de l'hôpital. La rumeur aura circulée, avant même les annonces à la radio, et des femmes se présenteront au niveau des services médicaux ou sociaux pour s'en occuper. Pour d'autres cas, des membres de l'équipe soignante se seront déjà portés volontaires ou ceux de l'équipe des travailleurs sociaux. Une femme sera choisie pour une période provisoire, l'objectif étant de retrouver la mère abandonnante et de la contraindre à allaiter l'enfant, même si elle doit séjourner en prison. Mais la plupart des tutrices choisies nourriront l'espoir que cet enfant devienne le leur. Des démarches sont entreprises par elles pour formaliser ce nouveau lien créé. Elles se rendent à la maternité ou auprès du service communal pour produire un acte de naissance mentionnant leur nom comme mère et le nom de leur époux comme père. Si cette pratique posera certainement problème au moment du décès de ces adoptants informels pour le partage de l'héritage, cet extrait est, aux yeux de ces femmes, une protection juridique contre une éventuelle séparation18. L'enfant recueilli devient le leur. Certaines vont même jusqu'à « mettre le coran », pratique visant à dissuader l'entourage social d'ébruiter l'histoire originelle de l'enfant, sous peine d'être puni par la mort ou la lèpre. Tout est donc mis en place pour que l'identité de l'enfant soit recréée, façonnée par ces femmes.

31Cette nouvelle naissance sociale se manifeste également le jour du baptême lorsque les représentants de la communauté urbaine, de la chefferie traditionnelle, des services publics ou encore des services médicaux font acte de présence et se cotisent pour permettre à l'enfant retrouvé, même si c'est au-delà des sept jours conventionnels, de bénéficier d'une nouvelle identité dans laquelle ils viennent jouer un rôle symbolique dépassant celui qui leur est attribué formellement. Il n'est pas rare que l'enfant porte le nom d'un agent ayant eu à jouer un rôle particulièrement important.

32Des facilités seront accordées au niveau du service social lorsque des problèmes de santé, d'allaitement ou plus tard de scolarisation se poseront. Ces enfants bénéficient alors d'une prise en charge exceptionnelle, idéale, celle souhaitée pour les orphelins dans la religion et appliquée à ces enfants sans plus aucun lien familial. Il faut préciser ici que seuls les acteurs ici dépeints leur accordent le statut d'orphelin. Pour les tuteurs de ceux ayant perdu leur mère, leur père ou pour les marabouts, un enfant dont les parents sont décédés ne saurait être comparé à un enfant né d'une union illégitime ou de parents touchés mentalement. La diversité de la construction du statut selon les enjeux symboliques posés apparaît alors.

33Depuis 2006, une nouvelle catégorie d'orphelins bénéficie d'un soutien institutionnel propre et invite à cette même réflexion sur la répartition des rôles dans cette prise en charge globale, relativement à des catégories établies à différents niveaux. Si nous avons abordé une première distinction dite « religieuse » entre orphelins de père et orphelins de mère puis entre enfants dont les parents sont décédés et ceux dont les parents ne sont plus présents ou incapables de jouer leurs rôles et relayés par une pléthore d'acteurs, une nouvelle catégorie est en train d'être érigée : celle des enfants de mères séropositives. Une ONG, par l'intermédiaire du service de pédiatrie, leur offre les substituts artificiels pour éviter une transmission par l'allaitement maternel. Dans le même service, deux enfants souffrant de l'impossibilité d'être allaité au sein ne bénéficient donc pas d'un même soutien du fait du vide institutionnel existant à Zinder pour prendre en charge les orphelins de mère.

34Au-delà de leur mission première marquée par la crise alimentaire, les centres de récupération nutritionnelle sont ainsi venus occuper une place centrale quant à la prise en charge de la santé infantile. Accueillant les enfants malnutris, ils ont offert des solutions -momentanées- à certaines tutrices désemparées face à l'inefficacité des pratiques élaborées dans leur milieu pour améliorer la santé de leur orphelin de mère. La présence des urgentistes témoigne d'un système de prise en charge à construire et à coordonner, façonné pour le moment en pans de réseau et par des acteurs spécialisés qui, par la typologie de l'orphelinage à laquelle ils se réfèrent, réaffirment leur appartenance religieuse, leur rôle d'assistant social ou celui de médecin devenu spécialiste d'une pathologie mais ne permettent pas d'éviter aux orphelins de mère en bas âge de tomber dans la malnutrition. Souhaitons que ce vade-mecum portant sur les itinéraires de ces enfants offrira des points de repère pour que les acteurs présents sur le terrain de la prise en charge infantile à Zinder puissent intervenir en amont.

Haut de page

Bibliographie

Blundo G., Olivier de Sardan J.-P., « La corruption quotidienne en Afrique de l'Ouest », in Politique africaine, n° 83, octobre 2001 : 8-37

Cros M., Anthropologie du sang en Afrique. Essai d'hématologie symbolique chez les Lobi du Burkina Faso et de Côte d'Ivoire, Paris, L'Harmattan, 1990

Desclaux A., « Le traitement biomédical de la malnutrition au temps du sida (Biomedical treatment of malnutrition in the era of AIDS) », Sciences sociales et santé, vol. 14, n° 1,1996 : 73-101

Desclaux A., Taverne B. (eds.) Allaitement et VIH en Afrique de l'ouest. De l'anthropologie à la santé publique, Paris, Karthala, 2000

Garneau B.,"La circulation des orphelins au Saguenay entre 1900 et 1970", Anthropologie et Sociétés, 12, 2, 1988 : 73-95.

Hama B., Contes et légendes du Niger, Paris, Présence Africaine, 1973

Héritier F., Les deux sœurs et leur mère, Paris, O. Jacob, 1994

Leblic I. (dir.), De l'adoption, des pratiques de filiation différentes, Clermont-Ferrand, Presse Universitaire Blaise Pascale, 2004

Mamani A., Sarraounia, le drame de la reine magicienne, Paris, L'harmattan, 2004

Olivier de Sardan J.-P., Moumouni A. et Souley A., « "L'accouchement c'est la guerre"- De quelques problèmes liés à l'accouchement en milieu rural nigérien », Le bulletin de l’APAD, n° 17, Anthropologie de la santé, juin 1999 : 71-93

Querre M., Le bâton Peul sur les sentiers de l'enfance. Approche ethnologique de la socialisation de l'enfant peul dans la région du Séno (Burkina Faso), Thèse d'anthropologie, Université de Bordeaux 2, 2002

Rollet C. « Allaitement, mise en nourrice et mortalité infantile en France à la fin du XIXe siècle », Population, n° 6, 1978 : 1189-1203

Walentowitz S. « Enfant de Soi, enfant de l'Autre », La construction symbolique et sociale des identités à travers une étude anthropologique de la naissance chez les Touaregs (Kel Eghlal et Ayttawari de l'Azawagh, Niger), thèse de doctorat d'anthropologie sociale et d'Ethnologie, EHESS, 2003

Haut de page

Notes

1 Le volume 14 de Sciences sociales et santé est consacré à la question de la malnutrition infantile. Alice Desclaux (1996 : 73-101)y propose d'interroger la médicalisation du traitement de la malnutrition du fait de la considération du statut sérologique des enfants. Nous proposons ici de reconstituer une autre chaîne causale de la malnutrition en mettant en évidence une corrélation entre dénutrition et orphelinage.

2 Statistiques élaborées à partir du registre d'entrée des 248 nourrissons, pour la période allant d'avril à octobre 2006, début de la considération du statut d'orphelin. Ces données ne considèrent pas les enfants orphelins âgés de plus de 6 mois hospitalisés dans les autres phases.

3 Alice Desclaux (2000 : 269-294) propose de suivre les « itinéraires alimentaires » d'orphelins de mère à Bobo Dioulasso.

4 Il n'est pas question de système formel mais de système recomposé par l'observateur extérieur en suivant les parcours des orphelins de mère.

5 Pour plus de détails, Olivier de Sardan J.-P., Moumouni A. et Souley A (1999 : 71-93)

6 Aucune maternité zindéroise ne dispose de service de néonatologie. Selon le Rapport de synthèse de la réunion de coordination des activités de santé de la région de Zinder d'août 2005, 1283 accouchements auraient été enregistrés au niveau de la maternité centrale pour le premier semestre 2005 ainsi que des deux maternités de quartier de Zinder. 35 d'entre eux ont été accompagnés par le décès de la mère, soit 2,83 %.

7 Parler de tutrice plutôt que de tuteur ne correspond pas à la logique coutumière zindéroise (musulmane) mettant l'accent sur la responsabilité masculine. Nous choisissons de parler de tutrice dans la mesure où les femmes rencontrées jouent un rôle pratique pour l'allaitement des nourrissons et sont considérées comme les nécessaires substituts des mères décédées.

8 Les modalités de prises en charge des orphelins sont habituellement traitées parmi l'ensemble des pratiques de circulation des enfants. Voir Leblic I. (dir.), (2004). Brigitte Garneau propose une analyse spécifique de la circulation des orphelins au Quebec (1988 : 73-95).

9 Voir notamment Mamani A., (2004) ; Hama B., (1973).

10 Il faut préciser ici que le choix du sororat n'est pas fait en priorité pour compenser le décès de l'épouse mais bien pour trouver une remplaçante idéale à la mère.

11 En contexte zindérois, l'enfant confié à un tuteur autre que ses géniteurs est considéré comme orphelin. Le décès d'un géniteur peut être l'occasion de lui apprendre ses liens biologiques avec le défunt peut-être ignoré de lui auparavant. Il sera à nouveau considéré comme orphelin quand son tuteur décédera. Le sentiment sera plus présent dans le second cas mais juridiquement, son statut n'est considéré que dans le premier cas pour le partage de l'héritage. Il existe donc un décalage entre le sentiment de filiation et les règles juridiques.

12 Cette perception d'une identité de lait entre femmes d'une même lignée est constatée dans d'autres contextes. Voir les contributions ethnographiques de Chiara Alfieri, Madina Querre et Bernard Taverne in Desclaux A., Taverne B. (eds.), (2000). Sur les représentations portant sur les humeurs, voir Héritier F., (1994) ; Cros M., (1990).

13 Alice Desclaux parle de « compétition nutritionnelle », (2000 : 277)

14 Ces prescriptions ont été notées dans plusieurs sociétés au cours de l'histoire. Pour le cas français voir Rollet C., (1978 : 1189-1203). Madina Querre (2002) en fait cas chez les Peuls du Séno. Pour davantage de précision sur la parenté de lait au Niger, voir Walentowitz S., (2003).

15 Elles ne se réfèrent pas au coran. Les marabouts, quant à eux, mentionnent certains versets parmi : Al-Baqara, 2e sourate, versets 83,177, 215, 220 ; An-Nisâ', 4e sourate, versets 2,3,6,8,10,36,127 ; Al-'Anfâl, 8e sourate, 41 ; Al-Kahf, 18e sourate, verset 82 ; Al-Hachr, 59e sourate, verset 7 ; Al-Fajr, 89e sourate, verset 17 ; Al-Balad, 90e sourate, verset 15 ; Ad-Douhâ, 93e sourate, verset 6.

16 Seul le service social de l'hôpital de Zinder bénéficie de dotations en lait. Créé grâce à l'appui d'un pasteur italien, Malam Mourna (Monsieur la joie), et soutenu par une association qu'il contribua à fonder, le service social reçoit 24 boîtes de lait premier âge et 24 boîtes de lait deuxième âge chaque année. Elles sont remises aux enfants jumeaux et aux orphelins de mère, à raison de deux boîtes par enfant. Les agents de l'hôpital semblent en être les premiers bénéficiaires.

17 Le corps des travailleurs sociaux est rattaché à trois directions ministérielles. Ce n'est que le 22 avril 1974 (soit 16ans après l'indépendance du Niger) que les affaires sociales sont incluses dans l'intitulé d'un ministère, celui de la santé publique. Il faut attendre 1987 pour que le secrétariat d'état à la santé publique et aux affaires sociales et de la condition féminine soit institutionnalisé. En 1989, un ministère des affaires sociales et de la condition féminine est enfin créé indépendamment de tout autre ministère. En 1996, la protection de l'enfant est ajouté à l'intitulé : ministère du développement social, de la population, de la promotion de la femme et de la protection de l'enfant. En 2004, le ministère du développement social fut scindé en deux avec, d'un côté, le ministère de la population et de l'action sociale (devenu depuis mars 2007, le ministère de la population et des réformes sociales) et, de l'autre, le ministère de la promotion de la femme et de la protection de l'enfant.Le ministère de la santé publique, quant à lui, continue de former les assistants sociaux dans son École Nationale de Santé Publique (ENSP) et recrute certains d'entre eux pour officier dans les centres de santé.

18 Blundo G., Olivier de Sardan J.-P., (2001 : 8-37). Y est notamment proposé une description de « la criminalisation des structures administratives » (2001 : 34) avec pour exemple la production de faux actes d'état civil. Dans le cas que nous décrivons, les autorités administratives établissant l'extrait de naissance de l'enfant abandonné ignorent son histoire. Rien ne leur permet de distinguer cette demande de celle de parents cherchant à obtenir un acte de naissance pour inscrire leur enfant à l'école. Par contre, la stratégie a été élaborée initialement par une assistante sociale. De même, les témoins exigés par les autorités administratives sont complices de la supercherie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élise Guillermet, « Itinéraires d'enfants orphelins de mère à Zinder (Niger) : Un vade-mecum ethnologique », Face à face [En ligne], 10 | 2007, mis en ligne le 01 octobre 2007, consulté le 17 août 2017. URL : http://faceaface.revues.org/154

Haut de page

Auteur

Élise Guillermet

Doctorante en anthropologie, Université Lyon II

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org