Navigation – Plan du site

Sexualité des femmes séropositives au Maroc

Majdoul BOUCHAIB

Résumé

Le présent travail vise à apporter un éclairage sur quelques dimensions relatives à la sexualité des femmes séropositives au Maroc. Partant du postulat que l’irruption de la maladie est un évènement à forte capacité de remodeler toutes les sphères de la vie sociale des femmes séropositives (rapport à la famille, à la scolarité, au travail, à la spiritualité), la sexualité de ces femmes subit elle aussi des transformations tant au niveau des représentations que des pratiques. A travers les données recueillies par des entretiens biographiques individuels auprès de femmes séropositives et par des témoignages de groupe, nous avons pu faire ressortir, à partir de la représentation de la maladie, la représentation du corps, les effets de l’infection et du traitement, le désir de grossesse et d’enfantement, les différentes expériences de vie avec le VIH articulées avec les expériences de la sexualité.

Haut de page

Texte intégral

Sexualité des femmes séropositives au Maroc

Introduction

  • 1 Cf ; L’étude du sociologue Zineb Maadi sur le corps féminin et le rêve de développement (2004) et (...)

1Parler de sexualité au Maroc, comme dans beaucoup de pays arabo-musulmans d’ailleurs, n’est pas une entreprise facile. Etudier la sexualité féminine l’est encore moins puisque la sexualité reste la chose des hommes, les femmes étant cantonnées dans la posture de sacrifice et de fragilité, ou encore de plaisir feint (André, 1994). Il ne fait aucun doute que la sexualité reste un sujet tabou du fait qu’il est toujours soumis au pouvoir politique et religieux. La rareté des travaux portant sur la sexualité des femmes au Maroc n’a d’égal que l’abondance des travaux sur la santé reproductive et la fécondité. La famille cache la femme tout comme la femme cache la sexualité et la dissociation de la sexualité féminine du cycle accouplement-grossesse-naissance-allaitement n’est pas véritablement acquise (Dialmy, 1997). Le sujet de la sexualité va s’inscrire dans un processus de dévoilement progressif, et va subir, lui aussi, les effets des changements et bouleversements qu’a connus la société marocaine, revendiquant ainsi son autonomie en tant qu’objet scientifique à part entière. Dès lors, la femme n’est plus perçue uniquement comme procréatrices, et son corps deviendra l’objet de nouveaux questionnements. Mais le corps de la femme reste rarement abordé comme sujet revendiquant le plaisir. Les dernières études1 portant sur le corps de la femme laissent cependant entrevoir les prémisses d’un changement de perspective.

2Le sida peut être considéré comme l’un des éléments révélateurs des recherches sur la sexualité du fait du lien entre sida et relations sexuelles. Si la femme apparaît dans les études en tant que membre de sous-groupes à risque (prostituées, ouvrières…), il est rare qu’on s’intéresse à la qualité de vie des femmes séropositives et l’angle de la sexualité reste peu abordé. La féminisation de la pandémie (Himmich, 2001) change le cours des recherches sur les femmes séropositives. Néanmoins, les questions liées à la sexualité restent au second plan tant au niveau des actions de prévention que dans les recherches en sciences sociales au Maroc ?

  • 2 Ce travail s’inscrit dans le cadre d’une thèse de doctorat en sociologie sur le thème « Stratégies (...)

3Le présent travail2 vise à apporter un éclairage sur quelques dimensions relatives à la sexualité des femmes séropositives au Maroc. Partant du postulat que l’irruption de la maladie est un évènement qui contribue à remodeler toutes les sphères de la vie sociale des femmes séropositives (rapport à la famille, à la scolarité, au travail, à la spiritualité), la sexualité de ces femmes subit alors des transformations tant au niveau des représentations que des pratiques.

La sexualité féminine dans le monde arabo-musulman ?

4Nous n’avons pas la prétention d’une présentation exhaustive des essais sur la sexualité féminine dans le contexte arabo-musulman et dans le contexte marocain en particulier, nous allons nous arrêter sur deux figures, séparés dans le temps mais aussi en termes d’approche : Fatima Mernissi (1985), sociologue et essayiste reconnue pour son travail comparatif (Occident et Monde arabo-musulman) et interprétatif de la tradition musulman écrite ; et Dialmy (2014), sociologue défenseur de la sexualité comme droit humain en soi soumis au seul consentement informé des partenaires.

  • 3 Sigmund Freud, De la sexualité féminine (1931), présenté et commenté par Nadine Proia-Lelouey, Edi (...)

5Pour clarifier l’approche musulmane de la sexualité féminine qui est celui d’une " sexualité active ", Mernissi va tenter une comparaison entre l’ordre freudien et l’ordre musulman. Par opposition à l’idée chrétienne du divorce drastique entre l’esprit et le corps et à la pensée musulmane qui sacralise l’amour physique, Mernissi précise que Freud en donnant une place centrale à la sexualité, a réinventé la " culture " occidentale contemporaine. Elle note aussi que l’ordre musulman comme l’ordre freudien, tentent de contrôler de près la sexualité afin de l’aligner avec la législation religieuse et les normes sociales, la loi sociale. Mais, si la civilisation pour la pensée freudienne est par définition une " guerre contre la sexualité " selon une tradition judéo-chrétienne, elle devient dans la théorie musulmane " la conséquence de la satisfaction de l’énergie sexuelle " (Mernissi, 1985). Mernissi s’appuie sur les textes de Ghazali qui postule que, dans la relation amoureuse " Il n’y a ni agresseur, ni victime mais deux personnes qui coopèrent” (Al Ghazali, XIe siècle), vient contredire Freud qui défend une théorie de la sexualité de la femme basée sur la soumission3, la réduction et le masochisme. Si la culture musulmane érige la sexualité féminine en force puissante, puisqu’elle est motrice de la création, cette dernière n’en reste pas moins une source de désarroi avec sa capacité de mettre en péril la paix sociale en provoquant le désordre " Fitna " (Mernissi, 1985). En définitive, Fatima Mernissi reproche essentiellement à Freud d’avoir voulu construire " une théorie scientifique, avec tout ce que cela implique d’objectif et d’universel”, à partir d’une conjoncture qui " n’est que le résultat défini de sa propre culture " (Mernissi, 1985).

6Il faut noter que la quête de Mernissi, dont le but est de voir autrement le statut de la femme en islam, s’appuie parfois sur un développement partial, occultant une part importante de la réalité historique et contemporaine. La conception de la sexualité et des rapports entre hommes et femmes selon l’islam est beaucoup moins rigoriste qu’on le croit généralement, même si certains voudraient " fossiliser " les pratiques sexuelles autour d’une tradition qu’ils connaissent en fait bien mal (Chebel, 2002). L’espoir de Mernissi en une société plus égalitaire et plus démocratique fausse son rapport à la réalité (Guyencourt, 1991). Cette réalité va être abordée, par Dialmy, d’une autre manière tout en se basant sur des données de terrain.

7A la différence des travaux de Mernissi qui s’appuient essentiellement sur les textes de la tradition islamique (Imam Ghazali en particulier), Dialmy aborde le sujet à travers une réflexion d’actualité en faisant fi du passé, puisque le passé de la sexualité, selon lui, reposait sur l’exploitation sexuelle des femmes dans l’esclavage, la prostitution et le mariage et ne peut nullement constituer une référence (Dialmy, 1997). La vision de Dialmy de la sexualité dans les pays arabo-musulmans est novatrice. L’auteur décrit scrupuleusement ce qu’il qualifie de " misogynie " qui sévit encore dans ces pays, s’attardant sur ses effets néfastes sur les musulmans, et plus particulièrement le sort des femmes, qui souffrent des lois arriérées régissant les sociétés dans ses diverses composantes. Acceptant mal les outrances résultant de cet état de fait, il propose, comme alternative, une conception de la sexualité fondée sur le réalisme scientifique (biologique, sociologique, psychologique), qui accorde ses droits à tout un chacun, en particulier à la femme musulmane, victime des préjugés patriarcaux qui continuent à la cantonner dans son rôle de procréatrice et d’objet de plaisir (Dialmy, 1997). Il est temps, note-t-il, de libérer la femme arabo-musulmane du patriarcat et de lui permettre de recouvrer sa dignité en lui accordant ses droits à la jouissance sexuelle au même titre que son partenaire masculin.

8Pour Dialmy, la sexualité, pratique socialement et culturellement construite, doit se constituer au niveau psychologique, symbolique, modal, institutionnel et idéologique, et chaque système social doit combiner, d’une manière ou d’une autre, les trois composantes principales de la sexualité à savoir le plaisir, la procréation et la sublimation (Dialmy, 1997). Mais l’hégémonie du niveau idéologique et institutionnel tend à réduire la sexualité féminine au seul élément de procréation et à occulter les autres dimensions. L’expérience des femmes séropositives peut nous servir à lever quelques points d’ombre sur la condition sociale féminine au Maroc.

Méthodologie : La sexualité dans le parcours de vie

9Même si l’approche a été critiquée par certains auteurs qui lui reprochaient son caractère illusoire et son excès de sens et cohérence (Bourdieu, 1986), le terme parcours de vie est utilisé comme paradigme, comme institution sociale et enfin en référence aux trajectoires biographiques (Lalive et al., 2005). Il est utilisé également en tant que outil sociologique d’analyse des rapports sociaux et des dynamiques sociales, mais surtout comme produit et producteur de social (Bessin, 2009). Comme trajectoire biographique, le parcours de vie, selon Lalive et ses collaborateurs, ne doit pas être conçu comme simple produit comportemental, mais plutôt comme le résultat d’une construction par le sujet sur la base d’une négociation entre les différents modèles de parcours de vie et le contexte de vie. Le parcours de vie se compose d’un ensemble de parcours relatifs aux différentes sphères de la vie sociale. On distingue généralement, le parcours de santé, les parcours scolaires et professionnelles, les parcours familiale, affective et sexuel, le parcours participative ou « citoyenne », le parcours autobiographique (ibid, 2005 : p164). Le parcours de vie correspond à un modèle de curriculum qui organise le déroulement de la vie de la personne dans ces continuités et discontinuités. " ….L’articulation de ces trajectoire sectorielles à différents moments de la vie constitue le point important ; elle est révélatrice de la dialectique entre possibilités et contraintes d’un côté et entre projets et choix de l’autre " (ibid, 2005 : p164). L’importance de ce paradigme de parcours de vie réside, en plus, dans l’intérêt qu’il accorde une place aux imprévisibles. Et l’irruption de la maladie, et surtout le sida, peut être assimilée au plus grand imprévisible dans la vie d’une femme. D’où son intérêt marqué pour l’étude des « bifurcations » multiples dans le parcours de vie (Hélardot, 2005). Un de ces traits essentiel est de considérer l’ensemble de l’existence, et d’inscrire une situation donnée dans processus dynamique, avec une histoire passé avec ces implications futures (Bessin, 2009). Il renvoie aussi aux mécanismes par lesquels un événement initialement inscrit dans une sphère (santé par exemple) peut donner naissance à des modifications dans d’autres sphères (Sexuel, scolaire, professionnel…) et en définitive réorienter l’ensemble du parcours (ibid. : p61). Dans notre cas, et puisque nous sommes en face d’une infection, la sphère de santé semble être notre point de départ, et la sphère de la sexualité un paramètre indépendant.

  • 4 Au départ je n’avais pas l’intention d’aborder le sujet de la sexualité féminine dans le cadre de (...)

10A travers les données recueillies par des entretiens biographiques individuels auprès de femmes séropositives et des témoignages de groupe4, nous avons pu faire ressortir, à partir de la représentation de la maladie, la représentation du corps, les effets de l’infection et du traitement, les différentes expériences de vie avec le VIH articulées aux expériences de la sexualité. Les femmes rencontrées dans le cadre de cette étude sont diversifiées en termes d’âge et statut matrimonial - de 17 ans jusqu’à 40 et plus-, en termes d’appartenance géographique -puis ce j’ai rencontré des femmes de sud comme du nord-, en termes d’appartenances socioprofessionnelles –des étudiantes, des salariées, des bénévoles au sein de l’association ALCS et des femmes au foyer. Les rencontres avec ces femmes se sont déroulées, en grand partie, dans les locaux de l’association.

La femme dans la représentation Sida

11Dès le début de l’épidémie les chercheurs ont construit des " groupes à risque ", pour désigner des ensembles d’individus exposés en fonction de leur comportement. La dynamique des programmes nationaux et internationaux, les programmes marocains de lutte contre le sida ont désigné en premier lieu : les prostituées de sexe féminin, groupe présenté par les acteurs de santé comme principal vecteur de la contamination. Cette désignation a eu aussi pour conséquence de circonscrire le mal, le danger et le risque, et de créer une distance sociale soi-disant protectrice entre les prostituées et le reste de la population. Cette notion de " groupe à risque ", aujourd’hui quasiment abandonnée par les chercheurs (Calvez, 2001), garde au Maroc une valeur fonctionnelle : elle oriente encore le choix des études et des actions de prévention. Si les " prostituées " ont été incriminées dès le début de la prise en compte de la maladie, au Maroc comme dans d’autres pays africains (Desclaux, 1996), c’est parce que le sida – maladie qui se transmet par le sang et les relations sexuelles – est trop chargé symboliquement pour être appréhendé autrement que dans le cadre de la déviance sexuelle et sociale. Le sida est apparu au début comme une maladie purement masculine, et l’assimilation des prostituées à un " groupe à risque ", ainsi que le processus de féminisation de la maladie a très tôt associées femmes et sida dans les représentations sociales de la maladie. Cette association est, d’une certaine manière, fondatrice de l’histoire marocaine du sida et tout se passe comme si les programmes de lutte ne pouvaient que la développer et la confirmer. Le sida, désigné comme maladie de la prostitution et par extension de l’inconduite, reste pensé comme une maladie dont les femmes sont la source et le vecteur et où l’homme n’est qu’un intermédiaire dans le processus de propagation.

  • 5 A titre d’exemple : l’étude sur la prostitution de rue réalisée par Pr. Driss Bensaid (2005) et l’ (...)

12Les études5 sur les prostituées et les ouvrières effectuées ces dernières années correspondent à un modèle général du développement de l’épidémie africaine. Elles partent toutes de l’idée que l’épidémie frappe les prostituées, professionnelles ou occasionnelles, et leurs clients. Ces derniers infectent leurs autres partenaires qui à leur tour pourraient infecter d’autres hommes, comme si on cherchait symboliquement à préserver les hommes d’une contagion féminine.

13Au Maroc, un autre " groupe à risque " a été défini, groupe qui bénéficie d’une attention particulière en termes de campagnes de sensibilisation et de dépistage : les « transporteurs, camionneurs, chauffeurs de taxi, et marins ». Ce groupe corrobore aussi parfaitement cette version de l’épidémie. En effet, les membres de ce groupe voyagent, traversent les frontières et sont donc censés entretenir des relations sexuelles avec des prostituées.

14Le sida est donc une maladie de la prostitution, de la débauche, il menace le pays de l’intérieur ; maladie de l’Autre (l’étranger, le touriste, l’Européen et l’Africain), il le menace de l’extérieur. Ce " groupe " relie ainsi ces deux représentations en soutenant celle du sida comme maladie de la mobilité. Les prostituées apparaissent à l’origine de l’épidémie, et les taux élevés de séroprévalence dans les relations hétérosexuelles au Maroc (PNLS, 2007) sont utilisés pour confirmer cette hypothèse. D’un autre côté les mères sont les seules responsables de l’infection de leurs enfants et les pères sont au-delà de tous soupçons. Les femmes sont donc présentées comme contaminants aux deux bouts de la chaîne.

15Les femmes séropositives se retrouvent ainsi confrontées à un double stigmate : la souillure et la dangerosité. La responsabilité qui pèse lourd la personne séropositive en matière de prévention se voit accentuée pour les femmes. Les propos de cette femme vont dans ce sens : " Même si c’est mon mari qui m’a contaminée, les autres me voient comme coupable et seule responsable, et avec la mort de mon mari et de ma petite fille je représente désormais un danger pour les autres [...] ". (ALCS, Casablanca, 2013)

16Les femmes séropositives ressentent un grand sentiment d’injustice pour avoir été contaminées à la suite d’un rapport sexuel, surtout si celui-ci s’est produit dans le cadre d’une relation conjugale. C’est ainsi qu’une femme exprime cette sensation : " [...] C’est injuste, [...] je n’ai rien fait de mal, je n’ai jamais eu de relations sexuelles extraconjugales, ni avant mon mariage ni après. [...] C’est le virus qui est venu me chercher chez moi [...] Pourquoi les milliers de prostituées qui sont dans la rue n’ont rien, alors que les femmes comme moi souffrent à cause d’une faute qu’elles n’ont pas commise ? " (ALCS, Casablanca, 2013). D’autant plus que la contamination par le virus est un événement malheureux, la contamination dans le cadre conjugal révèlerait une infidélité dans le couple. L’imputation de la responsabilité directe de la propagation de la maladie aux femmes affecte profondément la représentation des femmes d’elles-mêmes et leur perception de leur propre corps.

Représentation du soi sexuel à travers la perception du corps 

17La question de la sexualité ne peut se traiter en faisant l’impasse sur la représentation du corps. Les études qui ont abordé la question de la gestion du corps des séropositifs ont trait à une corrélation entre représentation du corps et structuration de l’identité personnelle et sociale (Mathieu, 2000). Cette question est largement abordée par les femmes séropositives, que ce soit lors des entretiens individuels ou au moment des groupes de parole, en relation avec leur expérience sexuelle.

18Dans certains cas, les femmes séropositives sont renvoyées à l’image d’un corps " coupable ", qui leur rappelle une déviance dans leur biographie. En effet, elles ne peuvent échapper aux valeurs morales attachées à la représentation d’un corps atteint par un châtiment divin : " Contrairement au propos des autres femmes qui projettent la responsabilité sur l’autre, c’est moi qui suis allée chercher le virus et non pas le contraire. J’étais prise par l’argent que je gagnais par mon travail et je n’ai jamais pensé à la protection de mon corps contre les maladies sexuellement transmissibles [...] Je suis coupable et mon corps aussi et il n’y a pas de raison de reprocher à qui que ce soit ce qu’il m’arrive [...] c’est le châtiment de Dieu [...] " (ALCS, Casablanca, 2013). Ainsi, les femmes séropositives ressentent que leur corps porte la marque d’une fissure dont la nature dépasse l’aspect organique et biologique et trouve sa place dans l’ordre moral et éthique.

19Dans d’autres cas, le virus a une forte capacité à rendre le corps comme " étranger " à la femme séropositive. Certaines femmes séropositives ne trouvent plus les repères courants de leur corps, comme le précise cette femme : " Je ne savais plus qui j’étais. Je demande souvent aux autres amies quelle image elles avaient de moi, pour savoir ce que je donnais à voir. Depuis ma séropositivité, je fais plus ’attention aux regards des autres sur ma personne et j’essaie de voir où exactement ils focalisent leurs regards " (ALCS, Casablanca, 2013). C’est pour cette raison que les femmes rencontrées attachent plus d’importance à leur présentation, comme s’il s’agissait pour elles de cacher quelque chose pourtant invisible : " Je me suis de plus en plus préoccupée de ma personne. Et je passais de longs moments à me maquiller, à m’apprêter devant le miroir " (ALCS, Casablanca, 2013).

20Ce problème d’image de soi touche aussi les hommes ; mais l’imaginaire d’une association étroite entre la personne et son corps est particulièrement présent pour les femmes. Pour d’autres femmes séropositives, les manifestations biologiques de la maladie, dès lors qu’elles sont avérées, renvoie à l’idée d’un corps " toxique ", qui contient la mort. Toute sexualité réalisée sans précaution est, pour les femmes contaminées, porteuse de mort.

21La séropositivité se caractérise par une alternance de périodes de maladie et de périodes de répit. En cas d’infection, les représentations du corps des femmes atteintes renvoient à un statut de malade, plus ou moins transitoire, mais qui rappelle à l’entourage qu’on est menacé par la mort. Avec certaines complications (le sarcome de Kaposi notamment), la maladie se voit, le stigmate devient visible. Les infections multiples par des maladies opportunistes sur différentes parties du corps renvoient l’image d’un corps " fractionné ". Sans prévisibilité possible, du moment qu’une infection survient sur une partie du corps, on se demande quelle sera la prochaine partie du corps qui sera touchée. C’est ainsi que s’opèrent des fractions entre les parties malades du corps et celles qui ne le sont pas, ou celles qui attendent leur tour comme souligne cette femme : " [...] Dieu merci, j’ai dépassé la phase critique, le moment où j’étais hospitalisée [...] Mais après, les maladies se succèdent [...] D’abord touchée au niveau des poumons (tuberculose), puis des yeux [...] et par la suite une tumeur au niveau de la nuque [...] et ainsi de suite [...] comme si on chassait le virus d’une partie à une autre [...] " (ALSC, Casablanca, 2013). Les affections qui se succèdent et se multiplient donnent l’image d’un corps scindé. Au fur et à mesure qu’une affection survient, la femme est inquiète par la suivante. Et si le corps n’est pas atteint à la fois dans ses différentes parties et l’on se demande quelle sera la prochaine partie du corps touchée, c’est comme si une l’évolution inévitable vers la mort.

22En avançant dans la maladie, la représentation du corps associée à la séropositivité devient liée à l’idée d’un corps non seulement coupable, toxique et morcelé, mais aussi " dépossédé ", appartenant aux médecins. Les longs séjours à l’hôpital (pouvant aller jusqu’à trois mois pour certaines) et la multiplication des analyses et des interventions médicales empêchent la bonne maîtrise du corps et déforment l’image que l’on peut en avoir. Les nombreux examens auxquels sont soumis les patients provoquent souvent chez eux un sentiment d’une dépossession de leur corps : " Quand tu es à l’hôpital, et pendant toute cette période, tu te sens sous contrôle comme si ton corps n’est plus à toi, qu’il s’est transformé en un laboratoire de recherche au service des médecins, des infirmières et des stagiaires aussi. Beaucoup d’analyses, beaucoup d’examens, [...] tout le temps branché [...] " (ALSC, Casablanca, 2013).

23Dans la séropositivité associée tout d’abord à un corps toxique, faible et morcelé, mais surtout à l’imminence d’une maladie mortelle, les rapports de séduction sont faussés et gênent la vie sexuelle. En raison des sentiments de peur, parfois aussi d’amertume, beaucoup de femmes séropositives ont tendance à réajuster leur vie sexuelle ou à faire le deuil de leur sexualité de manière définitive.

Vie sexuelle des femmes à l’épreuve de la séropositivité 

24La quasi-totalité des femmes interrogées mettent l’accent sur la dégradation de l’image de soi, de l’image de leur corps induite par leur séropositivité, un corps qui a perdu son pouvoir séducteur et qui est devenu " dangereux ", mais aussi sur les modifications comportementales qui en découlent. La vie sexuelle de ces femmes subit ainsi le contrecoup de la séropositivité. D’abord un impact psychique qui se manifeste par une perte de désir et une diminution des pulsions sexuelles donnant lieu à une retraite plus ou moins durable du champ amoureux. Et comme le souligne Janine Pierret (1991), si la peur peut être mise à distance dans les autres moments de la vie quotidienne et qu’on peut oublier qu’on est porteur du virus, les rapports sexuels le rappellent toujours. Cette idée est confirmée par une femme : " Le moment où je pense à ma vie sexuelle, le virus me vient à l’esprit [...] Je me sens dégoûtée [...] J’ai perdu toute sorte de désir [...] je préfère ne pas y penser. " (ALSC, Casablanca, 2013).

  • 6 Des données hospitalières confirmées par nos données anthropologiques.

25La vie sexuelle des femmes infectées subit également l’impact de l’apparition de signes visibles de la maladie. La représentation du corps en est fortement modifiée (comme nous l’avons déjà signalé), pour des raisons " objectives " : les lésions superficielles associées au sarcome de Kaposi, les candidoses buccales, ou encore les pertes de poids massives6. Ces conséquences sont souvent vécues de manière très pénible par les femmes et peuvent être la cause d’états dépressifs, accentuant le sentiment de " dangerosité " et la conscience de leur pouvoir contaminant. Elles constituent des atteintes supplémentaires de l’image de soi. Les moments de faiblesse et de douleur, le sentiment inexorable d’évolution vers les stades terminaux de la maladie, en plus des effets secondaires occasionnés par le traitement, constituent autant d’obstacles majeurs à une expression saine de la sexualité.

26Pour pallier ces obstacles, certaines femmes insistent sur la primauté qu’elles accordent aux sentiments exprimés par les mots, l’écoute et les câlins, par rapport à l’acte sexuel. A ce stade, la relation entre les partenaires stables tend à se transformer et à privilégier la tendresse. Mais si cette nouvelle qualité de la relation est relevée comme un élément positif pour certaines, la perte de la grande partie de sa composante sexuelle est douloureusement vécue, tout spécialement par les jeunes femmes qui tendent à y attacher une valeur particulièrement importante. Plusieurs femmes séropositives vivent douloureusement ce qu’elles imaginent imposer à leurs partenaires. Elles en conçoivent des sentiments de culpabilité et craignent que les frustrations imputables à leur potentiel contaminant puissent constituer une cause de rupture de leur couple : " Parfois je me retrouve dans l’obligation de répondre aux avances de mon mari sans en avoir le moindre désir […] Mais j’ai peur de le perdre un jour, ou qu’il aille chercher ailleurs. [...] Il croit que je ne veux plus de lui, alors je n’ai pas envie de faire l’amour tout simplement [...] ". (ALSC, Casablanca, 2013).

27Il faut rappeler que seuls les préservatifs, qu’ils soient masculins ou féminins, protègent du VIH et des principales infections sexuellement transmissibles. Mais il ne faut pas sous-estimer pour autant la difficulté d’utiliser le préservatif dans certaines situations. A ce niveau, il est nécessaire de distinguer les stratégies différenciées selon deux types de relations : les relations de couple et les relations avec des partenaires nouveaux ou occasionnels. Cette distinction doit son origine à la place de la révélation de la séropositivité au partenaire : devoir de dire dans le couple, droit de se taire avec les autres partenaires (Théry, 1999). Et si l’obligation conjugale poussent les femmes à répondre aux besoins de leur conjoints, par peur de rupture de la relation ou par peur d’un éventuel adultère, les professionnelles du sexe n’ont pas le choix. La situation de vulnérabilité dont souffre une tranche importante des professionnelles du sexe rencontrées ne leur permet pas d’échapper au travail de sexe en l’absence des ressources. Se pose à ce niveau la question de la révélation du statut sérologique au partenaire et de la prévention par l’utilisation du préservatif. Les propos des femmes vont dans le même sens, montrant même comment le recours au préservatif rappelle la présence du virus, éveillant un sentiment de frustration chez la femme et un sentiment de doute chez le client : " Bien souvent lors ce que je demande à un client de porter un préservatif avant le rapport, il me demande si je suis malade [...] Et pour le rassurer, j’avance l’idée d’autoprotection [...] Et je me mets dans une attitude offensive en mettant le client dans une position de défense [...] ". D’autres femmes choisissent de désassocier le préservatif de son rôle préventif en le présentant comme moyen de contraception, avançant ainsi le motif de prévention de grossesse. Cette stratégie paraît à la fois convaincante et dépourvue de toute connotation de maladie sexuellement transmissible : " J’avance souvent le prétexte d’une grossesse non désirée pour convaincre le client de porter le préservatif [...] je leur dis que je n’utilise pas les pilules contraceptives [...] ". (ALSC, Casablanca, 2013).

28Dans le contexte de relations occasionnelles, et devant le refus insistant du partenaire ou à la crainte d’être reconnues comme séropositives, les femmes sont parfois contraintes d’abandonner le préservatif. Nous savons qu’il y a une attitude négativement construite à l’égard de l’utilisation du préservatif (Dialmy, 2014), et le recours systématique à ce moyen de prévention, pour les hommes en particulier, est souvent vécu comme une limitation de la spontanéité et de la fantaisie dans les rapports sexuels. La rencontre avec un client bien averti sur les IST/Sida pourra faciliter la négociation sur l’utilisation du préservatif, mais le maintien rigoureux et systématique d’un comportement protecteur est souvent impossible. Beaucoup de femmes ont vécu des situations de prise de risque, par peur de perdre un client potentiel ou devant une subornation irrésistible. D’autres femmes soulignent les menaces permanentes des accidents de préservatif, involontaires ou intentionnels. Les circonstances aussi jouent un rôle relativement important dans l’abandon des mesures de protection, en particulier s’il y a consommation de produits psychoactifs (alcool, stupéfiants) qui peuvent entraîner une modification de la vigilance et une diminution de la capacité à formuler des exigences.

29La rencontre de nouveaux partenaires confronte souvent les femmes séropositives à la question de l’annonce de leur statut sérologique. Dire ou taire ? La plupart des femmes séropositives semblent d’abord retenir la deuxième solution. Par la suite, elles choisissent de ne révéler leur situation qu’aux partenaires avec lesquels elles pensent pouvoir dépasser le cadre d’une simple aventure : " Je n’ai jamais révélé mon statut sérologique à un client [...] Mais il y a des filles dans le groupe qui passent des informations aux clients sur les filles malades, question de concurrence sur le marché [...] Un jour j’ai rencontré un homme avec qui j’ai pu développer une relation plus au moins stable [...] C’est le seul homme qui est au courant [...] Vaut mieux de lui dire moi-même que de risquer qu’il ait l’information par les autres [...] " (ALSC, Casablanca, 2013).

30Ces différentes difficultés dans la vie sexuelle des femmes séropositives ne disparaissent pas avec le temps. La période qui suit la découverte de la séropositivité apparaît fortement perturbée avec des comportements extrêmes allant de l’abstinence à la multiplication des rencontres occasionnelles. Des épisodes de dépression qui apparaissent souvent après le diagnostic de séropositivité, peuvent réapparaître à tout moment, en particulier lorsque les symptômes cliniques perturbent la vie sexuelle (Meystre-Agustoni, 1999). Avec le temps, les femmes parviennent à mieux gérer la révélation de leur statut, à anticiper davantage les situations, à mieux négocier la question de la protection. Mais cette adaptation n’est jamais acquise et le préservatif ne se banalise jamais totalement.

31Janine Pierret (1999) évoque cette difficulté de maintenir à long terme l’utilisation du préservatif : baisse de la vigilance, usure de la relation dans le couple et, pour ceux qui circonscrivent leur activité sexuelle à des relations occasionnelles, insatisfaction croissante pour ce type de relations. A cet effet de la durée, se conjuguent d’autres moments de vulnérabilité : les ruptures amoureuses, les périodes de constitution des couples ou au contraire la survenue de relations extérieures au couple constitué, ainsi que les éventuelles périodes de vulnérabilité durant lesquelles la situation sociale se dégrade.

32Les multi thérapies permettent aujourd’hui à la plupart des patients de retrouver une immunité quasi normale pendant une période indéterminée. Mais, si le traitement antirétroviral a un bénéfice indéniable sur l’état immunitaire, il ne permet pas pour autant de résoudre toutes les difficultés auxquelles sont confrontées les personnes infectées par le VIH. Les femmes séropositives mariées et les femmes réussissant une relation stable se trouvent confrontées à la question au désir de grossesse et d’enfantement.

Grossesse et désir d’enfanter

33La fécondité, telle qu’elle est culturellement construite (Bensaid & Harras, 1996), semble être un élément central de l’identité de la femme. La femme stérile " Aagra " est socialement stigmatisée, et ne pas ou ne plus pouvoir avoir d’enfant l’expose à des conséquences pouvant aller jusqu’au rejet par le partenaire, par la belle-famille, mais aussi la stigmatisation comme « malade » puisque non fertile : " Après la mort de mon mari [...] mon beau-père a beaucoup insisté pour que je reste avec eux [...] Il me disait souvent qu’il me considérait comme une de ses filles [...] Après la mort de ma fille, les choses ont beaucoup changé et ma présence parmi eux n’est plus désirée, et n’avait d’ailleurs plus de sens [...] Ma fille était le seul lien qui me réunissait encore avec ma belle-famille. J’ai anticipé mon départ avant qu’ils ne me le demandent ouvertement [...] " (ALSC, Casablanca, 2013). A l’opposé, une maternité réussie peut rassurer la femme sur son identité et conforter son entourage sur sa santé et sa fécondité, constituant ainsi un garant de solidité pour le couple et un gage de survie pour l’individu.

34De plus en plus de femmes infectées expriment le souhait de fonder une famille et d’avoir des enfants. Les progrès médicaux réduisent de plus en plus le risque de transmission du virus de la mère à l’enfant, qui est actuellement de 1 à 2 % tous traitements confondus. En l’absence de traitement, ce risque serait de 15 à 30 % pendant la grossesse et de 10 à 20 % pendant l’allaitement (Msellati, 2005).

35Les études antérieures effectuées en Europe et aux Etats-Unis ont montré que l’annonce de l’infection par le VIH a l’effet paradoxal de relancer le désir d’enfant chez la femme séropositive plutôt que de le remettre en cause (Théry, 1999). Le désir des femmes infectées de fonder une famille et d’avoir des enfants est de plus en plus exprimé, désir d’autant plus possible étant donné les avancées réalisées en matière de traitement et de prise en charge. Mais d’après les résultats de notre étude, ce désir se révèle être une source d’angoisse et d’incertitude nécessitant une information et un accompagnement médical adaptés.

36Malheureusement, ce désir suscite encore des réactions de rejet et de préjugés. Beaucoup de femmes qui ont exprimé ce désir se confrontent à une réticence explicite ou implicite de la part du corps médical, comme l’explique cette femme : " J’ai beaucoup regretté mon dernier avortement [...] A vrai dire mon médecin m’a conseillé d’abandonner le projet de grossesse sous prétexte des complications qui peuvent surgir par la suite [...] ". Les propos d’une autre femme explique à quel point la réaction de certains médecins, devant l’expression de ce désir, peuvent être ressenties comme une atteinte à la dignité : " J’avais des sentiments de joie et de peur qui s’entremêlent au moment où j’ai su que j’étais enceinte, mais la réaction du médecin m’a vraiment déçue [...] Il m’a dit : la maternité est une responsabilité, tu crois que c’est un jeu d’enfant [...] Occupe- toi d’abord de ton problème de santé, tu n’es pas en mesure d’en rajouter un autre ". (ALSC, Casablanca, 2013).

  • 7 Claire Compagnon, Véronique Ghadi, La maltraitance « ordinaire » dans les établissements de santé, (...)
  • 8 Ibid, page 21

37Ce genre de situations, dénoncées par plusieurs femmes, renvoi en générale au problème de maltraitance aux hôpitaux. Cette maltraitance semble liée d’une part aux comportements des professionnels mais aussi à l’organisation des établissements de santé. Une étude7 a fait état de " pressions psychologiques " qui se traduisent notamment par " des situations d’humiliation, des propos blessants ou des menaces implicites ou explicites "8.

  • 9 Ibid, page 26

38L’étude met aussi en évidence de nombreux cas où " c’est le fonctionnement de l’organisation qui agresse les malades et leurs proches ". En règle générale, il est demandé au " patient de s’adapter aux contraintes de l’organisation et non l’inverse "9.

  • 10 Ibid, page 27

39L’étude ajoute que " l’établissement de santé fonctionne selon des règles implicites connues seulement des professionnels, ou parfois explicitées dans un règlement plus ou moins formalisé " et " l’invocation de ce règlement a pour objectif de faire entrer le malade dans un rôle prescrit, d’autant moins accepté que les règles édictées ne trouvent pas de justification claire et confinent parfois à l’absurde, voire à l’inhumanité "10.

40Le contrôle d’une éventuelle grossesse est particulièrement important chez la femme séropositive et nécessite un suivi strict et un engagement de l’ensemble du staff médical, médecins et médiateurs thérapeutiques. Le rôle des médiateurs thérapeutiques est décisif dans le processus de suivi des femmes enceintes, néanmoins ils le conçoivent comme une charge supplémentaire dont ils souhaiteraient se débarrasser. Leur contact avec toutes sortes de femmes analphabètes, issues généralement de milieux défavorisés, leur complique la tâche. L’ignorance supposée des femmes et leur prétendue incapacité à suivre rigoureusement les consignes et recommandations provoquent la réaction farouche des médiateurs. Une médiatrice thérapeutique qui venait juste de terminer une séance d’accompagnement avec une femme enceinte, m’a exprimé son sentiment de mépris vis-vis cette femme en me disant : " Je ne sais pas comment elles pensent, ces femmes-là, elles souffrent de la pauvreté, de l’analphabétisme, du sida et cherchent encore à aggraver leur situation en enfantant. Et par la suite elles viennent nous empoisonner la vie. A mon avis, et abstraction faite de leur taux CD4, le médecin doit prendre en considération les conditions économiques et sociales de ces femmes avant de leur permettre d’entreprendre un projet de grossesse [...] ". (Hôpital du jour Casablanca, 2013).

  • 11 Prévention de Transmission de la Mère à l’Enfant.

41Les informations recueillies dans le cadre de l’étude montrent que le soutien qui aurait permis à ces femmes de faire face à leur situation, en les aidant à construire un système de valeurs et de comportement intégrant la séropositivité et ses conséquences sur la vie sexuelle, se heurte à des représentations génératrices de formes de stigmatisation et de discrimination. Le plus frappant dans les équipes impliquées dans les programmes de recherche sur la PTME11, mais aussi dans les autres activités de prise en charge, est que certains membres du personnel trouvent beaucoup de mal à s’adapter aux conditions de travail spécifiques requises pour cette activité (spécificité de la catégorie, vulnérabilité des tranches touchées, attitude agressive de certains séropositifs vis-à-vis du staff médical, etc.).

Conclusion

42La sexualité reste un sujet tabou dans la société, sujet qui demeure réellement inexploré lorsqu’il s’agit des femmes qui vivent avec le VIH au Maroc ? La situation est quelque différente en Afrique subsaharienne. Préciser le lieu. Le faible nombre de demandes de soutien et le manque de stimulation des intervenants contribuent à expliquer cette situation. De manière générale, la population n’est pas habituée à évoquer les questions sexuelles sauf dans les cas extrêmes présentant un danger létal comme la stérilité. Pour différents motifs, la discussion relative à la sphère sexuelle n’est pas un thème systématiquement abordé par les intervenants. Et les seules occasions que constituent les groupes de paroles ne répondent pas aux attentes des bénéficiaires.

43Pourtant, devant l’amélioration des traitements et l’évolution du VIH en maladie chronique, la sexualité est un domaine que les personnes atteintes réinvestissent. Dans cette étude, les femmes séropositives témoignent des différentes difficultés concernant leur vie intime : effets physiques, perturbations psychologiques, peur de rejet et des formes de stigmatisation et de discrimination, position de faiblesse lors des négociations sur les mesures préventives, absence d’interlocuteurs professionnels investis, etc. Devant cet état de fait, les femmes n’arrivent pas à vivre une sexualité pleinement épanouie et à gérer au mieux leurs prises de risque.

44La sexualité s’en trouve ainsi affectée de diverses manières : baisse du désir, insatisfaction des relations affectives et sexuelles, dysfonctionnements sexuels, perturbation des relations amoureuses ou encore abstinence ou retraite sexuelle. Et si certaines femmes séropositives arrivent à maintenir ou à renouer des relations avec des partenaires stables, elles se trouvent confrontées à la question de grossesse et d’enfantement, élément principal dans le processus de construction identitaire.

45Reste à signaler que les médecins, particulièrement les spécialistes en matière des maladies infectieuses, ont surtout appris à voir la sexualité à travers le prisme de l’anormalité. De plus, de par leur formation, ils se sentent plus à l’aise avec la douleur qu’avec le plaisir. Très rares sont les médecins (en grande partie des femmes) qui s’informent de la santé sexuelle de leurs patientes. Par pudeur ou par crainte d’être accusés d’une certaine forme de voyeurisme, plusieurs médecins (les hommes en particulier) se font tout simplement complices des blocages de leurs patientes. Cette situation risque de durer tant que les médecins n’auront pas reçu une formation adéquate en sexologie ou au moins acquis le réflexe d’orienter leurs patientes vers des sexologues.

Références

al-Ghazali A H.1898, Ihya’ `Ulum ad-Din [Revivification des sciences de la foi], Le Caire, Al-Matba’a al-Azhariya.

André J., 1994, La sexualité féminine, Que sais-je ? 1er Ed, Paris, Puf.

Bensaid D. et Harras M., 1996, « Athaqafa wa lkhoussouba, dirassa fi assoulouk Al Injabi belmaghreb », Culture et fécondité, étude des comportements procréatifs au Maroc, Bayrout, Dar Attaliaa.

Bessin M., 2009, Parcours de vie et temporalités biographiques : quelques éléments de problématique, Informations sociales, 156 : 12-21.

Blais M., 2009, Thomas d’Aquin le plaisir et la sexualité, Québec, Les classiques des sciences sociales.

Bourdieu P., 1986, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales. vol. 62-63 : 69-72.

Calvez M., 2001, « le risque comme ressource culturelle dans la prévention du Sida », in Dozon J.-P., Fassin D. eds., Critique de la santé publique. Une approche anthropologique, Paris, Balland, pp. 127-144.

Chebel M., 2002, Amour, désir et sexualité en islam, Propos recueillis par Jean-François Dorier, Rencontre avec Malek Chebel, Sciences Humaines, N 131.

Compagnon, C. & V. Ghadi (2009), La maltraitance « ordinaire » dans les établissements de santé, Etude sur la base des témoignages, http://www.serpsy.org/​actualites_2010/​rapport_ghadi_compagnon_2009.pdf.

Desclaux A., 1996, « De la mère responsable et coupable de la maladie de son enfant », J. Benoist (éd), Soigner au pluriel. Essais sur le pluralisme médical, Paris, Karthala : 251-280.

Dialmy A., 1997, Famille, femme et sexualité au Maroc : 1912-1996, Prologue, N°9 : 60-73.

Dialmy A., 2014, Sociologie de la sexualité arabo-musulmane, Traduction de l’arabe par Abdelhamid Drissi Messouak, Logiques sociales, Paris, L’Harmattan.

Guyencourt (de) L., 1991, Fatima Mernissi, Sexe, Idéologie, Islam, Paris, Tierce, 1983 ; Le Maroc raconté par ses femmes, Rabat, SMER, 1984 ; Le harem politique : le Prophète et les femmes, Albin Michel, 1987 ; Sultanes oubliées, Paris, Albin Michel, 1990, L’Homme et la société, N°99-100 :234-237.

Hakima H., 2001, Le sida au féminin, L’approche culturelle de la prévention et du traitement du VIH/Sida, Colloque régional, Fès.

Hélardot V., 2006, « Parcours professionnels et histoires de santé : une analyse sous l’angle des bifurcations », Cahiers internationaux de sociologie, 120 : 59-83.

Lalive d’Epinay C. et al., 2005, De l’étude des personnes âgées au paradigme du parcours de vie, Mercure D. (éd.), L’analyse du social. Les modes d’explication, Québec, Les Presses de l’Université de Laval, pp 141-167.

Maadi Z., 2004, Al jassad Al Onthaoui wa Holmo Atanmia, « Le corps féminin et rêve de développement », Fennec.

Mathieu S., 2000, Ce corps étranger, Quasimodo, n° 6 : 241-249.

Mernissi F., 1985, Sexe, idéologie, Islam, Les Éditions maghrébines, Casablanca.

Meystre-Agustoni G., 1999, « Prises de risques chez les personnes vivant avec le VIH/sida », in Séropositivité, vie sexuelle et risque de transmission VIH, Collection Sciences sociales et Sida, ANRS, pp 101-103.

Ministère de la santé, Plan Stratégique National de Lutte contre le Sida 2007-2011, (2006), Royaume du Maroc, Ministère de la Santé, Direction de l’Epidémiologie et de lutte contre les maladies.

Msellati P., 2005, « Les femmes enceintes et les soignants. Ces malentendus qui rendent la prévention de la transmission mère enfant du VIH plus difficile qu’il n’y paraît (Commentaire) », Sciences sociales et santé, vol. 23, n° 1 : 109-118.

Pierret J., 1999, « Vie sexuelle et affective des personnes asymptomatiques de longue durée », Séropositivité, vie sexuelle et risque de transmission VIH, Collection Sciences sociales et Sida, ANRS, pp71-85.

Sbai K., 2011, Al jassad Al Onthaoui wa Haouiyat Al Jandar, « Le corps féminin et l’identité du genre », Jadawel.

Théry I., 1999, « Une femme comme les autres » séropositivité, sexualité et féminité », Séropositivité, vie sexuelle et risque de transmission VIH, Collection Sciences sociales et Sida, ANRS, pp113-137.

Haut de page

Notes

1 Cf ; L’étude du sociologue Zineb Maadi sur le corps féminin et le rêve de développement (2004) et l’étude du psychosociologue Khouloud Sbai sur le corps féminin et l’identité du genre (2011).

2 Ce travail s’inscrit dans le cadre d’une thèse de doctorat en sociologie sur le thème « Stratégies de vie avec le sida, parcours de vie des jeunes vivant avec le VIH, cas de la ville de Casablanca » sous la direction de Pr. Driss Bensaid, Université Med V, Faculté des Lettres et Sciences Humaines Rabat Agdal.

3 Sigmund Freud, De la sexualité féminine (1931), présenté et commenté par Nadine Proia-Lelouey, Editions in Press, 2014

4 Au départ je n’avais pas l’intention d’aborder le sujet de la sexualité féminine dans le cadre de cette thèse, mais les données du premier entretien m’ont encouragé dans cette voie. L’entreprise n’était pas facile vu les réticences des femmes à parler ouvertement de leur expérience sexuelle avec la séropositivité. L’alternative adoptée à ce niveau était le recours à des témoignages individuels ou de groupe animés et enregistrés par une tierce personne dans le cadre de programmes d’activités associatives.

5 A titre d’exemple : l’étude sur la prostitution de rue réalisée par Pr. Driss Bensaid (2005) et l’étude sur la vulnérabilité des ouvrières face au VIH, réalisée par Pr. Jamal Khalil et Pr. Hassan Rachik (2011) (Rapport d’étude inédit).

6 Des données hospitalières confirmées par nos données anthropologiques.

7 Claire Compagnon, Véronique Ghadi, La maltraitance « ordinaire » dans les établissements de santé, Etude sur la base des témoignages, 2009. En ligne, consulté le 27 Juin 2016 : http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2010-01/rapport_ghadi_compagnon_2009.pdf

8 Ibid, page 21

9 Ibid, page 26

10 Ibid, page 27

11 Prévention de Transmission de la Mère à l’Enfant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Majdoul BOUCHAIB, « Sexualité des femmes séropositives au Maroc », Face à face [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 24 juin 2017, consulté le 23 août 2017. URL : http://faceaface.revues.org/1170

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org