Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Avec Jean-François, nos pensées voyagent au grès de ses cheminements ethnographiques : malgaches, créoles de l’océan Indien ou dans le monde polynésien du Pacifique sud. Au grès de ses réflexions méthodologiques qui questionnent nos champs disciplinaires, les contextes et les dimensions appliquées de nos recherches, dans l’analyse des politiques de développement. Et même au grès… de notes bleues. Des notes bleues qui raisonnent dans cet article de 2001 auquel Jean-François tenait tant et où il avait croisé sa passion musicale, sa passion ethnographique et sa passion des mondes. Le relire aujourd’hui nous transporte dans sa danse, dans le tourbillon de ses musiques, de ses lectures et de ses voyages.

2Ce sont les notes bleues des musiques qui rythmaient les journées et les soirées ; les notes bleues de ses paroles piquantes et joyeuses relatant les histoires partagées ; les notes bleues des terrains et des vies retranscrites ; les notes bleues de son rire en « hi » en guise de ponctuation de quelques fins de phrases. Les notes bleues de ses doigts sur le piano, accompagnant Annie et tant d’amis ; les notes bleues de la mer qu’il aimait parcourir en voilier pour rêver ou de l’océan survolé vers des terrains lointains. Les notes bleues du tintement des verres ambrés de Tariquet ou de vin blanc des Graves.

3Quelques heures avant de basculer dans le coma, avec l’élocution qui lui échappait, Jean-François disait encore que la vie est « un drôle de truc », quelque chose de singulier : plaisante ou comique, étonnante et surprenante même. Dans cette évocation de la drôlerie de notre destinée s’exprimait pudiquement la perception qu’il avait, depuis quelques mois, de l’inéluctable assumé. Oui, « drôle de truc » que la vie, au sens où l’on peut dire également qu’il est de drôles de façons ou de drôles de manières, ou bien encore : quelle drôle d’époque... En exorcisme à la logique du malheur de la perte, il avait un jour déclaré : «  nous ne pouvons pas nous passer de ces rituels qui tentent de ramener cet événement tout à la fois scandaleux et routinier qu’est la mort à notre commune mesure, à nos échanges de vivants qui partagent entre eux, à défaut du reste, ce que l’on appelle le souvenir ».

4Pour nous, c’est le souvenir de son passage de 22 années à Bordeaux qui restera gravé. Un temps pour lier des amitiés. Certaines sont nées sur les bancs de l’Université, pour d’ancien(ne)s étudiant(e) ; d’autres ont été portées par la passion des voyages, de la musique et du vin qui l’ont conduit jusque Saint-Emilion. Avec Jean-Paul Deler, ce fut l’heureux effet induit - sorte de bénéfice surnuméraire - de complications bureaucratiques et humaines dont les tutelles administratives qui nous gouvernent ont souvent le secret. Ces complications que Jean-François situait d’ailleurs, malicieusement, « à égale distance de Kafka, de Pirandello et des frères Marx... ». Effet induit aussi des dérives du petit jeu des ambitions et des rivalités entre collègues, assez banales au demeurant, qui font de la vie professionnelle sans doute un roman vrai, mais souvent « un roman bon marché », aimait-il ajouter... Car si l’ambition - ce genre-là tout au moins - lui était plutôt étrangère, le sens de l’humour et de la formule, parfois aimablement ravageur, était l’une de ses formes de défense dans l’adversité...

5Ainsi le 9 juin dernier, dans un courriel adressé à ses amis, il traduisait le diagnostic du Professeur du Centre Bergonié, en écrivant : « Le cancer en question est un glyoblastome, ce qui veut dire qu’il n’est pas  "très gentil". Au moins, on sait comment il s’appelle, c’est déjà quelque chose. » Il poursuivait : « Je suis interdit de saumon fumé c’est affreux (de charcuterie aussi mais je m’en fous), par contre la bière est un excellent produit pour ce que j’ai... » .

6Le verdict de la tumeur fit rebondir en Jean-François le désir et le goût d’écrire qui lui étaient chevillés au corps depuis longtemps. En quelques semaines, il allait rédiger quatre chapitres d’un ouvrage qui entendait embrasser son parcours avec l’anthropologie. « Etrange métier, beau métier sans doute que d’écrire sur la diversité humaine du monde » en est la première phrase. Il précise plus loin : « je me suis engagé dans l’ethnologie, beaucoup plus par désir d’écrire des textes réalistes sur le monde que, comme on l’entend trop souvent, par attrait de ce qui serait l’exotisme, qui me laissait relativement indifférent. » L’écriture y est à son image, dans le rythme et le phrasé, son style donc, mais surtout par ce dont elle témoigne de son empathie profonde et de sa bienveillance, de sa vision fine et sensible - parfois décalée - de la réalité des femmes, des hommes et des choses. L’ensemble est agrémenté de beaucoup d’humour, truffé de formulations critiques, aimablement moqueuses en général et quelquefois gentiment assassines, qui portent d’ailleurs plus sur la bêtise des comportements et des prétentions que sur les personnes elles-mêmes.

7En dépit de vicissitudes inévitables et de turbulences pénibles, « on s’est bien marré » aimait dire Jean-François. Il savait bien aussi et l’avait dit un jour de deuil que si nous sommes tellement atteints « par la disparition de [la personne qui nous est chère], c’est en somme pour des raisons égoïstes et en quelque sorte injustes puisqu’en mourant elle [nous] a privé de sa compagnie. »

8Désormais privés de la compagnie de Jean-François, nous essaierons d’apaiser nos raisons égoïstes en écoutant, encore et toujours, ses notes bleues.

9Nous publions ici un texte qu’il avait rédigé suite à la lecture de l’ouvrage de Claire Mestre et à l’issue du titre de chevalier de l’ordre national du mérite pour « l’ensemble de son œuvre » qu’elle a reçu en 2013. C’était un vœu qui lui était très cher et qu’il a manifesté régulièrement tous ces derniers mois. Nous rendons ainsi, par cette publication, hommage à Jean-François Baré et à notre éditorialiste Claire Mestre, chevalière de l’ordre national du mérite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Deler et Madina Querre, « Les notes bleues de Jean-François », Face à face [En ligne], 13 | 2016, mis en ligne le 13 avril 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://faceaface.revues.org/1121

Haut de page

Auteurs

Jean-Paul Deler

Madina Querre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org