Navigation – Plan du site

Stigmatisation et contraintes de l’accès à la ptme chez les femmes séropositives dans les régions de l’extrême-nord et du nord au Cameroun.

Estelle KOUOKAM MAGNE, Marie-Claude Astride NGANDO et Rachel Kelly NOUPA

Résumés

A partir d’une recherche ethnographique menée au Cameroun dans les régions du Nord et de l’Extrême-Nord auprès de femmes séropositives de 2012 à 2014, notre article vise à montrer les contraintes que rencontrent les femmes désirant accéder aux services de PTME. Nous interrogeons d’abord les cadres de l’expérience hospitalière chez les femmes, ensuite le rapport de ces dernières aux soignants, puis la maîtrise de l’information sur la séropositivité, ainsi que la priorité accordée aux médicaments au détriment des examens biologiques. Enfin, nous montrons les différentes tactiques qu'elles emploient pour assurer la prévention de la transmission mère-enfant du VIH après l’accouchement, tout en maintenant le secret autour de leur statut sérologique au sein de leur environnement familial.

Haut de page

Texte intégral

INTRODUCTION 

1 Selon le comité national de lutte contre le sida, « Le but visé par le plan stratégique 2014-2017 en matière de prévention de la transmission mère-enfant du VIH (PTME) est la réduction du taux de transmission du VIH de la mère à l’enfant à moins de 5% d’ici à 2017 » (CNLS, 2014 : 22). L’une des stratégies est « la mise à disposition des intrants pour la PTME (intrants pour la PF, ARV, Cotrimoxazole, PCR…) » (CNLS, 2014 : 22). Les femmes enceintes dont la séropositivité est connue lors de leur grossesse sont confrontées au quotidien à ces différents défis que pose la TME. Pour le système de santé, il s’agit d’assurer la disponibilité d’intrants pour les tests et lorsque la séropositivité de la mère est confirmée, de s’assurer que celle-ci se soigne grâce à un accès aux ARV sachant que la prise des médicaments suppose l’accès aux examens biologiques payants. Les femmes quant à elles doivent composer avec leur environnement familial et social pour espérer un soutien (Loubière et al., 2010). En même temps, la crainte que les personnes qui leur apportent un soutien relationnel et financier puissent divulguer des informations relatives à leur séropositivité peut conduire des femmes à vivre avec leur secret malgré la normalisation du corps que favorise l’accès aux ARV (Ouattara et al. 2011). C’est dans une approche prenant en compte le système de santé publique et la vie quotidienne des patientes que s’inscrit cet article.

2Selon le Ministère de la santé publique (MINSANTE), «  l’Extrême Nord et le Nord concentrent le plus grand effectif d’aires de santé enclavées et de centres médicaux d’arrondissement sans médecins surtout ceux des districts administratifs récemment érigés en arrondissements. De même, les zones montagneuses, sahéliennes et insulaires récemment rétrocédées après la résolution du conflit frontalier Cameroun-Nigéria sont également réputées difficiles » [Minsanté-DRH 2010]. Cet article est issu d’une recherche ethnographique de 24 mois menée entre 2012 et 2014. Le projet a bénéficié d’une subvention accordée en 2011 par le programme « sida, santé et développement » de la Fondation de France au laboratoire Les Afriques dans le Monde (LAM) rattaché à l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux. L’étude intitulée « acteurs, éthiques et enjeux autour de la prévention de la transmission du VIH/sida de la mère à l’enfant (PTME) au Cameroun » dirigée par Josiane Tantchou, avait pour objectif de comprendre les raisons de la faible performance des programmes PTME au Cameroun. Il s’agissait d’ethnographier de manière précise les programmes PTME mis en place dans la région de l’Extrême nord et la région du Nord, et plus précisément les hôpitaux de référence de Maroua et de Garoua, deux régions périphériques du Cameroun.

  • 1 Les professionnels de la santé rencontrés sont des médecins, sages-femmes, maïeuticiens, laborantin (...)

3 A Maroua, l’enquête a été conduite entre 2012 et 2013 principalement au sein de l’hôpital régional de Maroua (HRM), qui abrite également un centre de prévention et de dépistage volontaire (CPDV) et le centre de traitement agréé (CTA). Au CPDV, sont effectués les tests de dépistage volontaire au VIH et l’orientation des femmes vers la maternité lorsque leur état de grossesse est connu afin qu’elles bénéficient des interventions de PTME. C’est dans ce service qu’interviennent la majorité des Agents Relais Communautaires. Le traitement antirétroviral quant à lui est donné au CTA (prise en charge médicamenteuse des femmes enceintes éligibles au traitement et mise à disposition de la maternité les ARV prophylactiques pour la prise en charge des femmes enceintes non éligibles au traitement). La méthodologie utilisée était qualitative, reposant sur des entretiens semi-directifs ─ menés auprès de femmes vivant avec le VIH (20), des professionnels de la santé1 (23) ─ et des observations effectuées dans les services hospitaliers, notamment à la maternité, des interactions entre professionnels de santé d’une part, et d’autre part entre soignants et soignés. Les entretiens semi-directifs ont également été menés auprès du Délégué Régional de la Santé de Maroua, du point focal PTME de la Délégation Régionale du MINSANTE de la ville, du responsable du centre d’approvisionnement en produits pharmaceutiques à Maroua, du major de la maternité de l’Hôpital régional de Maroua (HRM), du point focal PTME de l’HRM.

4 Dans la ville de Garoua, l'enquête a été conduite à l’hôpital régional de Garoua (HRG) qui est un centre de référence pour les formations sanitaires de la région du Nord Cameroun. Cet hôpital est doté d’un centre pour le dépistage volontaire (CPDV) et d’un centre de traitement agréé (CTA). Les entretiens semi-directifs ont été effectués auprès des femmes vivant avec le VIH (22) et des époux des femmes vivant avec le VIH (03). Ils ont également été menés auprès du Délégué Régional de la Santé de Garoua, du point focal PTME de la Délégation Régionale du MINSANTE de la ville, du responsable du centre d’approvisionnement en produits pharmaceutiques à Garoua, du major de la Pédiatrie de l’HRG, du point focal PTME de l’HRG, du responsable de l’orphelinat « Centre d’accueil pour enfants en détresse de Garoua », du responsable d’une association de PVVIH, des médecins, sages-femmes, infirmières, agents de relais communautaires, soit en tout 12professionnels de la santé. Nous avons également  effectué des observations dans les services hospitaliers afin d’y considérer les interactions entre professionnels-professionnels et entre soignants-soignés.

Tableau récapitulatif : répartition des personnes enquêtées

Total

Femmes VIH

42

Epoux

  3

Professionnels de santé

35

Nombre de personnes interrogées

80

 Source : notre enquête

5 Nous interrogeons d’abord les cadres de l’expérience hospitalière chez les femmes, ensuite le rapport de ces dernières aux soignants, puis la maîtrise de l’information sur la séropositivité, ainsi que la priorité accordée aux médicaments au détriment des examens biologiques. Enfin, nous montrons les différentes tactiques qu'elles emploient pour assurer la prévention de la transmission mère-enfant du VIH après l’accouchement, tout en maintenant le secret autour de leur statut sérologique au sein de leur environnement familial.

Les cadres de l’expérience hospitalière des femmes

6 Par expérience hospitalière, nous entendons les connaissances acquises par les femmes au contact de l’hôpital et de professionnels de santé, par leur usage fréquent des formations sanitaires. Cette expérience leur permet de construire leur circuit thérapeutique au sein de l’hôpital et de juger de l’opportunité ou non du respect des normes organisationnelles officielles en vigueur dans les hôpitaux régionaux de Garoua et de Maroua. A Maroua, quelques dates peuvent être retenues sur la mise en place et le fonctionnement du programme de prévention de la transmission de la mère à l’enfant. En 2003, le programme est introduit à l’hôpital régional. A partir de 2005 des tests de dépistage pour les femmes enceintes sont offerts gratuitement dans le cadre de la PTME et rendus disponibles au laboratoire de l’hôpital. La même année, un point focal PTME est désigné conformément à la politique camerounaise de lutte contre la transmission de la mère à l’enfant.

  • 2 Dans un contexte de faiblesse de ressources humaines en santé, l’existence des agents relais commu (...)

7 Dans les deux hôpitaux, les soignants intervenant dans la prise en charge des PVVIH sont : les agents relais communautaires2 (ARC) et membres de l’association des frères et sœurs unis (AFSU), du point focal PTME, le personnel du Centre de dépistage volontaire (CPDV) et le Centre de Traitement agréé (CTA), les prescripteurs d'ARV que sont les médecins, et les autres personnels qui interviennent dans la prise en charge tels que les infirmiers ou les sages-femmes. Cette diversité des intervenants est évaluée par les femmes comme l’un des risques de divulgation de leur statut sérologique. Cela dans un contexte où l’une des principales préoccupations des femmes est de contrôler l’information relative à leur statut sérologique.

  • 3 Entretien réalisé à Maroua en août 2012.

8 A Maroua et à Garoua, les femmes enceintes se rendent au centre de consultation prénatale où se trouve le « point focal PTME». Au sein de ces deux hôpitaux, cette fonction est assurée par des sages-femmes. Le point focal intervient au niveau opérationnel dans la collecte des données au niveau régional. Outre cette production des statistiques sur le nombre de femmes enceintes infectées, cet acteur du programme national de lutte contre le sida devient incontournable pour les femmes enceintes séropositives. Cette position réduit les risques de stigmatisation selon le point Focal : « On dit que la PTME doit intégrer les CPN. Que de dire à la femme il faut monter là-bas voir le point focal, c’est le point focal qui s’est déplacé pour venir les trouver sur place. Comme ça elles viennent à la CPN, on dépiste. Si il y a à administrer les ARV on fait tout ça là discrètement une fois »3

  • 4 Déclaration d’une femme à Maroua en août 2012.
  • 5 Lorsque la consultation a lieu en cas de maladie. Les accompagnants interfèrent avec la relation p (...)

9 C’est elle qui leur rend les résultats du test de VIH. Si celui-ci est positif, elle se chargera de leur suivi médical pendant la grossesse et au moment de l’accouchement. Les relations qui s’établissent entre le point Focal PTME et les femmes sont des relations privilégiées. A leurs yeux, l’accès au traitement et à l’information est garanti par le point Focal. L’appropriation du message sur le traitement du VIH/SIDA, passe donc par une personnalisation de la relation qu’elles entretiennent avec le point focal. Dans un système de santé où le patient anonyme est souvent « mal traité » (Olivier de Sardan, 2003), cette relation privilégiée est une manière pour elles de sécuriser le secret médical et leur accès à l’information. Cette patiente déclare qu’en cas d’absence du point focal : «  je rentre seulement, je préfère revenir encore »4. Ce point focal joue aussi le rôle de confidente dans la mesure où c’est elle la première à leur avoir annoncé leur statut sérologique et à leur avoir prodigué des conseils. Dans un contexte où l’infection à VIH est stigmatisée, et le secret médical peu garanti, les femmes suivies préfèrent n’avoir qu’une soignante au courant de leur secret. Le point focal est donc l’objet de cristallisation des attentes et des espoirs des femmes qui le rencontrent lors des consultations de routine dans la mesure où elles s’y rendent en général toutes seules5. Il représente à leurs yeux la lutte contre l’infection et sa transmission de la mère à l’enfant d’où la personnalisation des rapports avec leur soignant.

Le rapport des femmes à « leur » soignant

10 Les expériences des femmes structurent leur conception du rôle du personnel de santé en ce qui concerne leur accès aux soins. Ce rapport oscille entre confiance et suspicion. Une fois l’avis médical émis, les comportements des femmes séropositives vont de l’application des normes au contournement des recommandations reçues à l’hôpital. Selon Anthony Giddens, risque et confiance sont liés « On n’a pas besoin de faire confiance à quelqu’un dont les activités sont visibles en permanence et dont les modes de raisonnement sont transparents, ni de faire confiance à un système dont les rouages sont parfaitement connus et compris. » (Giddens, 1994 : 40).

11 Le comportement des femmes séropositives peut changer au cours de la même grossesse, ou d’une grossesse à l’autre en raison des relations qu’elle entretient avec le personnel de santé, de leur adhésion à une association de PVVIH et des informations reçues. L’adhésion ou la non-adhésion des femmes au discours du personnel de santé est donc dynamique. Ces différentes expériences singulières mettent en évidence l’importance de la qualité de la relation que le soignant développe avec la patiente. Lorsque cette dernière développe une relation de confiance avec son soignant elle est observante et devient fidèle à un seul soignant, d’où la relation exclusive que développent les patientes avec leurs soignants au détriment d’une approche de santé publique qui tend à relier un soignant à un patient indépendamment de l’histoire de leur relation thérapeutique. Cette dernière est importante pour l’observance des traitements au regard des expériences partagées par nos informatrices.

  • 6 Entretien réalisé à Maroua en août 2012.
  • 7 Entretien réalisé en octobre 2013.

12Dans les hôpitaux le risque d’être rudoyé par le personnel de santé est important (Jaffré & Olivier de Sardan, 2003), les patientes préfèrent se rapprocher des ARC partageant leur statut sérologique. Ces derniers sont crédités d’une empathie. Un ARC, membre d’une association de PVVIH et travaillant au CPDV/CTA de Maroua déclare : « quand une personne infectée témoigne devant une autre personne infectée, il y a plus de chance que cette dernière accepte son statut de séropositif et tout ce qu’on lui demande de faire »6. Seulement, cette relation de confiance peut devenir exclusive et par conséquent avoir des effets pervers sur le suivi médical de la patiente dans la mesure où elle considère le soignant en question comme la seule référence au sein de l’hôpital. Comme nous le confirme ce responsable, « vous référez, la femme ne part pas (…) elle n’est pas préparée à aller ailleurs. Elle a une confiance en vous telle que si vous ne pouvez pas faire quoique ce soit ce n’est pas ailleurs qu’on peut faire. »7.

13 Si certaines femmes sont en confiance, d’autres sont plutôt dans la suspicion, on peut aussi constater le trouble de la femme séropositive lorsqu’elle est suivie par plusieurs personnes et reçoit des informations différentes. C’est le cas d’une femme enceinte, qui au décès de son mari malade, a été convaincue par son cousin infirmier de faire le test de dépistage du VIH. Ce dernier l’a mise ensuite en contact avec une ARC. Après l’accouchement à l’hôpital, la sage-femme qui l'a prise en charge lui a demandé d’acheter le lait industriel pour nourrir l’enfant, ce qui a apeuré la jeune maman qui s'est confiée à l'ARC. L’ARC, quant à elle a demandé de nourrir l’enfant au lait maternel. En effet, à l’époque de notre recherche de terrain, les pratiques de prescription des professionnels de santé oscillent entre l’allaitement au lait industriel et l’allaitement protégé. Les deux professionnelles se sont concertées, et l’ARC, connaissant la situation précaire de la jeune maman, a réussi à convaincre la sage-femme au grand soulagement de la jeune maman. On voit bien que si ces deux professionnelles n’avaient pas trouvé d’accord, il n’est pas certain que la femme aurait choisi l'allaitement maternel, qui restait la meilleure option pour la santé du bébé eut égard à la faiblesse de ses ressources.

14Pour certaines femmes, la découverte de leur séropositivité représente un malheur supplémentaire, dans une vie déjà peu stable et « chaotique » (Pierret, 2008 :165). Du fait de leur maladie, elles sont abattues et craignent plus que jamais la honte et le rejet des autres. La vie à ce moment devient une fatalité. Cette réaction serait due à la méconnaissance de la maladie ou au manque d’informations justes sur les traitements, la prévention de la transmission mère-enfant. Ces femmes considèrent déjà l’enfant qu’elles portent comme un enfant condamné à être malade. C’est le cas d’une femme dont le mari est décédé des suites du sida. Après la mort de son mari, elle a fait un test qui se révèle positif. Peu de temps après, elle se remarie et est de nouveau tombée enceinte. Lors des CPN, elle est informée sur le fait que la mère peut transmettre le virus à son enfant ; elle veut avorter car dans son entourage, elle ne peut compter que sur l’aide du père de l’enfant qui n’est pas au courant de son statut sérologique. Les autres membres de sa famille et de son entourage qui connaissent son statut l'ont rejeté. C’est une ARC qui lui vient en aide en lui prodiguant des conseils et l’aide ainsi à rester dans le circuit de la prise en charge. Comme le mentionne un ARC : « D’autres femmes fuient et ne reviennent pas. C’est quand elles accouchent et que l’enfant tombe malade qu’elles reviennent avec l’enfant. Et on leur dit que si tu avais fait comme on t’a dit l’enfant ci ne devait pas être malade. Et si elle prend encore une autre grossesse il n’y aura plus de problème. Elle va venir ». l’accompagnement psychologique peut permettre aux femmes rejetées par leurs proches, qui auraient à priori quitter les circuits de prise en charge, de s’y maintenir et accoucher dans des conditions préconisées par le programme de prévention de la transmission de la mère à l’enfant.

  • 8 Capitale du Cameroun située à 1000 kilomètres de Maroua.
  • 9 Chef –lieu de la région de l’Adamaoua situé à 482 kilomètres environ de Maroua.
  • 10 Entretien réalisé à Maroua en Octobre 2013.

15 L’expérience thérapeutique antérieure acquise au sein d’autres formations sanitaires peut déterminer l’attitude de la femme. C’est le cas d’Aïcha qui émet des réserves sur la prestation du personnel de santé de l’hôpital. Aïcha est âgée de 30 ans et mère de deux enfants de 2 ans et de 4 jours. Venant de Yaoundé8, elle a suivi son mari affecté à Ngaoundéré9. Elle nous explique : « il y a une [sage-femme] qui m’a demandé pourquoi est-ce que je tiens à l’allaitement maternel et non pas à l’allaitement artificiel. Je lui ai dit que le premier je l’ai allaité comme ça et j’ai déjà eu à m’entretenir avec mon médecin à Yaoundé qui m’a conseillé que cette fois-ci j’allaite pendant quatre mois et que c’est nécessaire pour assurer les anticorps et autres. Et qu’il ne peut pas me dire que je revienne sur l’allaitement artificiel. Je vais juste prendre son sirop, je prends les produits et puis je sais que ça va aller. »10. Le comportement de cette patiente s’appuie sur sa propre expérience thérapeutique acquise pendant sa fréquentation de l’hôpital à Yaoundé, la capitale où les standards internationaux et les savoirs circulent et sont reçus plus rapidement qu'à Maroua et Garoua.

  • 11 Voir la section « le rapport des femmes à leur soignant ».

16Les femmes sont dans une routine relationnelle avec leurs soignants. Elles partagent leur secret avec seulement certains professionnels de santé et souhaitent qu’il en soit ainsi11. Selon leur expérience, le principe du secret médical est peu appliqué par les soignants. D’où le peu de crédibilité qu’elles accordent à la rhétorique officielle sur le secret de la sérologie.

Avoir la maitrise de l’information sur sa séropositivité

  • 12 Parler avec les patients.
  • 13 Entretien réalisé à Maroua en novembre 2013.

17 Le déroulement de l’annonce a un caractère décisif pour la prise en charge de la séropositivité (Vidal, 1994 : 163). Le message qui est véhiculé, et la manière dont il est annoncé peuvent influencer la suite de l’itinéraire thérapeutique. Dans une telle situation, l’annonce de la séropositivité ainsi que les messages connexes qui doivent être transmis demandent de la part des professionnels de santé un investissement en temps. Or, le ratio professionnel de santé/population dans la région de l’Extrême nord est de 1 médecin pour 61873 personnes (CDBPS, 2011). Tandis que dans la Région du Nord il est de 1 médecin pour 47956 habitants. Le travail de préparation et d’accompagnement des personnes séropositives est souvent ardu. Les femmes construisent une hiérarchie dans le message qu’elles retiennent, hiérarchie au sein de laquelle l’observance du traitement parce qu’elle contribue à la normalisation du corps, est primordiale. Cette observance des traitements est présentée aux femmes comme un élément déterminant dans la normalisation de leur corps et la réduction du risque de stigmatisation lié à la survenu du stade de la maladie. C’est l’une des tâches des agents relais communautaires (ARC). Une ARC, travaillant au sein de l’HRM le montre bien dans ses propos : « les docteurs sont tellement occupés qu’ils n’ont pas le temps de causer12 avec les patients, de leur montrer les avantages et les inconvénients du traitement »13. L’un des outils travail qui permet aux professionnels de santé de juger de l’observance ou non des traitements est le carnet de santé. Les femmes quant à elle veulent avoir la maîtrise du carnet de santé ainsi que celle de l’information qui y est inscrite dans la mesure où celle-ci peut indiquer leur séropositivité.

  • 14 Entretien réalisé à Maroua en novembre 2013.

18 L’un des outils de contrôle des patientes du secret sur leur séropositivité est le carnet de santé. Employé comme outil de prévention, dans la mesure où le il est au cœur d’un double enjeu : la lutte contre la mortalité maternelle et le risque de divulgation de la séropositivité des femmes (Tantchou & Tijou-Traoré, 2015). La pluralité des usages du carnet de santé chez les femmes traduit aussi la volonté de maîtrise du secret médical. Le personnel de santé sensibilisé au risque de stigmatisation des patientes comprend le fait que ces dernières ne présentent pas toujours un carnet. Dans la pratique, il arrive qu’un professionnel de santé pour ne pas dévoiler le statut sérologique de la mère choisisse de ne pas reporter dans le carnet le nom du médicament destiné à l’enfant. Un infirmier de Maroua déclare : « il y a des choses qu’on peut noter et des choses qu’on ne peut pas noter. Ça doit seulement rester entre nous. Je prends l’exemple si on remet après l’accouchement le produit comme Névirapine pour le bébé on ne note pas dans le carnet ». Et pourquoi ne le note-t-on pas dans le carnet ? « C’est quelque chose qui est confidentiel. La femme ne veut pas que sa communauté sache qu’elle a …. »14.

  • 15 Entretien réalisé à Maroua en novembre 2013.

19 Dans un contexte où le carnet de santé peut être vu et lu par une tierce personne, les informations qui y sont notées ne sont plus confidentielles. Il arrive que les parturientes soient accompagnées par des personnes qui ne sont pas dans le secret. C’est le cas d’Alima qui relate les raisons pour lesquelles elle n’a pas pu accéder aux services de la PTME lors d’un précédent accouchement. Elle est aujourd’hui âgée d’une trentaine d’années et gagne sa vie grâce à la vente des cartes téléphoniques. Elle découvre sa séropositivité au moment de la grossesse précédant notre séjour d’enquête. Ses parents, chez qui elle habite, n’ont aucune connaissance de son statut sérologique. Confrontée à la précarité économique et sociale Alima préfère le secret à la honte d’être découverte séropositive. Le jour de l’accouchement alors qu’elle est accompagnée par sa mère, ses sœurs et les épouses de ses frères, elle ne donne aucune information au personnel de santé sur sa sérologie de crainte d’être entendue et stigmatisée par ses accompagnants. Le carnet de suivi de grossesse outil qui aurait pu contribuer à la prévention de la transmission à l’enfant est caché. Elle déclare: « En ce temps-là j’ai caché le carnet là pour ma famille parce que s’ils entendent ça personne ne peut s’approcher de moi. Mon père peut même me chasser de la maison. (…) Je suis partie cacher ça, en bas de ma valise. Je marchais avec partout ». A la question: quand vous êtes arrivée pour l’accouchement [à l’hôpital], vous leur avez dit que vous étiez séropositive ? Elle répond: « Non Parce que les gens qui t’accompagnent pour accoucher, ils étaient dans la même salle que toi. Et c’est ta famille. C’est comme ça que je suis restée. »15. Pour Alima, le personnel de santé s’est contenté des informations qu’elle a choisies de leur donner en présence des accompagnants qui n’étaient pas le secret. Comme principale conséquence, l’enfant n’a pas été pris en charge selon les directives OMS en PTME de 2010 appliquées aux hôpitaux régionaux de Maroua et Garoua en 2012 au moment de l’enquête. Selon ces recommandations, les femmes peuvent choisir entre deux types d’allaitement. Soit un allaitement maternel exclusif, auquel cas la Névirapine est administrée quotidiennement dès la naissance jusqu’à une semaine après exposition au lait maternel ; Soit elle le nourrit au lait industriel et donne de la Névirapine tous les jours jusqu’à l’âge de 6 semaines. Le cas d’Alima montre que le moment de la parturition est l’un des moments clés dans la divulgation ou non du secret. Dans un tel cas l’attitude de la parturiente ou du personnel de santé à son égard qui laisserait penser à la séropositivité de celle-ci peut susciter des interrogations de la part des accompagnants. Dans ce contexte de vulnérabilité sociale le choix de ne pas dire l’information de crainte d’être stigmatisée augmente les risques de transmission de l’infection à l’enfant dans la mesure où ce dernier n’est inclut dans aucun protocole.

20 Par ailleurs, il peut arriver qu'après un test de dépistage positif, l'information soit transmise à l'entourage et non à la patiente. C'est ce que montre le cas de Claudine. Agée de 32 ans et mère de 3 enfants (13, 10 et 8 ans). Elle enseigne dans une école maternelle. Son mari et elle habitent dans la concession familiale de ce dernier. Alors qu’elle se sent malade, Claudine se rend dans un centre hospitalier où elle fait ses consultations prénatales (CPN). En raison de la rupture en intrants pour les tests de dépistage, tests de confirmation, le personnel l’envoie au CPDV de l’hôpital régional de Maroua. Elle déclare : « j’étais malade et on m’a demandé de faire des examens à l’hôpital. Je suis partie avec mon père au CPDV. On m’a fait le test on ne m’a rien dit. C’est à lui qu’on a donné le résultat. Ma mère aussi était là et mon mari. Comme je ne savais rien de tout ça, ils ne m’en ont pas parlé. C’est quand j’étais à la maison que je l’ai appris. C’est mon mari qui me l’a dit ».

  • 16 Elle dépend de son époux, de sa famille et de sa belle-famille pour l’accès aux ressources.

21 Le traitement réservé à cette patiente montre son statut de cadette sociale16. Elle n’a aucune maîtrise de l’information. Les aînés représentés par le père et le mari sont ceux auxquels le personnel soignant se réfère. On voit ici que la procédure de dépistage qui suppose un premier contact en face à face entre le patient et le soignant et au cours duquel le patient répond à des questions concernant sa vie sexuelle et est par la suite sensibilisé par le soignant sur l’importance du test n’est pas suivie par le soignant, lui-même enserré dans les représentations sociales de la femme comme cadette sociale. Dès le départ, la patiente n’est pas considérée par le soignant comme une patiente devant être reçue selon les normes et recommandations édictées au niveau national qui reposent sur des principes directeurs présentés comme il suit :

22« La confidentialité : garantit que les informations échangées entre la cliente et le prestataire de soins restent privées et que la sécurité et la confidentialité des dossiers médicaux sont assurées.

23L’information : des informations claires, précises, concises et exhaustives sur le dépistage du VIH sont données aux clients.

24Le post-test counseling : doit être systématique, le résultat du test de VIH doit toujours être remis en main propre à l’intéressé, accompagné des explications y afférentes et des orientations nécessaires à une prise en charge appropriée. » (MSP, 2014)

25 Ces principes directeurs mettent en évidence l’importance d’une relation privilégiée entre le soignant et le patient. En ignorant le rôle quotidien le rôle des accompagnants au quotidien dans la prise en charge des patientes pourtant mis en évidence dans les études socio-anthropologiques portant sur la santé (Mebtoul, 2001, Jaffré & Olivier de Sardan, 2003).

  • 17 Septembre 2013.

26 Claudine est d’abord perçue par le personnel de santé comme « la femme de et/ou la fille de ». Dans ce cas de figure, elle est dépossédée des informations qui la concernent et ne peut maîtriser l’information au sujet de son statut sérologique. Il peut aussi arriver que les femmes vivant en couple décident de ne pas en informer leur conjoint de peur d’être abandonnées et laissées sans ressources, comme l’exprime cette femme enceinte séropositive venue faire sa CPN : « l’homme avec qui je suis n’est pas au courant. Je n’aimerais même pas qu’il sache parce qu’il risque ne plus m’aider. Je ne veux même pas qu’on écrive ça dans mon carnet »17. La famille et les proches quant à eux ne sont pas informés par crainte de la stigmatisation et du rejet que pourrait susciter le partage de l'information sur leur séropositivité.

  • 18 Enquête menée le Mardi 08 octobre 2013 à l’hôpital régional de Garoua, Femme enceinte suivie à l’h (...)
  • 19 Entretien menée le 24 octobre à Maroua au sein de l’Hôpital Général.

27 Les femmes préfèrent dissimuler des objets qui pourraient laisser planer un doute quant à leur statut sérologique. Il s’agit entre autres de cacher les médicaments et tout autre document d’information relatif au VIH ou aux traitements antirétroviraux. Claudine déclare : « J’ai 2 carnets : un pour les CPN (Consultation prénatale) et l’autre pour mes produits.18 Corinne, étudiante âgée de 27 ans affirme « mon carnet ne se balade pas n’importe où. Dès que je rentre de l’hôpital, mon sac est accroché. Le jour que je vais partir encore je prends seulement le sac. Moi je ne pose pas le carnet n’importe où. Je n’ai jamais laissé quelqu’un me demander mon carnet car c’est personnel. Moi aussi je ne demande pas le carnet de quelqu’un »19. En outre, elles peuvent cacher les médicaments ou changer l’étiquette des flacons : plusieurs femmes enquêtées disent changer les étiquettes des sirops ou autres médicaments de leurs enfants. En effet, elles mettent en pratique les prescriptions des médecins tout en utilisant des moyens de dissimulation pour cacher leur statut.

28 Quand une femme n’annonce pas sa séropositivité à son partenaire, il devient alors difficile de lui expliquer le refus d’une nouvelle grossesse, à moins que le couple ait déjà un nombre d’enfants estimé suffisant. Ne plus être enceinte dans ce cas comporte le risque pour la personne d’être étiquetée comme malade puisque non fertile. Au contraire, une nouvelle grossesse rassure l’entourage, mais aussi la femme elle-même, sur sa santé et sa fécondité. Etre enceinte fait partie des stratégies de normalisation employées par les femmes.

  • 20 Femme enceinte séropositive diabétique de 31 ans ayant eu 4 grossesses et mère d’un enfant. Entret (...)
  • 21 Octobre 2013.

29 Certaines femmes invoquent également différents problèmes de santé autres que le VIH afin de justifier auprès de leur entourage leurs rendez-vous médicaux, leur médication ou leur hospitalisation. Parfois dans cette démarche elles reçoivent le soutien de leur conjoint qui protège le secret de leur couple. Comme nous le dit ce couple : « La patiente : on a perdu 4 enfants. Une fois c’était des jumeaux et les deux autres fois c’était des enfants qui n’étaient pas jumeaux. L’aîné était une fille, elle est morte. Le 2e c’est le petit garçon que tu vois ici, il a 11 ans. Les 3e étaient des jumeaux, morts nés aussi20. C’est mon mari qui cache mon carnet, personne ne doit le voir. Son conjoint : Ma femme est constamment malade mais personne ne sait qu’elle a la maladie là, tout le monde sait juste qu’elle a une santé fragile comme on a perdu beaucoup d’enfants »21.  

30 D’autres s’abstiennent de participer aux différentes activités de sensibilisation des organismes communautaires, ou se font le plus discrètes possible lors des différentes manifestations qui ont lieu par exemple dans le cadre des journées de lutte contre le VIH/sida et qui sont organisées par les différents organismes communautaires. Elles peuvent en revanche s’impliquer personnellement lors de discussions avec l’entourage à propos du VIH, donner des conseils en la matière sans pour autant dire où elles ont eu ces connaissances. C’est leur manière à elle de montrer leur empathie et leur aux personnes dont le statut sérologique est connu.

  • 22 Discours récurrent chez nos interlocutrices.
  • 23 Septembre 2013.

31 Certaines de nos interlocutrices prennent la parole dans les médias, lors des séminaires, etc. concernant la prévention et la prise en charge de la pathologie. Il s’agit principalement de militants, responsables et membres d’association. Elles prennent le risque de s’exposer afin d’être mieux informée de ce qu’il faut faire ou ne pas faire car « la santé n’a pas de prix »22. Généralement elles ont davantage de connaissances sur la maladie que les autres femmes, du fait de leur participation à des formations et séminaires organisés par les entreprises, les associations de PVVIH ou les bailleurs de fonds. Dans la conception populaire, faire partie d’une association signifie« être malade » et donc le regard que les autres portent sur la personne change et des attitudes d’évitement à son égard peuvent naître. Parfois l’embonpoint de ces personnes peut conduire l’entourage à douter de leur séropositivité. Au fil du temps, une fois dans l’association le regard des autres peut se modifier dans ce cas, le comportement que l’entourage adopte à leur encontre peut passer de l’évitement aux doutes sur sa séropositivité. Comme nous l’explique cette femme de 28 ans, membre d’une association : « dès que tu entres dans l’association les gens sont au courant. Avant les gens me fuyaient. Les gens ne voulaient même pas me saluer. Mais comme je n’avais pas l’air malade les gens se demandait si vraiment j’étais malade et ont changé leur comportement après. »23. Dans ce cas le changement d’attitude envers la femme est moins dû à une empathie particulière découlant du fait de rendre public sa séropositivité que des doutes que suscite son apparence physique différente des représentations sociales qui confondent séropositivité et sida maladie.

Médicaments versus bilan biologique en contexte de précarité sociale

32 L’appropriation du message et du discours médical permet aux femmes d’être en « bonne santé » selon les normes sociales concernant l’esthétique corporelle et d’éviter ainsi le risque de stigmatisation. L’observance est au cœur de la préoccupation des soignants et cela dans un contexte où les patients constatent l’efficacité des ARV à travers « l’expérience de la disparition de la maigreur, stigmate par excellence de la « maladie sociale » » (Desclaux, 2003). Les femmes retiennent de leur éducation thérapeutique l’importance de la prise des médicaments. Les discours et les pratiques des soignants y contribuent largement.

  • 24 Entretien réalisé en novembre 2013.

33 Le parcours des femmes est marqué par des ruptures récurrentes d’antirétroviraux. Celles-ci ne sont pas seulement anecdotiques, mais sont partie intégrante de l’éducation thérapeutique des patients : dès leur intégration comme patients au sein de la cohorte des femmes sous le protocole de la PTME, le risque de rupture des médicaments est évoqué par les soignants ainsi que les tactiques pour contrecarrer à court et à moyen terme ce dysfonctionnement. La rupture des médicaments peut devenir un obstacle à l’observance des traitements lorsque les patientes ne trouvent pas d’autres établissements sanitaires au sein desquels elles pourraient s’approvisionner. Hawa parle d’une de ses expériences de grossesse : « j’ai fait un mois sans prendre les produits parce qu’il n’y en n’avait même pas »24.

  • 25 Idem.

34 Face à cette rupture de stock des médicaments susceptible de jeter le discrédit sur la parole du soignant et les messages reçus lors des séances d’éducation thérapeutique, les soignants proposent aux patients des tactiques (De Certeau, 1980) pouvant leur permettre de contourner ces contraintes structurelles : « Quand on nous donne les produits, on nous dit il ne faut pas attendre jusqu’à la fin. Quand tu vois que tu as déjà une semaine qui te reste passe chercher tes produits pour éviter la rupture. »25. Il arrive donc que pour s‘assurer de l’observance chez les patients, les soignants recommandent des pratiques hétérodoxes encourageant la sauvegarde des stocks de survie en temps de disette. On assiste à un nomadisme des patientes qui se réfèrent parfois à des structures différentes de celles dans lesquelles elles sont effectivement suivies pour avoir un stock plus important de médicaments.

35 Le choix des médicaments au détriment des examens biologiques peut donc s’expliquer à trois niveaux : au niveau des pratiques hospitalières d’éducation thérapeutique, du point de vue du système de santé que l’on peut qualifier de « non observant », au sens de Karine Delaunay et Laurent Vidal. En effet, « on ne peut limiter l'observance, ou la non observance, d'un traitement au rapport d'un individu (le malade) avec une prescription médicale: les "facteurs contextuels" explicatifs de l'observance des traitements renvoient à la capacité d'observance non seulement des patients mais aussi, et peut-être surtout, de son entourage familial, des soignants et, plus généralement, du système de soins » (Delaunay & Vidal, 2002). Il peut arriver que les réactifs les examens biologiques soient en rupture. Troisièmement, les examens biologiques représentent un coût additionnel à la prise en charge des femmes.

36 Le personnel soignant demande aux femmes de faire des examens biologiques notamment les CD4 et la charge virale, cela en conformité avec les prescriptions du protocole de prise en charge des PVVIH. Mais il se retrouve parfois à prescrire des médicaments aux femmes, même lorsque celles-ci se présentent sans bilan biologique. Lors de l’éducation thérapeutique des femmes, un accent est mis sur le médicament. La conception selon laquelle le médicament est synonyme de vie est prégnante chez les femmes. Dans un contexte de précarité économique, le médicament devient une priorité pour les patients au détriment des examens biologiques dont le coût ne bénéficie pas de subventions. Dans ce contexte d’hétéronomie du système de prise en charge le médicament constitue un objet de sécurisation du soin autant pour les patients que pour les soignants.

37 Même lorsque les femmes sont disposées à suivre la procédure que prévoit l’algorithme, il arrive qu’il y ait rupture d’intrants pour faire le test du VIH à l’hôpital régional. Les femmes sont donc orientées pour faire des examens vers d’autres structures de soins comme celles de Petté dans l’Extrême-Nord. Cette ville est située à environ soixante kilomètres de Maroua et à près de trois cent kilomètres de Garoua. Les patientes rencontrées ayant expérimenté cette situation nous ont confié qu’elles ne souhaitaient pas se rendre dans les autres centres de santé pour faire des examens biologiques non seulement pour des raisons liées au coût du transport et à celui des examens qui est supérieur à celui réalisé à l’hôpital régional, mais aussi en raison d’une routine relationnelle qui s’instaure entre elles et leur traitant. Le non-respect des références par les femmes peut aussi être expliqué au niveau de « l’investissement en temps, en argent et en énergie (…) plus important, nécessitant la préparation morale et matérielle » (Fassin, 1992 : 59).

  • 26 D’un point de vue financier la subvention des médicaments et des réactifs permet un accès beaucoup (...)

38 Lors de notre séjour de terrain en 2012, le centre de traitement agréé de l’hôpital de Pette, hôpital de la fondation sociale suisse du Nord Cameroun, reçoit de plus en plus de malades venant de Maroua en raison des ruptures fréquentes de stock de médicaments et de réactifs pour le bilan biologique pratique au moment de notre enquête, une tarification différente pour ces patients considérés comme « hors secteur ». La Centrale Régionale d’Approvisionnement en Médicaments n’est pas en mesure de fournir les réactifs subventionnés26. Par conséquent, l’hôpital achète lui-même ses réactifs. Le rapport du CTA de l’hôpital pour l’année 2012, période des séjours d’enquête de terrain relate les difficultés d’approvisionnement en ces termes : « La situation des tests CD4 est restée catastrophique : nous avons reçu par le Centre d’Approvisionnement Régional 10 boîtes de 50 tests et nous avons dû acheter 88 boîtes pour un montant total de 17.160.000 FCFA. Nombreux sont les malades qui nous sont adressés pour les bilans depuis Maroua, Kousséri, voire Garoua : nous avons donc décidé d’augmenter légèrement les tarifs des examens pour les patients hors secteurs, car la situation financière devient intenable. Nous espérons que l’aide du Comité National de Lutte contre le Sida va s’améliorer au cours de l’exercice 2013 : les traitements ARV doivent impérativement être à disposition en nombre suffisant pour encourager les malades à respecter une observance parfaite et les bilans de contrôle doivent pouvoir être exécutés régulièrement pour garantir la qualité de la prise en charge » (CTA Pette, 2012).

39 Le secret sur le traitement doit être gardé même auprès des soignants d’autres hôpitaux. Les patientes choisissent donc de continuer avec les médicaments qu’elles considèrent comme leur dernier rempart contre la mort au détriment des examens biologiques. On peut avancer ici aussi que “The efficacy of the medicines, therefore, is ambiguous. For the women who use them, the medicines are indispensable to stay in control of their lives. At the same time, many of those using them feel that the medicines have taken control of them” (Van Der Geest & Hardon, 2006: 2). L’éducation thérapeutique concernant l’observance du traitement est ainsi réappropriée par les femmes qui y trouvent le meilleur moyen de garder secret leur séropositivité. L’observance des traitements est aussi au cœur des tactiques de dissimulation du statut sérologique. Ce dernier continue d’être un secret si le corps ne montre pas des signes physique de maladie qui susciteraient les soupçons de l’entourage. La santé fragile de l’enfant peut aussi contribuer de manière indirecte à divulguer le statut sérologique de la mère. C’est la raison pour laquelle peut décider de s’isoler pour protéger son enfant.

PROTÉGER SON ENFANT et soi-même DE LA stigmatisation

40 Selon le Comité National de Lutte contre le Sida, il existe une stratégie en quatre volets pour protéger les nourrissons et les jeunes enfants du VIH. Celle-ci comprend des interventions fondamentales à mettre en œuvre dans le cadre général des services de santé maternelle, néonatale et infantile. On peut citer entre autres : les interventions de prévention primaire du VIH (les soins prénatals, postnatals…), l’appui et les conseils, la garantie d'un test de dépistage du VIH et l'accès aux soins antirétroviraux, une meilleure intégration des soins, des traitements et du soutien offerts aux femmes ainsi qu'à leurs familles. Cette approche de santé publique ne prend en compte les contraintes auxquelles les femmes sont confrontées au quotidien. Elle part du présupposé d’une solidarité mécanique au sein des familles lorsque le statut sérologique est dévoilé. Au quotidien, les femmes séropositives dissimulent leur statut sérologique pour protéger leurs enfants.

41 La transmission du virus de la mère à l'enfant peut se produire après la grossesse et l'accouchement. Pour réduire le risque de transmission, l’on doit administrer des antirétroviraux à toutes les mères infectées pendant la période de l'allaitement (y compris à celles ne nécessitant pas de traitement pour leur propre santé), pour réduire la charge virale et ainsi réduire le risque de transmission de la mère à l’enfant. De plus, il faut administrer des antirétroviraux aux enfants exposés durant l'allaitement pour prévenir l'infection. Cette pratique, localement dénommée « allaitement maternel protégé » est faite conformément aux recommandations de l’OMS (OMS, 2010).

42 En principe, cette option peut permettre aux femmes de protéger les informations sur leur statut sérologique. Cependant des études réalisées au Burkina Faso montrent que cette nouvelle mesure confronte les femmes à de nouvelles difficultés : « Le sevrage à six mois, comme l’alimentation artificielle, ne passe pas inaperçu dans un pays où 85% des enfants sont toujours allaités entre 20 et 23 mois (UNICEF, 2007). Adopter l’une ou l’autre de ces mesures apparaît comme une dérogation aux usages, qui suscite des questions et des interprétations de la part de l’entourage, des coépouses, des femmes de la « cour » ou de celles rencontrées dans les activités de la vie quotidienne. » (Desclaux & Alfieri, 2008). Pour le cas du Cameroun l’on est confronté à la faible pratique de l’allaitement exclusif les six premiers mois. Selon l’enquête démographie et santé la pratique de l'allaitement exclusif est faible : « 98 % des enfants de moins de six mois sont allaités et, de plus, 91 % des enfants de 9-11 mois sont encore au sein. Cependant, la recommandation selon laquelle l’enfant doit être exclusivement allaité pendant les six premiers mois n’est pas bien suivie. En effet, dans le groupe d’âges 0-5 mois, seulement un enfant sur cinq (20 %) n’a reçu que le lait maternel, c'est-à-dire qu’il a été exclusivement allaité au sein » (EDS-MICS, 2011). Toutefois, l’allaitement maternel est aujourd’hui une pratique socialement valorisée. Ne pas allaiter son enfant suscite des soupçons. Dans un contexte où les institutions internationales qui se donnent pour mission la protection de l’enfance à l’instar de l’UNICEF (Desclaux, 2002) et le ministère de la santé publique du Cameroun promeuvent un allaitement exclusif, ne pas allaiter suscite les interrogations de l’entourage. Toutefois si l’allaitement maternel est médicalement et socialement valorisé, l’allaitement exclusif est peu pratiqué. Ces pratiques d’alimentation mixtes ne sont pas faites pour favoriser un suivi précautionneux des recommandations nationales qui réduiraient la transmission de la mère à l’enfant.

  • 27 Entretien mené le 01er octobre au Centre de Dépistage Volontaire à Garoua avec une mère célibatair (...)

43 Dans ce contexte où les pratiques d’alimentation du nourrisson peuvent susciter des questions dans l’entourage, s’ils relèvent d’un régime particulier, certaines femmes optent pour l’éloignement afin de protéger la santé de leurs enfants et de veiller à l'observance de ces derniers. Il s’agit d’éviter les contacts avec la famille et amis dont les commentaires et les critiques découragent, du point de vue de ces femmes tout recours thérapeutique pour l’enfant. C’est le cas de Hawa qui préfère éviter les conseils de son entourage face à la maigreur de sa fille que son entourage associe à la sorcellerie. Hawa raconte les circonstances de son accouchement et le rejet de son enfant par certaines personnes de son, réseaux de connaissance : « Je suis partie cultiver, le ventre m’a fait mal, je me suis couchée et j’ai accouchée seule, j’étais toute seule, avec une femme, une vieille maman, qui m’a un peu aidée. Quand l’enfant est sorti, je l’ai mis dans la bassine et je l’ai emmené à l’hôpital. On m’a donné des médicaments. Pour l’enfant, on m’a donné, le sirop, le lait avec son comprimé que je mets dans l’eau pour que ma fille boive. Maintenant elle est grande je lui donne un comprimé elle croque et met dans sa bouche. On n’a rien écrit sur mon carnet. On m’a dit de bien garder mon enfant à l’hôpital. Mais quand je suis rentrée, les gens m’ont dit de le jeter dans la poubelle, car elle était trop mince, trop mince, les gens me demandaient de la jeter, maintenant elle a bien pris le poids, tu prépares le couscous, elle finit, tout, elle a de l’embonpoint. Vous voyez, si je les écoutais »27.

44 Hawa doit se protéger ainsi que sa fille séropositive. Cette dernière dont le statut sérologique n’est pas connu par la famille est considérée comme un enfant « mauvais » et sa naissance de mauvais augure pour sa mère. On rejoint ici les analyses d'autres auteurs avançant que les enfants vivant avec le VIH peuvent parfois être jugés à part, ils peuvent même être tués ou écartés en raison de la crainte qu’ils suscitent, catalogués comme « enfant ancêtre » ou « enfants sorciers » (De Rosny, 2000 ; Koubi 2003). Hawa a de ce fait préféré s’éloigner de cet entourage pour protéger son enfant. Son cas illustre la double peine qui accable certaines mères séropositives dont les enfants sont infectés.

CONCLUSION

45 En définitive malgré les progrès scientifiques et l’accès aux antirétroviraux, les femmes séropositives qui tombent enceintes doivent composer avec la stigmatisation encore importante dans les régions au sein desquelles l’étude ethnographique a été réalisée. L’étude ethnographique que nous avons menée dans les régions du Nord et de l’Extrême Nord montre que la peur d’être stigmatisée est au cœur des tactiques employées par les femmes. L’accès aux soins de santé reproductives par les femmes séropositives demeurent un défi pour celles-ci au regard des données de terrain. Ce défi se trouve à un double niveau : la société et le système de santé.

46 Au niveau social, on peut constater que l’ensemble des interlocutrices rencontrées vivent dans une précarité économique qui leur donne peu d’opportunités de recours à d’autres structures de soins lorsqu’elles sont confrontées aux ruptures de stocks (médicaments et intrants pour le bilan biologique). A cette précarité économique s’adjoint une précarité sociale liée à leur statut sérologique qu’elles s’interdisent la plupart du temps de dévoiler en raison des craintes de stigmatisation. Le secret est partagé à un groupe restreint d’amis et connaissances. La grossesse et la parturition mettent à rude épreuve le secret dans la mesure où des évènements inattendus peuvent survenir et exposer la patiente à un groupe de personnes qui ne sont pas dans le secret. L’accès à la PTME suppose donc pour les femmes un contrôle de l’information sur leur maladie, sur les médicaments et un contrôle des personnes dont elles dépendent.

  • 28 Les patients sont appelés « clients » dans le document portant sur les directives nationales de pr (...)

47 Au niveau du système de santé les difficultés d’approvisionnement en médicaments et en intrants contribuent à relativiser les principes enseignés aux patients lors des séances d'éducation thérapeutique. La figure du point focal, symbolique de la lutte contre la transmission de la mère à l’enfant rappelle l’importance de la construction d’une proximité entre les soignants et leurs patientes. Ces dernières personnalisent leurs relations afin d’éviter d’être l’objet de violence de la part des soignants anonymes. Les soignants font également partie de la chaîne du secret (Zempléni, 1976) déconstruisant la rhétorique officielle qui situe la relation entre le soignant et la patiente dans le champ du marché28. En somme, un accompagnement personnalisé permet aux femmes de se maintenir dans les circuits de PTME en dépit des autres contraintes notamment économiques auxquelles elles peuvent faire face.

Références bibliographiques :

De Certeau, M., (1999). L’invention du quotidien, tome 1 Arts de Faire, Paris, Gallimard.

De Rosny E., (2000). Le cas de l’enfant qui voulait rester ancêtre, in Nathan T. (éd.), L’enfant ancêtre, Paris : La pensée sauvage, 115-134.

Delaunay K. & Vidal L., (2002). Le sujet de l’observance. L’expérience de l’accès aux traitements antirétroviraux de l’infection à VIH en Côte-d’Ivoire, Sciences Sociales et Santé, 2002, 20, (2), 5-29. VAN DER GEEST (S.), et Hardon A., (2006).Social and cultural efficacies of medicines: Complications for antiretroviral therapy”. Journal of Ethnobiology and Ethnomedicine, 2, (48) doi: 10.1186/1746-4269-2-48Open

Desclaux A., (2002). « Refuser d’allaiter pour protéger son enfant. La marginalité des mères séropositives en Afrique ». In Bonnet D., Morel M.F. et Legrand-Sébille C. (éds), Allaitements en marge, Paris : L’Harmattan,. 69-88. http://classiques.uqac.ca/​contemporains/​Desclaux_alice/​refuser_allaiter_proteger_enfant/​refuser_allaiter_proteger_enfant.pdf consulté le 20 janvier 2017

Desclaux A., (2003). Les antirétroviraux en Afrique. De la culture dans une économie mondialisée.  Anthropologie et sociétés, 27, (2) ,41-58.

Desclaux A., Cadart M.-L., (2008). Avoir un enfant dans le contexte de l’infection par le VIH/sida. Discours médicaux et liens sociaux.  Médecine/Sciences, 24, (2), 53-61.

Desgrées Du Loû A., (2000).  Procréation et allaitement : quels choix pour une femme séropositive à Abidjan ?, in Desclaux A., Taverne B., (éds), Allaitement et VIH en Afrique de l’Ouest. De l’anthropologie à la santé publique. Paris : Karthala, 385-407.

Fassin D., (1992).Pouvoir et maladie en Afrique. Paris, PUF.

http://www.statistics-cameroon.org/​downloads/​EDS-MICS11/​EDS-MICS4_Note_de_presentation_14_nov_11.pdf consulté le 20 janvier 2017.

Fondation Sociale Suisse du Nord Cameroun Hôpital de Petté (2012). Rapport D’activité

Du Centre De Traitement Agrée (CTA) De L’hôpital de Pette 1.1.2012 – 31.12.2012 http://www.hopital-pette.ch/​upload/​document/​document-190-f.pdf consulté le 23 janvier 2017.

Koubi J., (2003). Histoires d’enfants exposés. Pays Toradja, Sulawedsi, Indonésie. Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne.

Mebtoul M., (2001). Les acteurs sociaux face à la santé publique : médecins, Etat et usagers (Algérie),  in Hours B., (éd.),  Systèmes Politiques de la santé, de la santé publique à l’anthropologie, Paris : Karthala, 103-116.

Minsanté-DRH (2010). Analyse de la situation des ressources humaines pour la santé. Yaoundé, Minsanté-DRH consulté le 30 janvier 2017

Ngando M.-C. (2013). La prise en charge des femmes enceintes séropositives dans les organisations hospitalières au Cameroun : Cas de la PTME à l’hôpital régional de Maroua dans la région de l’Extrême-nord. Master en Développement et Management des Projets en Afrique, Université Catholique d’Afrique Centrale.

Note d’Information Stratégique fondée sur des Bases Factuelles (2011). Maintenir la présence des personnels soignants dans les formations sanitaires rurales enclavées au Cameroun. Yaoundé, CDBSP-H www.who.int/evidence/sure/PB_FR_HRH_2012_FR.pdf consulté le 30 janvier 2017

Olivier De Sardan J. P., Diarra A., Moumouni A., (2006). La prise en charge des PVVIH et l’observance des ARV à Niamey (approche socio anthropologique). Niamey, Lasdel, Etudes et travaux n°45.

OMS, 2010. Rapid advice Use of antiretroviral drugs for treating pregnant women and preventing HIV infection in Infants. Geneva, OMS

Pierret J., (2008). Femmes et expériences de la vie avec le VIH/sida.  Médecine/Sciences, 24, (2), 161-167

République du Cameroun, Comité National de lutte contre le sida (2010), Plan stratégique national de lutte contre le sida, le VIH et les autres IST 2011-2015. Yaoundé, MINSANTE

République du Cameroun, Ministère de la santé publique Direction de la lutte contre la maladie les épidémies et les pandémies (2014), Directives nationales de prévention et de prise en charge du VIH au Cameroun. Yaoundé, MINSANTE

République du Cameroun, Institut National de la Statistique, (2012). Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples du Cameroun 2011 (EDS-MISC). Yaoundé, INS

République du Cameroun, MINEPAT (2010), Rapport régional de progrès des objectifs du millénaire pour le développement, région de l’Extrême nord. Yaoundé, MINEPAT

Tantchou, J.et Tijou-Traoré A. (2015). Le carnet de santé des femmes enceintes au Cameroun : un outil de prévention du sida ? Ethnologie Française, 45, (1), 87-94

Vidal L., (1994). L’annonce et le conseil. Éléments pour une revue de la littérature autour d’expériences africaines. Collignon R., Gruénais M.-E., et Vidal L. (Eds), L’annonce de la séropositivité au VIH en Afrique. Psychopathologie africaine, Sciences sociales et psychiatrie en Afrique, XXVI, (2), 155-188.

Vidal, L., (2000). Femmes en temps de sida. Expériences d’Afrique, Paris, PUF.

Zempléni A. (1976). La chaîne du secret, Nouvelle Revue de psychanalyse, 14, 313-324.

Haut de page

Notes

1 Les professionnels de la santé rencontrés sont des médecins, sages-femmes, maïeuticiens, laborantins, infirmières, personnel du CTA et du CPDV, agents de relais communautaires. (ARC sont –ils des professionnels de santé ?

2 Dans un contexte de faiblesse de ressources humaines en santé, l’existence des agents relais communautaire permet aux patients d’avoir des personnes chargées de leur suivi psychosocial, voire de la prise en charge communautaire. Malgré l’amenuisement des financements, ce corps continue d’intervenir dans la prise en charge des PVVIH.

3 Entretien réalisé à Maroua en août 2012.

4 Déclaration d’une femme à Maroua en août 2012.

5 Lorsque la consultation a lieu en cas de maladie. Les accompagnants interfèrent avec la relation patient-soignant.

6 Entretien réalisé à Maroua en août 2012.

7 Entretien réalisé en octobre 2013.

8 Capitale du Cameroun située à 1000 kilomètres de Maroua.

9 Chef –lieu de la région de l’Adamaoua situé à 482 kilomètres environ de Maroua.

10 Entretien réalisé à Maroua en Octobre 2013.

11 Voir la section « le rapport des femmes à leur soignant ».

12 Parler avec les patients.

13 Entretien réalisé à Maroua en novembre 2013.

14 Entretien réalisé à Maroua en novembre 2013.

15 Entretien réalisé à Maroua en novembre 2013.

16 Elle dépend de son époux, de sa famille et de sa belle-famille pour l’accès aux ressources.

17 Septembre 2013.

18 Enquête menée le Mardi 08 octobre 2013 à l’hôpital régional de Garoua, Femme enceinte suivie à l’hôpital régional, mère de 2 enfants séronégatifs et est enceinte du 3e enfant. Elle est à son 5e mois de grossesse, a 34 ans et réside au quartier Yéloa, ménagère.

19 Entretien menée le 24 octobre à Maroua au sein de l’Hôpital Général.

20 Femme enceinte séropositive diabétique de 31 ans ayant eu 4 grossesses et mère d’un enfant. Entretien effectué le 16 octobre 2013 à son domicile.

21 Octobre 2013.

22 Discours récurrent chez nos interlocutrices.

23 Septembre 2013.

24 Entretien réalisé en novembre 2013.

25 Idem.

26 D’un point de vue financier la subvention des médicaments et des réactifs permet un accès beaucoup plus important des PVVIH dans un contexte où 37, 5% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté (ECAM IV, 2014).

27 Entretien mené le 01er octobre au Centre de Dépistage Volontaire à Garoua avec une mère célibataire.

28 Les patients sont appelés « clients » dans le document portant sur les directives nationales de prévention et de prise en charge du VIH au Cameroun

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle KOUOKAM MAGNE, Marie-Claude Astride NGANDO et Rachel Kelly NOUPA, « Stigmatisation et contraintes de l’accès à la ptme chez les femmes séropositives dans les régions de l’extrême-nord et du nord au Cameroun. », Face à face [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 23 juin 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://faceaface.revues.org/1156

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org