Navigation – Plan du site
Lectures

Marie Rose Moro, Aimer ses enfants ici et ailleurs, Histoires transculturelles

Odile Jacob, Paris, 2007

Texte intégral

1Aimer, n'est-ce pas universel ? Aimer les enfants, n'est-ce pas une question étrange ? Non, pas aux yeux de quelqu'un comme Marie Rose Moro, qui engage son regard de psychothérapeute d'enfants ici, en France, et ailleurs, sur les coins de notre terre où elle met en place des programmes de soin humanitaires. La question qu'elle pose est pourtant bien universelle : « quels sont les ingrédients dont un enfant, ici et maintenant, a besoin pour grandir et comment peut-on aider ses parents à les lui donner ? ». La réponse, cependant, est complexe, intimement liée aux conditions culturelles et sociales de la fabrication des enfants. Marie Rose Moro, on le sait désormais, pratique la psychothérapie transculturelle avec son équipe dans une banlieue très métissée de Paris, le 9-3 comme disent les jeunes, et a mis cette expérience à profit dans les programmes de psychiatrie humanitaires de MSF (Médecins sans Frontière). De ce détour, difficile et semé d'embûches, elle nous rapporte des réflexions qui stimulent non seulement la pratique clinique mais aussi les représentations implicites qui structurent notre regard sur l'enfant, de sa fabrication à son éducation, sur la façon d'être parents, ici en Occident. Une utilisation fructueuse de l'ethnocentrisme comme le préconisait Bourdieu.

2Le désir d'enfant, fruit d'un long combat pour la maîtrise de la procréation, fait de nos enfants, des êtres choisis, conçus et attendus sous l'œil technique de la médecine. Ils deviennent alors rares et précieux. Ce désir extrêmement valorisé risque de nous faire oublier qu'il n'est en rien « naturel » (certains, hommes ou femmes ne l'ont pas, d'autres pensent que c'est l'enfant qui choisit de venir) ; il rend les enfants fragiles, et il masque une réalité plus cachée : il ne suffit pas ! La clinique rejoint en cela les recherches anthropologiques : un enfant ne naît pas seulement d'un homme et d'une femme, il y faut un tiers comme le dit l'anthropologue Maurice Godelier (un ancêtre, un génie, etc.)1. Le bien être de l'enfant sont au centre de toutes nos attentions affectives et de nos conflits théoriques dans les situations modernes (couples séparés et les couples homosexuels), elles sont parfois empreintes d'idéologie, particulièrement pour les enfants de migrant. L'auteure fait preuve d'une rigueur éthique et intellectuelle solide qui dénonce avec force les entraves que notre République et nos institutions sont capables de générer.

3Quand l'enfant paraît, il rend ses géniteurs parents. Eux aussi auront besoin d'être éduqués et aidés, question où convergent les enjeux sociaux, culturels et individuels. Donner naissance en Occident, est une période à haut risque : endurer la solitude, se confronter à la médicalisation. Être parent, partout dans le monde, est une « folie » qu'il faut raisonner, surtout quand rien n'a été prévu pour cela, ou quand les aléas de la migration et de la guerre, le menacent.

4Marie Rose Moro explore des questions où la violence extrême touche les enfants : le détour par la clinique psychiatrique humanitaire et transculturelle permet un regard très exacerbé sur la souffrance des bébés et des enfants. Cette clinique réflexive ne se rigidifie pas autour d'un abord « purement » psychopathologique, mais introduit les éléments anthropologiques et groupaux qui permettent de comprendre comment le traumatisme est infligé, se transmet à l'entourage, le psychothérapeute compris, et ne peut être compris en dehors d'eux. Les situations cliniques sont bouleversantes et passionnantes car l'auteure nous laisse découvrir que dans l'horreur et le malheur, la parole trouve sa place essentielle, de soin et de témoignage. On ne voit plus ces situations de guerre ou de malheur comme lointaines, abstraites dans leur cruauté, mais par le regard d'une femme empathique et exigeante.

5L'enjeu de ce livre est aussi politique : à partir de la clinique et de sa vaste expérience, Marie Rose Moro fait des propositions concrètes pour subvenir aux besoins des enfants ici en France. La relation mère-enfant précoce, l'organisation du temps des femmes-mères, la scolarité précoce des enfants, le jeu sont autant de sujets qui, relevant de la sphère de l'intime sont éminemment des sujets politiques brûlants d'actualité et urgents à considérer. Après les lois sur la laïcité, les émeutes urbaines de novembre 2005, son point de vue sur la violence et le voile des adolescentes déconstruit et remet à plat certains préjugés, qui font notamment de l'autre un arriéré.

6De la clinique transculturelle de Bobigny à une politique de la diversité, de la banlieue à un projet du vivre ensemble, voilà la proposition osée et ambitieuse de cette femme psychiatre qui pense (de façon éclectique) en marchant (vite et loin) et qui fait des expériences de la migration (la sienne également avec l'histoire de sa mère relatée par sa fille) des ressources précieuses pour nous tous. Avec une pensée complexe transmise de façon simple et une écriture limpide et belle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Marie Rose Moro, Aimer ses enfants ici et ailleurs, Histoires transculturelles », Face à face [En ligne], 10 | 2007, mis en ligne le 29 avril 2009, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://faceaface.revues.org/111

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org