Navigation – Plan du site
Lectures

Christian Lachal, Le partage du traumatisme. Contre transfert avec les patients traumatisés

La Pensée Sauvage, Grenoble, 2006
Référence(s) :

Christian Lachal, Le partage du traumatisme. Contre transfert avec les patients traumatisés, La Pensée Sauvage, Grenoble, 2006.

Texte intégral

1Un livre sur le contre-transfert, comme « l'ensemble des réactions inconscientes de l'analyste à la personne de l'analysé et plus particulièrement au transfert de celui-ci » (cf. la définition classique qu'en donne Le Vocabulaire de la Psychanalyse de Laplanche et Pontalis (1967) ne devrait intéresser que les psys de tout poil. Christian Lachal explore un domaine de la psychothérapie en mettant à l'œuvre son expérience de psychanalyste auprès de personnes gravement traumatisées rencontrées dans son cabinet et sur des terrains humanitaires, et en visitant des référents psychanalytiques, certes, mais aussi anthropologiques et philosophiques. Ainsi, les recherches de Ferenczi, Devereux et Ricœur, entre autres, permettent à l'auteur de nous introduire dans un travail passionnant et éprouvant : écouter, se tenir proche de personnes ayant vécu des expériences d'effroi les ayant exposé à la mort, et les soigner. La notion de « contre-transfert culturel », définie par Devereux, anthropologue et psychanalyste, prend toute sa dimension pour comprendre ce qui guette le psychothérapeute comme l'ethnologue : la déformation de la perception de son « objet » à causes de ses défenses psychiques, culturelles, professionnelles. Plus la situation touche « l'observateur » (de façon consciente ou non), plus il devra être attentif à cette dimension là. L'exploration de ce contre transfert est riche d'enseignements pour le thérapeute qui y trouve une source de compréhension de la façon dont il reçoit un événement inédit à travers son patient dans une relation empathique. Elle amène aussi à ce que Christian Lachal définit comme un « scénario émergent », réaction empathique qui prend naissance au contact du récit traumatique du patient. La façon dont le « scénario émergent » va empreinter le registre de la narrativité pour sortir de la répétition (symptôme central du traumatisé qui rêve et revit à l'identique la scène traumatique) constitue une démonstration passionnante. L'appui sur l'anthropologie et la philosophie permet non seulement de louer la puissance d'analyse de l'auteur, mais aussi de relier les différentes approches de l'expérience humaine, tragique en l'occurrence.

2L'approche psychothérapeutique de la dyade mère-enfant est également très riche. Christian Lachal s'appuie sur les travaux fondateurs de Daniel Stern. A travers l'hypothèse de la transmission du traumatisme de la mère au bébé, mais aussi du bébé au thérapeute, il propose une approche psychothérapeutique qui utilise les affects du thérapeute et l'écoute de son contre-transfert. C'est pourquoi, ce livre passionnant devrait intéresser un public plus large que les psys, grâce à une écriture dépourvue de jargon, une exploration minutieuse et exemplaire de la clinique et l'utilisation éclectique des sciences humaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Christian Lachal, Le partage du traumatisme. Contre transfert avec les patients traumatisés », Face à face [En ligne], 10 | 2007, mis en ligne le 29 avril 2009, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://faceaface.revues.org/113

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org