Navigation – Plan du site
Lectures

Michèle Cros, Résister au sida : récits du Burkina

PUF, Paris 2005
Référence(s) :

Michèle Cros, Résister au sida : récits du Burkina, PUF, Paris 2005.

Texte intégral

1C'est en refermant ce beau livre que l'on comprend pourquoi l'homonymie entre le personnage mythique de l'araignée appelée sida en pays lobi et la maladie du même nom ravageant ce petit coin d'Afrique, est si importante.

  • 1  1 Cros M., Anthropologie du sang en Afrique, Paris : L'Harmattan, 1990.

2Mais pour commencer, Michèle Cros expose un travail d'une immense richesse, que l'on devine fait avec patience et passion, dans un pays qu'elle connaît bien : il a été le « terrain » de sa thèse qui a fait l'objet d'une publication1. Michèle Cros est fille de ce pays puisqu'elle a été initiée et qu'elle y retourne régulièrement, connaissant ainsi les anciens et leur descendance. Ensuite la méthode de recueil des récits et des dessins est très originale. Le sujet était sensible, surtout au moment où le recueil a été fait, entre 1992 et 1996, avant que le mécanisme physiologique du virus ne soit connu de tous, et avant que l'on découvre les trithérapies. L'auteure en travaillant auprès de collégiens du CEG de la ville de Kampi, grâce à des techniques projectives, a provoqué des récits sur le sida, des mises en scènes qui au-delà des problématiques intimes et personnelles qu'ils exposent permettent d'aborder et de découvrir tout un imaginaire social en construction. Cette technique complète celle, classique, du recueil ethnographique et de l'observation participante.

3La maladie sida dont l'issue est inéluctable a envahi le quotidien des Lobi et en fait un quotidien « contaminé » : le retour des migrants de la Côte d'Ivoire est désormais attendu avec inquiétude, et leur maigreur ne trompe personne. Ce nouveau mal qui fait « maigrir-mourir » vient du monde des Blancs, dit-on, laisse les médecins, et agents de santé mutiques, et les guérisseurs impuissants. Les funérailles de jeunes gens sont ainsi de plus en plus fréquentes et scandées par les « paroles du sida » qui évoquent ainsi les raisons de ces départs brutaux et douloureux. Cette diffusion si rapide et étendue a généré des représentations reposant sur la notion lobi de la personne : la réaction du double anticipe le devenir de celui qui va être touché ou qui touchera. Au-delà de la connaissance exacte de la transmission directe du mal par voie sexuelle, celui-ci est supposé passer par les humeurs et les odeurs. Cette perception, qui ne recouvre pas exactement les informations préventives scolaires, entraîne ainsi une discrimination des malades par leurs familiers.

4L'observation de la « maladie qui colle » (ko manani) et que l'on peut « recoller » procède d'une véritable ethnopsychologie d'une très grande finesse. La peur s'insinue partout, et la plus grande tentation du contaminé serait de faire « un don funeste » dans l'espoir confus de se soigner ou de ne pas avoir à vivre seul l'infamie.

5Le sida est un malheur qui, non seulement révèle le pouvoir corrupteur de l'argent mais également l'ébranlement de la société des vivants et des morts par la transgression et le non respect des fétiches. Pour autant, les villageois ne sont pas sans ressource face à cette nouvelle épreuve, et le côté le plus poignant du livre est sans doute l'évocation de la bataille livrée contre la maladie : Tout comme face à l'araignée sida si maligne et rusée, il faut confronter le mal, composer avec le risque, se renforcer face à la peur. Dans les contes, l'araignée ne gagne pas toujours, et forts de la conviction qu'on peut contrer le mal, les Lobis envisagent de lutter contre lui, mettant en œuvre des pratiques personnelles et collectives efficaces. Michèle Cros a aussi choisi son combat : pas d'ethnologie sans implication, pas de recueil de récits sans participation à la prévention. Pas de résignation ni de misérabilisme dans ce témoignage et ce récit, mais au-delà du malheur, le désir d'aimer et de vivre.

Haut de page

Notes

1  1 Cros M., Anthropologie du sang en Afrique, Paris : L'Harmattan, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Michèle Cros, Résister au sida : récits du Burkina », Face à face [En ligne], 10 | 2007, mis en ligne le 29 avril 2009, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://faceaface.revues.org/107

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org