Navigation – Plan du site

Du « beau gros bébé » au « gros bébé » : les constructions sociales du surpoids et de l’obésité chez l’enfant dans deux villes Camerounaises1

Estelle KOUOKAM MAGNE

Texte intégral

  • 1 Les données présentées dans cet article sont issues d’une recherche collaborative sur les styles al (...)

1Selon l’Enquête démographie et Santé publiée en 2011, la proportion d’enfants atteints de surpoids au Cameroun augmente avec le niveau de revenu de leur famille (EDS, 2011). Aujourd’hui il y a une vulgarisation des messages de santé relatifs au poids et aux normes alimentaires.

2A partir de données ethnographiques recueillies auprès d’une centaine ménage entre 2013 et 2014 dans le cadre d’une recherche sur les pratiques culturelles d’alimentation du jeune enfant dans deux capitales camerounaises, nous nous proposons d’analyser et de comprendre les conceptions du surpoids et de l’obésité chez l’enfant à partir d’une approche anthropologique qui repose sur les constructions sociales du normal et du pathologique.

3Dans une première partie nous examinerons la suralimentation comme une pratique au carrefour des enjeux nutritionnels locaux et de la distinction sociale, ensuite nous aborderons les nuances de la grosseur pour reprendre la terminologie de Georges Vigarello afin de saisir les frontières entre le normal et le pathologique, enfin nous nous intéresserons aux recours thérapeutiques des mamans.

Introduction

4Au Cameroun moins de 15 % des chefs de ménage exercent dans le secteur formel de l’économie. Près de 40 % des ménages vit en dessous du seuil de pauvreté. Il s’agit des ménages au sein desquels l’adulte dépense moins de 22.454 FCFA par mois pour vivre soit moins de 783 FCFA jour (ECAM 3, 2008).

5 Dans ce contexte socioéconomique, la nutrition et la santé des enfants de 0 à 5 ans est un enjeu pour les politiques publiques de santé. C’est la raison pour laquelle au niveau institutionnel il existe des organisations chargées de la prise en charge des maladies de l’enfant. On peut citer entre autres, le Programme National de Promotion de l’Allaitement Maternel (PNAM), le Programme Elargi de Vaccination (PEV), la Prise en Charge Intégrée des Maladies de l’Enfant (PCIME), le Programme National de Promotion de l’Allaitement Maternel (PNAM), le Programme national de vaccination, la Prise en Charge Intégrée des Maladies de l’Enfant (PCIME). Un des éléments importants de la réussite des actions engagées par ces institutions est l’état nutritionnel des enfants. En effet des études montrent que l’état nutritionnel de l’enfant est un ressort qui permet d’éviter l’aggravation d’une maladie.

  • 2  Obesite-sociologie-d-une-epidemie-mondiale3 - Ocha

6  Au Cameroun 33 % des enfants de 0 à 59 mois souffrent de malnutrition chronique (EDS, 2011). L’obésité est présente à différentes strates de la société et elle a des déterminants socioculturels. Selon les contextes et les classes sociales, on peut faire une typologie de l’obésité. Le premier type d’obésité est lié à la précarisation des conditions de vie sociales, le deuxième type renvoi à une obésité de transition résultant d’un changement rapide des pratiques alimentaires, le troisième type d’obésité fait référence aux troubles de comportements alimentaires chez un individu et le quatrième type d’obésité se retrouve dans les classes sociales favorisées2.

7Le surpoids de l’enfant émerge notamment dans la classe moyenne et la classe aisée. Outre cela, il est corrélé au niveau d’instruction de la mère. Selon les données, la proportion d’enfants atteints de surpoids augmente quand le niveau d’instruction de la mère ou le niveau de vie du ménage augmente (EDS, 2011). Ces données hospitalières et biomédicales n’informent pas sur les raisons sociales et culturelles de cet état nutritionnel des enfants. Pourtant bien que le besoin de se nourrir soit biologique, l’acte de s’alimenter et d’alimenter l’autre est un acte éminemment culturel. Il est au cœur des enjeux identitaires des valeurs d’un groupe social. En effet pour reprendre le travail de Marcel Mauss les « Techniques de l’enfance » réfèrent à l’élevage et à la nourriture de l’enfant.

8Nous partons donc de l’hypothèse selon laquelle les conceptions du surpoids et de l’obésité étant éminemment culturelles, on peut comprendre les décalages que l’on peut constater entre les normes biomédicales et les pratiques sociales. Cela dans la mesure où l’alimentation met en relation les aînés et les cadets, les hommes et les femmes les parents et les enfants. Ainsi elle informe sur les catégories sociales et l’espace des positions sociales (Bourdieu, 1976). De plus l’alimentation peut être révélatrices des inégalités de classes en ce sens qu’elle permet de distinguer ceux qui ont accès à des ressources alimentaires précises de ceux qui y ont peu ou pas accès.

9Il s’agit d’analyser ici les liens entre alimentations et représentations sociales du corps de l’enfant ainsi que les confrontations entre les normes sociales et les normes médicales dans la mesure où « L’obésité renvoie vers une norme biomédicale, contrairement au concept de gros qui s’inscrit directement dans une lecture sociale et culturelle. Pour la médecine, l’obésité se définit comme une accumulation excessive ou anormale de graisse dans les tissus adipeux. » (Andrieu et Boëtsch, 2008).

METHODOLOGIE

10L’étude a été réalisée dans les villes de Yaoundé et de Douala respectivement capitale politique et capitale économique. Le choix de ces deux villes cosmopolites permet de saisir les dynamiques actuelles de l’alimentation des jeunes enfants dans un contexte urbain dans les pays du Sud caractérisé d’une part par la précarité économique des classes modestes et d’autre part, l’émergence d’une classe moyenne. Au-delà du revenu, les membres de cette classe ont reçu une éducation de niveau supérieur, ont accès aux TICs et sont de plus en plus exposées aux messages sur la nutrition et l’alimentation.

11Cette recherche a été réalisée sur la base d’un Échantillonnage de type non probabiliste par choix raisonné de trois quartiers par ville. Cet échantillon regroupe trois standings de vie : haut, moyen et populaire.

Tableau 1 : les quartiers de la ville de Yaoundé

Nom du quartier

Situation

Standing

Bastos

Urbain

Haut

Biyemassi

Urbain

Moyen

Briqueterie

Urbain

Populaire

Source : notre enquête

Tableau 2 : les quartiers de la ville de Douala

Nom du quartier

Situation

Standing

Bonapriso

Urbain

Haut

Bonamoussadi

Urbain

Moyen

Village

Périurbain

Populaire

Sources : notre enquête

12A Douala et à Yaoundé les ménages ont été choisis en fonction de leur classe socio-économique. En effet, à partir de critères relatifs au lieu de résidence et à la possession des biens, nous avons pu discriminer au sein des quartiers les ménages qui pouvaient faire l’objet de notre recherche. Dans chaque quartier un échantillon de 15 à 20 ménages était prévu. Ainsi dans la ville de Yaoundé, 53 ménages ont été visités tandis que dans la ville de Douala 55 ménages ont été visités. Ainsi l’étude a porté sur un total de 108 ménages des villes de Douala et de Yaoundé

Du surpoids à l’obésité : la construction du seuil de l’intolérable

  • 3  L’abonnement à ces chaînes qui opèrent généralement dans le secteur informel varie de 2000 FCFA à (...)

13Le mot « obésité » n’est pas étranger aux mères même s’il n’existe pas de traduction dans les langues locales. Il est vulgarisé par les médias, notamment les chaînes câblées auxquels les ménages ont accès3. Il est arrivé qu’au cours des entretiens que le mot « obésité » soit prononcé par les mères sans que l’enquêteur n’y ait fait allusion. C’est le cas de Haoua, maman rencontrée à la briqueterie qui déclare :

  • 4  Entretien réalisé en septembre 2013

« Je sais que l’obésité ce n’est pas une bonne chose, bon j’ai vu que l’enfant à son pesée c’était… bon j’ai vu que à chaque mois que j’allais, l’enfant prenait le poids, le poids. Bon je me suis renseignée, on m’a dit que c’est normal. (…) Moi j’ai suivi ça à la télévision. C’est, il y a les émissions qui passent souvent, chez les américains les enfants… en fait, dans le monde entier les plus obèses sont les américains. Donc j’ai suivi ça à la télévision les enfants obèses, l’obésité. C’est sur ça bon, je me suis aussi dit que bon, j’ai vu ça, bon ce n’est pas une bonne chose. »4

  • 5  Mot employé par une maman du quartier « village » à Douala.

14Dans les chaînes câblées se sont les cas d’obésité morbides qui sont le plus souvent présentés et répertoriés : les personnes dont le poids empêchent de se déplacer et d’avoir une vie sociale. En outre des publicités relatives aux produits « brûle-graisse » sont faites dans les chaines locales et internationales. Toutefois les conceptions du corps de l’enfant montrent que le surpoids est généralement considéré comme signe de bonne santé par les mamans tant que l’enfant demeure « portable»5.

Le surpoids : entre souci de distinction et sécurité sanitaire

  • 6  Entretien réalisé en juillet 2013 à Bastos

15La santé de l’enfant se juge aussi à partir de sa silhouette. Le discours des mères met en relation la silhouette de l’enfant ainsi que son poids à son état de santé. Toutefois les normes sociales relatives à la présentation de la silhouette de l’enfant peuvent être en contradiction avec celles reconnues médicalement. La maman se félicite de la surcharge pondérale de l’enfant de son enfant. Cette maman déclare : « j’aime les bébés potelés et souriants »6. Ainsi le poids seul, ne détermine pas la santé de l’enfant. Il faudrait y allier son humeur.

16Ces représentations font partie des catégories émiques qu’il importe au chercheur de décoder. Ce rapport au corps est au cœur des choix des aliments pour l’enfant, du sentiment que la mère peut avoir de « trop nourrir » son enfant ou de ne pas le « nourrir assez ». Ce sentiment est construit à partir des discours tenus par les membres de l’entourage qui par le portage de l’enfant peuvent le déclarer trop lourd ou trop léger.

17Le corps à corps avec l’enfant notamment lors de son portage permet aux membres de la famille de jauger si le poids de l’enfant a atteint un seuil qui relève du pathologique de son poids de vue. Dans un contexte où les mères savent que la probabilité pour leur enfant d’avoir une maladie comme le paludisme est importante, la surcharge pondérale représente pour elle aussi une marge de sécurité dans la mesure où les enfants maigrissent à la suite d’épisodes morbides. Dans le cas où ce dernier à une surcharge pondérale, il lui reste des réserves, ce qui lui évitera d’avoir un visage osseux.

18Le poids de l’enfant informe aussi sur les capacités des femmes à prendre soin de leurs enfants et à être considérées comme de « bonnes mères ». Le personnel de santé réprimande beaucoup plus rapidement la maman d’un enfant dont le poids est en dessous de la moyenne que celle dont l’enfant est en surpoids.

  • 7  Entretien réalisé en juillet 2013 à Yaoundé

19La mère d’une interlocutrice déclare qu’à une époque, « l’hôpital primait les enfants bien nourris [gros] »7.

  • 8  Entretien réalisé à Douala en septembre 2013

20En outre, chez les habitantes de Bonapriso et Bastos, représentant la strate des nantis, les pratiques d’alimentation des enfants montrent d’une part un accès facile aux produits laitiers et aux préparations industrielles pour bébé. D’autre part on constate l’importance de la nourriture locale comme élément d’identification à une ethnie et à une classe sociale. C’est la raison pour laquelle entre 7 et 9 mois, des plats constitutifs du patrimoine alimentaire, entendu ici comme « marqueur d’identité et facteur de différenciation de chaque groupe social. Héritage collectif et partagé, (…) code rituel mettant en évidence l’appartenance à une même communauté ; (…) signe d’unité, de reconnaissance et de mise en scène d’une mémoire collective sur un territoire » (Poulain, 2012 : 979), sont progressivement introduits dans l’alimentation de l’enfant. C’est la raison pour laquelle cette maman déclare : « Dès 7 mois, je lui donne la nourriture des Bakoko, le macabo à l’huile rouge »8. Ou encore cette mère bamiléké donne de la « banane malaxée ; macabo râpé à la sauce d’arachide ; ainsi que la pâte de maïs accompagnée de sauce gombo ou sauce d’arachide ».

21Chez les familles modestes l’introduction des plats locaux est suivie d’un retrait des farines industrielles. Tandis que chez les nantis, l’introduction des plats locaux est suivie d’une réorganisation de la ration journalière de l’enfant. Celui-ci continue de prendre des préparations industrielles pour bébé à titre de goûter dans la mesure où ces derniers ne sont plus considérés comme de la « nourriture » mais plutôt comme des en-cas.

  • 9  Entretien réalisé à Bastos en août 2013
  • 10  Entretien réalisé à Bastos en août 2013

22L’obésité met en jeu les normes culturelles locales de l’esthétique corporelle de l’enfant. La construction sociale de cette pathologie par les mères les amène à identifier des seuils du gras qui leur permettent de distinguer le poids admis socialement du poids pathologique. Cette situation met en jeu les affects et la sensibilité de chaque mère qui se représente le « beau bébé » en fonction de son expérience individuelle et du partage qu’elle peut avoir avec les autres mamans. Cette diversité sociale des seuils du gras laisse place à une ambiguïté au point où pour certains interlocuteurs : « l’obésité de l’enfant n’existe pas »9. Et pour cause : « l’enfant perdra du poids en grandissant »10.

  • 11  Entretien réalisé en juillet 2013.

23A côté de ce dénie de l’obésité chez l’enfant, cette interlocutrice soutient qu’il est important que l’obésité ne soit pas morbide : « mon enfant peut être gros. Mais il ne faut pas qu’il devienne comme les enfants américains qui doivent se faire opérer après »11.

  • 12  Entretien réalisé en juin 2013.

24Ainsi le corps de l’enfant est scruté. Les parties les plus observées sont le visage, et les membres. En ce qui concerne le visage, les joues, les yeux. Outre cela une place importante. Cette maman de la briqueterie déclare : « l’enfant peut être gros mais en bonne santé s’il est souriant »12.

Esthétique du corps de l’enfant et savoir biomédical

  • 13  Entretien réalisé en juillet 2013 au quartier de la briqueterie à Yaoundé.

25Pour les mères, l’obésité chez l’enfant se traduit par un corps dont les différentes parties seraient indistinctes du fait de la dominante du gras qui irriguerait le corps de l’enfant. Cette interlocutrice à la briqueterie déclare : « un enfant qui a trop de plis, de gros bras et de grosses cuisses est trop gros »13. Outre cet aspect physique, l’enfant commence à avoir quelques difficultés : « il ne respire plus bien ».

26Cela renvoie à un « désordre graisseux » (Vigarello, 2010 : 145). Dans la France du XVIII ième siècle Georges Vigarello constate que la médecine « s’attache encore et uniquement à la grosseur quasi gigantesque dans le cadre de l’obésité » (Vigarello, 2010 : 145). Les mères ne s’inquiètent du poids de leur enfant que lorsque celui-ci atteint un seuil qu’elles définissent comme critique. Ainsi on peut constater qu’il s’agit moins d’une question d’indice de masse corporelle que de normes esthétiques culturelles. Pour reprendre les termes employés par Georges Vigarello, il y a des « nuances de la grosseur » (Vigarello, 2010 : 101). Ainsi le poids admis dans le savoir populaire peut renvoyer en biomédecine à une situation de surpoids, voire d’obésité.

Quelques étiologies populaires

27Nos interlocutrices mettent en évidence deux variables : la génétique et la culture.

Le « sang gras »

  • 14  Entretien réalisé en août au village, Douala

28Les mères associent la surcharge pondérale à un « sang gras », et dans une moindre mesure à son alimentation. Les interlocutrices rencontrées pensent que certains enfants naissent avec un « sang gras ». Ce sang gras serait une caractéristique héréditaire chez un individu « Moi je me dis que c’est à la naissance, il nait avec son sang gras. Mais tu peux hériter ça de tes parents »14. Le poids de l’enfant n’est plus dépendant de son alimentation mais de son patrimoine génétique voulu par Dieu : « c’est Dieu qui choisit si l’enfant doit être gros ou pas ».

  • 15  Entretien réalisé en août 2013 au village, Douala

29L’obésité est aussi associée aux comportements alimentaires de l’enfant. Une mère déclare : « il y a certains enfants qui naissent gourmands »15. Tandis qu’une autre de la catégorie modeste à Yaoundé, constate que les mamans ont un rôle important dans la surcharge pondérale de leurs enfants :

 « R : Bon en fait, il y a certaines mamans, bon elles s’en foutent. Tout ce que l’enfant voit, tout ce qu’on lui présente l’enfant doit manger. Il n’a pas d’heures, il n’a pas de minutes, il mange à toutes les secondes, moi j’ai vu ça, toutes les secondes l’enfant mange. Bon il y a certains gens qui disent que le fait de manger ne fait pas prendre le poids, que ça ne veut rien dire, que de fois il y a certains gens qui mangent, qui mangent mais ils ne prennent pas le poids. Bon il y a certaines mamans qui laissent leurs enfants manger n’importe quoi, et ils mangent les aliments gras.

  • 16  Entretien réalisé en août 2013 à la Briqueterie à Yaoundé

Pour moi, j’ai suivi plusieurs personnes dire ça, qu’il y a un sang gras. Bon moi je me suis dit bon c’est toi la maman de contrôler l’alimentation de ton enfant. Même s’il a un sang gras, il ne va pas prendre le poids jusqu’à un niveau que ce n’est plus bien, si tu contrôle ton enfant. »16

La culture 

30Nos interlocutrices soulignent la place de l’alimentation dans la prise de poids chez l’enfant. Parmi les aliments répertoriés comme favorisant la prise de poids chez l’enfant se retrouvent : le soja, les œufs, le maïs, le lait industriel. Ces différents aliments sont utilisés par les mères quand elles souhaitent que leur enfant prenne du poids. Quand elles souhaitent que l’enfant perde du poids en raison d’une invective médicale elles donnent plus de fruits et de légumes.

Les nosologies populaires

Entre discours médical et constats des mères

  • 17  Entretien réalisé en août 2013 à village, Douala

31Les nosologies montrent l’existence d’une sémiologie populaire de l’obésité, renvoyant à un enfant dont le cœur ne supporte plus la surcharge pondérale. Son corps devient une charge. À ce moment, la plupart des mères atteste que l’on passe du normal c’est-à-dire, du bébé joufflu rieur, joueur et plein d’énergies, au pathologique où le bébé est étouffé par son propre corps. C’est ce que déclare cette maman de la Briqueterie à Yaoundé « les signes qui montrent que l’enfant est trop gros. Il est fatigué, nonchalant, il ne joue pas, il est toujours fatigué, il somnole de temps en temps »17. Le surnom employé peut être « bobo », « bouboule », etc.

32Les mères racontent leur expérience relative à la question du surpoids de leur enfant. Cette expérience est construite au cours de leur rencontre avec les agents du secteur hospitalier mais aussi à partir du regard des autres.

33Carole habite Bonamoussadi, elle a été sensibilisée à la question du surpoids de son enfant grâce à sa fréquentation du milieu hospitalier :

« R46 : Bon, lui il était obèse, quand je dis obèse, il était gros, mais il a perdu du poids hein (rires) quand il était malade, il était costaud. A 7 mois…, à 7 mois-8 mois, il pesait 10 kilos, presque le même poids que sa grande- sœur, actuellement sa sœur a 11 kilos, et ce n’est pas que je lui donne le biberon, je lui donne… je lui donnais rien que le sein, on ne comprenait pas pourquoi il prenait tant de poids.

  • 18 Entretien réalisé en septembre 2013 à Bonamoussadi, Douala,  

Quand il était malade, à cause du poids on ne pouvait mettre la perfusion sur lui parce que la graisse cachait ses veines, on ne voyait pas ses veines, on avait tellement cherché ses veines quand on l’avait hospitalisé, finalement on a laissé on a même plus mis la perfusion sur lui comme il fallait. Le docteur m’a dit que quand il va… qu’habituellement les enfants perdent un peu le poids quand ils s’asseyent, donc que quand il va commencer à s’asseoir là, il va perdre un peu du poids. En fait j’ai trouvé qu’il était gros, moi j’ai utilisé « obèse » parce que quand tu… ton poids dépasse ta taille »18.

  • 19  Entretien réalisé en juillet 2013 à village, Douala

34C’est aussi grâce au service hospitalier que le caractère pathologique du poids est définit. Christiane, enseignante d’économie sociale et familiale ne s’est pas rendu compte de l’état pathologique dans lequel se retrouvait sa fille. C’est sur la mise en garde du pédiatre qu’elle a réalisé que le poids de sa fille était un problème : « le pédiatre qui a suivi mes autres enfants a dit qu’elle pesait trop ! ! ! Un enfant de un an ne devrait pas voir plus de 15 kilos ! »19

35Le discours des mères laisse entrevoir une gradation du poids qui montre que le passage du normal au pathologique décrit par les mères ne réfère pas à un indice de masse corporelle médicalement défini. Le surpoids en tant que situation pathologique est défini en termes de degré par les mères. En général, c’est un état physique valorisé chez l’enfant à tel point que les mamans ne se rendent compte de l’état pathologique du poids de leur enfant qu’à partir des remarques qui sont faites dans les réseaux familiaux ou amicaux.

 Le regard des autres

  • 20  Entretien réalisé en août 2013 à village, Douala

L’obésité est construite socialement en fonction des perceptions de l’état de santé de l’enfant. Ce dernier peut éprouver des difficultés à se mouvoir qui peuvent se traduire par un essoufflement rapide. Outre cela, le regard des autres joue un rôle important notamment lors des séances de consultation prénatale où il est demandé à chaque maman de déshabiller son enfant pour le faire peser. Joséphine une maman de village remarque « j’ai toujours eu de gros bébés. Au point où des fois quand je passais, les gens se tournaient pour regarder mon enfant »20.

  • 21 Focus group réalisé en août 2013 à village, Douala

36L’attitude commune est la tendance à porter un enfant une fois qu’on le rencontre. Quand le poids franchit les limites du normal, l’entourage ne veut pas porter un enfant qui a un surpoids important. Cela contrairement à l’usage qui veut que les amis, connaissances et parents souhaitent porter un enfant dès le premier abord. L’un des risques est l’isolement des mères : « quand ton enfant est gros tu te retrouves seule… Tu es seule à le porter »21.

  • 22  Entretien réalisé en août 2013 à village Douala

37Le poids d’un individu doit informer sur sa catégorie idiosyncrasique. Geneviève habitante de village conclut « un enfant doit être portable »22. Ainsi il est attendu de l’enfant qu’il puisse avoir un poids permettant à l’adulte de le porter sans difficulté favorisant ainsi grâce au portage le corps à corps avec celui-ci. Ce portage peut avoir un rôle affectif, consoler l’enfant quand il pleure, ou encore peut aider l’adulte à accomplir ses tâches avec l’enfant porté sur le dos.

38De plus le portage joue un rôle dans la socialisation de l’enfant dans la mesure où l’adulte peut le conduire à des lieux récréatifs conçus pour les enfants : foire, parcs, etc. Ou encore à des fêtes familiales ou entre amis où l’enfant pourra aller à la rencontre d’autres personnes.

39Au-delà d’un aspect individuel et médical, où le corps de l’enfant présente un danger pour sa propre survie, au plan social le poids de l’enfant peut être une entrave au développement des relations sociales et conduire à son isolement.

40 La nourriture élément de socialisation de l’enfant et conduit en cas de surdosage à l’isolement de l’enfant et de sa mère. Pour que l’enfant puisse rentrer dans les normes socialement admises, les mères appliquent des thérapies.

41Sur le conseil des pédiatres, les mères réajustent le régime alimentaire de l’enfant. Les thérapies employées visent changer la qualité d’aliments donnée à l’enfant. Ainsi un accent est mis sur les légumes et les tisanes. Christiane déclare donner : « Beaucoup de légumes et peu de féculents, ma fille a maintenant changé moi-même je vois ». Les mamans font donc un lien entre la qualité de l’alimentation donnée aux enfants et leur poids.

Conclusion

42Notre article portait sur les constructions sociales du surpoids et de l’obésité chez l’enfant dans deux villes Camerounaises. Nous sommes partis de l’hypothèse selon laquelle les conceptions du surpoids et de l’obésité étaient éminemment culturelles. Les données de terrain montrent que le surpoids n’est pas considéré comme un problème de santé chez l’enfant. Au contraire, il informe sur la capacité à être « bonne mère » et sert de protection à l’enfant en cas de survenue d’une maladie. Il traduit aussi le fait de « bien manger » qui renvoie ici tant à la qualité des aliments qu’à leur quantité. Nous avons aussi constaté que le personnel médical ne devient sensible à la question du poids de l’enfant dans deux situations. Quand l’enfant est maigre et lorsque le chiffre avoisine celui défini médicalement comme renvoyant à l’obésité.

Nous exprimons nos remerciements :

Au Centre de Coopération International en Recherche Agronomique et Développement (CIRAD)

A DANONE nutricia Africa and Overseas

A l’ensemble de nos interlocuteurs ainsi qu’aux enquêteurs ayant contribué à la collecte de données sur le terrain. Il s’agit de Ghisleine Oukouomi et Anne-Laurence Hye Ndindjock.

Haut de page

Bibliographie

Andrieu B. et Boëtsch G., Dictionnaire du corps, CNRS Editions, 2008

Bourdieu P. et Saint Martin M. « Anatomie du goût »In : Actes de la recherche en sciences sociales. vol. 2, n° 5, octobre 1976. pp. 2-81.

Mauss M., Les techniques du corps

http://classiques.uqac.ca/classiques/mauss_marcel/socio_et_anthropo/6_Techniques_corps/Techniques_corps.html

Vigarello G., Les Métamorphoses du gras : histoire de l’obésité du Moyen Âge au XXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, coll. « L’univers historique », 2010

Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs. Multiples. 2011

Haut de page

Notes

1 Les données présentées dans cet article sont issues d’une recherche collaborative sur les styles alimentaires entre l’Université Catholique d’Afrique Centrale, Le Centre de Coopération International en Recherche Agronomique et Développement (CIRAD) et  Danone Nutricia Africa and Overseas.

2  Obesite-sociologie-d-une-epidemie-mondiale3 - Ocha

www.lemangeur-ocha.com/.../Obesite-sociologie-d-une-epidemie-mondiale3-Ocha  publié le 7 juil. 2009 consulté le 09 février 2014 à 10h 36min.

3  L’abonnement à ces chaînes qui opèrent généralement dans le secteur informel varie de 2000 FCFA à 5000FCFA. Ainsi même les ménages des quartiers populaires qui ont fait l’objet de notre recherche y ont accès.

4  Entretien réalisé en septembre 2013

5  Mot employé par une maman du quartier « village » à Douala.

6  Entretien réalisé en juillet 2013 à Bastos

7  Entretien réalisé en juillet 2013 à Yaoundé

8  Entretien réalisé à Douala en septembre 2013

9  Entretien réalisé à Bastos en août 2013

10  Entretien réalisé à Bastos en août 2013

11  Entretien réalisé en juillet 2013.

12  Entretien réalisé en juin 2013.

13  Entretien réalisé en juillet 2013 au quartier de la briqueterie à Yaoundé.

14  Entretien réalisé en août au village, Douala

15  Entretien réalisé en août 2013 au village, Douala

16  Entretien réalisé en août 2013 à la Briqueterie à Yaoundé

17  Entretien réalisé en août 2013 à village, Douala

18 Entretien réalisé en septembre 2013 à Bonamoussadi, Douala,  

19  Entretien réalisé en juillet 2013 à village, Douala

20  Entretien réalisé en août 2013 à village, Douala

21 Focus group réalisé en août 2013 à village, Douala

22  Entretien réalisé en août 2013 à village Douala

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle KOUOKAM MAGNE, « Du « beau gros bébé » au « gros bébé » : les constructions sociales du surpoids et de l’obésité chez l’enfant dans deux villes Camerounaises », Face à face [En ligne], 13 | 2016, mis en ligne le 09 avril 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://faceaface.revues.org/1069

Haut de page

Auteur

Estelle KOUOKAM MAGNE

Estelle Kouokam Magne est anthropologue et maître de conférences à la Faculté de Sciences Sociales et de Gestion de l’UCAC. Elle a codirigé avec Ludovic Lado S.J. un ouvrage sur Le pluralisme religieux en Afrique. Ses principaux domaines d’intérêts sont : la santé, l’alimentation,  le corps, le genre, le politique et la religion.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org